Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le match de football

 | 
Christian Bromberger

III Le public des stades : une théâtralisation expressive des appartenances sociales

Qui sont les spectateurs ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Du public des stades on dit volontiers qu’il est « populaire », « ouvrier » ou encore issu des « couches dominées, subalternes, exploitées » (Brohm 1993 : 35). Quant aux Ultras et autres militants belliqueux qui occupent les virages, on les présente souvent comme des jeunes à la dérive, appartenant au sous-prolétariat et victimes du chômage. Ces images conventionnelles masquent une réalité beaucoup plus complexe, non seulement à Marseille, Naples et Turin mais aussi là où l’on s’y attendrait le moins, dans les stades britanniques. Une récente étude (Malcom, Walsh et al. 1993) consacrée aux publics des clubs d’Aston Villa (Birmingham) et d’Arsenal (Londres) montre ainsi qu’environ la moitié des spectateurs, dans le premier cas, les deux tiers, dans le second, sont des employés ou issus des classes moyennes et des professions libérales. « Nos résultats n’indiquent pas, concluent les auteurs de cette recherche, une prédominance ouvrière dans la composition de la foule » (Ibid. : 11). L...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540