Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique des héros

 | 
Pierre Centlivres
, 
Daniel Fabre
, 
Françoise Zonabend

III. Le temps des héros :émergences et déclins

Un héros de l’ombre : le père Jerzy Popieluszko*

Magdalena Zowczak
Traduction de Mieczyslawa Solak-Zewicka et Krystyna Zaleska

Texte intégral

  • * Je remercie Madame Nela Wojniakiewicz du Musée du père Jerzy Popieluszko.

1Dans la première moitié du xixe siècle, le messianisme, intimement lié à la cause nationale polonaise, s’assura une place de choix dans la culture de ce pays. L’échec du soulèvement de 1831 entraîna des représailles de la part des autorités des États copartageants et fut la cause d’une vague d’émigration vers les pays occidentaux touchant une grande partie de l’élite intellectuelle du pays. Au début des années 1840, une secte religieuse fut fondée à Paris, animée par Andrzej Towianski et comptant parmi ses membres les plus éminents le grand poète polonais Adam Mickiewicz, élevé par Towianski lui-même au rang de prophète. Les disciples du Maître Andrzej n’étaient pas nombreux, mais les idées qu’ils professaient étaient largement diffusées au sein de la société polonaise. La crise politique, la défaite du soulèvement national faisant désespérer de voir la Pologne recouvrer un jour son indépendance, entraînèrent un sentiment de frustration que la situation précaire de l’exil rendit encore plus profond. Ce contexte contribua à une sacralisation de la cause nationale qui, dans certains cas extrêmes, aboutit à une vision confondant l’idéologie nationale et la religion.

Le héros-Messie dans la mythologie nationale polonaise

2Malgré cet aspect nationaliste, le messianisme polonais de la période romantique avait un caractère universel : la résurrection de la Pologne annoncerait la naissance d’un monde nouveau où les rapports politiques entre les États et les peuples reposeraient désormais sur les principes évangéliques. De même que la Passion du Christ a libéré l’homme, de même le martyre du peuple polonais apporterait le salut social et politique à l’humanité entière (Walicki 1983 : 22). La société attendait un Messie incarné dans un homme providentiel qui mettrait fin aux querelles des factions et mènerait les Polonais à la victoire. Cet homme charismatique devrait, selon Adam Mickiewicz, joindre la force morale du Christ au génie de Napoléon. Il devrait être « non comme le Christ devant Ponce Pilate, mais comme le Christ ressuscité, transfiguré, armé de tous les insignes de sa puissance, châtiant et récompensant, le Christ du Jugement dernier, de l’Apocalypse et de Michel-Ange ». (Mickiewicz 1955 : 494). Pour Maître Towianski, ce Messie national devrait faire preuve d’une harmonie absolue entre ses qualités morales et ses actes : « en quoi seul le Christ fut vraiment grand, le vrai héros, libre » (Witkowska 1983 : 221).

3Les œuvres mystiques de Juliusz Slowacki, poète et exilé de la même époque, renferment une vision du Roi-Esprit, « le vrai pape du monde », qui prendrait la tête d’une Révolution universelle. (Le poème de Slowacki, datant de 1848, sur l’avènement d’un pape slave a été, des années plus tard, interprété comme prophétisant l’élection du cardinal Wojtyla au siège de saint Pierre.)

4L’héritage du messianisme romantique fait partie de la mythologie nationale polonaise. Objet de critiques dans les périodes de stabilité politique, le messianisme resurgit en période de crise, ce dont témoigne le choix des symboles adoptés par Solidarnosc dans les années 1980-1989. Les héros de la tradition nationale quittent alors la clandestinité et la société les honore autant qu’elle les avait bafoués aux temps de la propagande communiste. La fascination nationale pour la tradition et ses héros s’accompagne, tout au long de ces années, d’un renouveau religieux, l’Église catholique de Pologne constituant le plus sérieux soutien de l’opposition anticommuniste.

Hommes d’Église et défenseurs de la liberté

5Mes recherches menées dans la campagne polonaise dans les années 1980-1984 sur la figure du héros ont ainsi démontré une popularité toute particulière du cardinal Stefan Wyszynski. Défenseur de la religion, seule autorité morale incontestable, il a souvent été considéré comme celui qui a sauvé l’Église de Pologne, comme le seul héros national de l’après-guerre jusqu’à l’avènement du pape Jean-Paul II, « un héros comme les premiers apôtres » (Zowczak 1990 : 124-126). Il a ainsi joué un rôle fondamental pour la sauvegarde de l’identité nationale polonaise.

6En 1953, le Primat Wyszynski protesta contre l’intervention de l’État dans les affaires intérieures de l’Église. Ce point de vue est exprimé dans un mémoire adressé par l’épiscopat au gouvernement et confirmé publiquement lors de la procession de la Fête-Dieu à Varsovie. Le cardinal Wyszynski y déclarait que l’Église allait donner « jusqu’à son sang » pour défendre le libre exercice de sa mission apostolique, ce qui constitue en même temps une défense de la liberté de conscience et de l’héritage spirituel de la nation. « Nous enseignons qu’il faut rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. Mais lorsque César s’assied sur l’autel, nous lui répondons brièvement : “C’est interdit !” » (Wyszynski 1991 : 226.)

7Dans une de ses déclarations fondamentales, le Primat fait ressortir la différence qui oppose les relations entre l’Église et la nation d’une part et l’Église et l’État d’autre part, l’État n’ayant pas la pérennité d’une nation. Lorsque l’État ne peut pas secourir la nation, l’Église s’en charge et se substitue à l’État - ne serait-ce que sur le plan religieux et évangélique -, recréant la trame du tissu national. « Lorsque la nation se trouvait sur le Calvaire, l’Église était à ses côtés, comme autrefois la Mère du Christ au pied de la Croix de son Fils. » (Prymas... 1982 : 68.)

8L’élection de Karol Wojtyla au trône papal a, d’une manière décisive, interrompu le processus de dégradation nationale et culturelle liée à l’amnésie collective produite par le régime communiste. Selon une opinion populaire courante au début des années quatre-vingt, le renouveau polonais aurait véritablement commencé au cours du premier pèlerinage de Jean Paul II en 1979, au moment où, pendant la messe célébrée sur la place Zwyciestwa de Varsovie, le Pape a prononcé ces mots : « Que Ton Esprit descende et qu’il ressuscite la terre, cette terre. »

Aumônier de Solidarnosc1

  • 1 Le père Popieluszko n’a jamais exercé cette fonction officiellement.

9Dans ce contexte où les valeurs religieuses se confondent, par leur transcendance, avec les valeurs nationales, nous avons observé le cas d’un modeste prêtre, Jerzy Popieluszko, dont la mort a notablement contribué à l’effondrement du régime du général Jaruzelski et à la victoire de Solidarnosc ; le procès de ses assassins ayant, pour la première fois, dévoilé à l’opinion publique les mécanismes du fonctionnement de certains départements du ministère de l’Intérieur. Malgré une certaine interchangeabilité entre les symboles nationaux et religieux dans la culture polonaise, la figure du père Popieluszko est d’abord interprétée comme celle d’un martyr et d’un futur saint, incarnant les valeurs religieuses universelles.

10Depuis les grèves de 1980, qui ont eu pour conséquence la fondation du syndicat Solidarnosc, le père Popieluszko est le prêtre des ouvriers de la Fonderie Warszawa. Tous les mois, depuis janvier 1982 jusqu’à sa mort en octobre 1984, il célèbre une messe pour la patrie à l’église Saint-Stanislas de Varsovie. Ses homélies parlent du droit à la vérité, de la liberté, de la dignité, du refus du mensonge et de la haine. Les vérités évangéliques y alternent avec les références à la tradition des luttes polonaises pour l’indépendance et les citations de la littérature romantique. Dans le contexte de la violence dont usait quotidiennement le régime qui s’achevait, ces vérités prenaient une signification particulièrement saisissante.

11Effacé et de santé délicate, le père Popieluszko n’a rien d’un grand orateur ou d’un tribun. Et pourtant, mois après mois, son auditoire grandit et se diversifie. Bientôt, s’y retrouvent des gens de tous âges et de tous statuts sociaux, croyants ou non, depuis les délégations ouvrières venues d’autres régions de la Pologne jusqu’à l’élite culturelle. On commence à voir en lui l’aumônier de Solidarnosc. Personne n’a su, comme lui, éveiller chez les auditeurs un tel sentiment d’union, sentiment dont la force délivrait de la peur. Mais, malgré sa popularité croissante et les signes de sympathie que lui donnait le Pape, le père Popieluszko se sentait seul et menacé. Personne n’était à même de le protéger efficacement. Il était sans cesse tracassé par les services de sécurité qui l’arrêtaient sous de faux prétextes, l’interrogeaient, le terrorisaient.

12Le 19 octobre 1984, après avoir célébré la messe à l’église des Saints-Frères-Martyrs polonais de Bydgoszcz, le père Popieluszko revenait en voiture à Varsovie. En chemin, il est arrêté et enlevé par des agents des services de sécurité, vêtus d’uniformes de la Milice. Son chauffeur et compagnon dévoué réussit à se sauver en sautant, en marche, de la voiture des ravisseurs. Le prêtre, lui, est battu à plusieurs reprises jusqu’à ce qu’il perde connaissance, puis, lié de façon à ce que chacun de ses mouvements resserre le nœud passé autour de son cou, il est transporté dans le coffre de la voiture jusqu’à la ville voisine, Wloclawek, à 150 km de Varsovie, où il est jeté dans la Vistule, un sac de pierres attaché aux pieds.

13Dès que la nouvelle de son enlèvement s’est répandue à Varsovie, des foules ont commencé à affluer à l’église Saint-Stanislas pour y attendre, jour et nuit, le retour du prêtre. Ce n’est que le 30 octobre que les autorités annoncent la découverte de son corps. Conformément à la volonté de ses parents, le père Popieluszko fut enterré près de l’église Saint-Stanislas où sa tombe a immédiatement attiré des milliers de pèlerins. Bien que, après 1989, le culte se soit d’une certaine façon institutionnalisé (plusieurs rues et écoles ont reçu le nom du père Popieluszko et des monuments ont été érigés en son honneur), ce phénomène est resté essentiellement spontané. En fait, l’Eglise le freine plutôt qu’elle ne le favorise, soucieuse d’éviter tout risque de politisation du procès de béatification aujourd’hui en cours.

La symbolique du culte du père Popieluszko

  • 2 Cette expression fait partie du titre d’une plaquette du père Antoni Lewek : Ksiadz Jerzy Popielus (...)
  • 3 L’ordonnance du président de la République de Pologne du 15.08.1990.

14Selon l’interprétation qui voit en lui un héros national, le père Popieluszko est avant tout le « symbole des victimes du communisme2 ». En 1990, le président Walesa l’a décoré de la croix du Mérite « pour avoir fait l’offrande de sa vie dans la lutte contre les communistes pour la Pologne indépendante3 ». Les services de sécurité polonais étant assimilés, dans l’opinion publique, à l’appareil de sécurité russe, le père Popieluszko apparaissait comme un maillon de plus dans la chaîne de victimes à laquelle appartiennent les officiers polonais assassinés à Katyn et dans d’autres camps de prisonniers de guerre soviétiques pendant la Deuxième Guerre mondiale ou les combattants de l’armée de l’intérieur, emprisonnés ou assassinés en Pologne après la guerre. Le régime de la Pologne populaire avait tenté d’occulter ces faits. La version officielle attribuait le massacre de Katyn aux soldats allemands. Ces mensonges provoquaient un profond sentiment de frustration et d’humiliation. « Il y avait des héros autrefois, mais on les a achevés », m’a-t-on dit maintes fois lors de mes enquêtes. Morts prématurément, ils ne pouvaient pas atteindre leur but, leur héroïsme ne pouvait pas s’accomplir - telle était l’opinion assez répandue. Dans un tel contexte, l’assassinat du père Popieluszko devint la goutte qui fit déborder le calice de l’amertume.

15La tradition polonaise de lutte pour l’indépendance connaît des prêtres-aumôniers qui encourageaient les soldats au combat ou étaient eux-mêmes des combattants. Les plus connus sont le père Stanislaw Brzóska, emprisonné par les autorités tsaristes à cause de ses homélies patriotiques, aumônier et général lors de l’insurrection de janvier 1861, exécuté par les Russes à l’âge de 33 ans ; le père Antoni Mackiewicz, commandant des détachements insurrectionnels en Samogitie (Lituanie), exécuté à 37 ans (l’âge du père Popieluszko au moment de son assassinat) ; le père Ignacy Skorupka, aumônier de l’armée polonaise et volontaire de la guerre polono-bolchevique en 1920, mort à 27 ans lors de la défense victorieuse de Varsovie. Ces prêtres s’étaient engagés dans la lutte armée et le nom de héros nationaux qu’on leur attribue rejoint donc la signification traditionnelle de ce terme. Or, significativement, toute référence à ces personnages est absente des inscriptions, poèmes et représentations plastiques consacrés au père Popieluszko et rassemblés dans l’église Saint-Stanislas. Par contre, une autre figure y est souvent mentionnée : celle de saint Maximilien Kolbe, prêtre mort dans le fameux bunker de la faim à Auschwitz après s’être volontairement offert en échange contre le prisonnier condamné à y périr.

  • 4 Même le leader de la sdrp (Social-démocratie de la République de Pologne), Józef Oleksy, avant de (...)

16Tout aussi significativement, on y remarque l’équilibre, voire la prédominance de la symbolique christique sur la symbolique mariale. Or, c’est la Sainte Vierge qui accompagne habituellement le héros national polonais, apparaissant le plus souvent en reine de Pologne telle que la présente son image de Czestochowa. Dans le panthéon populaire, la Sainte Vierge est une divinité protectrice qui défend efficacement les pécheurs, en s’opposant même aux sévères sentences de Jésus4. Quand, à l’époque de l’état de guerre, les autorités ont interdit de porter les emblèmes de Solidarnosc, d’aucuns les ont remplacés par une petite figure de la Sainte Vierge de Czestochowa, sur le fond blanc et rouge, nommée « Sainte Vierge de Walesa ». Une plaisanterie illustrait alors parfaitement le lien entre la Patronne de la Pologne et le héros national - son protégé. On disait qu’au-dessus de Jasna Góra (lieu du culte de Notre Dame à Czestochowa) on avait vu une nouvelle apparition : la Sainte Vierge au milieu des nuages portant à la boutonnière un badge avec un petit portrait de Walesa.

17La symbolique mariale fonctionne, bien sûr, également dans le cas du père Popieluszko (qui a consacré à la Sainte Vierge de Czestochowa des fragments de ses homélies et portait son image accrochée à sa soutane), mais la symbolique de la Croix l’emporte même dans les plus simples des inscriptions offertes par les ouvriers. C’est surtout le dernier voyage du prêtre en compagnie de ses assassins qui est comparé au Chemin de Croix.

  • 5 Dont le projet architectural est dû à Jerzy Kalina.

18Pourtant, sa tombe5, située à côté de l’église Saint-Stanislas, réunit de façon lisible les deux symboliques, religieuse et nationale. La pierre tombale en forme de croix horizontale est entourée de grandes pierres formant une sorte de chapelet dont la disposition rappelle les contours de la Pologne. Les pierres proviennent des différentes régions du pays attestant de la solidarité de toute la nation avec le martyr. L’inscription lapidaire informe laconiquement : « Le père Jerzy Popieluszko assassiné le 19 X 1984 », mais les gestes officiels ne cessent d’évoquer la dimension nationale de son sacrifice. Pendant les obsèques, Lech Walesa rappelait dans son discours : « Solidarnosc vit parce que tu as donné ta vie pour elle », tandis qu’en 1991, dans son homélie de Wloclawek (où fut retrouvé le corps supplicié de Popieluszko), le Pape le nommait Patron de la présence polonaise en Europe.

19Formée dans une période où l’Eglise, élargissant son seul rôle religieux, servait de médiateur entre l’État et la nation, la figure du père Popieluszko marque un changement d’époque, dans la mesure où son activité, puis sa mort, ont ouvert la voie à une nouvelle réalité. Le culte du père Popieluszko, incarnant la puissance spirituelle de l’élan de Solidarnosc, a donc su, pour une brève période, unir la majorité de la nation. Mais Solidarnosc en tant que mouvement social massif appartient désormais au passé et l’Église a délaissé nombre de ses fonctions non religieuses. Son prestige en a d’ailleurs pâli d’autant, même si la figure du Pape continue à bénéficier d’une autorité incontestée. Aujourd’hui, le culte du père Popieluszko prend donc plutôt un caractère privé, presque intime. D’un côté, le fait qu’il ait été un prêtre catholique paraît importuner les milieux sociaux à tendance anticléricale. De l’autre, l’interprétation qui mettrait avant tout en valeur la perspective nationale de cette figure, comporte le risque de l’engager dans des particularismes politiques et de l’assujettir aux tendances les plus conservatrices.

20Solidarnosc était pourtant plus qu’un mouvement national. L’idée de solidarité avec d’autres nations opprimées par le totalitarisme constituait en effet un de ses points forts, largement repris par le père Popieluszko dans ses homélies. On ne peut pas se nourrir uniquement du souvenir de la prison, lorsque les portes de celle-ci ont déjà été enfoncées. Et si le père Popieluszko est bien aujourd’hui un héros national, c’est dans le contexte de cette liberté recouvrée par les nations de l’Europe centrale et orientale.

Bibliographie

Références bibliographiques

Jan Pawel ii, Papiez. 1991. Czwarta pielgrzymka Jana Pawla ii do Polski : przemówienia, dokumentacja, Red. Dorota Strzalko-Trybula, Poznan, Pallotinum.

Mickiewicz, A. 1955. Dziela, vol. 11: Literatura slowianska. Kurs 3 i 4, Z francuskiego przelozyl Ploszewski, Varsovie, Czytelnik.

Popieluszko, Jerzy. 1984. Homilie. Wraz z wybranymi homiliami i wprowadzeniem ks. pralala Teofila Boguckiego, Varsovie, cdn.

Prymas tysiaclecia. 1982. Wybór tekstów i opracowanie redakcyjne Florian Kniotek sac, Zenon Modzelewski sac, Danuta Szumska, Paris, Édition du Dialogue.

Raina, P. 1986. Ks. Jerzy Popieluszko, meczennik za wiare i ojczyzne, vol. 1-2, Londyn, Oficyna Poetów i Malarzy.

– 1993-1995. Kardynal Wyszynski, vol. 1-5, Varsovie, Ksiazka Polska.

Sikorska, Gr. 1985. A Martyr for the Truth. Jerzy Popieluszko, Londres, Collins Found Paperbacks.

Sokolewicz, Z. 1991. « National heroes and national mythology in 19th and 20th Century Poland », Etimología Europea, n° 21, pp. 125-136.

Walicki, A. 1983. Miedzy filozofil, religil i politykl. Studio o myœli polskiej epoki romantyzmu, Varsovie, Panstwowy Instytut Wydawniczy.

Witkowska, A. 1983. Mickiewicz. Slowo i czyn, Varsovie, Panstwowe Wydawnictwo Naukowe.

Wyszynski, St. 1991. Dziela zebrane, vol. 1: 1949-1953, Varsovie, Soli Deo.

Zowczak, M. 1990. Bohater wsi - mit i stereotypy, Wroclaw, Wiedza o Kulturze.

Notes

1 Le père Popieluszko n’a jamais exercé cette fonction officiellement.

2 Cette expression fait partie du titre d’une plaquette du père Antoni Lewek : Ksiadz Jerzy Popieluszko - symbol ofiar komunizmu, Varsovie, 1995.

3 L’ordonnance du président de la République de Pologne du 15.08.1990.

4 Même le leader de la sdrp (Social-démocratie de la République de Pologne), Józef Oleksy, avant de devenir premier ministre, s’était fait photographier à genoux devant l’image de la Sainte Vierge de Czestochowa ; ces photos sensationnelles ont été diffusées par toute la presse.

5 Dont le projet architectural est dû à Jerzy Kalina.

Notes de fin

* Je remercie Madame Nela Wojniakiewicz du Musée du père Jerzy Popieluszko.

Auteur

Mieczyslawa Solak-Zewicka (Traducteur)
Krystyna Zaleska (Traducteur)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540