Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’humanisation de la nature

 | 
André Stanguennec

L’humanisation technique de la nature

Chapitre 4. La transformation technique de la nature et son contexte d’aliénation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La transformation technique de la nature par le travail humain est doublement liée à l’apparition du langage comme fonction symbolique que nous avons étudiée dans la partie précédente de ce livre. D’une part, il est clair que sans la présence opérante du langage humain, l’organisation et le progrès des techniques ne pourraient avoir d’effectivité. Comme Karl Marx l’a amplement montré, le travail humain est spécifiquement différent des produits les plus complexes de l’activité animale : « ce qui distingue dès l’abord le plus mauvais architecte de l’abeille la plus experte, c’est que l’architecte construit la cellule dans sa tête avant de la construire dans la ruche. Le résultat auquel le travail aboutit préexiste idéalement dans l’imagination du travailleur130 ». À peu près un siècle plus tard, Henri Bergson insistera sur les mêmes déterminations. Pour définir « la caractéristique constante de l’homme et de l’intelligence, nous ne dirions peut-être pas Homo sapiens, mais Homo faber13...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540