Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Carrières d’objets

 | 
Christian Bromberger
, 
Denis Chevallier

I. Objets et réseaux

Du jouet en bois au jouet en plastique. Innovation et culture technique dans l’arc jurassien

Noël Barbe et Richard Lioger

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1 Pour un approche plus détaillée, cf. Barbe, Lioger 1999.

Texte intégral

1On a souvent présenté l’arc jurassien, en raison de son dynamisme industriel, comme « une montagne de génie ». Il est vrai que cette région concentre un nombre impressionnant d’activités de fabrication qui se sont mises en place du xvie au xixe siècle, parfois sous l’impulsion d’immigrés ou de marchands suisses. Du nord au sud se succèdent trois zones de productions renommées :

  • le plateau de Maîche qui est l’un des pôles français de la fabrication des montres ;

  • la région de Morez où la fabrication des lunettes a relayé l’horlogerie de gros volume et l’industrie lapidaire ;

  • la région de Saint-Claude et Moirans où se concentre le façonnage d’objets en bois, qui maintenant coexiste avec le travail des matières plastiques dans le cadre de l’industrie du jouet.

2Ces trois zones de production ne comptent pas seulement dans la géographie industrielle régionale mais elles occupent aussi une place de choix sur l’échiquier national.

3En 1989, 93 des 130 entreprises françaises d’horlogerie de petit volume sont franc-comtoises. Elles représentent 83,26 % de la main-d’œuvre et 88,24 % du chiffre d’affaires. Ces entreprises sont concentrées dans trois cantons du Doubs (Besançon sud, Maîche et Morteau) ; la main-d’œuvre dans les cantons de Maîche, Morteau et Le Russey.

4A la même date, la lunetterie franc-comtoise représente 49 % de la lunetterie française en chiffre d’affaires. L’agglomération de Morez concentre 66,5 % des entreprises de lunettes de la région. Si l’on inclut les localités situées dans un rayon de dix kilomètres autour de Morez, avec les communes de Saint-Laurent et Morbier, c’est plus de 80 % des entreprises françaises de lunetterie qui y sont regroupées. Le canton de Morez se caractérise par une quasi-monoactivité industrielle dans la production de lunettes : 70 % de la population active y est employée directement ou indirectement. 80 % des entreprises sont des entreprises de lunettes ou des sous-traitants de la lunetterie (10 % sont des entreprises de décolletage et de mécanique générale).

540 % des jeux et jouets français sont produits dans le département du Jura. Une vingtaine d’entreprises de plus de dix salariés est installée dans l’arc jurassien. Leurs productions sont principalement axées sur les matières plastiques. Une trentaine de petits établissements pratiquent l’artisanat du jouet en bois. Ils travaillent pour la plupart en sous-traitance.

6Chacune de ces trois zones a dû faire face, à une échelle chronologique différente, à d’importantes mutations techniques auxquelles elle s’est adaptée :

  • l’introduction récente du quartz dans l’industrie de la montre. Le ressort est remplacé par une pile, l’échappement par un système électrique avec un quartz, un circuit intégré et quelques composants ;

  • le passage de l’horlogerie à la lunetterie dans la région de Morez. Aux xviiie et xixe siècles, la région de Morez était en effet connue pour sa fabrication de grosse horlogerie ;

  • l’introduction du jouet au sein des articles de tournerie puis la pénétration du plastique dans la fabrication des jouets.

7Cette prospérité économique, cette singulière capacité d’adaptation du Haut-Jura ont donné lieu au fil des siècles à toute une série de spéculations. Ces réussites ont été attribuées, aux xviiie et xixe siècles, au courage des habitants, lui-même fruit de rudes conditions naturelles. Tel est, par exemple, le point de vue de Lequinio de Kerblay, ancien député conventionnel en voyage dans le département, qui oppose la vigueur des habitants des montagnes à la mollesse de ceux des plaines. La nature expliquerait, au bout du compte, le dynamisme des Haut-Jurassiens (Barbe 1992). En revanche, pour certains folkloristes du xixe siècle, le trait spécifique de ces « montagnons » serait leur douceur qui contribuerait à leur fortune et reposerait sur leur régime alimentaire, plus lacté (Droz 1880). Plus près de nous, des géographes parlent de « qualification presque innée » pour rendre compte de cet essor industriel.

8L’anthropologie physique a aussi été mise à contribution pour éclairer cette singularité : « Sans doute l’homme de la plaine et des plateaux apparaît-il plus mince, moins carré et moins vigoureux que le montagnon », lit-on dans le plan de développement et d’aménagement de la Franche-Comté (cité in Mathieu, Mercier & Robert 1986).

9Des hommes politiques de leur côté prononcent le mot de « génie jurassien » dont l’une des composantes serait la « capacité de s’adapter » aux changements techniques et économiques.

10En 1953, dans une publication d’une société savante départementale consacrée à l’évolution du Jura depuis un siècle, on peut lire :

Un trait essentiel et caractéristique de l’industriel jurassien, c’est son ingéniosité toujours en éveil. Que de fois il a fallu substituer dans telle ou telle industrie une matière à une autre, par exemple remplacer le buis par la bruyère, la corne par l’ébonite, l’ambre ou l’écaille par des matières plastiques ! Souvent il a fallu à grands frais procéder au remplacement total ou partiel de l’outillage, voire changer de métier... (Société d’émulation du Jura 1953).

11A quoi tient cette ingéniosité, cette capacité d’adaptation que l’on ne saurait bien sûr rapporter à de simples prédispositions ethnopsychologiques ? Des formes historiques d’organisation de la production, la mise en réseau de savoirs techniques complémentaires peuvent rendre compte de cette aptitude à l’innovation, caractéristique de l’arc jurassien. Les évolutions de l’industrie du jouet, de l’horlogerie et de la lunetterie témoignent, chacune à leur façon, de la perméabilité des milieux techniques, de la circulation des savoirs d’une filière à l’autre, de la vitalité et de la souplesse des structures coopératives du travail.

Le jouet dans la région de Moirans

Du bois tourné au plastique

12A l’origine de l’industrie jurassienne du jouet, une tradition fortement ancrée de la tournerie sur bois. A partir du vie siècle, des milliers de personnes viennent en pèlerinage à l’abbaye de Saint-Claude. Des objets de piété en bois sont alors façonnés. Au siècle suivant apparaît une production d’objets profanes. Au xviiie siècle, la ville de Saint-Claude développe cette spécialisation. La production se fait en milieu urbain et en milieu rural, mais selon des modalités différentes comme le souligne une description préfectorale de l’an IX :

Une seconde différence se remarque dans la composition des ateliers à la ville : un chef, ordinairement attaché à un ou deux genres d’ouvrages, réunit dans son domicile des compagnons et des apprentis, ils occupent, l’un compensant l’autre, chacun quatre ouvriers et travaillent toute l’année. Les tourneurs des communes rurales travaillent en famille, et pendant la saison morte des travaux champêtres seulement. Ils renvoient à la ville leurs ouvrages bruts pour y recevoir les préparations qui les rendent propres au commerce. Ce sont des étuis, des boîtes à poudre, à mouches, à savonnettes, des bilboquets, etc. (cité in Cheval 1989 : 5).

13Au xixe siècle, la ville de Saint-Claude abandonne la tournerie. Moirans-en-Montagne, après avoir été longtemps un centre de draperie, devient le centre jurassien de la tournerie sur bois. La production reste dispersée en milieu rural : elle est effectuée soit à domicile, soit dans de petits ateliers. Les moulins à moudre le grain s’équipent de poulies et de courroies supplémentaires, de façon à utiliser l’énergie hydraulique pour tourner les pièces de bois. On loue alors sa place au tour pour disposer de cette force motrice comme dans la région de Villars-d’Héria. Les tourneurs sont salariés, petits artisans propriétaires ou paysans-artisans.

14Entre 1900 et 1930, les négociants en boissellerie et tournerie vont être les premiers à fonder des entreprises de jouets. Ainsi la maison Monneret, originaire du Lect près de Moirans, s’installe dans le négoce au cours des années 1920. A la sortie de l’hiver, la « tournée » lui permet d’acheter les objets confectionnés par les paysans tourneurs : robinets de tonneaux, perles, sifflets, etc. De son côté, la maison Grandmottet, si elle intègre une partie de sa production (scierie, baguettes de fusils, assemblage d’étuis à lunettes, tournerie), continue à collecter les jouets dans les campagnes environnantes. L’arrivée de l’électricité, en affranchissant les tourneurs de la force hydraulique, contribue à la multiplication des ateliers domestiques. L’outillage est réduit à un tour et à quelques outils manuels comme les gouges ou les ciseaux à bois.

15Le jeu de quilles Eria (un nom qui évoque son lieu de fabrication : Villars-d’Héria) est représentatif de cette période dans la matière employé (bois), la façon de la travailler (tournage). Il l’est également dans sa composition et sa morphologie : il s’agit d’un jouet simple. Les quilles sont juste décorées d’un filet de peinture.

16Durant cette période les négociants, qui sont aussi parfois des assembleurs, accumulent un capital qui sera déterminant pour l’avenir. Le processus de concentration s’opère entre 1930 et 1940 : la grande majorité des tourneurs intègrent les usines. L’évolution de la production du bois est alors marquée par un changement technique essentiel qui est l’usage du tour rotatif. A partir de 1936 environ, cette machine modifie considérablement le travail du bois. Le tour à bois a comme principe la rotation de l’objet tourné et la fixité de l’outil. Avec le tour rotatif l’outil tourne autour de l’objet fixe en l’usinant. Ce changement permet des formes plus complexes et une augmentation des cadences de production. Il permet aussi une automatisation plus poussée et l’usinage de pièces plus grandes. D’autres machines comme les défonceuses ou les scies à ruban sont aussi employées. La concentration de la production en usine change le rôle de la main-d’œuvre à domicile qui se voit dès lors attribuer des tâches bien déterminées ou qui devient une main-d’œuvre de réserve.

17Un camion de pompiers, de marque Monneret, fabriqué en 1936, est caractéristique de cette nouvelle génération de jouets. Il est fait de pièces assemblées en bois peint. Si certaines parties, comme les roues, ont été fabriquées au tour, d’autres résultent de l’introduction des nouvelles machines.

18Mais c’est l’apparition du plastique, ou plutôt d’un type particulier de plastique, qui va entraîner une véritable mutation dans le processus de production. Les polymères en pain sont travaillés comme le bois par érosion, par tournage, meulage voire sculpture. Contrairement à ces procédés anciens (de l’entre-deux-guerres), les procédés modernes du travail de la matière plastique, qui vont se développer, surtout après la Seconde Guerre mondiale, reposent sur une liquéfaction obtenue par un échauffement de la matière. Ainsi se répandent le procédé de l’injection qui consiste à introduire de la résine thermoplastique en fusion entre deux moules et celui du soufflage où la résine est plaquée contre deux moules femelles par l’air insufflé, puis ceux du thermoformage ou du rotomoulage (la résine thermoplastique, liquide ou en poudre, est chauffée puis refroidie dans un moule en rotation).

19Les premiers jouets partiellement ou totalement en plastique demeurent proches de ceux réalisés en bois. Le camion de pompiers produit par l’entreprise Monneret dans les années 1950 ressemble à celui fabriqué par la même marque en 1936 : les roues et la carcasse sont toujours en bois, la cabine, en revanche, est plus élaborée, l’injection permettant la réalisation de détails plus nombreux que le travail du bois. Une voiture Smoby, réplique miniaturisée de la Formule 1 Williams-Renault et façonnée en 1994, concrétise l’aboutissement de cette mutation. Elle est entièrement en plastique rotomoulé et présente des détails qui n’auraient pu être réalisés, pour un même coût, dans une production de série en bois.

20Au regard de cette histoire des matières et des produits, plusieurs parcours d’entreprises peuvent être dégagés. Certaines entreprises en sont venues à fabriquer des jouets par souci de diversification de leur production d’objets en plastique. Il en est ainsi de Smoby qui arrive sur le marché du jouet dans les années 1960-1970, grâce à la maîtrise de l’injection dans la fabrication d’articles de ménage et d’écoliers après la Seconde Guerre mondiale. Un deuxième parcours est celui des entreprises de tournerie qui se diversifient avec la fabrication de jouets en bois (Vilac par exemple). Enfin un troisième type d’entreprises regroupe celles qui, comme Monneret, ont effectué le passage du bois au plastique.

21Tout semble donc motivant dans l’histoire de l’industrie du jouet : les matières, les procédés, les produits.

Réseaux de production et association de commercialisation

22Ces changements de matières, l’adoption de nouveaux procédés, l’intégration de nouvelles productions, caractéristiques de l’histoire de l’industrie du jouet, s’accompagnent de changements et de différenciations dans l’organisation du travail.

23L’organisation de la production des jouets en bois est marquée par la mise en œuvre de réseaux techniques. Ainsi, pour fabriquer la « barque Babar », l’entreprise Vilac de Moirans fait appel à des sous-traitants et à des travailleurs à domicile situés pour la plupart dans un rayon d’une vingtaine de kilomètres. A Villars-d’Héria sont faits le corps de la figurine et la sérigraphie de la voile, à Clairvaux le façonnage du mât et d’autres parties de la barque, à Thoiria la teinture du mât et d’une partie de la barque, etc. Cette « barque Babar » est en bois, sauf les roues qui sont en plastique.

24Parfois les pièces repassent plusieurs fois chez le même sous-traitant. Vilac sous-traite ainsi 40 % de sa production. L’entreprise Jeujura en sous-traite 90 % à des artisans locaux équipés de machines relativement peu complexes.

  • 1 Au moment de notre enquête.

25Cette situation est significative des industries du bois, au moins jusqu’à l’arrivée des machines à commande numérique. Le tour à commande numérique n’est pas beaucoup utilisé dans la région1, sinon chez Lorge (Vouglans), qui est le premier à le faire, depuis 1986, pour fabriquer des jouets en bois. Le choix de s’équiper avec de telles machines est présenté comme une réponse à un manque de sous-traitants : les enfants des sous-traitants polyactifs habituels n’ont pas « repris la ferme » et ont préféré « travailler en usine ». Si cette mécanisation pallie l’absence de successeur, elle est par ailleurs décrite comme un moyen d’arriver à une production plus uniforme et de meilleure qualité. L’introduction de normes de qualité par la Communauté économique européenne favorise cette intégration.

26Le regroupement en ateliers, la moindre place du recours à la sous-traitance caractérisent par contre les entreprises de jouets en plastique. En matière de production, la plupart n’ont pas recours à la sous-traitance sauf en période de surcroît de travail ou pour des fabrications spécifiques nécessitant un investissement machine qu’elles ne souhaitent pas réaliser. Chaque entreprise a, par exemple, son atelier de mécanique avec ses moulistes, même si parfois le travail est sous-traité pour des moules de grandes dimensions.

27A côté des réseaux de production, se sont développées, à un autre niveau, des structures régulant la concurrence ou organisant la commercialisation des jouets. En 1959, six industriels forment « le groupe des Six » : ils se répartissent les gammes de jouets par entreprise afin que chacun puisse produire des séries plus importantes, avec moins de machines et par conséquent plus de productivité. Ils deviendront Superjouet en 1967, groupement commercial qui assure à chacun une représentation sur les marchés étrangers.

Une permanence des savoirs techniques

28Si les changements techniques s’accompagnent d’une évolution de l’organisation du travail, un savoir particulier traverse ces transformations : celui des mécaniciens, de l’aptitude à travailler le « petit métal ».

29Le rôle des mécaniciens est déterminant lors du passage du bois au plastique, il l’est également lorsque de nouvelles machines sont installées pour le travail du bois. Les outils du tourneur à main étaient déjà l’objet de fabrication et d’entretien par les soins du tourneur lui-même ou par recours à un mécanicien. C’était le cas des gouges et autres outils de forme mais aussi du tour lui-même.

30Avec l’apparition des rotatives pour travailler le bois, ce savoir mécanique est renforcé puisque ce sont les fers qui donnent sa forme au rondin de bois : « Un bon tourneur, c’est un bon affûteur. Une fois la rotative réglée, un simple manœuvre peut travailler dessus » (un industriel du bois).

31Les outils de tours non rotatifs (gouges) sont relativement simples à usiner ou à forger à la main et en tout cas d’un faible coût. L’outil taillant d’une rotative est plus complexe. Dans cette évolution technologique, les tourneurs qui « sortirent du lot » sont ceux qui furent capables de « bricoler la machine » et de réaliser leurs outils, diminuant ainsi considérablement leurs coûts de production.

32En 1986, Lorge est le premier fabricant de jouets en bois à utiliser des machines à commandes numériques :

J’ai eu de la chance d’avoir M.G. de chez Thomas et qui était mon comptable à l’époque. Grâce à lui, on a réussi à mettre en marche la première machine très, très vite par rapport à certains. C’était un matheux, il a bouquiné et on a tout désossé la bécane de A à Z. Au bout de six mois, c’est nous qui disions aux Allemands comment il fallait faire.

33Le tour rotatif modifie le tour de main des tourneurs mais, plus important, il les oblige à la polyvalence. Ils deviennent mécaniciens en même temps que tourneurs.

34Cette importance technique, conjuguée avec le regroupement en usines, sera à l’origine d’un corps de mécaniciens. Sorte d’aristocratie ouvrière de l’industrie du jouet, le mécanicien n’est pas seulement chargé de l’entretien de la machine, mais également de sa construction, voire de sa conception. Les industriels qui se sont installés dans les années 1930, ainsi que leurs responsables techniques, avaient eux-mêmes des formations de mécaniciens : René Dalloz à l’école de mécanique d’Oyonnax, Monneret à Morez.

35Du bois au plastique, la transition est effectuée avec le même personnel, ouvriers ou techniciens. Dans la région de Moirans, cette transition est réalisée par des entreprises qui sont, pour la plupart, des anciennes tourneries qui vont prospérer. Les mécaniciens actuels travaillent aussi bien sur l’outillage des tourneurs sur bois que sur les moules destinés au plastique.

36Le même phénomène est à l’œuvre dans la « plastic vallée » d’Oyonnax, proche de la région de Moirans, où l’opérateur sur presse acquiert des compétences de régleur et de monteur d’outillage, où la réalisation d’un moule est une phase de production primordiale (Le Couturier 1989).

37Cette place de la mécanique et des mécaniciens conduit à une surreprésentation de la technique. Les catalogues de vente sont parfois l’occasion d’arborer les dernières machines mises au point. La visite des usines s’organise très souvent autour des ateliers de mécanique au détriment des salles d’exposition des produits. L’accent est mis sur l’outil de production.

L’horlogerie et la lunetterie : fragmentation de la production et circulation des compétences

38On retrouve la même importance de la sous-traitance et des savoirs mécaniciens dans les deux autres grandes industries jurassiennes : l’horlogerie et la lunetterie qui mobilisent, elles aussi, de vastes réseaux techniques.

39Les établissements horlogers comtois sont de petite taille : en 1990, 46,6 % ont moins de 10 salariés ; 25,5 % de 10 à 49. Seules les zones de Besançon et du Russey connaissent une certaine concentration. Aucune des unités de production ne fabrique elle-même à partir de la matière première l’ensemble des pièces constitutives d’une montre. On distingue les fabricants de composants, qui façonnent les pièces nécessaires au mouvement de la montre et à son habillage, et les fabricants de montres, dits établisseurs, qui achètent les composants et les habillent. Dans la période récente, seules trois entreprises installées en Franche-Comté avaient choisi l’intégration industrielle. On connaît le destin de Lip. Cattin à Morteau a déposé son bilan en 1990. Les autres industriels de l’horlogerie ne voient pas dans ce dépôt une question de conjoncture mais plutôt de structure. Enfin, Kiplé, autre société mortuacienne, a également déposé son bilan en 1990.

40La plupart des regroupements industriels ont par ailleurs échoué. L’un d’eux, France Montres, regroupait quatre sociétés fabriquant des composants, qui s’étaient associées pour l’installation et la gestion d’ateliers de montage. Le capital était réparti entre la Société de développement horlogère pour 30 % et les quatre associés à parts égales. Une telle pratique renverse les manières de faire puisque ce n’est plus l’établisseur qui possède une position dominante ou qui tente de rassembler les différents acteurs. Contrairement à l’industrie du jouet, où l’association Superjouet demeure commerciale, les tentatives portant sur la sphère productive horlogère ont échoué.

41L’usage général, et éprouvé, demeure celui de la sous-traitance. Ainsi Fraporlux fournit en cadrans Christian Bernard, Héberlin, Pé-quignet, Maty, Taboo taboo, Kiplé et Dodane. Péquignet s’approvisionne chez Burdet pour les boîtes, chez gmb pour les bracelets en cuir et chez Fraporlux pour les cadrans, hgt Petitjean fournit en boîtes et bracelets Raymond Weil, Omega, Zénith, Barthelay, Codnor, Michel Héberlin. Une montre Taboo taboo est faite de mouvements France Ébauches, d’aiguilles Universo, de cadrans Fraporlux, de bracelets Boss et de couronnes Cheval.

42L’industrie de la lunette est une industrie de faible concentration. Elle se caractérise par des entreprises de petite taille : 74 de ses 91 entreprises ont moins de cinquante salariés.

43Des pans entiers du processus de fabrication ou des éléments des lunettes métalliques sont sous-traités. Il en est ainsi des techniques de décolletage qui permettent, entre autres, la réalisation de la visserie, si importante et délicate dans la fabrication des lunettes. Le découpage du métal est effectué principalement dans l’agglomération bisontine, au sein d’unités de production travaillant également pour l’industrie automobile. De son côté, le traitement de surface des pièces métalliques a pris, avec les effets de mode, une grande importance :

Comme c’est la mode qui compte, c’est l’aspect, on cherche moins les qualités mécaniques (de souplesse). Certains ne regardent que l’aspect, ils vendent la mode. C’est pas la peine qu’une monture de lunettes dure une vie, au contraire il faut pas à la limite...

44Cette phase technique est sous-traitée à des entreprises réalisant souvent des traitements équivalents pour l’horlogerie. Cette importance donnée à l’aspect esthétique, le destin social du produit donc, contribue à un renforcement de la sous-traitance, non seulement pour traiter les surfaces, mais également pour découper le métal. Le développement du placage or a en effet conduit à confier le découpage des pièces à des entreprises capables d’effectuer une telle opération sans endommager la couche d’or et de pratiquer un recuit.

45Horlogerie et lunetterie sont solidaires à plus d’un titre. Elles reposent toutes deux, comme la tréfilerie et la clouterie, sur la maîtrise de savoirs en matière de petite métallurgie. Dans la région de Morez, ces différentes activités se sont relayées et, pour ainsi dire, interfécondées. Aux xviiie et xixe siècles, cette région est spécialisée dans la clouterie et la tréfilerie. C’est sur ce terreau technique que se développe la fabrication des lunettes : les premières montures sont réalisées à partir de fils de fer. Les premiers outils sont de petits laminoirs, des machines à retreindre, des balanciers pour découper ou former des pièces comme les tenons, les branches... Les savoirs de l’horlogerie, véritable pivot technique de l’industrie jurassienne, jouent, par ailleurs, un rôle crucial aux premiers temps de la lunetterie :

Ce sont les horlogers qui découpent au balancier leurs aiguilles de pendules, qui apprennent aux lunetiers à découper leurs branches (Monneret 1939).

46Les carrières des hommes témoignent de ces circulations et de ces relais entre filières. Ainsi Pierre Hyacinthe Cazeaux, né en 1748, est successivement cloutier et lunetier aux Arcets. Son filleul et apprenti Pierre Hyacinthe Lamy implante la première fabrique de lunettes à Morez en 1820.

47Entre 1856 et 1954, le nombre des horlogers chute parallèlement à l’augmentation de celui des lunetiers. Ces derniers passent de 626 à 1885, les horlogers de 1070 à 213. La main-d’œuvre peut ainsi passer d’une branche à l’autre. Une entreprise réputée dans le secteur comme L’Amy recherche volontiers ses mécaniciens dans l’industrie horlogère. Les mêmes qualités de précision, d’habileté, de raisonnement sont nécessaires dans les deux domaines.

48Lunetiers et horlogers recourent parfois aux mêmes sous-traitants, par exemple pour le traitement de surface des pièces. Cœur d’or, une entreprise de Morteau, a ainsi commencé à travailler dans l’horlogerie avant de devenir un des principaux sous-traitants de la lunetterie.

49Au principe du dynamisme industriel de ces deux secteurs se trouve, comme dans le cas du jouet, un savoir mécanicien, ancré, transmis, répandu. Il s’est traduit, jusque dans les années 1960, par la fabrication de machines (machines à refouler, presses mécaniques, taraudeuses, perceuses...) au sein des usines.

On bricolait souvent nous-mêmes les machines, on essayait, on hésitait pas à gaspiller la matière, à recommencer, souvent on y passait la nuit.

Permanence et innovations

50« La production n’est pas qu’une logique pratique d’efficacité matérielle (...). La production est un moment fonctionnel d’une structure culturelle », écrit l’anthropologue Marshall Sahlins (1980 : 215). La façon de produire dans l’arc jurassien, caractérisée par la mise en réseau de savoirs techniques complémentaires non agrégés en un même lieu, peut être mise en relation avec des formes culturelles plus anciennes ou existant dans d’autres sphères de la production. Elles ont habitué les acteurs à travailler ensemble, à concevoir leur travail comme résultant et participant de celui des autres.

51Il en est ainsi de la fruitière. La fruitière est une association de producteurs pour fabriquer un fromage qui fut le vachelin puis le comté. Si l’activité fromagère de la région est évoquée par Pline et Strabon et laisse des traces écrites à partir du xiie siècle, les textes explicites sur la fruitière n’apparaissent qu’au xviie siècle. La fruitière consiste en la mise en commun du lait afin de pouvoir en faire un fromage de garde, condition sans laquelle la quantité de lait de chaque producteur serait insuffisante. Chacun « a le fromage » à son tour, en fonction de la quantité de lait apportée au chaudron commun (Vernus 1988).

52Quand Victor Considérant, socialiste de l’école comtoise, cherche un exemple de l’Association fouriériste, ce sont les fruitières qu’il cite :

Dans nos montagnes du Jura (...), quand le lait ne peut être vendu en nature à cause de l’éloignement, il faut le convertir en fromage. Or, si dans un village où il y a deux cents vaches et quatre-vingts familles, je suppose, chaque famille voulait faire tous les jours son fromage particulier, cette manière de produire nécessiterait quatre-vingts personnes, quatre-vingts ustensiles, quatre-vingts feux, etc. ; elle amènerait en outre une grande déperdition de matière première en donnant des produits de pauvre qualité. Puis chaque famille serait forcée d’envoyer de temps en temps un de ses membres perdre une ou plusieurs journées à colporter dans les villes les produits de sa fabrication morcelée (...), puis les paysans se faisant concurrence entre eux sur le marché seraient en lutte d’intérêt et portés à déprécier les uns et les autres leur denrée respective ; il faudrait renoncer à la fabrication... Eh bien ! Les paysans qui ne connaissaient pas l’économie politique et les théories de la libre concurrence ont inventé les vertus de l’Association (...) (cité in Vernus 1993).

53Les fruitières sont la partie émergée de l’iceberg composé de toute une série de structures communautaires. Ces structures ne sont pas nécessairement synonymes de conservatisme. Elles ont pu, la plupart du temps, gérer les innovations. Il en est ainsi de la sélection bovine et de l’élevage de la race dite montbéliarde avec l’insémination artificielle. La sélection a démarré dans le cadre de syndicats d’élevage où plusieurs éleveurs possédaient un taureau en commun. A l’échelle plus vaste de la région, la sélection de la race est la manifestation d’une volonté collective de pratiquer un élevage laitier tourné vers une production fromagère (Jacques 1989).

54Par ailleurs le Haut-Jura a été, au xixe et au xxe siècle, la terre d’élection des coopératives de production. A la fin du xixe siècle et au début du nôtre, la partie montagneuse du département est la seule à accueillir ces coopératives :

  • L’Union, entreprise de travaux publics à Étival ;

  • Les Tourneurs réunis à Moirans ;

  • La Société artisanale jurassienne à Jeurre ;

  • La Société coopérative ouvrière du bois à Bois-d’Amont ;

  • Les Lunetiers réunis à Morez ;

  • Les Ateliers coopératifs des lapidaires à Septmoncel ;

  • La Tournerie ouvrière à Lavans-les-Saint-Claude ;

  • L’Union des plâtriers-peintres, Les Ouvriers tabletiers, Le Diamant, la société coopérative Guilleboz, Adamas, La Pipe, L’Avenir du bâtiment, la chambre syndicale des ouvriers diamantaires, la chambre syndicale des ouvriers travaillant l’article de Saint-Claude, La Virolle à Saint-Claude.

55Dans les coopératives diamantaires du siècle dernier, les sociétaires ont vu un moyen de contrôler leur production dans une perspective à long terme. Ils reprochaient en effet au patronat de ne pas se soucier de l’avenir du diamantaire en les faisant travailler sans goût ni méthode (Tainturier 1987 : 65). La coopérative lapidaire de Septmoncel s’est créée en réaction contre les marchands qui sous-payaient et faisaient traîner les règlements. Elle servait d’intermédiaire entre les négociants et les ouvriers à domicile. Ceux-ci étaient payés selon leur production, recevaient une participation aux bénéfices et une retraite complémentaire (Chaudat 1992 : 49).

56La pratique de la coopération n’est pas usitée dans la seule sphère de la production technique.

57En 1943, Saint-Claude est aussi le siège de la plus grosse coopérative de consommation du département : La Fraternelle. Elle possède vingt-trois épiceries, cinq cafés, trois boucheries à Saint-Claude et dans les villages environnants. Son siège est un immeuble dont elle est propriétaire. Il abrite ses bureaux et son café, le cinéma de la Maison du peuple, des salles de conférences, une bibliothèque et des entrepôts, le siège de la société sportive La Prolétarienne et du cercle choral de la Maison du peuple. Bien sûr, l’idée de cette coopérative n’est pas isolée d’autres courants politiques se réclamant du socialisme, c’est néanmoins ici qu’elle se crée et se développe.

  • 2 C’est-à-dire le chasse-neige.

58Le recours au « faire ensemble » se manifeste également dans la gestion des aléas climatiques ou dans la conversion de l’espace rural haut-jurassien en un espace de loisirs. Les opérations de déneigement font appel à des collaborations intercommunales. En 1933, trois communes se regroupent pour l’achat d’un chasse-neige à un constructeur de Saint-Claude. Il s’agit de Prémanon, Les Rousses et Bois-d’Amont. Chacune d’elle en paie un tiers. En 1938, la « charrue2 » de Bois-d’Amont est réparée à frais communs avec la commune des Rousses. Dans une région où la circulation est parfois difficile mais vitale pour l’industrie, des syndicats sont mis en place pour gérer les transports. En 1921, les communes des Bouchoux, de Cinquétral, Lajoux, Lamoura, Longchaumois, Morez, La Mouille, Les Moussières, Les Molunes, Mijoux, La Pesse, Septmoncel, Saint-Claude et Villard-Saint-Sauveur décident de créer un syndicat pour « maintenir ces services de transport si appréciés de nos populations de la montagne ».

59Lorsque les intempéries menacent l’approvisionnement en pain, c’est à des solutions collectives que l’on recourt, comme à Lamoura par exemple où, en 1947, la municipalité installe une boulangerie.

60La coopération intercommunale concerne également la mise en place d’une politique de développement du tourisme. En 1937 est créé un Syndicat intercommunal des sports d’hiver et du tourisme du canton de Saint-Claude-Haut-Jura. Il regroupe les communes de Lajoux, Lamoura, Septmoncel et Saint-Claude. Le but est d’organiser la mise en valeur des centres de sports d’hiver de Lamoura et Saint-Claude. Le programme de ce syndicat est l’aménagement du centre de Lamoura et de la Combe du Lac, du centre de Lajoux et de Septmoncel.

Changements techniques, formes culturelles et sociales de production

61Ces pratiques coopératives ont laissé des traces dans les pratiques industrielles contemporaines. A la question « pourquoi avez vous créé Superjouet ? » un groupement commercial, rappelons-le, qui réunit six entreprises, un cadre répond : « Les fruitières de la montagne sont nées de l’esprit d’entraide. Que peut faire un fermier isolé avec cinq vaches ? Par contre si le troupeau atteint cent têtes, on peut alors fabriquer des meules de gruyère. »

62Ou encore le fondateur de Smoby : « On est comme les paysans qui allaient porter leur lait à la fruitière dans le groupe Superjouet. »

  • 3 Cela conduit d’ailleurs les industriels à travailler sur du carrelet et non plus sur du rondin.

63Au-delà de cette référence, la culture technique de l’arc jurassien est marquée par la mise en réseaux de savoirs techniques complémentaires, par un « travailler ensemble ». Lorsqu’un savoir technique existe, dans d’autres branches industrielles par exemple, il tend à être annexé au réseau sous forme de sous-traitant. L’arc jurassien fonctionne comme un « réservoir technique ». Si ce savoir technique n’existe pas, sont alors créées des unités de production, souvent sous des formes et des pratiques qui tendent à les considérer comme des sous-traitants. Cela est particulièrement vrai, on l’a vu, pour l’industrie de la lunette et celle de l’horlogerie. Cette propension à mettre en relation des savoirs techniques est aujourd’hui moindre dans le secteur du jouet. L’introduction des machines numériques dans le travail du bois a entraîné un raccourcissement du réseau. Ces machines sont la réponse à un manque de sous-traitants ou à une volonté naissante de s’en passer3. C’est le raccourcissement (de fait ou volontariste) du réseau qui conduit à l’introduction de nouveaux moyens de production dans la fabrication du jouet en bois, à l’innovation technique. Les entreprises de jouets en plastique ont transformé les réseaux de production en n’ayant plus recours à la sous-traitance qu’en cas de surcroît de travail.

64Le changement de matière s’est donc accompagné d’un raccourcissement des réseaux de fabrication.

65La culture technique de cette région est également marquée par un « sens de la mécanique ». Celui-ci n’est pas propre aux branches industrielles que nous avons étudiées. D’autres domaines en témoignent comme l’industrie lapidaire. Les artisans lapidaires ou des mécaniciens de village fabriquaient eux-mêmes leurs outils et leurs machines : « Dans chaque village, il y avait un mécanicien de génie » (un lapidaire cité in Lioger 1989c : 21).

66Certains de ces mécaniciens sont restés dans la mémoire collective comme des « génies » : Grossior aux Molunes, Vuillermoz à La Pesse avec l’invention du bâton mécanique, Durrafourg à Bellecombe qui faisait ses étuis et inventait des tableurs... Certains d’entre eux ont fabriqué des dizaines de machines sans avoir déposé aucun brevet. Les industries du lapidaire actuel possèdent leurs ateliers de mécanique.

67Ce « sens de la mécanique » a, à la fois, entravé et facilité de récentes reconversions industrielles. Ainsi le Haut-Doubs a, en un sens, raté le passage de la montre mécanique à la montre électronique. Il était, en effet, inconcevable pour un horloger qu’une montre se réduise à des composants électroniques. Mais des entreprises horlogères ont su transférer leurs savoirs mécaniciens dans d’autres domaines. En 1985, les établissements Frésard-Panneton, auparavant spécialisés dans l’échappement pour les montres mécaniques, ne réalisent plus que 10 % de leur chiffre d’affaires dans l’horlogerie. La diversification s’est opérée vers la micromécanique dans des domaines aussi divers que la médecine, l’aéronautique, l’armement ou la bureautique. Bourgeois à Damprichard a diversifié sa production en développant l’un de ses savoirs techniques : le traitement de surface (blindage des plumes de stylo après la guerre par exemple). Ce secteur présente parfois un chiffre d’affaires supérieur à celui de la fabrication des boîtes de montres.

68Loin donc d’un génie jurassien dû à des prédispositions psychologiques ou à un environnement climatique, la culture technique de l’arc jurassien joue avec le temps long, nous rappelant que « nous aussi, nous avons des aïeux » (Sahlins 1980 : 215). Mais elle n’est pas immobile. Les façons de faire qui s’enracinent dans une culture locale du « faire ensemble » sont parfois mises en cause par les innovations de matière ou de machine. Elles sont également parfois réactivées par la mise au point de nouveaux produits. Dans ce mouvement, le savoir et le groupe mécaniciens jouent un rôle primordial. Il constitue également l’arc jurassien en réservoir technique.

Notes

1 Au moment de notre enquête.

2 C’est-à-dire le chasse-neige.

3 Cela conduit d’ailleurs les industriels à travailler sur du carrelet et non plus sur du rondin.

Notes de fin

1 Pour une approche plus détaillée, cf. Barbe, Lioger 1999.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable