Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser global

 | 
Michel Wieviorka
, 
Laurent Lévi-Strauss
, 
Gwenaëlle Lieppe

Décider de la vie

De l’exacerbation du moi dans la transmission de la vie*

René Frydman

Texte intégral

  • * Cet article reprend l’introduction de l’ouvrage co-rédigé par Monique Canto-Sperber et René Frydman (...)
  • 1 Sigmung Freud, « La sexualité dans l’étiologie des névroses », Résultats, idées, problèmes, t. I, 1 (...)

1En 1898, Freud écrivait : « Ce serait théoriquement l’un des plus grands triomphes de l’humanité, l’une des libérations les plus tangibles à l’égard de la contrainte naturelle à laquelle est soumise notre espèce, si l’on pouvait élever l’acte de la procréation au rang d’une action volontaire et intentionnelle, et le dégager de son intrication avec la satisfaction d’un besoin naturel1. »

2En ce début de xxie siècle, le vœu de Freud s’est réalisé. Grâce à la contraception et à la médicalisation de l’avortement, la satisfaction des besoins sexuels n’est plus nécessairement associée au risque d’engendrer. Dans les pays occidentaux, en tout cas, la naissance d’un enfant répond le plus souvent à un désir préalable. L’acte de procréer est bien devenu « une action intentionnelle ».

3La réalité toutefois est allée plus loin que Freud ne l’avait imaginé. Aujourd’hui, il est non seulement à peu près possible d’avoir un enfant si on le veut et quand on le veut, mais même un couple stérile peut espérer donner naissance à un enfant. Les techniques biomédicales récentes, qui sont au fondement de l’assistance médicale à la procréation (AMP), permettent en effet d’avoir un enfant en dépit d’obstacles physiologiques qui étaient infranchissables il y a à peine trente ans et qui interdisaient, dans une telle situation, tout espoir de conception.

4Par ailleurs, le choix d’avoir un enfant ne se limite plus à la décision de le concevoir. Il s’étend jusqu’au pouvoir de décider si l’enfant conçu naîtra ou non et se prolonge dans le choix d’avoir un enfant qui pourra être conforme à ce que ses futurs parents souhaitent. Ce cas se présente lorsqu’un test génétique réalisé au cours de la grossesse fait apparaître que le fœtus est porteur d’une anomalie. Les parents sont alors confrontés à un choix difficile : conduire la grossesse jusqu’à terme et faire naître l’enfant handicapé, ou renoncer à lui donner le jour. Par ailleurs, il est désormais possible pour l’équipe médicale de recourir à un diagnostic préimplantatoire (DPI) lors d’une fécondation in vitro. Dans un tel cas, après l’analyse génétique d’une cellule de l’embryon in vitro, il sera décidé de n’implanter dans l’utérus de la femme que les embryons indemnes de maladies génétiques. Il est aussi possible, dans un scénario moins tragique, que les médecins, en accord avec les parents, décident d’intervenir sur le fœtus pour tenter, avant même la naissance, de traiter la pathologie de l’enfant et de le faire naître dans une autre condition que celle à laquelle il était destiné.

5De nombreuses raisons laissent penser que nous n’en resterons pas là. Après l’émergence de la possibilité d’avoir un enfant si l’on veut, quand on veut, comme on le veut, après l’émergence de la possibilité d’avoir un enfant même si l’on est stérile, après la perspective concrète de ne pas avoir un enfant quand celui-ci n’est pas l’enfant qu’on voulait, ne peut-on pas imaginer que les êtres humains accèdent bientôt à la liberté d’avoir un enfant conforme à leurs désirs, c’est-à-dire un enfant doté de telles ou telles caractéristiques précises, un enfant à la carte ? Ne pourrait-on pas décider, par exemple, d’avoir une fille plutôt qu’un garçon ? Et, pourquoi pas, un enfant grand, un enfant blond, un enfant préservé de tout risque d’être diabétique ou d’avoir jamais une leucémie ? La thérapie génique permettrait de corriger un gène in utero.

6Nous n’en sommes pas encore là, mais nous y arriverons peut-être un jour prochain. Le choix des possibles dans la conception d’un enfant s’est beaucoup étendu et s’étendra encore. Il y a là l’expérience d’une liberté nouvelle en matière de procréation, sans précédent aucun dans l’histoire humaine. L’accès à cette nouvelle capacité d’agir qui touche directement à la naissance crée une condition inédite pour l’humanité. Sous de nombreux aspects qui vont bien au-delà de ce que Freud pouvait imaginer, la procréation humaine est devenue l’objet d’un choix délibéré et d’un acte de plus en plus maîtrisé. D’où la question, difficile et décisive, de savoir comment exercer cette liberté nouvelle.

7Confronté aux possibilités que nous venons d’évoquer, quel usage faire de la liberté ? Comme toujours en matière d’actions humaines, il est nécessaire de définir les limites dans lesquelles la liberté peut s’exercer. Faut-il poser des bornes, imposer des règles à l’usage des capacités nouvelles de procréer ? Quels principes faire valoir face à la demande des parents et à la force de leur désir d’enfant ? Au nom de quelles règles et de quelles normes, au nom de quelles valeurs pourrait-il être désormais légitime d’empêcher des femmes et des hommes adultes, des êtres raisonnables, d’accéder à la possibilité d’avoir un enfant, et surtout d’avoir l’enfant qu’ils souhaitent ?

  • 2 Même s’il existe des politiques nationales restrictives (Chili), et qu’il y eut des campagnes de st (...)

8Ces questions ne se posent guère lorsque les personnes concernées sont capables de procréer naturellement. Les hommes et les femmes font alors ce que la nature leur permet de faire, dans le libre usage de leur corps, et il est très rare que le droit, la société, voire la médecine aient à intervenir et puissent les empêcher d’avoir un enfant2.

9Mais il en est tout autrement dans les cas de stérilité ou de pathologie génétique familiale où la procréation doit être médicalement assistée. Les personnes ne peuvent alors avoir accès aux techniques de reproduction que dans des circonstances rigoureusement définies par la loi dans les pays, peu nombreux, où une telle loi existe. En France, seuls la stérilité et le risque de maladie génétique très élevé pour l’enfant permettent d’avoir recours à l’assistance médicale à la procréation, sous deux conditions restrictives : être en âge de procréer et former un couple hétérosexuel animé par un projet parental. En dehors de ces conditions, il est impossible, aujourd’hui, dans notre pays, de solliciter l’aide de la médecine pour procréer.

10Pourtant, rien n’empêche d’imaginer que des parents veuillent bénéficier d’une aide médicale leur permettant d’avoir un enfant dans d’autres conditions que celles permises par la loi. La loi est parfois révisée, et les législations étrangères sont sur bien des points ayant trait à la procréation différentes des nôtres. Puisque ce qui est interdit ici est permis là-bas, des femmes, des couples n’hésitent pas à recourir aux possibilités (d’insémination artificielle, de fécondation in vitro, de diagnostic même) que leur offrent d’autres pays européens, possibilités auxquelles ils n’ont pas accès en France. Pareille pluralité de systèmes législatifs, aujourd’hui aisément perceptible grâce à la mondialisation, fait évoluer les mentalités.

11Lorsqu’une femme n’est plus en âge d’être féconde, lorsqu’elle n’est pas capable de porter un enfant elle-même, lorsqu’elle ne vit pas en couple avec un homme, elle peut malgré tout vouloir un enfant. Lorsqu’une femme sans ovule désire bénéficier d’un don d’ovocytes, quasi impossible en raison des contraintes d’anonymat et de gratuité qui régissent en France un tel don, et que sa propre sœur est prête à lui donner ses ovules, elle peut vouloir respecter le principe d’anonymat. Des futurs parents peuvent souhaiter avoir recours à un diagnostic préimplantatoire afin de choisir le groupe tissulaire (HLA) de l’enfant à naître de telle sorte qu’à sa naissance, avec un peu de sang du cordon, on tente de sauver la vie de leur autre enfant frappé d’une leucémie (maladie non génétique), la transfusion de cellules sanguines du cordon compatibles étant aujourd’hui la seule thérapeutique possible.

12Or ces situations ne sont pas prévues par la loi française. Que faire alors ? Que dire ? Ces femmes, ces parents essuieront un refus de la part de l’équipe médicale à laquelle ils s’adresseront. En effet, aucune équipe médicale, soucieuse de sa réputation, ne voudra se mettre hors la loi. Mais, dans le même temps où des adultes responsables se voient opposer un refus, ceux qui sont impliqués dans ce processus de décision se demandent, presque tous : Pourquoi ? Pourquoi refuser ? Pourquoi interdire ?

13L’étendue de la liberté individuelle dans le domaine de la procréation, telle est la question que nous voulons soulever.

14Au nom de quelles valeurs la société peut-elle, par l’intermédiaire de médecins qui découragent, dissuadent ou refusent, s’insinuer dans le désir d’enfant de personnes adultes et raisonnables ? Au nom de quels principes se résout-elle à frustrer la liberté de procréer d’hommes et de femmes, ainsi empêchés d’accéder à la possibilité d’avoir un enfant ? Au nom de quel modèle de développement humain pourrait-on empêcher l’approfondissement de techniques nouvelles qui, aujourd’hui, autorisent et confortent des espoirs et des désirs d’enfant inenvisageables il y a moins de trente ans ?

15Pour qui s’intéresse à la condition humaine et veut réfléchir à ce qu’est devenue la naissance, il est impossible de ne pas poser de telles questions. Soucieux de définir ou d’abolir les limites qu’il est légitime d’imposer à la liberté humaine en matière de procréation, le sujet est le fondement de l’éthique.

16Aujourd’hui, faire un enfant ne dépend plus seulement d’un homme, d’une femme et de leurs capacités naturelles de procréer. Dans bien des cas, la naissance est devenue une affaire autrement plus complexe, où aux côtés des parents interviennent les médecins, et parfois d’autres adultes : donneurs de sperme et d’ovules, voire mères porteuses. Tout laisse penser que les processus allant de la conception d’un enfant jusqu’à sa naissance seront l’objet d’interventions de plus en plus perfectionnées et poseront des questions radicalement nouvelles. Face à de telles évolutions, l’éthique ne peut se limiter à constater ce qui se fait et à tenter de le banaliser ou de le justifier. Elle a une fonction beaucoup plus importante. Elle vise à anticiper les problèmes qui ne manqueront pas de se poser et à essayer de concevoir les outils intellectuels requis pour penser ces problèmes et y apporter des solutions.

17Ce sont des réflexions, qu’il faut mener démocratiquement, relatives à une « éthique de la naissance », à ce dont il est besoin pour faire naître un enfant.

18Ces réflexions sont nourries par le développement des sciences biologiques et médicales. Une nouvelle ligne rouge doit être définie, différente de ce qui est faisable ou non. Une ligne rouge qui met une limite infranchissable s’il y a dans un projet d'enfant une exploitation ou bien une aliénation d'un autre adulte (une commercialisation), ou si ce projet d’enfant est considéré comme moyen ou si l’enfant est projeté comme objet.

19L’éthique peut faire beaucoup mieux que de courir après le progrès pour essayer de rendre acceptables les avancées scientifiques et technologiques. Elle doit annoncer et prévenir, et dans certains cas inventer le futur. C’est à un tel travail de lucidité face à l’avenir que nous sommes invités. Doivent être abordées les limites de la liberté en matière de procréation humaine, de fécondation in vitro, du diagnostic préimplantatoire, des grossesses hors normes, du clonage reproductif humain et de la création artificielle de gamètes.

  • 3 IPS : Induced pluripotent stem cells (cellules souches pluripotentes induites).

20En effet, il est maintenant bien connu qu’il existe chez l’embryon, dès le 6e jour après la fécondation, des cellules souches à l’origine de toutes les cellules de notre organisme (peau, muscle, sang, système nerveux) dont les gamètes également. De plus, on sait aujourd’hui recréer des cellules souches à partir de cellules adultes (IPS3) en introduisant à l’intérieur de ces dernières des gènes qui les « rajeunissent ». Ainsi, on est susceptible de disposer de cellules souches sans passer par la case embryon humain toujours problématique sur le plan éthique.

21La culture orientée de ces cellules souches ou de ces néo-cellules souches (IPS) au laboratoire permet d’obtenir des précurseurs de cellules sexuelles. Déjà des publications font état chez l’animal de premières fécondations et naissances à partir de néo-spermatozoïdes. Demain des néo-ovocytes seraient disponibles à partir de la même origine, une fois les conditions de culture maîtrisées.

22Puisque la différenciation sexuelle peut être induite, on pourrait envisager une autofécondation à partir de néo-spermatozoïdes et néo-ovocytes dérivés de la même origine, du même embryon ou de la même cellule adulte.

23L’utérus artificiel ou un placenta en laboratoire permettra-t-il le développement d’un fœtus humain ? Finalement, un embryon humain obtenu après fécondation in vitro peut survivre 6 à 8 jours in vitro et un nouveau-né de 22 à 24 semaines très grand prématuré peut être pris en charge pendant de longues semaines dans une couveuse d’un service de néonatalogie. Dès lors, il ne reste plus qu’une vingtaine de semaines à couvrir pour aboutir à l’utérus artificiel. Qu’en serait-il de l’environnement psychoaffectif d’un tel humain ? Nul ne le sait mais cette extension du champ du possible, même si cela n’est pas réalisable aujourd’hui, nécessite une réflexion sur une véritable fabrique de bébés.

24La combinaison de gamètes artificiels, le développement embryonnaire au laboratoire permettraient des interventions continues sur l’être humain avec des modifications de ses capacités aboutissant au rêve de certains : un homme cyborg.

25Cette artificialisation complète de la fécondation, de la gestation, et donc de la naissance pose la question des limites que nous voulons donner. Ce qui est réalisable est-il éthiquement licite ?

Notes

1 Sigmung Freud, « La sexualité dans l’étiologie des névroses », Résultats, idées, problèmes, t. I, 1890-1920, Presses universitaires de France, 1984 : 89.

2 Même s’il existe des politiques nationales restrictives (Chili), et qu’il y eut des campagnes de stérilisation à certaines époques sur les « malades mentaux » et les « asociaux » (Suède, États-Unis et Allemagne nazie).

3 IPS : Induced pluripotent stem cells (cellules souches pluripotentes induites).

Notes de fin

* Cet article reprend l’introduction de l’ouvrage co-rédigé par Monique Canto-Sperber et René Frydman, Naissance et liberté. La procréation, quelles limites ?, paru chez Plon en 2008 puis à la Librairie générale française, coll. « Le livre de poche » en 2009, présentant les résultats d’un travail mené en commun par une philosophe, qui fut vice-présidente du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) et un médecin obstétricien, chirurgien, spécialiste de la reproduction humaine, qui fut également membre de cette instance, tous deux attentifs aux bouleversements induits par les sciences biomédicales et l’évolution de nos sociétés.

Auteur

René Frydman est professeur des universités à l’hôpital Foch de Suresnes et titulaire de la chaire « La cité des naissances » au Collège d’études mondiales (FMSH). Obstétricien, gynécologue des hôpitaux de Paris et professeur des universités depuis 1979, il a permis la naissance du premier « bébé éprouvette » français, conçu grâce à la technique de la fécondation in vitro (équipe dirigée par le prof. É. Papiernik, 1982) ; celle des premiers bébés français à partir d’ovocytes congelés (1986) ; la première naissance après un diagnostic préimplantatoire (2000) et celle du premier bébé français issu de la maturation in vitro (2003). En février 2011, il crée le premier bébé « médicament » en France ou bébé du « double espoir ». Après 36 ans à l’hôpital Antoine Béclère de Clamart, René Frydman a rejoint le service du professeur Jean-Marc Ayoubi à l’hôpital Foch de Suresnes, dans le cadre d’une activité clinique de gynécologie-obstétrique et de médecine de la reproduction (2012). Il fut l’un des membres fondateurs de Médecins sans frontières ; membre du Comité consultatif national d’éthique (1986-1990) et de la Commission nationale consultative des droits de l’homme ; chargé de mission au ministère de la Santé auprès de Bernard Kouchner (1992). Auteur ou co-auteur de nombreuses monographies, dont Recherche bonheur désespérément avec Muriel Flis-Trèves (Paris, PUF, 2010).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540