Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Carrières d’objets

 | 
Christian Bromberger
, 
Denis Chevallier

II. Objets de relance

La soie en Cévennes. Innovation et territoire

Françoise Clavairolle

Texte intégral

1Les « relances » sont dans l’air du temps, qu’il s’agisse de productions alimentaires inscrites dans un terroir ou d’activités artisanales renouant avec des savoir-faire tombés en désuétude et utilisant à nouveau des matériaux supplantés pendant quelques décennies par ceux issus de l’industrie. A leur sujet, « on » fait référence à ce qu’il est convenu d’appeler la « tradition ». On ? Les consommateurs en quête d’authenticité, les décideurs et les politiques qui visent un ancrage territorial, les spécialistes de la communication pour lesquels elle constitue un thème particulièrement « porteur »... Les producteurs, parfois, hésitent : d’un côté, la « tradition » est flatteuse, elle renvoie à un passé sublimé, à la transmission de gestes et de valeurs marquées aujourd’hui positivement, mais d’un autre, elle est teintée de passéisme, elle est assimilée à un refus du changement et donc de ce qui constitue la modernité. Les initiateurs de la relance séricicole que j’évoque ici ont refusé cette dernière image. Leurs actes et leurs discours ont toujours voulu inverser l’ordre convenu : pour eux, l’innovation se nourrit de la tradition et l’actualise.

2Kokuso 21, hérissons en plastique, plants in vitro sont les objets-supports d’une relance qui voudrait que le passé soit une catégorie du présent et la tradition une invention contemporaine. En les suivant, en observant la manière dont les sériciculteurs anciens, nouveaux ou anciens-nouveaux s’en saisissent, s’écrit la chronique d’une relance aussi indécidable dans son devenir qu’elle paraît résolue dans sa volonté de créer un monde nouveau au sein duquel les relations entre tradition et innovation seraient reformulées.

Le cadre de la relance

31968. Tandis que la France vit au rythme trépidant des « événements de Mai », les Cévennes bouclent un chapitre essentiel de leur histoire : c’est en effet cette année-là que le Fonds d’orientation et de régulation des marchés agricoles (forma) décida de supprimer les aides affectées à la sériciculture. Les derniers élevages ont lieu en Vallée Française.

  • 1 Les pentes aménagées en terrasses jusqu’aux sommets, les habitations rehaussées pour loger les magn (...)

4Certes, la production de la soie était en grande difficulté depuis de nombreuses années et tout le monde s’attendait à cette décision, mais la disparition de cette activité, associée dans les mémoires à « l’âge d’or des Cévennes » et dont les traces physiques sont inscrites dans les paysages et les architectures1, n’en a affecté pas moins profondément la population locale.

5C’est dans ce contexte qu’un projet de relance de la soie voit le jour, moins de cinq ans plus tard. La filière-soie fait en effet ses premiers pas en 1972.

  • 2 Olivier Clerc, « Les trois mues de serica », Ressources Midi libre, n° 43, mai 1995.
  • 3 Pour une définition du concept de filière, voir Vinck & Mignolet 1988.
  • 4 Le débat à propos des primes est une illustration de cet antagonisme entre les éleveurs, les filate (...)
  • 5 En effet, il ne saurait être question de passer sous silence l’incidence décisive des déterminants (...)

6Par « filière-soie » on entend l’ensemble des opérations d’acquisition (culture du mûrier et élevage du ver à soie2) et de transformation (filature, décreusage, moulinage, assemblage, teinture, tissage...) séparables mais liées et qui aboutissent à l’obtention d’un produit textile, étoffes ou articles de confection. Le « tracé » de la filière de production reflète donc le cheminement de la matière3. Mais le terme de filière désigne également l’ensemble des échanges commerciaux et financiers liés à sa circulation. Durant des siècles, les opérations de production sont demeurées spatialement séparées. Tandis que les Cévennes gardoises, le nord du département de l’Hérault et le sud de la Lozère se consacraient à la sériciculture et à la filature, l’Ardèche assurait le moulinage et la région lyonnaise se chargeait du tissage. Dans ces conditions, les relations entre les groupes professionnels étaient lointaines voire antagonistes en raison d’intérêts respectifs contraires4. L’organisation cloisonnée du système productif est généralement invoquée par le milieu séricicole et les industriels locaux pour expliquer le déclin de cette activité5.

7La relance séricicole qui voit le jour au début des années 1970 est issue d’une réflexion qui s’est déployée dans plusieurs directions : la remise en cause des structures antérieures de cette production et en particulier du morcellement générateur de conflits d’intérêts et de pouvoir, le rejet des politiques économiques pilotées par l’État auxquelles les militants du local font le reproche de ne pas être ajustées aux ressources et aux aspirations de la population et enfin la valorisation de l’innovation comme moyen d’insérer la production de la soie dans le marché, en abaissant les coûts et en améliorant la productivité.

8Certes, le développement local ne date pas de 1968, mais il est évident, comme l’écrit P. Grémion (1981), que « Mai 68 a provoqué une fêlure profonde que révèle la fascination pour le local brut ».

  • 6 L’idée d’une identité occitane « qui en jaillissant exprime la reprise d’un destin interrompu par d (...)

9Les Cévennes ont été tout particulièrement marquées par les mouvements sociaux qui ont troublé cette période. Une fraction locale du mouvement occitan6, opposée à sa tendance littéraire (Touraine & Dubet 1981 : 31), entend dénoncer le « colonialisme intérieur » dont est victime la population. S’exprimant dans Cévennes occitanes, ses militants estiment qu’il faut lutter contre le « monstre technocratique qui étend ses tentacules que sont l’exode rural, l’armée, le tourisme, la fermeture des usines ». Une cible est particulièrement visée : le Parc national des Cévennes, « émanation directe du centralisme parisien » que l’on accuse de vouloir « touristifier » les Cévennes.

10C’est également au détour des années 1960 que les Cévennes enregistrent une relative stabilisation de leur effectif démographique. Cette évolution est liée principalement à l’installation de nouveaux venus, les néoruraux. Le phénomène de retour à la terre au cours des années qui ont suivi 1968 a concerné tout particulièrement cette région, considérée comme une zone refuge par une génération en quête d’espaces vierges où tenter de créer les conditions d’une existence à la mesure de ses rêves : Les conséquences de cet afflux de nouveaux Cévenols se sont rapidement faites sentir à plusieurs niveaux : maintien voire création de classes dans des établissements scolaires auparavant menacés de fermeture, développement d’activités culturelles à leur initiative et surtout revalorisation de la traditionnelle polyculture vivrière et de la pluriactivité.

11Ainsi, à la fin des années 1960, s’esquisse une remise en cause de la domination économique et culturelle à laquelle semblait s’être résolue la majeure partie de la population cévenole. L’émergence d’une dynamique nouvelle qui concilie habilement une réflexion en terme de rapports socio-politiques et en terme d’identité.

De l’intermédiaire culturel à l’innovateur

  • 7 Il s’agit d’un village du Piémont cévenol où l’afflux de néoruraux a été particulièrement sensible.
  • 8 Gourgas est un grand mas isolé acquis par Félix Guattari en 1967 pour servir de lieu d’accueil à de (...)

12Militant occitan, fils de républicain espagnol, instituteur à Monoblet7, résident de Gourgas8, Michel C, qui est à l’origine de la relance. Il peut être considéré comme un véritable intermédiaire culturel. En effet l’intermédiaire, nous dit M. Asseo (1981 : 627), « s’inscrit dans des champs de lutte. Il a une place stratégique. Il concentre des enjeux mais il n’est pas neutre. Il est celui qui joint innocemment le geste à la parole, et par là même condense ou produit des effets ».

  • 9 « Offre d’emploi : Le Parc cherche des Cévenols – des vrais – pour faire de la figuration durant l’ (...)

13Michel C. dénonce le système scolaire qui encourage les enfants au départ. Il se refuse à être l’instrument de la centralité, celui qui apprend « à marcher dans les clous », au propre comme au figuré ; en tant que Cévenol de naissance, il se range au côté des militants régionalistes dont il partage les luttes contre tous ceux qui voudraient transformer son pays en « réserve d’Indiens9 » ; en tant que fils d’immigré, il se sait le produit de deux cultures, la catalane et l’occitane ; en tant qu’homme de dialogue, il se sent proche des néoruraux dont il partage les points de vue politiques et sociaux. Toutes ces facettes lui donnent un recul suffisant pour analyser la société au sein de laquelle il évolue et le prédisposent à jouer le rôle quelque peu subversif de porte-parole.

14Toutefois, comme militant occitaniste, il ne lui suffit pas d’être le « porteur d’un processus discursif » (Lorcin 1981 : 660), il lui faut trouver le moyen de concrétiser sa réflexion dans l’action, autrement dit de joindre le geste à la parole.

15Tout part d’un élevage scolaire de vers à soie, réalisé à son initiative pour servir de support pédagogique à la « leçon de choses ». Immédiatement, les habitants du village s’en mêlent, apportant qui les feuilles de ses mûriers pour nourrir les vers, qui son savoir-faire, précieux pour les élèves qui sont tous novices en la matière. L’« éducation » est une réussite : la vente des cocons remplit la tirelire des écoliers qui vont ainsi pouvoir rendre visite à leurs correspondants. L’année suivante, la classe voit plus grand et plus grand encore l’année d’après, avec à chaque fois le même succès, le même enthousiasme de la part des anciens sériciculteurs dont on sollicite la collaboration et qui apprécient d’être ainsi reconnus et valorisés.

16C’est alors que Michel C. commence à mettre en relation des énoncés hétérogènes qui sont aussi bien des représentations collectives (« la fin de la soie, ça a été la mort des Cévennes »), des constats (les anciens constituent un gisement de savoirs et de savoir-faire en voie de disparition ; la société locale s’est transformée et les groupes qui la composent manquent de projet commun ; l’avenir des Cévennes s’écrit actuellement loin de ceux qui les peuplent...) que des hypothèses (il est possible de briser les liens verticaux entre la région et la centralité en créant un circuit local de la valeur ; il faut s’appuyer sur les savoir-faire anciens, utiliser les compétences spécialisés qui ont pu se perpétuer...).

17Ces énoncés sont certes, comme le montre M. Callon (1978 : 123), « ...des objets sociaux et non des productions d’individus particuliers », mais c’est Michel C. qui va en quelque sorte les « précipiter » en une proposition concrète : relancer la production de la soie. La mobilisation inattendue d’une grande partie de la population de Monoblet à l’occasion des élevages constitue l’événement qui lui permet de mettre en relation ces énoncés disparates. Pourtant, à ce stade de l’aventure, la relance apparaît comme un projet hautement improbable et les spécialistes ne manquent pas d’afficher leur scepticisme. Ils ont raison sur un point : elle ne saurait être portée par la demande dans la mesure où les pays asiatiques, Chine en tête, approvisionnent le marché européen à des tarifs quasi impossibles à concurrencer. Mais la soie, estime Michel C, « c’est un symbole formidable pour le coin » (Costa 1993 : 14).

Quelles innovations pour quel développement ?

La conception de l’objet technique

18Le projet de relance tel qu’il a été formulé par Michel C. et ses complices se fonde sur la remise en cause « des schémas classiques du développement et d’organisation de la production » (Costa 1989 : 339). En cela, ils proposent une réponse à la question cruciale du développement local. Le renouveau séricicole, en apportant un complément de revenu, s’inscrit dans la tradition de pluriactivité propre à cette région.

19La relance traduit les aspirations des membres les plus dynamiques du corps social. Elle parvient à rassembler aussi bien des jeunes du pays qui se sentent en accord avec les revendications des militants occitans que des néoruraux et d’anciens sériciculteurs. Les enjeux de ce type de mouvement sont, comme le note J. Viard, profondément novateurs, même « si s’engouffrent dans ces préoccupations nouvelles des gens qui n’arrivent pas à sortir du passé... Les gardiens des traditions peuvent inséminer le futur autant que les adeptes du présent » (Viard 1981 : 96).

  • 10 Un point de vue toutefois vivement contesté par M. Callon qui affirme, à propos de ce qu’il qualifi (...)

20Pour autant l’alliance autour du projet n’est pas consensuelle ; elle est en même temps « une alliance contre les porteurs d’autres avenirs possibles », notamment les notables qui sont généralement pour le maintien d’un statu quo ou le renforcement d’un développement dépendant (Eme & Mahiou 1984). En ce sens, la relance séricicole illustre la définition proposée par C. Marbach (1973) : « Innover... c’est échafauder des théories qui sortent des sentiers battus, refuser les idées reçues, aller contre les experts10... », avec une différence de taille cependant : elle ne cherche pas à aller « contre les anciens », comme le suggère l’auteur, mais entend bien au contraire se faire avec eux. Elle se veut un entre-deux, alliant tradition technique et innovation.

21La référence à la tradition se concrétise par un travail de réappropriation des savoirs techniques, en particulier dans le domaine de la sériciculture où ils ne sont pas formalisés, n’étant ni inscrits dans le mode d’emploi de machines, ni fixés dans des procédures codifiées. Il s’agit en effet de savoir-faire incorporés qui ne peuvent être mobilisés que par la fréquentation assidue de leurs détenteurs car les modalités d’appropriation des savoir-faire séricicoles passent principalement par l’observation et l’imitation. Ce sera la première étape.

  • 11 Denis Chevallier développe les enjeux de la conservation des techniques dans Chevallier 1991 : 121- (...)
  • 12 Nous renverrons sur ce point aux différents essais avortés de relance que nous évoquons dans Clavai (...)
  • 13 G. Basalla, The Evolution of technology, Cambridge. 1988, cité par Fox (1994 : 46).

22Mais dans l’esprit de Michel C. il ne suffit pas de « sauvegarder une mémoire collective » car on courrait alors le risque de la fossiliser (Sériciculture en Cévennes 1978). La conservation des savoir-faire traditionnels n’a de sens que dans la mesure où ils servent de fondements à l’élaboration de techniques nouvelles11. Pour lui, la soie n’est pas - pour l’instant... - un patrimoine mais un secteur d’activité qui peut redevenir dynamique. Il n’a plus qu’à puiser dans l’éventail des possibilités techniques que l’histoire récente de la modernisation de la sériciculture a mises à sa disposition12. Selon G. Basalla, cité par R. Fox, ce que nous considérons, avec du recul, comme une technologie nouvelle est de toute évidence « une technique construite à partir d’éléments préexistants » que l’innovateur a su identifier et assembler dans une combinaison inédite13.

23Après avoir défini des objectifs qui sont principalement d’ordre sociopolitique, l’innovateur doit formuler des propositions techniques dont il entend prouver qu’elles sont réalistes. Il lui faut adapter ces techniques aux caractéristiques du monde dans lequel elles seront mises en œuvre.

  • 14 J. Perrin (1991 : 166-167) insiste sur le contenu organisationnel de tout paradigme technico-économ (...)
  • 15 Selon la définition qu’en donne R. Cresswell (1983 : 147), « le terme de chaîne opératoire recouvre (...)
  • 16 Il s’agit de l’analyse qui est faite localement des causes de l’abandon de cette production.
  • 17 L’ouverture du canal de Suez a permis à la soie grège extrême-orientale de pénétrer le marché occid (...)

