Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’humanisation de la nature

 | 
André Stanguennec

L’humanisation morale et juridique de la nature

Chapitre 8. L’humanisation morale de la nature comme « effet réversif » de l’évolution : la lecture de Charles Darwin par Patrick Tort

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pendant longtemps, Charles Darwin, mal lu par l’économiste Herbert Spencer252, a été interprété comme un savant légitimant la valeur positive de la morale de ceux qui sont socialement dominant dans les sociétés humaines. L’argument supposé être celui de Darwin était le suivant : l’évolution favorise par la sélection naturelle les individus les mieux adaptés aux changements de leur environnement et élimine peu à peu les individus faibles et démunis de défense, considérés comme les moins bien adaptés. Il en découle que, l’homme étant dépourvu d’instinct régulateur, l’apparition de l’intelligence fournit une large compensation d’adaptabilité à ce déficit, et que l’évolution de l’homme va favoriser les individus les plus « forts », physiquement et intellectuellement. Ceux-ci vont dès lors s’unir pour dominer leurs sociétés en entraînant une forte hiérarchisation, de sorte que les plus puissants et intelligents vont soumettre et, dans certains cas, éliminer les moins adaptés à un milieu ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540