Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique des héros

 | 
Pierre Centlivres
, 
Daniel Fabre
, 
Françoise Zonabend

III. Le temps des héros :émergences et déclins

Le héros national : un monument collectif

Tradition et politiques de commémoration. Exemples israéliens

Yael Zerubavel
Traduction de Claudie Voisenat

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Otto Rank (1959) ; Lord Raglan (1936) ; Joseph Campbell (1972) ; Michael Owens Jo (...)
  • 2 Voir R.-J. Zvi Werblowskly (1974) ; Orrin E. Klapp (1964) ; Kent L. Steckmesser (1965).

1A étudier la fabrication des héros nationaux, on se demande souvent pourquoi certains individus sont transformés en figures mythiques et deviennent partie intégrante de la mémoire collective de leur nation, tandis que d’autres restent cantonnés aux livres d’histoire. On a donc souvent tenté de trouver le lien entre la vie du héros et sa carrière posthume. Certaines recherches célèbres ont ainsi tracé les grandes lignes d’une structure biographique commune à tous les héros1. D’autres ont plutôt mis l’accent sur les conditions sociopolitiques qui encouragent le développement des mythes et des métaphores héroïques, en insistant sur l’importance de leur rôle dans le renforcement de la solidarité entre les membres d’une même société2. En analysant l’émergence d’un nouveau héros national dans la société israélienne moderne, je voudrais montrer comment divers facteurs combinés (l’idéologie sioniste, la biographie du héros et la situation historique du moment) ont contribué à la transformation de cette figure historique particulière en un monument collectif.

2L’examen systématique de l’image du héros national peut révéler que le développement des symboles nationaux n’est ni linéaire ni uniforme. Aussi longtemps que les images héroïques gardent leur efficacité dans la culture populaire, elles sont susceptibles de subir des transformations. De même, leur fonction peut changer selon les époques et les contextes sociaux : dans certaines situations, elles peuvent fonctionner comme des instruments de renforcement de la solidarité entre les membres d’une même nation ; dans d’autres contextes, elles contribuent à exacerber des conflits politiques internes. Ainsi, le rôle des images héroïques dans les mécanismes de consolidation de la cohésion sociale ne peut pas être tenu pour établi. L’évaluation critique de la tension entre le rôle du héros national comme monument collectif et les politiques de commémoration émerge donc comme un sujet important pour l’étude des mythes et des images héroïques.

Trumpeldor : du personnage historique au héros national

3Le 1er mars 1920, la mort de Yosef Trumpeldor, un célèbre colon sioniste, donna naissance à un nouveau héros hébreu moderne. Le mythe héroïque construit autour de son personnage et plus spécialement autour de la dernière bataille qu’il mena et de ses conséquences pour la société juive en Palestine devint la pierre angulaire d’une véritable tradition nationale. La défense de l’établissement frontalier de Tel Hai où Trumpeldor mourut devint un mythe de mort et de renaissance collectives. Dans le récit historique sioniste, cet événement marque la fin de la période de l’exil juif et symbolise le début d’une ère nationale moderne. Le héros fut glorifié comme le modèle du Nouveau Juif de la société sioniste, prêt à se battre pour son pays jusqu’à la mort.

  • 3 Voir Yisrael Heilprin (1977 : vol. III, 276-297) et Jonathan Frankel (1986). Ils notent que l’iden (...)

4Toutefois, Trumpeldor ne fut pas le seul colon à mourir de façon patriotique au cours des deux premières décennies de ce siècle. Il ne fut pas non plus la seule victime de l’affrontement qui le consacra héros national. En fait, six colons juifs, dont Trumpeldor, moururent ce jour-là à Tel Hai. Deux autres étant morts avant même cette bataille, la défense de cet établissement coûta donc huit vies humaines. A cette époque, pour la société juive de Palestine qui comprenait environ 57 000 personnes, c’était un chiffre relativement élevé. Au regard des autres affrontements entre Juifs et Arabes, d’ailleurs relativement peu nombreux, la défense de Tel Hai apparaît aux colons comme une vraie bataille qui marquait une rupture dans l’histoire de l’implantation sioniste3. Les victimes signifiaient le début d’une ère nouvelle dans laquelle les Juifs pourraient être appelés à donner leur vie pour construire leur espace national.

  • 4 Pour plus d’informations sur Trumpeldor, voir sa biographie la plus récente : Shulamit Laskov (197 (...)

5Ce point de vue était renforcé par l’image publique de Yosef Trumpeldor qui avait rejoint les colons pour les aider à organiser leur défense quand, à la fin de 1919 et au début de 1920, la situation de cette région du nord s’était détériorée. Trumpeldor était l’un des quelques émigrants juifs ayant eu une carrière militaire antérieure à sa venue en Palestine. En effet, il était l’un des rares Juifs à être devenu officier dans l’armée tsariste que la plupart des Juifs tentaient d’éviter. Bien plus, après la guerre russo-japonaise de 1904-05, au cours de laquelle il fut blessé, Trumpeldor fut décoré pour son remarquable héroïsme dans la bataille et pour son insistance à poursuivre son service dans l’armée bien qu’il ait été amputé de son bras gauche. Pendant la Première Guerre mondiale, Trumpeldor servit dans le « corps des muletiers de Sion » de l’armée britannique où il était officier en second, sous les ordres d’un gradé anglais. Il était aussi connu comme un activiste sioniste et, après la révolution bolchevique, il fut particulièrement efficace dans l’organisation de l’émigration de la jeunesse juive russe vers la Palestine4. Sa mort à Tel Hai fut un grand choc pour les cercles sionistes de Palestine et d’Europe de l’Est.

  • 5 Trumpeldor était souvent désigné par le qualificatif de « héros amputé » (ha-gibor ha-gidem). Pour (...)

6L’image héroïque de Trumpeldor fut, après sa mort, grandement renforcée par la blessure qu’il avait reçue lors de la guerre russo-japonaise. Une grande partie de la geste héroïque le concernant fut construite autour de son bras unique, mettant en valeur son courage et sa détermination pour travailler la terre et la défendre en dépit de son handicap5. L’homme, connu pour sa hardiesse, son courage et sa force, allait fournir un exemple de héros juif moderne et laïc, qui pouvait avantageusement remplacer le stéréotype péjoratif du Juif de l’exil, déraciné, fragile et lâche. Trumpeldor, qui ne ressemblait pas et n’agissait pas comme un Juif traditionnel, pouvait donc servir de modèle privilégié pour la jeune génération sioniste de Palestine.

  • 6 L’engagement du héros dans la poursuite d’un idéal transcendant est un thème important et transcul (...)

7La période où se produisit cet événement et la situation géographique de Tel Hai, à la frontière des installations sionistes de l’époque, contribuèrent plus tard à la fabrication du nouveau mythe national. La bataille de Tel Hai avait eu lieu assez tôt dans la période d’implantation de la société israélienne, avant que les tensions nationales entre Juifs et Arabes ne s’aggravent, pour pouvoir être interprétée comme un tournant, un moment historique décisif de la renaissance nationale. « Dans le feu et le sang la Judée tomba, dans le feu et le sang la Judée renaîtra », ce vers d’un poème hébreu célèbre devint la devise des Juifs préconisant l’autodéfense. Le sang répandu à Tel Hai fournissait un exemple concret de mort et de renaissance collectives. Les derniers mots, célèbres, de Trumpeldor, prononcés juste avant sa mort, « il est bon de mourir pour son pays », prouvaient qu’il s’était totalement engagé dans la poursuite de cet idéal transcendant et qu’il était prêt à ce sacrifice patriotique6.

  • 7 La photo de Trumpeldor était souvent mise en vedette dans la commémoration de Tel Hai, on racontai (...)

8La tombe des défenseurs de Tel Hai devint bientôt un lieu de pèlerinage pour la jeunesse. L’anniversaire de leur mort donnait lieu à une journée spéciale de commémoration exaltant l’héroïsme, le patriotisme et l’édification de la terre d’Israël. Bien que cette cérémonie officielle ainsi que le grand monument érigé sur le lieu soient consacrés aux huit personnes qui moururent à Tel Hai en 1920, le rituel était très clairement centré sur Trumpeldor, qui paraissait, de toutes les victimes, la figure héroïque la plus visible et la plus appropriée. Sa photographie officielle, le représentant en uniforme militaire, sa déclaration patriotique avant sa mort, l’histoire de sa vie étaient au centre de la commémoration de la défense de Tel Hai ; les autres morts étaient souvent mentionnés comme un groupe anonyme, auquel on faisait surtout référence pour indiquer le nombre total des victimes7. Trumpeldor devint ainsi le modèle glorifié pour des générations de jeunes Hébreux et une figure-clef dans le panthéon des héros sionistes qui incarnaient le nouvel ethos pionnier de la société juive de Palestine.

Les politiques de commémoration

9Trumpeldor continua à fonctionner comme un héros national et Tel Hai resta l’un des plus importants mythes sionistes de construction nationale de la fin des années 20 à la fondation de l’État d’Israël en 1948. Cependant, entre-temps, de nouveaux développements politiques firent voler en éclats le consensus de départ sur le sens de ce mythe. L’escalade des tensions entre Juifs et Arabes de Palestine, les limitations britanniques à l’immigration juive après la révolte arabe de 1936-39, la situation de plus en plus difficile des Juifs en Europe durant ces années, le début de la Seconde Guerre mondiale ; tous ces événements déclenchèrent un débat intense sur ce que devait être la réponse sioniste appropriée. Les deux principaux mouvements sionistes, les socialistes et les révisionnistes, s’engagèrent ainsi dans un intense conflit politique qui divisa la société juive de Palestine du milieu des années 30 à 1948. Les socialistes sionistes prônaient une attitude officielle de coopération avec les autorités britanniques mandataires (du fait surtout de la guerre que les Anglais menaient en Europe contre les Allemands), conjointement à une position d’autodéfense vis-à-vis des Arabes, et à la formation clandestine de forces paramilitaires destinées à préparer la future lutte de libération nationale. Les révisionnistes sionistes appelaient quant à eux à une lutte ouverte contre les Arabes et à une opposition beaucoup plus directe aux règles britanniques imposées en Palestine ; ils plaidaient ainsi pour une ligne de conduite agressive, encourageant une immigration juive illégale.

10Dans cette atmosphère hostile et toute de tensions, chaque partie tentait d’aligner le mythe sur sa propre ligne politique et de prouver que Trumpeldor, le héros national, représentait leur position idéologique dans le conflit en cours. En même temps, chaque mouvement accusait l’autre de manipuler le passé dans un but politique et d’utiliser l’image héroïque de Trumpeldor d’une façon qui violait à la fois l’homme historique et les principes pour lesquels il s’était battu. Cette chaude dispute sur le sens du mythe fournissait ainsi une scène supplémentaire où jouer jusqu’au bout les différences entre les deux partis rivaux.

11Les révisionnistes, critiques sur le mélange de nationalisme et de socialisme de leurs opposants, maintenaient que Tel Hai avait été d’abord et avant tout l’expression symbolique de l’importance de la résistance armée et du sacrifice pour la cause nationale sioniste. Dans cette optique, Trumpeldor avait dévoué sa vie au nationalisme juif et à l’activisme militaire, et le souvenir que l’on en gardait était essentiellement celui d’un héros militaire. La tentative des socialistes de faire de lui un pionnier engagé dans la construction d’un établissement et dans le travail de la terre n’était donc pas conforme à l’image qu’ils voulaient voir persister dans la mémoire collective de la nation. Au demeurant, les révisionnistes proclamaient qu’ils détenaient la vérité sur Tel Hai, et que leur version, authentique, rendait justice à l’homme véritable que fut Trumpeldor.

Parmi ceux qui font son éloge [de Trumpeldor], on trouve de bruyants opposants à tout ce qui a trait à l’épée, au fusil et au pistolet. Mais Le nom de Trumpeldor est d’abord associé à ces armes et à d’autres... Dans la mémoire collective de notre peuple, on se souvient essentiellement de Trumpeldor comme d’un soldat. (Jabotinsky 1947 : 104.)

Mais qu’est-ce qu’ils ont à voir [les socialistes] avec Trumpeldor ? Pourquoi ne vont-ils pas en pèlerinage sur la tombe de A.-D. Gordon [l’idéologue socialiste] ? Pourquoi vont-ils eux aussi en pèlerinage sur cette lointaine tombe de Trumpeldor le militariste, Trumpeldor qui fut volontaire pour le Corps des Muletiers de Sion à Galipoli... (Ahimeir 1972 : 174.)

12Les sionistes socialistes, quant à eux, mettaient en avant leur propre interprétation de Tel Hai comme un mythe de travail et de défense. Pour établir une distinction claire entre eux et les révisionnistes, ils mirent l’accent sur le dernier engagement de Trumpeldor dans la construction des établissements juifs. Tout en continuant à représenter ce héros national manchot tenant dans sa seule main à la fois une charrue et un fusil, ils s’arrangèrent pour donner la priorité à la charrue sur le fusil. Dans ce contexte de conflit, cet accent mis sur la charrue venait appuyer la position socialiste contre les arguments révisionnistes en faveur de la résistance armée. De même, les éléments retenus par les socialistes pour le jour de la commémoration de Tel Hai comprenaient un échantillon de déclarations de Trumpeldor venant confirmer cette position :

C’est la paix, non l’épée que nous portons sur la Terre d’Israël. Seules les circonstances les plus extraordinaires nous forceront à transformer nos pelles en épées.

  • 8 Zekher Yemei Tel Hai, Tel Aviv, Teachers’ Council for the Jewish National Fund, 1960: 20; Tel Hai: (...)

Souviens-toi. Tu ne viendras sur la Terre d’Israël ni pour faire preuve d’héroïsme, ni pour te sacrifier, mais pour travailler8.

  • 9 Voir par exemple Ze’ev Jabotinsky (1938 : 53-55) et ha-Arye ha Gelili, Tel Aviv, Betar, 1945 : 14. (...)
  • 10 Trumpeldor, lettre à un ami, 29 novembre 1911, repris dans Tel Hai : Yalkut, Tel Aviv, Histadrut, (...)

13Pour réfuter la position socialiste, les révisionnistes tentèrent de prouver que Trumpeldor avait principalement été concerné par les solutions politiques, activistes, et non par le projet socialiste. Aussi, leurs matériaux pédagogiques sélectionnaient-ils les citations des écrits de Trumpeldor qui reflétaient ses préoccupations concernant la construction de la nation et l’autodéfense9. De façon significative, Trumpeldor lui-même aborda la question de ses priorités idéologiques dans une lettre écrite, dès 1911, à un ami. Il disait ne pas voir de tension entre les deux positions : « Je n’ai jamais vu de conflit entre le sionisme et le communisme et je ne pense pas que cela sera pour moi un jour un problème10. »

14La fondation de l’État d’Israël en 1948 mit fin à l’opposition entre les deux partis rivaux. Le travail et la défense n’étant plus perçus en termes d’opposition, les symboles du fusil et de la charrue, un moment concurrents, retrouvèrent leur compagnonnage harmonieux des débuts. Et Trumpeldor fut à nouveau représenté tenant dans sa seule main les deux attributs complémentaires de l’ethos pionnier du sionisme.

Le déclin du héros national

15Dans les premières années d’existence de l’État d’Israël, Tel Hai a continué de fonctionner comme un important mythe patriotique et comme une pierre angulaire de la culture nationale israélienne. Les écoles commémoraient le jour anniversaire de l’événement, les officiels du gouvernement et les soldats de l’armée israélienne participaient à la cérémonie annuelle organisée à Tel Hai, les groupes de jeunes y venaient en pèlerinage sur la tombe des héros morts au combat, et les vieux bâtiments de Tel Hai furent transformés en musée. Au cours des années 50 et 60, l’image de Trumpeldor occupa ainsi le premier plan dans le panthéon des héros israéliens modernes et ses derniers mots, « il est bon de mourir pour sa patrie », étaient au cœur de la tradition nationale israélienne.

16Pourtant, après les vingt premières années d’existence de l’État d’Israël, Trumpeldor et Tel Hai commencèrent à perdre de leur importance. Bien que les institutions officielles et semi-officielles responsables de l’éducation des jeunes (le ministère de l’Éducation et les écoles publiques, l’armée et les organisations de jeunesse) aient continué de transmettre ce mythe comme un récit pédagogique de première importance, l’image héroïque de Trumpeldor et l’épopée de Tel Hai commencèrent à perdre leur emprise sur la mémoire publique israélienne. Ce déclin accompagnait un processus plus large d’affaiblissement de l’ethos national laïque israélien. Après la guerre des Six-Jours, Israël subit de grands changements sociaux et politiques. La guerre transforma la carte d’Israël et creusa encore les dissensions politiques à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. Pour la première fois, en 1977, les travaillistes perdirent leur majorité électorale en faveur de la droite et, depuis lors, le gouvernement a oscillé entre le mouvement travailliste et le Likoud. Les controverses violentes au sujet du conflit avec les Palestiniens et de l’avenir des territoires occupés s’intensifièrent avec la guerre du Kippour en 1973, celle du Liban en 1982, puis avec l’Intifada, et lors des récentes négociations avec les Palestiniens. La composition démographique d’Israël se modifia : les Israéliens originaires du Moyen-Orient devinrent majoritaires et revendiquèrent une meilleure représentation au sein du système étatique israélien. Parallèlement, l’influence des partis religieux prit une part grandissante dans la politique et contribua à la transformation de l’éducation et de la culture israéliennes.

17L’épopée nationale héroïque de la période préétatique et des premières années d’existence de l’État, si importante dans le processus de formation de la nation, perdit beaucoup de son pouvoir d’attraction antérieur, sans, toutefois, disparaître totalement. Elle a en effet continué à jouer un rôle essentiel dans les divisions politiques israéliennes actuelles, leur fournissant une autre perspective, historique. Les controverses sur le sens de cette épopée nationale et les jeux d’inversions satiriques auxquels les textes donnent lieu révèlent l’émergence d’un scepticisme nouveau et les doutes dont elle fait désormais l’objet, mais aussi la continuité de sa pertinence symbolique sur la scène politique actuelle.

18A la fin des années 70 et au début des années 80, l’intérêt renouvelé pour le mythe de Tel Hai après son déclin relatif est le résultat d’une analogie perçue entre le rôle historique de Tel Hai comme établissement frontalier et les nouveaux « établissements frontaliers » d’Israël dans le Sinaï, sur le plateau du Golan, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Le débat sur l’avenir de ces territoires et l’installation concomitante de nouveaux colons ont été des facteurs considérables dans la vie politique israélienne depuis 1967, mais leur poids s’accrut encore à la fin des années 70, pendant les négociations de paix avec l’Egypte. Les partis politiques de la droite israélienne étaient farouchement opposés à toute concession territoriale et des manifestations furent organisées par le « Mouvement pour stopper le retrait ».

19Dans cette atmosphère conflictuelle, l’interprétation du mythe de Tel Hai et l’héritage idéologique de Trumpeldor redevinrent des enjeux politiques. La controverse fut déclenchée par un journaliste israélien. Il publia un livre et réalisa plusieurs émissions de radio et de télévision dans lesquels il détruisait l’interprétation couramment acceptée du mythe de Tel Hai (Rogel 1979). Considérant que le récit était fondé sur une représentation sélective des faits, il présenta la commémoration de cet événement comme un modèle historique d’acharnement à conserver les établissements juifs. Il soulignait que, bien que les défenseurs de Tel Hai aient fait preuve d’un esprit héroïque, leur mort avait été un non-sens politique puisque Tel Hai fut déserté après la bataille. Bien plus, cette bataille n’eut aucun impact à long terme sur les accords territoriaux dans la région et ne fut donc qu’un gaspillage inutile de vies humaines. Les implications de ce raisonnement pour les polémiques en cours sur l’évacuation des implantations juives dans les territoires occupés étaient évidentes : il n’y a aucun sens à s’accrocher à des établissements situés sur les marges des installations sionistes et dont la défense entraîne des pertes importantes en vies humaines.

20Une fois de plus, Tel Hai offrait un champ d’argumentation permettant de confronter les positions en présence dans une situation conflictuelle. L’analogie entre la situation des établissements du Sinaï à la fin des années 70 et au début des années 80 et celle de Tel Hai en 1920 devint le sujet d’un débat public. Malgré tout, il y a une différence fondamentale entre les polémiques antérieures divisant socialistes et révisionnistes et les controverses plus tardives, accompagnées d’une réinterprétation humoristique des événements de Tel Hai et de la mort de Trumpeldor. Dans les années 30 et 40, la querelle qui opposa les socialistes et les révisionnistes était la conséquence directe de leur profond respect de Trumpeldor comme symbole collectif et de leur désir de renforcer leur propre position en s’affirmant comme ses héritiers. Dans les débats ultérieurs, le caractère sacré du mythe était au contraire battu en brèche, parfois par des attaques directes, parfois, plus indirectement, par des interprétations cyniques ou teintées d’humour noir.

21Une grande part du scepticisme concernant le sens de Tel Hai repose sur l’appel au sacrifice patriotique qu’impliquent les derniers mots de Trumpeldor et sa propre mort. Cet appel était accepté comme un état de fait durant les premières années de la jeune nation, mais, avec les changements de contexte politique de la guerre du Liban et les confrontations continuelles avec les Palestiniens, il ne pouvait rester plus longtemps incontesté.

  • 11 Pour plus d’informations sur les différents textes humoristiques concernant Trumpeldor et Tel Hai, (...)

22Divers textes satiriques présentent l’héritage de Trumpeldor comme une glorification absurde de la mort. Les blagues se gaussent de ce héros national estropié, officier manqué, nouvel immigrant tout juste arrivé de Russie et qui savait à peine parler hébreu quand il mourut, bref, elles prennent à partie un symbole vide11. Les satires, les caricatures et les plaisanteries prennent pour cible ses derniers mots, son bras amputé, son utilisation comme prototype de la nouvelle jeunesse juive et comme modèle pour les soldats israéliens ; signifiant ainsi que, si Trumpeldor demeure un monument collectif pertinent à la gloire de la génération fondatrice de la nation israélienne, il ne peut cependant plus aujourd’hui prétendre au statut de représentation collective de la société contemporaine.

Trumpeldor et Rabin : méditations sur la construction des héros nationaux

23L’assassinat d’Itzhak Rabin par un opposant au processus de paix bouleversa tout le pays. La plupart des journaux, comme les autres médias, répercutèrent dramatiquement le choc du public et les cris de réprobation soulevés par cet acte de violence. La présence, aux funérailles nationales de Rabin, d’un nombre impressionnant de chefs de gouvernement, dont les présidents des États-Unis et des États européens, ainsi que de quelques leaders arabes fut interprétée comme un témoignage à la fois de la stature politique de Rabin lui-même et de l’importance historique de la cause pour laquelle il était mort. Les rituels commémoratifs spontanés que la jeunesse israélienne célébra dans le jardin public où Rabin fut tué - s’asseyant sur le trottoir, allumant des chandelles, pleurant, chantant, dessinant des affiches, écrivant des témoignages personnels, des poésies - attira l’attention. Était-ce le signe que la jeunesse avait besoin d’un nouveau héros national ? Était-ce l’indice que l’image de Rabin était en train de se construire non seulement comme martyr politique mais aussi comme héros populaire ?

  • 12 Natif d’Israël.

24Rabin, l’homme historique, partage certaines des caractéristiques de Trumpeldor. Ni l’un ni l’autre ne furent vraiment des personnages charismatiques ; pourtant les deux furent connus comme des hommes publics, des chefs qui avaient eu antérieurement une carrière militaire marquante et tous deux moururent de façon tragique pour la cause nationale. La réputation de Rabin comme le « chef d’état-major » qui mena à la victoire glorieuse de la guerre des Six-Jours en 1967, son image populaire de jeune sabra12 de l’époque préétatique, et son combat final pour la paix fournissent les bases de la construction d’un héros populaire. Le drame de sa dernière apparition publique au cours de laquelle il chanta pour la première fois en public la « chanson de la Paix » juste avant d’être tué et la feuille maculée de sang où étaient notées les paroles, trouvée plus tard dans sa poche, ajoutèrent l’élément dramatique nécessaire à la fabrication d’une légende, tout comme la fameuse déclaration de Trumpeldor avant qu’il meure. Le choc et la culpabilité collective provoqués dans le public par la mort de Rabin rappellent les réactions similaires qui entourèrent l’annonce de la chute de Tel Hai. Les commémorations officielles et populaires des deux hommes les glorifient comme des héros nationaux et des martyrs dont les vies furent sacrifiées pour une noble cause collective.

25Il est encore trop tôt pour prédire si Rabin sera incorporé avec succès dans la mémoire collective israélienne comme un héros national ou s’il demeurera un personnage dont l’image n’est entretenue que par les commémorations officielles et les documents historiques. Quelque temps après sa mort, on peut déjà douter que le personnage soit intégré dans la mémoire populaire israélienne comme un héros national se situant au-dessus et au-delà des divisions politiques. Dans le cas de Trumpeldor, le besoin, partagé par tous les partis politiques, de doter la nation émergente de nouveaux mythes et symboles contribua à faire de lui un véritable héros national, reconnu de tous. La commémoration de Rabin, elle, a été immédiatement prise au piège des discordes politiques autour du processus de paix. L’insistance conjointe de sa famille et du Parti travailliste à affirmer leur droit de propriété sur sa mémoire et leur légitimité à choisir les personnes autorisées à prendre part à la cérémonie a contribué à la politisation de son image et au resserrement de son assise sociale et politique avant même qu’il ait eu une chance de se transformer en symbole collectif. Bien que l’État ait fait en sorte que le nom de Rabin soit immortalisé sur divers monuments, il reste à savoir si le peuple d’Israël lui donnera, dans les années à venir, une place dans son panthéon de héros nationaux.

Bibliographie

Références bibliographiques

Ahimeir, A. 1972 (1920). « mi-Tel Hai le-Beer Tuvia », Doar ha-Yom, 11 mars 1920, réédité dans son Brit ha-Biryonim, Tel Aviv, ha-Vaad le-Hotsa’at Kitvei Ahimeir.

Beck, H.P. 1971. « The Making of the Popular Legendary Hero », in Wayland D. Hand (éd.), American Folk Legend, Berkeley, University of California Press.

Campbell, J. 1972 (1949). The Hero with the Thousand Faces, Princeton University Press.

Frankel, J. 1986. « The “Yiskor” Book of 1911. A Note on National Myths in the Second Aliya », in Religion, Ideology and Nationalism: Essays Presented in honor of Yehoshua Arieli, Jérusalem, The Historical Society of Israel and Shazar Center for Jewish History, pp. 355-384.

Goldstein, Y. & Y. Shavit. 1981. « Yosef Trumpeldor ki-Demut Mofet, veha-Vikuah al “Shayekhuto” ha-Tenu’atit », Kivunim, n° 12, pp. 18-19.

Heilprin, Y. (éd.). 1977 (1941). Sefer ha-Gevura, Tel Aviv, Am Oved.

Jabotinsky, Z. 1947 (1928). « Kaddish », réédité dans son Ketavim: Zikhronot Ben Dori, Tel Aviv, Ari Jabotinsky.

– 1938. « Al Trumpeldor veha-Ein Davar Shelo », Yosef Trumpeldor: Hai Shanim le-Moto, Tel Aviv, Keren Tel Hai, pp. 53-55.

Jones, M.O. 1971. « (PC + CB) x SD (R + 1 + E) = Hero », New York Folklore Quarterly, n° 28, pp. 243-260.

Klapp, O.E. 1949. « The Folk Hero », Journal of American Folklore, n° 62, pp. 17-25.

– 1964. Symbolic Leaders: Public Dramas and Public Men, Chicago, Aldine.

Laskov, S. 1972. Trumpeldor. Sipur Hayav, Haifa, Shikmona.

Raglan (Lord). 1979 (1936). The Hero: A Study in Tradition, Myth and Drama, New York, Meridian Books.

Rank, O. 1959 (1914). The Myth of the Birth of the Hero, New York, Vintage Book.

Rogel, N. 1979. Tel Hai : Hazit Ielo Oref, Tel Aviv, Yariv-Hadar.

Rosenberg, B. 1974. Custer and the Epic of Defeat, University Park, Pennsylvania State University Press.

Steckmesser, K.L. 1965. The Western Hero in History and Legend, Norman, University of Oklahoma Press.

Zerubavel, Y. 1995. Recovered Roots: Collective Memory and the Making of Israeli National Tradition, University of Chicago Press.

Zvi Werblowskly, R.J. 1974. « Hero Worship », in Encyclopedia Britannica, vol. 8, pp. 822-825.

Notes

1 Voir par exemple Otto Rank (1959) ; Lord Raglan (1936) ; Joseph Campbell (1972) ; Michael Owens Jones (1971).

2 Voir R.-J. Zvi Werblowskly (1974) ; Orrin E. Klapp (1964) ; Kent L. Steckmesser (1965).

3 Voir Yisrael Heilprin (1977 : vol. III, 276-297) et Jonathan Frankel (1986). Ils notent que l’identité de l’ennemi était à cette époque encore ambiguë et que les références les plus anciennes à Tel Hai utilisaient de façon interchangeable les termes « bédouins », « voleurs » et « Arabes ».

4 Pour plus d’informations sur Trumpeldor, voir sa biographie la plus récente : Shulamit Laskov (1972).

5 Trumpeldor était souvent désigné par le qualificatif de « héros amputé » (ha-gibor ha-gidem). Pour en savoir plus sur la légende créée autour de l’image de Trumpeldor, voir Yael Zerubavel (1995 : 84-95).

6 L’engagement du héros dans la poursuite d’un idéal transcendant est un thème important et transculturel de la construction des héros nationaux. Les derniers mots de Trumpeldor rappellent le célèbre adage romain « Dulce et decorum est pro patria mori ». Pour d’autres grandes déclarations faites par des héros, voir Horace P. Beck (1971 : 132) et Bruce Rosenberg (1974 : 240). Un célèbre exemple américain de phrase patriotique est la déclaration de Nathan Hale : « Je regrette seulement de n’avoir qu’une seule vie à donner pour mon pays. »

7 La photo de Trumpeldor était souvent mise en vedette dans la commémoration de Tel Hai, on racontait à cette occasion l’histoire de sa vie et on donnait son nom à des rues. Par contre, quand, en 1948, une nouvelle ville d’immigrants près de Tel Hai fut nommée en l’honneur des hommes qui y moururent, elle fut simplement appelée Kiryat Shemona, c’est-à-dire La Ville des Huit.

8 Zekher Yemei Tel Hai, Tel Aviv, Teachers’ Council for the Jewish National Fund, 1960: 20; Tel Hai: Yatkut, Tel Aviv, Histadrut, 1934: 165; Magen va-sheleh: Sheloshim Shana la-Haganat Tel Hai, Tel Aviv, Histadrut, 1934: 14.

9 Voir par exemple Ze’ev Jabotinsky (1938 : 53-55) et ha-Arye ha Gelili, Tel Aviv, Betar, 1945 : 14. Sur la manière dont les Bétaristes ont façonné Trumpeldor d’après le modèle de Pilsudski. le célèbre héros national polonais, voir Yaacov Goldstein & Yaacov Shavit (1981).

10 Trumpeldor, lettre à un ami, 29 novembre 1911, repris dans Tel Hai : Yalkut, Tel Aviv, Histadrut, 1934 : 161-169.

11 Pour plus d’informations sur les différents textes humoristiques concernant Trumpeldor et Tel Hai, voir Zerubavel (1995 : 167-177).

12 Natif d’Israël.

Auteur

Claudie Voisenat (Traducteur)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable