Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique des héros

 | 
Pierre Centlivres
, 
Daniel Fabre
, 
Françoise Zonabend

III. Le temps des héros :émergences et déclins

« Malheur au peuple qui a besoin de héros » ou pourquoi les Autrichiens n’ont-ils pas besoin de héros nationaux ?

Reinhard Johler
Traduction de Eva Julien et Claudie Voisenat

Texte intégral

1En août 1997, un acte iconoclaste bouleversait l’opinion publique autrichienne. Des plaques commémorant les héros morts sur l’Ulrichsberg en Carinthie avaient été détruites, vraisemblablement par des activistes de gauche. Des croix gammées et des étoiles soviétiques avaient été taguées sur les murs du mausolée. Une lettre de revendication expliquait que ce monument, fondé par les associations d’anciens combattants à la fin des années 50, était le lieu de célébration d’une mémoire nationaliste, considérant les criminels de guerre comme des héros et les résistants comme des traîtres à leur patrie.

Des bombes pour des héros morts

2Ce monument rappelle en effet la lutte régionale contre les tentatives d’occupation par les troupes yougoslaves après la Première Guerre mondiale. Aujourd’hui encore, la présence dans la région d’une minorité slovène continue de provoquer des conflits. Selon les interprétations nationalistes, ici, le « sol allemand » a été défendu contre l’« ennemi héréditaire » slave. Cette veine nationaliste a été encore renforcée par l’édification du monument et par les fêtes commémoratives qui y ont lieu chaque octobre. A cette date se réunissent là non seulement les associations militaires traditionalistes de la région, mais aussi des anciens membres de la ss et des sympathisants du national-socialisme venus de l’Europe entière pour évoquer le mythe du sacrifice et la mémoire héroïque. L’Ulrichsberg en Carinthie ne perpétue pas seulement le souvenir des morts de la guerre, il est aussi devenu un lieu de pèlerinage européen de l’extrême droite. Les maires des communes avoisinantes, des hommes politiques de la région mais aussi des représentants de l’État - et parmi eux, à plusieurs reprises, le porte-parole de l’opposition et de la droite populiste, Jörg Haider -participent à ces manifestations.

  • 1 L’« affaire Waldheim », en 1986, n’a fait que souligner ce fait à l’échelle internationale.

3Cette participation officielle de l’État autrichien pose le vrai problème de ce lieu de mémoire : celui d’une « création de signification “ ex post ” (Kosseleck 1979). L’Autriche de la Première puis de la Deuxième République est née sur des ruines, celles de la monarchie danubienne d’abord, celles de l’Allemagne nazie ensuite. Il en est résulté une sorte de carence de sens, qu’il fallait combler au moyen de « narrations nationales » (Bhaba 1990), voire de héros et de monuments. Aujourd’hui, les intellectuels font la critique de cette histoire, construite sur le refoulement du passé, et essentiellement du passé nazi1. L’Autriche a-t-elle été la « première victime » ou la complice brutale et volontaire de la dictature nazie ? A la fin de la guerre, le pays a-t-il été « libéré » ou « occupé » par les troupes alliées ? Les soldats autrichiens de la Wehrmacht étaient-ils des héros remplissant leurs devoirs de soldats ou des criminels de guerre ? Les déserteurs étaient-ils des traîtres à la nation ou les seuls vrais patriotes ?

4A la suite des déprédations du monument de l’Ulrichsberg, on a envisagé de procéder à un « désamorçage idéologique » du lieu, mais l’idée qu’une manifestation commune pourrait célébrer ensemble des « héros » aussi différents que les Slovènes et les Autrichiens, les soldats et les résistants, a rencontré une opposition farouche. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard. Trois niveaux d’interprétation - local, régional, national - entremêlent en effet des « récits » très différents autour d’événements identiques. Oscillant entre l’amnésie culturelle et des efforts de mémoire extrêmement contradictoires (Giller, Mader & Seidl 1992), ces récits s’inscrivent dans le paysage des monuments, dans la production de héros et dans les rituels publics.

5Considérons tout d’abord l’échelle locale. Après la Seconde Guerre mondiale, des monuments aux morts ont été érigés un peu partout. Ces constructions urbaines que sont le « monument » et la « statuaire héroïque » étaient ainsi démocratisées et diffusées dans les régions. Chaque village ou presque eut son monument. On n’y célébrait pas un « soldat inconnu » mais les « fils » morts de la commune, désignés par leurs noms, héros d’un tragique récit guerrier d’honneur et d’obéissance.

6Au niveau régional, la situation, quoique plus officielle, n’est pas très différente. Chaque province construit son monument, dont l’Ulrichsberg, dans les années 50 et 60. Les morts y sont plus anonymes que dans les édifices de village et la fabrication héroïque y est plus difficile. Le récit pourtant perdure : celui qui a accompli son « devoir » devient un « héros » et, bien entendu, les résistants et plus encore les victimes du régime nazi n’y ont pas leur place.

7Qu’en est-il donc au niveau national ? Au lendemain de la guerre, et sous la pression des Alliés, la résistance politique donne naissance à la Deuxième République, mais cette « naissance mythique » tourne court dans les années 50 devant l’obligation de réintégrer dans la société autrichienne les soldats et les (nombreux) nationaux-socialistes. Pour ce faire, la position du gouvernement en matière d’interprétation historique aboutit à une tolérance immodérée envers toute forme d’emblématique politique. Cette attitude se retrouve bien entendu dans la politique monumentale officielle. La Deuxième République ne produira ni histoire officielle, ni véritables lieux de commémoration. Le « monument de la fondation de l’État », par exemple, érigé en 1966 en un lieu relativement excentré, est aujourd’hui quasiment oublié. Ce renoncement de l’État à une interprétation hégémonique de l’histoire a peut-être temporairement favorisé une certaine harmonie sociale, mais, comme le prouvent les événements de l’Ulrichsberg, il n’a ni calmé ni désamorcé les conflits latents.

8Face à cette abstention de l’État, les monuments aux morts locaux et régionaux ont instauré une sorte d’historiographie consensuelle, « par le bas », un anti-modèle reconnu et stable opposé à l’interprétation officielle, étatique (et aujourd’hui de plus en plus critiquée) d’une histoire construite sur l’oubli du passé. L’absence d’un consensus rend les héros et les événements, contemporains ou historiques, ouverts à toutes les interprétations. Alors qu’il garde, localement, toute son importance, le héros est par contre très peu présent, voire même tabou, du côté de l’État. Du coup, la question latente des « héros de la guerre » entretient, de façon récurrente, un sujet de conflit qui dépasse très largement l’opposition entre la droite et la gauche. Même si l’on ne s’en aperçoit pas immédiatement, le libéralisme de l’État en matière de « héros » est aujourd’hui, en Autriche, devenu un problème pour la majorité silencieuse.

  • 2 Armée bajuware de libération.

9Depuis déjà un certain temps, des envois de lettres piégées défraient la chronique autrichienne. Ils sont l’œuvre de la « Bajuwarische Befreiungsarmee2 », un groupement d’extrême droite, xénophobe. Les expéditeurs (fictifs) figurant sur les enveloppes sont en fait les « héros » d’une historiographie ancienne, ayant accompli pour l’Autriche une « mission historique » comme « combattants dans l’Est » et « libérateurs de la menace turque ». Leur « redécouverte » et leur réutilisation brutale sont bien entendu liées à la rhétorique politique actuelle sur l’ouverture des frontières et la xénophobie. Mais ce qui est plus important, c’est que, les auteurs n’ayant pas pu encore être arrêtés, on commence à soupçonner que le mouvement ne trouve pas son origine dans le milieu restreint de l’extrême droite, comme on l’a d’abord pensé, mais dans cette grande majorité, en apparence calme et inoffensive.

Deux héros et la continuité : le prince français Eugène et le Tyrolien Andreas Hofer

10La défaite militaire contre la Prusse en 1866, la proclamation de l’Empire germanique en 1871, la Première Guerre mondiale perdue en 1918, le coup d’État austro-fasciste en 1934, le rattachement à l’Allemagne en 1938, la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945 sont les étapes distinctives d’une discontinuité nationale autant que mentale. Toutes ces césures rendaient indispensable une réinterprétation de l’histoire tout en favorisant l’émergence de nouveaux « héros ». Pourtant, ceux-ci, n’ayant prise que sur certains milieux, ne pouvaient pas constituer la base consensuelle nécessaire à la formation d’une identité nationale.

  • 3 « Héroïsme » et « Führerprinzip » (le principe du commandement) sont considérés dans le « Handwört (...)

11En 1996, à l’occasion de la fête nationale, un quotidien populaire a posé une question peu commune dans notre pays : qu’est-ce qu’un héros national ? Selon les réponses reçues, l’Autriche aurait produit nombre de « grands hommes », l’« histoire » aurait « légué d’innombrables titans » dont le futur gardera trace. Mais aucun des personnages cités, qu’il s’agisse de souverains (l’impératrice Marie-Thérèse), de maréchaux (le feld-maréchal Radetzky), de fondateurs de la République (Karl Renner), de poètes (Franz Grillparzer), de musiciens (Wolfgang Amadeus Mozart), d’hommes politiques (Engelbert Dollfuss, Leopold Figl) ou de sportifs (Toni Sailer, Karl Schranz), ne correspond au profil-type du héros national : loin de rassembler, ils séparent les régions, les gens, les histoires et aucun n’a engendré de « récit national » univoque. Il semblerait que, du fait de la création tardive de la nation autrichienne, le pays n’ait développé qu’un répertoire national incomplet. Parler de « héros nationaux » est donc peu courant, voire suspect, et les recherches - par exemple ethnologiques3 - les concernant sont très rares (Johler 1997).

12Cet éclatement masque pourtant une certaine permanence. Ce socle commun, cette continuité cachée est le fait de quelques personnages qui ont finalement réussi à « survivre » sans problèmes dans les manuels scolaires comme dans les monuments. Mais, comme le feld-maréchal Radetzky, l’impératrice Marie-Thérèse ou le prince Eugène, ils ont, pour y parvenir, dû subir plusieurs transformations avant d’être, après 1945, neutralisés, leurs aspects héroïques disparaissant derrière leur nouveau statut de figures « pater- » et « maternelles ».

  • 4 Contrat signé entre l’Autriche et les représentants des Alliés dix ans après la Seconde Guerre mon (...)

13Depuis longtemps la vie du prince Eugène, général impartial lors des guerres contre les Turcs et paisible mécène des beaux-arts, était considérée comme un modèle pour l’éducation patriotique et militaire des jeunes garçons. Qu’il ait été l’objet d’un culte héroïque, symbolisé par le monument sur la Heldenplatz, peut cependant surprendre. Non seulement le prince Eugène était de petite taille, mais surtout il était d’origine franco-italienne. C’est paradoxalement cette descendance étrangère qui a permis, au xixe siècle, de faire de lui le symbole d’une identité autrichienne supranationale : il ne pouvait, en effet, être revendiqué par aucun des mouvements nationalistes qui menaçaient la monarchie. Pourtant, sa vraie carrière de « héros autrichien » ne devait commencer que dans les années 30. A l’occasion du 250e anniversaire de la défense victorieuse de Vienne contre les Turcs, le prince Eugène se mit à personnifier la grandeur perdue de l’Autriche en même temps que sa mission culturelle, catholique et germanique en Europe. Utilisé par les nationaux-socialistes comme modèle de leurs aspirations belliqueuses et germanisantes dans l’est de l’Europe, la Deuxième République va le « pacifier » après 1945. A l’occasion d’un certain nombre de manifestations, le prince Eugène est intégré dans la nouvelle conception de l’Autriche comme nation à vocation culturelle et pacifiste, et, en 1955, la signature du Staatsvertrag4 a lieu au château du Belvédère, qui fut jadis le sien (Heindl 1996).

  • 5 Sorte de régiment civil d’hommes se considérant comme les héritiers des paysans qui étaient autref (...)

14Si le prince Eugène peut ainsi représenter l’idée d’une certaine continuité culturelle, sa popularité reste néanmoins limitée à Vienne. De façon générale, tous ces « héros historiques » ne jouent presque aucun rôle en province, ils n’y ont pas de monuments, ne figurent pas dans les noms de rues... Les régions possèdent en fait des cultes héroïques autonomes, reflétant une construction de l’histoire au moins en partie indépendante de celle qui est officiellement retenue. On n’y trouve pas de héros dynastiques imposés par le « haut », mais des « héros populaires » issus par le « bas » du milieu paysan (Cole & Wolf 1995). Leur représentant le plus populaire est sans doute le Tyrolien Andreas Hofer. A la fin du xviiie et au début du xixe siècle, l’aubergiste Hofer prend la tête des guerres de libération du Tyrol occupé par les Bavarois et les Français. Son parcours, qui du rebelle mal aimé fait un martyr patriote et un « héros du peuple », montre bien les étapes de la fabrication régionale d’un héros. Dès son exécution en 1810, à Mantua, sur l’ordre de Napoléon, les intellectuels protestants d’Angleterre et du nord de l’Allemagne mettent en place une entreprise de glorification littéraire du héros mort, interprétant sa tentative de résistance comme un combat épique contre les Français. En 1823, le rapatriement du corps et son enterrement dans la Hofkirche à Innsbruck marquent les débuts d’un culte héroïque rendu à Hofer. Mais celui-ci était cependant strictement contrôlé. Si la maison impériale d’Autriche a anobli Hofer, elle n’en reste pas moins opposée à l’émergence d’une « nation tyrolienne » et craint une mobilisation révolutionnaire des paysans. Cette position n’évoluera qu’en 1867 après la défaite de l’Autriche. Jusqu’alors considéré comme un dangereux agitateur pro-démocratique, Hofer est soudain transformé en un héros de la patrie et du catholicisme, dont une riche création artistique fabrique l’hagiographie. Son combat, d’abord interprété comme une lutte contre l’occupant bavarois et français, se trouve alors investi d’un sentiment anti-italien. Assimilant Français et Italiens dans une même latinité, cette réinterprétation conférait à l’Autriche une mission, historiquement fondée, de défense de la frontière sud de la monarchie devenue instable. Hofer peut donc ainsi symboliser à la fois l’identité régionale du Tyrol et tout ce qui rattache celui-ci à la monarchie. En 1893 un monument lui était consacré sur le mont Isel tandis qu’en 1899 une chapelle commémorative était érigée sur son lieu de naissance. En 1909, à l’occasion du centenaire de la révolte, l’image héroïque d’Andréas Hofer est définitivement fixée. Le héros tyrolien Hofer est resté très populaire. Aujourd’hui, les Schützen5 entretiennent avec soin sa mémoire (Cole 1996) et il n’est pas rare que le « héros du peuple » Hofer serve d’argument pour renforcer l’autonomie régionale et lutter contre l’emprise de l’État.

L’État et le rituel : le millénaire en 1996

15Au début des années 90, l’Autriche a connu un véritable bouleversement. L’ouverture du « rideau de fer », l’adhésion imminente à l’Union européenne et son insertion perceptible dans l’économie mondiale laissaient prévoir que les possibilités d’une politique nationale étaient limitées et que le système de l’État-providence était menacé. L’Autriche était amenée à redéfinir sa position, c’est-à-dire - en termes anthropologiques - à inscrire son espace et son temps dans des catégories nouvelles. Dans de telles circonstances, les rituels officiels sont mis à profit afin de donner à la nation les moyens d’une nouvelle assurance.

16L’année 1995 vit donc célébrer le 50e anniversaire de la République ainsi que les 40 ans du « Staatsvertrag », tandis qu’en 1996 on commémorait solennellement le « patrocinium », le millénaire de la première citation de l’Autriche - « Ostarrîchi ». Au début, ces deux célébrations étaient bien distinctes. L’anniversaire de la République permettait de s’interroger sur l’histoire contemporaine et sur le mythe national de « l’heure zéro », après 1945. Le millénaire, lui, s’inscrivait dans une perspective plus longue et donc plus confortable. Les cérémonies se sont pourtant déroulées de façon presque identique, dans la quasi-indifférence de la population. Seule la « fête de la liberté », organisée en 1995 par des artistes, parvint à surmonter la passivité citoyenne. Quant au millénaire, il n’eut rien du « rite de passage » vers un avenir européen qu’attendaient les officiels. Le motif de la première citation du nom de l’Autriche était finalement trop mince et il était de toute façon impossible de construire une continuité nationale de cette origine jusqu’à la République actuelle. On en est donc arrivé au constat unanime de l’absurdité de ces festivités. Pendant que certains intellectuels en louaient le déroulement « sans emphase », d’autres déploraient ces « célébrations ratées » et l’absence d’un « pathos national ».

17Les deux évaluations sont révélatrices de l’interprétation de l’histoire et de la pratique officielle des célébrations en Autriche. En fait, l’idée du millénaire date de l’immédiat après-guerre, où elle a servi à la construction prudente d’une nouvelle identité nationale. En 1946, devenue année du 950e anniversaire, l’« Autriche millénaire » est proposée comme antidote à l’« Empire millénaire (allemand) ». L’Autriche soulignait ainsi son indépendance, tout en cherchant à faire oublier une histoire contemporaine accablante au profit d’un long passé lui permettant de se définir comme le garant historiquement confirmé de la paix en Europe.

18Pourtant, en 1946 comme en 1996, ni la création ni le renforcement d’un héroïsme national n’étaient l’enjeu de l’État - bien au contraire : à l’absence de plaisir de la fête s’ajoutait l’abstention de l’État qui non seulement ne souhaitait pas imposer son interprétation de l’histoire, mais officiellement favorisait des interprétations plurielles et des manifestations diversifiées autour du millénaire. La célébration de 1996 devait surtout être l’occasion d’un bilan, médiatisé par des expositions, montrant la genèse nationale du « making Austrians » et examinant la construction des mythes nationaux.

19Mais, dans ce contexte, la notion de héros national devenait bien entendu centrale. L’histoire de l’art s’y intéressa directement, en se penchant sur les thèmes du culte des héros et du statut du monument. Pourtant, le plus souvent, on a préféré substituer la référence aux « grands hommes » à l’évocation, quelque peu embarrassante, des héros. Ce fut le cas de l’exposition « Ostarrîchi » en Basse-Autriche, où était présentée une galerie de « personnages célèbres » (Bruckmüller & Urbanitsch 1996) dont la sélection restait malgré tout subjective et arbitraire, ou de l’exposition en plein air dans le jardin du château de Schönbrunn à Vienne qui rassemblait mille « grands hommes (et femmes) autrichiens ». Ces souverains, inventeurs, écrivains, musiciens et sportifs étaient supposés incarner tout ce qui fait la fierté d’une nation et de ses citoyens, mais aussi tout ce qu’ils ont occulté, ce qu’ils ont refoulé de leur mémoire. A côté d’eux, on n’oublia certes pas de laisser une place à l’antihéros autrichien, celle des criminels de l’histoire, mais cette place, unique, resta vide, sans nom, sans visage, et donc symboliquement inoccupée. Cet « oubli » n’était pas simplement dû à un certain dilettantisme des scénographes : il semble encore logique aujourd’hui de donner un nom aux neuf cent quatre-vingt-dix-neuf « bons » et de laisser anonymes les « mauvais ».

  • 6 Le feld-maréchal Johann Josepf Wenzel, comte de Radetzky, est devenu populaire en 1848 pour avoir (...)
  • 7 Ce contrôle expliquerait en partie la carence autrichienne en héros. Il a en effet contribué à fre (...)

20La distance vis-à-vis des personnages héroïques trouve aussi son origine dans des modèles littéraires, créés par des écrivains, souvent juifs, pendant et après la Première Guerre mondiale. Karl Kraus, par exemple, tournait en dérision la « vénération des héros » (Kraus 1986) et Robert Musil, dès 1927, constatait que le plus remarquable avec les monuments c’est qu’on ne les remarque pas (Musil 1978 : 506-509). Mais le grand « classique » en matière d’usure des héros autrichiens est un roman de Joseph Roth, ce grand écrivain né en Galicie et mort en 1939 à Paris. Ce n’est pas un hasard si ce roman, qui relate l’histoire de la famille Trotta originaire de Slovénie, s’intitule La Marche de Radetzky6. Le grand-père, issu du milieu paysan, sauve courageusement la vie de l’empereur François-Joseph pendant la bataille de Solferino. Anobli, considéré comme un héros, il reçoit les plus hautes décorations militaires et finit, bien que transfiguré, par trouver place dans les manuels scolaires. Son fils, lui, devient un fonctionnaire dévoué à l’Empire, hostile à tout mouvement nationaliste et à tout ce qui peut menacer son monde, c’est-à-dire la monarchie austro-hongroise. Le petit-fils enfin, échoué dans l’une des villes frontalières de l’Empire, devient alcoolique. Son seul acte héroïque - trop anodin pour être relaté dans les manuels scolaires - est de trouver la mort pendant la Première Guerre mondiale, non pas l’arme à la main mais en cherchant de l’eau pour ses camarades (Roth 1989). Il est très significatif que la fin de la lignée d’un héros soit liée à la disparition de la monarchie. A travers la chronologie de cette famille, Roth décrit, comme une loi quasiment naturelle, le déclin de l’État multi-ethnique. Le héros « naît » - tout comme Radetzky - pendant la dernière grande bataille gagnée par la monarchie, tandis que son fils, le fonctionnaire, symbolise le sanglant combat défensif de la dynastie des Habsbourg et le contrôle qu’elle a tenté d’exercer sur la fabrication des héros (Cole 1996)7.

  • 8 Mouvement politique nationaliste qui considérait que l’Autriche faisait partie de l’Empire germani (...)

21A l’époque de la publication de ces ouvrages, les Deutschnationalen8 et les nationaux-socialistes se sont violemment attaqués à ces interprétations littéraires. La Première République recueillait pourtant un bien étrange héritage. Si les autres États faisant autrefois partie de l’Empire avaient pu, dans le cadre de la résistance qu’ils avaient menée contre l’Autriche, se créer leur propres héros nationaux, il n’en allait pas de même pour cette dernière. Les héros de la monarchie, qui s’étaient battus pour la sauvegarde de l’empire supra-national, ne pouvaient en effet pas être réutilisés par la République « Deutsch-Österreich », farouchement opposée à l’ancienne dynastie des Habsbourg. Après l’échec de sa tentative de créer ses propres héros républicains, le nouvel État dut se contenter d’habiller autrement les héros « reçus » de la monarchie. Le phénomène fut surtout perceptible entre 1934 et 1938, alors que le régime austro-fasciste était à la recherche d’une continuité. L’« époque héroïque » de l’Autriche - c’est-à-dire l’époque des guerres contre les Turcs - aurait certes pu devenir le modèle idéologique de l’autonomie autrichienne (Mitterauer 1982), mais les héros proposés n’étaient pas en mesure de rivaliser avec la force d’attraction des cultes héroïques nationaux-socialistes. Ce n’est qu’après la débâcle de la Seconde Guerre mondiale que les tentatives de la Deuxième République de fonder une identité nationale rendirent acceptable une histoire « non héroïque ». Le roman de Joseph Roth devient alors - peut-être inconsciemment - une « narration nationale » : l’Autriche a perdu ses héros sur les chemins de l’histoire et la Deuxième République fait définitivement de l’« antihéros » son symbole.

Des lieux de mémoire abandonnés

22Considérant l’absence de pathétique dans les légendes héroïques autrichiennes, il n’est pas surprenant que les lieux de la mémoire héroïque n’aient pas été investis au cours des célébrations de 1995 et 1996. On peut en conclure qu’ils n’ont pas une grande importance dans la vie officielle de la Deuxième République. Et de fait, presque tous les monuments centraux confirment cette hypothèse. Le Heldenberg, déjà mentionné, édifié en province en 1849, n’est pas le fruit d’une initiative officielle, mais celui de l’enthousiasme patriotique d’un fournisseur de l’armée devenu riche. Malgré la sépulture de Radetzky, le Heldenberg ne remporta jamais l’adhésion et ne fut pas achevé après la mort du feld-maréchal. Restauré à plusieurs reprises, ce lieu de mémoire ne joue cependant presque aucun rôle, excepté auprès des associations d’anciens combattants.

23La Votivkirche, à Vienne, est un autre lieu de mémoire dédié aux héros. Construite en souvenir de l’issue heureuse de l’attentat commis contre l’empereur François-Joseph, cette église, consacrée solennellement en 1879, devait être transformée en « panthéon de l’histoire autrichienne ». Sur le modèle de l’abbaye de Westminster ou du Panthéon de Paris, les héros du passé et de l’avenir devaient y trouver leur dernier repos. Mais le projet s’effondra rapidement : le lieu était censé représenter la monarchie dans sa totalité et le choix des personnages qui devaient y être inhumés s’avérait politiquement très sensible, voire impossible dans le contexte des velléités nationalistes qui couvaient dans l’Empire. Une « salle des généraux » et une « salle de la gloire » furent intégrées dans le nouveau musée de l’Armée, présentant les héros militaires qui avaient gagné les grandes batailles de la monarchie.

24Malgré quelques différences, les histoires racontées dans le Heldenberg, dans la Votivkirche et dans les salles du musée de l’Armée sont assez semblables. Il n’est pas surprenant qu’elles n’évoquent qu’une histoire militaire : celle d’une Autriche luttant contre le protestantisme pendant la guerre de Trente Ans, défendant l’Occident chrétien pendant les guerres contre les Turcs, se battant contre la Révolution pendant les guerres napoléoniennes et s’opposant encore tout au long du xixe siècle aux revendications des mouvements nationalistes. A la fin du xixe siècle, l’armée était devenue le seul facteur stabilisateur de l’Empire. Mais, en même temps que la monarchie des Habsbourg, l’image historique d’une Autriche assurant la défense de l’Europe est également devenue obsolète.

25Le seul lieu de mémoire resté officiellement « vivant » après 1918 est le « monument aux héros » sur la Heldenplatz à Vienne. Construit en 1824 pour célébrer le onzième anniversaire de la bataille des Nations de Leipzig, ce n’est qu’après la Première Guerre mondiale qu’il est devenu le « lieu du souvenir patriotique des héros ». A partir de 1925, les militaires commencèrent à réclamer un monument régional aux « combattants de guerre ». Mais peu à peu l’idée d’un « monument autrichien aux héros » gagnait du terrain. Il ne s’agissait pas de construire un lieu de mémoire pour « le soldat inconnu selon le modèle occidental » mais bien un « lieu de gloire pour les fils héroïques de l’ancienne Autriche de 1618 à 1918 ». En 1934, le « monument aux héros » de la Heldenplatz est complété et officiellement inauguré, en grande pompe, au mois de septembre. Les austro-fascistes catholiques venaient alors de vaincre, après une guerre civile sanglante, les sociaux-démocrates et l’interdiction du mouvement national-socialiste avait été déclarée. Les tentatives de faire du chancelier Dollfuss, assassiné par les nationaux-socialistes pendant une tentative de coup d’Etat, un « héros » et « martyr » de l’Autriche coïncidaient avec les intentions politiques qui sous-tendaient la transformation du monument : « l’actualité héroïque de l’Autriche » était mise en relation directe avec les traditions héroïques de la monarchie. En concurrence avec l’Allemagne national-socialiste, l’Autriche voulait affirmer, devant l’histoire, sa mission culturelle et son autonomie en tant que seul bastion catholique. Mais, comme par une ironie du sort, l’artiste à qui on avait confié le projet de restructuration déclara fièrement en 1938, après le rattachement de l’Autriche à l’Allemagne, qu’il y avait déjà incorporé une dédicace national-socialiste. Poursuivant l’effet de palimpseste, on y ajouta à la fin de la Seconde Guerre mondiale une plaque commémorant les victimes des années 1939 à 1945, tandis qu’en 1965 le monument connaissait son dernier avatar : une salle consacrée à la mémoire des résistants autrichiens contre le national-socialisme (Feller 1994).

26Aujourd’hui, le « monument aux héros » est largement absent de la conscience citoyenne. Les portes en sont presque toujours fermées, la flamme n’en est que rarement allumée et les commémorations officielles n’y sont célébrées qu’au 1er novembre, jour des morts. Pourtant, le calme et le silence qui règnent autour de ce « monument aux héros autrichiens », situé près de l’une des artères les plus animées de Vienne, sont trompeurs. Il y a ici trop de héros différents et controversés à célébrer ; chaque transformation de l’édifice ajoute des constructions historiques contradictoires. L’ensemble finit par refléter l’histoire pleine de conflits et de discontinuités de la construction de la nation autrichienne, tout comme la Heldenplatz, la « place des héros » avoisinante, elle aussi devenue un lieu de silence accablant dans ce siècle bruyant qui a produit tant de héros.

La place des héros

27La Heldenplatz, ainsi nommée en 1878, est la plus grande et l’une des plus centrales places de Vienne. Elle n’évoque au premier abord que la gloire passée du pouvoir impérial. Des monuments érigés en l’honneur du prince Eugène (le combattant de la frontière Est) et de l’archiduc Charles (le combattant de la frontière Ouest) renvoient à un répertoire héroïque marqué par les Habsbourg. Mais la place cache une autre histoire, qui lui donne son statut particulier dans la mémoire collective de la République. Lieu choisi par Hitler pour y prononcer, le 15 mars 1938, dans l’enthousiasme populaire, le discours de rattachement de l’Autriche à l’Allemagne, la « place des héros » est une métaphore de la « double identité » (Hanisch 1994) d’une population autrichienne partagée entre le soutien à l’idée d’un État autrichien -pendant la monarchie et, plus faiblement, pendant la Première République - et le sentiment nettement dominant d’une appartenance à la nation germanique. Cette ambiguïté a perduré jusque dans les années 50. La Heldenplatz la rend visible : elle est en même temps l’emblème de la volonté euphorique de rattacher l’Autriche à l’Allemagne nazie, le symbole du « refoulement » collectif de la dictature nazie, du « travail » critique sur la mémoire, et le lieu où s’est exprimée pour la première fois officiellement la conscience nationale autrichienne. Ce contenu fortement contrasté se révèle encore aujourd’hui dans les usages faits de cette place. Parfois, à certaines occasions, remplie de dizaines de milliers de personnes souvent enthousiastes, parfois totalement vide, son ambiance ambiguë est marquée par le bruit ou le silence.

  • 9 Que l’on entend résonner à plusieurs reprises au cours de la pièce.

28Ce n’est nullement par hasard qu’une « place des héros » vide, automnale et triste sert de décor à la pièce Heldenplatz, écrite par Thomas Bernhard à l’occasion du cinquantième anniversaire du rattachement de l’Autriche à l’Allemagne, et dont la première eut lieu en 1988 pour les cent ans du Burgtheater. Bernhard décrit dans cette pièce le retour en Autriche après des années d’exil en Angleterre d’une famille juive. En attendant l’enterrement du père qui, encore traqué par les voix fanatiques retentissantes de la Heldenplatz9, avait fini par se suicider, les membres de la famille se souviennent de leur expulsion et échangent leurs réflexions sur l’époque actuelle. Pour Thomas Bernhard il s’agit là d’un présent tout « autrichien », caractérisé par l’antisémitisme et l’opportunisme.

29Le scandale public et politique provoqué par la pièce fut considérable (Burgtheater 1989). Perçue, dans le contexte de l’« affaire Waldheim », comme une « injure à l’Autriche », la première dut avoir lieu sous surveillance policière. Pourtant la pièce, comme le scandale, faisaient déjà partie d’une certaine tradition : dans les années 60 les écrivains et comédiens Carl Merz et Helmut Qualtinger avaient créé un personnage nommé « Herr Karl » (Monsieur Charles). Cet antihéros autrichien, opportuniste, tout à la fois jovial et répugnant, représente les milliers de personnes qui ont suivi le discours de Hitler, qui ont commenté avec enthousiasme le rattachement de l’Autriche et qui, après 1945, ne se sont malgré tout posé aucune question sur leur responsabilité et leur culpabilité (Merz & Qualtinger 1986).

30La Heldenplatz, devenue la métaphore de la célébration du « rattachement », fut donc plus tard le lieu symbolique du « refoulement », par la Deuxième République, de ce passé-là. A partir des années 60, la place est le point d’aboutissement des manifestations commémorant l’occupation de l’Autriche et le souvenir des victimes du régime nazi. S’instaure donc un nouveau rituel qui consiste à nettoyer la place de son passé. Dans la symbolique politique, dans la mise en concurrence des chiffres de participants, l’enjeu est toujours la domination de la Heldenplatz - et ainsi, analogiquement, de l’Autriche.

31Ces efforts pour une occupation hégémonique de la place tout comme son assimilation à l’Autriche incluent toujours le discours de Hitler et le passé national-socialiste. On n’oublie pas non plus que des « héros » autrichiens y ont stimulé les premiers sentiments nationaux. En 1932, par exemple, des milliers d’auditeurs s’y étaient rassemblés pour assister à la première transmission radiophonique, celle de la défaite du « Wunderteam » (l’équipe miraculeuse du football autrichien) contre l’Angleterre. Quarante ans plus tard, en 1972, le skieur Karl Schranz, exclu des Jeux olympiques à Sapporo, y était accueilli triomphalement par les Autrichiens, excités par les media, indignés par cette « tragédie nationale » portant atteinte à un « héros de la nation ». Confrontés à cette forme de fanatisme, les journalistes étrangers et les intellectuels autrichiens se souvenaient à nouveau de 1938, de l’entrée solennelle de Hitler à Vienne et de son célèbre discours depuis le balcon du château impérial.

Les héros nationaux autrichiens

32Si, nous l’avons vu, le mont Isel à Innsbruck commémore le souvenir du combattant tyrolien Andreas Hofer, il n’est pas seulement aujourd’hui un lieu de mémoire régional. Il est aussi le terrain d’un nouvel « héroïsme » autrichien, où se livrent - sportivement et sur un tremplin de ski - des « batailles pour l’Autriche », comme les media aiment à le dire. L’emploi d’une telle rhétorique, empreinte d’exaltation et de nationalisme, pour désigner un événement sportif, était déjà avéré dans les premières années de la nation autrichienne, après 1945. L’enthousiasme autrichien pour le sport a été l’expression - et l’activateur - de l’approbation du projet de la nation autrichienne après la Seconde Guerre mondiale. Pour la première fois - presque comme un rattrapage historique - on vit apparaître des « héros nationaux autrichiens » (Skocek 1994), explicitement désignés ainsi. Ils étaient la personnification d’un paysage symbolique de la nation qui présentait aussi l’incontestable avantage économique d’affirmer aux yeux du monde sa vocation touristique : un paysage alpin intact, des paysans simples, restés intègres face à l’histoire contemporaine. Les skieurs des petits villages montagnards correspondaient parfaitement à cette « provincialisation » de l’Autriche (Johler, Nikitsch & Tschofen 1995). Certains d’entre eux sont toujours très populaires, comme Toni Sailer, qui a remporté plusieurs médailles aux Jeux olympiques d’hiver de Cortina d’Ampezzo en 1956. Quelques mois après la signature du Staatsvertrag, la République, ayant retrouvé son autonomie, s’installait donc dans le nouveau rôle qu’elle s’était choisi au niveau international : l’Autriche se débarrassait de son passé militaire et politique pour se définir comme « grande puissance sportive ».

33Le parcours de Sailer a servi de modèle et d’idéal à de nombreux jeunes sportifs. « Héros intact dans une nature intacte », il incarnait les vertus de l’héroïsme à l’autrichienne de l’après-guerre : l’origine paysanne, le naturel, l’accent, la vie près de la nature et le courage quotidien de l’affrontement avec la montagne sont devenus les caractéristiques indispensables de la biographie collective d’une carrière ascensionnelle - sportive comme nationale. L’image d’une simplicité victorieuse vient donc masquer symboliquement le passé controversé de la nation : les skieurs, « gars rudes mais innocents », héros d’un sport tenu pour « sans histoire », tiennent leur supériorité physique de la nature même du pays, tout aussi rude et innocent.

  • 10 A l’exception, par exemple, du « héros du tennis », Thomas Muster, ou de l’équipe de football, les (...)

34Les autres sports, plus urbains, en fait essentiellement viennois et donc « pourvus d’une histoire », n’étaient pas adaptés à ce nouveau panthéon de « héros nationaux » d’origine paysanne. Les sportifs de ces disciplines incarnaient plutôt avec persistance un autre motif de l’identification nationale : ils menaient le combat, le plus souvent sans succès, des « petits », doués mais freinés par leur mentalité autrichienne, contre les « grands » de ce monde. De fait, leurs succès au niveau international étaient rares10. Pourtant, quand la société autrichienne, confrontée à une modernisation rapide, a commencé à exiger de ses « héros » un nouveau profil culturel, les sports d’été et surtout la formule 1 sont devenus un nouveau champ de recrutement de candidats à l’héroïsme. La biographie du pilote de formule 1 Jochen Rindt par exemple, mort dans un accident en 1970, est rédigée comme une épopée. Ce n’est toutefois qu’avec le pilote de course Niki Lauda (« Niki nationale ») que la ville s’affirmera définitivement, à côté de la province, comme un champ de recrutement des héros autrichiens.

Faut-il finalement approuver Hegel ?

35« Malheur au peuple qui a besoin de héros », constatait le philosophe Georg Wilhelm Friedrich Hegel. A suivre ce raisonnement, on pourrait en conclure qu’un peuple sans héros nationaux (et donc sans pathétique) doit être heureux. Qu’en est-il de l’Autriche ?

  • 11 « Bella gerant alii, tu felix Austria nube » était une des devises des Habsbourg, dynastie assez p (...)
  • 12 « Der Österreicher denkt sich seinen Teil und lässt die andern reden », citation extraite de König (...)
  • 13 Le liebe Augustin (bon Augustin), est un personnage légendaire de Vienne. Joueur de cornemuse, men (...)

36L’absence de héros nationaux ainsi que la différence volontairement accentuée vis-à-vis des nations « ordinaires » ont été depuis longtemps interprétées comme un élément du folklore national et de la culture populaire. L’expérience de la discontinuité, étatique et nationale, aurait renforcé une tendance déjà omniprésente dans la mentalité autrichienne : le scepticisme envers les héros. Si l’Autrichien est le prototype de « l’homme sans qualités », la République autrichienne ne peut être qu’un « pays sans qualités » (Menasse 1992) et donc un État qui sait renoncer aux héros. Cette caractéristique mentale de l’homo austriacus s’inscrit donc sans problème dans les représentations traditionnelles. Parmi les vertus autrichiennes, souvent décrites et déplorées parce qu’elles n’aspirent que rarement à l’héroïque, il y a par exemple le fait que « l’heureuse Autriche » préfère se marier que mener des guerres sanglantes11 ou que l’Autrichien garde ses pensées pour lui et laisse la parole aux autres12. Du liebe Augustin13 de l’époque des grandes épidémies de peste au Herr Karl de l’époque nazie, les manuels scolaires nous présentent ainsi des lignées de personnages caractéristiques ayant échangé, avec une facilité déconcertante, le courage civique contre la ruse quotidienne et l’héroïsme contre un fatalisme confortable.

37Il existe de nombreuses explications, populaires et savantes, de la mentalité autrichienne et donc du stéréotype autrichien de l’antihéros. On en a tour à tour attribué la responsabilité à la domination de la cour des Habsbourg, au pourcentage élevé de fonctionnaires par rapport à la population globale, à l’importance de l’armée et à l’histoire même de l’Autriche qui entache d’une expérience plutôt négative les rapports à l’héroïsme. Quoi qu’il en soit, ce stéréotype convient parfaitement à la reconstruction idéologique de la Deuxième République, qui a vu l’État et la nation s’appuyer sur les métaphores du petit, du féminin et de l’innocent (Mattl 1996). L’Autriche ressuscitée n’a pas cherché à renouer avec ses traditions militaristes et a renoncé aux manifestations trop démonstratives d’une mise en scène nationale. On y cherchait plus des « figures paternelles » que des « héros » politiques. Déterminés à éviter tout conflit social, l’État-providence de la Deuxième République et ses institutions favorisaient nettement les modèles pacifiques. Les skieurs venaient à propos combler, au moins partiellement, le vide et qu’ils soient devenus des « héros nationaux » semble parfaitement logique. Mais ces sportifs n’étaient pas seulement des substituts conjoncturels, ils étaient surtout les précurseurs de nouvelles formes de héros produits, non plus par les élites nationales ou l’État-nation, mais par les agences d’une société médiatique et d’une culture de masse.

38Même s’il s’agit d’une évolution commune à l’ensemble des pays occidentaux, elle n’en prend pas moins un tour assez particulier en Autriche, du fait de la connotation plutôt négative du registre de l’héroïsme. En Autriche, si l’on parle de « héros », le terme est toujours mis entre guillemets. Nous avons vu que depuis la Seconde Guerre mondiale les performances héroïques se déroulent dans les domaines du divertissement, de la culture et du sport qui semblent politiquement neutres et non militarisés. Ce transfert linguistique du « héros » dans le quotidien civil s’accentue encore quand de courageux sauveteurs, élus par les media et célébrés par l’État, sont sacrés « héros de l’année » ou « héros du quotidien ». On leur attribue ce qui semble justement manquer dans la société actuelle : l’intervention désintéressée pour le bien de la communauté et surtout le « courage civique ». Si ces « héros neutralisés » semblent typiquement modernes, ils gardent pourtant un rapport étroit avec le passé. En effet, cette récente « production » civile de figures héroïques dans les pays germanophones est, au moins indirectement, mise en opposition avec la tradition des héros militaires comme avec le manque, souvent déploré, de courage civique pendant l’Holocauste. Le « héros entre guillemets » reflète ainsi l’ambiance nationale même s’il correspond en fait à un « mainstream » européen : dans une époque « dé-héroïsée », il n’est plus fabriqué par les producteurs traditionnels de héros, l’État et l’Église, mais par l’industrie du divertissement et il est devenu difficile de l’attribuer, dans notre culture de masse, à des « imagined communities » de consommateurs.

39Les mythes véhiculés par les héros ne sont qu’un des multiples facteurs qui renforcent le sentiment d’une identité nationale. Il n’est pas non plus indispensable, comme le montre l’exemple autrichien, de disposer d’un « récit national » achevé. Le « pouvoir des faits » (Haller 1996) et une vie quotidienne sereine semblent être les meilleurs garants de l’existence nationale, surtout dans les périodes de crise. Le manque constaté de héros nationaux consensuels est donc en Autriche un fait généralement admis. De fait, l’histoire autrichienne ne se raconte pas - comme par exemple celle des États-Unis (Dorson 1973) - par ses héros. On a peut-être sans grandes difficultés utilisé le folklore comme substitut d’une narration nationale. Pourtant, les héros de la guerre, trop facilement oubliés, tout comme les héros historiques, relégués dans un passé lointain, pèsent toujours sur l’imaginaire national et laissent craindre que l’harmonie ne soit que trompeuse. La multitude désordonnée des figures héroïques présentes en Autriche permet à des épisodes refoulés de l’histoire nationale de « survivre » dans certains milieux. Ces « héros » font parfois simplement partie d’un folklore inoffensif mais ils peuvent aussi devenir une arme dangereuse venue du passé. Il semble que Hegel ne se soit pas trompé !

Bibliographie

Références bibliographiques

Bernhard, Th. 1988. Heldenplatz, Francfort/Main, Surnhard.

Bhaba, H.K. 1990. Nation and Narration, Londres, Routledge.

Boette. 1930-31. « Helden », in Handwörterbuch des deutschen Aberglaubens, vol. 3, Berlin-Leipzig, Walter de Gruyter, pp. 1698-1701.

Bruckmüller, E. & P. Urbanitsch (dir.). 1996. 996-1996. Ostarrîchi Österreich. Menschen Mythen Meilensteine, Horn, Verlag Berger.

Burgtheater, W. (dir.). 1989. Heldenplatz. Ein Dokumentation, Vienne, Selbstverlag.

Cole, L. 1996. « Province and patriotism. German national identity in Tirol, 1850-1914 », Österreichische Zeitschrift für Geschichtswissenschaft, n° 6, pp. 61-83.

Cole, J.W. & E.R. Wolf. 1995. Die unsichtbare Grenze. Ethnizität und Ökologie in einem Alpental, Vienne-Bozen, Folio Verlag.

Dorson, R.M. 1973. America in Legend. Folklore from the Colonial Period to the Present, New York, Pantheon Books.

Feller, B. 1994. « Ein Ort patriotischen Gedenkens. Das österreichische Heldendenkmal im Burgtor in Wien », in J. Tabor (dir.), Kunst und Diktatur. Architektur, Bildhauerei und Malerei in Österreich, Deutschland, Italien und der Sowjetunion 1922-1956, vol. 1, Baden, Verlag Grasl, pp. 142-147.

Giller, J., H. Mader & Chr. Seidl. 1992. Wo sind sie geblieben ? Kriegerdenkmäler und Gefallenenehrung in Österreich, Vienne, Österreichischer Bundesverlag.

Haller, M. 1996. Identität und Nationalstolz der Österreicher. Gesellschaftliche Ursachen und Funktionen, Vienne, Böhlau.

Hanisch, E. 1994. Der lange Schatten des Staates. Österreichische Gesellschaftsgeschichte im 20. Jahrhundert, Vienne, Ueberreuter.

Heindl, W. 1996. « Prinz Eugen von Savoyen. Heros et Philosophus. Gedanken zu einem männlichen Schulbuchhelden », L’Homme, n° 7, pp. 56-74.

Johler, R. 1995. « Das Ethnische als Forschungskonzept : die österreichische Volkskunde im europäischen Vergleich », in O.Bockhorn & Kl. Beitl (dir.), Plenarvorträge. 5. Internationaler Kongress der sief, Vienne, Selbstverlag, pp. 69-101.

– 1997. « Warum haben Österreicher keinen Bedarf an Nationalhelden », Österreichische Zeitschrift für Volkskunde, n/100, pp. 185-122.

Johler, R., H. Nikitisch & B. Tschofen. 1995. Schönes Österreich. Heimatschutz zwischen Ästhetik und Ideologie, Vienne, Selbstverlag.

Kosseleck, R. 1979. « Kriegerdenkmale als Identitätsstiftungen der Uberlebenden », in O. Marquard & K. Stierle (dir.), Identität, Munich, Fink Verlag, pp. 255-276.

Kraus, K. 1986. Die letzten Tage der Menschheit. Tragödie in fünf Akten mit Vorspiel und Epilog, Francfort/Main, Suhrkamp.

Mattl, S. 1996. « Geschlecht und Volkscharakter. Austria engendered », Österreichische Zeitschrift für Geschichtswissenschaften, n° 6, pp. 499-515.

Menasse, R. 1992. Das Land ohne Eigenschaften. Essays zur österreichischen Identität, Vienne, Sonderzahl.

Merz, C. & H. Qualtinger. 1986. Der Herr Karl, Vienne, Rowohlt.

Mitterauer, M. 1982. « Politischer Katholizismus, Österreichbewußtsein und Türkenfeindbild. Zur Aktualisierung von Geschichte bei Jubiläen », Beiträge zur historischen Sozialkunde, pp. 111-120.

Musil, R. 1978. Nachlaß zu Lebzeiten, Reinbek près Hambourg, Rowohlt.

Roth, J. 1989. Radetzykmarsch. Roman, Cologne, Kiepenheuer & Witsch.

Skocek, J. 1994. Sportgrößen der Nation. Der Aufstieg des Österreichers vom Helden zum ewigen Verlierer, Bad Sauerbrunn, Édition Tau.

Notes

1 L’« affaire Waldheim », en 1986, n’a fait que souligner ce fait à l’échelle internationale.

2 Armée bajuware de libération.

3 « Héroïsme » et « Führerprinzip » (le principe du commandement) sont considérés dans le « Handwörterbuch des deutschen Aberglaubens » comme des notions universellement reconnues par les ethnologues : « Dem Volke ist natürlich, dass es sich seine Helden schafft, sie bewundert und sich vor ihnen beugt » (« Il est dans la nature du peuple de créer ses héros, de les admirer et de s’incliner devant eux », Boette 1930-31). Il n’est donc pas surprenant que l’histoire de l’ethnologie autrichienne (Johler 1995) doive être lue et en partie comprise en regard de l’histoire des héros autrichiens. L’ethnologie autrichienne est née des objectifs patriotiques de la monarchie, de la recherche empressée de héros dans la tradition orale et de la muséification des symboles de la mémoire patriotique. Mais la véritable contribution innovatrice de la discipline a été tout autre : c’est l’ethnologie qui a découvert les paysans et les artisans, les ouvriers et les femmes, qui en a fait des « héros du quotidien » et les a introduits dans l’histoire. L’ethnologie n’est certes pas seule responsable de cette diffusion de l’héroïsme ordinaire ; celui-ci avait également été largement popularisé par la guerre et l’alpinisme. Ce projet d’héroïsation de la vie quotidienne a finalement été couronné de succès comme le montre la fortune actuelle des « héros de tous les jours ».

4 Contrat signé entre l’Autriche et les représentants des Alliés dix ans après la Seconde Guerre mondiale. Il fut à l’origine de la Deuxième République, c’est-à-dire de l’État autrichien tel qu’il existe aujourd’hui.

5 Sorte de régiment civil d’hommes se considérant comme les héritiers des paysans qui étaient autrefois autorisés à porter des armes. Aujourd’hui réunis en associations, ils organisent chaque année leurs propres fêtes et participent, en armes, à toutes les parades et défilés locaux.

6 Le feld-maréchal Johann Josepf Wenzel, comte de Radetzky, est devenu populaire en 1848 pour avoir sauvé la monarchie. Il est enterré sur le Heldenberg. Aujourd’hui, il est surtout connu pour avoir donné son nom à la Marche de Radetzky, composée par Johann Strauss père, et qui conclut chaque année, accompagnée des applaudissements rythmés du public enthousiaste, le concert du Nouvel An.

7 Ce contrôle expliquerait en partie la carence autrichienne en héros. Il a en effet contribué à freiner la diffusion à l’échelle nationale des héros populaires qui sont demeurés cantonnés dans la mémoire locale, tandis que les héros militaires que la monarchie voulait imposer ne rencontraient aucun succès. En fait le modèle était donné par l’empereur François-Joseph, soldat mais surtout fonctionnaire suprême de la monarchie, dans lequel l’écrivain Franz Werfel voyait la personnification de la « médiocrité héroïque ».

8 Mouvement politique nationaliste qui considérait que l’Autriche faisait partie de l’Empire germanique et devait retourner dans son giron.

9 Que l’on entend résonner à plusieurs reprises au cours de la pièce.

10 A l’exception, par exemple, du « héros du tennis », Thomas Muster, ou de l’équipe de football, les « héros de Cordoba », qui parvint à battre l’équipe nationale de l’Allemagne en 1978.

11 « Bella gerant alii, tu felix Austria nube » était une des devises des Habsbourg, dynastie assez prolifique. L’impératrice Marie-Thérèse donna ainsi naissance à 16 enfants, dont Marie-Antoinette.

12 « Der Österreicher denkt sich seinen Teil und lässt die andern reden », citation extraite de König Ottokars Gluck und Ende, pièce de théatre de Franz Grillparzer (1791-1872).

13 Le liebe Augustin (bon Augustin), est un personnage légendaire de Vienne. Joueur de cornemuse, mendiant et bon vivant, il est tombé, ivre mort, dans la fosse commune pendant la grande peste de 1679 mais s’est réveillé en bonne santé le lendemain.

Auteur

Eva Julien (Traducteur)
Claudie Voisenat (Traducteur)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable