Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser global

 | 
Michel Wieviorka
, 
Laurent Lévi-Strauss
, 
Gwenaëlle Lieppe

Avant-propos*
Demain, les sciences humaines et sociales

Michel Wieviorka

Texte intégral

  • * Cet ouvrage reprend les interventions proprement scientifiques du colloque international « Penser g (...)

1Les sciences humaines et sociales ne sont plus le monopole d’une petite partie du monde, l’Europe occidentale, l’Amérique du Nord, rejointes assez tôt par l’Amérique latine. Elles sont pratiquées partout, avec de plus en plus souvent une capacité des chercheurs à se situer au meilleur niveau, et à participer à des échanges scientifiques réellement planétaires, tout en ayant un fort ancrage dans leur propre société. L’Occident a perdu l’hégémonie scientifique, ce qui présente des implications considérables. Cela nous oblige, tout d’abord, à repenser l’universalisme et ses exigences de rigueur et de rationalité. Les chercheurs occidentaux, ou formés à l’Ouest, ou par lui, ne peuvent se contenter du projet d’une extension à la planète tout entière de concepts et de catégories nés exclusivement, croit-on trop souvent, dans une seule partie du monde. Nous devons repenser les valeurs universelles, à partir des critiques qui en sont faites, de l’intérieur des sociétés occidentales, et surtout de l’extérieur, lorsque celles-ci ignorent l’apport d’idées nées ailleurs et, surtout, lorsque mettre en avant ces valeurs revient à masquer des formes de domination qui sont pourtant depuis longtemps mises en cause – des hommes sur les femmes, des Blancs sur les « peuples de couleur », du Nord sur le Sud, ou de l’Ouest sur l’Est. Cette image même d’une organisation géographique structurée par quatre points cardinaux est par ailleurs problématique.

  • 1 Citons entre autres ouvrages L’idée de justice (Paris, Flammarion, 2010) et La démocratie des autre (...)

2Certains se contentent de simplement entériner telles quelles les critiques, pour ou bien s’abandonner à l’hypercritique et aux seules postures du soupçon et de la dénonciation, ou bien reprendre à leur compte ces critiques pour s’ouvrir à un impossible relativisme. Il me semble que les sciences humaines et sociales ont tout à gagner à réfléchir à nouveaux frais aux valeurs universelles. Elles peuvent y trouver non plus l’instrument ambivalent du progrès et de la domination et de leur expansion conjointe, mais le moteur de logiques d’émancipation et d’extension des Droits de l’homme. Un tel effort passe par une mise en commun des outils scientifiques ou intellectuels disponibles, y compris et peut-être surtout lorsqu’ils ont été malmenés ou ignorés par un Occident arrogant, dominant, expansif, impérial ou colonial. Les sciences humaines et sociales s’ouvriront de plus en plus à l’apport propre des chercheurs à même capables de redécouvrir la pensée antérieure ou parallèle à celle des disciplines classiques, par exemple dans les sociétés il y a peu colonisées. C’est un des points forts de la pensée d’Amartya Sen que de nous y inviter, à propos de la justice ou de la démocratie1, et notre ouvrage aura plusieurs occasions d’y revenir.

  • 2 Socio, no 1, Penser global, édité par Michel Wieviorka, mars 2013.
  • 3 Voir Ulrich Beck, « La condition cosmopolite et le piège du nationalisme méthodologique », in M. Wi (...)

3J’ai proposé d’utiliser l’expression « Penser global » comme signe de ralliement pour cet ouvrage, tout comme elle a été le thème principal du premier numéro de la nouvelle revue des éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2. La globalisation – les Français disent tout aussi bien la mondialisation, ce qui ne veut pourtant pas dire exactement la même chose – nous invite à penser autrement, à sortir du nationalisme méthodologique, selon la belle expression d’Ulrich Beck3, à imaginer ce que peuvent être des sciences humaines et sociales non seulement à l’ère de la globalisation, mais elles-mêmes prises dans des logiques de globalisation. Le cadre de l’État-nation continue d’exister, bien sûr, et les relations internationales aussi. Mais penser global, c’est s’intéresser à des logiques mondiales, planétaires, et articuler ce niveau d’analyse à d’autres niveaux, régionaux (Europe, Amérique latine par exemple), nationaux ou encore locaux. C’est par exemple s’interroger à nouveaux frais sur le cosmopolitisme, et puisque j’ai cité Ulrich Beck, poser comme lui la question du cosmopolitisme méthodologique en substitution au nationalisme méthodologique. C’est encore considérer les évolutions du droit contemporain, et par exemple la naissance d’un droit global qui à certains égards se substitue au droit international, et en tout cas le complète. Envisager la formation de contestations sociales, politiques ou culturelles se situant au niveau mondial, sans pour autant exclure des mobilisations locales, nationales ou régionales, comme dans les mouvements altermondialistes. C’est analyser les phénomènes migratoires à la lumière, précisément, de la globalisation, et pas seulement dans l’optique de l’intégration des migrants à telle ou telle société d’accueil. C’est chercher à comprendre comment se développent des institutions supranationales, en matière de justice ou d’économie par exemple. C’est aussi mettre au cœur de l’analyse les réseaux, qu’ils soient ou non fondamentalement tributaires d’Internet et des nouvelles technologies de communication.

4Les sciences humaines et sociales ne peuvent réduire la vie sociale à l’image de forces économiques, religieuses ou autres jouant à l’échelle de la planète. De telles forces peuvent contribuer à affaiblir les États et les institutions fonctionnant au niveau national, en tout cas elles leur lancent de nouveaux défis, rendant par exemple difficile les politiques étatiques contre les inégalités ou les injustices sociales, et encourageant la poussée de l’individualisme sous toutes ses formes. Une telle évolution peut susciter en retour divers types de refus, de résistance et de construction de contreprojets.

5Parmi ces formes de contestation, de protestation ou de refus, beaucoup doivent leur dynamique initiale à des peurs, des inquiétudes, mais aussi à l’indignation ou au souci de construire un autre monde, une autre société. L’action qui se construit alors, de bas en haut, repose largement, d’une part, sur des logiques d’individualisation, au sein desquelles on peut distinguer le désir plus ou moins porté par des calculs stratégiques, de participer aux fruits de la modernité, et celui opposé d’en limiter les effets vécus comme destructeurs ; elle repose aussi, d’autre part, sur des logiques, distinctes, de subjectivation et de désubjectivation. Elle peut viser à modifier l’acteur lui-même, y compris dans son corps, et est très sensible aux émotions.

6Penser global implique ainsi d’aller au plus loin du « global », ce n’est pas un paradoxe de le dire, et d’analyser les processus personnels, singuliers, de refus ou de participation à un monde ou une société globalisée. À partir de là, l’analyse peut se hausser, en quelque sorte, au niveau de l’action collective, à celui des systèmes politiques ou à celui des institutions, en abordant les formes concrètes par lesquelles les processus d’individualisation, de subjectivation et de désubjectivation nourrissent des mouvements sociaux, culturels ou religieux, que des personnes singulières font le choix de rejoindre. De tels processus peuvent également déboucher sur des changements dans les institutions, par exemple aujourd’hui bien plus qu’hier ouvertes à la subjectivité de ceux qui y travaillent ou qui bénéficient de leurs services. Ils peuvent tout aussi bien peser lourdement sur les systèmes politiques et les partis qui doivent tenir compte des attentes des électeurs.

7Ainsi se dessinent pour la recherche en sciences sociales un espace, mais aussi une béance à combler au sein d’une sorte de grand écart. À une extrémité l’utilité qu’il peut y avoir à penser global, et à une autre extrémité celle qu’il y a, au plus loin, à s’intéresser aux calculs ou à la subjectivité des personnes singulières.

8Il en est des sciences humaines et sociales, trop souvent, comme des sciences exactes. D’une part, les chercheurs aujourd’hui bien plus nombreux que par le passé, sont mieux formés, beaucoup plus solides du point de vue de la maîtrise des connaissances théoriques, bien plus qu’avant intégrés dans des réseaux internationaux. Et d’autre part, ils tendent à s’enfermer dans leur spécialité, leur domaine spécifique, leur niche parfois, et ne participent pas à des discussions plus générales, ni au débat public en dehors de leur stricte compétence. Une expression le dit, pas très heureuse : ils ne montent pas en généralité. La fragmentation, voire la pulvérisation de la recherche rend difficile de débattre de grands paradigmes, ou, pour ceux qui ne sont pas historiens ou politologues, de s’intéresser à l’histoire ou à la politique en tant que chercheurs. Il y a là une question importante, qui vient s’ajouter aux obstacles que les systèmes universitaires mettent généralement sur le chemin de la pluridisciplinarité en privilégiant à outrance les disciplines. Il est important de produire des connaissances précises, d’en débattre entre chercheurs compétents, de les diffuser par des canaux adaptés, et à niveau. Il est aussi essentiel, me semble-t-il, de créer les conditions favorables à une vie intellectuelle générale, nourrie de connaissances précises, mais permettant aussi le débat général.

9Les sciences humaines et sociales ne sont pas, aujourd’hui, structurées par quelques grands paradigmes, quelques grandes théories, ce qui, dans le passé, fut aussi facteur d’idéologie. Il faudra bien, à l’avenir, retrouver des principes scientifiques et intellectuels de restructuration du débat, de façon à autoriser une triple circulation des idées et des savoirs : à un premier niveau horizontal, celui des domaines spécifiques, entre spécialistes, entre ce niveau et celui des idées générales, verticalement si l’on veut, et enfin à un deuxième niveau horizontal, celui où des visions générales, des paradigmes s’opposent et débattent entre eux.

  • 4 Voir François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 200 (...)

10C’est dans cet esprit notamment que devrait se renouveler la réflexion relative à l’histoire. Dans le paysage contemporain, l’histoire, comme discipline, est secouée. Des mémoires la contestent, depuis une trentaine d’années, et l’idée qu’elle constitue un récit national ne résiste pas aux grandes évolutions contemporaines, d’où les succès, à l’étranger peut-être plus qu’en France, de l’histoire « globale » ; le « présentisme », selon l’expression bien trouvée de François Hartog4, est indissociable de l’individualisation de notre vie collective, et on sent bien qu’un aggiornamento se prépare, qui pourrait conférer à l’histoire une place renouvelée.

11Les chercheurs en sciences sociales se méfient, en général, de tout déterminisme, y compris technologique. En même temps, ils ont la plus vive conscience des changements impressionnants que génère le numérique, qu’il s’agisse d’objets qui sont les leurs, de leurs sources, mais aussi de leur travail, de leurs modes d’approche, de leur fonctionnement scientifique, de leur vie intellectuelle. Ces changements nous conduisent à redéfinir nos objets, nos méthodes, nos partenaires, mais aussi notre vision du monde et de la vie sociale. Je suis fasciné, par exemple, quand je réalise que les big data conjugués à Internet permettent d’individualiser encore mieux et plus qu’avant le savoir sur chacun d’entre nous, et par exemple pour nous ou nos enfants, de prédire ou déceler telle caractéristique personnelle, et pas seulement de mieux raisonner sur de vastes agrégats.

  • 5 Nous renvoyons, par exemple, à l’édition scientifique de Catherine Colliot-Thélène (Paris, La Décou (...)

12Enfin, je voudrais dire un mot de l’engagement du chercheur. Nous ne sommes plus à l’époque où l’on pouvait se contenter d’opposer les chercheurs engagés, intellectuels plus ou moins organiques au service d’une cause ou d’un parti, et les purs scientifiques, retranchés dans leur tour d’ivoire et ne communiquant qu’entre eux ou avec leurs étudiants. D’autres figures existent, celles de l’expertise, par exemple, et surtout, nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir tout à la fois contribuer au débat public, à la vie de la Cité, sur la base de nos compétences, sans pour autant devenir des « chiens de garde » d’un type ou d’un autre. Parfois, nous voulons croire qu’il est attendu de nous que nous alimentions la réflexion des responsables politiques, de façon à éclairer leurs décisions. Ce serait trop beau s’il pouvait en être ainsi ! Mon expérience est que les exigences de la vie politique et celles de la vie scientifique ne coïncident que fort peu, comme l’avait expliqué déjà en son temps Max Weber, il y a près d’un siècle, dans ses célèbres conférences réunies en France sous le titre Le savant et le politique5. Bien plus que de liens directs avec l’action publique, la recherche a besoin de liberté, c’est pourquoi son développement est indissociable de la démocratie.

Notes

1 Citons entre autres ouvrages L’idée de justice (Paris, Flammarion, 2010) et La démocratie des autres. Pourquoi la liberté n’est pas une invention de l’Occident (Paris, Payot, 2005).

2 Socio, no 1, Penser global, édité par Michel Wieviorka, mars 2013.

3 Voir Ulrich Beck, « La condition cosmopolite et le piège du nationalisme méthodologique », in M. Wieviorka (dir.), Sciences sociales et mutation, Auxerre, Éditions Sciences Humaines, 2007 : 223-236.

4 Voir François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003.

5 Nous renvoyons, par exemple, à l’édition scientifique de Catherine Colliot-Thélène (Paris, La Découverte, 2003).

Notes de fin

* Cet ouvrage reprend les interventions proprement scientifiques du colloque international « Penser global », organisé par la FMSH du 15 au 17 mai 2013 à l’occasion de son cinquantième anniversaire (1963-2013).

Auteur

Michel Wieviorka est l’administrateur de la Fondation Maison des sciences de l’homme, où il a créé le Collège d’études mondiales, et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, où il a dirigé le CADIS (1993-2009). Il est membre du Conseil scientifique de l’European Research Council, et a présidé l’International Sociological Association (2006-2010). Ses travaux portent principalement sur les figures du mal, le racisme, la violence, le terrorisme, l’antisémitisme, eux-mêmes inscrits dans le cadre d’une sociologie générale de l’action qui promeut le projet de « penser global » tout en accordant la plus grande importance aux processus de subjectivation et de désubjectivation. Derniers livres parus  : Evil (Cambridge, Polity Press, 2012) ; Le retour du sens (Paris, R. Laffont, 2015).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable