Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser global

 | 
Michel Wieviorka
, 
Laurent Lévi-Strauss
, 
Gwenaëlle Lieppe

Demain quel(s) monde(s)

De l’ère sociale à l’ère post-sociale

Alain Touraine

Texte intégral

1Depuis 2007 et l’éclatement de la crise financière qui a, à son tour, déclenché d’autres crises et enfermé l’Europe et, de manière plus brève, les États-Unis dans une stagnation qui s’est parfois transformée en dépression, nous avons vécu la mondialisation de l’économie, surtout financière, comme une globalisation qui plaçait cette économie hors d’atteinte de tous les systèmes de contrôle national et international. Elle a donc inspiré, surtout dans le monde occidental, la conscience angoissante d’une perte de contrôle de plus en plus complète des sociétés sur leur économie entraînée dans les avatars de la spéculation et même des opérations financières illégales. Nous n’avons aucune raison de renoncer à ce type d’analyses dont j’ai essayé d’évaluer les aspects sociologiques, plus importants encore à mes yeux que les aspects proprement économiques, puisque si une partie importante des ressources économiques d’une société n’entre plus dans les cadres institutionnels et les orientations culturelles de celle-ci, ces cadres sont condamnés à se vider de leur rôle de contrôle sociétal des activités économiques, ce qui veut dire, en termes plus brutaux, que les institutions sociales se vident de leur contenu réel, laissant flotter des mots qui ne définissent plus des formes et des normes d’action clairement définies.

2Nous devons avoir le courage de reconnaître que la plupart des notions qui ont constitué notre langage collectif souffrent d’une perte de sens importante ou même totale. Qui peut dire aujourd’hui que la démocratie, l’État, la ville, l’éducation, les hiérarchies sociales ou les systèmes pénitentiaires peuvent être définis clairement par des fonctions, par une utilité, et reposent sur des accords majoritaires ? Nous avons été trop souvent convaincus par ceux qui ont montré que le système scolaire, et surtout universitaire, renforce l’inégalité des chances pour croire au discours officiel qui les définit par leur rôle au service d’une plus grande égalité. Et même si nous n’osons pas formuler notre jugement ouvertement, nous savons que la prison augmente plutôt qu’elle ne diminue la criminalité, et en particulier la récidive. Même dans des domaines où le langage garde plus facilement une certaine précision, nous sommes conscients par exemple que l’entreprise a perdu beaucoup de son autonomie face au marché et qu’il existe, même dans les systèmes où la volonté égalitaire de l’État est indiscutable, de fortes tendances à la séparation d’une école des riches et d’une école des pauvres (ou des immigrés) et une médecine des riches (ou des protégés) et une autre pour ceux qui vivent dans des zones éloignées des centres hospitaliers d’excellence. L’Europe occidentale a connu après la guerre quelques décennies que certains pays, comme l’Espagne ou l’Italie, ont appelé des miracles et que les Français, à l’invitation de Jean Fourastié, ont appelé les Trente Glorieuses. Mais dans tous les pays, y compris l’Allemagne, les politiques sociales, depuis le triomphe du néolibéralisme et des politiques dont la variante la plus connue et la plus contestable a été le consensus de Washington, ont montré un fort recul de la part du travail par rapport à celle du capital dans la répartition du revenu national, de graves crises sectorielles ou régionales, une augmentation des inégalités et du chômage. Comment la confiance mise dans les programmes sociaux-démocrates après la Seconde Guerre mondiale n’aurait-elle pas été remplacée par la peur que suscitent les accidents des marchés et les crises qui font disparaître en fumée les richesses produites pendant des années entières ? Comment, par conséquent, ne pas éprouver des doutes sérieux sur la validité des analyses sociologiques ? Et pour le dire de la manière la plus brève possible, comment ne pas rejeter le principe central, la définition même de la sociologie classique, pour qui le système social et les acteurs sociaux sont définis en « réciprocité de perspective », sont les deux faces d’une même pièce de monnaie ?

3De plus, la sociologie a été accusée de masquer la domination des groupes économiques et politiques les plus puissants derrière un discours de type universaliste qui accompagnait l’impuissance croissante des luttes contre les injustices et les inégalités et de ce qu’on appelle de moins en moins souvent le mouvement ouvrier, le prolétariat, les travailleurs ou les forces révolutionnaires, selon l’idéologie des locuteurs.

4Les esprits les plus modérés ou les plus découragés préfèrent dire que le discours européen, déjà vidé de son contenu par les idéologies au service de l’hégémonie nord-américaine ou plus précisément des États-Unis, perd de sa capacité explicative, en même temps que l’Europe occidentale perd la place centrale qu’elle a occupée dans le monde pendant les quatre ou cinq derniers siècles et est devenue incapable d’expliquer aux autres parties du monde leur situation et de mobiliser leurs initiatives.

5Bien que ces aspects culturels et politiques de la crise occidentale soient apparemment moins importants, moins dramatiques dans leurs conséquences, que la crise financière de 2007-2008, la crise monétaire qui a atteint plusieurs pays à partir de 2010 et la crise de croissance qui atteint la zone euro dans son ensemble, ce sont eux qu’il me semble indispensable d’analyser, car la perte de sens des institutions sociales est un fait auquel aucune analyse ne peut refuser d’accorder une place centrale.

6Nous sommes menacés par un contresens aux conséquences destructrices. Les mouvements antieuropéens, anticapitalistes et anticoloniaux ont eu entièrement raison de rejeter la prétention occidentale d’identifier son mode de modernisation à la modernité elle-même, comme si les premiers pays à entrer dans la modernisation capitaliste avaient dominé le monde en se soumettant eux-mêmes à la rationalisation et à l’esprit des Lumières. Affirmation idéologique d’autant plus insupportable que le modèle occidental a été dominé au contraire par la concentration de toutes les ressources et de tous les pouvoirs dans les mains d’une élite dirigeante, encore plus politique qu’économique – ce qui donne, dans l’étude de l’Europe, un avantage à Norbert Elias sur Max Weber. Cette élite dirigeante a écrasé les autres catégories de leur société, femmes et enfants, serfs et salariés, minorités nationales, linguistiques ou religieuses, mais aussi les autres parties du monde colonisées. Selon le pays colonisateur la domination a été plutôt économique ou a fait payer l’impôt du sang ou encore a imposé le respect de la supériorité du colonisateur. Le xxe siècle, partout dans le monde, a été dominé si fortement par le rejet de cette utopie orgueilleuse de l’Occident qu’on pourrait le définir comme le siècle anti-occidental, au moins autant que comme le siècle des totalitarismes et plus justement encore que comme le siècle de l’industrialisation et du développement.

7Mais cette critique justifiée et efficace de l’hégémonie occidentale se transformerait en un contresens catastrophique si on la poussait jusqu’à un rejet général de l’universalisme européen, de la raison et des droits humains sous toutes leurs formes, depuis le développement de la pensée scientifique jusqu’à l’individualisme moral.

