Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bijoux à secrets

 | 
Patrizia Ciambelli

3. La boucle et la marque1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Perceuses d’oreilles

Aux États-Unis, les prestations offertes à l’accouchement comprennent le perçage des oreilles pour les filles et la circoncision pour les garçons. Dans certaines cliniques de Buenos Aires, les petites filles ont les oreilles percées par « une spécialiste ». C’est un service supplémentaire, comme raser la tête à tous les bébés, filles et garçons, pour que les cheveux poussent mieux et qu’ils ne fassent pas de remolinos. Pas de boucles naturelles, pas de cheveux frisés – « c’est plus beau et l’on voit mieux la tête, s’il y a des croûtes de lait » – mais des boucles métalliques à introduire dans les lobes troués.

De nos jours, en Italie comme en France, la majorité des filles a les oreilles percées dans la période comprise entre la naissance et l’adolescence1. À Rome, dans les quartiers périphériques, cette pratique reste courante ; les jeunes couples font régulièrement poser des boucles d’oreilles à leurs enfants, filles et garçons, avant l’âge de deux ans. Une jeun...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540