Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser global

 | 
Michel Wieviorka
, 
Laurent Lévi-Strauss
, 
Gwenaëlle Lieppe

Crises et utopies

Quelle(s) science(s) et quel système de représentation au service de la transition écologique ?

What science(s) and what system of representation to draw the ecological transition?

Dominique Méda

Résumé

Depuis le xviiie siècle, mais plus encore depuis le milieu du xxe, les sociétés occidentales considèrent que le volume de biens et services produits chaque année constitue leur richesse. Plus récemment, le PIB, indicateur majeur à l’aune duquel les performances des sociétés sont évaluées et comparées, a été conçu comme la principale convention de richesse. Nos sociétés sont aujourd’hui confrontées à une contradiction majeure car, la plupart des discours en appellent à la croissance comme principal instrument de sortie de la crise économique et sociale, alors que de nombreux travaux confirment que la croissance contribue à aggraver la crise environnementale et que le PIB ne joue pas le rôle d’alerte. Sortir de cette situation suppose donc de se doter non seulement d’autres indicateurs mais également d’autres cadres de représentation des rapports entre humains et nature, alors que les sciences de l’homme se sont focalisées depuis le xviiie siècle sur les interactions entre humains et ont négligé l’insertion de ceux-ci dans la nature. Sont-elles capables, au prix d’une révision de leurs fondements épistémologiques et de leurs méthodes, de prendre cette nouvelle dimension en considération ou devons-nous élaborer une nouvelle science, seule susceptible de surmonter l’anthropocentrisme consubstantiel aux sciences de l’homme et de construire une articulation raisonnée entre les anciennes sciences de l’homme et les sciences de la nature ?

Since the 18th century, but especially since the middle of the 20th, Western societies consider that the volume of goods and services produced each year in their wealth. More recently, GDP, major indicator whereby the performance of nations are evaluated and compared was developed as the main agreement wealth. Our societies are now facing a major contradiction since most speeches call for growth as the main instrument output economic and social crisis, while many studies confirm that growth aggravates the environmental crisis and that GDP does not act alert. Go out of this situation presupposes not only to develop other indicators but also other frames representation of the relationship between humans and Nature, while the human sciences have focused since the 18th century on the interactions between humans and have neglected the inclusion of these in nature. Are human sciences able, —at the cost of a review of their epistemological foundations and their methods— to take this new dimension into account or do we need to develop a new science only likely to overcome the consubstantial anthropocentrism of the human sciences and to build a reasoned articulation with natural sciences?

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Organisation internationale du travail, Rapport sur le travail dans le monde 2013, OIT, 2013.

1Nous vivons une série de crises qui sont profondément imbriquées et ne concernent pas au même degré toutes les aires géographiques. Une partie du monde dit développé, notamment certains pays européens, vit une crise économique et sociale profonde, ressentie comme un véritable déclin, pendant qu’une partie des pays dits émergents connaît de très forts taux de croissance1. En revanche, le monde entier est sous la menace d’une crise écologique majeure dont les liens avec le mode de développement qui a caractérisé les pays dits développés sont avérés. Mon propos vise à prendre au sérieux ces crises en commençant par rappeler leur caractère inédit, incertain et contradictoire, avant de m’arrêter sur la contribution des sciences de l’homme à l’occultation des dégâts de la croissance et de m’interroger sur leur capacité à nous aider à surmonter ces crises.

Des crises plurielles

  • 2 Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, Premier rapport du Groupe d’experts (...)
  • 3 Anthony D. Barnosky et al., « Approaching a state shift in Earth’s biosphere », Nature, vol. 486, 7 (...)
  • 4 Ibid. : 52 (nous traduisons).

2La prise de conscience de la gravité des risques que nous encourons en matière écologique est récente. Depuis le début des années 1990, les rapports du GIEC2 accumulent les données qui mettent en évidence que l’accumulation des gaz à effet de serre dans l’atmosphère risque de conduire à une élévation des températures qui pourrait entraîner un changement climatique dont il n’est possible de prévoir ni l’ampleur ni les effets mais qui pourrait être dramatique (fonte des glaces polaires, tempêtes tropicales, augmentation de l’intensité des cyclones, élévation du niveau des mers, acidification des océans mais aussi désertification de grandes parties de la Terre, perte de biodiversité, baisse des ressources en eau, et, d’une manière générale, dégradation des conditions de vie de tout ou partie de la Planète). Alors que l’augmentation de la température ne devrait pas dépasser deux degrés, les travaux les plus récents suggèrent qu’elle pourrait être supérieure à 4 voire 6 degrés. Par ailleurs, 60 % des services d’origine écosystémique étudiés seraient en cours de dégradation. Un article publié en juin 2012 par la revue Nature, cosigné par vingt-deux scientifiques appartenant à de très nombreuses disciplines des sciences naturelles, et intitulé « Approaching a state shift in Earth’s biosphere », a confirmé ces résultats dans des termes susceptibles de provoquer une légitime inquiétude3. Les auteurs y rappellent en effet que « désormais les humains dominent la Terre et la modifient selon des modalités qui menacent sa capacité à nous supporter, nous et les autres espèces4 ». Ils soulignent que les transitions critiques causées par des effets de seuil peuvent conduire à des changements d’états et que les humains sont en train de forcer une telle transition, avec la possibilité de transformer la Terre de manière rapide et irréversible en un état que l’humanité n’a encore jamais expérimenté.

3Cette avalanche de données alarmantes livrées par les sciences naturelles (biologie, climatologie, physique…) pose, d’une part, la question du crédit et de la confiance que les citoyens peuvent accorder à celles-ci, et, d’autre part, du rôle des sciences humaines et sociales. Les citoyens non spécialistes sont en effet contraints à un véritable acte de foi : ce que décrivent les scientifiques n’est pas réellement visible, un tel drame n’est jamais arrivé (ou n’a jamais été raconté), les imputations sont sujettes à caution, la vérification empirique est impossible. Quant aux sciences humaines et sociales, elles se retrouvent souvent dans une position quasi ancillaire, chargées d’organiser l’acceptabilité sociale des réponses dictées par les sciences naturelles.

  • 5 Avec pour modèle Hans Jonas pour lequel l’impossibilité d’engager les changements radicaux nécessit (...)

4Elles peuvent adopter trois postures : accepter les informations issues des sciences naturelles comme une donnée (positivisme) ; mettre en évidence le fait que ces résultats sont en partie une construction sociale ; refuser radicalement ce qui peut apparaître comme un diktat des experts. Je pense à la critique développée en France, notamment par Michaël Foessel, qui remet en cause les discours catastrophistes au service – selon lui – d’une philosophie préférant la vie à la bonne vie et la tyrannie à la démocratie5. Ces débats s’inscrivent dans un contexte de très grande incertitude : les évolutions climatiques et biologiques en cours peuvent provoquer des changements majeurs rendant quasiment impossible la vie sur terre ou n’entraîner des difficultés que pour quelques îles et quelques populations pauvres (ce qui explique sans doute la relative indifférence dont ce thème est l’objet actuellement). À cela s’ajoute la croyance dans les capacités infinies de l’homme et notamment dans son ingéniosité et sa ruse, qui ont pris aujourd’hui la forme de la croyance absolue dans les possibilités du progrès technique.

  • 6 Nicholas Stern, Stern Review: The Economics of Climate Change, rapport mené à la demande du gouvern (...)
  • 7 Programme des Nations unies pour l’environnement, L’Économie verte, 2011 ; Tim Jackson, Prospérité (...)
  • 8 Tim Jackson, Prospérité sans croissance, op. cit. ; Éloi Laurent, « Faut-il décourager le découplag (...)

5Les différentes crises actuellement à l’œuvre sont contradictoires, temporellement et géographiquement. Temporellement d’abord. À très court terme, les pays européens et dans une moindre mesure les États-Unis sont confrontés à une grave crise économique et sociale et à une crise des dettes souveraines dont la résolution nécessite un surcroît de croissance. Mais l’augmentation de la croissance est désormais, et de manière certaine, destructrice pour l’environnement, c’est-à-dire pour les conditions de vie des générations futures. Plus nous tardons à prendre les mesures nécessaires, plus elles seront difficiles et coûteuses. L’investissement nécessaire que le rapport Stern6 estimait à 1 % du PIB mondial est désormais plutôt estimé à 2 ou 3 %7. Un relatif consensus existe sur le fait que l’augmentation de la croissance aux rythmes que nous avons connus dans les cinquante dernières années est impossible et que l’alignement des pays émergents et du monde entier sur les standards de vie et les rythmes de croissance que l’Europe a connu ces vingt dernières années serait catastrophique. La question centrale est devenue celle de la possibilité d’instaurer un découplage entre la croissance de la production et les dommages opérés sur le patrimoine naturel, donc celle de la possibilité d’une croissance verte ou propre8. Avec une contradiction majeure entre résolution de la crise économique et sociale d’un côté, et résolution de la crise écologique de l’autre, qui apparaissent aujourd’hui contradictoires alors qu’elles avaient fait l'objet d'une cause commune entre État, mouvements écologistes et syndicats au début de la crise économique et financière en 2008, notamment en Europe.

  • 9 Axel Gosseries, « Kyoto et les exigences de la justice climatique », entretien par Benoît Lechat, L (...)
  • 10 Joan Martinez Alier, « Conflits écologiques et langages de valorisation », Écologie et politique, n(...)
  • 11 Joan Martinez Alier, « Valeur économique, valeur écologique » [en ligne], Écologie et politique, no(...)

6La contradiction est également géographique : s’il faut ralentir les rythmes de croissance pour préserver la planète, comment partager le fardeau de la réduction ? Avec quelle conception de la justice9 ? Les pays émergents veulent profiter de la croissance. Ils reprochent aux pays du Nord de les en empêcher et considèrent que le changement climatique est une invention pour faire obstacle à leur développement. Qui paiera la dette écologique ? Joan Martinez Alier exige que soit prise en compte « la dette écologique que le Nord a contractée envers le Sud à cause d’un commerce écologiquement inégal, du changement climatique, de la biopiraterie et de l’exportation des déchets toxiques10 », en se demandant quelle est la solution à cet « énorme conflit écologico-distributif » ? L’auteur écrivait dans un texte précédent : « Si l’on instaure des politiques environnementales basées sur des crédits de pollution en CO2 (soit en établissant des limites supérieures obligatoires, soit en taxant les émissions au-dessus d'une limite donnée), elles devraient inclure pour chaque pays la totalité des émissions de CO2 accumulées dans le passé, sinon depuis la révolution industrielle, au moins depuis 1900 (on pourrait aussi soutenir que ces crédits de pollution devraient être calculés par tête, et non par pays). Les idées contraires (remise des compteurs à zéro, crédits de CO2 calculés sur une base nationale) ont déjà été proposées par l’establishment écologique nord-atlantique. Ainsi, les programmes d'ajustement recommandés par le FMI de l'écologie pourraient consister, pour certains, à réduire les émissions de CO2 en réduisant la consommation au kilomètre de leur automobile ; pour d'autres, à réduire leur consommation domestique de bois grâce à des fours plus perfectionnés ; pour d'autres encore, les plus pauvres, probablement à exhaler moins de CO2 en respirant plus lentement, voire en cessant complètement de respirer11. »

Les sciences de l’homme face à la fin du monde

  • 12 Aldo Leopold, Almanach d’un comté des sables, Paris, Flammarion, 2000.
  • 13 Voir Éthique de l’environnement. Nature, valeur, respect, textes réunis et traduits par H.-S. Afeis (...)
  • 14 J. Baird Callicot, In Defense of the Land Ethic. Essays in Environmental Philosophy, Albany, State (...)
  • 15 « Man finds within his self-consciousness a sovereignty of the will, a responsibility for actions, (...)
  • 16 Dominique Méda, Le Travail. Une valeur en voie de disparition, Paris, Aubier, 1995.
  • 17 Lynn White Jr., « Les racines de notre crise écologique », Krisis, no 15, septembre 1993 : 60-73 (t (...)

7Dans quelle mesure les sciences de l’homme peuvent-elles nous aider à penser et à faire face à la pluralité et à l’enchevêtrement de ces crises ? La crise écologique peut être interprétée comme le résultat de l’oubli de la nature et d’une focalisation exclusive et excessive sur l’être humain et les interactions entre humains, donc d’un anthropocentrisme exacerbé. Aldo Leopold12, le courant de la deep ecology13 et toute une partie de l’éthique environnementale, par exemple J. Baird Callicot14, voient la crise écologique comme le signe du dysfonctionnement du rapport entre être humain et nature, le produit de l’oubli des conditions de la bonne insertion de l’homme dans la nature, du bon usage de la nature et finalement du splendide isolement de l’homme au sein de la Nature. La séparation des sciences de la nature et des sciences de l’homme ne trouve-t-elle d’ailleurs pas son origine, comme W. Dilthey y a insisté, dans le fait que l’homme se considère comme un empire dans un empire (« imperium in imperio », écrit W. Dilthey citant Spinoza15). Les sciences de l’homme ont pris leur essor et se sont autonomisées par rapport aux sciences naturelles à partir du xviiie siècle avec l’avènement de l’idée de contrat social, la prise de conscience que la société était l’œuvre des hommes, le refus de l’ordre naturel. Parallèlement, la nature était réduite à l’étendue, vidée de ses mystères, désenchantée et la société humaine en quelque sorte désencastrée vis-à-vis de ses conditions naturelles. La modernité, c’est une banalité, s’est ainsi inscrite en complète rupture avec le type de rapport que les Grecs avaient instauré entre humains et Nature : si la perfection consistait pour l’homme, selon Aristote, à imiter le plus fidèlement possible la Nature, elle consiste pour un moderne à la transformer et à faire celle-ci à son image. Un comble a été atteint avec l’idéalisme allemand – la philosophie de Hegel notamment – ce dernier indiquant que la vocation de l’homme est de « détruire » (vernichten) la nature, de manière à faire advenir l’Esprit16. L’historien Lynn White a vu l’origine de cet intense anthropocentrisme dans les textes bibliques et notamment dans l’idée que l’homme, fait à l’image de Dieu, est transcendant à la Nature, ce qui légitime la double entreprise de domination et de connaissance de celle-ci17.

  • 18 Louis Dumont, Homo aequalis. I. Genèse et épanouissement de l’idéologie économique, Paris, Gallimar (...)
  • 19 Léon Walras, « Économique et mécanique », Bulletin de la société vaudoise de sciences naturelles, v (...)
  • 20 Léon Walras ajoute que la manière de procéder de l’économie pure est « rigoureusement identique à c (...)

8Le développement des sciences de l’homme, et notamment de ces deux sciences de l’homme que sont l’économie et la sociologie, s’inscrit pleinement dans cette histoire. Les sciences de l’homme sont, par définition, des sciences centrées sur les interactions entre les hommes, et non sur le(s) rapport(s) entre l’homme et la nature. L’économie et la sociologie ont pleinement contribué à analyser les interactions des hommes entre eux et à organiser l’oubli de la nature et l’élection de l’homme comme centre du monde. Louis Dumont l’a bien montré pour l’économie18 : l’économie comme discipline a construit au sein de la réalité un espace autonome, régi par ses lois propres. Si, à ses débuts, elle a tenu le plus grand compte de la nature, et notamment de la résistance de celle-ci et de sa réalité comme facteur limitant (pensons à Smith, Ricardo ou Malthus), elle s’en est peu à peu complètement émancipée, qu’il s’agisse de sa volonté revendiquée d’être une science abstraite (Léon Walras rappelle dans « Économique et mécanique »19 que l’économique appartient non pas à la catégorie des faits mathématiques qui sont extérieurs et se « passent en dehors de nous, sur le théâtre de la nature » mais à celle des faits mathématiques qui sont en nous et qui sont appelés « les faits Psychiques », objets des sciences « psychico-mathématiques »20) mais aussi de sa conception de la valeur utilité – la valeur étant fondée sur la seule confrontation des désirs –, comme si peu à peu l’économie s’était déréalisée, avait refusé son inscription dans la nature et la matérialité.

  • 21 Raphaël Larrère, Catherine Larrère, « Hypermodernité et sociocentrisme », in R. Barbier et al., Man (...)
  • 22 William R. Catton, Riley E. Dunlap, « Environmental sociology: a new paradigm », The American Socio (...)

9Il en va de même de la sociologie, dont la naissance a coïncidé avec l’obsession et la peur panique de la désintégration sociale et qui s’est focalisée sur les rapports et les interactions des êtres humains entre eux au détriment des rapports entre êtres humains et nature. Catherine et Raphaël Larrère en ont vu une preuve manifeste dans l’affirmation de l’irréductibilité du fait social et l’institution d’une frontière infranchissable entre les sciences sociales et les sciences de la nature par Durkheim21. Dans un important article publié en 1978, « Sociologie environnementale : un nouveau paradigme22 », les sociologues américains William R. Catton et Riley E. Dunlap avaient déjà mis en évidence, derrière la diversité des courants sociologiques, un même postulat commun, anthropocentrique, qu’ils avaient baptisé « le paradigme de l’exception humaine ».

  • 23 Dominique Méda, Qu’est-ce que la richesse ?, Paris, Aubier, 1999.

10Ce sont ces sciences, et notamment l’économie, qui ont accompagné et même promu un certain type de représentation du réel devenu prédominant : je veux parler de la comptabilité nationale et plus précisément du Produit intérieur brut (PIB), devenu l’indicateur majeur à l’aide duquel nos sociétés se représentent à elles-mêmes et aux autres leur puissance, leur réussite et leur performance. La représentation de la richesse et du progrès par le PIB, c’est-à-dire l’idée que la réussite d’une société se mesure principalement par l’estimation monétaire du flux de biens et services produits chaque année témoigne de façon éclatante du fait que les sciences de l’homme nées au xviiie et au xixe siècle ont été conçues pour rendre compte principalement des interactions entre les hommes en oubliant la nature et en occultant les effets de ces interactions sur cette dernière23. Représenter la richesse et le progrès des sociétés par le PIB et leurs évolutions par le taux de croissance de celui-ci, c’est en effet ne tenir aucun compte de la nature dans laquelle les actions des hommes s’inscrivent pourtant.

  • 24 Bertrand de Jouvenel, Arcadie. Essais sur le mieux-vivre, Paris, SEDEIS, 1968.
  • 25 Joseph E. Stiglitz, Amartya Sen, Jean-Paul Fitoussi, Rapport de la Commission sur la mesure des per (...)
  • 26 Jean Gadrey, Florence Jany-Catrice, Les nouveaux indicateurs de richesse, Paris, La Découverte, 200 (...)

11Alors que le caractère radicalement insuffisant, et même dangereux, pervers, trompeur du PIB, avait été souligné notamment dans les années 1970 et même bien avant – je pense aux travaux trop méconnus de Bertrand de Jouvenel24 – sans que rien ne change, la commission Stiglitz25 sur la mesure des performances économiques et du progrès social a récemment confirmé ce diagnostic, qui rend désormais urgente l’élaboration d’un autre système de représentation des évolutions de notre monde, du monde actuel et du monde désiré. Il ne s’agit pas seulement de construire de nouveaux indicateurs mais bien un nouveau système de représentation26. La question centrale consiste à savoir si nous pouvons, pour élaborer celui-ci, nous servir des sciences de l’homme qui ont non seulement promu le précèdent – désormais anachronique – mais qui sont aussi marquées par un anthropocentrisme consubstantiel.

Quel système de représentation au service de la sortie de crise ?

  • 27 Dominique Méda, Qu’est-ce que la richesse ?, op. cit.

12Bien sûr, de nombreux systèmes de représentation du réel coexistent aujourd’hui : chaque discipline propose le sien. Mais celui qui a été adopté universellement et qui guide nos actions, publiques et privées, depuis le milieu du xxe siècle, est le système harmonisé de comptabilité nationale. Dans ce système de représentation, le « représenté » est l’ensemble des échanges économiques, le langage est l’économie, l’unité de mesure est la monnaie. Ce qui est comptabilisé est l’ensemble des ajouts de valeur : le PIB est la somme des valeurs ajoutées. Ce système de représentation s’appuie sur une épistémologie et une philosophie, dont les racines peuvent être trouvées au xviiie siècle : les biens et services créés par les êtres humains constituent leur principale richesse27. Si ce système nous mène dans le mur, s’il ne nous permet pas de faire face de manière sérieuse à la crise écologique puisqu’il est incapable de mettre en évidence les dégradations apportées par les actes de production et de consommation sur la nature, s’il n’est capable de raisonner qu’en termes de flux et non de stocks, s’il ne parvient pas à rendre visibles les évolutions de ce qui compte vraiment, alors nous devons changer de système de représentation.

13Sur quoi le nouveau devra-t-il être centré ? Sur ce qui compte pour l’inscription de nos sociétés dans la durée. Qu’est-ce qui peut entraîner la disparition de nos sociétés ? La dégradation de notre patrimoine naturel sous le coup de pollutions majeures ou de transformations des conditions naturelles dans lesquelles s’inscrivent la vie humaine, d’une part, et la dissolution du lien social, la balkanisation des sociétés, sous le coup de guerres, extérieures ou civiles, par exemple provoquées par de trop fortes inégalités, d’autre part. Patrimoine naturel et santé sociale, voici les deux ensembles qui semblent importer à la survie des sociétés humaines. Il s’agirait donc de substituer la prise en compte des évolutions de ces deux ensembles à celle des flux de biens et services créés chaque année. Autrement dit de prendre en considération les changements advenus au patrimoine naturel (qualité de l’eau, du climat, de la biodiversité… en lien avec les actions humaines) et la manière dont les principaux biens sont rendus accessibles à chacun. Passer de la prise en considération de flux à celle de « stocks » ou de patrimoines, de la focalisation sur les biens et services créés à la focalisation sur les changements d’état, de la centration sur les interactions entre humains à la centration sur les interactions entre humains et nature, de la prise en considération de l’augmentation des quantités à celle des qualités.

  • 28 Franck-Dominique Vivien, Le développement soutenable, Paris, La Découverte, 2005 ; Julien Milanési, (...)
  • 29 Joan Martinez Alier, « Conflits écologiques et langages de valorisation », Écologie et politique, n(...)
  • 30 Tim Jackson, Prospérité sans croissance, op. cit.

14Quel langage, quelle grammaire devons-nous mobiliser pour décrire ces ensembles ? Pas le langage économique, ni le langage monétaire car la valeur de ces ensembles n’est pas seulement monétaire. Nous tenons aussi à leur existence. Certes l’économie est capable d’estimer une valeur d’existence mais ne sont-ce pas plutôt la physique et la biologie qui sont capables de décrire les évolutions et les états du patrimoine naturel ? Ce qui nous importe est-ce seulement le flux d’utilités que le patrimoine naturel est capable de nous fournir ou aussi la réalité physique, biologique, esthétique de la nature28 ? Ce qui compte pour nous, ce à quoi nous sommes attachés, ce que nous voulons transmettre, n’est-ce pas aussi un ensemble de réalités physiques, génératrices de sensations, de beauté, d’odeurs… Et si le langage économique ne peut pas être le seul à décrire la réalité, quelle unité de mesure, quelle unité de compte devons-nous utiliser ? Quelles sciences devons-nous mobiliser ? Pouvons-nous envisager une conversion des sciences actuelles ? Par exemple une conversion de l’économique qui serait capable d’abandonner ses postulats individualistes, utilitaristes, monétaristes et anthropocentriques, comme le revendique l’économie écologique : « Si l’économie écologique critique l’économie conventionnelle, écrit ainsi J. Martinez Alier, c’est parce qu’elle oublie la nature dans ses comptes, aussi bien dans ceux des entreprises que dans ceux des gouvernements. L’économie écologique propose de tenir compte des aspects biologiques, physiques, chimiques mais aussi sociaux. La croissance a été de 3 %, d’accord, mais que l’économie explique comment il se fait que la pollution a augmenté, ce qui s’est passé avec les fleuves, les forêts, la santé des enfants, en tenant compte de tous les aspects sociaux et écologiques de ces problèmes29 ». Mais l’économie est-elle capable de se transformer radicalement et de changer son langage et ses postulats de base ? Ou pour formuler autrement la question, en quoi l’économie écologique reste-t-elle de l’économie ? Est-il possible, comme le demande Tim Jackson, d’élaborer une économie capable de prendre en compte les flux de matière et d’énergie30 ?

  • 31 Tom Dedeurwaerdere, « Les sciences du développement durable pour régir la transition vers la durabi (...)

15Ne serait-il pas préférable (nécessaire) d’organiser une véritable coordination entre les différentes sciences, humaines et naturelles, voire une obligation de transdisciplinarité qui permettrait de surmonter les limites inhérentes à leur spécialisation et à leur cloisonnement31, ou, mieux encore, élaborer une nouvelle science, dont l’objet, le langage, les méthodes seraient radicalement différents de ceux des sciences de l’homme actuelles ? Une science vouée à l’étude des interactions entre humains et nature ? Aurait-elle encore droit au nom de science de l’homme ? Oui si l’on considère qu’elle serait spécialisée dans l’analyse de l’ensemble des interactions entre l’homme et la nature, se proposant de garantir l’existence de conditions de vie authentiquement humaines pour l’ensemble des générations et visant à impliquer dans ce choix les citoyens. Nous manquons en effet d’une science engagée, capable d’expliciter à tout moment ses postulats et ses critères de choix à l’attention des citoyens, acceptant d’être interpellée, de justifier ses présupposés et ses méthodes, une science que J. Martinez-Alier nomme « post-normale » et dont les principales caractéristiques devraient être l’humilité, l’indépendance, l’interdisciplinarité et l’engagement.

  • 32 Joan Martinez Alier, « Conflits écologiques et langages de valorisation », art. cité : 104.
  • 33 Ibid. : 104.

16Le monde de 2050 ne peut pas être écrit par une unique discipline, prétentieuse et repliée sur ses évidences. Il doit être écrit par les citoyens, en liaison avec des sciences largement accessibles et dont les résultats doivent pouvoir en permanence être remis en cause. C’est ce que suggère J. Martinez Alier lorsqu’il écrit : « Les problèmes écologiques sont complexes, interdisciplinaires. Ce sont parfois aussi des problèmes nouveaux du fait qu’ils ont été créés par des industries nouvelles. Les scientifiques, dont les méthodes sont réductionnistes, ont du mal à se mouvoir sur ces terrains32. » Il suggère de chercher la solution du côté des discussions où « les activistes écologistes et les “experts” des universités et des entreprises participent à ces discussions sur un pied d’égalité. C’est ce qu’on appelle l’activist knowledge, le savoir militant33 ».

Quelle épistémologie pour une nouvelle science de l’homme comme partie de la nature ?

17Élaborer une nouvelle science capable de prendre en considération les interactions entre les sociétés humaines et la nature suppose de déterminer un nouvel objet, un nouveau langage, une nouvelle unité de compte mais aussi une nouvelle grammaire, une nouvelle axiomatique, une nouvelle épistémologie et de nouveaux critères d’évaluation, de nouveaux objectifs. Quels seront les ensembles représentés et dans quel langage devrons-nous le faire ? Nous représentons aujourd’hui les états et les évolutions des différentes parties du monde grâce au PIB, parce que c’est le flux de biens et services produits chaque année qui nous importe et qui est considéré comme le plus représentatif de la richesse et du progrès de la société. Mais si nous considérons qu’il n’en va plus ainsi, sur quelle réalité devrons-nous désormais nous focaliser ? Sera-ce sur le bien-être ou le bonheur, comme le suggèrent un certain nombre de travaux actuels ? Notre nouvelle métrique peut-elle être construite en points de bonheur ? Certes pas, car rien n’est plus éloigné de la prise en compte des évolutions de notre patrimoine naturel que le bonheur. C’est donc sur celles-ci que devraient porter nos analyses.

  • 34 Hans Jonas, Le principe responsabilité. Une éthique pour la civilisation technologique, Paris, Cerf (...)

18Mais dans quel langage et en quelles unités comptabiliserons-nous les évolutions de celui-ci : en nombre d’arbres, de poissons et de quantité d’eau potable disponible ? En quantité d’émissions de gaz à effets de serre ? En « poids » des activités humaines sur la nature ? Nous avons besoin d’un système de représentation « engagé », qui nous permette de guider nos actions, publiques et privées. Qui soit capable de comptabiliser nos « progrès » et donc qui, comme une partie des systèmes de représentation, intègre ou inclue un certain nombre de « postulats » sur ce qui est, sinon « bon » et « bien », au moins compatible avec la permanence de conditions de vie authentiquement humaines sur terre34. La détermination de ces objectifs, de ces normes et leur « réglage » ou leur déclinaison devrait faire l’objet non pas d’un choix d’experts, mais d’un large débat public réunissant représentants politiques, experts de toutes disciplines (sciences naturelles et humaines), citoyens et ONG. On pourrait imaginer un système de représentation faisant appel à une nouvelle unité de compte (bilan carbone ?), relié à l’actuel système de représentation fondé sur la comptabilité nationale par un ensemble d’objectifs qualitatifs et quantitatifs fixés et permettant d’organiser, pour les cinquante années à venir, la réduction des principaux facteurs risquant d’entraîner une dégradation du patrimoine naturel ou de la santé sociale des différentes régions du monde, tout en assurant la satisfaction des besoins fondamentaux des individus sous réserve du respect des normes sociales et environnementales.

  • 35 Dominique Méda, La mystique de la croissance. Comment s’en libérer, Paris, Flammarion, 2013.
  • 36 Albert O. Hirschman, Les passions et les intérêts. Justifications politiques du capitalisme avant s (...)
  • 37 Louis Dumont, Homo aequalis, genèse et épanouissement de l’idéologie économique, Paris, Gallimard, (...)

19Une telle conversion – qui fait de la croissance du PIB un objectif second des sociétés – exige l’adoption d’une nouvelle « philosophie » où la richesse de la société n’est plus identifiée au flux des biens et services produits ou à la quantité de bien-être mais à la satisfaction des besoins sous contrainte du respect de l’intégrité du patrimoine naturel et de la santé sociale (c’est-à-dire sous contrainte du « prendre soin » de la nature et des êtres humains). Un tel processus suppose malheureusement déjà acquises et répandues les « vertus » – au sens antique ou rousseauiste du terme – qui seront certainement générées par le nouveau système de représentation mais qui sont aujourd’hui relativement contradictoires avec la modernité : le sens de la limite, de la mesure, la capacité à imiter la nature et à respecter ses rythmes… Elle implique donc que nous soyons capables de trier dans la modernité ce que nous souhaitons conserver et abandonner, et, plus précisément35, que nous engagions une certaine rupture avec le xviiie siècle et ce qu’Albert Hirschman36 avait appelé « le bouleversement stupéfiant de l’ordre idéologique et social » qui s’est opéré à ce moment. Elle suppose donc que nous soyons attentifs aux mises en garde de Louis Dumont37 qui, rappelant que l’humanité est passée au xviiie siècle de la tutelle des hommes sur les hommes à la tutelle des hommes sur les Choses, craignait de voir la sortie de la modernité s’accompagner d’un retour à la hiérarchie.

Notes

1 Organisation internationale du travail, Rapport sur le travail dans le monde 2013, OIT, 2013.

2 Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, Premier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, 1990 ; Deuxième rapport d’évaluation « Changements climatiques 1995 », 1995 ; Troisième rapport d’évaluation « Bilan 2001 des changements climatiques », 2001 ; Quatrième rapport d’évaluation « Changements climatiques 2007 », 2007.

3 Anthony D. Barnosky et al., « Approaching a state shift in Earth’s biosphere », Nature, vol. 486, 7 juin 2012 : 52-58.

4 Ibid. : 52 (nous traduisons).

5 Avec pour modèle Hans Jonas pour lequel l’impossibilité d’engager les changements radicaux nécessite une « tyrannie bienveillante ». Voir Michaël Foessel, Après la fin du monde. Critique de la raison apocalyptique, Paris, Seuil, 2012.

6 Nicholas Stern, Stern Review: The Economics of Climate Change, rapport mené à la demande du gouvernement du Royaume-Uni, HM Treasury, octobre 2006.

7 Programme des Nations unies pour l’environnement, L’Économie verte, 2011 ; Tim Jackson, Prospérité sans croissance, Bruxelles/De Boeck, Namur/Etopia, 2010.

8 Tim Jackson, Prospérité sans croissance, op. cit. ; Éloi Laurent, « Faut-il décourager le découplage ? », Revue de l’OFCE, no 123, Économie du développement soutenable, dirigé par É. Laurent, 2011 : 235-257 ; Thierry Caminel et al., Produire plus, polluer moins : l’impossible découplage ?, Paris, Les petits matins, 2014.

9 Axel Gosseries, « Kyoto et les exigences de la justice climatique », entretien par Benoît Lechat, La Revue nouvelle, novembre 2008 : 32-42 ; Id., « Les théories de la justice intergénérationnelle. Synopsis à l’usage des durabilistes pressés », Raison publique, no 8, avril 2008 : 7-29 ; Catherine Larrère, « La justice environnementale », Multitudes, no 36, 2009 : 156-162.

10 Joan Martinez Alier, « Conflits écologiques et langages de valorisation », Écologie et politique, no 35, 2008 : 91-107, disponible en ligne sur <http://www.cairn.info/zen.php?ID_ARTICLE=ECOPO_035_0091>, § 37.

11 Joan Martinez Alier, « Valeur économique, valeur écologique » [en ligne], Écologie et politique, no 1, janvier 1992, disponible en ligne sur <http://jeanzin.fr/ecorevo/egep/economie/textes/martinez.htm>.

12 Aldo Leopold, Almanach d’un comté des sables, Paris, Flammarion, 2000.

13 Voir Éthique de l’environnement. Nature, valeur, respect, textes réunis et traduits par H.-S. Afeissa, Paris, Vrin, 2007.

14 J. Baird Callicot, In Defense of the Land Ethic. Essays in Environmental Philosophy, Albany, State University of New York Press, 1989.

15 « Man finds within his self-consciousness a sovereignty of the will, a responsibility for actions, a capacity for subjecting everything to thought and to resisting, from within the stronghold of his personal freedom, any and every encroachment. This differentiates him from the rest of nature. He exists in nature as a realm within a realm —imperium in imperio, to use an expression of Spinoza », in Wilhelm Dilthey, Introduction to the Human Sciences, vol. I, édité par R. A. Makkreel et F. Rodi, Princeton, Princeton University Press, 1989 : 58.

16 Dominique Méda, Le Travail. Une valeur en voie de disparition, Paris, Aubier, 1995.

17 Lynn White Jr., « Les racines de notre crise écologique », Krisis, no 15, septembre 1993 : 60-73 (trad. de l’anglais par A. de Benoist de « The historical roots of our ecological crisis », Science, New Series, vol. 155, no 3767, 10 mars 1967 : 1203-1207).

18 Louis Dumont, Homo aequalis. I. Genèse et épanouissement de l’idéologie économique, Paris, Gallimard, 1976.

19 Léon Walras, « Économique et mécanique », Bulletin de la société vaudoise de sciences naturelles, vol. 45, 1909 : 313-325.

20 Léon Walras ajoute que la manière de procéder de l’économie pure est « rigoureusement identique à celle de deux sciences physico-mathématiques des plus avancées et des plus incontestées : la mécanique rationnelle et la mécanique céleste » (« Économique et mécanique », art. cité : 316).

21 Raphaël Larrère, Catherine Larrère, « Hypermodernité et sociocentrisme », in R. Barbier et al., Manuel de sociologie de l’environnement, Québec, Presses de l’université Laval, 2012 : 53-62.

22 William R. Catton, Riley E. Dunlap, « Environmental sociology: a new paradigm », The American Sociologist, vol. 13, février 1978 : 4-49.

23 Dominique Méda, Qu’est-ce que la richesse ?, Paris, Aubier, 1999.

24 Bertrand de Jouvenel, Arcadie. Essais sur le mieux-vivre, Paris, SEDEIS, 1968.

25 Joseph E. Stiglitz, Amartya Sen, Jean-Paul Fitoussi, Rapport de la Commission sur la mesure des performances économiques et du progrès social, sur proposition du gouvernement français, septembre 2009.

26 Jean Gadrey, Florence Jany-Catrice, Les nouveaux indicateurs de richesse, Paris, La Découverte, 2005 ; Isabelle Cassiers (dir.), Redéfinir la prospérité. Jalons pour un débat public, La Tour-d’Aigues, Éd. de l’Aube, 2011 ; Géraldine Thiry, « Au-delà du PIB : un tournant historique. Enjeux méthodologiques, théoriques et épistémologiques de la quantification », thèse de doctorat en sciences économiques, Université catholique de Louvain, mai 2012, s/d I. Cassiers.

27 Dominique Méda, Qu’est-ce que la richesse ?, op. cit.

28 Franck-Dominique Vivien, Le développement soutenable, Paris, La Découverte, 2005 ; Julien Milanési, « Éthique et évaluation monétaire de l’environnement : la nature est-elle soluble dans l’utilité ? », VertigO, vol. 10, no 2, septembre 2010, disponible en ligne sur <http://vertigo.revues.org/10050>.

29 Joan Martinez Alier, « Conflits écologiques et langages de valorisation », Écologie et politique, no 35, 2008 : 91-107, en particulier : 100.

30 Tim Jackson, Prospérité sans croissance, op. cit.

31 Tom Dedeurwaerdere, « Les sciences du développement durable pour régir la transition vers la durabilité forte », rapport rendu dans le cadre du Ier congrès interdisciplinaire du développement durable (Namur, 31 janvier-1er février 2013), 2013 ; Amy Dahan-Dalmédico (dir.), Les modèles du futur. Changement climatique et scénarios économiques, enjeux scientifiques et politiques, Paris, La Découverte, 2007.

32 Joan Martinez Alier, « Conflits écologiques et langages de valorisation », art. cité : 104.

33 Ibid. : 104.

34 Hans Jonas, Le principe responsabilité. Une éthique pour la civilisation technologique, Paris, Cerf, 1990.

35 Dominique Méda, La mystique de la croissance. Comment s’en libérer, Paris, Flammarion, 2013.

36 Albert O. Hirschman, Les passions et les intérêts. Justifications politiques du capitalisme avant son apogée, Paris, Presses universitaires de France, 1980 : 15.

37 Louis Dumont, Homo aequalis, genèse et épanouissement de l’idéologie économique, Paris, Gallimard, 1976.

Auteur

Dominique Méda est professeur de sociologie à l’université Paris Dauphine et directrice de l’IRISSO (UMR 7170). Elle est titulaire de la chaire « Reconversion écologique, travail, emploi, politiques sociales » au Collège d’études mondiales (FMSH), en partenariat avec l’université Paris Dauphine. Travaillant sur des domaines tels que le travail, l’emploi, les politiques sociales, les indicateurs et la croissance, elle est l’auteur notamment de : Au-delà du PIB. Pour une autre mesure de la richesse (Paris, Champs Flammarion, 2008) ; La mystique de la croissance (Paris, Flammarion, 2013) ; avec Patricia Vendramin, Réinventer le travail (Paris, PUF, 2013) ; avec Maële Bigi, Olivier Cousin, Laetitia Sibaud, Michel Wieviorka, Travailler au xxie siècle. Des salariés en quête de reconnaissance (Paris, R. Laffont, 2015).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540