8Comme je viens de le rappeler, le modèle, ou mieux, les modèles européens de modernisation ont combiné les appels à la modernité, définis avant tout par l’universalisme, avec la formation et la puissance des classes dirigeantes, des empires, des colonisations et des idéologies qui justifient leur pouvoir. Le problème – qu’on peut juger central – du xxie siècle est d’associer cette modernité, liée à des dominations, à des principes universalistes se combinant dans les différentes parties du monde avec des cultures et des histoires où se mêlent l’universalisme et des formes de vie communautaire et de politique nationale qui peuvent être aussi ou plus dangereuses que l’illusoire hégémonie européenne qui a dominé la période qui a commencé avec la formation des premiers empires coloniaux européens, espagnol et portugais, et s’est terminée avec la fin des interventions démocratisantes des États européens à partir des années 1970.

9Le monde du xxe siècle, qui domine encore bien des régions en ce début du xxie siècle, laissera comme sa marque négative la contre-attaque des forces qui semblaient avant 1914 avoir été vaincues par la raison et par l’universalisme des droits humains.

10Les Occidentaux sont encore tellement obsédés par les dominations qu’ils ont imposées et par l’appui qu’ils ont donné, au nom de leurs principes de liberté et d’égalité, aux mouvements de libération qui étaient dirigés contre eux, qu’ils ont cru – au moins pendant une brève période – que toutes les parties du monde suivraient la ligne de modernisation qui avait été celle de l’Occident – l’Angleterre, les Pays-Bas, les États-Unis et la France. La réalité historique s’est écartée brutalement de cette illusion. D’abord avec le développement du capitalisme industriel et la misère ouvrière, ensuite avec la révolution soviétique qui conduisit très vite à une dictature sur le prolétariat. Au même moment la révolution mexicaine, tout en créant des tendances et même des mouvements démocratiques, s’enfonçait à la fois dans des luttes de classes, dans l’élimination des mouvements paysans et dans une véritable croisade antireligieuse qui provoqua une sanglante guerre civile. L’écroulement des empires coloniaux multiplia les dictatures nationalistes.

11Nous venons de vivre une longue période où il ne semblait plus y avoir de place pour la raison, les droits et la démocratie. L’Europe avait été écrasée par le totalitarisme nazi et ses alliés et sa partie orientale vécut plus longtemps encore dans la servitude imposée par l’occupant soviétique. Le nationalisme sioniste provoqua la formation d’un nationalisme palestinien ; la plus grande partie du Moyen-Orient, non seulement l’Iran et l’Irak mais aussi le Liban et aujourd’hui la Syrie, ont été couverts de sang par des guerres civiles et des répressions qui se transformèrent vite en guerres de religion. Quand les graves accidents des marchés capitalistes se transformèrent en une crise financière majeure, celle du crédit hypothécaire, en 2007, beaucoup ont pu penser que le modèle occidental de modernisation s’était à son tour séparé de la modernité.

12Il fut presque vrai de dire que l’universalisme occidental avait été entièrement détruit, à l’Ouest par la spéculation financière, à l’Est par des régimes communistes et dans les anciens empires coloniaux par des nationalismes autoritaires auxquels s’ajouta vite la forte pénétration de la puissante économie chinoise cherchant partout des « commodities » pour nourrir sa population immense et être de plus en plus « l’usine du monde ».

13Mais on n’attend plus des Occidentaux qu’ils demandent sans fin pardon et souhaitent pour eux-mêmes de nouvelles défaites qui pourraient les faire redescendre à l’état de sous-développement où ils avaient enfermé une grande partie de la population mondiale.

14Nous devons au contraire avec l’appui de beaucoup de ceux qui ont été nos ennemis, sauver les créations de l’Occident, de la pensée scientifique au système juridique, de la reconnaissance du droit de tous à la vie, à la liberté et à l’égalité, à la soumission aux lois, d’où qu’elles viennent, aux droits souverains de chaque être humain. Et comment un Européen, un Américain du Nord ou du Sud, un Africain ou un Océanien pourrait-il refuser de voir dans l’histoire du monde occidental, surtout depuis les Grecs, le christianisme et l’esprit des Lumières, la montée d’une culture des droits et des libertés, capable d’arrêter l’arbitraire de n’importe quel pouvoir absolu ? Aujourd’hui il faut que la modernité et son universalisme pénètrent partout dans le monde et fassent reculer l’autoritarisme et la violence. La destruction de l’Occident hégémonique par la spéculation financière, par le léninisme et ses successeurs en Asie et ailleurs, et par la tyrannie de dictateurs nationalistes ou même engagés dans de nouvelles guerres de religion ne doit plus menacer de mort tout l’héritage de la culture occidentale, le meilleur comme le pire.

15Heureusement, partout s’allument des feux qui dénoncent l’arbitraire, la violence, le totalitarisme, la soumission du droit et de la politique aux obligations imposées au nom de textes et de messages religieux.

16Ces nouveaux soulèvements sont parfois encore dirigés contre les anciennes hégémonies occidentales mais ils sont de plus en plus souvent inspirés par l’exigence de liberté, d’égalité et de solidarité autour de laquelle l’Occident a construit des institutions démocratiques qu’il convient de critiquer et de transformer, mais pour les rendre plus réellement, plus efficacement et plus généralement démocratiques.

17 De telles déclarations de principes exigent des réflexions, des analyses, des projets capables de résister à toutes sortes de dangers. Mais avant d’entrer, aussi prudemment que possible, dans cette immense tâche de la mondialisation de la démocratie, maintenant largement libérée des dominations et des hégémonies que ces élites dirigeantes ont voulu imposer au monde entier au nom de la modernité elle-même – qui en effet se définit avant tout par l’universalisme de ses principes –, je veux m’arrêter pour donner une première réponse à la question plus concrète, plus historique, que j’ai posée, même si je suis conscient qu’elle ne peut pas être séparée de questions plus ambitieuses et plus décisives : comment peut-on mondialiser la démocratie ? Comment peut-on combiner l’universalisme de la modernité avec la diversité des cultures et des histoires ?

18Le bref exposé introductif que je viens de présenter justifie-t-il l’affirmation que le monde actuel, celui du début du xxie siècle, a une seule histoire dans laquelle nous sommes tous, que la plupart des pays vivant dans les mêmes problématiques générales sont donc interdépendants ? Je suis convaincu qu’il faut répondre de manière positive à cette question : il existe une histoire mondiale ; il est même impossible de comprendre l’histoire d’un pays particulier, si important qu’il soit, sans passer par une incorporation de l’histoire de ce pays à l’histoire mondiale.

19Cette position ne peut pas surprendre ceux qui m’ont lu et qui ont remarqué l’insistance avec laquelle j’oppose l’universalisme de la modernité, et donc de ses composantes principales, la raison scientifique, les droits humains fondamentaux et la reconnaissance de la dignité de l’autre, que nous appelons dans notre langage quotidien le « cœur », ainsi que la pluralité des chemins de la modernisation, dont chacun est lié à une culture et à une histoire particulières.

20Type d’analyse qui reste étranger à l’idée que nous vivrons tous de manières de plus en plus semblables, commandées par la production, les communications et la consommation de masse, qui usent rapidement et font disparaître les particularismes, comme elles ont fait déjà disparaître beaucoup d’espèces, de nombreuses langues et des croyances de type religieux ou moral en grand nombre. Cette hypothèse de l’homogénéisation croissante du monde, qui ne peut certainement pas être entièrement rejetée, est pourtant inacceptable et en contradiction ouverte avec le phénomène si important de la réinterprétation dans le monde contemporain des savoirs, des croyances et même des techniques anciennes.

21Je vois bien que la langue et les modes d’expression et de consommation qui viennent des États-Unis se répandent partout en Europe et dans le monde et j’observe avec surprise qu’un grand nombre de jeunes gens en France portent un tee-shirt aux couleurs du drapeau américain ou moins souvent anglais, jamais français. Mais j’en conclus plutôt à la différence profonde qui sépare les jeunes Français de leur pays, de ses symboles, de ses croyances et de ses intérêts et j’essaye de comprendre les conséquences probables de cette rupture survenue entre les jeunes Français et la France, que je ne retrouve pas au même degré dans la plupart des autres pays européens.

22Mais ce n’est pas à ce niveau superficiel d’observation qu’on peut trouver une réponse bien argumentée à la question posée : existe-t-il une histoire mondiale ? Il faut que l’appel au caractère universel des Droits de l’homme soit un moyen d’action indispensable à ceux qui veulent lutter contre des pouvoirs qui affirment la supériorité d’une nation, d’une religion, d’une langue ou d’un système politique. L’appel aux droits universels n’a de force et d’effet que s’il est une arme de combat contre le culte d’une identité, d’une communauté, d’une civilisation.

23Je crois toujours possible de combiner l’universalité et la différence, car nous sommes tous convaincus d’appartenir à l’espèce humaine en même temps que notre appartenance à une zone climatique, à l’héritage d’une histoire, à l’utilisation d’une langue et d’une mythologie. Tout nous montre que nous sommes semblables aux autres et différents d’eux quand nous nous comparons à eux.

24Ce qui est nouveau aujourd’hui n’est pas seulement la mondialisation, qu’il vaut mieux appeler la globalisation, mais le fait que nous soyons pratiquement tous engagés dans des processus de modernisation et qu’on ne peut pas parler de modernisation si on ne reconnaît pas le caractère universel des définitions les plus importantes de la modernité, celles qui, je le répète, nous permettent de nous penser en même temps comme modernes ou non modernes et en voie de modernisation.

25Ce raisonnement dont je suis conscient qu’il se limite aux éléments les plus simples de l’analyse, se heurte à une objection qui se manifeste aujourd’hui avec une force particulière. N’assiste-t-on pas dans ce monde où semblent triompher la rationalisation et la sécularisation, au retour des religions, des sectes, des traitements médicaux aux effets non démontrés, des attentes sans fondements rationnels de catastrophes, d’une fin du monde ou de l’invasion de notre planète par des habitants venus d’autres parties habitées de l’univers ? De manière plus directement importante ne voit-on pas prendre une force nouvelle le culte des héros, l’appel à des sagesses venues de lointains territoires, à des mouvements d’opinion ou à des croyances que le démenti toujours donné par l’expérience ne suffit pas à faire disparaître ?

26En nous approchant plus près de l’histoire contemporaine, n’avons-nous pas vu des dirigeants nationalistes laïques charger peu à peu leurs discours de thèmes religieux, comme ce fut le cas en Syrie et en Irak, pays baathistes, tandis que dans d’autres pays la sécularisation semble se répandre à grande vitesse ? Ne sommes-nous pas surpris d’entendre en France, quand on parle de religion, parler plus souvent de l’islam que du christianisme ?

27L’histoire des xxe et xxie siècles interdit toute vision évolutionniste qui prétendrait montrer la montée inéluctable, nécessaire de la modernité. Elle montre au contraire la remontée des conflits religieux, des guerres de voisinage et par-dessus tout la peur toujours présente d’un conflit mobilisant les armes les plus mortelles – qui sont maintenant dans les mains de nombreux dirigeants qui ont déjà fait preuve de leur irresponsabilité. Les années 2012 et 2013 ont été dominées par les discours guerriers du président iranien Ahmadinejad menaçant de faire disparaître sous le feu nucléaire et par la politique Israël, qui, de son côté, rend impossible la création d’un État palestinien en créant des murs et des colonies dans les territoires réservés aux Palestiniens.

28De la même manière nous vivons depuis longtemps dans les crises qui menacent la paix fragile entre le Pakistan et l’Inde. Et tandis que les économistes montrent la modernisation rapide de certains pays africains nous avons vu un véritable génocide organisé au Rwanda par la majorité hutu contre la minorité tutsi et même contre une partie de la population hutu. L’Algérie, le Mali, le Liberia ont été ravagés par des guerres civiles et l’Éthiopie, l’Érythrée et surtout la Somalie sont à feu et à sang sur terre et même sur mer. Et des massacres à grande échelle s’étendent dans l’est de la République démocratique du Congo dans lesquels se trouvent engagés des Tutsis que nous avons déjà rencontrés comme victimes des Hutus.

29Alors que personne ne nie que la place de l’Afrique, de plus en plus peuplée, va rapidement augmenter dans le monde, il est beaucoup plus difficile d’annoncer la formation dans ce continent de fragments de modernité, débordés ou détruits par des luttes tribales ou religieuses.

30Autant il est facile de constater que les formes modernes de production, de communication et de consommation se répandent partout, autant les nationalismes violents et les guerres de religion se renforcent constamment. À un niveau différent de pauvreté et de violence, l’immense Chine connaît des crises, des risques de rupture, parfois portés par des affrontements religieux, et, au cœur même de l’Europe, la Belgique et l’Espagne risquent de se diviser, comme l’ont fait la Yougoslavie, la Tchécoslovaquie et la Serbie.

31Dans plusieurs parties du monde l’échec de la modernisation économique a entraîné un nationalisme de plus en plus agressif qui a mobilisé des croyances et des appartenances religieuses si violentes qu’on a vu renaître au Moyen-Orient des guerres de religion dont la plus sanglante fut celle qui opposa l’Irak à l’Iran pendant une grande partie du règne de Khomeini à Téhéran. Les talibans afghans ont vaincu l’armée russe qui avait envahi leur pays et ont beaucoup de chances de reprendre le contrôle d’une grande partie de leur pays après le départ des Américains et de leurs alliés, qui a déjà commencé. L’Irak, où les Kurdes au nord ont gagné une quasi-indépendance, est ravagée par la guerre entre sunnites du centre et chiites du sud.

32Je m’arrête là car mon but n’est pas de repérer les fissures et les fractures qui s’aggravent partout dans le monde mais, de manière exactement opposée, de considérer les politiques identitaires, surtout quand elles détiennent les instruments du pouvoir, comme l’ensemble principal de forces qui combat activement ce que je voudrais considérer comme la tendance dominante de notre monde : la combinaison de la pensée et de l’action universaliste et de la diversité des cultures et des histoires qui réussiraient peut-être ce que les Européens n’ont réussi qu’au prix d’un emploi massif de la violence à l’intérieur de leur société et dans le monde entier, soumis à leur hégémonie et à leur colonisation.

33Mais je n’hésite pas à avancer, même lentement et prudemment, et en admettant la possibilité de repli, vers l’issue la plus favorable que je puisse imaginer. Il est important de dessiner la solution la plus négative, celle de la rupture entre un universalisme qui se réduit à un petit ensemble de nations unies entre elles et une conscience identitaire chargée de violence, de guerre, de conquête et de haine. Cette image est assez présente parmi nous pour que chacun puisse l’évoquer facilement. C’est pourquoi je préfère la définir directement en termes sociologiques.

34La définition que j’ai donnée du xxe siècle comme le siècle anti-occidental correspond bien à la forte poussée des mouvements identitaires pendant cette période. Le rejet de l’universalisme occidental a donné une puissance nouvelle à des forces qu’on considérait avant comme des restes du passé en voie de disparition mais les « fondamentalistes » qui cherchent avant tout à retrouver une identité ou une origine perdue parviennent difficilement à jouer le rôle principal. Leur rôle est de donner un contenu réel, historique, à l’identité qui doit être défendue contre l’universalisme qui cache mal l’hégémonie occidentale (qui pourrait être demain celle de la Chine). La force motrice principale est la haine de l’Occident, qu’elle soit ou non chargée de sentiments religieux. Aucun président iranien n’a été aussi loin que le plus récent, Ahmadinejad, dont les attaques contre l’Occident passent d’abord par la haine d’Israël et la volonté de détruire ce pays dont la puissance de type occidental est beaucoup plus crainte que l’héritage biblique. On discute aujourd’hui pour savoir si le guide Khamenei, successeur de Khomeini, exerce le pouvoir dominant, comme semble le montrer la plus récente élection présidentielle où le guide a éliminé à la fois Rafsandjani et Ahmadinejad par l’intermédiaire du candidat de celui-ci ou si, théorie intéressante, bien présentée par Mahnaz Shirali, l’Iran est devenu pendant la présidence d’Ahmadinejad un pays aux mosquées vides, alors que la Turquie, qui garde depuis la présidence d’Erdogan des éléments du classicisme d’Atatürk, renforce fortement son orientation islamiste (pays de mosquées pleines). Les pays occidentaux se sont réjouis de la défaite de leur ennemi Ahmadinejad et croient plus facile de garantir au clergé chiite ses privilèges moyennant une politique moins agressive à l’égard d’Israël, d’autant que la population iranienne souffre des conséquences de l’embargo. En revanche, en Syrie, les forces proprement religieuses prennent une importance croissante aussi bien du côté du régime appuyé par les alaouites que du côté de l’opposition armée qui n’a pas reçu jusqu’ici d’aide militaire occidentale et où les salafistes jouent un rôle de plus en plus important.

35Au cours du dernier demi-siècle la mobilisation religieuse n’a pas cessé de se renforcer. On s’en aperçoit dans les pays occidentaux où le niqab et la burqa ont pénétré et ont déjà provoqué des incidents sérieux à caractère nettement religieux.

36Mais pour croire à l’hypothèse d’un renforcement du jihad, de la guerre religieuse, de la nouvelle croisade, il faudrait croire à la séparation croissante de la modernité définie avant tout par son universalisme et des modernisations, qui donnent la priorité à la défense d’une identité. Ce qui nous ramènerait à l’exemple hitlérien d’une politique identitaire appuyée sur une théorie de la Kultur et de la race, complètement séparée de la civilisation occidentale avec son universalisme. Au lieu de faire l’hypothèse d’une nouvelle guerre mondiale déclenchée par l’anti-occidentalisme d’une Chine décidée à conquérir l’hégémonie mondiale et qui attirerait dans son alliance l’Orient et aussi l’Afrique musulmane, je crois que c’est l’anti-occidentalisme politique et militaire qui va l’emporter sur le retour des pouvoirs et des États religieux. En Iran même, le pouvoir du guide suprême actuel passera difficilement, après la mort de celui-ci, probablement proche car il est âgé et malade, dans les mains d’un autre chef proprement religieux. Il n’est nullement certain que l’épuisement du pouvoir religieux, surtout dans le monde arabo-musulman, ait des effets positifs pour les Occidentaux, les aide à reconquérir leur influence perdue sur le Moyen-Orient. Mais l’hypothèse d’une rupture complète entre la modernité et certaines formes de modernisation, qui, assemblées, correspondent pendant une période à la tendance dominante dans le monde entier, me semble encore plus improbable en une période historique où la pensée scientifique et l’innovation technologique ont une importance croissante et tendent même à remplacer le rôle central qui fut celui du capitalisme industriel.

37Je ne peux pas croire qu’une action politique étrangère ou même hostile à la modernité puisse devenir une des composantes principales de l’histoire du xxie siècle. La voie ouverte par Khomeini en Iran et par les talibans en Afghanistan et suivie par leurs alliés au Liban, en Syrie, en Égypte même, en Tunisie ou en Algérie est une impasse, qui ne peut déboucher sur aucune solution. De grandes batailles, des milliers de morts peuvent faire seulement de cette impasse un lieu de mort et d’horreur.

38Mais une politique dite de modernisation ou plus simplement de changement, appuyée entièrement sur l’antimodernité ne peut pas avoir d’autre signification que cet anti-occidentalisme qui a déjà atteint ses niveaux les plus élevés et qui n’est pas capable par lui-même, par sa force seulement négative, d’opposition et de rejet, de créer un nouveau type de société.

39Il est vrai que l’élimination du nazisme n’a été possible qu’au prix de dizaines de millions de victimes et qu’aucun pays aujourd’hui attiré par un régime défini, par une foi et des commandements religieux, ne s’approche de la puissance qui a été celle du Troisième Reich, sauf si nous considérons comme une possibilité réelle la destruction d’Israël par l’armement nucléaire de l’Iran ou d’un autre pays musulman.

40Mais nous savons que depuis 1945 le monde entier est menacé en permanence par les armes nucléaires dont beaucoup de pays ont acquis la maîtrise et peut-être la volonté de les employer à n’importe quel prix.

41Un raisonnement aussi général crée à juste titre une angoisse permanente, mais ne suffit pas pour nous convaincre de la possibilité proche et probable d’une telle catastrophe.

42C’est pourquoi je préfère laisser de côté cette hypothèse extrême, sans pour autant l’écarter comme absolument impossible. Et pour suivre cette voie dangereuse, mortelle même, il faudrait d’abord montrer l’échec inévitable de toutes les formes de combinaison d’universalisme et de multiculturalisme.

43Le xxe siècle a été dominé par des forces anti-occidentales, anti-universalistes. Il est facile d’imaginer que se prolonge et se radicalise au xxie siècle l’affrontement d’un monde qui défend l’universalisme de la raison scientifique comme celui des droits humains fondamentaux et d’une ou plusieurs puissances qui écartent toute référence à la modernisation pour se consacrer au renforcement et à la diffusion de politiques identitaires au service d’une population, d’une culture, d’une langue, d’une religion considérées comme supérieures à celles d’autres pays.

44Nous avons été habitués à un tel langage par l’Union soviétique, nous pouvons l’être demain par la Chine et nous ne pouvons pas être certains que le nationalisme conquérant et brutal des militaristes japonais, qui ont envahi la Chine, la Corée et tant d’autres pays, ne peut pas réapparaître si un conflit ouvert opposait brutalement les intérêts contradictoires de la Chine et du Japon dans la mer de Chine.

45Je ne vois pas davantage de raison de penser que les pays occidentaux, qui dirigent la plus grande partie des capitaux financiers, qui cherchent des emplois profitables et abondants en dehors des tâches plus importantes mais ardues de l’investissement et du crédit sans lesquelles aucun développement économique n’est possible, confient leur avenir entièrement au pouvoir du dollar et de la livre sterling. Il est vrai que le Royaume-Uni cherche depuis longtemps à s’éloigner de l’économie européenne pour jouer le premier rôle dans la gestion – légale ou illégale – du capitalisme financier mondial. N’étant pas retenu dans ses liens avec l’économie par une forte avance technologique que seuls possèdent en Occident les États-Unis, ce pays, ou plutôt Londres, classée comme première ville mondiale par Saskia Sassen, pourrait jeter tout son poids dans la lutte pour la domination du système financier international.

46Enfin, qui parmi nous n’a pas envisagé ou au moins imaginé que la Chine, non seulement l’usine du monde, mais principal créditeur du pays à la fois le plus puissant et le plus endetté du monde, les États-Unis, veuille affirmer son hégémonie, peut-être pour réprimer des troubles intérieurs que mobilise le nationalisme de la population, et comme conséquence d’un jeu d’alliance, comme ce fut le cas en 1914, quand un attentat commis par un Serbe sur un personnage de la famille des Habsbourg, put jeter dans la guerre les paysans français autant que les paysans russes, les intellectuels allemands contre les intellectuels français, et les États-Unis contre l’Empire austro-hongrois.

47Pour quelles raisons les intérêts et la conscience identitaire de tous les pays du monde risquent-ils de se mobiliser contre l’universalisme de la raison et des droits ou au contraire pourraient-ils s’allier à lui peut-être pour tenter une nouvelle fois un miracle de type florentin, anglais ou américain ? !

48Une telle question semble être au-delà de toutes réponses possibles. Mais ce renoncement à toutes réponses n’est acceptable pour personne. Si personne ne peut nous promettre la paix ou la guerre, chacun de nous peut, dans des circonstances précises, montrer qu’un certain type de politique augmente le risque de guerre ou améliore les chances de paix.

49Nous sommes arrivés à la question centrale : comment l’universel s’introduit-il dans la logique du pouvoir qui s’organise autour d’un dirigeant et d’une identité ? Les Occidentaux actuels sont tentés de penser que c’est la multiplication et donc la diversité des attachements et des appartenances qui détruisent peu à peu la concentration de toutes les relations sociales autour de la relation de domination, celle du chef et de ses subordonnés, dans laquelle particularisme et universalisme sont trop étroitement mêlés, unis même, pour qu’il soit possible de séparer les orientations universalistes de celles qui établissent des liens directs et impératifs entre une figure centrale et chacun de ceux qui dépendent de lui.

50Ce qui conduit à l’hypothèse que c’est le conflit des dépendants contre le pouvoir central qui a le plus de chances de jouer dans l’avenir le rôle central qu’il a déjà joué dans le monde occidental. Parce que le conflit des faibles contre le fort ne peut tirer sa force ni de chaque acteur ni d’un ensemble d’acteurs dirigeants ; il ne peut le faire que d’un appel à des droits politiques, sociaux ou culturels. Ce ne sont ni des fautes individuelles ni la formation d’un contre-pouvoir qui peuvent renverser un pouvoir considéré comme légitime. L’inégalité des ressources et des instruments de pouvoir oblige chaque acteur faible à faire appel à un droit général universel. On n’obtient la liberté pour soi qu’en la réclamant pour tous car seul l’appel à un droit peut compenser la supériorité matérielle et symbolique des puissants.

51Rien n’exclut l’hypothèse d’une marche progressive vers plus d’égalité et plus de liberté. Mais pourquoi l’enseignement de tant de sociétés et de cultures serait-il démenti brusquement par le succès des libertés et de l’égalité dans de vastes parties du monde ? La multiplication des ressources et des armes, la confusion des guerres civiles et des guerres internationales, l’importance si vite découverte d’armes et de produits nouveaux capables d’assurer une victoire à un camp, nous engage à donner encore plus d’importance à des convictions et à la volonté de les faire respecter, qui a entraîné le renforcement progressif des droits et des moyens de les faire respecter.

52Je ne crois pas aux vertus du « doux commerce », tandis que les droits conquis dans toutes les parties du monde l’ont été par la force de la conviction et la haine de la puissance brutale qui se mobilise contre l’arbitraire des plus puissants. Je résiste même à ceux qui ne voient dans la colonisation que destruction et brutalité. Il est difficile, en particulier pour les femmes occidentales, de nier que les femmes, soumises dans la plupart des pays, ont été aidées dans beaucoup de parties du monde par des appels aux droits des femmes venus du monde occidental.

53Ce n’est pas l’amélioration du niveau de vie qui entraîne l’affaiblissement des contrôles et de la répression, qui laisse un espace de moins en moins étroit à la tolérance, qui augmente les chances de mobilité ascendante des nouvelles générations. Car il existe plus de chances qu’une meilleure situation générale augmente les capacités de cooptation du groupe dirigeant et permette à un plus grand nombre de trouver des solutions individuelles, alors que c’est lentement que peuvent s’améliorer les conduites de vie de la grande majorité. On peut penser aussi qu’il est plus facile que se forment des clans rivaux en lutte pour le pouvoir plutôt qu’un mouvement au service de la majorité, toujours très hétérogène, de ceux qui vivent le plus mal.

54Mais pourquoi s’intéresser à des processus qui sont le plus souvent très complexes, c’est-à-dire qui produisent des effets non seulement très divers mais contradictoires entre eux ? L’observation historique, dans les sociétés passées comme dans le monde contemporain, ne nous indique-t-elle pas un autre mode d’analyse, beaucoup plus conforme à l’expérience ? C’est sur cette expérience massive qu’il faut construire l’analyse.

55Les dirigeants qui ont partout dans le monde combattu l’hégémonie occidentale, en particulier européenne, ont réduit ou supprimé les libertés qui avaient été au moins en partie reconnues dans les pays occidentaux ou par eux, afin de mieux protéger leur pouvoir ou même leur enrichissement personnel. Lorsque la « libération » d’une population, définie socialement ou nationalement, n’a pu être acquise que par la volonté et la guerre, ce sont le plus souvent des dirigeants militaires qui s’emparent du pouvoir ou des groupes politiques qui ont dirigé des combats durs et prolongés, comme en Chine, pendant et après la Longue Marche. Même quand les nouveaux dirigeants ont été régulièrement élus – ce fut le cas d'Hitler et des dirigeants communistes dans plusieurs pays soviétiques –, la démocratie a rapidement et complètement disparu. Des exécutions en masse, des déportations, des exils forcés ont fait disparaître les principaux adversaires du groupe dirigeant central. Sur presque tous les continents nous avons vu apparaître des dirigeants tout-puissants, autoritaires et recourant aux formes les plus violentes de répression. Même ceux qui avaient risqué leur vie pour participer à la libération de l’Algérie contre l’armée française, qui recourait aussi de son côté à de fortes exactions, ont vite montré que l’élimination du MNA de Messali Hadj et surtout l’élimination de Ben Bella et la prise du pouvoir par l’armée des frontières ont formé un nouveau pouvoir qui n’était ni démocratique ni populaire. Et un peu plus tard la longue guerre civile qui donna la victoire aux militaires dont le représentant politique était le président Bouteflika ne conduisit pas à la victoire d’un camp démocratique sur les jihadistes. Aucun des deux camps ne reculait devant toutes les formes de violence.

56Cet exemple de l’Algérie, proche encore de la mémoire des Français, n’est pas de nature différente de celui de l’Égypte, de l’Irak et de la Syrie. Aucun régime qui se soit emparé du pouvoir au nom de la révolution ne l’a transformé en démocratie. Jusqu’à son dernier jour l’Union soviétique a été un régime autoritaire, et même pendant longtemps totalitaire, où les libertés élémentaires n’étaient pas respectées, où l’élite dirigeante possédait des privilèges exorbitants, où la masse paysanne et ouvrière, quand elle n’avait pas été massacrée, croupissait dans la pauvreté. Pour le xxie siècle qui commence aucun exemple ne peut être aussi lourd que celui du règne de Mao, marqué jusqu’à la fin par un nombre exceptionnellement élevé de victimes, surtout pendant le Grand Bond en avant et ensuite par la Révolution culturelle.

57Les libérateurs sont devenus des dictateurs ; ils ont installé de nouveaux pouvoirs, parfois plus absolus que les anciens, jamais démocratiques. Les mouvements qui soulèvent dans tant de parties du monde les populations et les nations contre leur gouvernement ne sont ni des tentatives de retrouver un passé disparu ni des putschs au service d’un nouveau chef. Ce sont avant tout des mouvements démocratiques. Mais le mot mérite explication. Car il ne s’agit pas de mouvements proprement sociaux lancés par les salariés contre des patrons, par des pauvres contre les riches. Ils mettent plus nettement en cause un pouvoir, une forme de domination politique.

58Les mouvements s’opposent à un mode de gestion du présent et de l’avenir de leur nation. Nous sommes passés ici de l’ordre de la modernité, où se plaçait en particulier le mouvement ouvrier ou socialiste, à l’ordre des modernisations, des gestions du changement.

59Les pays que j’ai nommés anti-occidentaux ont contesté plus directement la colonisation que le capitalisme, lui-même faible dans certains cas, comme celui de la colonisation française. C’est pourquoi l’ennemi principal qui était défini en termes économiques et sociaux l’est maintenant en termes politiques, voire religieux. La démocratie devient l’objectif principal des mouvements collectifs les plus importants. La rupture avec le début du xxe siècle est complète. Dès 1917 la démocratie a été condamnée en Russie et Lénine n’a pas laissé la Douma parvenir à l’existence. C’est à cette époque que beaucoup ont été jusqu’à caractériser de bourgeoise la démocratie, définie comme l’ensemble des droits politiques. La situation créée par Lénine n’a pas disparu, mais qui oserait encore appeler démocratie populaire les pays européens qui ont été soumis au joug soviétique, politiquement et militairement ?

60Ce changement de priorité entraîne des conséquences dont plusieurs sont négatives. La plus visible est le recul des syndicats, beaucoup plus grave encore que ne l’indique la baisse massive des effectifs syndicaux, par exemple en France où il faut avoir le courage de dire que les cotisations syndicales ne représentent plus qu’une faible partie des revenus des syndicats qui ne survivent que par l’aide directe et indirecte de l’État et des entreprises dont les contributions sous différentes formes empêchent la disparition. La majorité de la population reconnaît en effet l’utilité et l’importance des syndicats, mais ceux-ci ont perdu leurs troupes. Certains politiques vont jusqu’à voir dans les mouvements populaires une régression et un risque de désordre mais un tel contresens ne peut pas être accepté. Car c’est bien la transformation de mouvements de libération en dictatures et en tyrannies qui a rendu indispensable aujourd’hui de considérer la démocratie comme la condition politique indispensable de la défense de tous les droits, sociaux et culturels autant que politiques. Ceux qui défendent une opinion opposée devraient dire ouvertement qu’ils sont hostiles à la démocratie, qu’ils la considèrent comme un masque posé sur la face affreuse du capitalisme. Beaucoup ont pensé ainsi mais beaucoup moins nombreux sont ceux qui pensent encore de cette manière.

61Le rejet complet, théorique autant que pratique, du léninisme sous toutes ses formes m’apparaît au contraire comme le pilier central de l’histoire du xxie siècle, qui commence à se dessiner.

62Et le mouvement le plus vaste, le plus général qui va commander sa construction est l’affirmation que l’idée de démocratie et l’idée de sujet, inséparables l’une de l’autre, comme la théorie et la pratique des libertés et de l’égalité, définissent ensemble l’objectif principal du xxie siècle : réintroduire dans le monde entier la démocratie, heureusement délivrée par les mouvements sociaux et les mouvements de décolonisation et de libération, de son rôle de couverture idéologique de l’hégémonie du capitalisme occidental.

63Ce qui ne veut pas dire que tous les habitants de la planète vont s’américaniser et qu’à la fin du siècle actuel les manières de vivre, techniques, économiques, sociales, politiques, culturelles et religieuses des Américains d’aujourd’hui seront celles de la grande majorité des habitants du globe. Les Chinois de demain ne ressembleront pas plus aux Américains d’aujourd’hui que les Japonais du xxe siècle n’ont ressemblé aux Anglais du xixe siècle.

64Mais l’unité culturelle, politique et intellectuelle du monde du xxie siècle tiendra de plus en plus à ce que l’esprit démocratique, inséparable de la conception de l’être humain comme sujet, tentera partout d’être reconnu en prenant les formes qui correspondent le mieux à l’histoire et à la culture de chaque partie du monde et de chaque région. L’universalisme de la modernité, confondu désormais à tort et de manière mensongère avec les intérêts dominants de l’Occident, se retrouvera dans toutes les formes de culture et de défense des droits humains et il semblera vite étonnant à la grande majorité d’entre nous que certains esprits aient pu considérer la liberté et l’égalité comme incompatibles.

65Nous, Occidentaux, et plus précisément Européens, aimerions penser que c’est sur les pays occidentaux, ceux qui depuis Athènes et Rome, à travers le christianisme et l’esprit des Lumières, ont recueilli l’héritage principal des conceptions de l’homme et de leurs droits, que reposera la démocratie. Les événements les plus récents donnent plutôt tort aux Européens. À l’appel de Stéphane Hessel ils s’indignent, en particulier les jeunes Espagnols agglomérés sur la Puerta del Sol et à Barcelone sur la place de Catalogne mais ces vagues d’indignation, largement justifiées par le chômage des jeunes, qui a atteint à un moment 56 % d’entre eux, ne peut pas se comparer à l’importance du soulèvement de Tian’anmen ou à la chute du mur de Berlin. En Chine, malgré la violence de la répression après 1989, les marques du mécontentement sont toujours très visibles et des procès spectaculaires condamnent lourdement des militants, des intellectuels et des artistes qui sont aujourd’hui aussi célèbres que l’ont été Soljenitsyne ou Sakharov en Union soviétique.

66Il semble suffisant en Occident de comprendre la déception des jeunes Espagnols après 20 ans de miracle espagnol, quand s’écroula l’économie concentrée sur le tourisme et la construction et quand la crise des subprimes menaça de mort les grandes banques espagnoles autant que les américaines et les anglaises. Mais on ne peut pas leur reconnaître la même importance qu’aux mouvements formés en Chine et en Russie, ou dans la plupart des pays musulmans, de la Malaisie à l’Algérie et dans les pays du Sahel. C’est un véritable tremblement de terre : ceux qui avaient invoqué la nation et la religion contre l’hégémonie des colonisateurs sont eux-mêmes mis en cause comme dictateurs, tyrans, assassins. Même des gouvernements qui s’étaient définis comme laïques, comme ceux qu’avait construits le Baath, ont été de plus en plus pénétrés par des thèmes islamistes, en réalité plus politiques que religieux.

67La haine contre l’Occident s’est concentrée sur Israël qui a assumé de plus en plus consciemment son rôle de barrière contre l’islamisme et même contre le nationalisme palestinien. Ce rôle a vu son importance augmenter rapidement après le 11 septembre 2001 et la destruction des Twin Towers de New York. Dans les douze années qui ont suivi, la situation est devenue de plus en plus extrême, d’abord à cause de la violence à la fois de George W. Bush et d’Ahmadinejad, ensuite à cause de celle de Bachar el Assad. Peu avant, une expédition française appuyée par l’aviation anglaise avait renversé la dictature libyenne et l’armée israélienne avait bombardé Gaza.

68Pendant les années les plus récentes l’emprise religieuse sur la politique de plusieurs pays, en particulier l’Iran, mais aussi la Turquie, a continué à augmenter. Mais au cours de ces années le fait le plus important a été l’éclatement du Printemps arabe en 2011 en Tunisie d’abord, en Égypte ensuite et aussi au Yémen, à Bahreïn, etc.

69Ni ceux qui ne voulaient voir que des soulèvements de courte durée dans ces grandes manifestations, ni ceux qui étaient hostiles par principe à tous les mouvements démocratiques ne sous-estimèrent l’importance des mouvements dont la jeunesse universitaire et professionnelle fut l’agent principal. C’est à ce moment qu’a commencé à prendre forme dans cette partie du monde la combinaison – réussie ou échouée – de la particularité historique et culturelle de chaque pays et de l’appel désormais pris en charge autant par l’Orient que par l’Occident de l’universalisme maintenant dégagé de l’hégémonie occidentale, dont la dernière tentative et la défaite sévère datait de 1956 quand les forces anglaises, françaises et israéliennes avaient cherché à s’emparer du canal de Suez et en avaient été empêchées par le double veto des États-Unis et de l’Union soviétique.

70Ce transfert de l’idée démocratique vers l’Orient devait s’accompagner de la formation d’une nouvelle force politique non démocratique mais nationale dans les pays du monde arabo-musulman. Les Frères musulmans furent la composante principale, surtout en Égypte, de cette nouvelle bourgeoisie d’État en concurrence pour le pouvoir avec les forces militaires qui avaient été avant le lien principal de ces pays avec l’Occident et surtout avec les États-Unis.

71On doit considérer ces événements qui se précipitent depuis le Printemps arabe comme le début d’un des processus majeurs de création d’un système politique mondial. Mais ce processus peut-être aussi long, difficile et sanglant que celui qui a conduit à la création de l’Europe westphalienne. Ces mouvements, nés avec le Printemps arabe, ne visent pas à créer un nouvel équilibre entre des puissances régionales ou mondiales mais à faire pénétrer l’universalisme moderne porté par les mouvements de libération qui cherchent à éliminer des dictateurs, violents et corrompus, dominés par l’islam ou par l’influence de la Russie et de la Chine ou qui, inversement, cherchent à maintenir des liens avec les progrès occidentaux. Ce n’est ni de religion ni de nationalisme qu’il est question ici mais bien de démocratie et de résistance à la démocratie.

72Le deuxième grand processus de combinaison de l’universalisme d’origine occidentale et de la diversité des cultures et de l’histoire est celui qui concerne le rapprochement et la combinaison – pacifique ou guerrière – de l’universalisme occidental et des pays communistes. Ce processus semble plus facile à réaliser que le premier, puisque le marxisme, source de ces régimes, appartient lui-même et par sa source hégélienne au monde de la pensée universaliste. La pensée de Marx n’était-elle pas dominée par la perspective de la victoire générale et rationnelle des travailleurs contre les intérêts privés et irrationnels des capitalistes ?

73En réalité un tel rapprochement fut l’objet de la perestroïka lancée par Gorbatchev mais, si Eltsine supprima finalement l’Union soviétique, il établit un pouvoir personnel plutôt qu’un système démocratique, tandis que l’économie soviétique se décomposait gravement. Cette régression conduisit à l’apparition d’un nouveau tsar, Vladimir Poutine, doublé d’un faire-valoir d’une parfaite soumission, Medvedev. L’ancien officier de la police politique s’est transformé non pas en un remplaçant de Staline mais en un nouveau tsar qui constitue par lui-même une barrière infranchissable pour les influences venues d’Occident. Malgré la formation de larges mouvements de protestation, surtout à Moscou, la puissance militaire et policière au service de Poutine et la faiblesse de l’économie russe sont des obstacles difficiles à surmonter pour des mouvements démocratiques de masse.

74Il n’est plus suffisant de compter sur l’appui d’une grande partie de l’élite scientifique comme au temps de Sakharov car beaucoup des meilleurs scientifiques se sont exilés et d’autres se sont lancés dans des affaires financières, et quelques-uns même, sans grand succès, dans la politique, si bien que ce sont d’autres catégories plus larges, plus professionnelles et remplissant des fonctions économiques qui doivent se mobiliser pour parvenir à renverser le régime autoritaire actuel. Le pouvoir de Poutine est plus soucieux de contrôler la population que de moderniser l’économie et d’adapter les jeunes aux nouvelles activités du pays et il se soucie moins encore de lutter contre la corruption et l’enrichissement illégal. Le changement en Russie se réalisera plus probablement par la rupture et la violence que par une évolution contrôlée.

75Dans l’Europe ex-soviétisée, la Pologne, malgré les grandes distances qu’elle a prises avec l’inspiration de Solidarność, est le seul pays qui réussit à participer activement et avec succès au modèle occidental, tandis que la Hongrie, dont les premières années postcommunistes avaient été encourageantes, s’est laissée entraîner par le nationalisme extrême de Viktor Orbán, limité pourtant par la peur de celui-ci d’être débordé par le parti Jobbik.

76Rien n’indique que l’un ou l’autre des principaux pays européens soit préparé à jouer un rôle dynamique dans la réalisation de la tâche commune qui prend pour les Européens une forme particulière : comment défendre l’universalisme né en Europe, tout en le débarrassant complètement de ses usages hégémoniques et répressifs qui sont devenus inacceptables pour l’ensemble du monde et pour les Européens eux-mêmes. Je ne dispose pas ici de l’espace nécessaire pour aborder un problème aussi vaste et aussi préoccupant. Mais il m’est impossible de ne pas dire au moins la manière dont je perçois la situation française. La situation de la France n’est d’aucun point de vue, ni économiquement ni politiquement ni culturellement ou religieusement, une situation extrême ou particulièrement dangereuse et pourtant il est impossible de ne pas sentir la gravité de l’impuissance qui marque la politique de ce pays au moins depuis 2002 et le grave échec du Parti socialiste, et probablement depuis beaucoup plus longtemps, en particulier depuis ce qu’on peut appeler la période Mitterrand. Pour le dire d’un mot, la France s’est constamment souciée de maintenir la démocratie dans les cadres institutionnels et surtout culturels propres à l’esprit républicain du xixe siècle, qui indépendamment de sa faiblesse propre, ne correspond évidemment plus à l’état de la société française plus d’un siècle après la fin de l’affaire Dreyfus. La France semble paralysée non pas par l’état de son économie et pas davantage par le fonctionnement de son État dans son domaine propre, deux domaines où les résultats de la société française ont été dans l’ensemble plus qu’honorables. La France souffre d’une faiblesse profonde qui lui est venue aussi bien de sa victoire de 1918 que de sa défaite de 1940 et de son refus absurde et violent de décoloniser. Mais il faut se limiter à un point qui me semble essentiel dans le cadre de l’analyse générale que je m’efforce d’introduire ici. Si l’économie française n’est pas en situation désespérée malgré la désindustrialisation, si l’effort de recherche et de création de connaissance de la France est estimable, si la qualité des administrateurs français comme des ingénieurs français est partout reconnue, ce qui paralyse la France est l’emprise d’une logique d’État, d’une logique administrative sur un champ d’activités qui appelle une autre logique de pensée et d’action. C’est pourquoi je me contenterai ici de mentionner l’élément à mes yeux le plus important de ce qu’on doit appeler l’échec français, à savoir le système éducatif. L’école publique française s’est voulue universaliste par elle-même et aussi pour s’opposer à l’inspiration des écoles catholiques. L’école française a voulu faire entrer ses élèves dans le monde des valeurs, du vrai, du beau, du bien, le plus loin possible de l’univers des pratiques, qui a été abandonné aux enfants des catégories sociales qui avaient de faibles chances de parvenir à entrer dans l’élite dirigeante du pays. Nous parlons hypocritement du baccalauréat professionnel, pourquoi ne l’appelle-t-on pas de son vrai nom le baccalauréat des immigrés et pourquoi ne reconnaît-on pas que l’orientation scolaire est une partie importante, peut-être même la plus importante, des mécanismes de discrimination sociale qui se sont malheureusement opposés avec beaucoup d’efficacité à la montée sociale de catégories qui représentent depuis longtemps une partie importante de la population. Alors que j’en appelle pour toutes les parties du monde à la recherche de combinaisons originales entre l’universalisme qui constitue la plus créatrice des traditions occidentales et la reconnaissance de la diversité des cultures et des histoires, la France s’étouffe à se définir elle-même comme une et indivisible, alors qu’elle est, qu’elle le veuille ou non, de plus en plus diverse.

77Pour montrer que je ne cherche pas à limiter la réflexion au domaine de l’enseignement, je veux signaler d’un mot ce qu’il faut bien appeler le retard technologique de la France, qui vit encore à l’époque de l’automobile, du chemin de fer et de la bureaucratie classique et qui est de plus en plus dépendante d’autres pays pour la création et l’utilisation des innombrables découvertes technologiques qui ont fait du monde des communications le lieu central de la modernisation économique. Les jugements sévères que je viens de porter, non sans souffrance, me portent fortement à penser que le problème central de notre siècle, celui que je ne cesse de formuler, celui de la combinaison de l’universalisme et de la diversité des cultures et des histoires, sera plus probablement mais de manière plus longue, plus complexe et plus coûteuse, pris en charge par des acteurs non occidentaux, tout en portant un jugement beaucoup plus favorable sur les États-Unis, pays de la diversité culturelle et des plus grandes inventions technologiques et de la moitié au moins des découvertes majeures de la science contemporaine.

78Une réserve pourtant pour limiter le pessimisme de ces derniers propos. On peut considérer comme probable que certains pays non européens joueront le rôle créateur qu’Athènes, Florence, Londres ou Paris ont joué à un moment ou à un autre dans le développement de l’universalisme occidental et la réussite économique du continent latino-américain au cours des dernières décennies en même temps que la vigueur de l’esprit démocratique dans beaucoup d’entre eux me fait porter mon regard avec espoir vers certains pays fortement nourris de culture occidentale mais aussi fortement attachés à leur identité et à leur culture. Au moment où je parle, c’est au Chili qu’on sent se former depuis trois ans au moins une réflexion et une mobilisation pour une nouvelle démocratie sur laquelle on peut fonder de grands espoirs pour l’ensemble du continent. Il faut aussi suivre attentivement l’évolution de la Colombie et celle de l’Uruguay avant de considérer comment les plus grands pays du continent, le Brésil et le Mexique, malgré la grave violence qui les frappe aujourd’hui, qui ont fait dans beaucoup de domaines politiques autant qu’économiques de grands progrès, pourraient mettre leur puissance et leur influence au service de la mondialisation de la démocratie. La situation de l’Argentine est moins encourageante.

79En évoquant ces immenses problèmes, en prenant donc le risque de parler trop brièvement de problèmes trop divers et trop complexes, mon objectif n’est pas de dessiner un avenir possible ou probable mais de définir l’unité de l’ensemble des processus complexes, parfois pacifiques et négociés, parfois débouchant sur des blocages ou sur des conflits ouverts, qui forment l’histoire mondiale. Partout et toujours il s’agit de créer au niveau mondial un réseau d’interdépendances et de combinaisons entre les composants universels de la modernité que sont la pensée scientifique, les Droits de l’homme et le souci de l’autre et la diversité des situations nationales et locales, créée par l’extrême diversité des histoires et des cultures.

80L’orientation générale prise par cet exposé m’oblige à terminer en évoquant une question que je n’ai encore jamais mentionnée et à laquelle je pense possible maintenant de donner une réponse : cette situation que j’ai nommée post-sociale et posthistorique où nous entrons aura-t-elle une fin et peut-on définir quelle serait cette fin ? La réponse à cette question apparemment difficile et même hors de notre portée pourrait être plus simple que nous le croyons. Souvenons-nous en effet que la situation où nous sommes entrés ne peut pas être définie comme une forme ou une étape de la modernité mais comme une étape de la modernisation que j’ai définie comme le renversement, par des forces venues de toutes les parties du monde, de l’utopie occidentale qui consistait à identifier la propre expérience vécue des Occidentaux avec les principes universels de la modernité. Les figures les plus visibles du xxe siècle ont été celles du révolutionnaire et du dictateur, du chef militaire et du chef religieux cherchant à combiner leurs ressources pour établir leur pouvoir. Le totalitarisme, figure politique marquante du xxe siècle, n’a pas été un type de société mais un type de pouvoir. Par conséquent la fin de la période où nous sommes entrés et qu’on pourrait appeler l’ère des modernisations autoritaires et totalitaires peut être définie par le retour au premier plan des problèmes de structure sociale, aujourd’hui cachés par ceux des processus historiques de modernisation. L’analyse doit toujours donner la priorité en dernière analyse à l’étude des types sociétaux sur l’analyse comparée des formes de modernisation.

Auteur

Alain Touraine est sociologue et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. Toute son œuvre constitue une sociologie de l’action, dont la figure centrale est le sujet comme principe de déchirement et de reconstruction de l’expérience moderne. Parmi ses nombreuses publications, citons : Après la crise (Paris, Seuil, 2010) ; Penser autrement (Paris, Fayard, 2007) ou encore Un nouveau paradigme. Pour comprendre le monde d’aujourd’hui (Paris, Fayard, 2005).


© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540