Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique des héros

 | 
Pierre Centlivres
, 
Daniel Fabre
, 
Françoise Zonabend

III. Le temps des héros :émergences et déclins

Montée et déclin des héros

Berthold Unfried

Texte intégral

1La chute des héros du « socialisme réel » et l’apparition de nouveaux héros dans les sociétés postsoviétiques posent la question de l’usage des figures héroïques dans les sociétés occidentales laïcisées et dans les « théocraties » de l’Est.

  • 1 L’expression est de Maurice Agulhon (1988).
  • 2 J’entends par « religion politique » le transfert du sacré de la sphère du religieux à celle du pr (...)

2Classiquement, la construction et la représentation des héros passait par leur « panthéonisation ». La sphère publique des sociétés staliniennes regorgeait de statues, panthéons et mausolées des héros fondateurs de ces systèmes qui se concevaient comme l’aboutissement de l’histoire humaine. Toute une partie de leur propagande historique passait par le monumental. C’étaient des sociétés « statuomanes1 ». La représentation « héroïque » du pouvoir dans les sociétés de type stalinien me paraît propre à ces religions politiques qui, depuis la Révolution française, ont tenté de remplacer les religions existantes, en l’occurrence chrétiennes, en constituant un nouveau registre de sacré, sous forme de liturgies politiques et de téléologies2. Dans une telle perspective, les « saints » de ces religions politiques seraient les héros nationaux, les héros révolutionnaires. Dans les grandes théologies politiques du xxe siècle, nazisme et stalinisme, le culte des « grands hommes » a finalement effacé celui des saints.

3Les représentations collectives sont des enjeux importants de la symbolisation du pouvoir. La diffusion de figures de l’imaginaire, par les directives du Parti, par la littérature, le cinéma, la musique et les arts plastiques, est un élément essentiel de la pédagogie de masse d’une société en formation. Une des figures centrales de l’imaginaire stalinien était celle du héros, sous toutes ses formes. Cet article est axé sur les représentations du héros-ouvrier dans le premier « État ouvrier » et tente de comprendre comment il est devenu, tel Stakhanov, une figure majeure de l’imaginaire stalinien des années 1930.

Les devises de Staline

4L’historienne de la littérature Katerina Clark a défini trois périodes successives dans l’évolution des modèles culturels au cours des années 1930 (Clark 1993). Le passage de l’une à l’autre était marqué par des devises encycliques de Staline : en 1931, « Nouvelles circonstances et nouvelles tâches » ; en 1935, « Les cadres décident de tout ».

5Entre 1928 et 1931, pendant la révolution culturelle, méfiante envers les intellectuels et les « spécialistes bourgeois » qu’il fallait remplacer par des « cadres prolétariens », le modèle dominant est formé de l’ensemble des « petites gens ». L’idéal est égalitariste, l’image partout répandue est celle de la machine, l’heure est à l’augmentation quantitative de la production et la devise de Staline affirme que « La technique décide de tout ».

6Au temps des grandes reconstructions (Moscou) et de l’édification des villes nouvelles (Magnitogorsk), dans la première moitié des années 1930, la figure de proue du régime devient l’ingénieur et le mot de Staline sur les « ingénieurs de l’âme » fait office de précepte. La reconstruction de la capitale, la mise en place du métro, deviennent des symboles de la transformation de la société et de l’homme soviétiques.

  • 3 Arbeiter-Illustrierte-Zeitung (aiz), Berlin, 1er mai 1936.

« Car Moscou ne se reconstruit pas uniquement elle-même de fond en comble, avec ses rues, ses maisons, ses parcs et toute la nature autour d’elle ; elle reconstruit aussi les hommes. »3

  • 4 Citations de l’adresse de Staline aux cadets de l’Armée Rouge du 4.5.1935 et de la première confér (...)

7C’est au milieu des années 1930, que Stakhanov, le titan de l’industrialisation, le bogatyr’, prend la relève de l’ingénieur. Ses exploits font éclater les normes établies par celui-ci. Stakhanov, Prométhée déchaîné, est la figure même du héros de la nouvelle époque. Son mot d’ordre « plus haut et plus loin » marque la fin de l’égalitarisme de la révolution culturelle (Clark 1993 ; Fitzpatrick 1984 : 144). Staline lance de nouvelles devises : celle qui dit que « les cadres décident de tout » met l’emphase sur l’excellence humaine plutôt que sur la prouesse technique ; quand il dit que « la vie est devenue plus belle, camarades, la vie est devenue plus joyeuse. Et quand on a la joie de vivre, le travail va bon train », il donne le ton de l’ambiance « optimiste » de l’époque héroïque4.

  • 5 La formule est de Svetlana Boy m (1994).
  • 6 Cité d’après Günther (1993 : 161).

8L’imagerie soviétique de la deuxième moitié des années 30 est empreinte d’un « romantisme héroïque5 ». « Toute l’atmosphère de notre pays baigne dans l’héroïsme », écrit la Pravda6 dans un langage émaillé d’épithètes comme « grandiose », « invincible », « immortel », « éternel », « parfait », « sans bornes », « légendaire » (bogatyr’skij), « miraculeux », « faisant date » (Tomasic 1953 : 212).

9On voit alors se développer dans la culture stalinienne deux sphères concernant la réalité, le temps, l’espace, et l’existence humaine : l’ordinaire et l’extraordinaire, quasi surnaturelle. La première n’a de sens qu’à la lumière de la seconde. Les frontières entre « réalité » et « fiction » se dissolvent pour laisser place à un monde miraculeux fonctionnant selon ses propres lois. La vie devient « grande », s’approchant de la littérature (Clark 1981 : 146-147). Le monde stalinien rayonne et toute une pléiade de « héros chauffée par le soleil stalinien », incarnations du « sur-homme socialiste » de Gor’kij, dessinent les frontières de cet univers imaginaire.

Stakhanov et le conte de fées soviétique

  • 7 L’acte fondateur : dans la nuit du 30 au 31 août 1935, le mineur Alexej Grigor’evič Stakhanov extr (...)
  • 8 Voir à cet égard Maier (1990), Siegelbaum (1988).

10En tête, incarné par Stakhanov, figure le héros du travail et de l’émulation socialiste7. Il représente le type même du héros prométhéen de la construction du socialisme, amenant technique, savoir, science et art, mais aussi savoir-vivre, civilisation, bref kul’turnost’, et professant ainsi toute une conception de la vie en socialisme8.

11Tout d’abord Stakhanov et son exploit sont des exemples réussis de la transformation d’un paysan en bon ouvrier. Rappelions la situation de l’urss en 1935. On vient de réaliser la collectivisation et l’industrialisation accélérée bat son plein. Des masses paysannes déracinées peuplent les villes, constituant une nouvelle classe ouvrière non acculturée, peu habituée à la discipline et aux conditions du travail industriel. Ces nouveaux ouvriers restent proches du monde rural et ont - selon la formule de Moshe Lewin (1994 : 258-285) -amené le village dans la ville. Le deuxième plan quinquennal demande des exploits herculéens. C’est aux confluences des exigences d’une politique industrielle exacerbée et des attentes de la nouvelle classe ouvrière que le miracle se produit - l’acte fondateur, le record de Stakhanov.

12Ainsi le stakhanovisme devient-il l’élément central d’une pédagogie destinée à cette nouvelle population. Stakhanov incarne la force purificatrice du travail. Le paysan se transforme en ouvrier-modèle, l’asocial devient héros du travail, le criminel honnête, l’alcoolique travailleur discipliné et consciencieux. C’est aussi par la puissance du travail que, dans les camps, lors de la construction du canal de la mer Blanche par exemple, les tchékistes transforment des ennemis en héros de l’effort. Gor’kij y voit la naissance d’une variante du « surhomme socialiste » (Günther 1993 : 143). C’est le motif du recueillement et de la conversion par le travail que prône la pédagogie de Makarenko.

13Le Stakhanovec n’est pas seulement un ouvrier performant, il est aussi un kul’turnij čelov’ek, un homme cultivé. Les Stakhanovci utilisent de l’eau de Cologne, discutent de Tolstoij et de Homère, et vont au Bol’šoj. Dans leurs autobiographies pédagogiques, très largement diffusées, ils expliquent que leur salaire élevé leur permet d’acheter des livres, des disques, voire même un piano, et érigent leur style de vie en exemple.

  • 9 (Müller 1991 : 396). Il s’agit de deux formes d’émulation socialiste, en qualité et en quantité.

14Le stakhanovisme définit ainsi tout un mode de vie. Il est une pédagogie de masse dont le vocabulaire finit par tout envahir, jusqu’aux sphères de l’art. Ainsi le metteur en scène Gustav v. Wangenheim, communiste allemand émigré, se vante d’être Otličnik et que son équipe soit une équipe Udarnik9.

  • 10 Ce sont celles des géants qui luttent avec la nature. L’épithète la plus utilisée pour parler du S (...)

15Mais le Stakhanovec est encore davantage. Il est une sorte de surhomme dont les qualités sont souvent décrites comme surnaturelles10 et les exploits comme proprement fantastiques (jusqu’à 50 000 fois la norme). « Montrez-les nous ! » s’écrie la foule dans les gares où s’arrête le train qui amène les Stakhanovci à Moscou et chacun tente de toucher ces hommes miraculeux (Maier 1990 : 183). Car tout est miraculeux dans le mouvement stakhanovien : miraculeux les records ; miraculeux les hommes qui les accomplissent ; miraculeux leur écho dans le pays entier ; miraculeux l’effet sur les hommes qui s’en trouvent changés. Le miracle est à l’ordre du jour d’une époque qui réalise l’impossible et où le rêve devient réalité. « Dans notre pays on peut accomplir des miracles sur chaque terrain de l’activité humaine », dit le fameux biologiste Lysenko (Günther 1993 : 172). Staline l’a prédit : « La technique dans la main d’hommes qui la maîtrisent peut et doit accomplir des miracles. » (Maier 1990 : 183.)

16Mais cette interprétation miraculeuse est rééquilibrée par le fait que chacun, avec une bonne organisation scientifique du travail et un bon collectif ouvrier, peut devenir Stakhanovec. Stakhanov est ainsi également, à partir des années 30, le symbole de la mobilité sociale et de l’acculturation des « petites gens ». A cette époque, le stakhanovisme est en effet pour beaucoup d’ouvriers le principal vecteur d’ascension sociale. Beaucoup de Stakhanovci sont promus à des fonctions administratives, deviennent des cadres - les vydvižency qui constituent alors un pilier de la société soviétique. Stakhanov lui-même se retrouve directeur de département au ministère de l’Industrie lourde, poste dont il sera limogé par Chruštšev.

  • 11 Voir à cet égard la belle série de photos illustrant la vie d’une stakhanoviste, publiée par Brigi (...)

17« Du fils de paysan pauvre au héros du travail » : c’est la version soviétique du laveur d’assiettes devenu millionnaire, un conte soviétique maintes fois représenté, au cinéma, sur les affiches, les brochures, dans les chansons11... Stakhanov et ses émules sont les stars des média soviétiques.

Pasha Angelina était l’incarnation même de la Cendrillon socialiste. Elle et les autres travailleurs prodiges furent transformés en héros de carte postale et en idoles du kitch, en modèles pour la jeunesse et en parangons de vertus. (Stites 1992 : 71.)

Héros et démons

18Mais il n’est pas de héros sans ennemis. L’ennemi est le double démoniaque du démiurge, de l’ouvrier-créateur et, au panthéon des héros fait pendant une démonologie proliférante. L’ennemi est polymorphe : c’est l’ingénieur, le cadre industriel qui sape le travail du Stakhanovec, l’ouvrier borné qui le boude, le saboteur au service des forces contre-révolutionnaires, agent à la solde de Ford, qui s’efforce à détruire le fruit de ses efforts, allant parfois jusqu’au meurtre. Chacun sait bien alors que l’assassinat de stakhanovistes est l’un des mots d’ordre de la vermine trotskiste. Si l’ennemi dirige toujours ses manœuvres contre les meilleurs Stakhanovci, c’est qu’il vise, à travers eux, le cœur même de la construction du socialisme.

19En fait, l’organisation « stakhanoviste » du travail entraîne souvent une désorganisation effective du travail. Comme cette constatation contredit d’une manière frappante les présentations officielles des effets miraculeux des méthodes stakhanovistes, ces désordres ne peuvent, dans la logique du discours régnant, être imputés qu’au « sabotage trotskiste ».

  • 12 Cette interprétation de la Grande Terreur est mise en avant par l’école dite « révisionniste » de (...)

20Le mouvement stakhanovien est l’autre face de la Grande Terreur. Il en représente la « révolution par le bas », s’attaquant aux cadres industriels, à la bureaucratie et aux éléments « conservateurs » qui freinent le processus d’industrialisation12. Dans les grands procès de « sabotage industriel », les mots d’ordre de la critique antibureaucratique des stakhanovistes transparaissent en filigrane dans l’image du « saboteur ». Dans la Grande Terreur des années 1937-1938, les Stakhanovci se montrent parmi les plus agressifs. Leur relation avec le Guide suprême, leur « père » Staline, est étroite, quasi symbiotique. Souvent, ils sont apostrophés « fils de Staline et de Sergo » (Ordžonikidze, le commissaire du peuple à l’industrie lourde), liés à eux par une unio mystica que rien ne peut entamer. Directement liés au pouvoir suprême, ils apparaissent finalement comme un groupe situé en dehors du système, à part, bolcheviques fervents, mais le plus souvent non-inscrits au Parti.

  • 13 Quelques mots sur les avatars du stakhanovisme après la période « classique » du stalinisme : aprè (...)

21En fait, par ses traits populistes de « démocratie soviétique » imposant la terreur par le bas, le mouvement stakhanoviste illustre bien le double visage du stalinisme : terreur et bonheur sont les deux faces de la même médaille et la peur va de pair avec la joie, l’espoir et l’optimisme de cette époque13.

Héros et martyrs

  • 14 La religion politique du stalinisme a sans doute puisé dans le fonds abondant de la martyrologie d (...)

22Dans la typologie des héros socialistes, la figure du héros-martyr joue un rôle éminent. La martyrologie stalinienne14 se cristallise dans le héros du Komsomol. Pavlik Morozov est le héros-martyr de la lutte contre les koulaks. Le jeune pionnier Pavlik, qui dénonça son propre père comme ennemi du peuple et membre d’une conspiration koulake, fut assassiné par les membres de cette conspiration. Devenu enfant-modèle, il devait continuer à vivre dans l’imaginaire de milliers de pionniers et d’écoliers.

23Pavel Korčagin, le héros de « Comment l’acier fut trempé » de Ostrovskij, qui fut peut-être le Bildungsroman le plus important des années 1930, est le prototype du héros ascète qui meurt en martyr. Il s’acharne des heures sur un travail dur et éprouvant. Plusieurs fois blessé durant la guerre civile, il est fait prisonnier par les Blancs, subit des maladies graves... Bref, sa vie est une série d’épreuves et de renoncements qui culminent dans l’autosacrifice du héros, symbole de sa dissolution dans le Parti, dans le collectif, dans l’avenir (Clark 1981 : 131-133 ; Morris 1993). Il meurt, pour ainsi dire, « pour que vive le Parti », participant dès lors d’une immortalité collective - une stratégie de neutralisation de la mort que l’on retrouve fréquemment dans les biographies exemplaires ou les oraisons funèbres.

  • 15 La popularisation des meilleurs cadres-martyrs devrait être « utilisée comme pédagogie contre la p (...)

24Cette riche martyrologie n’est pas seulement caractéristique de l’urss. Le communisme du monde occidental voit aussi proliférer des héros, dont on tente, à l’occasion, de faire des héros nationaux. De son côté, la terreur nazie rend la figure du héros-martyr prépondérante. Le grand récit martyrologique du Parti communiste allemand se construit autour de la figure de Thälmann15. En France, le « Parti des 75 000 fusillés » devient le héros collectif de la Résistance, engendrant une pléiade de martyrs comme Guy Moquet ou Danielle Casanova, autour de laquelle on construit une véritable vie de sainte, la transformant en une sorte de Jeanne d’Arc du Parti communiste.

Héros en stock

25Les années 30 voient ainsi l’univers communiste se peupler de héros et de démons. La décade en est prolifique.

26Le héros-bâtisseur devient le symbole de la lutte contre la nature. C’est le temps des villes nouvelles - Magnitogorsk, Komsomolsk, etc. - et de la reconstruction de Moscou comme métropole de l’Union soviétique. Les héros en sont les bâtisseurs du métro.

27Dans le même genre, le héros-créateur fait de la nature, conçue comme chaos originel, un monde civilisé. A cette civilisation des forces anarchiques de la nature correspond la maîtrise des forces intérieures de l’homme, elles aussi chaotiques et spontanées. Dans le processus de création d’un monde civilisé à partir d’un chaos originaire - villes dans la steppe, digues qui domptent des fleuves sauvages, hauts fourneaux dans la taïga -, émerge l’homme nouveau qui concentre en lui toutes les figures de l’héroïsme.

28L’expédition de Čel’uškin au pôle nord va occuper, pendant plusieurs mois de l’année 1935, l’imaginaire des citoyens soviétiques. Les explorateurs, véritables argonautes socialistes, héros conquérants, partent à la découverte de terrains nouveaux. Leurs exploits sont décrits en termes de lutte contre (et de victoire sur) la nature. Les journaux parlent de « déclaration de guerre » à l’Arctique, de « siège » du pôle nord, de « lutte » contre la glace, d’érection d’« une forteresse bolchevique » capable de résister aux attaques des éléments, de « coups et batailles décisives » contre la nature, de « conquête et soumission » du pôle enfin (Günther 1993 : 163).

  • 16 aiz, 21.10.1936.

29Les « faucons de Staline », aviateurs-héros qui à l’instar de Charles Lindbergh accomplissent des vols téméraires sur des distances inouïes et jusqu’alors inaccessibles, deviennent aussi les héros de la lutte contre les forces de la nature. C’est pour eux que le titre de « Héros de l’urss » est créé en 1934, tandis que la « marche des Aviateurs », une des chansons des plus populaires du stalinisme, leur est dédiée. Le mythe de l’aviateur enthousiasme le pays entier : « Un peuple apprend à prendre son vol », « jadis nomades, ils maîtrisent l’avion », « héros de l’air », titre la presse16. Comme pour les stakhanovistes toute la gamme des media est utilisée pour construire ces héros et diffuser leur gloire : la presse, la radio, des télégrammes de félicitations, des reportages, des interviews, des réceptions et meetings, des poèmes, des chansons, et des vies panégyriques en abondance. Le style de ces productions est extrêmement redondant et stéréotypé, les vies sont largement standardisées, simples variations d’un seul et même texte (Günther 1993 : 156). Cette imagerie fonctionne selon des schémas simples - création d’un nouveau monde, millénarisme, lutte contre les forces du mal - qui se gravent dans la mémoire des Soviétiques et des émigrés occidentaux, surtout celle des jeunes.

Une « Grande Famille »

30En même temps que le panthéon des héros soviétiques, se développe le culte de la personnalité du chef suprême et de ses « demi-dieux » (Löhmann 1990 ; Khapaeva & Kopossov 1992). Ces cultes aux « grands chefs », qui émergent de leur vivant, tournent à la sanctification après leur mort, surtout lorsqu’il s’agit d’une mort-martyre comme dans le cas de Kirov. A grand renfort de baptêmes de villes ou d’avenues, de monuments, mausolées, momification, « musées »..., les héros deviennent des saints. Leur culte est une forme de représentation du consensus social.

31Dans cet univers, Staline est le grand démiurge, créateur de l’homme nouveau, d’une nouvelle vie. Il surpasse le monde terrestre des héros. Il en est en quelque sorte le père et on le représente souvent avec ce sourire paternel, bienveillant et plein d’assurance qui a marqué son image publique. Les héros - Stakhanovci, aviateurs, explorateurs... - viennent lui présenter leurs exploits, comme des fils respectueux. Il leur prodigue ses conseils. Il changera ainsi avec sagesse la route des aviateurs qui s’appellera désormais « route Staline ». Du haut de sa sphère lumineuse, il suit les aventures de ses fils téméraires avec une tendre attention et un souci paternel, tandis que ces fils-héros servent en quelque sorte de médiateurs entre le grand-père démiurge et l’univers des « gens normaux ».

32Cette relation entre père-démiurge et fils-héros est représentée par l’image de la « Grande Famille ». Dans la première moitié des années 1930, la métaphore de la « Grande Famille » se déplace de l’axe horizontal vers l’axe vertical. A la famille égalitaire des « frères » et des « sœurs » de l’époque de la « Révolution culturelle » (1928-1931) succède une famille dominée par la figure paternelle et qui fonctionne tout entière sur le modèle de la relation Père-fils. Au motif de l’« homme nouveau » qui domine la société soviétique dans les années 31 à 35, se substitue le topos des « hommes extraordinaires », représentés comme des héros-fils qui se réfèrent au « Père » Staline (Clark 1981 : 115-124).

33Ces héros sont d’ailleurs toujours représentés jeunes, comme condamnés à une jeunesse éternelle. Le culte du héros se double ici en effet d’un culte de la jeunesse. Si la figure du héros peut servir d’exemple culturel, accompagnant et alimentant le processus d’individuation d’une personnalité (Campbell 1994), le culte omniprésent des héros juvéniles dans la société stalinienne induit au contraire une infantilisation permanente. Les jeunes héros-fils sont définitivement tournés vers le sage père-guide et ne deviendront jamais « père » eux-mêmes (Clark 1981 : 144-145 ; Günther 1993 : 158-174).

  • 17 Je cite ici d’après la 3e édition de 1948 : 246-254. Notons les parallélismes avec l’interprétatio (...)

34Notons encore qu’il y a, au milieu des années 1930, dans l’histoire culturelle du stalinisme, une césure qu’on a appelée la « Grande Retraite » (Timasheff 194617). Contre les interprétations « économistes » de l’histoire de la Russie et du Parti bolchevique, cette phase voit la réhabilitation des « grandes figures » historiques, en un accent mis sur la volonté humaine d’une part, de l’autre, sur une succession de guides providentiels culminant finalement dans la personne du Grand Guide. En fait, dans cette période de la Grande Terreur où les anciennes élites bolcheviques sont exterminées, les héros proprement socialistes sont de plus en plus supplantés par les grandes figures de l’histoire russe. En même temps que disparaissent des manuels scolaires les noms des révolutionnaires de 1917, Pierre le Grand et Ivan le Terrible, considérés comme des figures positives de la préhistoire bolchevique, font un retour en force.

Les héros déboulonnés

35Le héros du travail a souvent été statufié dans le monde soviétique. Rappelons ici seulement l’exemple de L’Homme de marbre dans le film de Wajda. Or on a assisté, il y a quelques années, à leur démontage. De fait, la chute des monuments à l’Est et la désacralisation des panthéons et mausolées sont devenues les symboles de la chute des systèmes dont ils représentaient le pouvoir. La photo de la statue colossale de Lénine, dont le geste emphatique et pédagogique se transforme, lors de sa chute, en signe d’adieu, est devenue l’emblème de la fin d’un monde.

  • 18 J’ai développé ce thème dans Unfried 1992.

36Ce qui s’est tout d’abord exprimé, c’est la volonté de remplacer les héros déboulonnés par d’autres. Il s’agissait d’un renversement18 : on cherchait à substituer aux statues de Lénine et des héros « socialistes » celles des héros de histoire nationale antérieure, comme Masaryk en Tchécoslovaquie ou Schewtschenko en Ukraine. La rupture avec les systèmes de type socialiste a été accompagnée d’un déferlement formidable de symboles, statues, figures héroïques de l’histoire nationale. Dans une sorte de carnaval historique, on tentait de faire des héros de l’ancien régime des anti-héros, des lâches, des traîtres, des pervers. En Tchécoslovaquie, la rumeur a fait de Julius Fučík, héros-martyr par excellence, que chaque élève connaissait comme l’exemple rayonnant de la résistance à l’occupation allemande, un lâche ayant trahi ses camarades. A la suite d’un débat houleux, des historiens l’ont réinséré dans l’histoire comme un homme plutôt « normal », ni héros, ni salaud.

37Les figures de proue du changement passaient alors pour des réincarnations des héros de « l’âge d’or » de l’histoire nationale. Pour les petits États d’Europe centrale et orientale cet âge d’or est souvent situé entre les deux guerres, période au cours de laquelle ils ont acquis leur indépendance étatique. Dans l’imaginaire national Havel figurait comme Masaryk ressuscité et Walesa comme l’équivalent de Pilsudski.

38Dans un second temps, toutefois, cette soif d’une représentation « héroïque » du passé a cédé la place à un mouvement de transition vers une société « moderne » de type occidental, dont la légitimation passe par un univers de signes, et donc de héros d’une tout autre catégorie, celle de l’esthétique éphémère du marché. Trouve-t-on de nouvelles statues sur les socles vides ? Elles sont plutôt rares, contrairement à ce que l’on aurait pu attendre de la vague « statuomane » qui a immédiatement suivi la chute des anciens régimes. Dans les sociétés occidentales prises pour exemple, on assiste au déclin de la figure classique du héros - au moins du héros sur socle - et le monument est perçu comme un moyen de propagande archaïque qui fait plutôt sourire. Par voie de conséquence, à l’Est, ce sont plutôt les voitures occidentales circulant autour des socles vides et les héros de celluloïd américains qui symbolisent le nouveau pouvoir.

En Occident aussi...

  • 19 L’article d’Adler (1996) est une réaction au livre de Karel Bartosek (1996). Ce n’est pas ici le l (...)

39En Occident aussi, on déboulonne des héros, même s’ils n’ont jamais été statufiés au sens propre du terme. Je pense par exemple à des héros de la Résistance française, ou à des figures emblématiques des victimes du stalinisme. Jean Moulin est le héros panthéonisé de la Résistance, Raymond Aubrac, une figure légendaire de la Résistance communiste et on se souvient d’Arthur London comme de la victime du « procès Slánský » de Prague (1952), à qui Yves Montand a prêté ses traits dans le film L’Aveu. Or, des débats récents nous les ont présentés commes des agents, des commis voyageurs et des complices du stalinisme. Pour le journaliste-historien Alexandre Adler19, ce déboulonnage, à coups de « révélations » d’archives, des héros de la Résistance et du communisme, serait en train de créer une sorte de relativisme historique contribuant à la perte d’orientations morales dans nos sociétés.

40Face au déclin des « religions politiques » et après la chute des systèmes de pouvoir de type soviétique, on peut se demander où sont aujourd’hui produits les héros. Formulons l’hypothèse - pas très originale mais d’autant plus vraisemblable - que la sphère de l’Entertainment en est le principal réservoir. Les héros de films, de bandes dessinées, du sport, les pop-stars semblent avoir remplacé les héros « classiques » sur socles. Pourtant, certains héros « politiques », comme le Che, Marcos (le zapatiste) ou encore l’American hero, produit de consommation rapide, comme le général Schwarzkopf, héros de l’expédition punitive contre l’Irak, existent toujours. La figure du héros n’a pas disparu, mais elle se manifeste de préférence dans d’autres sphères de l’espace public que celle du politique. Une pédagogie politique n’est plus de mise aujourd’hui et comme s’ils avaient compris que la politique classique perd de son importance, les héros de notre temps sont déjà ailleurs : c’est dans le monde du spectacle que Rambo et le « Président américain » (comme figure de cinéma) rencontrent Lady Diana et le Che. Ils sont les figures dans lesquelles le monde se reconnaît beau et libre, tandis que les héros du rêve soviétique reposent dans les ténèbres des dépôts de l’histoire.

Bibliographie

Références bibliographiques

Adler, A. 1996. « L’histoire à l’estomac », Le Monde, 15 novembre.

Agulhon, M. 1988 (1978). « La “statuomanie” et l’histoire », in M. Agulhon, Histoire vagabonde, vol. 1., Paris, Gallimard.

Bartosek, K. 1996. Les aveux des archives. Prague, Paris, Prague 1948-1968, Paris, Le Seuil.

Boym, Sv. 1994. Common Places. Mythologies of Everday Life in Russia, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

Campbell, J. 1994 (1949). Der Heros in tausend Gestalten, Francfort/Main, Suhrkamp.

Clark, K. 1981. The Soviet Novel. History as Ritual, Chicago et Londres, The University of Chicago Press.

– 1993. « Engineers of human souls in an age of industrialization. Changing cultural models 1929-1941 », in W.G. Rosenberg & L.H. Siegelbaum (éd.), Social Dimensions of Soviet Industrialization, Indiana, Indiana University Press, pp. 248-264.

Fitzpatrick, Sh. 1984. The Russian Revolution 1917-1932, Oxford et New-York, Oxford University Press.

Getty, J.A. 1985. Origins of the Great Purges. The Soviet Communist Party Reconsidered, 1933-1938, Cambridge et al., Cambridge University Press.

Getty, J.A. & R.T. Manning (éd.). 1993. Stalinist Terror. New Perspectives, Cambridge (Mass.), Cambridge University Press.

Günther, H. 1993. Der sozialistische Ubermensch. Maxim Gor’kij und der sowjetische Heldenmythos, Stuttgart et Weimar, Metzler.

Khapaeva, D. & N. Kopossov. 1992. « Les demi-dieux de la mythologie soviétique. Étude sur les représentations collectives de l’histoire », Annales, n° 47, pp. 933-987.

Lewin, M. 1994. « The Social background of Stalinism », in The Making of the Soviet System. Essays in the Social History of Interwar Russia, New York, The New Press.

Löhmann, R. 1990. Der Stalinmythos. Studien zur Sozialgeschichte des Personenkultes in der Sowjetunion (1929-1935), Münster, Lit Verl.

Maier, R. 1990. Die Stachanov-Bewegung 1935-1938, Stuttgart, Franz Steiner Verlag.

Morris, M. 1993. Saints and Revolutionaries. The Ascetic Hero in Russian Literature, New York, State University of New York Press.

Müller, R. (éd.). 1991. Die Säuberung. Moskau 1936 : Stenogramm einer geschlossenen Parteiversammlung, Reinbek b. Hambourg, Rowohlt Verlag.

Rittersporn, G. 1988. Simplifications staliniennes et complications soviétiques. Tensions sociales et conflits politiques en URSS (1933-1953), Paris, éd. des archives contemporaines.

Siegelbaum, L. 1988. Stakhanovism and the Politics of Productivity in the ussr, 1935-1941, Cambridge et al, Cambridge University Press.

Sironneau, J.-P. 1982. Sécularisation et religions politiques, Paris, Mouton.

Staline, J. 1977. Œuvres XIV (1934-1940), Paris, Nouveau Bureau d’Édition.

Stites, R. 1992. Russian Popular Culture. Entertainment and Society since 1900, Cambridge.

Studer, Br. 1995. « Ein Bauernmädchen wird Brigadechefin. Ein stalinistischer Lebensentwurf », Traverse, Zurich, n° 3, pp. 63-70.

Timasheff, N.S. 1946. The Great Retreat. The Growth and Decline of Communism in Russia, New York, Dutton & Comp.

Tomasic, D. 1953. The Impact of Russian Culture on Soviet Communism, Glencoe (III.), The Free Press.

Unfried, B. 1992. « La muséification du “socialisme réel” », Communications, n° 55, pp. 23-42.

Notes

1 L’expression est de Maurice Agulhon (1988).

2 J’entends par « religion politique » le transfert du sacré de la sphère du religieux à celle du profane dans le but de satisfaire à un besoin de sens et de recherche d’identité collective dans un monde désenchanté, et qui représente donc un moment dans la sécularisation des sociétés européennes. Ces religions politiques sont caractérisées par une « rethéologisation » du politique, par de grands récits mythologiques et par l’accomplissement de rites qui, du fait de leur dimension sacrée, confèrent du sens à la vie des citoyens. Je me réfère ici à Jean-Pierre Sironneau (1982).

3 Arbeiter-Illustrierte-Zeitung (aiz), Berlin, 1er mai 1936.

4 Citations de l’adresse de Staline aux cadets de l’Armée Rouge du 4.5.1935 et de la première conférence de stakhanovistes du 17.11.1935 (Staline 1977 : 53 et 62).

5 La formule est de Svetlana Boy m (1994).

6 Cité d’après Günther (1993 : 161).

7 L’acte fondateur : dans la nuit du 30 au 31 août 1935, le mineur Alexej Grigor’evič Stakhanov extrayait de sa mine au Donbass 14 fois la norme de charbon.

8 Voir à cet égard Maier (1990), Siegelbaum (1988).

9 (Müller 1991 : 396). Il s’agit de deux formes d’émulation socialiste, en qualité et en quantité.

10 Ce sont celles des géants qui luttent avec la nature. L’épithète la plus utilisée pour parler du Stakhanovec est bogatyr’, terme qui désigne le héros épique aux accomplissements surhumains.

11 Voir à cet égard la belle série de photos illustrant la vie d’une stakhanoviste, publiée par Brigitte Studer (1995 : 63-70).

12 Cette interprétation de la Grande Terreur est mise en avant par l’école dite « révisionniste » de l’historiographie du stalinisme, par exemple : Getty 1985 ; Rittersporn 1988 ; Getty et Manning 1993.

13 Quelques mots sur les avatars du stakhanovisme après la période « classique » du stalinisme : après 1945, chaque « démocratie populaire » découvrit son propre Stakhanov et en fit le héros fondateur d’un mouvement pour l’augmentation de la production. L’« émulation socialiste » dégénérait vite en un formalisme stérile, pratiqué rituellement à l’occasion de journées dites de l’émulation socialiste.

14 La religion politique du stalinisme a sans doute puisé dans le fonds abondant de la martyrologie de la religion populaire russe.

15 La popularisation des meilleurs cadres-martyrs devrait être « utilisée comme pédagogie contre la pusillanimité, la putréfaction et la faiblesse » - Unterlage zur Behandlung der Kaderpolitik der Partei, o.D. (1935/36), Stiftung Archive der Parteien und Massenorganisationen der ddr im Bundesarchiv (sapmo), Berlin, Histor. Archiv der kpd, I 6/3/472 (Film fc 151/473 aus Kaderabteilung/Dt. Sektion, ki-Archiv Moskau).

16 aiz, 21.10.1936.

17 Je cite ici d’après la 3e édition de 1948 : 246-254. Notons les parallélismes avec l’interprétation que Trotski a fait de ce tournant en terme de « Révolution trahie ».

18 J’ai développé ce thème dans Unfried 1992.

19 L’article d’Adler (1996) est une réaction au livre de Karel Bartosek (1996). Ce n’est pas ici le lieu de présenter ce débat houleux. C’est Marie-Danielle Demélas-Bohy qui, lors de notre séminaire de Vienne, en décembre 1996, a attiré notre attention sur cet aspect de « déshéroïsation » de l’histoire.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable