Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique des héros

 | 
Pierre Centlivres
, 
Daniel Fabre
, 
Françoise Zonabend

II. Attributs et paradoxes

Le capitaine Dragan

Nouveau héros guerrier serbe

Ivan Čolović

Texte intégral

  • 1 Krajina (en français : Confins militaires), est le nom des anciennes régions frontalières entre l’ (...)

1Parmi les premiers héros à s’illustrer dans le conflit qui éclata entre Serbes et Croates en été 1991, celui qui fut propulsé au premier plan, du côté serbe, était un officier grisonnant et de petite taille qui se présenta au public comme le capitaine Dragan, instructeur et commandant d’une unité spéciale des troupes de Krajina1. De la mi-juillet à la mi-août, il y eut une campagne médiatique intense pour promouvoir ce vaillant guerrier serbe : il ne se passait pratiquement pas de jours sans qu’il apparaisse sur les écrans de télévision et dans les journaux, souvent en première page. Nombreux furent ceux qui eurent aussitôt l’impression de connaître déjà son visage (exemple de déjà vu collectif), mais le Capitaine, bien qu’il acceptât volontiers les conséquences de sa popularité médiatique et qu’il se montrât prodigue de ses photos - où on le voyait toujours impeccable comme il convient à un militaire - et de ses considérations sur la guerre et la paix, avait décidé de ne pas dévoiler son identité. Pour des raisons de sécurité, avait-il expliqué.

2Comme on pouvait s’y attendre, cela ne fit qu’accroître l’intérêt pour sa personne. Dans les conversations de tous les jours, on émettait toutes sortes de suppositions, on se demandait qui il était vraiment et d’où il venait en fait, tandis que des dizaines de journalistes, dont des journalistes étrangers, se mettaient en quête des éléments de la biographie du capitaine Dragan. On écrivit et on raconta maintes « histoires véridiques » du mystérieux personnage et l’hebdomadaire Osmica (Huit) alla même jusqu’à publier une bande dessinée en plusieurs épisodes, intitulée « Le capitaine Dragan ».

3Parallèlement, on commença à proposer diverses interprétations de sa popularité, ou plutôt de son image médiatique. Il est tout particulièrement intéressant de noter que son histoire et l’interprétation qu’on en donnait apparurent dans les mêmes textes, tels les éléments d’une structure à la fois narrative et interprétative. Même dans les articles destinés au public le plus large, il y avait un moment où l’on se distanciait du récit de base pour l’éclairer sous un autre jour, en employant des termes tels qu’« archétypes mythiques » ou « sous-culture », et en évoquant les « personnages folkloriques » ou les « héros épiques ».

4Ces interprétations, intégrées à la structure même du récit, représentent une innovation par rapport aux textes traditionnels célébrant des héros. Elles remettent aussi en cause les outils d’analyse des récits héroïques contemporains, dont on peut se demander s’ils sont toujours opératoires dès lors qu’ils deviennent constitutifs des récits eux-mêmes. On peut ainsi, en ce qui concerne le capitaine Dragan, se demander s’il est théoriquement correct d’en parler comme d’un héros mythique ou comme d’un personnage légendaire puisque cette « optique » a précisément été celle des articles qui ont élaboré le « mythe », tissé la « légende » ?

  • 2 On appelle četnici les résistants royalistes en Yougoslavie pendant la Seconde Guerre mondiale. Le (...)

5Lorsqu’il est apparu sur les écrans de télévision au début de l’été 1991, le capitaine Dragan nous a été présenté comme un héros s’étant illustré lors des premières victoires serbes dans la Krajina de Knin. Propre, rasé de près, maigre, non armé, le capitaine Dragan, avec ses cheveux gris et sa tenue de camouflage ne s’ornant d’aucun signe revendiquant une appartenance ethnique, se démarquait en tous points de ceux qui avaient prétendu avant lui au rôle de nouveau guerrier serbe modèle. Ceux-ci, pour élaborer leur look, s’étaient presque tous tournés vers le passé, se contentant d’imiter les héros de la guerre précédente et notamment les tchetniks2, ils avaient remis au goût du jour l’épaisse barbe et le regard menaçant, le bonnet poilu orné d’une cocarde et la tunique, les cartouchières croisées sur la poitrine et le poignard glissé sous la ceinture.

  • 3 Ce n’est que plus tard qu’apparut sur son béret et celui de ses hommes l’insigne de son unité, un (...)

6Le fait que ce personnage, qui ne se distinguait ni par un esprit belliqueux ni par les symboles par lesquels les soldats serbes revendiquent traditionnellement leur identité3, fut devenu rapidement très populaire dans toutes les couches de la population, laissait supposer qu’au beau milieu de sanglants affrontements tribaux, les Serbes étaient prêts à accepter une incarnation de l’héroïsme national un peu inhabituelle ou, pour le moins, se démarquant de la tradition. Leur choix signifiait que les designers du héros guerrier serbe contemporain, qui s’étaient attachés surtout au costume traditionnel tel que le confectionnaient les tailleurs de village, aux armes rutilantes et au regard injecté de sang, avaient fait fausse route et que le héros qu’ils avaient façonné était condamné, quel que soit le bruit qu’il fît, à rester dans la marge où l’avait repoussé le personnage du capitaine Dragan dont la « serbité » et l’héroïsme étaient beaucoup moins tape-à-l’œil et, par là même, beaucoup plus attrayants.

7La situation de la scène politique et médiatique en Serbie, avant la guerre en Croatie et à son tout début, ne laissait pas supposer que le guerrier serbe en costume traditionnel, équipé et armé comme les voïvodes tchetniks qu’on voit sur les photos, connaîtrait un tel sort. Au contraire, avec la guerre, on pouvait s’attendre à ce que ce héros, tel qu’on venait de le concevoir et de le propulser, se manifeste enfin dans toute sa grandeur et soit consacré par la nation. La réhabilitation des tchetniks et la résurgence de leur doctrine, encouragées ou provoquées par divers partis et groupes nationalistes avec l’assentiment, si ce n’est la bénédiction, du pouvoir de Belgrade et de l’Église orthodoxe, avaient été accompagnées d’un retour en force des tchetniks : on publiait des feuilletons pseudo-historiques sur le mouvement, on entendait des chansons tchetniks, anciennes ou nouvelles. A nouveau flottait le drapeau noir avec sa menaçante tête de mort, ses humérus entrecroisés et la devise « La liberté ou la mort », indice sans doute de la soif de vengeance qui bouillonnait en ces hommes ; à nouveau on chantait la louange de Tonton Draža et de la Ravna Gora. A l’horizon, il n’y avait pas de Serbes plus prêts à faire la guerre que ceux-là.

  • 4 Village de Slavonie où, au mois de mai 1991, avaient eu lieu de très violents affrontements entre (...)

8Aussi, dès que les armes commencèrent à « parler » - et c’était là, semblait-il, le dernier vestige de la langue serbo-croate -, il était à peu près certain que ces combattants serbes seraient les premiers, avec leur barbe et leur bonnet poilu orné d’une cocarde, à se lancer à l’assaut de l’ennemi et à conquérir du même coup la gloire qui revient aux héros et la première page des journaux. Il en fut ainsi, effectivement. Au début du mois de mai, la presse et la télévision de Belgrade nous présentèrent un héros vêtu de l’uniforme qui s’illustra jadis sur la Ravna Gora, Vukašin Šoškocanin, commandant des forces qui avaient défendu Borovo Selo4. « Ce valeureux Serbe des confins qui avait défendu Borovo Selo avec ses mains nues », comme l’a décrit un député enthousiaste (M. Paroški), décrivit lui-même ses exploits ; il se vanta devant les caméras d’avoir tué six Croates et d’être prêt à en tuer encore autant si besoin était. (Vreme 20 mai 1991.)

9Le destin ne laissa pas Šoškocanin poursuivre la carrière qu’il avait si brillamment commencée (il se noya dans le Danube le 15 mai 1991, une dizaine de jours après avoir reçu le baptême du feu à Borovo Selo). Nous savons aujourd’hui que s’il était resté en vie, il n’aurait eu aucune chance de continuer à tenir le rôle du guerrier serbe modèle, tout au moins dans la version rétro et sanguinaire qu’il nous avait présentée. A cause du capitaine Dragan. Le personnage de guerrier que celui-ci incarnait n’avait rien à voir avec Šoškocánin. Le public l’accueillit à bras ouvert, comme avec une sorte de soulagement. C’était là un héros selon son cœur. Les autres protagonistes de notre grand-guignol sanguinolent le comprirent également, aussi laissèrent-ils de plus en plus souvent au vestiaire bonnets poilus, barbes et canines saillantes pour se présenter sur la scène médiatique en tenue de camouflage, comme le Capitaine.

10Nous pouvons expliquer en partie le succès médiatique et populaire du guerrier serbe dans l’interprétation qu’en a donnée le capitaine Dragan par la psychologie du consommateur des informations transmises par les médias : le public serbe suit la guerre grâce à la télévision, à la radio, aux journaux, il aime qu’on lui parle de « nos » victoires et de nos héros, mais il aime beaucoup moins le spectacle de la destruction, de la souffrance et de la tuerie, qui risque de transformer la chronique du « juste combat du peuple serbe contre la terreur oustachi » en pornographie de la guerre. Ce public peut, le cœur battant d’émotion et de joie, écouter le capitaine Dragan évoquer la « libération de la Krajina », le « nettoyage des poches », les oustachi faits prisonniers, mais j’ai du mal à croire qu’il se soit réjoui d’entendre le rapport de Šoškocánin faisant état du nombre de Croates qu’il avait tués de ses mains et se vantant d’avoir ouvert le ventre d’un policier croate, « des couilles jusqu’au gosier ». (Vreme, 5 août 1991.)

  • 5 Sauf indication contraire, toutes les citations de ce texte proviennent des sources suivantes : Ve (...)

11Le Capitaine ne dit pas, ne fait pas de choses aussi atroces, insupportables. Cela le dégoûte, dirait-on même. Il laisse cela aux dilettantes, aux poltrons, car - dit-il - « c’est par la haine et en tirant que le dilettante vainc sa peur5 ». Le Capitaine est un professionnel. Pour lui la guerre n’est pas une boucherie mais une activité organisée, où « chacun sait ce qu’il a à faire », où « les obligations, les responsabilités » sont bien définies : « tout n’est qu’une question d’organisation des tâches, de discipline militaire et, surtout, de volonté. » Quand tout a été préparé de manière professionnelle et disciplinée, quand tout a été judicieusement planifié dans les moindres détails, l’affrontement avec l’ennemi se transforme en l’accomplissement d’une tâche. « Je ne vois en l’adversaire », raconte le Capitaine, « qu’un problème qu’il me faut résoudre. » Il ne souhaite pas le tuer et ne s’y résout que par nécessité. Quand il le fait, cela ne ressemble guère au massacre habituel : « le soldat tue parce qu’il le doit » et, ce qui est encore plus important, « en respectant les règles de son métier ». Lorsqu’on les observe, tuer n’est qu’une façon de neutraliser l’ennemi. « Mon but, et c’est là un des grands principes du militaire, n’est pas de tuer quelqu’un, mais de neutraliser l’ennemi, ce que je ferai de n’importe quelle façon. »

12Mais l’approche professionnelle qu’il en a n’a pas transformé le Capitaine en technologue de la guerre, en instructeur impavide qui se contente de transmettre son savoir-faire. La routine de la guerre n’en a pas fait un cynique, loin de là. On le présente comme un militaire noble et chevaleresque. Il a « les manières d’un officier-gentleman ». « Dans les rangs des combattants de Knin, nombreux sont ceux qui insistent sur le fait que le Capitaine leur a appris la noblesse d’esprit. Dans cette guerre cruelle et sans merci, il faut aussi savoir se montrer noble, chevaleresque, humain. »

13Noble et humain, le Capitaine l’est, au point de donner l’impression de n’être pas très à l’aise dans son rôle de guerrier, de le jouer malgré lui, puisqu’à vrai dire il n’aime ni la guerre ni même la chasse. Ce singulier héros guerrier préfère ne pas être armé. « Il ne porte même pas de pistolet, dont l’étui ne serait pourtant, en toute logique, qu’un détail de son uniforme. » Si, en l’absence d’autre solution, il lui faut bien employer les armes, le Capitaine a un savoir-faire exceptionnel et rare : « Il se sert des armes pour glorifier la vie, et non pour semer la mort. » En termes plus succincts encore : « Le Capitaine est un homme de paix. »

14Plus que les armes et les escarmouches, ce combattant serbe aime la guitare et les chansons ; ce penchant, ainsi que ses « grands yeux intelligents empreints de mélancolie » dénotent une nature sensible et rêveuse : « Après l’exercice sur le terrain de manœuvres, après les affrontements sur les pentes escarpées ou en des lieux difficilement accessibles, il prend sa guitare et, fixant du regard un point tout là-haut, répète, transporté, un refrain connu, à voix basse d’abord, puis de plus en plus fort ».

  • 6 Ljuba de Zemun (Ljuba Zemunac) est un criminel de Belgrade, tué en 1986 à Francfort. Il fut le hér (...)

15Cela ne veut pas dire pour autant qu’il ne peut pas se montrer intransigeant, qu’il ne peut pas se fâcher et être dangereux quand il se laisse emporter par la colère du juste, bien que jamais en ces circonstances il ne fasse preuve de l’horrible cruauté qui était le propre d’un autre meneur d’hommes, Ljuba de Zemun6, dont la brutalité allait jusqu’à la bestialité. Le Capitaine est un homme au « large sourire », mais au « regard sévère quand il le veut » ; c’est un instructeur aimé, mais un commandant strict qui n’hésite pas à mettre les soldats indisciplinés aux arrêts. A la différence de Ljuba, que l’on décrivait comme « une montagne de muscles », le Capitaine a une silhouette gracile et lorsque, dans sa colère, il doit vaincre un adversaire, il ne peut compter que sur son savoir-faire, « un étrange savoir-faire qui peut provoquer autant de dégâts que la force la plus brutale... ». « Il peut, dit-on, s’emporter dangereusement et laisser derrière lui de la casse... Il lui est arrivé plusieurs fois, à lui qui est de constitution peu imposante, de devoir ranimer ses assaillants en leur versant de l’eau sur la tête et en leur faisant boire, ensuite, du café. »

16Il saute aux yeux que l’arène où le Capitaine, se laissant aller à la colère du juste, fait la démonstration de son étonnante maîtrise des arts du combat n’est pas un champ de bataille, mais un débit de boissons. De la même façon, il est frappant de constater que la seule menace de mort qu’il répète volontiers - « Si je vous le disais, je serais obligé de vous tuer » -, ne s’adresse en aucun cas à l’ennemi et n’a même rien à voir avec la guerre : le Capitaine s’en sert pour effrayer les journalistes trop curieux qui voudraient connaître certains détails de sa biographie. « Si je te révélais mes véritables nom et prénom, je serais obligé de te tuer sur-le-champ. »

17Somme toute, le capitaine Dragan ne met jamais en avant les traits guerriers de son personnage et, quand parfois on les voit poindre à la surface, son comportement reste toujours celui d’un « officier-gentleman » bien élevé, sensible et humain. Conformément à cette attitude, les récits de ses exploits militaires et de son héroïsme au combat occupent peu de place dans les entretiens qu’il accorde, dans les feuilletons et les anecdotes qu’on écrit ou raconte sur lui, dans les chansons qui lui sont consacrées. On évoque de manière générale les « nombreuses batailles » auxquelles il a participé, mais, dans toute la paralittérature qui lui est consacrée, on le voit très rarement dans le feu de l’action. Le récit de la prise du commissariat de police du village de Ljubov fait exception, où on le voit soutenir l’attaque de « trois cents oustachi dépenaillés », dont trente-deux furent tués alors que le Capitaine et ses hommes ne subissaient aucun dommage, « si l’on ne tient pas compte du fait », dit-il en plaisantant, « que nous fûmes tous trempés comme des soupes ».

  • 7 Marque de fusil dont étaient armées les milices serbes.

18Nous retrouvons une autre fois le capitaine Dragan sur le champ de bataille, dans les anecdotes que publia le journal Politika et dont il est le héros. Mais l’intention principale étant de montrer la guerre en Croatie sous un jour humoristique, son héroïsme est relégué au second plan par son sens de l’humour. Dans l’une d’entre elles, le capitaine Dragan déclare en blaguant qu’il est pour « la discussion avec les oustachi », ce qui veut dire - et là est le trait d’esprit - qu’il souhaite que « nos Thomson7 donnent de la voix ». Ailleurs, il est question de policiers ennemis en fuite ayant laissé derrière eux une « puanteur insupportable », aussi le capitaine Dragan parle-t-il de « polichiers ». Les autres anecdotes (il y en a sept en tout) sont empreintes du même genre d’humour. Il se fonde sur l’idée que la guerre en Croatie, vue de « notre » côté, celui des vainqueurs et des justes, ne peut être que correcte, puisque menée par des professionnels, chevaleresque, voire même amusante, puisqu’il s’agit d’exterminer des ennemis qui, s’ils sont sanguinaires, n’en sont pas moins impuissants, sales et ridicules.

  • 8 Médecin et écrivain serbe (1851-1890), auteur, parmi d’autres œuvres, du récit : La première fois (...)
  • 9 Karageorges ou Karadjordje (Djordje Petrović). Homme politique serbe, fondateur de la dynastie des (...)
  • 10 Voïvode Živojin Mišić (1855-1921). Militaire serbe. Pendant les guerres des Balkans (1912-1913) et (...)

19Et cependant, dans la lutte que le capitaine Dragan mène pour son peuple, il ne saurait y avoir rien de tribalement mesquin, de nationaliste, puisque sa principale motivation est la défense des valeurs humaines et universelles, et non celle des intérêts particuliers de la cause serbe et de l’orthodoxie. De même que les traits guerriers du personnage, du héros serbe invincible, sont peu marqués ; de même que ses exploits héroïques sont un élément important, mais presque tacite, de sa biographie ; les signes de son appartenance ethnique (serbe) restent discrets. Sur son uniforme, ils se limitent à une fourragère décorative aux couleurs du drapeau national serbe et à l’insigne de son unité, sur laquelle se détachent les quatre ocellés, insigne « béni par le patriarche Pavle ». La « serbité » et l’orthodoxie du Capitaine sont renforcées par les récits qui évoquent son enfance : il célébrait la Saint-Jean, fête votive de sa famille et « allait à la messe du matin » avec sa mère, tel le héros d’un récit pastoral de Laza Lazarević8. On a pu lire aussi que c’était un « soldat serbe », un « officier de l’armée serbe au service du peuple », le « sauveur serbe » (dans un poème manuscrit) et que son idéal était « Karadjordje9 et le voïvode Mišić10 ».

20Pourtant, malgré son enracinement ethnique et le rôle bien défini qu’il joue sur le plan national, le capitaine Dragan présente d’autres traits, cosmopolites et universels, sans doute plus marqués que les premiers. Il n’est pas « l’homme d’une seule maison », toutes les maisons ne sont pour lui que des « gîtes d’étape », la Serbie est un pays « cher à son cœur, mais l’Australie également ». Il lui arrive de porter autour du cou une chaîne avec l’étoile de David. Son rêve est de « rentrer un jour en Afrique (orientale), où il a longtemps vécu ». Il a choisi l’Afrique parce que c’est « un pays chaud, avec beaucoup de verdure, des animaux et des hommes simples qui n’ont pas été pervertis ». Et le Capitaine, en universaliste de type « rousseauiste », préférerait vivre là plutôt que parmi ses compatriotes, quelles que soient les qualités de ces derniers.

21Le Capitaine ne combat dans le camp serbe ni par solidarité ethnique ni à cause d’un quelconque appel du sang ou d’un amour aveugle pour les Serbes. Il le fait parce que ceux-ci sont chez eux en Croatie, et que personne ne peut le leur contester. En d’autres termes, « il combat pour la justice humaine », et s’est retrouvé dans le camp serbe uniquement parce que dans cette guerre les intérêts de la Serbie coïncident avec les intérêts de cette justice-là. En raison de quoi, il n’y a pas que des Serbes parmi les hommes du Capitaine. « Nous avons, dit-il, des jeunes gens de diverses nationalités et religions. » Si, par quelque hasard, les Croates aspiraient également à défendre les valeurs humaines, le Capitaine les aiderait. Car il ne déteste pas les Croates. Au contraire : « J’aime les Croates et mon témoin de mariage lui-même est Croate. Mais les Serbes sont dans leur bon droit à cent pour cent et c’est pourquoi je suis avec eux ».

22Le personnage du capitaine Dragan, guerrier aux origines exotiques et aux manières policées, homme sensible, tolérant et aimant la musique, héros cosmopolite aux idées larges mais épris de justice, a joué un rôle important dans la propagande de guerre au sein du camp serbe.

23En période de paix, la présence des héros dans l’espace social est plutôt discrète et limitée à l’espace public. Leurs images, leurs bustes sont dans les musées, les bâtiments offïcels et les salles de classe. Même les monuments érigés en plein air, en ville ou dans les parcs, passent presque inaperçus. Mais, en temps de guerre, les héros tendent à l’expansion spatiale et on les voit resurgir un peu partout. Ils envahissent les espaces du travail et de la vie privée. Ainsi, en Serbie, parmi les prénoms que les parents choisissent pour leurs fils, on remarquait, ces dernières années, une fréquence élevée de Rastko, de Stefan et de Nemanja, qui sont les prénoms de saint Sava, de son frère et de son père. C’est vers le milieu des années 80 que les portraits de saint Sava, de Njegoš, de Karadjordje et les peintures de sujets héroïques ont commencé à se répandre. En même temps, sur le marché de la musique populaire, la vente de disques et de cassettes de chansons néo-folkloriques, consacrées aux événements héroïques du passé, aux héros légendaires et aux continuateurs contemporains de leur geste épique, montait en flèche. Une station de radio privée, créée à Belgrade au début de la guerre en Bosnie, s’était spécialisée dans ce genre de chanson. Elle portait d’ailleurs elle-même un nom aux accents héroïques : Radio Dignité.

  • 11 Ce thème est plus largement développé dans : Čolović, I. 1994. Bordell der Krieger, Fibre Verlag, (...)

24Mais l’expansion des héros en temps de guerre ne se limite plus aux genres traditionnels (folkloriques ou plus exactement folklorisants) de la culture populaire. Pour ne pas laisser hors du champ de son influence les jeunes qui préfèrent la culture populaire internationale, et notamment la dite rock culture, la propagande de l’héroïsme et des héros a dû s’adapter aux goûts, aux modes d’expression, au style de comportement et aux valeurs de cette culture. Dans cette optique, on essaya d’introduire le thème de la guerre actuelle dans le domaine de la bande dessinée et du roman de colportage. Les auteurs d’une bande dessinée intitulée « Les chevaliers de la Krajina de Knin » ont tenté de produire un héros de guerre aux traits « modernes ». Champion de karaté, pilote d’hélicoptère, séducteur international, etc., il incarnait en même temps les valeurs nationales serbes : il luttait pour son peuple, avait le nom de Sava et l’âme de Miloš Obilić11.

  • 12 Ibid. : 49-59.

25Le personnage du capitaine Dragan répondait à la même motivation. Si ses exploits ont été célébrés dans les nouvelles chansons de guerre populaires (dans le style traditionnel), il a surtout été le produit de la presse illustrée (dont les bandes dessinées) et de la télévision. Il semblait plus relever des films américains sur les guerres des étoiles que du folklore guerrier serbe. Mais il était, lui aussi, proposé comme le « nouveau Miloš Obilić » dont il incarnait l’esprit, faute de lui ressembler physiquement12.

26Ce personnage a certainement eu une influence incitative sur les jeunes gens qu’on mobilisait en Serbie, surtout sur ceux à qui les récits et chansons sur les tchetniks et autres héros traditionnels de type patriarcal ne semblaient pas particulièrement convaincants. Quoi qu’il en soit, le capitaine Dragan, nouvel héros serbe, nous offrait de cette guerre, à nous qui en étions les spectateurs, un portrait à son image, apaisant, presque charmant.

Notes

1 Krajina (en français : Confins militaires), est le nom des anciennes régions frontalières entre l’Autriche et la Turquie. Il s’agit ici de Krajina de Knin, à l’ouest de la Croatie, dont la majorité de la population, avant la guerre de 1991-1995, était serbe.

2 On appelle četnici les résistants royalistes en Yougoslavie pendant la Seconde Guerre mondiale. Leur chef, le général Dragoljub Draža Mihajlović fut condamné par les communistes pour collaboration avec les Allemands et exécuté en 1946.

3 Ce n’est que plus tard qu’apparut sur son béret et celui de ses hommes l’insigne de son unité, un bouclier avec quatre S, mais disposés différemment que sur l’emblème serbe.

4 Village de Slavonie où, au mois de mai 1991, avaient eu lieu de très violents affrontements entre les Serbes et la police croate.

5 Sauf indication contraire, toutes les citations de ce texte proviennent des sources suivantes : Večernjc novosti (28-21 août, 2 et 4 septembre 1991), Borba (15 août 1991), Politika (29 juillet 1991), Ilustrovana Politika (15 août 1991), Radio tv revija (1, 9 et 16 août 1991), tv novosti (9 août 1991) et Ratne novine (4 et 11 août 1991).

6 Ljuba de Zemun (Ljuba Zemunac) est un criminel de Belgrade, tué en 1986 à Francfort. Il fut le héros de feuilletons sur « les bandits au grand cœur » publiés dans la presse populaire.

7 Marque de fusil dont étaient armées les milices serbes.

8 Médecin et écrivain serbe (1851-1890), auteur, parmi d’autres œuvres, du récit : La première fois à la prière du matin avec mon père.

9 Karageorges ou Karadjordje (Djordje Petrović). Homme politique serbe, fondateur de la dynastie des Karadjordjević (1752-1817). 11 mena la révolte contre les Turcs (1804).

10 Voïvode Živojin Mišić (1855-1921). Militaire serbe. Pendant les guerres des Balkans (1912-1913) et la Première Guerre mondiale il occupa les plus hautes fonctions dans l’état-major de l’armée serbe.

11 Ce thème est plus largement développé dans : Čolović, I. 1994. Bordell der Krieger, Fibre Verlag, pp. 67-69.

12 Ibid. : 49-59.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540