Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’humanisation de la nature

 | 
André Stanguennec

L’humanisation morale et juridique de la nature

Chapitre 10. De l’humanisation morale à l’humanisation juridique de la nature : le contrat naturel (Michel Serres) et les théories de l’écologie profonde

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le concept de « contrat social » s’inscrit dans la sphère des contrats passés entre les hommes, contrats qui structurent d’abord la société civile (au sens économique) : contrats de travail, de services, d’échanges marchands, d’échanges et de transmissions de biens, etc. Nous avons vu l’importance longuement analysée par Marx du « contrat de travail » passé entre l’ouvrier et le patron, dans lequel le travail devient lui-même une marchandise échangée contre un salaire, afin qu’il produise à son tour des marchandises utilisables ou consommables destinées à circuler sur le marché. Dans tous les contrats de ce type, il y a un engagement mutuel qui constitue une réciprocité, tant objective que subjective. Objectivement, l’un s’engage à donner quelque chose et en échange l’autre s’engage à lui donner quelque autre chose. De ce point de vue, on l’a noté avec Marx, le travail lui-même devient une « chose », une marchandise, et cette relation apparemment libre est néanmoins source de nombre...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540