Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le match de football

 | 
Christian Bromberger

I Histoires de matchs, histoires de villes, histoires de vies

La revanche du Sud : la partitissima Napoli-Juventus de Turin (25 mars 1990)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Se la Juve è magica, Cicciolina è vergine. »
(« Si la Juve est magique, Cicciolina est vierge »)1.

Écologie d’un match au sommet

C’est le propre de villes sinistrées, nostalgiques d’une grandeur passée et aujourd’hui bafouées de l’extérieur, de porter une ferveur sans commune mesure à l’équipe qui les représente. Sur ce plan, Naples présente de notables affinités avec d’autres métropoles en crise comme Marseille ou Liverpool. Quelques chiffres donneront une idée de l’ampleur de cet engouement : plus de 70 000 abonnés en 1975, année faste, où, en avril, plus de 10 000 Napolitains font le déplacement à Turin à l’occasion d’un match décisif pour le scudetto (écusson, symbolisant le titre de champion) ; plus de 67 000 abonés en 1984-85 quand Maradona débute dans l’équipe ; plus d’un million d’objets, représentant quelque 60 milliards de lires, vendus lors de chaque fête du scudetto en 1987 et en 19902. Et au-delà de ces chiffres – inégalés en Italie – l’omniprésence de cette ferveur dans...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540