Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

THATCamp Paris 2012

Introduction

Collectif

Entrées d'index

Texte intégral

Mots clés des Tweets émis sur le hashtag #tcp2012

Mots clés des Tweets émis sur le hashtag #tcp2012

1Pierre Mounier : Bienvenue à tous. Le THATCamp que nous organisons est une non-conférence. Pour que vous puissiez me comprendre de quoi il retourne, j’ai proposé à Frédéric Clavert, co-organisateur du dernier THATCamp européen (ayant eu lieu à Luxembourg) de vous présenter en quelques mots ce qu’est un THATCamp et la manière dont il se déroule.

2Frédéric Clavert : That pour The Humanities and Technology, Camp pour des conférences organisées sans agenda précis. Le but est d’organiser un événement qui soit géré par les participants eux-mêmes. Le premier THATCamp fut organisé en 2008 par le Center for History and New Media, que vous connaissez sans doute pour Omeka et Zotero. L’histoire veut que deux étudiants, de retour d’une conférence en Europe à laquelle ils avaient assisté, et qu’ils avaient trouvé très ennuyeuse, se sont demandés comment faire autrement : ils ont pensé le THATCamp en s’inspirant pour ce faire d’un BarCamp. Un deuxième a eu lieu en 2009 ainsi que de nouvelles sessions en Amérique du Nord. Pour l’Europe, le premier a eu lieu à Paris en mai 2010, premier THATCamp en Europe, Coblence, Londres, Florence, Lausanne, etc.

3Ce qui compte dans un THATCamp, c’est la participation des campers. Qu’est-ce que cela veut dire ? Après la conférence inaugurale, va se tenir une assemblée générale au cours de laquelle le programme sera présenté par vous, les ateliers définis par le vote des participants.

4Il y aura 5 salles à disposition, la qualité du programme ne dépend que de vous. Certains ont d’ores et déjà fait des propositions sur le Wiki. Ils auront 5 minutes pour les présenter et les proposer. D’autres propositions non présentées sur le BarCamp pourront également être faites.

5La qualité du programme dépend donc de votre participation. Réfléchissez-y donc d’ici l’assemblée générale.

6Une fois le programme déterminé, les organisateurs d’ateliers feront une introduction d’une dizaine de minutes, mais les ateliers eux-mêmes seront le produit des interventions des participants à chacun des ateliers. En règle générale, le but est de mêler sciences sociales et technologies. L’objet des ateliers devant plutôt être concret et viser à un transfert de savoir-faires.

7Pierre Mounier : Quelques aspects pratiques : Il y a une équipe à l’organisation du THATCamp que vous avez peut-être déjà repérée : elle se compose de Nadine, Lisa, Céline, Annik, Emmanuelle, Solène. Vous pouvez vous tourner vers elles pour vos questions. Repérez-les bien, je les remercie du fond du coeur pour leur engagement.

8Ce THATCamp n’aurait pas été possible sans l’appui d’un grand nombre de partenaires très divers qui nous ont soutenus par tous les moyens possibles dans l’organisation de cet événement, je souhaiterais leur donner la parole.

9Jean-Luc Pinol : pour le TGE Adonis (et Nadine Dardenne également présente qui pourra donner toute une série d’informations). J’étais présent au THATCamp 2010 pour une session sur les données géographiques. Je savais alors déjà que je serai nommé à la direction du TGE. À l’époque le TGE c’était surtout des projets, aujourd’hui le TGE ce sont des réalisations : l’accessibilité aux données numériques au travers d’une grille de service, c’est aussi une plate-forme de recherche et d’enrichissement des données et métadonnées Isidore menée par Stéphane Pouyllau, le TGE est également tête de réseau pour DARIAH en France, représentée par Sophie David, ici présente aussi.

10Il faut remercier également le soutien du Campus Condorcet qui a permis à trois jeunes chercheuses italiennes et espagnole de venir participer à nos travaux : Françoise Plet-Servant : ce projet a comme caractère de créer le premier campus innovant en sciences humaines et sociales (ses membres fondateurs sont l’EPHE, ENC, Paris I, Paris III, Paris XIII, la Fondation maison des sciences de l’homme, etc.). Deux sites sur le Nord Est parisien, l’un à Aubervilliers, et l’autre, plus petit et consacré aux Licences, Porte de la Chapelle.

11Johann Holland chargé de mission numérique pour le campus : en plus d’un projet immobilier et scientifique, c’est un projet numérique. Cette dimension est très importante dans le projet, on veut en effet offrir un environnement totalement innervé par le numérique, espace qui permette un certain nombre d’usages innovants. Nous espérons également pouvoir nous inscrire en tant que corpus dans le paysage des humanités numériques, d’où notre participation. C’est au titre des ateliers Condorcet que nous avons pu soutenir cet événement.

12Autre soutien, le Centre virtuel de la connaissance de l‘Europe, à Luxembourg, Frédéric Clavert : le CVCE est un institut scientifique sous tutelle du gouvernement luxembourgeois, un centre de recherche et de documentation sur l’histoire de l’intégration européenne. Nous avons 20 000 documents en ligne. Le rôle du Digital Humanities Lab dont j’ai la responsabilité est de faire le lien entre chercheurs et développeurs, réfléchir à l’évolution de nos méthodes de travail et de ces corpus de recherche qui sont en ligne, mais aussi de participer à diverses réunions pour y apporter notre contribution.

13ALLC The European Association for Digital Humanities : Marjorie Burghart : vous connaissez sans doute l’association par le biais de l’organisation des conférences DH. Elle a été créée en 1973. Récemment elle a changé de nom pour devenir une association pour les digital humanities, avec la volonté d’ouvrir son champ d’action. Vous connaissez sans doute le journal de la société, LLC. Ou son action pour le soutien de petits projets ou workshop en DH. Il y a actuellement un appel à petits projets en cours (date limite 15 novembre 2012 pour des grants entre 800 et 2 000 euros), pour cet appel, la participation est ouverte aux non membres.

14La Fondation Maison des sciences de lhomme : Nicolas de Lavergne : la FMSH soutient l’événement par le biais de l’organisation du booksprint par les Editions de la Maison des sciences de l’homme et par l’hébergement du codesprint dans ses locaux. La FMSH qui fêtera son 50e anniversaire l’année prochaine, est un acteur fort dans le numérique : vous connaissez sans doute les Archives audiovisuelles de la recherche, mais également le programme TIC-Migrations sur la modélisation et l’usage des TIC par les diasporas sur le Web. On devrait bientôt entendre parler de nouveaux projets numériques de la Fondation.

15La Maison méditerranéenne des sciences de lhomme : François Siino : il membre d’un des laboratoires qui la compose. Comme d’autres MSH, c’est une fédération d’unités pluridisciplinaires. Pour ce qui concerne les activités liées au numérique, de nombreuses revues sont hébergées par Revues.org depuis longtemps, la MMSH travaille au développement d’une phonothèque, et héberge des blogs scientifiques avec un portail spécifique sur la plate-forme Hypothèses.

16Le Centre pour la communication scientifique directe (CCSD), est présenté par Laurent Capelli : le CCSD est une unité de service du CNRS, et se compose d’informaticiens qui offrent des services à toute la communauté de la recherche. C’est le développement de l’archive ouverte HAL, d’une plate-forme ouverte d’organisation de conférence (Sciencesconf.org), et bien sûr la maitrise d’œuvre, sous la direction du TGE Adonis, de la plateforme Isidore. En 2013, viendra la publication d’une nouvelle version de l’archive ouverte et la mise en place d’épi-revues, qui seront comme des revues au-dessus des archives ouvertes.

17Claire Clivaz présente les prochains événements de l’Université de Lausanne : Ouverture du premier lab DH en août, le premier DH summer school aura lieu à Berne les 26 au 26 juin 2013, avec des ateliers de formation à la TEI, etc. L’université accueillera DH 2014 (en juillet) à Lausanne, après celui qui aura lieu au Nebraska en 2013, sur le thème du cultural empowerment.

18Et enfin l’Unité Régionale de Formation à lInformation Scientifique et Technique (URFIST) qui a un réseau d’unités partout en France et qui fait de la formation avancée à l’IST. Évidemment la notion d’humanités numériques pour les SHS est fortement connectée à cette notion d’IST et cette conscience est en train de se développer au sein des URFIST.

19Des remerciements également au Cléo et à ses tutelles, le CNRS, l’Université dAix-Marseille et l’Université dAvignon pour l’organisation de cet événement. Un remerciement tout particulier à lEcole des Hautes Etudes en Sciences Sociales qui accueille cette rencontre dans ses locaux et assure un soutien logistique indispensable à son bon déroulement.

Table des illustrations

Titre Mots clés des Tweets émis sur le hashtag #tcp2012
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/404/img-1.png
Fichier image/png, 158k

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Creative Commons - Attribution-ShareAlike 3.0 Unported - CC BY-SA 3.0

Lire

Open access

Acheter