Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique des héros

 | 
Pierre Centlivres
, 
Daniel Fabre
, 
Françoise Zonabend

III. Le temps des héros :émergences et déclins

L’Albanais George Castrioti Skanderbeg : héros mythique ou civil

Gjergj Misha
Traduction de Claudie Voisenat

Texte intégral

1Le héros, nous dit-on, a cent visages. Partir sur ses traces, c’est parcourir les sentiers de l’histoire, de la mythologie, du folklore, de la philosophie, de l’art, de la sociologie et bien d’autres encore, en sorte que le chercheur peut aisément être entraîné sur des chemins où seul un héros oserait s’aventurer. Aucun héros n’a mieux suivi la spiritualité d’un peuple que l’Albanais George Castrioti Skanderbeg. Conscient de la complexité de ce personnage, l’évêque albanais Fan S. Noli écrit :

  • 1 Cette citation est extraite de Noli, Fan S., 1947, George Castrioti Scanderberg, New York, Interna (...)

Chaque héros, dans l’histoire, doit traverser les trois étapes de la glorification, de la désagrégation et de la revalorisation. C’est-à-dire qu’il est d’abord porté aux nues par ceux qui l’admirent ; puis brutalement démoli par ses adversaires pour être finalement tiré de la poubelle et patiemment, péniblement restauré par des historiens sérieux et compatissants qui ne sont aveuglés ni par le fanatisme des zélateurs, ni par la furie des détracteurs. Skanderbeg n’a pas fait exception à cette règle générale. Et la question est : que reste-t-il de lui après que la critique historique eut fait le pire pour le détruire et de son mieux pour le ramener à la mémoire ? Ou, pour aller plus loin : l’histoire de Skanderbeg est-elle un mythe ou un fait historique ? C’est le premier problème qui doit être résolu, dans son cas comme dans celui de tous les héros qui sont passés de l’histoire prosaïque à la légende poétique1.

2Nous allons tenter de décrire brièvement le processus par lequel un seigneur féodal du xve siècle, qui conduisit la résistance contre les Ottomans, a été transformé en héros, d’abord légendaire puis national. Son personnage a été le reflet et le symbole de différentes circonstances et périodes sociohistoriques. Chaque étape ultérieure de l’histoire du pays a tenté d’affirmer sa propre légitimité à travers son nom, de l’utiliser à ses propres fins, apportant ainsi la meilleure preuve de la vitalité et de la fécondité de la tradition attachée à Skanderbeg.

Skanderbeg : l’homme et le héros

3Né en 1405, fils de Gjon Castrioti, prince d’Émathie, George a été très tôt livré en otage au sultan Murad II. Converti à l’islam et élevé à Edirne, il reçoit du sultan le surnom d’Iskander - après Alexandre le Grand -, puis grâce à sa brillante carrière militaire le rang de bey, d’où le nom qu’il portera désormais : Skanderbeg ou Iskander Beg. En 1443, alors que les Turcs subissaient une défaite, à Nish, Skanderbeg abandonne leurs rangs pour rejoindre les paysans albanais qui se battaient contre l’Islam. Il se reconvertit au christianisme, réclame ses biens familiaux et organise la résistance albanaise. La première et la plus importante réussite politique de Skanderbeg est la convention de Lezhe, en mars 1444, par laquelle, pour la première fois dans l’histoire du pays, les princes albanais fondent une ligue et font front commun contre leur implacable ennemi.

4Dans les guerres à hauts risques qu’il mena entre 1444 et 1466, Skanderbeg repoussa treize invasions turques et sa résistance victorieuse contre les armées de Murad en 1450 fit de lui un héros célèbre dans tout le monde occidental. Après la défaite, à Varna, en 1444, de la croisade des Polonais et des Hongrois, après la victoire du sultan Murad à Kosova peu avant 1448, et surtout après la chute de Constantinople en 1453, Skanderbeg resta, dans tout l’Occident, la seule force d’opposition aux Turcs ottomans. Jusqu’à la fin de sa vie, il continua à résister victorieusement à toutes les invasions turques et mourut, sans avoir connu de défaite, le 17 janvier 1468 à Lezhe.

5Les Turcs eux-mêmes portaient une sorte de vénération à leur ennemi mort. A la demande des soldats ottomans, Mehmed II ordonna en 1478, dix ans après sa mort, l’exhumation des restes de Skanderbeg. Les guerriers turcs portaient ses os comme un talisman pour se donner du courage. Vus de l’extérieur, les hauts faits de Skanderbeg auraient dû s’effacer rapidement, les seigneurs féodaux albanais, divisés, issus de diverses tribus montagnardes en conflit les unes avec les autres, n’étant pas en mesure d’arrêter l’avance des Ottomans.

Du héros sacré au héros culturel

  • 2 Barletius décrit différents aspects de la vie de Skanderbeg selon un modèle qui nous rappelle le « (...)

6L’histoire de Skanderbeg est incroyable, comme toute légende (Noli 1947 : 2). En fait, les exploits surnaturels attribués à tout héros renforcent les difficultés à opérer une réelle différence entre les épisodes fantastiques et les faits historiques. Les partisans de la critique historique soutiennent généralement que la plupart des victoires de Skanderbeg ont été plus ou moins exagérées par ses biographes, ce qui est vrai jusqu’à un certain point, mais ils en concluent immédiatement que toute l’histoire de Skanderbeg n’est qu’un ballon de baudruche, que tout y est faux. En fait, depuis le premier biographe de Skanderbeg, Marinus Barletius, qui rédigea une Historia de Vita et Gestis Scanderbergi publiée à Rome entre 1508 et 1510, plusieurs éléments de sa vie, et tout particulièrement de son enfance, ont été remis en question2. De nombreuses histoires fantastiques ont circulé sur la naissance et l’enfance du petit George. On raconte que lorsque Vojsava, sa mère, était enceinte, un dragon gigantesque lui apparut en rêve, dont la tête reposait aux confins de l’Empire ottoman et dont la queue s’étirait jusqu’à la mer Adriatique. Quand George naquit, il portait une cicatrice au bras droit et un grain de beauté sur l’omoplate. Encore au berceau, il se débrouillait pour en sortir en rampant et atteindre les armes de son père dont il se servait comme jouets. Jeune homme, il passait son temps à cheval, défiant ses amis au lancer du javelot.

7Bien que les historiens aient fait tout ce qui était en leur pouvoir pour donner une autre image du héros, rien ni personne, homme ou événement historique de quelque importance, n’a encore été capable d’altérer le portrait de Skanderbeg, tel qu’il a été fixé par la tradition. De nombreux événements liés à son nom ont perdu leur sens réel dans le processus d’adaptation aux modèles et aux catégories de l’action mythique. Après la mort de Skanderbeg, les chants qui le célébraient ont été intégrés aux cérémonies rituelles, qui, en tant qu’éléments du culte des ancêtres, préparaient les jeunes à un mode de vie héroïque. On dit que les jeunes filles se rassemblaient chaque semaine dans les rues pour honorer et glorifier le héros mort.

8Le nom de Skanderbeg a laissé partout son empreinte, dans les rues et l’astronomie populaire, dans les légendes et les chansons, dans les institutions juridiques des Albanais. A la différence des créatures fantastiques qui, en acquérant une personnalité anthropomorphique, descendent sur la terre, Skanderbeg, lui, en tant que héros historique, a acquis des qualités surhumaines et est monté aux cieux.

  • 3 Les catholiques albanais sont les seuls chrétiens d’Europe à posséder des lois canoniques qui ne s (...)
  • 4 La légende rapporte que Skanderbeg invita un jour son compagnon d’armes, Leke Dukagjini, à discute (...)

9Dans la culture traditionnelle, George Castrioti est également devenu un héros grâce à sa capacité à créer des institutions socio-politiques, telles que des coutumes, des pratiques, des normes et différentes lois du droit canon albanais3. La tradition décrit Skanderbeg comme un héros culturel éponyme, fondateur de l’une des deux lois fondamentales des Albanais. L’autre est celle qui est appelée le canon de Leke Dukagjini4. S’il a été avant tout un guerrier, Skanderbeg a aussi été un législateur et le code qu’il a créé a longtemps guidé les montagnards de Diber, Mat et Kruje, les trois districts auxquels il était principalement associé. Pourtant, sa juridiction ne s’étendit pas plus loin, suggérant que sans ses exploits militaires sa renommée de législateur serait vite tombée dans l’oubli. Dans les zones plus au sud, où les montagnards obéissent depuis des siècles à de semblables lois non écrites, on ne garde plus aucun souvenir des législateurs une génération ou deux après leur mort.

10Les valeurs centrales véhiculées par la tradition, à travers le personnage héroïque de Skanderbeg, ont notablement changé au cours de l’histoire du pays. L’idée de l’unité, par exemple, présente dans de nombreuses chansons et légendes, a surtout montré son efficacité pendant toute la période de l’occupation ottomane, quand l’existence du peuple albanais était sérieusement mise en péril. La longue lutte de Skanderbeg pour conserver un pays libre eut d’autant plus de sens pour les Albanais qu’elle renforçait leur solidarité et les rendait conscients de leur identité nationale.

11Le culte de Skanderbeg prit aussi des valeurs différentes en fonction des lieux où sa tradition se développait. Il est très significatif que la réapparition de la figure de Skanderbeg au xixe siècle ne se soit pas, tout d’abord, produite en Albanie même, mais en Italie, parmi les Arbereshi, comme se définissent eux-mêmes les Italo-Albanais. A l’époque des luttes pour la libération de l’Italie, Skanderbeg devint en effet l’inspirateur du nationalisme et une incitation à la liberté pour leurs compatriotes, toujours sous occupation ottomane, de l’autre côté de l’Adriatique. Formant un groupe compact en territoire chrétien, quoique vivant dans des communautés séparées, les Arbereshi ont conservé les chansons sur Skanderbeg et ses exploits que leurs ancêtres avaient apportées de leur pays d’origine. Aujourd’hui, on pourrait même dire qu’il existe chez eux un véritable cycle de Skanderbeg si l’on tient également compte des chansons sur les autres héros albanais qui faisaient partie de son entourage. Le héros national est le symbole qui les lie à la terre de leurs pères. Il leur rappelle le bon vieux temps quand leurs ancêtres vivaient en Albanie. Dans les efforts qu’ils accomplissent pour sauvegarder leur identité, la mémoire de Skanderbeg joue un rôle central : pour les Arbereshi, le nom de leur héros a la valeur d’un symbole ethno-distinctif, de même que leur langage, leur religion et leurs coutumes.

Le héros national

12En Albanie, la formation de l’État a été postérieure à l’émergence d’un mouvement national. La création et la diffusion d’un sens de l’identité nationale ont été le résultat du travail de véritables apôtres de la nation qui mirent l’accent sur les années glorieuses de Skanderbeg et qui firent de son drapeau l’étendard national. L’élévation de Skanderbeg au statut de héros national a tout d’abord été le fait, au xixe siècle, des écrivains de la renaissance albanaise. Il est toutefois intéressant de constater qu’il a été unanimement accepté comme tel par un peuple pourtant divisé religieusement entre deux petites minorités chrétiennes, les catholiques et les orthodoxes, et une grande majorité musulmane. En ce qui concerne les Arbereshi d’Italie et les catholiques du nord de l’Albanie, également fidèles au Vatican, il est facile de comprendre ce qui les a poussés à considérer Skanderbeg comme le héros national albanais. Pour les orthodoxes, dans le sud du pays, une explication est nécessaire. Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, beaucoup d’Albanais orthodoxes ont cru que Skanderbeg avait lui-même été orthodoxe. En fait, ils étaient induits en erreur par les complexes affiliations religieuses de certains membres de sa famille. Le père de Skanderbeg, Gjon, avait changé plusieurs fois de religion. Catholique quand il était allié à Venise, il se tourna vers la religion orthodoxe quand il devint l’allié de Stefan Lazarevic de Serbie. Un des frères de Skanderbeg finit ses jours moine dans le monastère orthodoxe d’Hilandar sur le mont Athos. Mais la raison essentielle restait pour eux que Skanderbeg combattit les Ottomans qui étaient leurs ennemis.

13Il peut du coup sembler étrange que le « champion du christianisme » soit aussi devenu le héros national des Albanais musulmans. Il faut peut-être tout d’abord préciser qu’en Albanie la religion n’a jamais été très profondément enracinée. Durant tout le Moyen Âge, le pays fut transformé en champ de bataille entre l’Ouest catholique et l’Est orthodoxe. Chaque fois que l’Ouest faisait une avancée, en particulier dans le nord du pays, les seigneurs féodaux albanais, souvent imités par leurs sujets, embrassaient le catholicisme. En Albanie du Sud, chaque fois que Byzance gagnait du terrain et que l’Ouest battait en retraite, ils se faisaient orthodoxes. Après la mort de Skanderbeg, quand les Ottomans conquirent l’Albanie, la plupart des seigneurs albanais se convertirent à l’islam pour conserver leurs privilèges. La population fit de même afin de ne pas avoir à payer les impôts supplémentaires qui frappaient les dissidents. En réalité, chacun continua à vivre une sorte de double vie religieuse. Pour la plupart des gens, la religion n’avait aucune importance. Beaucoup plus influents étaient les liens de sang qui assuraient la cohérence des Albanais. Aussi, les musulmans d’Albanie ne considéraient-ils pas Skanderbeg en termes religieux mais en termes de sang : il était avant tout albanais. De plus, le nom même de Skanderbeg contribua à brouiller son identité religieuse, puisqu’il était connu à la fois sous son nom chrétien, George, et sous celui, bien musulman, de Skanderbeg.

  • 5 Dans la mesure où le titre de Skanderbeg ii avait déjà été porté par le fils du héros.

14Les traditions concernant les héros sont extrêmement importantes, qu’elles soient des épiphénomènes du changement culturel ou qu’elles constituent les moyens mêmes d’effectuer un changement. En un sens, la tradition est le plus efficace et le plus universel des véhicules de l’idéologie. Quand, à la fin des années 20, Ahmed Zogu, un jeune seigneur féodal albanais à peu près inconnu jusqu’alors, se proclama roi de ce qui devenait donc le royaume d’Albanie, il prétendait établir une monarchie semblable à celle qu’avait voulu instaurer Skanderbeg. En se fondant sur cette tradition, Zogu tentait de légitimer la nouvelle institution qu’il venait de créer. Mais Skanderbeg était-il vraiment un roi ? George Castrioti Skanderbeg portait officiellement le titre de « Dominus Albaniae », le Pape le nommait « Rex Albaniae » et la littérature du xvie et du xviie siècle « Princeps Epiroticae gentis ». Mais ce n’est que tardivement que la culture traditionnelle et la littérature du xixe siècle lui attribuèrent le titre de « Grand Roi ». Le perspicace Ahmed Zogu sut tirer avantage de cette tradition et se fit très significativement appeler « Roi Zogu i Skanderbeg iii5 ».

15Après la Seconde Guerre mondiale, dans l’Albanie communiste, le culte de Skanderbeg a été éclipsé par celui du leader communiste Enver Hoxha. Pour fabriquer ce nouveau « héros », le folklore et les chansons ont été mis à profit pour accentuer la continuité entre le passé glorieux et le présent héroïque. Fascinée par les exploits incroyables de Skanderbeg, la poésie orale idéalisa la force de son épée, en en faisant une arme merveilleuse, coulée dans de l’or, et que les gens comparaient à un arc-en-ciel. Ce thème de l’épée connut un grand succès sous le régime communiste ; utilisé couramment, il se chargeait de connotations idéologiques. Ainsi en allait-il des slogans du parti tels que « le peuple albanais a frayé la voie de son histoire l’épée à la main » ou des chansons du « nouveau folklore ».

16La rhétorique du réalisme socialiste donne un autre sens aux traditions historiques. Les mythes épiques du xve siècle étaient mis au service de l’idéologie officielle. L’un des meilleurs romans historiques de la littérature albanaise, The Castle d’Ismaïl Kadaré (1970), qui décrit la résistance des Albanais contre les Ottomans, a été incorrectement interprété, par la critique officielle, comme la métaphore de la ténacité de l’Albanie socialiste face à son encerclement par les forces de l’impérialisme. Il s’agissait cependant là d’une transposition abusive dans la mesure où rien dans le texte ne fait référence à l’époque contemporaine. Les effets pédagogiques étaient créés comme une conséquence de l’analogie formelle. L’héroïsme démiurgique des légendes albanaises était ainsi transformé en instrument idéologique, fondé sur l’opportunisme politique plus que sur le contenu réel.

17Les changements démocratiques du début des années 90 commencèrent avec le mouvement massif des étudiants se soulevant contre le régime communiste avec le slogan « Rendons l’Albanie comme le reste de l’Europe ». Il n’y avait pas derrière ce slogan le seul désir de renverser le régime, il y avait aussi une aspiration à en finir définitivement avec l’Est, avec ce que l’on appelait le communisme slave. Les échos de la glorieuse histoire médiévale de Skanderbeg faisaient à nouveau leur apparition, mais cette fois de façon plutôt inhabituelle. De plus en plus de voix s’élèvent aujourd’hui qui considèrent l’islam en Albanie comme un accident de l’histoire, et demandent le retour aux sources, à la religion chrétienne originelle. Et cela au nom de leur héros, Skanderbeg, qui était après tout un farouche défenseur du christianisme.

18De nos jours, Skanderbeg est aussi devenu l’objet privilégié d’une consommation de masse. Quiconque vient aujourd’hui visiter Tirana le rencontre à tout propos. On peut prendre un circuit touristique à travers le pays auprès de l’« agence de voyages Skanderbeg », on peut dans l’après-midi voir un match de football des clubs de première division « Skanderbeg » Korca contre « Kastrioti » Kruja. Après le match on peut se réchauffer à l’hôtel avec un verre du célèbre cognac trois étoiles « Skanderbeg », et si l’on n’en a pas les moyens, on peut consommer quelques boissons moins chères en provenance de la « distillerie George Kastrioti » de Durrës. Peut-être que l’on pourra même un jour, comme avec Mozart à Salzbourg, se délecter d’un Skanderbeg en chocolat.

Notes

1 Cette citation est extraite de Noli, Fan S., 1947, George Castrioti Scanderberg, New York, International Universities Press. Cet ouvrage est l’une des bonnes biographies actuellement disponibles sur Skanderbeg.

2 Barletius décrit différents aspects de la vie de Skanderbeg selon un modèle qui nous rappelle le « héros-type ». On peut reconnaître dans sa narration des éléments tels que l’origine divine de George représentée par les visions oniriques de sa mère, son enfance loin de sa famille, sa réussite hors de son propre environnement culturel, sa maturité toute faite de défis envers lui-même et d’épreuves morales, sa mort enfin et son apothéose.

3 Les catholiques albanais sont les seuls chrétiens d’Europe à posséder des lois canoniques qui ne sont pas des lois ecclésiastiques.

4 La légende rapporte que Skanderbeg invita un jour son compagnon d’armes, Leke Dukagjini, à discuter des problèmes de vendetta à l’assemblée générale de toutes les tribus du pays. Skanderbeg s’opposait au principe de « une vie pour une vie » en argumentant que tous les hommes étaient loin d’être égaux et que le sang d’un homme dans toute sa vigueur était différent de celui d’un pleutre. Toutefois, sur la suggestion de Leke, il obtint de sa mère qu’elle lui dise, sous serment, quelle sorte d’homme son père avait été. Apprenant qu’il avait été un poltron, Skanderbeg, au cours de l’assemblée suivante, accepta le principe de l’égalité.

5 Dans la mesure où le titre de Skanderbeg ii avait déjà été porté par le fils du héros.

Auteur

Claudie Voisenat (Traducteur)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable