Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Carrières d’objets

 | 
Christian Bromberger
, 
Denis Chevallier

II. Objets de relance

Le Harris tweed : renaissance ou mutation ?

Nathalie Coffre-Baneux

Texte intégral

  • 1 Une « armure » désigne le mode d’entrecroisement de la chaîne et de la trame d’un tissu.

1Le tweed est une étoffe en laine cardée, avec une armure toilée ou sergée, c’est-à-dire formant des côtes obliques1. L’Écosse en est le principal producteur. La spécificité du Harris tweed repose principalement sur le traitement de la laine par les filatures des Hébrides Extérieures – l’archipel le plus occidental des îles Britanniques – et sur le tissage des fils à domicile, par les îliens. Cette production fut, de l’entre-deux-guerres aux années 1960, le moteur de l’économie hébridéenne, tout particulièrement de Lewis, l’île la plus septentrionale. Puis, l’industrie du Harris tweed entama un long et pénible déclin, qui paraissait irréversible : elle ne représentait plus que 12 % de la production totale de l’archipel à la fin des années 1980, et la demande pour un tel produit « de luxe » se faisait de plus en plus rare.

2Les Hébrides Extérieures, ou Western Isles, comptent douze îles habitées par moins de 30 000 personnes, très inégalement réparties puisque plus des deux tiers résident à Lewis. L’archipel s’étend sur 200 kilomètres de long environ, à une trentaine de miles des côtes du « continent » britannique.

  • 2 Le terme croft désigne tant l’exploitation que la maison d’habitation également louée au propriéta (...)

3Les Hébrides Extérieures furent longtemps considérées comme la région la plus déshéritée de Grande-Bretagne. Les conditions climatiques et géologiques entravaient toute tentative de développement du secteur primaire, tout particulièrement du crofting. Cette forme d’exploitation agricole propre au nord de l’Écosse fut introduite par les propriétaires fonciers au début du siècle dernier. Elle combine l’exploitation, par un tenancier-locataire, d’une petite superficie de bonne terre enclose, pour la production domestique de légumes et pour le fourrage, et d’une portion d’une vaste aire de pâturage commun dévolue à l’élevage extensif du mouton. Dans les Hébrides Extérieures, seuls 0,5 % des quelque 5 000 crofts permettent une activité à plein temps2. L’argent tiré de l’exploitation d’un croft représente aujourd’hui encore moins de 15 % du revenu total d’un ménage. Aussi, les crofters étaient-ils nombreux à s’engager dans d’autres types d’activités économiques, salariées ou non – notamment le tissage du tweed jusqu’à ces vingt dernières années. Ces activités non-agricoles étaient considérées comme complémentaires du crofting ; l’organisation de leurs productions était assujettie au rythme des travaux des champs.

1. Les Hébrides Extérieures de l’Écosse.

4Si le crofting demeure la pierre angulaire du système d’organisation de la société locale ainsi que du sentiment d’appartenance à une community particulière (Coffre-Baneux 1998), l’archipel vit aujourd’hui essentiellement grâce au secteur public (plus de 60 % des emplois), à la pêche et à l’aquaculture. Quelques industries se sont implantées depuis une vingtaine d’années, telles la réparation des plates-formes pétrolières et la fabrication de produits pharmaceutiques. Mais tous ces secteurs d’activités ne subsistent qu’en fonction d’injections de plus en plus importantes d’argent public, européen tout particulièrement.

  • 3 Selon les expressions de la brochure publiée par l’Office des publications officielles des Communa (...)

5En effet, les Hébrides Extérieures, comme tout le nord de l’Écosse, font partie depuis 1994 de ce que l’Union européenne nomme « les régions en retard de développement ». Ces zones sont ainsi définies en fonction d’un pib par habitant inférieur ou égal à 75 % de la moyenne communautaire. A ce titre, les « régions en retard de développement » – l’« objectif 1 » des programmes communautaires – peuvent prétendre à l’attribution de fonds structurels européens. Ces fonds sont destinés à « résoudre les problèmes économiques et sociaux qui ont des effets à long terme » notamment en « investissant dans les infrastructures », en « aidant les petites et moyennes entreprises » – et en créant des emplois3.

  • 4 Le nord de l’Écosse. Hébrides Intérieures et Extérieures comprises, faisait auparavant partie des (...)

6A la fin de la décennie 1980, les dirigeants politiques et économiques locaux décidèrent de relancer la production de tweed. Cette relance de l’industrie textile locale fut présentée comme nécessaire : elle devait en effet servir de moteur au développement de tous les autres secteurs de l’économie îlienne, et, par conséquent, devait freiner l’émigration des jeunes générations vers le mainland britannique. Cet argumentaire servit de base de discussions aux leaders îliens lors des négociations avec l’État britannique pour l’intégration de tous les Highlands d’Écosse dans le giron de l’« objectif 14 ». La première et principale phase des opérations de relance de l’industrie devait arriver à son terme à la fin du programme européen, en 1999.

7Depuis, le tweed est utilisé par les responsables du développement économique local en tant que pivot de ce que Bruno Latour (1991a), à la suite de Michel Callon (1978 et 1986), appelle une « chaîne de traduction » – ce qui, dans le cas du Harris tweed, pourrait se résumer ainsi : pas de solution aux problèmes économiques des Western Isles sans un développement de l’industrie du tweed, pas de développement possible sans innovation technique, pas d’innovation acceptable sans conservation d’une spécificité et d’une qualité particulière, elles-mêmes impensables sans le secours de la tradition technique et culturelle (gaélique) locale, laquelle doit soutenir également le développement touristique.

  • 5 Recherche sur la transmission des savoir-faire techniques liés au tweed, dans le cadre d’un projet (...)

8L’étude que j’ai menée à Lewis entre 1993 et 19965 a permis de saisir l’articulation entre la relance de l’industrie du tweed et les bouleversements sociaux que celle-ci engendre, l’utilisation de cette production dans les processus de revendication identitaire, ainsi que les politiques globales mises en place par les leaders locaux en faveur du développement économique de l’archipel. La mise au jour de l’existence de deux industries du Harris tweed – l’industrie « réelle » et l’industrie « idéelle » – permet notamment d’apporter une réponse à la question suivante : la relance de l’industrie du tweed correspond-elle, en fin de compte, à une renaissance ou à une mutation ?

Pas de développement des îles sans tweed

9Dans le chapitre « Les effets économiques globaux d’une industrie du Harris tweed régénérée » d’un rapport publié au début des années 1990 par l’agence publique de développement, la Western Isles Enterprise, le rôle attribué à cette activité dans le développement général des Western Isles était parfaitement explicite :

Les bénéfices économiques de l’industrie du Harris tweed sont considérables dans le contexte actuel des Western Isles, bien qu’en termes de revenus, les niveaux de production aient été réduits de manière non négligeable ces dernières années. Cette contribution substantielle doit être examinée à la lumière des problèmes complexes affectant les autres industries îliennes, qui ont également connu un déclin de leurs activités. Les contraintes structurelles des autres industries îliennes imposent à la régénération de l’industrie du Harris tweed un rôle essentiel dans le cadre de la fragile économie îlienne. (...) La stratégie envisagée pour l’industrie du Harris tweed est une solution à long terme qui doit favoriser la relance de l’économie îlienne dans son ensemble. Jusqu’à présent, ce rôle potentiel de l’industrie n’a pas été pleinement évalué ou exploité (Western Isles Enterprise 1993a : 2-3).

10L’ensemble du document (une quarantaine de pages) décline ce thème sur tous les modes. Mais au-delà de ces déclarations d’intention, on y trouve peu de prospectives, de données concrètes. La plupart des propositions sont d’ordre défensif (sauvegarder le tissu industriel existant) et non offensif (créer de nouvelles formes de production).

11Les secteurs économiques censés bénéficier en premier lieu de la relance de l’industrie du tweed sont le secteur financier (banques et assurances), ceux des transports, de la distribution et du commerce de détail, ainsi que celui du tourisme. Mais leur rôle exact, pas plus que la nature et l’ampleur des bénéfices escomptés par secteur, ne sont définis.

12Le rapport précité, qui servit de base à toutes les discussions et projets ultérieurs, proposait une stratégie en huit points pour relancer (regenerate) l’industrie :

  1. Innover techniquement. Ce point était présenté comme central dans la stratégie de « régénération ». L’innovation devait prendre essentiellement la forme d’une introduction de nouveaux métiers à tisser, dits « métiers doubles » (double-width looms), permettant le tissage de lés deux fois plus larges que ceux existant, conçus spécialement pour le Harris tweed. Cent quinze de ces métiers devaient être installés en un an. Les deux obligations essentielles de la relance semblaient être une évolution de la production vers un lé de 1,5 m de largeur, évitant la multiplication des coutures, ainsi que l’obtention d’un tissu plus léger et moins rigide. Or seuls les nouveaux métiers étaient présentés comme capables de remplir ce cahier des charges imposé par le marché international de la confection.
  2. Reconvertir les tisserands en exercice (cent quinze en un an). Le rapport ne mentionnait pas de possibles créations de nouveaux emplois.
  3. Développer les marchés existants et rechercher de nouveaux débouchés. Aucune direction d’action n’était clairement définie. En fait, les projets de relance de l’industrie partaient tous du principe qu’un marché pour le Harris tweed existait – celui de la confection –, qu’il allait même augmenter significativement dans un avenir proche, essentiellement grâce au vieillissement de la population d’Europe et d’Amérique du Nord (les principaux consommateurs étant les « 45-64 ans »), mais que le produit n’était plus adapté à la demande, notamment à celle des maisons de mode.
  4. Actualiser le cadre législatif afin de permettre une défense plus efficace face à la concurrence et afin de renforcer la position du Harris tweed en tant que produit de qualité. Ce point comportait deux axes : d’une part, faire évoluer la marque déposée du Harris tweed, en un label, car « ... les utilisateurs comme les gens qui n’ont jamais porté de Harris tweed estiment que sa qualité est la plus parfaite du monde6 ». Pour cela, l’industrie du Harris tweed devait demeurer en partie une cottage industry. D’autre part, il fallait aligner le cadre législatif du Harris tweed aux législations européenne et américaine sur le commerce.
  5. Développer la coopération et la coordination entre les différents acteurs de l’industrie et du marché du tweed – notamment en établissant un Harris Tweed Promotional Council.
  6. Créer une unité de production formée au design car, à l’époque : « Si vous voulez une veste en Harris tweed, la veste sera confectionnée à Leeds, puis reviendra ici pour y être vendue. Il n’y a pas de tailleur dans les Western Isles, et c’est très surprenant, car cela rajouterait de la valeur au produit et pourrait créer des emplois dans l’île7. »
  7. Exploiter le potentiel touristique. Il était prévu de créer un Harris Tweed Interpretative Centre « afin d’encourager la combinaison (integration) du tourisme et de l’industrie » (Western Isles Enterprise 1993a : 13). Dans ce but, les filatures devaient être encouragées (financièrement) à proposer aux touristes des visites guidées de leurs locaux ; des formations de guides étaient envisagées et les tisserands étaient conviés à proposer des démonstrations de tissage.
  8. Contrôler et évaluer les différentes voies envisagées pour la relance de l’industrie. Là aussi, le seul point clair du rapport était d’insister sur la nécessité de mesures « comprenant un certain degré de flexibilité et de réaction rapide (responsiveness) en fonction des conditions locales et de la situation du marché » (ibid. : 14).
  • 8 MacDonald MacIver & Co, 1992. « An analysis of the estimated impact on sales/demand for Harris twe (...)

13Dans ce rapport, mais également dans les autres documents publiés par les promoteurs de la relance de l’industrie du tweed, l’innovation technique justifie seule les modalités et les résultats escomptés de la statégie proposée. D’autre part, les projections reposent uniquement sur l’analyse, par une agence (lewisienne) de consultants indépendants, des réponses à un questionnaire envoyé à dix-sept distributeurs de Harris tweed dans neuf pays (soit 95 % du total des distributeurs du produit en 1992). La principale conclusion de l’étude – l’introduction des nouveaux métiers doubles était nécessaire à la relance – reposait essentiellement sur le fait que « pas une seule des réponses aux questionnaires individuels n’indique un possible déclin de la production si le Harris tweed tissé sur métier double arrive sur le marché8 ». Ce qu’il fallait démontrer... Les tableaux et graphiques prospectifs sont alléchants : l’introduction des nouveaux métiers devait permettre une hausse moyenne des vente de 17 % en un an, de 67 % en cinq ans, alors que le maintien exclusif du métier simple conduirait inévitablement à une chute continue des ventes (– 5 % en un an, – 16 % en cinq ans). L’équilibre idéal préconisé était de réduire la part de travail sur métier simple à 12,5 % de la production au bout de cinq ans.

14Le rôle exact des filatures n’est jamais clairement déterminé, pas plus que le nombre de personnes qui devront être engagées dans la production, ou les transformations des conditions de travail et de salaires... Cependant, l’organisation du secteur ne semble pas remise en cause.

15Le montant global de la relance de l’industrie était estimé à 10,5 millions de livres sterling. Le secteur privé (les filatures essentiellement) devait fournir 2 millions de livres ; le secteur public britannique, par le biais des agences de développement, 4 millions. La somme restante provenait de la Communauté européenne. Mais depuis la publication de ces chiffres, ce coût a été plusieurs fois réévalué à la hausse. Il en fut de même pour le montant des dépenses devant être engagées par les tisserands pour s’équiper en métiers doubles.

  • 9 Les tisserands de Lewis résidaient surtout dans les villages des côtes ouest et nord – les conditi (...)

16La relance de l’industrie du Harris tweed devait faciliter le maintien de l’emploi rural existant et la création de nouveaux postes au sein des secteurs économiques associés, tant dans les villages qu’à Stornoway – la seule ville de l’archipel9. Elle devait également favoriser la croissance de la consommation, l’augmentation du niveau de vie général, la multiplication des aides à la formation professionnelle... Il s’agissait à terme de proposer aux îliens des conditions de vie dans l’archipel acceptables.

Dans la plupart des cas, si le tisserand est jeune et mobile il quittera la communauté rurale îlienne et cherchera un emploi dans les zones urbaines de l’Écosse centrale. Cela est un sérieux problème pour la communauté îlienne dans son ensemble. La perte de tant de membres de la communauté/vie économique îlienne possédant de multiples savoir-faire ne présage rien de bon pour l’avenir de nombreuses petites communautés, pour leur culture et leur mode de vie traditionnel (Western Isles Enterprise 1993a : 34).
« Et bien avant qu’il ne fût appelé Harris tweed, ce drap a uni le peuple à la terre... »

17Depuis les premiers temps de sa production, durant la seconde moitié du xixe siècle, le tweed est considéré dans les Western Isles à la fois comme une activité bénéfique à l’amélioration des conditions de vie des ménages et au développement de l’économie hébridéenne dans son ensemble.

18Jusqu’à l’introduction du crofting au milieu du siècle dernier et de son corollaire, l’élevage extensif du mouton, le cheptel était trop peu nombreux pour que le travail de la laine dépasse le cadre de la production domestique. Les femmes confectionnaient alors des vêtements en un gros tissu rugueux, le clo mor, beaucoup trop rustique pour pouvoir être exporté.

19Les conséquences désastreuses de l’introduction forcée du crofting (pénurie de terre arable, disettes, épidémies, émigration massive) fragilisèrent fortement l’économie et la démographie hébridéennes. Vers 1850, les comtes de Dunmore, propriétaires de l’île d’Harris – en fait la partie sud de Lewis – décidèrent d’aider les familles nécessiteuses de leurs domaines en encourageant les femmes à tisser la laine selon les motifs du tartan, alors très en vogue sur le continent britannique. Ils introduisirent aussi de nouvelles techniques de fabrication, afin d’obtenir un tissu plus souple, le tweed. Le tweed hébridéen, vendu à Édimbourg, Glasgow et Londres, connut rapidement un grand succès auprès de l’aristocratie et de la bourgeoisie britanniques passionnées par les « arts celtiques ».

20A Lewis, Sir James Matheson, le propriétaire de l’île, avait d’autres projets pour ses domaines, notamment le développement du commerce et de l’industrie, en transformant les pratiques de pêche des îliens. Ces mutations permirent la constitution d’une bourgeoisie active et florissante à Stornoway mais la population rurale, prolétarisée, sans droits, se paupérisa. Après la mort de Sir James, vers 1880, des habitants – surtout les hommes – de la paroisse des Lochs, proche de Harris, se lancèrent à leur tour dans la confection du tweed.

  • 10 Les bateaux étaient généralement loués à crédit à un équipage (constitué sur une base de résidence (...)

21Le tissage pour l’exportation fut d’abord l’occupation principale des personnes qui n’avaient pas de terres à exploiter, c’est-à-dire des exclus de la réforme agraire, et qui n’avaient pas émigré. Ces premiers tisserands devaient acheter une grande partie de la laine, en provenance du continent, à des négociants de Glasgow, Leith et Stornoway. Faute de capitaux, les tisserands s’endettaient et, comme les pêcheurs à la même époque10, ils se trouvaient en état de perpétuelle dépendance financière, notamment vis-à-vis du groupe des négociants/ armateurs/entrepreneurs de Stornoway – lequel eut une influence majeure sur les formes du développement économique de Lewis jusqu’à l’entre-deux-guerres.

  • 11 Jusqu’alors, la navette (souvent fabriquée à partir d’un tibia de mouton) était lancée manuellemen (...)

22La création en 1889 de la Scottish Home Industries Association, une agence gouvernementale pour le développement de l’artisanat local, permit aux tisserands d’obtenir de meilleures conditions d’achat de la laine et du matériel. En 1897, le Congested Districts Board organisa la commercialisation du tweed sur une plus large échelle et introduisit certaines améliorations techniques, telle la navette volante11.

« Ce sont ces îles, ces éléments qui donnent naissance à un drap unique. »

23La mécanisation de la production fut lancée dans les premières années du xxe siècle par la bourgeoisie de Stornoway et, sur une moindre échelle, par des négociants de Tarbert, le seul bourg de l’île d’Harris. Des usines de cardage (carding-mills) furent implantées, puis les opérations de filature, de teinture, de montage de la chaîne de tissu furent mécanisées à leur tour et entrèrent à l’usine. Le tissage lui-même se mécanisa au début des années 1920 lorsque les métiers Hattersley furent substitués aux vieux métiers en bois. Mais le tissage était toujours effectué au croft.

24A Lewis, la guerre entraîna l’abandon du travail à domicile des femmes, celles-ci remplaçant les hommes dans les filatures. Après guerre, le tissage à domicile devint une activité exclusivement masculine, en raison notamment de la mécanisation.

25Le tweed fabriqué à Lewis était réputé de mauvaise qualité. Les filatures lewisiennes utilisaient des fils de provenances et de valeurs diverses et certains tisserands économisaient la laine en tissant de façon très lâche. Bon marché, le tweed lewisien concurrença rapidement celui des autres îles des Hébrides, plus cher car fabriqué de manière presque entièrement artisanale.

  • 12 La Orb mark, composée à partir de l’orbe et de la croix de Malte, emblèmes des comtes de Dunmore, (...)

26En 1906, les entrepreneurs d’Harris déposèrent au ministère du Commerce une marque de fabrique – la « Orb mark » – garantissant un véritable tweed d’Harris, entièrement fait main12. En dépit de la création en 1909 de la Harris Tweed Association, un organisme indépendant chargé de promouvoir et de certifier la conformité du produit, et après quinze ans de longues batailles juridiques, le tweed fabriqué à Lewis fut finalement reconnu et vendu comme Harris tweed.

27Lewis prit définitivement le contrôle de la production. Cependant, cette industrie ne se développa réellement dans l’île qu’à la suite de la crise de la pêche des années 1920-1930. Elle devint alors le complément principal du crofting, les pêcheurs se reconvertissant massivement dans le tissage à domicile. Jusqu’à la fin des années 1960, des centaines de jeunes hommes, après quelques années passées dans la Marine ou dans les industries du continent, revenaient à Lewis pour fonder une famille, travailler dans les filatures locales puis/ou s’installer à leur compte, en tant que crofters-pêcheurs-tisserands.

« ... Et il est devenu la chaîne et la trame de la vie dans les Hébrides Extérieures. »

28En 1959, Lewis produisait près de six millions de mètres de tweed, loin devant l’île de South Uist (450 000 mètres) et celle d’Harris (45 000 mètres). L’âge d’or de la production de tweed dura plus de deux décennies – 1945-1970. Cependant, elle ne fut jamais à l’abri de chutes brutales, caractéristiques de cette industrie, entièrement dépendante de la demande extérieure. Le Harris tweed fut toujours hors de portée de la bourse des îliens, à l’exception des landlords et des notables stornowayciens.

29De sept millions de mètres de tweed vendus en 1966, la production tombe à moins de deux millions en 1975. Quelques mois après la publication de ces chiffres, une proposition est lancée par l’agence de développement de l’époque, le Highland & Islands Development Board et par la Harris Tweed Association. Ces deux organismes souhaitent que l’industrie adopte le principe du tissage sur métiers doubles électrifiés, regroupés au sein de petites unités manufacturières. Le projet est abandonné après un vote hostile des tisserands.

  • 13 Le Lews Castle College de Stornoway – dont le nom « Lews » rappelle un des anciens noms de l’île – (...)

30Cependant, dans les filatures, les ouvriers passent, sans opposition majeure, à l’ère de l’informatique. Au cours des années 1980, la qualité du produit s’accroît. La production remonte et se stabilise autour de 3 millions de mètres/an. En 1988, la Harris Tweed Association, les tisserands, les agences de développement, le Lews Castle College13 et le conseil régional insulaire se regroupent au sein du Harris Tweed Working Party. Cependant, ce n’est que quelques mois avant le début des négociations concernant l’intégration de la région à l’« objectif 1 », que ce groupe de réflexion commence à émettre des propositions pour la relance de l’industrie. En 1991, la production chute à nouveau puis augmente trois ans plus tard, alors que les métiers doubles n’ont pas encore fait leur apparition. L’annonce des projets de relance a peut-être stimulé les ventes. Plus certainement, la mode cette année-là demandait du tweed – ainsi que l’Eglise d’Ecosse qui l’utilisa pour la confection de nouvelles aubes pour le haut clergé. En effet, la production chute de nouveau quelques mois plus tard. En 1997, 1,2 millions de mètres de Harris tweed furent produits – le même résultat qu’en 1991, avec le même nombre de tisserands travaillant en partie sur métiers doubles.

  • 14 En 1991, les 410 tisserands restants ont gagné en moyenne 3 397 livres sterling (revenu moyen annu (...)

31Le prix du mètre de Harris tweed connaît depuis dix ans une augmentation constante, de 2 à 3 % par an. Mais parallèlement à cette évolution, le niveau de vie des tisserands a chuté drastiquement, en moyenne de 30 % de leur revenu brut annuel14.

32Le nombre de salariés des filatures et de tisserands rend compte de la crise de la production : en 1966 on compte 1 200 tisserands et 900 employés dans les filatures ; en septembre 1998, leur nombre n’est plus, respectivement, que de 410 et 250 – les millworkers étant employés de plus en plus fréquemment à la saison, ce nombre d’emplois doit être ramené à quelque 150 « équivalents plein temps » (Western Isles Enterprise 1993a).

33Depuis le début de la stratégie de relance de l’industrie du tweed mais indépendamment des souhaits d’une majorité de membres du Harris Tweed Working Party, la concentration de la production s’est considérablement accrue. En 1969, on comptait quatorze filatures à Stornoway, trois dans les zones rurales de Lewis et une à Tarbert (appartenant à la firme Kenneth MacKenzie Ltd de Stornoway). A la fin de la décennie 1980, après de nombreuses faillites, huit filatures œuvraient – à Lewis exclusivement. Aujourd’hui, seules subsistent trois filatures lewisiennes.

34Par ailleurs, la tendance est désormais au monopole : la filature Kenneth MacLeod (Shawbost) Ltd, située sur la côte ouest de Lewis, a racheté en 1992 la majorité des parts de la dernière grande filature de Stornoway, Kenneth MacKenzie Ltd. Avec la Harris Tweed Trading Company, elles forment depuis peu le K.M. Harris Tweed Group qui contrôle 90 pour cent de l’industrie locale du tweed.

« Les Gentlemen – et leurs Daines – (...) adorent l’authenticité et la faculté d’adaptation du Harris tweed. Ils adorent ce qui a changé en lui et ce qui n’a pas changé... »

  • 15 Le centre établissait également la liste des tisserands habilités ; une succession de travaux défe (...)

35Cette situation a bouleversé l’organisation de la production. Jusqu’en 1997, celle-ci reposait sur deux groupes professionnels – les ouvriers salariés des filatures et les tisserands indépendants, travaillant à la commande à leur domicile –, ainsi que sur la coopération entre les entreprises, la Harris Tweed Association et un centre indépendant de distribution de l’ouvrage aux tisserands. Ce centre assurait une distribution équitable des pièces à tisser, mais il a aujourd’hui disparu15. Un système de contrat individuel, liant exclusivement chaque tisserand à une filature en contrepartie de commandes régulières et d’une assistance technique, a été instauré en 1998.

  • 16 La réforme administrative de 1973 dota l’archipel du statut de Région et, en tant que telle, elle (...)

36Les filatures s’efforçaient d’imposer cette « innovation sociale » depuis 1993 ; l’une d’elles déposa son bilan à la suite d’un premier échec. La société locale, les syndicats de tisserands, mais également les hommes politiques des Western Isles y étaient opposés. Le député des Western Isles et le conseil régional insulaire16 se sont élevés contre cette pratique – de même, ce qui est plus étonnant, que la Western Isles Enterprise.

37En fait, ces tentatives soulevaient deux questions cruciales pour la survie économique des îles : la conformité du produit aux conditions d’obtention de la marque de l’Orbe – essentielle à la relance du marché – et la probable remise en cause du versement des financements européens pour la reconversion de l’industrie, si les tisserands indépendants devenaient, de fait, des employés sous contrat d’une société privée.

38En quelques années, les derniers entrepreneurs du tweed ont conforté leur pouvoir. La situation monopolistique de la filature Kenneth MacLeod Ltd a placé celle-ci en position de décideur principal en ce qui concerne les prochaines modalités de la relance de l’industrie, mais aussi en position de force dans les négociations avec l’Union européenne. Celle-ci a versé 600 000 livres sterling en 1998 pour la promotion du tweed produit par le K.M. Harris Tweed Group.

39L’idée maîtresse de la stratégie des promoteurs du tweed pour relancerl’industriefutdeprofiterdesnouvellespossibilitésdefinancements européens – notamment les aides à la reconversion des industries textiles proposées dans le cadre du programme retex. Ces subventions devaient couvrir le coût de l’adoption d’une innovation technique qui était loin d’avoir la faveur des tisserands, et des conséquences d’un tel choix pour l’ensemble du secteur.

  • 17 feder : Fonds européen de développement régional ; fse : Fonds social européen. (Chiffres in Weste (...)

40L’abandon pur et simple, mais aussi la possibilité de se tourner vers d’autres types d’activités susceptibles de fournir des emplois, tant à Stornoway qu’en zone rurale, ne furent pas envisagés. Il faut souligner que de tels choix auraient sinon stoppé, en tout cas freiné, le flux des subventions publiques. Les sommes investies par l’Union européenne dans la reconversion de l’industrie du tweed sont énormes : quatre millions de livres sterling sur cinq ans (prévisions de 1994), versés via les programmes feder, fse et retex17.

Pas de relance possible sans innovation technique

41L’innovation technique prit essentiellement la forme de l’introduction du nouveau métier double, introduit chez les tisserands et dans les filatures. Conçu en partie par le Lews Castle College et fabriqué par la firme continentale Bonas Griffith Ltd, ce métier permet la confection d’un lé de tissu de 1,50 mètre de large d’un tweed moins épais et plus souple que ne le permettait le métier Hattersley. Sa simplicité d’utilisation, engendrant une réduction du temps de travail par mètre de tissu et un plus grand « confort » du tisserand, devait améliorer les rendements. Le métier double devait également favoriser l’extension de la saison de travail à onze mois et l’augmentation du revenu hebdomadaire des tisserands – 300 livres sterling, plus du double du revenu moyen sur métier simple.

  • 18 Le travail à temps partiel se développe de plus en plus dans les Western Isles et il touche princi (...)

42Les tisserands doivent financer leurs nouveaux équipements. L’achat des nouveaux métiers est couvert à 70 % par des fonds et des prêts accordés par la Western Isles Enterprise et par l’Union européenne. Cependant, les taux des prêts sont élevés (10 % sur cinq ans), et le prix d’achat des métiers a augmenté sensiblement depuis le lancement de l’opération. Étant deux fois plus grand que l’ancien Hattersley, le métier double nécessite également la construction de nouveaux ateliers chez les tisserands, toujours aux frais de ces derniers. Enfin, le coût des formations de recyclage sont à leur charge et l’indemnité de dédommagement (environ 125 livres sterling par semaine en 1994), prélevée sur les fonds européens, ne parvient pas à combler le manque à gagner durant les six semaines de cours. On voit (ré-) apparaître quelques femmes dans ces formations, parce que, aux dires des informateurs, le Bonas Griffith nécessite moins de force physique que le Hattersley, mais surtout parce que le tissage leur paraît un bon complément à une ou plusieurs autre(s) activité(s)18.

43Pour les tisserands, le coût de la reconversion, malgré les aides de toutes sortes, reste élevé. Les plus âgés d’entre eux, ceux qui se sentent « en fin de carrière » – bien qu’il n’existe pas de limite d’âge légale à cette activité – souhaitent le maintien d’un marché pour leur production sur Hattersley. Ils estiment que les débouchés existants devraient permettre la reconversion « naturelle » de l’industrie : d’ici dix ans, ils auront quitté le monde du travail, et les jeunes pourront se mettre, directement, à tisser sur les nouveaux métiers. La Harris Tweed Weavers Association, née en 1993 d’une scission de la branche concernée du Transport & General Workers Union, le syndicat traditionnel des tisserands, a connu plusieurs crises internes en raison des problèmes liés à la reconversion des hommes les plus âgés – lesquels représentent tout de même la moitié du groupe des tisserands. En effet, les deux tiers d’entre eux ont plus de cinquante ans, et un quart plus de soixante-cinq ans. Seuls deux hommes sur quatre cent dix ont moins de vingt-cinq ans.

  • 19 Ce qui est une situation « classique » dans les Highlands, où des nouveaux venus viennent régulièr (...)

44Les autres innovations techniques ont concerné les filatures. Les opérations assistées par ordinateur se sont multipliées. La carte des nouvelles technologies, jouée par le conseil régional insulaire et la Western Isles Enterprise dans tous les secteurs économiques des Hébrides Extérieures grâce aux financements européens, a conduit à un développement des tâches qualifiées au sein de l’industrie du tweed. Cependant, cette évolution technique a devancé la transformation des pratiques d’enseignement. Les îliens formés localement ne possédaient pas les compétences nécessaires, et des personnes venant d’autres régions des îles Britanniques sont venues occuper les postes les plus qualifiés19. Les ouvriers actuels ne connaissent pas de bouleversement dans leurs modes de travail mais le développement de l’automatisation menace de nombreux postes.

45Depuis 1996, des tailleurs et des stylistes se sont même installés dans l’archipel. Toutefois, ils préfèrent souvent travailler avec les quelques artisans confectionnant entièrement leur tweed « comme autrefois » – et donc non reconnus comme producteurs de Harris tweed par les promoteurs de l’industrie – établis exclusivement à Harris.

  • 20 La réforme du financement des colleges en Écosse (Further Education Act, 1992) a renforcé ce type (...)

46Les autres axes de la stratégie proposée en 1993 par la Western Isles Enterprise ont connu des fortunes diverses. Le Harris Tweed Promotional Council a disparu avant d’avoir réellement fonctionné. En revanche, les liens entre le Lews Castle College et les entrepreneurs locaux ont été multipliés20. Les formations dispensées par l’établissement sont de plus en plus étroitement associées aux demandes des filatures. Celles-ci fournissent les fils utilisés sur les métiers du collège, financent une partie des équipements, décident avec l’équipe enseignante du contenu des cours...

Pas d’innovation sans défense d’une spécificité

47L’adéquation du cadre législatif de l’industrie du Harris tweed aux nouvelles conditions du marché ainsi qu’aux législations européenne et américaine fut obtenue en 1993. La Harris Tweed Association devint, par une loi du Parlement, une administration publique (authority) aux pouvoirs renforcés, notamment en matière de défense juridique envers la concurrence (Harris Tweed Act, 1993).

48La définition du « véritable Harris tweed » fut également remaniée. En 1909, seul était accepté comme tel un tweed filé à la main, tissé à la main, teint et fini à la main, sur les îles de Lewis, Harris, Uists et Barra. En 1934, il fut stipulé que la laine utilisée devait provenir d’Écosse. Depuis un amendement de 1938, le Harris tweed doit compter également un certain nombre de points par centimètres carrés, nombre strictement fixé en fonction des motifs. Pendant un demi-siècle, le seul tweed reconnu et garanti par la Orb mark fut celui « fabriqué à partir de pure laine vierge produite en Écosse, filée, teinte et rendue à une extrême qualité (finished) dans les Hébrides Extérieures et tissée à la main par les îliens dans leurs propres demeures ». Les quelque deux mille producteurs de laine des Hébrides ne suffisant pas à la demande de l’industrie, environ un tiers de la laine du continent écossais était importée dans les Hébrides Extérieures.

49Depuis le Harris Tweed Act de 1993, il n’est plus nécessaire que le Harris tweed soit constitué uniquement de laines écossaises. La Orb mark garantit désormais un tissu « 100 % pure laine ». L’abandon de la spécificité de l’origine de la matière première est censé répondre à l’exigence de production d’un tweed « plus soft ». Les coûts de production sont par conséquent revus à la baisse – mais le prix de vente du tweed continuant d’augmenter, cet argument n’est pas mis en valeur.

50Cependant, ces transformations sont considérées sans effets sur ce qui fonde la spécificité (redéfinie) et une partie de la qualité du Harris tweed, le cottage élément, à l’articulation des relations, présentées comme fondamentales, entre les tisserands, leur environnement et le produit. « Ce qui signifie effectivement que le produit n’est pas compétitif en terme de coûts de production et de prix, mais qu’il est compétitif en terme d’“image” et de qualité » (Western Isles Enterprise 1993b).

51Les divers zélateurs de la reconversion de l’industrie n’ont pas hésité, pour composer cette « image » du tweed, à entrelacer étroitement certaines références identitaires des îliens, notamment celles qui structurent les discours autochtones sur les Western Isles, « gardiennes des traditions », « bastion de la vraie foi » (calviniste), de la culture et de la langue gaélique –, avec quelques arguments commerciaux reposant sur le mythe des Bons Sauvages Highlanders. Ce mythe fut construit au milieu du xviiie siècle au sein de la bourgeoisie urbaine écossaise, qui voulait d’une part se différencier de ses voisins ruraux et gaélophones, d’autre part trouver, sur le territoire écossais depuis peu uni à l’Angleterre, une terre originelle et régénératrice, un Far West. (Cf. Trevor-Roper 1983, Withers 1992. Voir aussi Morissonneau 1978.)

  • 21 Extrait de la « raison d’être » de la Highlands Home Industries & Arts Association, citée par Thom (...)

52A la fin du siècle dernier, le développement du travail domestique de la laine devait revivifier et stimuler « la faculté artistique de la race » (highlander)21. La fabrication du tweed au coin du feu de tourbe, dans une sombre black house, par des Highlanders parlant gaélique et préparant leurs teintures naturelles dans de vieux pots en terre – une représentation véhiculée par les ouvrages populaires de l’époque – rejoignait l’intérêt grandissant des continentaux pour le folklore des Highlands.

  • 22 Extrait de « The loveliest tweed in the world », brochure distribuée à Lewis en 1996 et tirée d’un (...)

53Aujourd’hui, « dans les îles, il existe de mystérieux vestiges de lointains millénaires. (...) Mais certainement, il existe un parfum spécial, une richesse particulière de la culture ici, et on ne peut nier que, bien qu’ils n’en fussent sans doute pas conscients, les îliens ont produit un tissu qui peut aisément être considéré comme le plus fameux au monde22 ».

54Si depuis environ un demi-siècle, bon nombre d’Écossais – dont les nationalistes et la plupart des intellectuels d’obédience marxiste –s’efforcent de déconstruire le mythe, celui-ci jouit toujours d’un large écho hors des îles Britanniques, notamment auprès des descendants d’émigrants highlanders installés, parfois depuis plusieurs générations, en Amérique, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Afrique du Sud...

55Or, les principaux marchés du Harris tweed sont là ; les trois quarts de la production partent pour les Etats-Unis (photo 9). Le tweed est utilisé dans la confection de vêtements de sport « chic » – essentiellement masculins –, telles les tenues de golf et les vestes d’équitation. La grande majorité des acheteurs de ce type de vêtements a plus de cinquante ans. Pour cette clientèle très particulière et fort réduite, les promoteurs du tweed déclinent leurs arguments publicitaires sur les thèmes conjoints de l’originalité du produit, de son mode unique de fabrication, mêlant artisanat et techniques modernes, de son ancienneté et de son adaptabilité (versatility). Ainsi que le proclame une plaquette de la Harris Tweed Association : « Avec ce tissu aussi ancien que les collines, les meilleurs et les plus audacieux stylistes ont conquis un immense et nouveau public. »

Pas de spécificité sans recours à la tradition

  • 23 Les cinq citations en exergue sont extraites de brochures publicitaires publiées par la Harris Twe (...)

« Et avec le drap vient quelque chose de la terre23. »

56Le recours à la tradition est utilisé par les promoteurs de l’industrie du tweed afin de rappeler aux acheteurs potentiels le caractère particulier, authentique, de cette production indigène. Le tweed est présenté comme un produit « millénaire », dont la fabrication repose sur les multiples savoir-faire engrangés depuis des générations dans la mémoire collective.

57Pourtant, dans l’ensemble de l’archipel, la conservation des savoir-faire liés au tweed est peu développée en tant que telle. Cette situation reflète sans doute l’état conflictuel des relations entre le tweed compris comme produit commercial et le tweed conçu comme un emblème de la région, symbole d’une certaine référence identitaire.

58Dans les Hébrides Extérieures, les objets des politiques publiques et des initiatives privées de conservation d’un « patrimoine » sont bien plutôt les objets matériels d’un passé plus ou moins lointain, et la langue gaélique.

59Les waulking songs notamment, autrefois chantées en gaélique pour garder la cadence par les femmes qui froissaient le tweed des heures durant afin de l’assouplir, ne résonnent plus dans les ateliers depuis l’entre-deux-guerres. Mais ils font l’objet d’une conservation minutieuse (enregistrement systématique des personnes qui les connaissent encore par les membres des sociétés d’histoire locale et par quelques universitaires celtisants) ainsi que d’une transmission au sein des groupes folkloriques et dans les classes d’enseignement du gaélique.

60La langue gaélique, au même titre que les artefacts du passé, renvoie directement à un sentiment d’appartenance à une communauté, à une culture commune. La conservation est aussi entendue par le conseil régional insulaire comme un procédé de construction d’une identité partagée par l’ensemble des habitants de l’archipel – et par conséquent de légitimation de son pouvoir politique et de son autorité à toutes les îles.

61Or, le tweed est trop facilement associé aux îles septentrionales pour que des projets d’envergure concernant sa production soient promus, en tout cas publiquement. Les lobbies et groupes de pression qui demandent la sécession des îles du sud et leur rattachement administratif au continent pourraient objecter le coût des dépenses publiques consacrées à promouvoir et à conserver un produit considéré comme lewisien, voire « stornowaycien ». Le Harris tweed est également depuis plus d’un demi-siècle au centre des rivalités entre les habitants d’Harris et de Lewis, la polémique portant sur le lieu de naissance légitime du tweed.

62Aussi, les autorités locales financent-elles essentiellement des projets de conservation de sites naturels ou historiques qui bénéficient d’un statut de patrimoine national (le cercle de pierres levées de Callanish, sur Lewis, et son interpretative centre), qui valorisent les arts indigènes (le Tigh Chearsabhagh à Lochmaddy, North Uist) ou la vie quotidienne d’un « autrefois » suffisamment lointain pour être consensuel (moulins vikings, black houses).

Pas de développement des îles sans développement touristique

63Cependant, les promoteurs de la relance du tweed ont tenté de jouer la carte des musées, en proposant de créer des centres du patrimoine local (interpretative centres) – ce qui permet au conseil régional insulaire de s’associer à ces projets. Ces centres peuvent en effet bénéficier plus facilement que les musées traditionnels ou les folk-museums des subventions publiques, européennes notamment. En raison de leur vocation en partie commerciale (vente de produits locaux, salon de thé, librairie...), ils permettent également de s’affranchir des aides du gouvernement local – et ils sont censés s’inscrire de manière plus dynamique dans une communauté.

64La patrimonialisation sous cette forme permettrait de déplacer l’image d’un tweed produit commercial à celle d’un tweed objet symbolique, mettant « en œuvre des représentations valorisantes qui postulent a priori l’existence d’une communauté et d’un destin historique. (...) Les conflits sont estompés (...) de fortes pressions s’exercent dans le sens de l’héroïsation. La notion même de “savoir-faire”, par exemple, porte à privilégier les figures de proue de l’activité (...) et tend à consacrer l’aboutissement d’une technique » (Charrasse 1991).

65Déjà, dans les folk-museums comme dans les ouvrages publiés par le conseil régional insulaire sur l’histoire du tweed, une certaine vision linéaire de la production passée est présentée. Elle a tendance à gommer les modalités spécifiques de l’implantation du tweed dans les différentes îles, ainsi que les conflits suscités au début du siècle par la création de normes strictes de production définies par la Harris Tweed Association, par la mécanisation, par la concurrence étrangère ou entre les entreprises locales. L’histoire des techniques traditionnelles et des savoirs annexes, comme la connaissance botanique mobilisée pour réaliser les teintures naturelles, est délaissée.

66En 1992, le Western Isles Interpretation Project Steering Group présenta de la manière suivante l’intérêt d’un Centre du Harris tweed : « Le public témoigne d’un intérêt considérable pour l’histoire de la fabrication du Harris tweed (et pour acheter le produit). Une exposition à propos de la fabrication du tweed, combinée à une boutique bien achalandée est un projet commercialement viable à Stornoway – ou peut-être à Shawbost. La hta (Harris Tweed Association) pourrait être encouragée à développer un centre du Harris tweed à Lewis/ Harris, avec un même souci commercial. » Un effort était demandé pour que les réalisations envisagées soient accessibles en anglais et en gaélique. Trois ans plus tard, un autre projet envisageait de prendre exemple sur les réalisations continentales autour du whisky pour proposer une « route du tweed », avec histoire de l’industrie, visite des lieux de production, conservation des vieilles techniques, etc. Aucun de ces projets n’était réalisé en octobre 1998, bien que le Harris Tweed Centre prôné depuis des années ait enfin trouvé un lieu d’implantation, sur l’île d’Harris.

67Ce choix entérine la déconnexion entre l’industrie « réelle » et l’industrie « idéelle », entre le tweed-produit et le tweed-symbole. Industrie « réelle » et tweed « produit » sont définitivement liés à l’île de Lewis ; à cette île les filatures, les techniques nouvelles, le monopole de la production. Lewis est devenue le lieu de l’innovation.

68En revanche, industrie « idéelle » et tweed « symbole » sont essentiellement liés à l’île d’Harris. C’est à Harris que résident les cinq ou six personnes qui continuent aujourd’hui à produire un tweed fabriqué entièrement manuellement. La production « traditionnelle » plus récente y est également présentée dans des musées de différents types (folk-museums, centre du patrimoine local, musées communautaires) – celle qui combinait idéalement, selon les représentations actuelles, activités du crofting, tissage à domicile et production dans des filatures qui faisaient partie de la community.

69Les bouleversements actuels de ce secteur d’activités, tout en étant suivis et commentés par la population, ne semblent pas être intégrés aux représentations générées par la mémoire collective – rendant compte de l’existence d’un fossé de plus en plus large entre l’industrie réelle (et son évolution) et l’industrie « idéelle ». Cette signification identitaire du tweed provient aussi du fait que cette activité est la seule qui soit spécifique à Lewis/Harris, contrairement à la pêche ou au crofting, et de ce que cette production serve d’emblème des îles vis-à-vis de l’extérieur, puisque c’est généralement grâce à elle que les noms de Lewis et Harris sont connus.

70Le rôle de conservatoire du tweed est donc dévolu à Harris – ce qui permet également au Harris tweed « nouvelle définition » de se créditer d’une filiation ancrée dans l’espace éponyme, ce qui est très « porteur » en termes commerciaux et touristiques.

Épilogue

71Les conditions actuelles de la production du tweed-produit sont en fait en train de détruire les éléments constitutifs et structurants du tweed-emblème, en s’attaquant notamment à l’organisation sociale de la production.

72Jusqu’à ces dernières années, les tisserands représentaient le seul élément « traditionnel » de la production du tweed. C’était sur eux que reposait en grande partie le label de qualité qu’est la marque de l’Orbe, et la définition de tout le processus de fabrication en tant que cottage industry.

73Or, les modalités de la « relance » de l’industrie ont transformé radicalement le statut des tisserands ainsi que l’organisation du travail, fondée sur la complémentarité du crofting et du tweed. Le statut même du produit a changé. Sa fabrication n’est plus complémentaire des activités agricoles, elle n’est plus liée au monde rural par de multiples liens – mais elle est devenue l’affaire exclusive d’un secteur d’activité économique indépendant, plus préoccupé par les lois du marché mondial que par l’exigence de préserver la community.

74Quoi qu’il en soit, les dirigeants des filatures comme l’ensemble des promoteurs de l’industrie semblent s’être faits à l’idée d’un nombre encore plus réduit de tisserands salariés, travaillant uniquement sur les métiers doubles. Or le parc des nouveaux métiers reste fort réduit, bien plus que ne le laissaient prévoir les études prospectives réalisées au début des années 1990.

75L’état actuel du marché ne paraît pas fournir une demande suffisante pour que la production augmente significativement, notamment parce que le K.M. Harris Tweed Group mise entièrement sur le marché de la mode. Le récent engouement de deux grands couturiers – Christian Dior et John Galliano –, qui ont utilisé le Harris tweed pour leurs collections d’automne 1998, ne peut faire oublier la stagnation de la production et des ventes. Les autres débouchés possibles – décoration, stylisme industriel, habillage intérieur des voitures..., autant de champs explorés de loin en loin durant l’âge d’or de la production du tweed – n’ont pas été exploités dans le cadre de la relance.

Notes

1 Une « armure » désigne le mode d’entrecroisement de la chaîne et de la trame d’un tissu.

2 Le terme croft désigne tant l’exploitation que la maison d’habitation également louée au propriétaire foncier (landlord).

3 Selon les expressions de la brochure publiée par l’Office des publications officielles des Communautés européennes, 1997 : L’Europe investit dans ses régions. Cartes et commentaires, Luxembourg.

4 Le nord de l’Écosse. Hébrides Intérieures et Extérieures comprises, faisait auparavant partie des « zones rurales vulnérables » (Objectif 5b), ce qui était ressenti comme très insuffisant en termes d’aide apportée.

5 Recherche sur la transmission des savoir-faire techniques liés au tweed, dans le cadre d’un projet présenté par le Centre d’ethnologie française. Cf. Coffre-Baneux 1997.

6 Extrait d’une étude de marché réalisée aux États-Unis en mai 1992 par The Werner International Inc. à la demande du Harris Tweed Working Party (cité in Western Isles Enterprise 1993a : 11).

7 Selon un membre de la hta interrogé en 1994.

8 MacDonald MacIver & Co, 1992. « An analysis of the estimated impact on sales/demand for Harris tweed following the introduction of the double-width looms », Stornoway, étude citée in Western Isles Enterprise (1993a : 31).

9 Les tisserands de Lewis résidaient surtout dans les villages des côtes ouest et nord – les conditions naturelles étaient meilleures pour la pêche sur la côte est, où les hommes pratiquaient plus intensément cette activité. Jusqu’aux années 1970 les ménages d’ouvriers des filatures se concentraient surtout autour des entreprises à Stornoway et dans sa périphérie, ainsi qu’à Shawbost, sur la côte ouest de Lewis, et à Tarbert sur Harris. Le revenu de plus de 25 % des ménages de Stornoway reposait sur le salaire d’un ouvrier des filatures ; cette proportion tournait autour de 10-15 % des ménages dans les zones rurales de Lewis. Cf. Thompson 1969.

10 Les bateaux étaient généralement loués à crédit à un équipage (constitué sur une base de résidence locale et de parenté) par un armateur local, qui fournissait également, en début de saison hivernale, la nourriture pour l’équipage et leurs familles restées à terre. La balance de paiement était effectuée à la fin de la saison, en fonction des prises. La majorité de ces armateurs était de petits négociants et des marchands de fournitures pour bateaux (chandlers), mais certains d’entre eux étaient de vrais entrepreneurs, ayant des intérêts notamment dans la jeune industrie du tweed. Ils devinrent également, jusqu’aux années 1930, les principaux usuriers de Lewis.

11 Jusqu’alors, la navette (souvent fabriquée à partir d’un tibia de mouton) était lancée manuellement par le tisserand à travers les fils de chaîne. L’introduction de la navette volante, inventée par John Kay en 1733, permit d’insérer les fils de trame plus rapidement à travers un lé de tissu plus large. Le tisserand déclenche à intervalles courts et réguliers un mécanisme qui propulse la navette d’un côté à l’autre de la chaîne puis la renvoie à son point de départ.

12 La Orb mark, composée à partir de l’orbe et de la croix de Malte, emblèmes des comtes de Dunmore, serait la plus ancienne marque de fabrique déposée (registered trade-mark) au monde.

13 Le Lews Castle College de Stornoway – dont le nom « Lews » rappelle un des anciens noms de l’île – est le seul établissement d’enseignement professionnel de l’archipel. En 1954, son ouverture transforma les modes de transmission des savoir-faire techniques, jusqu’alors essentiellement oraux, gaéliques et s’inscrivant dans le milieu familial. Le college propose depuis lors des cursus de formations techniques pour les jeunes et pour les adultes en reconversion – le tissage faisant toujours partie des enseignements regroupés sous le nom des « savoir-faire ruraux » (lesquels comprennent également le crofting, la pêche, l’aquaculture).

14 En 1991, les 410 tisserands restants ont gagné en moyenne 3 397 livres sterling (revenu moyen annuel brut) contre 4 851 livres sterling en 1988 ; ils étaient alors 520. Chiffres in Western Isles Enterprise 1993b.

15 Le centre établissait également la liste des tisserands habilités ; une succession de travaux défectueux engendrait la radiation du centre et donc la cessation de l’activité du tisserand mis en cause. Ce centre était placé sous l’autorité de la Harris Tweed Association.

16 La réforme administrative de 1973 dota l’archipel du statut de Région et, en tant que telle, elle instaura un conseil (régional) insulaire aux multiples compétences, le Western Isles Islands Council. Une des premières mesures de ce conseil fut d’instaurer le bilinguisme anglais/gaélique dans tous les domaines de la vie insulaire.

17 feder : Fonds européen de développement régional ; fse : Fonds social européen. (Chiffres in Western Isles Enterprise 1993).

18 Le travail à temps partiel se développe de plus en plus dans les Western Isles et il touche principalement les femmes (22 pour cent des salariées en 1991). Le temps partiel dans un commerce ou une administration, l’emploi saisonnier, notamment pendant la saison touristique, ainsi que le télétravail, lui aussi en augmentation, permettent de compléter les revenus tirés du tissage.

19 Ce qui est une situation « classique » dans les Highlands, où des nouveaux venus viennent régulièrement occuper les emplois les plus qualifiés et les mieux rémunérés. Cf. Coffre-Baneux 1998.

20 La réforme du financement des colleges en Écosse (Further Education Act, 1992) a renforcé ce type de liens, puisque ces établissements scolaires ne sont plus administrés par les autorités locales. Le Lews Castle College de Stornoway est devenu une société à reponsabilité limitée (corporate body), indépendante du gouvernement local et financée directement par le Scottish Office. Il a lancé sa propre société commerciale, qui s’occupe de la gestion des activités de vente du collège avec, comme objectif, de générer des bénéfices qui servent à acheter du matériel.

21 Extrait de la « raison d’être » de la Highlands Home Industries & Arts Association, citée par Thompson 1969.

22 Extrait de « The loveliest tweed in the world », brochure distribuée à Lewis en 1996 et tirée d’un article de British Style Magazine, cité sans date.

23 Les cinq citations en exergue sont extraites de brochures publicitaires publiées par la Harris Tweed Association, dont celle intitulée From the land comes the cloth (Stornoway, début des années 1990).

Table des illustrations

Légende 1. Les Hébrides Extérieures de l’Écosse.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4068/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540