Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Carrières d’objets

 | 
Christian Bromberger
, 
Denis Chevallier

I. Objets et réseaux

l'ordinateur americain et la chaise de coiffeur persane

Didier Gazagnadou

Texte intégral

Aux enfants iraniens malentendants.

1Il sera question dans cet article d’un exemple iranien d’adaptation technologique d’un objet rudimentaire à un ordinateur, observé et analysé à l’hôpital Dey de Téhéran (Bimâristân Dey) au cours du premier semestre 1997. Cette innovation a été réalisée dans le service d’audiologie. Ce service reçoit, diagnostique et traite des patients de tout âge, de tout sexe et de toute origine sociale, originaires de la province comme de la capitale, atteints de troubles plus ou moins graves de l’audition et de l’équilibre (surdité partielle ou totale, défauts d’audition, vertiges, etc.). Pour effectuer ces diagnostics, il est évidemment nécessaire de posséder un certain nombre de techniques et d’appareils. Le service d’audiologie possédait le matériel pour diagnostiquer les problèmes courants, en l’occurrence, des audiomètres et tympanomètres qui permettent, pour les premiers, de mesurer le seuil d’audition, et pour les seconds, d’évaluer le fonctionnement du tympan et des osselets de l’oreille moyenne.

  • 2 Nicolet Electronystagmographic System, Model spirit, Nicolet Biomédical Instrument, États-Unis, 19 (...)
  • 3 Pour le lecteur d’un pays riche, cela ne représente qu’un chiffre élevé, mais, pour qui a un tant (...)
  • 4 The rotating chair-system pro. Modular Expandable to Complète eng-System, toennies Gmbh & Co. KG.P (...)
  • 5 Il existe également la possibilité de lui faire effectuer une rotation complète, mais ce mouvement (...)

2Mais, pour déceler l’origine des problèmes d’équilibre et de vertige, il faut détenir ce qui est aujourd’hui à la pointe en ce domaine, à savoir un appareil fabriqué aux Etats-Unis et connu sous le nom de système électronistagmographique Nicolet2 (Nicolet Electronystagmographic System). Il coûte, rien que pour l’ordinateur, son logiciel, l’imprimante et la barre lumineuse, qui en constituent les pièces centrales, environ 180 000 F, c’est-à-dire, en monnaie iranienne, à peu près 14 millions de tomans3. Cet ordinateur au logiciel très complexe est relié à une barre lumineuse concave (light bar) d’environ deux mètres de long, d’une vingtaine de centimètres de large ; sur cette barre circulent, lors de l’examen, des points lumineux que le patient doit suivre du regard. A cet ensemble s’ajoute une chaise techniquement sophistiquée (The Rotating Chairsystem pro4), conçue pour le système Nicolet, où s’assoit le patient pour y subir l’examen. Cette chaise est reliée à l’ordinateur par l’intermédiaire d’électrodes fixés sur la tête du patient, et peut effectuer des mouvements latéraux plus ou moins rapides5.

3L’hôpital Dey, appartenant au secteur privé, réussit à débloquer une partie des fonds nécessaire à l’achat du système Nicolet en tant que tel, c’est-à-dire l’ordinateur, l’imprimante et la barre lumineuse, mais ne disposait pas du budget pour acheter cette techno-chaise coûtant elle-même environ 300 000 F, soit environ 24 millions de tomans.

4Deux solutions s’offraient alors au service d’audiologie : soit attendre que l’hôpital puisse acheter la chaise en question et, dans ce cas, continuer assez longtemps à ne procéder qu’à des examens simples et limités avec les audiomètres et tympanomètres ; soit chercher une autre réponse à ce problème, ce qui semblait impossible puisque la chaise qui correspond au système Nicolet est spécialement conçue pour cet ordinateur et permet de produire des graphiques et des analyses immédiatement imprimés. Le responsable de ce service se trouvait donc bloqué financièrement et technologiquement, mais face à un défi qu’il était tentant de relever.

5Pour ce faire, il lui fallait trouver un équivalent de cette chaise : un siège d’une certaine hauteur, qui puisse effectuer un mouvement latéral de 180 degrés avec une accélération maximum de 18 degrés/ seconde au carré, c’est-à-dire possédant les caractéristiques essentielles du mouvement (le mouvement rotatif autour d’un axe vertical permet de mesurer le fonctionnement des canaux semi-circulaires de l’oreille interne) de la chaise originale conçue pour le système Nicolet. Il fallait en outre un type de siège permettant d’obtenir des données telles que l’ordinateur établisse des analyses fines et fiables et d’aussi bons diagnostics que ceux réalisés dans les hôpitaux américains et européens utilisant le système Nicolet et sa techno-chaise.

6Il y eut plusieurs idées et plusieurs échecs. On essaya tout d’abord un siège de dessinateur industriel, mais du fait de sa structure, celui-ci n’offrait pas la stabilité nécessaire et suscitait des angoisses chez le patient, d’autre part, l’utilisation de ce siège, qui n’était pas assez lourd, avait, selon le poids du sujet, des répercussions sur la vitesse et l’accélération. Cette première tentavive fut donc un échec. Puis, on envisagea l’installation d’un siège d’avion, mais il fut impossible de se le procurer.

7Finalement une solution technologiquement appropriée, inconcevable du point de vue de la stricte « rationalité » technoscientifique contemporaine, fut trouvée par le responsable du service. La réponse à ce triple défi technique, scientifique et médical consista en un bricolage « relativement » simple : remplacer la techno-chaise (the rotating chairsystem) par une chaise de coiffeur iranien (sandaliye salmâni, voir figure 1) ! Cette chaise de coiffeur, d’un coût de 20 000 tomans (environ 250 F), importée d’Europe vers le milieu du siècle puis fabriquée en Iran depuis de nombreuses années, possède en effet certaines caractéristiques de base, suffisantes pour remplir les fonctions requises : assez lourde pour assurer la stabilité du patient et la régularité du mouvement, assez haute pour bien le maintenir et lui assurer le confort minimum nécessaire au temps de l’examen (environ une heure). Si en apparence l’opération pouvait paraître simple, le processus fut plus complexe que prévu et on n’arriva pas immédiatement à concrétiser ce projet. Il y eut encore, lors de cette phase de mise au point, plusieurs étapes et plusieurs échecs, comme le premier essai. Surgit en effet un problème de dynamique : comment donner à cette chaise des mouvements réguliers (de gauche à droite et inversement), avec une certaine accélération et une certaine vitesse. On envisagea de produire ce mouvement au moyen d’un moteur électrique à boîte de vitesse ou d’un servomoteur. Or, ces deux solutions techniques présentaient des inconvénients sérieux : le type de moteur électrique trouvé en Iran était très bruyant, donc très gênant pour le patient ; quant au servomoteur, il demandait, d’une part, un très long travail d’adaptation à l’ensemble et, d’autre part, il était très cher car importé de l’étranger. Le seul moyen consistait à revenir à un système purement mécanique.

1. Chaise de coiffeur originelle.

2. Dernier essai avec ressorts horizontaux.

8On choisit alors un système fonctionnant avec un ressort en spirale adapté et fixé sur le pied de la chaise. De nouveau, ce fut un échec car les mouvements étaient difficilement contrôlables en vitesse et en accélération et, plus grave, après un temps limité d’utilisation, le ressort cassait. Le ressort en spirale fut donc remplacé par des ressorts horizontaux, ce qui nécessita la transformation du pied de la chaise et l’installation du nouveau système dans un boîtier métallique (voir figure 2). Ce problème résolu, il fallait maintenant adapter le type de mouvement de la chaise à l’ordinateur, ce qui nécessita l’installation d’un potentiomètre sous l’axe de la chaise, dans un boîtier, afin de bien mettre en relation le mouvement mécanique de la chaise et l’ordinateur, qui, lors de l’examen, traite les informations recueillies sur le patient par le biais d’électrodes (opération de corrélation).

9C’est donc seulement après cette série d’essais et d’échecs que l’on arriva à une utilisation satisfaisante de l’agencement technologique entre cette chaise de coiffeur améliorée et l’ordinateur. On dut ensuite faire des essais avec des patients volontaires pour mesurer la qualité de l’adaptation technique et ses effets sur les patients. Ces derniers auraient pu avoir des réactions de surprise, d’ironie, ou pire, de blocage psychologique, à se trouver assis sur une telle chaise qui, selon l’opinion commune, pouvait témoigner d’un réel manque de sérieux scientifique. Il convenait d’autre part d’analyser très minutieusement les résultats médico-scientifiques livrés par l’ordinateur, et d’évaluer leur fiabilité en établissant des comparaisons avec les résultats obtenus aux États-Unis et en Europe.

10La conclusion est fort intéressante car il n’y a pas, en termes de résultats scientifiques, de différences significatives entre les deux systèmes (Sabet Azad 1993 et 1998), du moins dans le cadre d’une utilisation clinique. En revanche ces appareillages n’auraient sans doute pas les mêmes performances dans une situation de recherche fondamentale.

11Cette première adaptation technique en a entraîné une seconde. En effet, la chaise de coiffeur ainsi adaptée ne permettait pas de résoudre le problème des tout petits enfants qui ne réussissaient pas bien à se tenir (ou ne se tenaient pas du tout) pendant la durée de l’examen. D’autre part, le type de mouvement produit, tant par la techno-chaise que par la chaise de coiffeur, n’est que latéral. On envisagea alors deux autres types de mouvements dans une autre posture : un mouvement d’avant en arrière et un autre latéral avec un patient (adulte ou enfant) en position allongée, autour d’un axe horizontal, à la différence de la chaise qui ne possède qu’un axe vertical. La recherche s’orienta une fois de plus vers un objet ou une technique simple, et aboutit ainsi à l’essai d’un berceau traditionnel utilisé par les femmes iraniennes dans les campagnes (persan littéraire : gahvâreh, persan populaire : nânu). Cette nouvelle expérimentation a tout juste commencé et devrait permettre de mesurer et d’analyser d’autres pathologies du système d’équilibre. Les résultats n’ont pas encore été complètement analysés, c’est pourquoi le responsable du service a jugé prématuré de les communiquer. D’autant qu’ils ne seront pas comparables à d’autres, puisque nulle part pour l’instant, on ne pratique d’examens à partir de tels mouvements ; la recherche est en cours.

  • 6 Parmi les nombreuses définitions du concept de technologie appropriée, nous retiendrons celle d’A. (...)

12Partant de notre exemple iranien, on fera quelques remarques générales. Au cours de toute une période, mais en particulier dans les années 1960-1970, les recherches et débats à propos du développement et des transferts de technologie vers les pays du tiers-monde ont suscité un réel intérêt (Odeyé-Finzi & Berot-Inard 1996 ; Emmanuel 1981 ; Durand & al. 1994 ; Sachs & al. 1974). C’est au cours de ces débats qu’est né le concept de technologie appropriée6 pour les pays en voie de développement. Ce concept apparaît, d’une part, « en réaction contre l’incapacité des stratégies d’industrialisation lourde à résoudre des problèmes sociaux tels que le sous-emploi et la pauvreté » (Bhajja 1994 : 443) et, d’autre part, dans le but de réduire la dépendance technologique des pays du Sud. Les questions de développement et de technologie dans les pays du tiers-monde ont alors été reprises, mais différemment, par un certain nombre d’économistes, de sociologues et d’anthropologues (Actes du symposium d’Alger 1978 ; Sachs et al. 1974, Sachs 1996 ; Durand et al. 1994 ; Pakdaman 1994). Ces spécialistes proposèrent une approche des transferts de technologie en rupture avec celle des organisations publiques et des firmes multinationales et mirent l’accent sur la nécessaire prise en compte des structures techno-culturelles et économiques des sociétés en question.

  • 7 En 1978. un symposium a été organise à Alger par la Fédération mondiale des travailleurs scientifi (...)

13Depuis environ une quinzaine d’années, ces questions semblent avoir été reléguées au second plan, alors même que la situation économique mondiale se caractérise par une aggravation des inégalités entre le Nord et le Sud (Sachs 1996, Amin 1990) et que des techniques appropriées et peu coûteuses demeurent plus que jamais nécessaires dans les pays du tiers-monde. C’est pourquoi l’on continue à y inventer, à y créer ou tout simplement à y bricoler et à y produire des technologies appropriées (combinées, adaptées, intermédiaires, etc.). Cela, soit d’une manière planifiée, par des organisations non gouvernementales ou par les États eux-mêmes, comme en Inde, où le ministère de l’Industrie a mis en place un secteur consacré aux technologies appropriées, soit, spontanément, par des individus ou des collectivités. Par ailleurs, la question de la technologie et du mode de développement se fait, de nouveau, de plus en plus pressante, au Sud, comme au Nord, où l’augmentation de la pauvreté pousse à développer de plus en plus de recherches et de pratiques alternatives concrètes (comme les réseaux d’échanges de services en France, ou le développement aux Etats-Unis, en Europe et en Asie de la Grameen Bank, sorte de système bancaire coopératif créé avec et pour les paysans pauvres du Bangladesh). Enfin, et plus grave, le retour au sous-développement qui affecte, avec son cortège de problèmes financiers et humains, de nombreux secteurs des pays du tiers-monde, montre bien qu’en ce domaine, une réflexion et des recherches avec des perspectives pratiques sont tout à fait d’actualité 7.

  • 8 Il a en effet fallu beaucoup de passion individuelle, de temps et d’énergie pour imaginer et réali (...)
  • 9 Ce qui n’est pas illogique et découle d’un des aspects du concept de tendance technique, élaboré p (...)

14Du point de vue de l’anthropologie du développement et des techniques, ce micro-cas iranien de technologie appropriée est non seulement admirable8, mais à plusieurs titres intéressant. Tout d’abord, si l’on considère le processus de l’invention et de l’imagination technologique, l’idée même de l’association d’une chaise de coiffeur avec un ordinateur n’a que peu de chances d’être émise dans un pays industrialisé et de haute technologie, en partie parce qu’il n’y a quasi plus de chaise de coiffeur de ce type, mais surtout parce que l’imagination technologique de ces cultures postindustrielles, immergées dans les technosciences, l’informatique et les images virtuelles, est tendanciellement peu portée vers ce genre de solution technico-artisanale9. En outre, il n’est pas si courant de rencontrer un exemple concret d’adaptation d’un objet technique hypersophistiqué à un objet technique simple, issu lui-même d’un dispositif technique dépassé puisque, comme nous l’avons noté, ce type de chaise de coiffeur est un ancien modèle d’origine européenne. Cela conduit à faire l’hypothèse d’une saturation imaginaire inévitable et momentanée de tout système technique. L’imagination technologique, tellement tributaire de ses paradigmes, d’une manière proche de ce qui se produit dans les sciences (Khun 1983), brouille, voire annule, une partie des processus cognitifs et inventifs. Par ailleurs, ce cas soulève deux questions : tout d’abord celle, générale, des conditions de l’adaptation d’un système de haute technologie à un objet ou à un système rudimentaire et de sa théorisation. Ensuite, cette rencontre de deux objets (ou systèmes) techniques différents et en déséquilibre illustre l’idée de pluralisme technique, c’est-à-dire de coexistence, dans toute société, de techniques hétérogènes (Sachs 1974). Ce cas de microtechnologie appropriée et spontanée confirme que les recherches et les réalisations techno-scientifiques dans les pays industrialisés - produit de l’incessante invention des chercheurs et de la concurrence économique — par leur complexité, leur vitesse de développement (d’où la rapide obsolescence des objets techniques), ont plus que jamais de lourdes conséquences en terme de dépendance, donc de développement des pays du tiers-monde (Bairoch 1992 : chap. 19). Cet exemple montre, de plus, qu’il y a bien là une réponse - partielle bien entendu (Emmanuel 1981) - à des problèmes d’éco-développement et d’autonomie, puisque l’une des caractéristiques de toute technologie appropriée est d’être facile à réparer, et à quantité de « petits » problèmes, notamment financiers (à cet égard, notre exemple iranien est éloquent). Ces « petits » problèmes que rencontrent les pays en voie de développement, comme certains secteurs des pays industriels, ne pourront être résolus que par des technologies appropriées. Cela n’est évidemment pas contradictoire avec la nécessité et l’intérêt des échanges techniques et scientifiques entre le Nord et le Sud. Enfin, sur les plans culturels et cognitifs, l’intérêt est évident puisque ce type de technologie fait appel à l’imagination, au savoir et éventuellement au patrimoine culturel de chaque société, comme dans l’exemple du berceau traditionnel iranien.

  • 10 Voir par exemple, Y. Richard 1989, ouvrage dans lequel on ne trouve aucune trace de ce débat des a (...)

15Pour conclure et en revenir à l’Iran - pays qui n’a pas été touché par ce débat sur les technologies appropriées10 - l’exemple que nous avons étudié invite à engager des recherches comparables, diverses informations recueillies sur le terrain laissant supposer qu’existent d’autres cas de bricolages d’objets et d’adaptations similaires.

Notes

2 Nicolet Electronystagmographic System, Model spirit, Nicolet Biomédical Instrument, États-Unis, 1982.

3 Pour le lecteur d’un pays riche, cela ne représente qu’un chiffre élevé, mais, pour qui a un tant soit peu vécu en Iran ces derniers temps, cette somme en tomans est très importante ; au premier semestre 1997. un fonctionnaire moyen gagnait environ 20 000 tomans par mois (soit environ 300 F). une course de 30 minutes en taxi collectif (tâksi omumi) coûtait 120 tomans (environ 15 F) ; il s’agit donc pour cet hôpital d’un énorme investissement financier.

4 The rotating chair-system pro. Modular Expandable to Complète eng-System, toennies Gmbh & Co. KG.P.O. Box 6520. D-7800 Freiburg, République fédérale d’Allemagne, 1982.

5 Il existe également la possibilité de lui faire effectuer une rotation complète, mais ce mouvement n’est utilisé que dans le cadre de la recherche fondamentale, à cause des effets neurovégétatifs négatifs (vomissements, pâleur, chute de tension) produits par un tel mouvement sur le patient.

6 Parmi les nombreuses définitions du concept de technologie appropriée, nous retiendrons celle d’A. Jamison (1994 : 160) : « La technologie appropriée (...) “renvoie” généralement à une combinaison créative de techniques modernes et traditionnelles dans des contextes particuliers, afin de faire face aux problèmes courants... » En effet, une technologie appropriée consiste, généralement, en une adaptation, par bricolages successifs, d’une machine, d’une technique ou d’un simple objet technique et/ou traditionnel à une technique plus moderne, dans un contexte techno-économique spécifique confronté à des problèmes de développement ; elle est ainsi appropriée à un contexte technique, culturel et économique, à un climat, à une géographie, etc. Cela ne correspond pas exactement aux définitions proposées par N. Jéquier et G. Blanc (1983) pour la technologie appropriée, la technologie intermédiaire ou la technologie alternative, mais le cas iranien ici étudié peut fort bien rentrer, par certains aspects, dans chacune de ces trois catégories ou en être une combinaison.

7 En 1978. un symposium a été organise à Alger par la Fédération mondiale des travailleurs scientifiques. l’Union des ingénieurs algériens en collaboration avec l’Unesco sur le thème : « La Science, la Technologie et le Développement ». Les grandes recommandations consistaient à refuser les simples transferts de technologie (clés en main), à réclamer de véritables politiques d’éducation générale, scientifique et technique et le développement des technologies appropriées. Presque vingt ans après, en 1996, l’Unesco vient de publier un rapport sur la culture et le développement : il est accablant de constater que peu de choses ont changé, les recommandations ou souhaits restent les mêmes (Notre diversité créatrice. Rapport Unesco 1996).

8 Il a en effet fallu beaucoup de passion individuelle, de temps et d’énergie pour imaginer et réaliser ces bricolages, sans compter la lutte contre l’inertie, voire l’hostilité de certains membres du corps médical et administratif, dans un premier temps, peu enthousiastes face à cette expérience. On rappellera, à ce propos, une phrase de M. Crozier sur les rapports entre innovation et milieu : « On devrait, tout compte fait, s’étonner beaucoup plus de l’apparition pourtant rare de comportements d’innovation, plutôt que de la répétition de comportements de routine » (Crozier 1963 : 61).

9 Ce qui n’est pas illogique et découle d’un des aspects du concept de tendance technique, élaboré par A. Leroi-Gourhan (1943 et 1945), qui implique la recherche d’une efficacité technique supérieure ; c’est pourquoi, sauf cas exceptionnel (guerre ou catastrophe naturelle), les phénomènes de régression technique sont rares car « ... on n’échange pas la charrue contre la houe » (Leroi-Gourhan 1945 : 304).

10 Voir par exemple, Y. Richard 1989, ouvrage dans lequel on ne trouve aucune trace de ce débat des années 1960-1970 sur les transferts de technologies et le développement. Autre exemple, lors du symposium d’Alger de 1978, il n’y avait aucun chercheur iranien alors que tous les continents étaient représentés et surtout l’Amérique latine, l’Afrique et l’Asie.

Table des illustrations

Légende 1. Chaise de coiffeur originelle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4060/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende 2. Dernier essai avec ressorts horizontaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4060/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540