Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le match de football

 | 
Christian Bromberger

III Le public des stades : une théâtralisation expressive des appartenances sociales

Les foules sportives : ni anges ni bêtes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quand on évoque spectateurs et supporters réunis dans les gradins, deux images se télescopent dans la tradition interprétative comme dans les commentaires quotidiens : l’une, festive et rousseauiste, exaltant « une de nos ultimes manières d’être ensemble1 », l’autre, terrifiante et diabolique, dénonçant la horde et la meute, « l’animal social qui a rompu sa laisse » (Moscovici 1985 : 13), « the swinish multitude2 ». Si opposées soient-elles, ces deux conceptions postulent que les comportements en masse possèdent leur logique propre, transcendent, voire abolissent le psychisme et la conscience individuels, en instaurant « un état d’égalité absolue » (Canetti 1966 : 27). G. Le Bon et G. Tarde, tenants de la version diabolique, ont jeté les bases de cette « psychologie des foules », un outil essentiel, selon eux et leurs continuateurs (S. Freud, E. Canetti, S. Moscovici, P. Yonnet...), pour comprendre les sociétés contemporaines : ne sommes-nous pas entrés, depuis la Révolution françai...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540