Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser global

 | 
Michel Wieviorka
, 
Laurent Lévi-Strauss
, 
Gwenaëlle Lieppe

Espaces et récits de la politique et de la géopolitique

Plaidoyer pour une lecture braudélienne de la mondialisation actuelle

Alain d’Iribarne

Texte intégral

  • 1 Curieusement nous n’avons pas trouvé de référence à Fernand Braudel dans les publications consacrée (...)

1Il y a cinquante ans, Fernand Braudel créait la Fondation Maison des sciences de l’homme, comment lui rendre un meilleur hommage qu’en évoquant toute la pertinence de sa pensée scientifique et la puissance de son outillage pour décrypter les mouvements qui touchent notre monde contemporain et leur donner un sens1.

2Pour décrypter les mutations des sociétés, Fernand Braudel avait, en simplifiant à l’extrême, deux instruments privilégiés : la profondeur historique et la spécificité des cultures. Il les articulait autour de ce qu’il a appelé des « économies-mondes » associant un centre dominant à des périphéries. Historiquement, explique-t-il, à chaque époque de notre histoire correspondent diverses économies-mondes liées à des déplacements qui se sont effectués à travers des luttes, des heurts, des crises économiques et financières que les forts traversent sans trop d’encombre et au cours desquels les faibles peuvent succomber. Il montre, dans une perspective planétaire, la coexistence à diverses époques de plusieurs économies-mondes plus ou moins fortement articulées les unes aux autres par les systèmes d’échanges, ainsi que la singularité du rôle joué par l’Europe dans cette dynamique, en tant que lieu d’émergence d’un système particulier qu’est le capitalisme. Et, c’est dans cette histoire longue du capitalisme qu’il inscrit, en 1976, l’émergence d’une crise mondiale qu’il annonce forte et durable.

3En nous référant à cette instrumentation braudélienne, nous nous efforcerons de montrer que la situation de crise que nous connaissons aujourd’hui est moins une crise financière qu’une de ces crises d’ajustement du capitalisme, symptôme de l’émergence d’une nouvelle « économie-monde » dans le cadre d’une économie mondialisée dont l’enjeu principal serait un basculement progressif d’une hégémonie européano-américaine vers une hégémonie sino-américaine. Ce jeu de bascule s’appuierait sur une montée en puissance de la Chine dans le droit fil de sa vieille tradition impériale, alors qu’à l’inverse, le continent européen serait amené à plus ou moins glisser vers la périphérie de cette nouvelle économie-monde mondialisée selon la capacité qui serait la sienne à dominer son histoire longue pour créer une véritable Union européenne.

L’exceptionnelle puissance de l’outillage braudélien et sa pertinence pour interpréter la dynamique de l’économie capitaliste

  • 2 Fernand Braudel, La dynamique du capitalisme, Paris, Arthaud, 1985. Les indications de pagination a (...)

4Avant de rentrer dans le vif du sujet, il ne paraît pas inutile de rappeler l’exceptionnelle puissance de l’outillage braudélien pour interpréter la dynamique de l’économie capitaliste, sachant qu’une explicitation de cet outillage peut être trouvée dans le contenu des trois conférences données par Fernand Braudel à l’université Johns-Hopkins en 1976 et éditées en 1985 dans un petit ouvrage intitulé La dynamique du capitalisme2.

Les jeux de l’échange et l’économie de marché

5Pour comprendre la dynamique du monde, sans oublier le rôle de la démographie humaine, des techniques, de la monnaie et des villes, Fernand Braudel s’attache à analyser la manière dont le jeu des échanges modèle l’économie de marché. Pour lui, l’économie de marché naît en relation avec la myriade de bourgs et villes existants. Il distingue par ailleurs « deux registres de l’économie de marché : un registre inférieur avec les marchés, les boutiques, les colporteurs ; un registre supérieur avec les foires et les Bourses » (p. 28). En dynamique, tout en insistant sur le fait que les deux registres sont appelés à coexister de façon pérenne à travers les siècles, il est amené à montrer comment leurs rapports évoluent dans le temps.

Les jeux de l’échange et la constitution du capitalisme

6Toujours en se plaçant dans le jeu des échanges, Fernand Braudel souligne la nécessité de distinguer le capitalisme de l’économie de marché. À cette fin, il reprend la distinction qu’il avait opérée au sein de celle-ci entre deux types d’échanges : les échanges quotidiens, prévisibles et ouverts à tous, basés sur des trafics locaux, à faible distance ou à plus large rayon ; une économie d’échanges aux mains de marchands transnationaux qui font circuler les marchandises en fonction des différences de prix sur les marchés. Sur ces marchés, les spéculations peuvent aller bon train et les échanges sont inégaux dans la mesure où le marchand dispose de deux avantages : « il a rompu les relations entre le producteur et celui à qui est destinée finalement la marchandise […] et il dispose d’argent comptant » (p. 57-58).

7Pour Fernand Braudel, plus les chaînes d’échanges s’allongent et plus le processus capitaliste émerge clairement : « Dans cette vaste zone opérationnelle [qui relève de l’économie monétaire, le gros négociant] a la possibilité de choisir et il choisit ce qui maximise ses profits » (p. 58). Il poursuit : « Ce n’est pas le hasard si, dans tous les pays du monde [et à toutes les époques], un groupe de gros négociants se détache nettement de la masse des marchands, et si ce groupe est d’une part très étroit et, d’autre part, toujours lié […] au commerce au loin » (p. 59).

8De même, il situe les membres de ce groupe par rapport à l’information – « Ils ont la supériorité de l’information, de l’intelligence et de la culture » (p. 61) –, ainsi que dans leurs activités : « [L]e marchand de haut vol n’est, pour ainsi dire, jamais dans une seule activité » (p. 63), et « si le grand marchand change si souvent d’activité, c’est que le grand profit change sans cesse de secteur […]. Aujourd’hui encore, une de ses grandes forces est sa facilité d’adaptation et de reconversion » (p. 65).

9Un autre élément essentiel de la pensée braudélienne concerne les capitalistes et le capitalisme dans leurs relations avec le politique et les sociétés. En effet, il va beaucoup plus loin pour caractériser ce groupe en le situant par rapport au pouvoir politique quand il écrit : « Que ces capitalistes, en Islam comme en Chrétienté, soient les amis du prince, des alliés ou des exploiteurs de l’État, est-il besoin de le dire ? » (p. 60). Par ailleurs il écrit : « Privilège du petit nombre, le capitalisme est impensable sans la complicité active de la société. Il est forcément une réalité de l’ordre social, même une réalité de l’ordre politique, même une réalité de civilisation. Car il faut que d’une certaine manière, la société tout entière en accepte plus ou moins consciemment les valeurs » (p. 67). Et il enchaîne : « Le capitalisme ne triomphe que lorsqu’il s’identifie à l’État, qu’il est l’État » (p. 68).

L’usage par Fernand Braudel de son outillage : la dynamique du capitalisme dans une histoire générale du monde

10C’est à l’aide de cet outillage que Fernand Braudel a ambitionné de lier « le capitalisme, son évolution et ses moyens, à une histoire générale du monde » (p. 83). Pour cela il forge la notion d’« économie-monde » qui joue un rôle déterminant dans ses analyses.

11Ces économies-mondes sont structurées sur des bases inégalitaires avec d’un côté des pays centraux et des villes phares qui accumulent les richesses et de l’autre, à la périphérie, des pays exploités, considérant qu’à travers cette histoire de toutes les sociétés et civilisations du monde, se dessine une constante : l’inégalité. Ainsi écrit-il : « La splendeur, la richesse, le bonheur de vivre, se rassemblent au centre de l’économie-monde […]. C’est là que […] se manifestent les hauts prix, les hauts salaires, la banque, les marchandises “royales”, les industries profitables […]. Les techniques de pointe sont là aussi, d’ordinaire, et la science fondamentale, les accompagnant, et avec elles, les “libertés” s’y logent » (p. 94-95). « Ce niveau de l’existence baisse d’un ton quand on gagne les pays intermédiaires, ces voisins, ces concurrents, ces émules du centre » (p. 95). Ensuite, aux marges, c’est l’esclavage… D’où, l’affirmation que « le capitalisme vit de cet étagement régulier : les zones externes nourrissent les zones internes, et surtout les centrales » (p. 96). Et de conclure avec Immanuel Wallerstein : « [L]e capitalisme est une création de l’inégalité du monde ; il lui faut, pour se développer, les connivences de l’économie internationale » (p. 97).

12Dans une perspective planétaire, il montre la possibilité d’une coexistence à diverses époques de plusieurs économies-mondes plus ou moins fortement articulées les unes aux autres par les systèmes d’échanges dans le cadre d’une économie mondiale. Cette dernière représente « le marché de tout l’univers », alors que les premières n’en constituent qu’une portion tout en formant un tout économique.

13En dynamique, les mouvements des économies-mondes correspondent à des ruptures dans les espaces géographiques. On assiste, par ce biais, à une succession dans les pôles ou centres représentés par une ville dominante – dans tous les cas capitale économique –, sachant que, de façon prolongée, il peut coexister deux centres dans une même économie-monde avant que l’un supplante l’autre, comme Londres et Amsterdam avant l’élimination de la Hollande.

14Ces changements de centre et les décentrages des économies-mondes, avec les reclassements des pays et des territoires dans les diverses zones concentriques retenues par Fernand Braudel dans son analyse, ne vont pas sans des remises en cause des rapports de domination avec leurs tensions, leurs souffrances et leurs conflictualités plus ou moins graves, plus ou moins violentes, marquant les soubresauts de l’histoire du monde.

Aux sources de la crise actuelle : l’avènement d’un capitalisme « libertarien » comme substrat à l’avènement d’une économie-monde réellement mondialisée

15Que nous dit Fernand Braudel des évolutions du capitalisme à l’heure où il fait ses conférences, au lendemain du premier choc pétrolier et, surtout après la fin, en 1971, des accords de Breton Woods et le flottement général des monnaies qui s’ensuivit en 1972 : « Certes le capitalisme d’aujourd’hui a changé de taille et de proportion, fantastiquement […]. Mais, mutatis mutandis, je doute que la nature du capitalisme ait changé de fond en comble » (p. 115). C’est dans cette perspective qu’il évoque l’émergence d’une crise mondiale qu’il annonce forte et durable.

L’émergence et l’institutionnalisation d’un capitalisme « libertarien »

16Si on veut bien suivre Fernand Braudel, la prise en compte de cette forme de capitalisme comme substrat à la crise actuelle est essentielle pour sa compréhension. Elle prône en effet une réduction maximum du périmètre d’intervention de l’État à ses fonctions régaliennes associée à une suppression des régulations institutionnelles des échanges de toute nature au profit des marchés fonctionnant selon la loi de l'offre et de la demande. Elle accompagne, d’une certaine façon, la philosophie politique du « doux commerce » qui veut que l’extension généralisée des échanges internationaux constitue la plus grande garantie de la paix universelle.

  • 3 Parmi l’abondante littérature consacrée à ce sujet, on pourra se reporter, par exemple, à Jean-Luc (...)

17On sait que cette phase du capitalisme, qui a pris son essor à la sortie de la Seconde Guerre mondiale, s’est développée d’un point de vue politico-institutionnel jusqu’à la création de la Banque centrale européenne en 1998 en passant par la création de l’Organisation mondiale du commerce en 19953. Elle a donné lieu à une tension constante entre les États-Unis et les pays d’Europe – à l’exception de la Grande-Bretagne favorable au libre-échange – à propos de la régulation des marchés mondiaux de l’économie et de la finance et autour des institutions internationales associées.

18On sait également que dans ce long chemin vers un libéralisme triomphant au niveau planétaire, le début des années 1970 apparaît comme la période déterminante – Richard Nixon mettant fin en 1971 aux accords de Bretton Woods. Les années 1980-1990 traduisent, quant à elles, la victoire politique des tenants du libre-échange libertarien : c’est en effet la période où Margaret Thatcher devient Premier ministre au Royaume-Uni et Ronald Reagan président des États-Unis. Mais, surtout, c’est l’époque où, avec la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989, s’effondre le seul système économique et idéologique qui pouvait contester l’hégémonie du capitalisme, laissant ainsi la porte grande ouverte à un capitalisme triomphant en quelque sorte acté par le « consensus de Washington ». Enfin, on se souviendra qu’au début des années 1990, l’Union européenne bascule elle aussi avec la signature en août 1993 du traité sur l’Union européenne (Maastricht) de forte inspiration libérale qui fonde la Communauté européenne (CE).

Un capitalisme malade de sa finance

19Si on veut bien les regarder avec la distance voulue, les crises de la fin des années 2000, sur lesquelles tout le monde se focalise aujourd’hui, s’inscrivent, comme le note Fernand Braudel, dans ces ajustements structurels profonds que connaît régulièrement l’histoire du capitalisme. Il s’agit tout simplement d’une crise financière « systémique » au niveau d’une « économie-monde mondialisée » qui intervient après une succession de crises d’ajustement du capitalisme qui débute dès le milieu des années 1970.

  • 4 Bernard Rosier, Pierre Dockès, Rythmes économiques. Crises et changement social, une perspective hi (...)
  • 5 Sur cette place du temps dans le capitalisme et son accélération avec la « modernité » on pourra se (...)
  • 6 Bernard Rosier, Pierre Dockès, Rythmes économiques. Crises et changement social, op. cit. : 265-266

20C’est dans cette perspective que se placent Bernard Rosier et Pierre Dockès4, se référant de façon explicite à la conception braudélienne de la diversité des temps sociaux avec des mouvements lents (l’histoire quasi immobile) et des mouvements d’accélération5. Le plus intéressant peut-être est que parmi trois scénarios possibles de « sortie de crise », ils évoquent la possibilité d’un scénario de « violence salariale » menée par les États au profit d’un capitalisme monopolistique triomphant et basé sur le développement de stratégies d’austérité publique à effets dépressifs6.

  • 7 En raison de son caractère non systémique, on évoquera simplement la grave crise financière qui a t (...)

21Les crises qui débutent à la fin des années 1990, avec les prêts immobiliers et ses subprimes, correspondent, selon Michel Aglietta et Antoine Rebérioux, à des dérives du capitalisme financier. Elles font écho à la crise de l’économie-monde asiatique qui débute en 1997 avec l’éclatement d’une bulle financière en Thaïlande et constitue une première crise financière « systémique » dans la mesure où elle atteint un vaste ensemble de pays, émergents y compris, le Brésil et l’Argentine en Amérique latine et la Russie en Europe7.

22La nouvelle crise importée des États-Unis en Europe à la fin des années 2000 confirme l’importance des risques pris par la sphère de la finance privée, avec sa contagion aux finances publiques, mettant à nouveau les États eux-mêmes en risque de cessation de paiement et faisant apparaître, à travers les risques systémiques, le spectre d’un collapse financier généralisé.

  • 8 Pour en savoir plus on pourra se reporter au premier ouvrage du Capec : La crise financière, stop o (...)

23Quand on dresse les tableaux conjoints des traitements administrés aux divers pays dans le cadre de ces deux crises systémiques rapidement évoquées, il demeure une question lancinante : comment de telles dérives sont-elles possibles ? Manque d’outils de contrôle comme cela a été dit, ou lutte acharnée entre institutions financières âpres aux gains et non-respect des règles avec la bénédiction des autorités de contrôle ? Certainement les deux8 avec pour conséquences de faire payer la facture aux citoyens et, à l’inverse, de profiter à ceux qui ont la capacité de jouer avec elles.

Des échanges internationaux déséquilibrés par une mondialisation libertarienne

24En suivant Fernand Braudel, au regard du poids dominant donné à la finance et à son jeu, s’impose un retour sur les évolutions concomitamment opérées dans l’économie réelle et, à travers elle, dans les échanges de biens et services dans le cadre de la division internationale du travail. Incontestablement, dans cette période, le monde a connu de profondes transformations des modes de vie avec un triple basculement : des mœurs à la fin des années 1960, de la production des biens et services de même que de la consommation au début des années 1980, ainsi que des techniques au cours des années 2000 avec Internet, donnant sa singularité à la mondialisation actuelle au regard des mondialisations antérieures.

  • 9 Robert Reich, L’économie mondialisée, op. cit.
  • 10 Joseph E. Stiglitz, La grande désillusion, Paris, trad. de l’anglais par P. Chemla, Paris, Fayard, (...)

25Ainsi, en 1991, Robert Reich évoquait l’idée qu’avec la baisse du coût des transports, le développement extraordinaire des télécommunications et l’ouverture inéluctable des frontières, penser en termes de nation était anachronique9. Joseph Stiglitz, quant à lui, évoquait en 2002, à propos de cette même mondialisation, le fait qu’elle ne marchait pas pour les pauvres, mais non plus pour l’environnement et, plus largement, pour la stabilité de l’économie mondiale10. Il attribuait ces incapacités au fait que cette mondialisation ne s’était pas contentée de mettre l’économie au-dessus de tout, mais qu’elle constituait également une vision particulière de l’économie : le fanatisme du marché.

Les États-Unis d’Amérique à la recherche de leur maintien comme puissance hégémonique dans une économie-monde mondialisée

26En 1976, Fernand Braudel écrivait : « Aujourd’hui, nous vivons, depuis quelques années, une crise mondiale qui s’annonce forte et durable. Si New York succombait à l’épreuve […], le monde devrait trouver ou inventer un centre nouveau ; si les États-Unis résistent, comme tout le laisse à prévoir, ils peuvent sortir plus forts de l’épreuve, car les autres économies risquent de souffrir bien plus qu’eux de la conjoncture hostile que nous traversons » (p. 91). En écrivant ces mots, il nous invitait implicitement à nous replacer dans la perspective géopolitique d’un réajustement mondialisée des économies-mondes existantes et de leur articulation politique au-delà de l’économique.

27Dans la tectonique des plaques géopolitique et géostratégique mondiale des peuples, des nations et des continents de l’après-Seconde Guerre mondiale, il est clair que les principaux réajustements se sont opérés entre une Europe affaiblie et le reste du monde, dans une perspective post-coloniale et avec des politiques actives des États-Unis à la recherche d’un maintien d’une position hégémonique enfin atteinte avec l’effondrement du bloc soviétique mais menacée d’être perdue dans les guerres de la pax americana faisant suite aux guerres de Corée et du Vietnam et justifiées par les menaces nouvelles révélées par les attentats du 11 septembre 2001. Concrètement, la question qui se pose est de savoir, dans ces basculements qui s’opèrent de l’espace atlantique vers l’espace pacifique, avec au centre les États-Unis d’Amérique constamment à la manœuvre, quels pourront être les grands traits de l’architecture de cette économie-monde en voie de mondialisation. Quelles places seront prises à l’avenir par l’Amérique, l’Afrique, l’Océanie, mais aussi par l’Asie avec la Chine et l’Europe, unie ou non.

28En ce qui concerne la Chine et l’Europe, il nous faudra absolument dépasser les temporalités de cette géopolitique qui prend son apogée dans l’après-guerre, pour la replacer dans le fil de l’histoire longue et de la diversité des cultures chers à Fernand Braudel. Pour cela il nous faudra remonter de plusieurs siècles, au moins jusqu’au xviiie.

De l’après-guerre à la chute du mur de Berlin : une recomposition générale des économies-mondes

  • 11 On gardera en mémoire que trois dictatures « fascisantes » restent encore en place à l’époque : l’E (...)

29À la sortie de la Seconde Guerre mondiale, il existe deux grandes nations vaincues : l’Allemagne et le Japon, un continent politiquement et humainement dévasté – l’Europe –, et trois économies-mondes victorieuses : l’URSS et la Chine en domination du monde communiste ; les États-Unis en domination du monde occidental11. Le Royaume-Uni, avec son Commonwealth et sa City, essaie, à leurs côtés, de tirer le mieux possible son épingle du jeu avec sa double caractéristique de puissance coloniale et de plateforme financière, la France n’ayant quant à elle, pour appui, que son empire colonial.

30Les États-Unis se trouvent alors confrontés à des problèmes géopolitiques et géostratégiques particulièrement délicats à résoudre. En effet, ils ont à contribuer à une reconstruction rapide des deux grands pays vaincus et du continent européen, en les inscrivant dans une triple perspective de paix, de démocratie et de prospérité économique de façon à les ancrer dans le système occidental, car, pour s’assurer des positions hégémoniques, ils ont d’autant plus besoin de « pays alliés » que dans le cadre de ce qui va devenir la guerre froide. Il leur faut contenir les pressions exercées par les pays communistes qui, avec le leadership de la Chine en Asie et de l’URSS en Europe, poussent leurs pions dans l’ensemble du monde à travers les partis communistes incités à conquérir le pouvoir par tous les moyens, légaux ou révolutionnaires. Ainsi, pour ancrer les pays non communistes dans un ensemble intégré militaro-économique, s’explique l’importance pour les États-Unis du concept d’« atlantisme », avec en particulier une aide à l’émergence d’une Europe « atlantique ».

31Dans cette dynamique de recomposition des économies-mondes de l’après-guerre et en suivant la problématique braudélienne qui appelle à articuler les temps longs avec des temps courts, après la phase de reconstruction des belligérants, s’amorcent, dans les années 1950, les premiers grands réajustements qui vont perdurer pendant 40 ans, jusqu’à la chute du mur de Berlin en 1989.

32En effet, s’ouvrent à cette époque des perspectives géopolitiques nouvelles qui suscitent bien des interrogations sur les recompositions à venir de ce monde. Cette période correspond aux débuts de la montée en puissance de l’Asie, bien au-delà de la fascination exercée par la Chine de Mao, ainsi qu’au début de craquements dans le bloc soviétique liés aux événements de Pologne et de Hongrie et, enfin, à une extension de l’influence communiste dans le monde en cours de décolonisation dans le cadre d’un vaste mouvement « anti-impérialiste ». Ce mouvement conduit à des révolutions et à des remises en cause de la combinaison des pouvoirs politico-économiques, en particulier ceux des « vieilles » monarchies héritières de l’époque coloniale au Moyen-Orient et plus largement dans le monde arabo-musulman comme en Iran et en Égypte. Mais aussi à des contre-révolutions dictatoriales en Amérique latine, pré carré des États-Unis, en réponse à l’émergence de guérillas marxistes et l’arrivée au pouvoir de Fidel Castro à Cuba en 1959. De même, c’est dans cette dynamique que naît le grand mouvement dit des « non-alignés » à travers lequel les États du Tiers-Monde cherchent une voie autonome de développement en jouant entre les deux blocs.

33Ce mouvement correspond à une nouvelle phase dans la dynamique du capitalisme. En effet se joue dans un nouveau contexte le contrôle politico-économique de ce qui constitue le cœur du paradigme productif : les ressources énergétiques fossiles et, plus largement, les matières premières, le tout associé au contrôle des voies de circulation maritimes dont l’importance se voit décuplée en raison d’une intégration croissante des économies.

Une Chine à la reconquête de sa place historique dans le droit fil de la tradition impériale

  • 12 Giovanni Arrighi, Adam Smith à Pékin. Les promesses de la voie chinoise, trad. de l’anglais par N.  (...)

34Dans ce contexte, pour situer les mouvements de la Chine, il existe à notre connaissance trois ouvrages qui constituent autant d’exemples de traitement braudélien de cette dernière dans la mesure où ils se réfèrent à la Chine impériale pour comprendre les mouvements de la Chine contemporaine12.

35Ainsi, tous les trois inscrivent la Chine contemporaine dans un double héritage : un héritage de la verticalité de la Chine impériale totalement réappropriée par le pouvoir politique communiste après l’avoir en quelque sorte laïcisé mais surtout pas désacralisé ; un héritage de l’horizontalité du libre-échange économique et financier, lui-même inscrit dans un capitalisme triomphant que le pouvoir a su mobiliser à son profit dans des dissymétries totalement assumées et acceptées par les autres.

36D’une certaine façon, les deux premiers ouvrages montrent comment la Chine communiste post-Mao a parfaitement compris et su s’approprier les recettes de la course à l’acquisition d’une place centrale dans les économies-mondes braudéliennes, celles de ses illustres prédécesseurs de l’ère industrielle – l’Angleterre, puis l’Allemagne et les États-Unis d’Amérique –, qui ont su instaurer un protectionnisme de leurs activités tout en imposant – de manière négociée – à leurs partenaires commerciaux un accès des plus larges à leurs marchés et à leurs capitaux.

37Ainsi, elle a pu amorcer ce fameux cercle vertueux du « décollage » de l’économie capitaliste basé sur une double exploitation menée par une oligarchie économico-politique, si bien décrite par Fernand Braudel : d’un côté, une exploitation des populations des campagnes et des villes fournissant de la main-d’œuvre bon marché et docile ; de l’autre, l’exploitation d’un commerce international avide des marchandises offertes. Tout ceci s’accompagne de l’émergence d’une classe de capitalistes triomphants en forte symbiose avec le pouvoir politique, mais aussi de politiques publiques actives d’utilisation des souverainetés tant monétaires que de crédit pour pouvoir disposer des capitaux voulus, ainsi que de politiques non moins actives d’éducation, de formation professionnelle, de recherche et d’innovation de façon à pouvoir monter en gamme sur des produits de moyennes et hautes technologies.

  • 13 François Gipouloux, La Méditerranée asiatique, op. cit. : 7.

38En complément des deux ouvrages précédents et dans le même esprit braudélien, François Gipouloux apporte un éclairage particulièrement lumineux sur les rapports qu’entretient une Chine maritime avec une Chine continentale traditionnellement considérée comme dominante. Il existe en effet, rappelle-t-il, à travers l’histoire longue, une « dynamique qui scinde l’espace économique chinois en deux macro-régions : les zones côtières, très intégrées dans des réseaux de sous-traitance internationale, et l’intérieur, fonctionnant sur une autre logique, plus continentale, moins marchande13 ».

39De plus, comme Fernand Braudel, il accorde une place centrale aux métropoles au sein des espaces-mondes avec un rôle dans les échanges des marchandises mais aussi comme place financière et culturelle, comme Hong Kong et Shanghai.

Une Union européenne élargie minée par son incapacité à dominer ses diversités historiques

40Le même héritage impérial, mais sous une autre forme, doit être retenu pour examiner la trajectoire actuelle des États européens qui, par contraste avec ce qui est dit pour la Chine, avec sa soif politique de retrouver rapidement la place qui était la sienne dans le concert des grandes nations à la grande époque impériale préindustrielle, n’arrivent pas, à travers la construction de l’Union européenne, à trouver la martingale leur permettant de maintenir dans un monde « postindustriel » ce qui était antérieurement à leur place.

  • 14 David Engels, Le déclin. La crise de l’Union européenne et la chute de la République romaine. Quelq (...)
  • 15 Stella Ghervas, « La paix par le droit, ciment de la civilisation en Europe ? La perspective du Siè (...)

41Certains, comme David Engels, considèrent que ce qui est présenté comme une crise de l’euro et l’incapacité de l’Union européenne à y faire face dans le cadre du traité de Lisbonne ne traduirait pas seulement une incapacité de cette dernière à se doter d’institutions susceptibles de réguler ces fameux rapports de transformations économico-sociaux. Ce serait plutôt le symptôme de quelque chose de beaucoup plus grave : celui d’un déclin de l’Europe comme la République romaine l’avait connu en d’autres temps, avec ses questions de citoyenneté tout autant que de flux migratoires et de frontières14. Pour lui, en effet, le problème de l’Union européenne ne serait pas seulement institutionnel, par manque d’un consensus politique soutenu par des valeurs abstraites permettant aux citoyens d’une Europe unie d’adhérer à un projet commun porté par une identité européenne. Il serait lié au fait que l’Europe unie, ainsi ambitionnée, serait incapable non seulement de s’approprier son passé bimillénaire, mais plus simplement de l’accepter. D’autres, comme Stella Ghervas, considèrent qu’il serait préférable de se focaliser sur ce qui s’est passé au xviiie siècle dans la rencontre de la philosophie-politique et de la lutte entre les empires15.

Une construction européenne prise de plein fouet par les conséquences de la chute du mur de Berlin

42Dans une perspective semi-séculaire, on voit que l’« Europe élargie » n’est plus capable d’avancer, car les fondements de la mécanique qui lui a permis d’avancer de façon incrémentale sur une trajectoire d’après-guerre se sont fait télescoper par un séisme externe : la chute du mur de Berlin. Cet événement a eu pour elle trois conséquences majeures.

43Sur le plan idéologico-économique, l’épanouissement sans borne du capitalisme libertarien que nous avons précédemment évoqué est venu remettre en cause les bases sociales-démocrates plus ou moins explicites de ses fondements économiques initiaux et cela d’autant plus que l’élargissement de l’Union européenne est venu modifier les rapports de force entre les libres-échangistes partisans d’une Europe ouverte à tous vents sur les marchés et les « socialisants » particulièrement attachés au maintien d’un « modèle social européen » convenablement protégé d’une concurrence mondiale jugée sauvage et prédatrice.

  • 16 Stella Ghervas, « Regards de l’Est sur l’Union européenne : du rêve de l’union parfaite à la vie en (...)

44Sur le plan politique interne à l’Union, l’Allemagne réunifiée a retrouvé son périmètre et son identité historique comme elle a vu substantiellement se modifier son poids relatif au sein des institutions européennes en raison des bases de pondérations retenues. Également, sur le plan politique interne, le brutal élargissement vers l’est de l’Union européenne a non seulement fortement accru la diversité des fondements nationaux de ses pays membres, mais il a également déplacé son centre de gravité vers l’est, de sorte que, sa perspective historique originelle a été profondément modifiée16. Enfin, sur le plan politique externe, il en est résulté une modification profonde de la géopolitique en raison d’un déplacement de ses frontières vers la Russie héritière de l’Empire tsariste et vers la Turquie héritière de l’Empire ottoman.

  • 17 Voir Stella Ghervas, « L’Europe comme idée, comme projet, comme construction », Questions internati (...)

45Face à l’ampleur de ces déplacements et avec l’avènement de la dernière crise, la dynamique de construction de l’Union européenne n’arrive plus à fonctionner. En effet, jusqu’à la crise, cette trajectoire était l’un dans l’autre portée par des compromis acceptables car eux-mêmes portés par une dynamique commune de prospérité. Ainsi, « la crise de l’euro » est une crise de l’unité européenne, prise entre la souveraineté de ses États-nations constitutifs et une souveraineté supranationale. Elle révèle son incapacité dans l’état actuel des choses à élaborer un nouveau projet collectif au service de son triptyque initial revisité et inscrit dans le traité de Lisbonne : paix, démocratie, prospérité. Dès lors, on peut penser qu’elle aura beaucoup de mal à exister tant qu’elle ne sera pas capable de s’approprier ses racines profondes ancrées dans son histoire longue17.

Une nécessité pour l’Europe de revisiter ses fondements de philosophie politique

46La compréhension des problèmes actuels de l’Union européenne à vingt-huit, ainsi que la réflexion sur son avenir, imposent donc, comme pour la Chine, un allongement substantiel de la focale traditionnellement retenue pour appréhender l’Europe politique, en dépassant le xxe siècle.

  • 18 Philippe d’Iribarne, « Conceptions de la liberté et Union européenne », Commentaire, no 139, automn (...)

47En effet, l’Union européenne, tiraillée entre une idéologie de marché et une accusation de déficit de démocratie, se trouve confrontée à la variété de ce qui constitue les fondements des philosophies politiques de ses pays membres. Selon Philippe d’Iribarne, il en va par exemple ainsi pour la France, l’Allemagne et l’Angleterre entre lesquelles existent des « divergences marquées entre ce qu’implique en pratique […] l’attachement aux valeurs communes : liberté, égalité, démocratie », renvoyant par là, à des visions très différentes aussi bien de ce qui constitue les libertés publiques qu’une nation, ou des places respectives que peuvent ou doivent tenir l’État et les politiques publiques au regard des marchés et du libre-échange18.

  • 19 Stella Ghervas, « La paix par le droit, ciment de la civilisation en Europe ? La perspective du Siè (...)

48De même, en ce qui concerne la conception des rapports politiques entre les nations européennes, comment rendre compatible la notion de « paix perpétuelle » élaborée en France par l’abbé de Saint-Pierre et reprise par Rousseau et Kant dans des versions suisse et allemande, avec celle « de la balance des puissances » élaborée en Angleterre par Charles Davenant, avec comme ambition de justifier une « Realpolitik » comme principe de base pour toute politique extérieure du royaume19 ?

  • 20 Ibid. : 64.

49Enfin, si l’on admet que, pour être crédible et viable, toute institution politique doit pouvoir disposer d’une adhésion populaire et que cette adhésion suppose qu’elle dispose d’une légitimité basée sur des croyances communes – voire sur des mythes fondateurs communs –, la construction européenne n’échappe pas à des questionnements sur ses fondements identitaires et, en particulier, sur la place à accorder au christianisme. Il s’agit là d’une question à la fois légitime et non dénuée d’ambiguïté. En effet, elle est légitime en raison de l’étroitesse des relations qui ont existé à travers les siècles entre les États européens et la chrétienté constituée par ses trois branches – catholique, protestante et orthodoxe –, ainsi que de l’importance de son rôle civilisationnel pour l’ensemble de ses peuples constitutifs. Mais elle n’est pas dénuée d’ambiguïté dans la mesure où, par exemple, le caractère chrétien de l’Europe a servi de référence à la Sainte-Alliance – « produit hybride de la Lumière et du christianisme20 » –, signée en 1815 sur l’initiative du tsar Alexandre Ier à la suite du traité de Vienne qui mettait fin à l’aventure napoléonienne dans une sorte de pacte de paix dont l’objectif était le maintien de l’ordre en Europe.

Quel avenir pour une Union européenne dans l’espace-monde mondialisé en train de se consolider

50En relation avec ces analyses et dans la perspective d’une économie-monde mondialisée en train de se consolider, l’avenir de la place de l’Europe fait l’objet d’interrogations majeures, sachant que trois options contrastées s’offrent à elle : réajuster la zone euro dans le cadre permis par le traité de Lisbonne existant ; faire évoluer l’Union européenne vers une intégration politique ; acter de la mort de cette dernière et procéder à un retour aux États-nations initiaux.

51Dans la première des hypothèses, un réajustement de l’Europe autour de deux zones euros peut être envisagé dans le cadre des possibilités d’ajustement offertes par le traité de Lisbonne. Il représenterait une nouvelle Europe à plusieurs vitesses qui continuerait à se chercher par ajustements successifs sur le long chemin de son histoire.

52Une telle perspective, qui pourrait être économiquement et politiquement relativement peu coûteuse, pourrait présenter un double avantage. D’un point de vue économique, les pays du sud de l’Europe pourraient retrouver le modèle de croissance qui était le leur avant la constitution d’un « euro fort » à l’allemande. D’un point de vue politique, s’ouvrirait la possibilité pour le « couple franco-allemand » de résoudre d’une certaine façon le problème du leadership en Europe, la France s’attelant à l’Europe du Sud « méditerranéenne » et l’Allemagne à celle du Nord. Enfin, dans l’espace-monde mondialisé, l’Union européenne pourrait ne pas être politiquement affaiblie dans la mesure où celle-ci maintiendrait une unité politique et reprendrait par ces réajustements un chemin de croissance significatif.

  • 21 Bertrand Badie, La diplomatie de connivence. Les dérives oligarchiques du système international, Pa (...)

53Dans la seconde hypothèse, l’Union européenne avec la zone euro effectuerait une étape supplémentaire dans son intégration pouvant aller jusqu’à la création d’un État-nation doté d’une identité propre supranationale et démocratique. Un tel projet constituerait une véritable révolution copernicienne pour les politiques dans la mesure où ils devraient être capables, avec leurs peuples, d’établir des proximités philosophico-politiques nettement plus fortes que celles existantes aujourd’hui, au service d’une ambition commune et avec une homogénéité retrouvée en faveur d’une solidarité réelle. Une telle perspective d’intégration impliquerait probablement une Europe plus ou moins fortement revue dans son périmètre en fonction de la force de l’adhésion à un projet commun, ce qui poserait explicitement le cas d’une adhésion du Royaume-Uni. Ainsi conçue, l’Europe pourrait légitimement prétendre à tenir son rang d’économie-monde dans l’économie mondialisée et assurer sans contestation sa place au sein de l’oligarchie qui entend gouverner le monde21.

54La troisième hypothèse correspondrait à une dissolution de l’Union européenne dans le vaste marché d’une économie-monde mondialisée, associée à un retour à son fractionnement historique en ses multiples nations dotées de tous leurs attributs de souveraineté. Dans cette perspective, ses nations constitutives pourraient plus ou moins bien tirer leur épingle du jeu économique – voire politique – en se positionnant comme vassales dans des alliances dominées par d’autres. L’Europe de l’Ouest, quant à elle, passerait dans sa globalité d’un des centres d’une économie-monde mondialisée à une des composantes de ces espaces intermédiaires évoqués par Fernand Braudel.

55On peut penser qu’un tel scénario serait particulièrement coûteux pour la France en raison de l’importance des écarts qui existent aujourd’hui entre ses avantages comparatifs et ses ambitions de maintenir son rang politique de « grande puissance ». On peut également penser qu’il ne serait pas pour déplaire au Royaume-Uni qui, dans une perspective atlantiste et d’une économie mondialisée dérégulée, verrait probablement se renforcer ce qui pour elle a toujours été l’essentiel à travers son histoire : la place de la City comme une des plaques tournantes financières de l’économie-monde mondialisée.

56Enfin, on peut penser qu’il ne serait pas non plus pour déplaire à une Allemagne conservatrice qui, plus ou moins étroitement associée aux États-Unis dans une perspective également atlantiste, en position plus ou moins hégémonique au sein de l’Europe centrale et en partenaire économique privilégié de la Russie, verrait son ambition de leader européen et de puissance dans le concert international des nations solidement confortée en raison de sa prospérité économique. Une telle position pourrait répondre aux besoins des États-Unis de s’assurer de solides alliances économiques et politiques pour maintenir leur puissance hégémonique dans une économie-monde mondialisée en recomposition où les ambitions des grands pays émergents, dans le gouvernement du monde, ne manquent pas de se faire sentir.

57Toutefois, on peut penser que les États-Unis, ayant besoin demain comme hier, à la sortie de la Seconde Guerre mondiale et après la chute du Mur, d’une Europe à la fois suffisamment forte d’un point de vue économique pour prendre sa part de charge et de responsabilité au sein d’institutions comme l’OTAN, mais suffisamment faible politiquement pour ne pas prétendre rivaliser avec eux, préféreraient soutenir la première des trois options évoquées.

Conclusion

58Quelles leçons tirer au terme de ce rapide passage en revue de l’outillage et de la pensée braudélienne pour la compréhension de la dynamique du monde actuel ? Il nous semble qu’on peut en tirer au moins trois dans trois registres différents : la réalité des marchés, la sociopolitique du capitalisme, l’apport de l’histoire à la géopolitique.

59En ce qui concerne la réalité les marchés, Fernand Braudel écrit : « [O]n a fini par croire, à tort ou à raison, que les échanges ont, en eux-mêmes, un rôle décisif, équilibrant, qu’ils égalisent par la concurrence les dénivellations, ajustent l’offre et la demande, que le marché est un dieu caché et bénévole, “la main invisible” d’Adam Smith […], la clef de voûte de l’économie, si on s’en tient au laissez faire, laisser passer » (p. 48). Or, dit-il : « Peut-on oublier combien le marché a été tourné ou faussé, le prix arbitrairement fixé par les monopoles de fait ou de droit ? » (p. 48).

60En ce qui concerne les constructions sociopolitiques du capitalisme, il nous dit :

  • « Le capitalisme reste fondé sur une exploitation des ressources et des possibilités internationales, autrement dit il existe aux dimensions du monde » (p. 115) ;
  • « Il s’appuie toujours, obstinément, sur des monopoles de droit ou de fait, malgré les violences déchaînées à ce propos contre lui » (p. 115) ;
  • « [L]e capitalisme ne recouvre pas toute l’économie, toute la société au travail ; il ne les enferme jamais l’une et l’autre dans un système, le sien » (p. 116), mais « il représente la zone du haut profit » (p. 117) ;
  • « Le capitalisme n’invente pas les hiérarchies, il les utilise […] » (p. 78). « Il y a des conditions sociales à la poussée du capitalisme. Celui-ci exige une certaine tranquillité de l’ordre social, ainsi qu’une neutralité, ou faiblesse, ou complaisance de l’État » (p. 77).

Notes

1 Curieusement nous n’avons pas trouvé de référence à Fernand Braudel dans les publications consacrées à la mondialisation actuelle, à l’exception de l’ouvrage de l’Indien Nayan Chanda, Au commencement était la mondialisation, trad. de l’américain par M.-A. Lescourret, Paris, CNRS Éditions, coll. « Réseau Asie », 2010, qui dans son introduction fait explicitement référence aux « travaux des pionniers de l’histoire mondiale » dont Fernand Braudel et Immanuel Wallerstein.

2 Fernand Braudel, La dynamique du capitalisme, Paris, Arthaud, 1985. Les indications de pagination au cours du texte font référence à cette édition.

3 Parmi l’abondante littérature consacrée à ce sujet, on pourra se reporter, par exemple, à Jean-Luc Gréau, Le capitalisme malade de sa finance, Paris, Gallimard, coll. « Le Débat », 1998, ou à Robert Reich, L’économie mondialisée, trad. de l’américain par D. Temam, Paris, Dunod, 1993. Mais aussi à Michel Aglietta et Antoine Rebérioux, Dérives du capitalisme financier, Paris, A. Michel, coll. « Bibliothèque Albin Michel. Économie », 2004.

4 Bernard Rosier, Pierre Dockès, Rythmes économiques. Crises et changement social, une perspective historique, Paris, La Découverte/Maspéro, coll. « Économie critique », 1983.

5 Sur cette place du temps dans le capitalisme et son accélération avec la « modernité » on pourra se reporter à Hartmut Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps, trad. de l’allemand par D. Renault, Paris, La Découverte, coll. « Théorie critique », 2010.

6 Bernard Rosier, Pierre Dockès, Rythmes économiques. Crises et changement social, op. cit. : 265-266.

7 En raison de son caractère non systémique, on évoquera simplement la grave crise financière qui a touché le Mexique de 1994.

8 Pour en savoir plus on pourra se reporter au premier ouvrage du Capec : La crise financière, stop ou encore ?, Paris, Éditions du Capec, coll. « Je veux comprendre », 2010.

9 Robert Reich, L’économie mondialisée, op. cit.

10 Joseph E. Stiglitz, La grande désillusion, Paris, trad. de l’anglais par P. Chemla, Paris, Fayard, 2002.

11 On gardera en mémoire que trois dictatures « fascisantes » restent encore en place à l’époque : l’Espagne, le Portugal et la Grèce.

12 Giovanni Arrighi, Adam Smith à Pékin. Les promesses de la voie chinoise, trad. de l’anglais par N. Vieillescazes, Paris, M. Milo, 2009 ; Michel Aglietta, Guo Bai, La voie chinoise. Capitalisme et empire, trad. de l’américain par C. Jaquet, Paris, O. Jacob, coll. « Économie », 2012 ; François Gipouloux, La Méditerranée asiatique. Villes portuaires et réseaux marchands en Chine, au Japon et en Asie du Sud-Est, xvie-xxie siècle, Paris, CNRS Éditions, 2009.

13 François Gipouloux, La Méditerranée asiatique, op. cit. : 7.

14 David Engels, Le déclin. La crise de l’Union européenne et la chute de la République romaine. Quelques analogies historiques, Paris, Éd. du Toucan, 2013.

15 Stella Ghervas, « La paix par le droit, ciment de la civilisation en Europe ? La perspective du Siècle des Lumières », in A. Lilti et C. Spector (dir.), Penser l’Europe au xviiie siècle. Commerce, civilisation, empire, Oxford, Voltaire Foundation, 2014 : 47-70.

16 Stella Ghervas, « Regards de l’Est sur l’Union européenne : du rêve de l’union parfaite à la vie en commun », Regard sur l’Est, no 57, avril 2011.

17 Voir Stella Ghervas, « L’Europe comme idée, comme projet, comme construction », Questions internationales, no 51, 2011 : 12-23.

18 Philippe d’Iribarne, « Conceptions de la liberté et Union européenne », Commentaire, no 139, automne 2012 : 735-742.

19 Stella Ghervas, « La paix par le droit, ciment de la civilisation en Europe ? La perspective du Siècle des Lumières », art. cité : 47-69.

20 Ibid. : 64.

21 Bertrand Badie, La diplomatie de connivence. Les dérives oligarchiques du système international, Paris, La Découverte, 2013.

Auteur

Alain d’Iribarne est directeur de recherche au CNRS et économiste. Il a été administrateur de la Fondation Maison des sciences de l’homme de 2005 à 2009 et directeur du Département des sciences de l’homme et de la société du CNRS. Il étudie dans une perspective interdisciplinaire les relations qui peuvent exister entre les processus de diffusion et d’appropriation des innovations technologiques et les évolutions du travail, de l’emploi et des modes de vie. Il est, entre autres, l’auteur, avec Hervé Michel et Élisabeth Bouguinat, de De la pyramide aux réseaux. Récits d’une expérience de démocratie participative (Paris, Autrement, 2007).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540