Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Carrières d’objets

 | 
Christian Bromberger
, 
Denis Chevallier

Carrières d’objets

Christian Bromberger et Denis Chevallier

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1 : Jusqu’en 1998, Denis Chevallier fut chargé de mission à la mission du patrimoine ethnologique ou il dirigea notamment le programme de recherche « Emprunts et innovations techniques ». Il a depuis rejoint la sous-direction des Études, de la Documentation et de l’Inventaire, au sein de la même direction de l’architecture et du patrimoine.

Texte intégral

  • 1 Et en particulier avec l’appel d’offres lancé en 1092 par la mission du Patrimoine ethnologique « E (...)

1Septembre 1996, Paris, Maison de la Radio. La mission du Patrimoine ethnologique présente une exposition intitulée « La dentellière et le chirurgien ». On peut y voir des prothèses ligamentaires mises au point par les dentellières de l’atelier conservatoire du Puy-en-Velay, les réalisations de forgerons « meilleurs ouvriers de France » pour la chirurgie de pointe, des moules destinés à l’industrie du plastique et produits grâce aux techniques issues de la tournerie sur bois du Jura, etc. Cette exposition, qui fait une large place à des exemples spectaculaires d’emprunts et d’innovations, d’adaptations de techniques traditionnelles aux secteurs les plus modernes de la production, clôt provisoirement un vaste chantier que la mission du Patrimoine ethnologique avait inauguré quelque dix ans auparavant avec le programme « Savoir-faire et techniques1 ».

2C’est dans le cadre de ce programme qu’ont été réalisées la plupart des recherches exposées ici. Mais, avant d’en présenter les principaux résultats, jetons un rapide coup d’œil rétrospectif sur le chemin parcouru.

3L’étude des techniques occupe - faut-il le rappeler ? - une place de choix dans la tradition ethnologique française et les grands maîtres (Marcel Mauss, André Leroi-Gourhan, Charles Parain, André-Georges Haudricourt) ont associé leur nom à ce secteur souvent délaissé ou abandonné à des spécialités connexes (archéologie, muséographie) dans la plupart des autres écoles nationales (voir Segalen & Bromberger 1996). Malgré ces impulsions fondatrices, les travaux de technologie culturelle se sont quelque peu essoufflés dans les années 1970 (Digard 1979) et se sont alors cantonnés, sur le terrain hexagonal, dans l’étude de processus et d’artefacts résiduels ou révolus relevant de la production agricole ou artisanale. Un grand partage s’est établi, au fil de ces années, entre, d’une part, sociologues de l’innovation et ingénieurs (on pense, en particulier, aux travaux fondamentaux du regretté Yves Deforge), scrutant objets et techniques industriels et postindustriels, et, d’autre part, ethnologues, se spécialisant dans l’étude des gestes et outils d’« un monde que nous avons perdu ». Cette coupure, et ce repli provisoire de l’ethnologie sur le « pré carré » de la tradition, ont tenu à plusieurs facteurs entremêlés qu’il convient de débrouiller.

4On ne s’attardera pas sur les effets pervers d’une tendance intellectuelle qui, valorisant le « symbolique », considérait avec quelque hauteur l’analyse des productions matérielles et en freina sans doute temporairement le développement. Il fallut que plusieurs travaux, bilans et programmes rappellent, pièces à l’appui, que techniques et objets résultent d’un entrelacs de lois physiques, de processus sociaux, de représentations pour que le champ de la technologie parût de nouveau légitime. Mais la frilosité de l’ethnologie des techniques pour aborder le monde industriel ne fut pas seulement imputable à une mode passagère. Les concepts, les méthodes forgés pour l’analyse de processus opératoires relativement simples, le souci prioritaire de la sauvegarde de techniques menacées de disparition furent d’autres obstacles sur le chemin de l’usine, du garage moderne ou du bureau d’études.

5L’étude des chaînes opératoires, des transformations progressives, par les gestes et par les outils, d’une ou de matières premières en produits socialement utiles forme le socle méthodologique de l’ethnologie technologique. Projet, savoir-faire, étapes et variantes dans l’exécution... sont passés au crible pour dégager la grammaire de l’action technique. Un tel programme de description et d’analyse demeure sans doute pertinent pour aborder le travail industriel et postindustriel. Mais le face-à-face entre l’opérateur et la matière prend ici un autre tour qui nécessite une inflexion du regard et des aggiornamentos de méthode. L’évolution récente du métier de garagiste, brossée par Alexandre Mallard dans les pages qui suivent, illustre cette métamorphose des pratiques et des modes d’analyse qui peuvent en rendre compte. Mallard oppose deux figures bien tranchées d’artisan, celle, croquée par D. Harper (1987), de Willie, le garagiste d’une région pauvre du nord de l’État de New York, et celle, qu’il a lui-même étudiée, de M. Duriou, un agent Citroën de la région parisienne. Le premier, qui exerce un quasi-monopole dans la zone où il est installé, utilise, pour ses réparations, des techniques de maréchal-ferrant, impliquant gestes, outils, action directe sur la matière : il découpe, lime, perce, soude... Le second effectue, à l’aide d’appareils sophistiqués, des diagnostics, suivis éventuellement de réglages et, plus souvent, de changements de pièces. C’est donc ici, davantage que les gestes opératoires, la maîtrise d’instruments et d’informations, étroitement dépendante de réseaux concurrents de commercialisation, qui conditionne l’action technique et sollicite l’attention de l’enquêteur. Alors que Willie, armé de ses outils et de ses savoir-faire, règne en démiurge polyvalent sur son territoire, le concessionnaire de marque veille jalousement sur ses brochures, schémas, appareils de contrôle, pièces d’origine spécifiques que ne peuvent se procurer les réparateurs indépendants, tributaires d’autres réseaux. Les uns et les autres se regardent en chiens de faïence des quatre coins d’un même carrefour. On comprend dès lors sans peine que l’analyste s’intéresse tout particulièrement ici à l’amont et au contexte de l’action technique plutôt qu’à son simple déroulement qui consiste surtout en vérifications et en assemblage de produits préfabriqués.

6Face à ces nouveaux objets et à ces nouvelles pratiques, l’ethnologue doit donc ajuster son point de vue (Bromberger 1997) et s’arracher à la quiétude rassurante de la seule observation in situ, en traquant les ramifications complexes d’une filière technique qui ne se cantonne pas dans une unité de lieu.

  • 2 Voir par exemple les travaux commandités par les services du ministère de la Culture chargés de la (...)

7La prise en compte des « nouvelles cultures techniques » et des innovations contemporaines a pâti, outre de ces incertitudes méthodologiques, d’une focalisation, bien compréhensible, sur les techniques et les savoir-faire menacés de disparition qu’il convenait d’étudier et de conserver. Parmi les soixante-quinze recherches aidées par la mission du Patrimoine ethnologique dans le cadre du programme « Savoir-faire et technique » (voir Chevallier 1996), plusieurs se sont inscrites sous l’égide de « l’ethnologie de sauvetage » de procédés, de tours de main voués à l’obsolescence. Les techniques de fabrication des cloches et des sonnailles, les méthodes de construction en plâtre gros dans le sud de la Picardie et de couverture en « laves » (plaquettes calcaires) en Bourgogne, les savoirs des maîtres verriers en Lorraine ou des grands couturiers parisiens, etc. ont fait l’objet d’analyses, de recensements, d’expositions nécessaires pour conserver les traces d’une diversité menacée, et, selon les cas envisagés, pour restaurer le patrimoine immobilier ou pour fournir des sources d’inspiration et de confrontation aux créateurs. Au fil de ces recherches, une attention particulière a été portée aux mécanismes sociaux et cognitifs de transmission et plus généralement de circulation des savoir-faire (Chevallier 1991 b). Part invisible, indicible, informelle de l’acte technique, les savoir-faire ne se livrent en effet à l’analyse qu’à certains moments particuliers : apprentissage au cours duquel le savoir-faire doit bien souvent être dérobé, introduction d’une innovation ou bien, cas le plus fréquent, rupture dans la transmission. C’est ainsi que les savoir-faire du parfumeur sont analysés par le sociologue (Rasse 1991) au moment où les ingénieurs sont confrontés à des problèmes de codification lors de l’automatisation de certaines tâches. De même les services de l’Éducation nationale vont s’intéresser à certaines caractéristiques des métiers de la mode au moment de la mise au point d’un « référentiel de formation » (Jaoul 1993). Le plus souvent pourtant c’est au moment où une technique est sur le point de disparaître, faute de détenteur ou de marché, que les responsables des ministères de la Culture ou de l’Artisanat s’adressent aux ethnologues pour leur demander d’étudier la spécificité des savoir-faire en péril et même de contribuer à leur sauvegarde2.

  • 3 Madeleine Akrich et Bruno Latour ont prêté leur concours à la définition de ce programme et à la di (...)

8L’examen même du devenir de ces techniques traditionnelles, maintenues par les caprices résistants de l’histoire ou par une volonté patrimoniale, livre plusieurs leçons. Loin de se figer en fossiles voués à garnir les réserves des musées, nombre de ces procédés et artefacts entament de nouvelles carrières. Soit on les intègre, en les adaptant, dans des filières étrangères à leur milieu d’origine (telles ces techniques dentellières, évoquées ci-dessus, utilisées par la chirurgie de pointe). Soit on les « relance », au nom de la tradition, une valeur sûre dans le monde contemporain. Mais ces « reproductions » ne vont pas sans transformations, innovations, emprunts, si bien que ces techniques présentées comme traditionnelles sont de « belles infidèles ». Là même où on en appelle à la pérennité des lieux, des hommes et des choses, les savoirs, les procédés, les objets circulent et se métissent. Ce sont ces transferts, ces déplacements, ces réseaux, ces adaptations, à l’arrière-plan de la fabrication et des processus productifs, que l’on souhaite scruter dans ce volume, non pas seulement - on l’aura compris - dans l’artisanat néotraditionnel mais aussi au cœur et en marge de l’entreprise industrielle et postindustrielle. Alors que ces phénomènes d’emprunt, d’invention, de bricolage, d’appropriation singularisante ont fait l’objet de plusieurs travaux pour appréhender les modes de consommation dans nos sociétés (voir, entre autres, Douglas & Baron 1978 ; Csikzentmihalyi & Rochberg-Halton 1981 ; Miller 1987 ; Terrain n° 12, 1989 ; Ethnologie française n° 1, 1996), ils n’ont guère suscité de recherches ethnographiques dans le domaine de la production contemporaine. On a esquissé les raisons du retard pris sur cette voie qu’a contribué à défricher « la nouvelle sociologie des sciences et des techniques », plus prompte à s’y engager (voir, entre autres, Akrich 1987», 1989 ; Callon 1989 ; Latour 1989 et 19923).

L’innovation : un processus à plusieurs sens

  • 4 On entend par là, à la suite de Leroi-Gourhan (1973 : 340-343) mais dans une acception quelque peu (...)
  • 5 Sur l’opposition entre changements techniques et changements technologiques, voir B. Gille (1978 : (...)

9Faut-il rappeler que l’innovation technique procède de la combinaison originale d’éléments préexistants, issus d’un même ou de plusieurs milieux4 mis en relation ? De l’invention endogène à l’emprunt pur et simple, on connaît toute une gamme de formules intermédiaires (ajustements, adaptations d’emprunts par indigénisation créative, conjonction de filières techniques habituellement séparées, exhumation et métamorphose de procédés et d’objets en péril, etc.) dont ce livre donne un échantillon bigarré. Par ailleurs, l’innovation, par sa nature et par ses répercussions, peut être d’intensité variable : elle peut porter sur des éléments secondaires (quand on modifie la forme d’un contenant pour donner, sur le marché, une nouvelle jeunesse à un produit) ou, au contraire, être une véritable mutation qui entraîne un bouleversement du système technique et de l’organisation sociale du travail. Mais qu’il s’agisse de micro-modifications techniques (la forme d’un sac à main) ou de changements technologiques majeurs5 (la mécanisation d’un métier à tisser, le passage de l’énergie thermique à l’énergie nucléaire), les innovations telles qu’elles se présentent ne sont que la partie émergée d’un iceberg. Derrière l’apparence du produit fini se profile un agencement complexe de négociations et de controverses préalables, de redéfinitions des qualifications et des hiérarchies au sein des entreprises, de réajustements de plus ou moins grande envergure entre diverses filières techniques, de réseaux de producteurs solidaires ou concurrents, et, last but not least, de représentations accélérant ou freinant le processus d’innovation.

  • 6 Cette étude, menée sous la direction de Martine Jaoul dans le cadre du programme « Savoir-faire et (...)

10Jean-François Gorre et Anne Monjaret nous fournissent, dans leur travail sur « les artisans de l’élégance6 », un exemple des réactions en chaîne qu’entraîne la modification d’un simple accessoire : l’irrésistible ascension, dans les années 1970-1975, des sacs souples au détriment des sacs rigides a bouleversé l’organisation technique des métiers de la maroquinerie, faisant désormais une plus large place à la parcellarisation des tâches, au montage qu’au travail de « table » ; cette vogue des sacs souples a été, par ailleurs, concomitante de celle des vêtements amples, l’une et l’autre, pour ainsi dire, s’épaulant, tandis que les sacs rigides s’accordent mieux avec des vêtements plus serrés. Voilà donc un cas, parmi tant d’autres analysés par l’histoire et l’ethnologie des techniques, illustrant ce jeu de correspondances et d’entrelacs structurels qui se nouent dans les innovations. Mais on voit aussi poindre ici l’importance de réseaux concurrentiels, précipitant sur le marché les nouveaux produits ou, tels de prestigieux maroquiniers français, revendiquant le maintien de la « tradition » et tentant de garder le contrôle de la formation des apprentis pour garantir leur production. On perçoit également que ce type d’innovation technique dépend, tout autant que de la mise au point de nouveaux procédés, de l’évolution des goûts et des sensibilités (la généralisation, en l’occurrence, d’un look plus décontracté). Cette incidence de la demande ambiante, de 1’« air du temps » sur l’adoption, la substitution ou le rejet d’innovations apparaîtra au fil des articles qui composent ce volume, et, en particulier, dans l’examen des « relances » qui font fond sur l’idéologie du « bon vieux temps ». Cette pression peut entraîner la réorganisation de filières techniques ou de nouveaux choix de matériaux. Dans ses études sur la tannerie à Graulhet et à Millau. Christine Matignon (1991, 1994) montre ainsi comment les sensibilités et les revendications écologistes et « animalitaires » ont contribué à la transformation des procédés (interdiction du tannage au chrome polluant l’eau des rivières) et des matières premières (dans un contexte de protection de la faune sauvage, le « croco » ne peut être fait que de peau de veau traitée). D’autres registres de représentations peuvent bloquer la diffusion de formules techniques hautement sophistiquées et efficaces. Exemple, parmi tant d’autres, des entorses qu’infligent nos sociétés aux prévisions linéaires, l’échec, à peu près général, des constructeurs automobiles européens pour répandre les boîtes de vitesses automatiques. Comme l’a montré Jean Broustail (1990), cette innovation s’est heurtée au refus des usagers qui, assimilant la conduite automobile à une performance sportive, ne souhaitaient pas déléguer à la technique une part essentielle de leurs compétences.

  • 7 Nous empruntons ce terme au boulanger Lionel Poilane qui désigne par là les aménagements techniques (...)

11Dans le vaste champ de l’analyse des innovations contemporaines, deux aspects ont particulièrement retenu notre attention lors de l’élaboration du programme et du colloque (tenu à l’ombre chaude des pins de Porquerolles) dont est issu ce volume : la circulation des savoirs, des techniques et des hommes, qui conditionne les processus innovatifs ; le curieux couple qui associe la tradition et la nouveauté à travers les multiples relances techniques dont le monde contemporain fait ses choux gras (on pourrait parler de rétro-innovations)7.

Du proche au lointain

12Les articles réunis ici illustrent la variété et la complexité des trajets et des réseaux qui se croisent pour aboutir à une innovation. Objets et techniques empruntés et adaptés peuvent appartenir à des mondes contigus dont les acteurs se connaissent et confrontent directement leurs savoirs, mais ils peuvent aussi procéder de la mise en relation d’univers éloignés et témoigner de ces processus de « créolisation » in absentia, si caractéristiques de la période contemporaine (artefacts, documents, maquettes, savoirs... circulent indépendamment des hommes).

13Exemples de transferts au plus près, de porte à porte pour ainsi dire, ceux qu’analyse François-Xavier Trivière chez les ouvriers de la construction navale à Saint-Nazaire. De l’usine à la maison, les compétences professionnelles et les moyens industriels circulent et sont adaptés aux besoins domestiques. S’agit-il, pour un groupe de « castors », d’établir, au lendemain de la dernière guerre, les plans d’un ensemble de pavillons ? Les savoirs d’un ouvrier d’usinage, habitué à « prendre des points », à vérifier des cotes... sont mobilisés et transposés pour un travail de géomètre. S’agit-il, dans le contexte de crise des années 1970, de réintroduire le chauffage au bois ? On ne réactive pas les formes périmées d’émondage des haies, on les transforme, en les organisant sur le mode de la production industrielle. S’agit-il, pour l’ouvrier d’une raffinerie, de réguler la température intérieure de son pavillon ? Voilà qu’il adapte des automatismes sophistiqués à sa chaudière, dont la complexité décourage sa femme qui rechigne à se transformer en opératrice s’affairant autour de tableaux, de cadrans, de schémas de fonctionnement...

14Si l’économie domestique sait faire son miel, pour innover, de savoirs industriels qu’elle s’approprie, le détournement, la combinaison, la réinterprétation d’artefacts préexistants peuvent être d’autres voies sur le chemin de l’invention locale. L’industrie des machines agricoles met sur le marché des matériels standard qui ne sont pas adaptés aux contraintes singulières d’un paysage rural ou à de micro-spécialisations culturales. Que faire quand l’écartement entre les cerisiers ne correspond pas à la longueur de la rampe à désherber standard ? Quels engins imaginer pour récolter les baies de cassis et pour tailler les cassissiers à bourgeons, des activités qui ne retiennent guère l’attention des fabricants industriels, vu l’exiguïté du marché ? Les agriculteurs bourguignons, nous montre Anne-Marie Guenin, ont su « s’arranger avec les moyens du bord », combiner le neuf et le déjà là, pour créer des matériels appropriés. A partir de bouts de tuyau, de vieilles buses, de ressorts récupérés, mais aussi de pièces standard actuelles, ils ont mis au point de petites rampes à désherber qui se replient au contact de l’arbre. La machine à récolter les baies de cassis a été mise au point, au terme de vingt-cinq années d’expériences et de tâtonnements, à partir d’une vendangeuse, modifiée et adaptée à ces nouvelles fonctions. Pour tailler les cassissiers à bourgeons (qu’achètent les parfumeurs), c’est une machine à arracher... les poireaux et les carottes que l’on a transformée, en remplaçant le soc par des scies circulaires et en multipliant les ajustements et les réglages. Échecs, essais, compromis ont scandé ces processus d’innovation au sein d’un même milieu technique où « les éléments se mettent en rapport, agissent comme cherchant les associations possibles » (Leroi-Gourhan 1973 : 348).

15La contiguïté de filières techniques dans une même région peut aussi favoriser le développement de complémentarités novatrices. Tel est le cas dans ce berceau de la culture technicienne qu’est le Jura, concentrant une large partie de la production française de jouets, de lunettes et de montres. Exemple, parmi d’autres, de ces symbioses, la lunetterie s’est développée dans la région grâce à la mise en œuvre de procédés courants en horlogerie, véritable pivot de ce milieu technique. « Ce sont les horlogers qui découpent au balancier leurs aiguilles de pendules qui apprennent aux lunetiers à découper leurs branches », rappelle un historien des temps héroïques. Noël Barbe et Richard Lioger montrent, dans leur contribution, la densité de ces échanges dans cette « montagne du génie » mécanicien, où bien des innovations procèdent de cette proximité entre secteurs d’activités.

16Mais les nouveautés sont souvent, a fortiori dans notre monde, au carrefour d’itinéraires beaucoup plus complexes et distendus. La relance de la filière de la soie dans les Cévennes a intégré, plus ou moins heureusement, comme le souligne Françoise Clavairolle, une multitude d’apports exogènes : les variétés traditionnelles de mûrier à hautes tiges ont été remplacées par une variété à basses tiges, venue du Japon, le kokuso 21 ; l’élevage aux rameaux après la quatrième mue des vers, appliqué avec succès en Italie, s’est substitué, non sans mal (tant le rapport avec l’animal se trouvait modifié) au nourrissage minutieux à la feuille...

17La sculpture de Continuité, un immense monolithe de granit en forme de ruban sans fin, offre un exemple plus spectaculaire de mise en relation de compétences, de savoirs, de procédés qui confluent dans un atelier novateur de Torano, à proximité de Carrare. Comme le montre Geneviève Marotel, bricolage artisanal et innovations de pointe empruntés aux univers de production les plus divers se joignent ici pour réaliser cette prouesse artistique et technique de cinquante-deux tonnes. Les savoirs de carriers sardes, de transporteurs livournais et parmesans, de marbriers carrarais, de spécialistes du travail du granit formés dans... le Vermont, « la rigueur mathématique et le perfectionnisme absolus des Germains », incarnés par le concepteur de l’œuvre, la compétence d’une entreprise belge qui expérimente, pour la première fois à cette occasion, le sciage du matériau avec un fil diamanté... s’allient pour produire cette sculpture gigantesque commandée par la Deutsche Bank de Francfort. Voilà une mise en scène grandiose et ostentatoire de l’innovation qui contraste avec des initiatives modestes où l’adaptation ingénieuse et créative de techniques exogènes et lointaines est dictée par la contrainte économique. On aborde là le vaste champ de la « technologie appropriée » (Sachs et al. 1974, Jamison 1994), combinaison de procédés modernes et traditionnels pour réaliser, au terme de bricolages successifs, une machine à moindre coût. Didier Gazagnadou nous fournit un bel exemple de ce processus d’indigénisation subtile d’un artefact hautement sophistiqué et onéreux. Pour diagnostiquer les troubles de l’audition et de l’équilibre, le service d’audiologie d’un hôpital de Téhéran a souhaité acquérir un appareil américain associant un ordinateur doté d’un logiciel très complexe à une chaise rotative où s’installe le patient. L’hôpital a acheté l’ordinateur et ses accessoires (aucun succédané de ce type de matériel ne pouvait être conçu localement) ; en revanche, le responsable du service est parvenu, au terme de tâtonnements et d’adaptations multiples, à substituer un fauteuil de coiffeur (coût : 250 F) à la « techno-chaise » (d’une valeur de 300 000 F) proposée par le fabricant.

18Voilà donc une série d’exemples qui illustrent la variété des voies suivies sur le chemin de l’innovation (transferts de la sphère industrielle à l’univers domestique, d’une filière à l’autre au sein d’un même milieu, réinterprétation, combinaison, adaptation d’objets et de procédés relevant de mondes techniques proches ou lointains, etc.). L’examen de ces situations, si diverses soient-elles, arrache à la quiétude rassurante de l’insularité ethnographique et amène à prendre en compte prioritairement les ramifications complexes des réseaux où s’inscrivent ces innovations. Comme l’écrit Madeleine Akrich (1994 : 127), « la forme prise par les dispositifs techniques, leur succès ou leur échec, leurs domaines d’utilisation, leurs “impacts”, etc., tous ces éléments condensent l’ensemble des liens qui ont été noués, plus ou moins solidement, tout au long du processus d’innovation, entre le dispositif lui-même et les éléments qui constituent activement son environnement ».

Un monde fait de réseaux

19Ces liens peuvent préexister à l’innovation ou se tisser conjointement en un même mouvement. A l’arrière-plan des symbioses techniques caractéristiques de l’arc jurassien, se profile « un milieu favorable » modelé par 1’« esprit des fruitières », par une tradition coopérative du « faire ensemble ». Ces usages, ancrés dans la durée, forment l’armature, pratique et idéologique, des transferts d’une filière à l’autre et des regroupements d’entreprises. « Que peut faire un fermier isolé avec cinq vaches ? Par contre, si le troupeau atteint cent têtes, on peut alors fabriquer des meules de gruyère », commente un des cadres de Superjouet qui fédère six unités de production. La densité et la stabilité de ces réseaux locaux sont souvent des facteurs déterminants dans le processus d’innovation. Les mises au point successives, les expériences, les dialogues, les controverses qui ont précédé l’adaptation et l’adoption des engins aujourd’hui employés pour la récolte des baies et la taille des bourgeons de cassis en Bourgogne ont eu pour cadres des cuma (coopératives d’utilisation du matériel agricole) réunissant des producteurs qui se connaissaient ou qui, au départ, n’avaient rien en commun. Le succès d’une rétro-innovation, comme la relance d’un fromage traditionnel, tient aussi à la force du réseau qui la soutient. Claire Delfosse et Marie-Thérèse Letablier montrent que les « résurrections » de l’époisses et du rocroi ont connu des fortunes opposées en raison même de la structure des organisations qui les ont promues. Un syndicat de défense, aux ramifications multiples, s’est acharné, avec succès, à la renaissance et à la reconnaissance du premier, ce que n’a pas permis le réseau trop faible et lâche qui portait le second.

20Mais l’innovation naît souvent au croisement de réseaux sociotechniques d’une bien plus grande envergure, de rencontres entre hommes qui combinent savoir-faire et « savoir-circuler ». Torano, le site de la région de Carrare où a été réalisée l’immense sculpture en granit qu’évoque Geneviève Marotel, apparaît ainsi comme « une ruche cosmopolite en perpétuelle effervescence » vers où convergent, on l’a dit, des spécialistes venus des horizons les plus divers. Dans cette aventure - car l’innovation en est une -, des personnages tiennent un rôle prépondérant, ceux qui, précisément, sont de véritables médiateurs entre réseaux et systèmes distants. Ces « passeurs », ces Janus, ces tricksters savent circuler d’un monde à l’autre et « combinent par leur trajectoire socioprofessionnelle, comme le note Françoise Clavairolle, plusieurs milieux et registres ». L’« agent de développement », ce personnage apparu récemment sur la scène locale, remplit souvent cette fonction d’intermédiaire culturel institutionnel ; mais encore faut-il que lui ou un autre puisse, par son charisme, mobiliser les acteurs et, pour ainsi dire, incarner l’innovation. Les initiateurs de relances de produits traditionnels régionaux sont fréquemment d’anciens soixante-huitards, d’origine locale ou néoruraux, participant de divers univers culturels, rodés à l’usage des réseaux (Mendras 1989 : 170) et sachant circuler. Les néo-sauniers de l’île de Noirmoutier, qui promeuvent le sel traditionnel à travers des techniques de production et de commercialisation innovantes, sont originaires des villes « où ils avaient exercé diverses activités du tertiaire (enseignants, documentalistes...) » (Potterie 1994 : 53). Dans les Cévennes, la relance de la production séricicole a largement reposé sur le projet d’un leader charismatique, ayant su tisser des alliances avec des producteurs, des techniciens, des représentants des collectivités locales. On aurait tort, dans l’analyse des processus d’innovation, de mésestimer le rôle de ces individus singuliers qui cristallisent et concrétisent relations et projets.

21Moteur de l’innovation, le réseau est aussi la condition de sa mise en œuvre et, parfois, de façon très contraignante. Alexandre Mallard nous fournit un exemple extrême de ce type de clôture quand il dissèque les réseaux de distribution des appareils de diagnostic et des pièces de rechange des voitures, étroitement dépendants du monopole qu’entendent exercer les marques sur toute la chaîne de la réparation.

L’innovation au nom de la tradition

22Objets fabriqués, produits de consommation et, plus généralement, formes culturelles témoignent, dans notre monde, de deux mouvements contradictoires et complémentaires : une tendance à l’uniformisation planétaire (la « macdonaldisation »), une inclination profonde pour le traditionnel, l’authentique, le patrimonial. A la vogue du jean et du hamburger se juxtapose le goût pour le « fait main », pour le produit singulier de « pays » dont la fabrication domestique a fait l’objet d’une transmission familiale. Cet engouement pour le typique a crû au rythme de la banalisation des pratiques et s’est accéléré pendant les trois dernières décennies à la faveur d’un processus de « retour aux sources » dont les ressorts ont été maintes fois analysés (Mendras 1988, Bromberger 1996). Peut-on, sur la base des exemples qui sont présentés dans ce volume (la relance de la soie dans les Cévennes, du Harris tweed dans les Hébrides Extérieures, du savon de Marseille, de spécialités fromagères bourguignonnes et ardennaises), dégager des traits communs à ces rétro-innovations ?

23Une phase cruciale dans un processus de relance est celle de l’authentification et de la labellisation du produit (Warnier & Rosselin 1996). Les « preuves » les plus diverses sont mobilisées et exhibées pour en certifier l’ancrage et la conformité traditionnels : l’histoire, la mémoire et les souvenirs techniques, la réputation d’un territoire, la mise en scène muséographique, confrérique... sont appelés en renfort pour garantir l’authenticité et la continuité de la production locale. « L’élaboration d’un corpus de récits, mythes et légendes » participe de cette « construction de la légitimation historique » (Bérard & Marchenay 1995 : 161). Comme le montre Nathalie Coffre-Baneux, la mythologie des Bons Sauvages des Highlands, présentées comme une terre originelle et régénératrice, où « subsistent de mystérieux vestiges de lointains millénaires », a été utilisée pour promouvoir la relance du Harris tweed. Même une innovation futuriste se doit d’acquérir ses lettres de noblesse dans le passé : Geneviève Marotel met en évidence la force symbolique des lieux (Carrare) et des figures légendaires qui les hantent (de Michel-Ange à Canova) pour asseoir le prestige de l’atelier de Torano où a été réalisée Continuité. Dans ce processus d’authentification, le musée et le circuit culturel de découverte apparaissent comme des compléments obligés et, en cas d’échec, la raison strictement patrimoniale se substitue au projet économique. Une exposition et « un voyage au pays du savon de Marseille » visent à consacrer, comme le montre Emmanuelle Dutertre, l’ancienneté des procédés de fabrication dans quelques entreprises de la région ; un centre de patrimoine local, flanqué d’une boutique, et une « route du tweed » sont prévus à l’appui de la relance du produit. Ces opérations « patrimoniales » contribuent à transformer les fabrications locales en emblèmes et leur confèrent ainsi un supplément d’âme et de prix. En cas de déroute, le musée peut même devenir une prothèse efficace ; ainsi dans les Cévennes où les difficultés de commercialisation à grande échelle ont été partiellement compensées par la création d’un musée, drainant des touristes qui sont bientôt devenus les principaux clients d’un marché en péril. L’apparence rustique des produits, voire leurs imperfections, concourent à donner une touche d’authenticité additionnelle : les défauts de fabrication de la soie cévenole peuvent ainsi être perçus comme des indices d’ancestralité, rapporte Françoise Clavairolle, tandis que l’exécution grossière du « savon de Marseille fait à l’ancienne » valorise le caractère artisanal de la production.

  • 8 Sur ces différentes procédures de certification des « produits de terroir », voir Bérard & Marchena (...)

24Mais, sur le chemin de la reconnaissance et de l’authentification, ce sont, outre les savoir-faire, le nom et le territoire qui cristallisent les principaux enjeux pour des produits dont la fabrication pourrait être dans bien des cas délocalisée. Le monopole de l’appellation d’origine est ainsi devenu un terrain de luttes, encombré de polémiques et de controverses à la mesure de ses retombées commerciales. Nathalie Coffre-Baneux analyse les « batailles juridiques » autour de la définition du « vrai » tweed et les innombrables disputes entre les habitants de Harris et de Lewis, qui revendiquent les uns et les autres pour leur île la paternité du prestigieux tissu. Claire Delfosse et Marie-Thérèse Letablier décortiquent le long processus de labellisation de l’époisses et de son territoire de production. On invoque, pour le circonscrire, la présence de marnes bleues dans le sous-sol, qui auraient un effet sur la flore et la faune microbienne du lieu et donc sur la flaveur du fromage... Ce combat pour la reconnaissance, certifiée en France par une aoc ou un label rouge et, à l’échelle européenne, par une aop (Appellation d’origine protégée), une igp (Indication d’origine protégée) ou une as (Attestation de spécificité)8, suppose, pour être gagné, le concours d’un réseau dense et solidaire de producteurs, d’experts, d’agents de développement, etc. Tel n’a pas été le cas à Marseille où les actions concertées ont été insuffisantes pour que soit reconnu à la ville le monopole de la fabrication du savon qui porte son nom : la plus grande partie de la production est le fait d’entreprises industrielles extérieures à la région.

  • 9 En 1996, la mission du Patrimoine ethnologique lance un programme de recherche sur la production de (...)

25Si le produit traditionnel est largement une construction sociale, il n’est jamais une reproduction à l’identique du legs du passé. « On ne naît pas traditionnel, écrit justement Bruno Latour (1991b : 103), on choisit de le devenir en innovant beaucoup. » C’est bien là le paradoxe - technique et idéologique - de ces relances : la patrimonialisation s’accompagne toujours d’innovations et produit, au terme d’innombrables compromis, des pastiches plus ou moins infidèles, des mensonges qui diraient partiellement la vérité. Nathalie Coffre-Baneux oppose ainsi le tweed « réel » - dont la fabrication est très largement concentrée et mécanisée (les opérations assistées par ordinateur se sont multipliées pendant les dernières années) - au tweed « idéel » et imaginaire. La relance de la soie cévenole (« un symbole formidable pour le coin », selon l’expression d’un informateur de Françoise Clavairolle) a entraîné, on l’a dit, une réorganisation des filières et des techniques de production mais, au terme du processus qui s’achève en apocalypse (les vers se refusent à tisser leurs cocons et l’on doit, en désespoir de cause, en importer du Maroc et de Côte-d’Ivoire), le problème de la qualité d’origine et de la vérité patrimoniale des produits vendus à la sortie du musée se pose avec une acuité particulière. Quant aux fromages « traditionnels », ils ne sont plus fabriqués « comme autrefois » : les conditions d’emprésurage ont changé et les normes d’hygiène et de goût imposent de nouvelles contraintes. Par ailleurs, notent Claire Delfosse et Marie-Thérèse Le-tablier, la recherche de la spécificité pousse à différencier les modes de préparation de variétés voisines de fromages que l’on distinguait à peine naguère. En définitive, les produits relancés apparaissent comme des hybrides, des compromis, empruntant plus ou moins à l’original. On parcourt toute la gamme de ces différences dans la conformité au modèle quand on examine avec Emmanuelle Dutertre la diversité des véritables « savons de Marseille » produits dans la région d’origine. Là se maintient une technique artisanale, ici une chaîne de saponification continue assure la fabrication ; y compris dans les entreprises les plus traditionnelles, on mélange les huiles d’olive, de coco et de palme (ces deux dernières au pouvoir moussant plus important) pour la production des savonnettes de bain. Le « pain traditionnel » est présenté dans une boîte en bois, fermée par une vitre coulissante en Plexiglas... Dans tous ces cas, comme dans d’autres analysés ailleurs - le sel de Noirmoutier (Potterie 1996), la chocolaterie de Bayonne (Terrio 1997), etc. -, les relances sont des réinventions9 sur la base de compromis entre des exigences de productivité qui appellent des innovations, des normes réglementaires et les goûts ambiants pour le typique et la nostalgie.

26Le rôle de l’ethnologue ne saurait se confondre avec celui d’un expert ou d’un commissaire-priseur qui évaluerait le degré d’authenticité d’un objet et en viendrait à départager le vrai du faux. C’est pourtant souvent la place qu’on lui réserve ou le service qu’on attend de lui. Là n’est pas sa vocation qui l’appelle plutôt, à la faveur de l’examen de ces relances, à s’interroger sur les modes de construction sociale et symbolique de la tradition et sur le poids des représentations sur la forme et la matière des artefacts qui nous entourent et des produits que nous consommons. Ces carrières d’objets sont d’excellents observatoires des rapports entre innovation et tradition, ce couple paradoxal si caractéristique de l’imaginaire de notre temps.

Notes

1 Et en particulier avec l’appel d’offres lancé en 1092 par la mission du Patrimoine ethnologique « Emprunts et innovations techniques » qui réunit dix équipes et qui donna lieu, en septembre 1995, aux rencontres de Porquerolles d’où est issue la majeure partie des contributions présentées dans cet ouvrage.
Ces équipes sont celles du musée des Techniques et Cultures comtoises (Noël Barbe et Hervé Baulard sur l’industrie du jouet dans l’arc jurassien), du centre Lapios dans les Landes (Lothaire Mabru. la mentonnière et le coussin des violonistes), du Laboratoire d’anthropologie et de sociologie de Tours (Françoise Sitnikoff, les changements techniques dans l’imprimerie), du Centre de sociologie de l’innovation de l’École des mines de Paris (Alexandre Mallard, l’instrumentation de réparation automobile), de l’association Les Chemins de la soie (Françoise Clavairolle. la relance de la filière séricicole cévenole), du musée national des Arts et Traditions populaires (Marinella Carosso, Jean-François Gorre. Dominique Letourneur, Anne Monjaret, les artisans de l’élégance), des Archives départementales du Tarn (Christine Matignon, la filière du cuir à Graulhet), de l’Institut national de la recherche sur les transports et leur sécurité (inrets, Geneviève Marotel, les métiers du marbre en France et en Italie), du Centre d’études de l’emploi (Claire Delfosse et Marie-Thérèse Letablier, les relances industrielles de fromages traditionnels), et de l’association Recherches et Études sociologiques de l’Ouest (reso, François-Xavier Trivière, la bricole ouvrière dans la région de Saint-Nazaire).

2 Voir par exemple les travaux commandités par les services du ministère de la Culture chargés de la politique des maîtres d’art pour comprendre les mécanismes de la transmission dans certains métiers très rares (Chevallier 1998 ; Rotchi 1998).

3 Madeleine Akrich et Bruno Latour ont prêté leur concours à la définition de ce programme et à la discussion des travaux qui en sont issus. Qu’ils trouvent ici l’expression de nos remerciements pour leur participation.

4 On entend par là, à la suite de Leroi-Gourhan (1973 : 340-343) mais dans une acception quelque peu différente, 1’« ensemble de pratiques et de représentations correspondant à des compétences et à des qualifications transmises au sein d’un groupe donné ».

5 Sur l’opposition entre changements techniques et changements technologiques, voir B. Gille (1978 : 1033-1035).

6 Cette étude, menée sous la direction de Martine Jaoul dans le cadre du programme « Savoir-faire et techniques », a contribué à la réalisation de l’exposition et du catalogue Artisans de l’élégance (Jaoul 1993).

7 Nous empruntons ce terme au boulanger Lionel Poilane qui désigne par là les aménagements techniques qui permettent dans un contexte de production à grande échelle de conserver certaines caractéristiques de la production traditionnelle (fours individuels alimentés au bois, pétrissage de la pâte à la main...)

8 Sur ces différentes procédures de certification des « produits de terroir », voir Bérard & Marchenay 1995.

9 En 1996, la mission du Patrimoine ethnologique lance un programme de recherche sur la production de la tradition à travers des processus de relance et de revitalisation. Ce programme regroupe des chercheurs de plusieurs équipes telles que apsonat (Muséum national d’histoire naturelle) sur les relances de traction animale ou l’Institut d’ethnologie méditerranéenne et comparative qui coordonne diverses enquêtes sur des revitalisations festives (les fêtes de la Saint-Pierre, la fête de la Saint-Marcel à Barjols...), des relances de productions alimentaires (olives et châtaigne dans le sud de la France) ou d’instruments de musiques traditionnels (la cornemuse dans les Landes).

Notes de fin

1 Jusqu’en 1998, Denis Chevallier fut chargé de mission à la mission du Patrimoine ethnologique où il dirigea notamment le programme de recherche « Emprunts et innovations techniques ». Il a depuis rejoint la sous-direction des Études, de la Documentation et de l’Inventaire, au sein de la même direction de l’Architecture et du Patrimoine.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable