Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser global

 | 
Michel Wieviorka
, 
Laurent Lévi-Strauss
, 
Gwenaëlle Lieppe

Demain quel(s) monde(s)

Plaidoyer pour une planification mondiale du développement

Ignacy Sachs

Texte intégral

1L’extrapolation des tendances lourdes qui sous-tendent l’économie mondiale conduit à un enchaînement de catastrophes naturelles et sociales : changements climatiques aux conséquences délétères pour les productions alimentaires et les conditions de vie des humains, entraînant l’aggravation des disparités et des luttes sociales. C’est pourquoi nous nous devons de changer de cap et d’engager nos économies dans une voie différente, de façon à pouvoir maintenir dans des limites tolérables le réchauffement climatique, sans pour autant renoncer aux objectifs sociaux de développement. De fait, il nous faut mettre en route un développement à la fois socialement incluant et respectueux de l’environnement, symbolisé par un drapeau rouge et vert – que les Portugais me pardonnent cette appropriation.

2Oui, d’autres avenirs sont possibles à condition que nous nous appuyions sur trois idées force :

  • remise à l’honneur des planifications nationales avec la possibilité de s’engager dans une métaplanification planétaire, dont la mise en place reviendrait aux Nations unies ;
  • promotion de la coopération internationale sous l’égide des Nations unies, avec une place spéciale pour les transferts de revenus et de connaissances entre les pays les plus développés, leurs anciennes colonies et les pays sous-développés, de façon à dépasser les réseaux et les modalités d’échange hérités de l’époque coloniale et à inverser la direction du développement inégal en faveur des pays et des couches sociales les moins favorisés, sans oublier pour autant la coopération Sud-Sud ;
  • ouverture à la pluridisciplinarité sans perte de rigueur scientifique. Cela implique le recours à une éco-socio-économie politique ancrée dans l’histoire totale, chère à l’École des Annales, en mesure aussi de transcender l’eurocentrisme.

3En réalité, pour pouvoir planifier et mettre en œuvre des stratégies pluriannuelles de développement, il nous faut tenir compte du caractère tridimensionnel de ce dernier.

4Ses objectifs sont toujours sociaux. Tous les habitants – à la fois passagers du vaisseau spatial Terre et membres de son équipage – ont le même droit à une vie riche qui ne se borne pas à la simple survie. Il nous faut donc inscrire prioritairement à l’ordre du jour le droit universel au plein emploi et/ou à l’auto-emploi, tous deux convenablement rémunérés, ainsi qu’à la protection sociale universelle de la part des États développeurs.

5En outre, le développement revêt une dimension environnementale. En effet, la continuité du processus de développement nécessite la préservation du capital de la nature, de façon à ce que les générations futures puissent en profiter pleinement.

6La troisième dimension du développement, la plus difficile à construire et pourtant incontournable, est sa viabilité économique.

7Il incombe aux pays industrialisés et à l’ONU d’aider les pays moins développés dans la réalisation de ces objectifs, afin de réduire les énormes différences de niveau de vie qui, dans le monde d’aujourd’hui, séparent les minorités nanties des majorités discriminées.

8Pour nous engager dans la voie esquissée ci-dessus, nous devons commencer par assurer au niveau planétaire un accès plus équitable aux ressources naturelles. Cette tâche serait rendue plus aisée par une réduction drastique des dépenses militaires qui, de nos jours, continuent à stériliser une partie importante des richesses produites, sans parler du danger des conflits armés et des catastrophes sociales qui s’ensuivent.

9Nous devrions donc charger les Nations unies de la mise en place d’un plan de développement mondial à long terme capable de réduire les coûts sociaux élevés du fonctionnement de l’économie de marché et de favoriser le développement accéléré de ceux qui naissent et qui, dans les conditions actuelles, ont du mal à survivre au bas de la pyramide sociale mondiale.

Retour à la planification

10Paradoxalement, la planification, fille de l’économie de guerre, n’est plus à la mode à l’âge de l’ordinateur, alors qu’elle était parvenue à s’imposer à l’âge du boulier. Le mythe de la main invisible a connu un retour en force avec les déboires du socialisme réel en Europe de l’Est et les rapports ambigus entretenus par les régimes autocratiques avec la planification. C’est pourquoi les Nations unies devraient assumer à l’échelle planétaire la réhabilitation urgente de la planification démocratique, en promouvant à cette fin la collaboration entre ses commissions régionales.

11Planifier, c’est « penser par variantes les actions à venir » au dire de Michał Kalecki, à qui nous devons une méthodologie pionnière de planification à long terme, conçue et mise en œuvre alors qu’il était le conseiller scientifique du Commissariat au plan polonais. Certes, nous ne sommes pas « maîtres de la nature » comme aimait à le dire Descartes. L’image plus adéquate est celle du « roseau pensant » de Pascal, capable à la fois de se plier au vent et d’assumer une attitude proactive pour tirer le meilleur parti de la nature.

12Le moment est donc venu de peaufiner les méthodologies de planification démocratique à long terme, fondée sur un dialogue quadripartite entre planificateurs, entrepreneurs, travailleurs et société civile, et organisée autour du trépied d’objectifs éthiques et sociaux, de conditionnalité environnementale et, enfin, de viabilité économique, sans laquelle rien ne saurait se faire.

13La réhabilitation et la mise à jour de la planification passent par l’incorporation de deux concepts importants : d’une part, l’empreinte écologique1, qui nous amène à distinguer les pays créditeurs et débiteurs de biocapacité et, d’autre part, le travail décent incluant l’emploi et l’auto-emploi, central à la réflexion du Bureau international du travail (BIT).

14À vrai dire, la planification est un exercice d’approche systémique en vue d’identifier des objectifs sociaux à la fois ambitieux et viables, puis de proposer des modèles efficaces d’utilisation des ressources naturelles, en les adaptant à la force de travail disponible et en créant ainsi des opportunités de travail décent, de manière à éliminer le chômage et, dans la mesure du possible, le sous-emploi. Pour cela, les planificateurs se doivent de supprimer les goulots d’étranglement et autres obstacles à la croissance, d’éviter l’accumulation excessive de stocks et de s’efforcer de transformer les déchets en richesse – un beau slogan de la Chine maoïste.

15Nous sommes encore loin d’avoir satisfait les besoins matériels de base de tous les passagers humains du vaisseau spatial Terre. Par conséquent, plus que jamais, nous devons nous attaquer aux inégalités sociales, tant au niveau national qu’international, d’autant plus que nous ne pouvons envisager dans un monde fini une croissance de la production matérielle illimitée dans le temps. Plus tôt nous réussirons à réduire les disparités sociales qui caractérisent les modèles actuels de consommation matérielle, plus tôt nous serons à même de passer d’une économie de croissance à une économie stationnaire. Mais nous n’en sommes pas encore là.

16À quand un plan de développement mondial avec des taux de croissance différenciés pour réduire les disparités de revenus entre les pays développés et le reste du monde ? Techniquement, un tel plan est à notre portée. Ce qui manque, c’est la volonté politique.

  • 2 Paul Crutzen, Eugene F. Stoermer, « The ‘Anthropocene’ », Global Change Newsletter, no 41, mai 2000 (...)

17Ce plan devrait permettre à l’humanité une entrée ordonnée dans une ère nouvelle – l’anthropocène – caractérisée par « le rôle central de l’humanité dans la géologie et l’écologie » au dire de Paul Crutzen et Eugene F. Stoermer2. Par ailleurs, il lui faudra prendre en compte une population mondiale qui, dans la seconde moitié du xxie siècle, devrait se stabiliser entre neuf et dix milliards d’habitants.

18Chemin faisant, les deux défis à surmonter sont la sécurité alimentaire et la sécurité énergétique.

Sécurité alimentaire

19Tout en postulant la stabilisation de la population mondiale à partir de 2050, il nous faut en effet inscrire au rang des priorités la production d’aliments capable d’assurer une vie confortable à plus de neuf milliards d’humains.

  • 3 La première révolution verte, associée au nom de l’agronome américain et prix Nobel de la paix Norm (...)

20Pour cela, nous devons faire avancer les révolutions verte et bleue3. Les principales barrières se situent dans les deux cas au niveau institutionnel. C’est pourquoi il faut remettre à l’ordre du jour, partout où c’est nécessaire, les réformes agraires et les réformes fiscales.

  • 4 En anglais : Evergreen Revolution. Voir Monkombu S. Swaminathan Research Foundation : <http://www.m (...)

21Au lieu de nous en tenir à une révolution verte élitiste, réduite à l’usage massif de semences sélectionnées, d’engrais et d’eau telle que l’a proposée Norman Borlaugh, nous devons nous orienter vers une « révolution toujours verte » préconisée par l’agronome indien Monkombu S. Swaminathan4, et centrée sur l’avenir des petits paysans qui représentent la majorité des habitants des pays en développement.

22En même temps, nous devons réduire, dans la mesure du possible, l’impact dévastateur de l’élevage extensif sur les forêts en apprenant à intégrer l’élevage à la petite agriculture familiale, tout en promouvant la substitution de la consommation de viande par celle du poisson fourni par la pisciculture. Cette dernière, pour nous en tenir à l’exemple brésilien, est promise à un grand avenir en Amazonie et au Mato Grosso, sans parler du littoral atlantique, à condition toutefois que nous sachions trouver une solution satisfaisante au transport à longue distance du poisson, plus efficace que le transport par camion et meilleur marché que celui par avion. Que penser d’un retour aux dirigeables, sachant que nous sommes à même aujourd’hui de les faire fonctionner avec des gaz non inflammables, ce qui réduit le risque d’incendie ?

  • 5 Voir : Kenneth Ruddle, Gongfu Zhong, Integrated Agriculture-Aquaculture in South China: The Dike-Po (...)

23L’avenir de la révolution verte et bleue passe par le développement des unités de production intensive d’horticulture, de pisciculture et d’arboriculture, inspirées par les systèmes traditionnels de digues et d’étangs (dike pond systems) dans le sud de la Chine5, et adaptées et mises à jour dans les différents biomes. La figure suivante illustre une de ces unités :

Surface totale : 0,5 ha :
– un lac de 1 000 m² capable de produire, selon la Banque nationale de développement économique et sociale du Brésil jusqu’à 10 tonnes de poisson par an, ce qui correspond à la consommation annuelle de 200 habitants ;
– une digue de 800 m² et une surface additionnelle de 1 200 m² réservées aux potagers, fournissant le nécessaire à la consommation annuelle de 200 habitants, à condition de se servir du biochar à raison de 1 kg/m² comme le préconise Pro-natura international ;
– 2 000 m² réservés à l’arboriculture.

24Deux cents personnes nourries pendant une année à partir d’un demi-hectare, trop beau pour être vrai !

25Pourtant, si nous parvenions à créer au Brésil un archipel d’un million de telles unités, la sécurité alimentaire de ses deux cents millions d’habitants serait assurée, tout en évitant le déboisement et en permettant, chemin faisant, la création de 2,5 à 5 millions d’emplois. En réalité, seule la floriculture est en état d’assurer un tel nombre d’emplois à l’hectare mais il va sans dire que la demande en fleurs est beaucoup moins importante que celle en aliments.

Sécurité énergétique

26Commençons par une évidence : l’énergie est essentielle au développement dans la mesure où elle accroît la productivité du travail humain. La révolution industrielle reposait sur le recours massif au charbon et, par la suite, au pétrole et au gaz, trois combustibles entraînant des émissions de dioxyde de carbone et le réchauffement climatique qui en résulte. C’est pourquoi nous nous devons de réduire, voire d’éliminer, l’utilisation d’énergies fossiles avant même qu’elles ne s’épuisent.

  • 6 Voir à ce sujet : Benjamin Dessus, Bernard Laponche, En finir avec le nucléaire. Pourquoi et commen (...)

27Une question fondamentale à poser dans ce contexte est celle du rôle accordé à l’énergie nucléaire, ce qui nous renvoie au pacte de Faust : en effet, l’énergie nucléaire est propre pour ce qui de l’émission de dioxyde de carbone, cependant, elle n’est pas à l’abri d’accidents techniques et de catastrophes naturelles, hautement improbables mais aux conséquences dévastatrices (memento Tchernobyl et Fukushima), sans parler du risque de prolifération et d’emploi des armes nucléaires6. Nous ne pouvons plus nous dérober à un débat essentiel sur cette question.

  • 7 Voir Benjamin Dessus, Scénario négaWatt 2011 [en ligne], Association négaWatt, septembre 2011, disp (...)

28La stratégie énergétique doit donc répondre à trois impératifs interconnectés : sobriété et efficacité énergétiques au niveau de la consommation, et sources alternatives d’énergie au niveau de l’offre7. En outre, nous devons nous appuyer sur un éventail d’énergies alternatives : solaire, hydraulique, éolienne, géothermique et de biomasse, chacune présentant certains avantages et inconvénients qu’il faudra évaluer soigneusement avant de procéder au choix du modèle énergétique retenu dans le plan à long terme.

29Le recours aux bioénergies exige une étude attentive du conflit potentiel entre la production d’aliments et celle d’énergie. Ceci dit, ce conflit perd en intensité lorsque l’énergie est produite à partir des résidus de la production d’aliments (éthanol cellulosique, biogaz issu du fumier de bétail, etc.). Par ailleurs, un pays comme le Brésil dispose de terres agricoles suffisamment abondantes pour augmenter simultanément la production d’aliments et de bioénergie, sans empiéter pour autant sur les forêts existantes. La préservation de ces dernières s’impose à cause de leur capacité à séquestrer le carbone, sans parler de leurs autres usages économiques éventuels et de leur impact climatique. Les algues cultivées en eau douce et salée présentent également une source potentielle de bioénergie pour le moment sous-utilisée.

Vers un plan mondial de développement

30Comment procéder pour la mise en œuvre d’une planification mondiale digne de ce nom ?

31Le plan mondial de développement devrait s’appuyer sur trois instruments majeurs : de nouveaux contrats sociaux explicites pour aborder cette nouvelle ère, fondés sur la justice sociale, le respect de l’environnement et la viabilité des solutions économiques proposées ; un Fonds mondial de développement socialement incluant et respectueux de l’environnement ; et, enfin, des réseaux internationaux de coopération scientifique et technique.

Pour un nouveau contrat social

32Nous avons commémoré en 2012 le 300e anniversaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau et le 250e anniversaire de la publication de son Contrat social. À nous de montrer que nous n’acceptons plus de nous conduire selon l’adage homo homini lupus, ni de faire en sorte que les inégalités sociales entre peuples et au sein des peuples continuent à se creuser.

  • 8 Eric Hobsbawm, The Age of Extremes: The Short Twentieth Century, 1914–1991, Londres, Penguin Books, (...)

33Les historiens spécialisés dans l’histoire immédiate nous doivent encore une évaluation critique complète du « court xxe siècle »8 : ses deux terribles guerres mondiales, l’ascension et le déclin du socialisme réel en Union soviétique, l’émergence des États-providence dans les pays scandinaves et du New Deal aux États-Unis, ainsi que les différents modèles d’économie mixte dans les pays en développement.

34Une telle étude contribuerait certainement à la formulation de nouveaux paradigmes de planification démocratique et de gestion économique.

35Les modèles du secteur public dans les économies mixtes publico-privées des pays en développement peuvent être analysés à partir de deux modèles historiques qui représentent les deux extrêmes de la gamme des possibilités : le modèle japonais de l’ère Meiji, dans lequel l’État s’est cantonné à un rôle transitoire initial, et le modèle indien instauré par Nehru, également connu sous le nom de « socialistic pattern of society ».

36Il est urgent d’approfondir la discussion sur de possibles « troisièmes voies », qui se différencient aussi bien du capitalisme classique que du socialisme réel et qui font intervenir des économies mixtes publico-privées dotées d’un important secteur de l’économie solidaire. Évitons d’enfermer l’histoire et la planification dans les catégories héritées du passé. Nous avons au moins trois raisons de croire à l’émergence d’un futur différent : les leçons que nous aurons apprises grâce à l’analyse sine ira et odio des expériences historiques, le progrès scientifique et technique et la créativité humaine en général.

37La question fondamentale que nous ne pouvons éluder est de savoir combien est assez. La réponse de Gandhi fut « needs, not greed » (« besoins, et non cupidité »), ce qui l’a amené à pousser à l’extrême le concept de simplicité volontaire. Certes, l’exacerbation de la consommation matérielle ne saurait constituer à elle seule un indicateur de bonheur, cependant, nous nous devons de fournir un revenu raisonnable et de garantir des modèles de vie matérielle décents à tous les futurs passagers du vaisseau spatial Terre. Plus que jamais, il faut remettre à l’honneur notre objectif primordial d’« une civilisation de l’être dans le partage équitable de l’avoir », au dire de Louis-Joseph Lebret.

  • 9 Johan Huizinga, Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu, trad. du néerlandais par C. Sere (...)

38Il n’y a aucune raison de croire que nous avons épuisé notre potentiel de progrès technique et de meilleure exploitation des énergies disponibles, c’est pourquoi nous pouvons supposer que les sociétés futures parviendront à réduire la participation relative du temps social dédié aux activités de l’homo faber au profit des activités de l’homo ludens9. En parallèle, nous devons faire en sorte que le temps de travail total et les revenus qui en découlent soient répartis de façon équitable entre tous les travailleurs potentiels afin d’éliminer le fléau du chômage et du sous-emploi.

  • 10 John Maynard Keynes, « Economic Possibilities for our Grandchildren » [1930], in Essays in Persuasi (...)

39Le ciel est la seule limite pour ce qui est des activités culturelles et ludiques à condition d’apprendre à faire un bon usage du temps de travail ainsi libéré. Keynes avait raison de nous alerter, dès 1930, contre les risques d’une « dépression nerveuse généralisée » pouvant être causée pas un bouleversement aussi fondamental de l’organisation de la société10.

Fonds mondial de développement socialement incluant et respectueux de l’environnement

40Les Nations unies ont un rôle essentiel à jouer dans la mise en place d’un Fonds mondial de développement socialement incluant et respectueux de l’environnement. Pour cela, elles pourraient disposer des sources de revenus financiers suivantes :

  • la contribution des pays développés reprenant le compromis, souvent discuté mais jamais mis en œuvre, de verser chaque année au moins 0,7 % de leur PIB ;
  • les revenus provenant d’une taxe Tobin sur les transactions financières ;
  • un impôt sur les émissions de carbone qui contribuerait à réduire ces dernières et dont les recettes serviraient en outre à financer des projets allant dans le même sens ;
  • un péage, enfin, sur les airs et océans à percevoir des bateaux et des avions qui utilisent ce patrimoine commun de l’humanité, avec la possibilité d’exempter, sous certaines conditions, les navires et les avions de pays moins développés.

41Bien qu’il soit difficile de déterminer des objectifs quantitatifs, au total, il devrait être possible d’arriver à 2 % du PIB mondial, soit environ 10 % de l’investissement global dans le monde, une somme significative si elle était utilisée pour augmenter les investissements productifs et les dépenses sociales dans les pays en développement (rappelons qu’en 2012, le PIB mondial a atteint près de 72 milliards de dollars).

Réseaux de coopération scientifique et technique

42En outre, le système des Nations unies doit se servir de ses connaissances et capacités d’organisation pour créer des réseaux internationaux de coopération scientifique et technique entre pays ayant des biomes similaires. En d’autres termes, plutôt que de s’appuyer sur la géographie de la proximité, cela revient à rechercher les meilleures façons de mettre en valeur les ressources renouvelables de chaque biome et à privilégier la coopération Sud-Sud, en grande partie à construire, empruntant les parallèles plutôt que les méridiens.

  • 11 CESAP, Commission économique et sociale pour l’Asie et le Pacifique ; CEPAL, Commission économique (...)
  • 12 FAO, Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture ; ONUDI, Organisation des (...)

43Voilà un beau programme pour la mise en commun de l’expertise des commissions régionales de l’ONU, mais qui demandera une réorganisation substantielle – et, en particulier, une coopération beaucoup plus étroite entre les commissions régionales (CESAP, CEPAL, CEA, CEE11), les agences spécialisées (FAO, ONUDI, Unesco, PNUD12) et les institutions financières (Banque mondiale, banques régionales et nationales de développement) – avec pour tâche commune la préparation de programmes de développement des différents biomes dans les régions tropicales, semi-arides et tempérées, et ainsi de suite.

44Avec ces instruments en main, les Nations unies devraient être en mesure de jouer un rôle fondamental dans l’articulation et l’harmonisation des plans nationaux de développement de l’ensemble de leurs pays membres. Les deux ou trois années à venir pourraient être mises à profit pour préparer le terrain en vue de l’élaboration d’un premier plan de développement mondial pour les années 2016-2030, suivi d’un plan de vingt ans pour la période 2031-2050.

45À cette date, nous serons environ 9 milliards. Ce n’est pas une raison pour désespérer, à condition de ne pas perdre de temps et de ne pas laisser passer les opportunités qui s’offrent à nous pour prouver que nous sommes capables de faire passer le chameau par le chas de l’aiguille.

Notes

1 Voir les travaux du Global Footprint Network : <http://www.footprintnetwork.org>.

2 Paul Crutzen, Eugene F. Stoermer, « The ‘Anthropocene’ », Global Change Newsletter, no 41, mai 2000 : 17.

3 La première révolution verte, associée au nom de l’agronome américain et prix Nobel de la paix Norman Borlaug, était basée sur la production d’aliments grâce à des semences sélectionnées ainsi qu’à l’utilisation d’engrais et d’eau en abondance, ce qui la rendait inaccessible à bon nombre de producteurs dans les pays en voie de développement. C’est ce qui a poussé l’agronome indien Monkombu S. Swaminathan à proposer une deuxième révolution verte, baptisée « révolution toujours verte » (evergreen revolution), qui privilégie les intérêts des petits producteurs. La révolution bleue consiste à tirer profit des ressources aquatiques, non seulement pour la production d’aliments (avec la pisciculture entre autres) mais également d’énergie (à travers la production d’algues).

4 En anglais : Evergreen Revolution. Voir Monkombu S. Swaminathan Research Foundation : <http://www.mssrf.org>.

5 Voir : Kenneth Ruddle, Gongfu Zhong, Integrated Agriculture-Aquaculture in South China: The Dike-Pond System of the Zhujiang Delta, Cambridge, Cambridge University Press, 1988.

6 Voir à ce sujet : Benjamin Dessus, Bernard Laponche, En finir avec le nucléaire. Pourquoi et comment, Paris, Seuil, 2011. Les deux auteurs proposent un scénario raisonné de sortie du nucléaire fondé sur un autre mode de consommation et de production de l’électricité.

7 Voir Benjamin Dessus, Scénario négaWatt 2011 [en ligne], Association négaWatt, septembre 2011, disponible sur <http://www.negawatt.org/scenario-megawatt-2011-p46.html>.

8 Eric Hobsbawm, The Age of Extremes: The Short Twentieth Century, 1914–1991, Londres, Penguin Books, 1994.

9 Johan Huizinga, Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu, trad. du néerlandais par C. Seresia, Paris, Gallimard, 1988 [éd. originale : 1938].

10 John Maynard Keynes, « Economic Possibilities for our Grandchildren » [1930], in Essays in Persuasion, New York, W. W. Norton & Co., 1963 : 358-373.

11 CESAP, Commission économique et sociale pour l’Asie et le Pacifique ; CEPAL, Commission économique pour l’Amérique latine ; CEA, Commission économique des Nations unies pour l’Afrique ; CEE, Commission économique des Nations unies pour l’Europe.

12 FAO, Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture ; ONUDI, Organisation des Nations unies pour le développement industriel ; Unesco, Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture ; PNUD, Programme des Nations unies pour le développement.

Table des illustrations

Légende Surface totale : 0,5 ha :– un lac de 1 000 m² capable de produire, selon la Banque nationale de développement économique et sociale du Brésil jusqu’à 10 tonnes de poisson par an, ce qui correspond à la consommation annuelle de 200 habitants ;– une digue de 800 m² et une surface additionnelle de 1 200 m² réservées aux potagers, fournissant le nécessaire à la consommation annuelle de 200 habitants, à condition de se servir du biochar à raison de 1 kg/m² comme le préconise Pro-natura international ;– 2 000 m² réservés à l’arboriculture.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4718/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k

Auteur

Ignacy Sachs est éco-socio-économiste, directeur d’études honoraire à l’EHESS. Il fut l’un des pionniers du concept d’écodéveloppement dans les années 1970. En 1973, il crée le Centre international de recherche sur l’environnement et le développement (CIRED) et le Centre de recherches sur le Brésil contemporain (CRBC) en 1985. Il a participé aux conférences des Nations unies sur l’environnement à Stockholm en 1972 et à Rio de Janeiro en 1992 et en 2012 (Rio+20). Ses dernières publications incluent entre autres : Transitions to Sustainability, co-dirigé avec François Mancebo (Dordrecht, Springer, 2015) ; La Troisième Rive (Paris, F. Bourin, 2008), traduite en portugais (2009) et en polonais (2011).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540