24La relance va s’appuyer sur un ensemble d’innovations dont la plus radicale est l’élaboration d’une véritable stratégie de filière intégrée visant à réorganiser les relations entre les différents agents qui la composent14. L’hypothèse est la suivante : le cheminement de la matière tout au long de la chaîne opératoire15 implique les interventions successives d’intermédiaires qui tous prélèvent leur dîme au passage. Tant que ce système se maintiendra, le produit fini restera prohibitif, quand bien même des innovations auront été introduites à différents niveaux du processus technique. La filière intégrée consiste donc à supprimer les intermédiaires, à gérer les relations économiques entre les agents constitutifs et à imposer une solidarité quasi organique entre tous les acteurs concernés. La création de la filière cristallise un conflit séculaire : les Cévenols n’ont pas « digéré la trahison »16des soyeux lyonnais qui ont sacrifié la production nationale à leur intérêt propre17. Accuser les « Lyonnais », c’est aussi recourir au bon vieux procédé du bouc émissaire qui sert d’abcès de fixation ; manière d’évacuer la part de responsabilité qui incombe aux filateurs locaux, soupçonnés notamment d’avoir investi leurs capitaux dans des aventures coloniales plutôt que dans la modernisation des moyens de production...

  • 18 Cet auteur distingue « les savoir-faire opérants et répétés » figés en des « algorithmes opératoire (...)

25Pour réaliser la filière, l’équipe qui porte le projet devra acquérir des compétences techniques à des niveaux très divers : l’élevage des vers à soie, la filature ou encore le tissage renvoient à des domaines de pratiques et à des processus qui, s’ils forment ce qu’on peut appeler une technique au sens où l’entend Y. Deforge (1991 : 199-200)18, n’en font pas moins appel à des registres de compétences spécifiques.

26En second lieu, le prix trop élevé des facteurs de production rend nécessaire une amélioration des procédés. Il s’agit d’accroître la productivité et de diminuer ce coût excessif qui rend la soie française inabordable par rapport à la soie extrême-orientale. Plusieurs innovations sont ainsi proposées, principalement au niveau séricicole puisque le développement de la soie demeure, dans l’esprit de ses instigateurs, commandé par l’amont de la filière.

27Certaines de ces innovations constituent une transformation profonde du système technique, comme la réalisation d’élevage successifs et imbriqués grâce au remplacement des variétés de mûriers haute-tige traditionnelles par une variété basse-tige venue du Japon, le kokuso 21 (photo 7).

  • 19 La magnanerie est le local où on élève les vers à soie.

28D’autres, secondaires, permettent de réduire les temps de travail ; il en va ainsi du « hérisson plastique » qui vient en remplacement des traditionnelles « cabanes » de bruyère que les sériciculteurs dressaient sur les tables des magnaneries19 pour servir de support aux vers à soie lors de la fabrication du cocon.

29Dans cette phase de la relance, les innovations proposées constituent des moyens pour atteindre une fin qui est indissociablement économique, sociale et politique.

La construction du réseau

30Une fois l’objet technique conçu, rien n’est encore joué car l’innovation n’est à ce stade que virtuelle et elle doit maintenant se donner des alliés, s’inscrire dans un réseau d’acteurs qui lui donnera vie. Il faut, comme l’écrit B. Latour (1991a), transférer le projet dans la réalité.

31Comme tout projet innovant qui émerge sur un territoire donné, la relance sera d’abord confrontée, tout au long d’un parcours qui, si tout se passe bien, doit la conduire de la virtualité à la réalité, aux instances de la centralité, au champ technoéconomique dans lequel se situent les innovations qu’elle réalise, aux structures sociales locales (municipalité, réseau associatif et notabiliaire...), au milieu politique qui les infiltre ; avec, en toile de fond, une mémoire collective qui tantôt facilite les initiatives, tantôt, au contraire, les entrave (Prémel 1984 : 9).

32Le premier cercle de ses alliés sera constitué de nouveaux et d’anciens-nouveaux sériciculteurs. Autochtones et néoruraux, jeunes et vieux, agriculteurs et pluriactifs composent une communauté hybride autour de Michel C, leader incontesté - pour l’heure... - de la relance et de ses principaux « lieutenants », Jean M., le maire de Monoblet et André S., l’ancien directeur de la station séricicole d’Alès, un spécialiste en la matière de renommée internationale. La petite équipe se partage la tâche et s’emploie à conserver intact l’enthousiasme des sériciculteurs : le spécialiste apporte ses conseils et son expertise, le maire son autorité et son entregent et le leader sa volonté inébranlable et son indéniable talent de médiateur.

  • 20 La liste de tous les journaux, de toutes les stations de radio et chaînes de télévision qui ont ren (...)

33Afin de mener à bien le programme qu’ils se sont fixé, leader et porte-parole partent à la conquête de nouveaux alliés : des producteurs et des techniciens (sériciculteurs, filateur, tisseurs, mouliniers...) mais aussi des agents de l’administration, des représentants des collectivités territoriales et des banquiers, tous susceptibles de mettre sur le chemin de subventions et de crédits pour acquérir du matériel, aménager un local, financer des études techniques, payer du personnel en attendant que la filière puisse s’autofinancer. La relance fait des sceptiques, affronte les conflits de pouvoir et d’intérêt qui ne manquent pas de surgir au sein de son organisation, mais aussi gagne de nouveaux alliés, suscite la curiosité puis l’appui des agronomes et des biologistes, mobilise les médias régionaux et nationaux20 qui voient en elle une action exemplaire, un modèle de développement local.

34Leader et porte-parole ne se privent d’ailleurs pas d’« in-former » l’opinion ; lorsque la Fédération française d’économie montagnarde affirme que « cette expérience peut être considérée comme un exemple de réussite d’une opération de diversification des activités économiques de la région en même temps qu’un retour à une tradition locale », c’est André S. qui tient la plume ; quant à Michel C, il n’a pas son pareil pour susciter l’enthousiasme des médias ! Sa force réside dans l’intuition de la place que ceux-ci peuvent avoir dans la campagne d’intéressement qu’il a entreprise : ils sont des instruments au service de sa stratégie de séduction de l’opinion publique. Il a en effet pris conscience que c’était là un chaînon nécessaire, dès lors qu’il jouait la carte de l’inscription territoriale. Il doit à tout prix convaincre que son projet « tient la route » et, pour y parvenir, tous les moyens sont bons. En homme de cette fin de siècle, il sait pertinemment que ce sont souvent les médias qui font l’opinion, voire qui inscrivent un événement dans la réalité.

Dysfonctionnements, controverses et accusations : la relance en péril

35Dix ans à peine après avoir été engagée, la relance commence à rencontrer de sérieuses difficultés et donne tous les signes d’un essoufflement.

  • 21 Jusque-là, la sériciculture était une activité saisonnière. Les sériciculteurs n’effectuaient qu’un (...)

36Les tisseurs sont les premiers à ouvrir une brèche dans l’organisation consensuelle qui semblait s’être instaurée : ils reprochent à la sica, créée pour gérer la filière, de ne pas les prendre suffisamment en considération et de favoriser les sériciculteurs. En outre, la sériciculture ne réussit pas à faire « tache d’huile » : les élevages imbriqués et successifs21 que préconisaient les « inventeurs » de la relance impliquent une transformation profonde du système technique or le sériciculteur se demande si le risque encouru n’est pas trop important. Certes il plante des kokuso, mais il les utilise comme des mûriers traditionnels ! Tandis que les anciens-nouveaux sériciculteurs décrochent les uns après les autres, le nombre des adoptants ne progresse guère et les sériciculteurs récemment installés commencent à montrer leur mécontentement ; ils se plaignent de manquer d’appui technique depuis que Michel C. se consacre à la commercialisation. Certains abandonnent l’élevage, découragés par des résultats qui ne sont pas à la hauteur de leurs espérances. L’enthousiasme qu’avait généré le projet résiste difficilement à l’usure du temps et au principe de réalité ; pas plus en Cévennes qu’ailleurs, on ne vit de passion, de mémoire et de nostalgie !

37La filière a également subi un revers avec le départ du tisseur/ commercial. Le problème qui s’était déjà posé se pose à nouveau en des termes quasi identiques : l’aval ne veut plus dépendre de l’amont, considérant que c’est au stade de la création et du tissage que se réalise véritablement la valorisation de la matière première.

  • 22 On saura un peu plus tard que cette « maladie » inédite est due à un nouveau traitement chimique mi (...)

38Décidément, l’année 1986 est à marquer d’une pierre noire : voilà maintenant que les vers à soie grossissent, mangent, grossissent... mais jamais ne se décident à faire leur cocon ! Les éleveurs qui les ont menés de l’état larvaire jusqu’au stade ultime, avec ce que cela représente de labeur et de soucis, sont ainsi privés de récolte22.

39Enfin les produits en « soie des Cévennes » demeurent chers, comparés à ceux qui viennent du Sud-Est asiatique tandis que leur qualité de fabrication laisse à désirer car la maîtrise de la totalité des étapes techniques exige l’acquisition d’un large éventail de compétences. Or la capacité d’écouler ses produits est la sanction ultime de toute filière de production : la viabilité du projet en dépend. La vente directe par catalogue représente un marché d’autant plus restreint que les articles proposés, de facture classique, séduisent un public étroitement ciblé et limité. Dans ces conditions, le développement de la filière est nécessairement tributaire de l’élargissement de sa clientèle.

40Tous ces dysfonctionnements, ces dissensions, ces controverses révèlent au moins une chose : l’objet technique, tel qu’il a été imaginé, est inadapté à son environnement technique, économique et social. Les acteurs ne se sont pas pliés au scénario qui avait été rédigé. La relance est incertaine, flottante, indécidable ; elle est encore en devenir. Il est prématuré de parler d’échec comme de réussite ou plus exactement on peut tout en dire dans la mesure où elle appartient encore au registre projectif. Sur les projets techniques, nous dit B. Latour (1991 : 152), ... on ne peut être que subjectif.

41L’essentiel, pour Michel C, c’est que la filière résiste aux épreuves, même si pour sa survie il doit accepter de faire de multiples compromis : techniques, économiques mais aussi éthiques.

Patrimonialisation et polarisation sur l’innovation

42Le talent d’un innovateur réside pour une part dans sa capacité à faire d’un compromis un acte volontariste qui, loin d’être dicté par la contrainte ou les circonstances, est au contraire le fruit d’une réflexion. Il doit être à même de retourner la situation à son avantage, de produire un nouveau discours qui intègre le compromis et le présente sous des traits positifs. En effet, si les sociologues et les ethnologues qui s’intéressent à l’innovation n’ignorent pas que le compromis est au cœur du processus, il n’en va pas de même de l’opinion publique qui voit en lui un recul, la reconnaissance d’une erreur tactique. Le compromis est perçu comme une cote mal taillée ; il indique qu’il existe un écart entre les propriétés supposées de l’objet technique et la manière dont les acteurs appelés à s’en saisir entendent en faire usage. Pourtant, les faits montrent que le porteur d’innovation qui n’accepte pas de laisser traduire cet objet par d’autres le condamne à coup sûr. (J.-B. Meyer 1992 : 420-421.)

43Les moyens à mobiliser pour parvenir à un compromis sont affaires de circonstances écrivent M. Akrich, M. Callon et B. Latour (1990 : 57). Tout l’art de l’innovateur va donc être d’analyser lucidement ces circonstances et de décider quelle est la meilleure marche à suivre. Michel C. a toujours la possibilité de rester sourd aux objections, aveugle aux dysfonctionnements et de ne pas modifier son projet parce qu’il est persuadé qu’il aura à terme raison des obstacles ; mais a-t-il vraiment les moyens de plier le contexte à sa volonté, peut-il construire un environnement sociotechnique favorable quand la faisabilité technique et l’acceptabilité sociale de la relance sont également compromises ?

Patrimoine et relance

44Les articles fabriqués par la filière sont vendus à un prix élevé, comparés à ceux qui sont importés d’Asie. Deux solutions se présentent donc : agir sur le coût des facteurs de production afin de devenir compétitif ou bien... agir sur l’image des produits afin de rendre leur prix acceptable. C’est sur la première solution qu’avait misé initialement la relance : suppression des intermédiaires grâce à la constitution d’une filière intégrée, élevages imbriqués et successifs pour amortir les facteurs de production, « rationalisation » des procédés, utilisation d’une variété de mûriers très productive, amélioration des techniques de transformation... Un schéma convaincant, mais qui a rencontré de nombreuses résistances, comme nous l’avons vu plus haut. Reste donc la seconde solution. C’est celle qui sera adoptée pour cette seconde phase de la relance.

45Depuis le début des années 1980, les sites de production qui font partie de la filière attirent la curiosité des touristes qui visitent les Cévennes. C’est pourquoi les responsables de la relance créent en 1986 un « musée de la Soie ». Les visites qui s’effectuaient auparavant à la filature perturbaient le travail. Or ce public passionné est aussi un réservoir de clientèle : l’estivant est amateur de « souvenirs ». C’est ainsi qu’avec le développement de la fréquentation du musée, la filière va finir par réaliser son plus important volume d’affaires avec la clientèle touristique.

  • 23 On peut voir un mécanisme du même ordre dans l’engouement des consommateurs pour des produits quali (...)

46Forts de ce constat, les dirigeants de la filière ont engagé une véritable stratégie de « patrimonialisation » de la relance. La valeur des objets patrimoniaux est également valeur marchande ; en faisant de la soie cévenole un produit culturel, on lui confère une qualité nouvelle qui accroît sa valeur commerciale et justifie son prix élevé. Les défauts de fabrication liés à une certaine insuffisance technologique deviennent même acceptables car ils apparaissent comme les indices de l’authenticité23 !

  • 24 Seule une relance artisanale avait semblé crédible aux économistes mais Michel C. avait refusé cett (...)

47L’échec relatif du projet comme relance semi-industrielle24 est ainsi compensé par le succès qu’il rencontre en tant qu’opération de valorisation du patrimoine cévenol. Mais cette démarche de valorisation est elle-même fragile dans la mesure où ce qui est valorisé, c’est l’image d’une relance exemplaire, d’un projet de développement local réussi. La stratégie d’adaptation n’est pas séparable d’une part de mystification et pose un réel problème éthique : dans l’hypothèse d’une totale disparition du groupe des sériciculteurs, la filière pourra-t-elle continuer à affirmer que des magnaneries fonctionnent dans toutes les vallées cévenoles sous l’impulsion de la relance et qu’elle vend des articles entièrement confectionnés à partir de « soie cévenole », alors qu’en réalité elle importe ses cocons de Côte-d’Ivoire ou du Maroc ? Ce décalage entre le discours et les faits est sans doute ignoré par le visiteur qui ne peut vérifier si le nombre réel des éducateurs en activité coïncide avec les chiffres avancés, mais il crée un réel malaise au sein de la communauté des sériciculteurs. Ces derniers se sentent pris en otage, utilisés comme de simples faire-valoir et se demandent s’ils n’ont pas été finalement manipulés.

Innover ou disparaître ?

48La société occidentale, nous l’avons dit, est saisie par une véritable frénésie d’innovations : un objet technique, dès lors qu’il est qualifié d’innovant, est automatiquement auréolé de prestige. Il suffit parfois que le terme innovation soit prononcé pour que les pouvoirs publics se déclarent prêts à financer des programmes coûteux sans s’interroger outre mesure sur l’adéquation entre les conditions de mise en œuvre de ces programmes et les besoins auxquels ils sont censés répondre.

  • 25 Nous présentons les diverses innovations conçues en liaison avec la relance dans notre rapport fina (...)

49Inadapté dans le contexte sociotechnique cévenol, le modèle de la relance ne peut-il pas être transféré ailleurs et ses avancées techniques ainsi valorisées ? Rapidement, Michel C. prend conscience des limites du développement séricicole local tel qu’il l’avait imaginé mais n’entend ni renoncer ni perdre le bénéfice des efforts accomplis. En misant sur le caractère innovant de son entreprise, il peut trouver d’autres alliés qui créditeront sa démarche et lui apporteront les financements nécessaires à la survie de la filière. C’est ainsi que l’innovation est placée au cœur de la stratégie d’entreprise25.

50« La seule contrainte naturelle est celle de survivre, c’est-à-dire, pour l’espèce humaine comme pour les autres espèces vivantes, la nécessité de s’adapter à son milieu » (Hériard 1994 : 149). C’est ce principe qui guide Michel C. dont l’existence se confond depuis près de vingt ans avec celle de la filière. Passion, instinct de survie, goût du pouvoir et aussi du jeu se mêlent inextricablement dans la personnalité de l’innovateur. Ainsi risque-t-il de perdre de vue la logique sociale des besoins qui sous-tend l’innovation. L’innovateur a besoin d’horizons toujours plus vastes, d’espaces vierges à conquérir. Mais une question se pose néanmoins : à quel monde s’adressent les innovations que développe actuellement la filière ? Prenons l’exemple de la multiplication in vitro du mûrier. Les Cévennes n’en veulent pas et l’Asie a-t-elle vraiment l’usage d’une technologie aussi onéreuse ? Les raisons qui ont justifié son développement ne valent pas nécessairement sous un climat tropical et dans un pays où la composante salariale dans le calcul du prix de revient d’un plant de mûrier reproduit par bouturage est faible. Il s’agirait donc d’une technologie inappropriée aussi bien au contexte cévenol qu’au contexte asiatique. Se pose également un problème d’échelle ; la taille de la filière, ses ressources humaines et ses capacités financières lui permettent-elles de mener de front des activités de production, de recherche-développement, de prospection et de coopération technique ? En ce qui concerne la recherche-développement, la filière peut prétendre à la paternité des idées mais non à celle des nouveaux outils et/ou procédés qui ont été mis au point. C’est sur proposition de Michel C. que l’école des mines d’Alès a créé une bassine à filer les déchets de soie : l’idée lui revient mais tout le travail de conception, de mise en œuvre de ressources qui a conduit à la fabrication de ce nouvel objet technique est le fait d’une équipe d’enseignants, chercheurs et étudiants en fin de cycle qui a su la traduire en termes opératoires. La filière a su judicieusement s’allier à des laboratoires détenteurs des compétences nécessaires pour développer son projet et en même temps suffisamment proches pour que les coûts soient réduits. Mais pour les activités de production, de prospection et de coopération, il en va autrement. Les missions répétées de Michel C. dans différents pays d’Asie et d’Amérique du Sud et le séjour de longue durée d’un technicien qualifié au Cambodge se font au détriment de la maison mère qui se trouve ainsi privée de son encadrement et d’une part des compétences : le personnel des ateliers de filature et de confection, les sériciculteurs et même les responsables du musée, vitrine de la relance, conduisent un bateau sans capitaine et sans second et qui part à la dérive. La qualité faiblit, les décisions ne sont pas prises, les ventes chutent. Porté par son goût de l’aventure et son désir toujours renouvelé d’ouvrir de nouveaux chantiers, le P-DG de la filière vogue quant à lui vers de nouveaux horizons, laissant derrière lui une entreprise exsangue, des élus de plus en plus sceptiques et une population décontenancée. Son sentiment d’avoir été trahie est à la mesure de la confiance qu’elle lui avait accordée en le faisant son porte-parole.

51On peut en effet penser que l’actuel développement technicien de la filière se fait au détriment du développement local projeté. A notre sens, deux scénarios étaient envisageables pour la filière-soie : ou bien elle prenait la mesure des limites de son espace de marché et choisissait de rester petite en misant sur la qualité et la proximité, ou bien elle voyait grand et devait alors intégrer la filière verticale en acceptant de conclure certaines alliances, de trouver des compromis afin d’obtenir les moyens matériels de ses ambitions.

52A notre sens, grisée par l’image positive que lui ont renvoyée les médias, elle a cru pouvoir jouer sur les deux tableaux, au risque de se retrouver confrontée aussi bien aux accusations émanant de la sphère locale qui s’inquiète, à juste titre, d’une disparition possible de la production qu’à celles de milieux professionnels mettant en doute ses compétences et contestant sa légitimité.

Notes

1 Les pentes aménagées en terrasses jusqu’aux sommets, les habitations rehaussées pour loger les magnaneries, les vastes filatures qui jalonnent le bord des rivières sont autant de témoignages de l’importance passée de cette production.

2 Olivier Clerc, « Les trois mues de serica », Ressources Midi libre, n° 43, mai 1995.

3 Pour une définition du concept de filière, voir Vinck & Mignolet 1988.

4 Le débat à propos des primes est une illustration de cet antagonisme entre les éleveurs, les filateurs, les mouliniers et les soyeux.

5 En effet, il ne saurait être question de passer sous silence l’incidence décisive des déterminants d’ordre macroéconomique.

6 L’idée d’une identité occitane « qui en jaillissant exprime la reprise d’un destin interrompu par des siècles de domination française » prend corps dès la fin des années 1960 (Touraine & Dubet 1981 : 41).

7 Il s’agit d’un village du Piémont cévenol où l’afflux de néoruraux a été particulièrement sensible.

8 Gourgas est un grand mas isolé acquis par Félix Guattari en 1967 pour servir de lieu d’accueil à des expériences psychiatriques et à des groupes libertaires.

9 « Offre d’emploi : Le Parc cherche des Cévenols – des vrais – pour faire de la figuration durant l’été. Il est nécessaire d’avoir un costume d’Indien... Le travail, facile, consiste à se promener dans la zone du Parc, déguisé en Indien pour amuser les enfants belges, hollandais, allemands... » Cévennes occitanes, n° 2, janvier-février 1974.

10 Un point de vue toutefois vivement contesté par M. Callon qui affirme, à propos de ce qu’il qualifie de «mythe de l’improvisation romantique» : « Aucun mythe n’est plus faux et plus dangereux que celui-là » (Callon 1994 : 13).

11 Denis Chevallier développe les enjeux de la conservation des techniques dans Chevallier 1991 : 121-129.

12 Nous renverrons sur ce point aux différents essais avortés de relance que nous évoquons dans Clavairolle 1995 : 7-19.

13 G. Basalla, The Evolution of technology, Cambridge. 1988, cité par Fox (1994 : 46).

14 J. Perrin (1991 : 166-167) insiste sur le contenu organisationnel de tout paradigme technico-économique qui inclurait notamment « un nouveau modèle d’organisation et de gestion (de l’entreprise)... une restructuration des relations inter-branches,... un nouveau modèle pour la localisation géographique des investissements ».

15 Selon la définition qu’en donne R. Cresswell (1983 : 147), « le terme de chaîne opératoire recouvre la notion de chemin technique parcouru par un matériau depuis son état de matière première jusqu’à son état de produit fabriqué fini ». P. Lemonnier (1983) fait valoir le fait que la succession de plusieurs opérations techniques est désignée par le terme de structure chez B. Gille, de chaîne opératoire chez R. Cresswell et de filière chez F. Sigaut.

16 Il s’agit de l’analyse qui est faite localement des causes de l’abandon de cette production.

17 L’ouverture du canal de Suez a permis à la soie grège extrême-orientale de pénétrer le marché occidental. Les maisons de soieries lyonnaises ont alors préféré acheter la soie asiatique très bon marché. Elles ont incité l’État à plutôt soutenir la production de soie nationale avec des primes à la production que d’instaurer des droits douaniers qui les auraient pénalisées.

18 Cet auteur distingue « les savoir-faire opérants et répétés » figés en des « algorithmes opératoires » qu’il appelle « pratiques » et l’activité ou séquence d’activités qui apparaît comme « résultant de la mise en œuvre d’un savoir formalisé » qu’il nomme « processus ». C’est le rassemblement des pratiques et des processus ayant des point communs qui donne une « technique ».

19 La magnanerie est le local où on élève les vers à soie.

20 La liste de tous les journaux, de toutes les stations de radio et chaînes de télévision qui ont rendu compte de cette initiative est longue. Nous donnerons seulement quelques exemple de celte couverture médiatique : des quotidiens d’information nationaux (Libération, Le Monde...), hebdomadaires d’actualité nationaux (L’Express, VSD, La Vie...), des quotidiens d’information locaux (Midi libre, Le Provençal, La Marseillaise...), des magazines féminins (Femmes d’aujourd’hui), des revues agricoles (Rustica, Agrisept), d’entreprise (Parcours), d’informations culturelles et sociales régionales (Calades, Sud, Causses et Cévennes...), des publications d’information (notamment industrielle : Flash Informations). Sans oublier FR3 nationale et régionale, Antenne 2, TF1, M6, France Inter, France Culture, RMC...

21 Jusque-là, la sériciculture était une activité saisonnière. Les sériciculteurs n’effectuaient qu’un seul élevage par an.

22 On saura un peu plus tard que cette « maladie » inédite est due à un nouveau traitement chimique mis sur le marché en 1986.

23 On peut voir un mécanisme du même ordre dans l’engouement des consommateurs pour des produits qualifiés de biologiques et dont on met en exergue le fait qu’ils soient non calibrés et tachés.

24 Seule une relance artisanale avait semblé crédible aux économistes mais Michel C. avait refusé cette voie qui à ses yeux ne pouvait impliquer qu’un développement local restreint, particulièrement au niveau séricicole.

25 Nous présentons les diverses innovations conçues en liaison avec la relance dans notre rapport final de recherche.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable