Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique des héros

 | 
Pierre Centlivres
, 
Daniel Fabre
, 
Françoise Zonabend

I.Héros et nations

Les héros des jeunes Français : vers un humanisme politique réconciliateur

Anne Muxel

Texte intégral

  • 1 Il s’agit d’une enquête auto-administrée : les questionnaires ont été distribués dans les classes (...)

1Notre société fournit aux jeunes générations, au travers de multiples vecteurs, des figures héroïques plus ou moins vénérables et plus ou moins investies de sens. L’école, depuis toujours, est un lieu d’apprentissage et de commémoration de héros institués par le savoir et la connaissance, qu’il s’agisse de ceux que l’on apprend dans les cours d’histoire, de ceux que la science a distingués et reconnus comme inventeurs de progrès pour l’humanité, ou encore de ceux, plus intimes et romanesques, qui se sont, en quelque sorte, échappés des œuvres étudiées en littérature ou en philosophie. Bref, c’est tout un peuple de personnages mémorisés qui constitue la culture et le savoir de chacun, entretenant l’imaginaire et la rêverie. A ce panthéon scolaire viennent s’ajouter d’autres figures héroïques véhiculées par diverses sources d’influence telles que le monde du spectacle, le cinéma ou encore l’actualité politique. Le choix est grand et les références possibles multiples. Fiction et réalité, passé et présent, national ou mondial, toutes ces occurrences offrent une vaste panoplie d’identifications possibles et entraînent une variété de cultes rendus. Toutefois à tenter d’en faire l’inventaire, des lignes de cohérence se dégagent, un sens peut être trouvé à ce fourmillement de personnages. Car par delà ses actes et ses distinctions, dans l’histoire réelle ou imaginaire, un héros est investi de valeurs qui reflètent l’état d’un groupe ou d’une société à un moment donné. Retenu des leçons du passé, ayant traversé l’épaisseur du temps et échappé aux mailles du filet de l’oubli, ou élu du moment, s’étant distingué dans les soubresauts de l’actualité, le héros, à chaque génération, indique toujours un sens à l’histoire. Ce sont ces valeurs et, peut-être, ce sens de l’histoire que nous avons cherchés dans les représentations associées par les jeunes Français d’aujourd’hui à la notion de héros. L’enquête qui fut menée auprès d’une population de 306 lycéens scolarisés en classes de terminales dans des lycées d’enseignement général et d’enseignement technique de la région parisienne permet d’inventorier les figures emblématiques qu’ils ont retenues et les définitions qu’ils y ont associées1.

2Les panoplies déployées, les panthéons dressés, les palmes distribuées donnent à voir une image de la société et de ce qu’ils en comprennent, de leurs dénonciations, de leurs craintes, mais aussi de leurs espérances.

Un peuple de héros

3Contrairement à ce que nous pouvions penser, la notion de héros est loin d’être évidente pour les jeunes. Bien que leur environnement quotidien, au travers des media, du monde du spectacle ou de l’actualité politique, fournissent nombre de figures héroïques possibles, la plupart d’entre eux ont trouvé que la question posée par l’enquête était difficile et ont reconnu avoir fait un effort de mémoire ou d’élaboration particulier d’une représentation qui n’allait pas de soi. Ce premier constat n’est pas sans signification et invite à reconsidérer non seulement les qualités intrinsèques ou circonstancielles qui peuvent introniser un héros, mais aussi l’espace social et imaginaire dans lequel peuvent se déployer ses actions.

4L’extraordinaire polysémie des représentations et des personnages associés à la notion de héros confirme d’ailleurs ce relatif flou de sens et de définition. Près de sept cents noms sont cités, recouvrant des domaines aussi différents que le monde politique, l’actualité internationale, le sport, les fictions cinématographiques, le monde du spectacle ou encore la vie privée. Certes en France, ni le passé récent ni l’actualité ne sont propices à la mobilisation de figures emblématiques consensuelles, mais ce surcroît de représentations possibles indique peut-être une banalisation, ainsi qu’une relative désacralisation de la notion même de héros.

La réalité sociale et politique au tableau d’honneur

5Interrogés sur les personnages qui incarnent ce qu’est pour eux un héros, les jeunes mobilisent d’abord la réalité et le monde qui les entourent. Les héros choisis sont des acteurs de l’histoire concrète. L’univers d’héroïsme ainsi dépeint désigne la matérialité des rapports de force entre les systèmes socioculturels et religieux, des luttes économiques et politiques, des conflits armés aussi, dont la planète est le théâtre. De cette histoire concrète ils retiennent surtout la gravité de ses enjeux. Dans un monde de communication, de mise en spectacle et de marketing ludique en tous genres, en matière d’héroïsme place est accordée en priorité au réel, au véridique, au sérieux. Les références faites aux héros de fiction sont relativement peu nombreuses (14 %) et d’une façon générale le monde du spectacle (13 %), des loisirs ou du sport (5 %) n’occupent qu’une place de second rang. Le champ de la connaissance et de la culture est singulièrement peu présent. Les savants ou les artistes, les écrivains ou les musiciens, ne sont que peu sollicités (3 %). Dans ce domaine, la culture scolaire semble avoir laissé peu d’empreintes, excepté quelques personnages historiques emblématiques, de Gaulle et Napoléon en tête, Louis xiv faisant encore bonne figure.

6En revanche, les hommes politiques, surtout contemporains, sont de loin les plus cités (34 %, soit un tiers des réponses). Ce résultat tranche singulièrement avec l’image négative que les jeunes ont habituellement de la classe politique et le relatif refus d’adhésion qu’ils expriment envers l’ensemble du système actuel (Muxel 1996). Dans l’enquête les deux tiers des jeunes interrogés déclarent ne pas avoir confiance dans les institutions gouvernementales. C’est un paradoxe qui mérite d’être souligné et qui va dans le sens, contrairement à ce qui est souvent dit, d’une réelle demande de réhabilitation de la politique ainsi que d’un regain de croyance et de besoin d’engagement dans ce domaine. Car si les politiciens sont soupçonnés, souvent dénoncés, et peu reconnus, les figures politiques qui sont mobilisées ici sont celles qui peuvent être associées à la défense de grandes causes. L’engagement est leur maître-mot, le militantisme leur raison d’être. Quels sont ces héros politiques ?

7Ils appartiennent d’abord à la scène internationale (deux tiers des réponses pour un tiers de personnages politiques français cités). Si quelques figures nationales du passé résistent encore comme de Gaulle et Jean Moulin, dont on peut penser que pour eux la culture scolaire a pu jouer son rôle de transmission, le territoire national n’est pas ou plus le théâtre des représentations héroïques des jeunes d’aujourd’hui. Seuls 3 % des jeunes interrogés associent le mot « nation » et 5 % le mot « patrie » à la notion de héros. En revanche les héros politiques les plus cités se sont distingués par leurs combats sur des terres lointaines en défendant des causes universelles. Ainsi Nelson Mandela s’impose-t-il comme le personnage le plus cité, et son prédécesseur dans la lutte pour l’émancipation des peuples opprimés et pour la cause des Noirs, Martin Luther King, arrive au second rang dans le classement. Malcolm X est lui aussi assez souvent évoqué. Au travers de ces héros-martyrs et du souvenir de leurs combats, la question des droits de l’homme apparaît comme une dimension essentielle de l’héroïsme en cette fin du xxe siècle mais aussi du rapport au politique des jeunes Français d’aujourd’hui. Les héros pris en exemple sont en effet porteurs de ces valeurs postmatérialistes qui définissent une autre forme de lien au politique et de nouvelles exigences, d’autres attentes de la part des citoyens à son égard (Inglehart 1990). La reconnaissance des différences et le respect des identités communautaires, la justice, l’égalité, mais aussi le pardon et la réconciliation, sont des valeurs morales mises au rang de valeurs politiques.

L’humanitaire et l’ordinaire au devant de la scène

8A la question des droits de l’homme, s’agrègent leurs préoccupations pour la paix et l’humanitaire. « La paix dans le monde, c’est le plus important, mais est-ce possible ? » note l’un des enquêtés. Près d’un tiers partagent cette même interrogation et ce même souci impératif en cette fin de siècle (30 %). Tous les prix Nobel de la paix sont cités. « Que sonne la cloche de la paix à l’onu », espère l’un d’entre eux. Le conflit israélo-palestinien et les personnalités d’Isthak Rabin et de Yasser Arafat sont assez fréquemment mentionnés. La guerre en ex-Yougoslavie est présente et l’occasion de dénoncer les guerres civiles et les conflits communautaires et religieux. Honneur est fait à toutes les personnes, militants, bénévoles, journalistes et médecins, la plupart anonymes, engagées dans le règlement des conflits qui couvrent la planète. Une forte aspiration à la réconciliation transparaît à l’échelle d’un territoire décrypté à partir de la question de l’universalité des droits de l’homme. Bien que les conflits et les guerres soient loin de s’éteindre dans le monde, l’idéologie pacifiste progresse pourtant, et rejoint là encore cette exigence d’éthique notée à propos de la politique. La nécessité du désarmement à l’échelle de la planète revient dans nombre de réponses. Pour les jeunes interrogés, la guerre est une aberration. Elle interpelle chacun à partir de l’exigence morale des droits de l’homme. Elle touche chacun bien au-delà de son horizon quotidien et des confins de son territoire familier. Le champ d’intervention des actions héroïques ne connaît pas de frontière pour le respect de la personne humaine. L’ailleurs est ici.

9Un autre tiers des jeunes interrogés dénoncent ce qui est perçu comme une réalité révoltante tout autant que comme un fléau, à savoir la misère, la faim et la pauvreté (30 %). Là non plus point de frontières. Mère Teresa et l’abbé Pierre, figures les plus citées après les défenseurs de la cause des Noirs, œuvrant chacun à l’un et à l’autre bout de la planète, ont un statut identique, défini à partir du même archétype de charité et de générosité. Ils répondent à cette double figure de sainteté et de philanthropie qui caractérise le rapport à l’humanitaire aujourd’hui. Par ailleurs leur grand âge ne fait que renforcer leur pouvoir d’incarnation d’une sagesse qui force le respect, a fortiori parmi les jeunes générations. Personnages religieux laïcisés, ils sont érigés au rang de héros pour leur choix d’abnégation personnelle mais surtout pour leur engagement. « Aider » est leur raison d’être, le sens de leur action. « Aimer », leur argument premier. Ils tentent d’amoindrir l’insupportable. Selon les jeunes interrogés, ils doivent déjouer les lois de l’inégalité et de l’injustice. Comment ? On n’observe que peu de dénonciation et de remise en cause du système social et économique qui régit les rapports entre le Nord et le Sud, entre les pays riches et les pays pauvres. Peu de solutions, mais une bonne conscience donnée quasiment à tous. Mère Teresa, aujourd’hui disparue, restera sans doute longtemps une figure mémorable de l’engagement humanitaire. Cela, même si par ailleurs les autres facettes de son personnage et de ses idées peuvent être dénoncées, et à juste titre, et paraître à mille lieues des valeurs et des modes de vie des jeunes aujourd’hui. Ainsi un héros peut-il être vénéré pour un aspect seulement de son action ou de son message. L’exemple du Pape est de ce point de vue révélateur. Le succès exceptionnel parmi les jeunes de ses visites tient aux idées de solidarité, de justice et de droit universel qu’il met en avant, venant rencontrer l’univers de valeurs d’une jeunesse en attente d’un plus grand respect de la vie humaine et des droits de chacun. Le reste de ses propos ou de ses positions ne touche pas son auditoire, est occulté, et le plus souvent contesté. D’ailleurs la religion en tant que telle n’est pas associée à l’héroïsme. Et malgré l’importance de ces personnalités religieuses, largement citées dans l’enquête, cela doit être remarqué. Seuls 3 % des jeunes associent l’idée de héros au mot « religion ».

10Si l’on s’en tient à ces deux exemples, mais c’est sans doute valable pour d’autres figures héroïques, le héros moderne peut être un héros à visage fragmentaire, dont les aspects de personnalité peuvent être dissociés. La définition qui en est donnée invite à la modestie. Le héros est d’abord humain, donc avec sa part d’ombre que l’on peut rejeter. L’admirateur se doit d’être sélectif. C’est une autre forme d’exigence, mais qui ne réclame plus la totalisation d’une individualité ou d’une destinée. Coluche, qui de ce point de vue n’est pas en reste, est mentionné un nombre de fois significatif par les jeunes qui ne sont pourtant plus de sa génération. C’est parce que quelque chose de lui court encore, de l’idée de la solidarité et des « restos du cœur » qu’il a promus, mais qui ne recouvrent pas tout le personnage, loin de là.

11Le « politically correct » de l’idéologie humanitaire actuelle est une réalité quotidienne. Le bien-pensé, bien-pensant, de cette fin du xxe siècle, où l’injustice et la domination ne cessent de s’accroître de par le monde. Il se retrouve dans l’importance que les jeunes accordent aujourd’hui à la matérialité d’une vie élargie à la planète. Néanmoins une conscience, une lucidité transparaissent dans leurs propos : « il faut dénoncer et agir contre toutes les injustices que l’on essaie de se cacher mais dont on connaît l’existence », « réduire toutes les sortes d’inégalités », « il faut montrer au monde que la fin des inégalités est indispensable », « il faut supprimer la notion d’argent afin d’enrayer la machine capitaliste que sont les États et les gouvernements qui déchirent la vie des familles dans un intérêt économique. » Si de tous temps les héros ont eu à faire preuve de qualités morales exceptionnelles et sans faille, sans doute sont-ils soumis aujourd’hui à la pression d’une exigence d’une autre nature. D’abord pacifiques et consensuels, ils doivent réconcilier plutôt que pourfendre, aménager plutôt que révolutionner. Si Robin des Bois ou Zorro, mais aussi Che Guevara qui est cité un certain nombre de fois, visaient à changer l’ordre établi, Mère Teresa et l’abbé Pierre, à l’instar de Superman, le héros de fiction le plus mentionné, doivent suppléer aux désordres et aux dysfonctionnements de la société sans remettre en cause celle-ci. « Ils doivent essayer de lutter contre la faim dans le monde sans avoir peur des problèmes politiques », « sauver et aider les pauvres », les victimes injustifiées. Ce sont des sauveurs avant d’être des révoltés.

12Créé en 1938 aux États-Unis, Superman, seul rescapé de la planète Krypton détruite suite à un désordre cosmique, est doté de pouvoirs surnaturels extrêmement puissants lui permettant d’œuvrer en justicier d’une rare performance. Disposant d’une double identité humaine et surhumaine, ordinaire et extraordinaire, il déjoue les gentils comme les méchants. Désintéressé avant tout, il possède une conscience civique et non une conscience politique. Mais surtout, à cause de la face anonyme et ordinaire de son personnage, il permet à tous les ressorts identificatoires de se mettre en place facilement. Dans son texte consacré à Superman, Umberto Ecco met en évidence cette spécificité et cette force redoublée :

Superman est un mythe à condition d’être une créature insérée dans la vie quotidienne, dans le présent, apparemment lié aux mêmes conditions de vie et de mort que nous, bien qu’il soit doué de facultés supérieures. Un Superman immortel ne serait plus humain mais divin, et l’identification du public à sa double personnalité (identification par laquelle fut imaginée sa double identité) échouerait totalement. Superman doit donc rester inaltérable tout en se consumant selon les modes de l’existence quotidienne. (Ecco 1993.)

13Dans ces représentations héroïques, se dessine une certaine idéologie du renoncement dont les mécanismes n’excluent pas pour autant une volonté d’espoir et de changement. Ce paradoxe est révélateur de la façon dont les jeunes d’aujourd’hui appréhendent la réalité sociale, et plus largement leur rapport à la politique. Le mot « révolution » est le mot le moins associé à l’idée de héros (7 % des réponses). La conscience civique, au sens d’une conscience morale, aurait-elle pris le pas sur la conscience politique ? La demande d’engagement et d’éthique que l’on retrouve chez les jeunes d’aujourd’hui participe de cette sorte de contradiction apparente, mais peut déboucher sur la mise en œuvre de moyens concrets de transformation sociale. Car en retour ce surcroît de morale peut se retrouver au fondement du politique et de son renouveau.

14Un signe révélateur de ce besoin de morale ordinaire est l’importance accordée par les jeunes aux héros anonymes (17 % des réponses), individus et personnes désignés par leur fonction sociale et non par leur renommée ou célébrité, et souvent choisis dans le cadre même de la vie privée. Ces héros ordinaires, plus ou moins proches, sont accessibles et de fait se prêtent plus facilement à des procédures d’identification. Les media télévisés ont su tirer parti de ce désir de proximité en créant la vogue des reality show qui ont connu depuis une quinzaine d’années le succès d’audience que l’on sait. D’une autre manière, mais en utilisant des ressorts identificatoires du même type, les téléthon ont aussi mis en scène des causes sinon héroïques en tous cas admirables, comme le combat contre la maladie, ou encore la solidarité avec les malades du Sida, maladies auxquelles chacun pouvait être personnellement un jour confronté. Leur principe est de demander à chacun de prendre parti, lui permettant en cela de devenir une sorte de héros, certes en pantoufles, mais contribuant à l’effort collectif d’une juste cause à défendre, la souffrance ordinaire des autres devenant un peu la sienne. Les chances d’identification sont maximales et donnent la possibilité d’accéder à un héroïsme à sa mesure et selon sa condition, un héroïsme trouvant son fondement dans l’expérience de la proximité. C’est autour de soi, mais aussi à partir de ses propres problèmes et interrogations, à partir d’une expérience sinon partagée en tous cas intériorisée que sont trouvés des modèles de héros. Dans certaines réponses, quelques jeunes ont même été jusqu’à se désigner eux-mêmes comme héros : « pour supporter la vie telle qu’elle est », et même : « pour me supporter moi-même ! »

15Mais au premier rang de ces anonymes, se placent les membres de leur famille. « Mon père », « ma mère » ou « mes parents » sont les plus mentionnés. Ils se sont distingués par leur courage ou leur obstination dans des situations difficiles. Ils ont su « tenir bon » face au chômage ou à des difficultés financières, face à la maladie ou encore confrontés à un divorce. Bref c’est le quotidien dans sa banalité, mais aussi dans ses occasions de souffrance, qui fait de l’individu un héros. Héros des temps de crise, héros affectifs, au plus près de soi. Quelque chose de la force de ce ressort sentimental peut expliquer la sacralisation planétaire de la princesse Diana, réinterprétée et réappropriée par chacun comme mère, fille, épouse ou amante. La distance obligée du rang royal s’est annulée. Elle est devenue par sa mort une héroïne du malheur ordinaire. Ainsi peut-on interpréter l’extravagance de ce chagrin partagé, communié, communiqué, par tant de gens, d’horizons et de cultures si diverses. Deux milliards et demi d’individus ont pleuré sur ce sort ordinaire, si banal en fait. S’y ajoute le particularisme humanitaire et altruiste de la princesse et l’on comprendra la portée de l’événement, la démesure de l’identification. Comme l’explique le sociologue François de Singly :

Cette femme est bien une référence possible pour l’invention d’un modèle de sainteté laïque et moderne. Même sans transcendance, l’humanité n’est en effet pas désespérée, à la condition que l’intérêt personnel - légitime, celui que procurent aussi bien l’argent que l’amour libre - sache se combiner avec l’intérêt d’autrui. (L’express, 18/09/97, de Singly 1996.)

16Lady Diana avait été citée une fois dans l’enquête, on imagine volontiers que la même enquête réalisée après sa disparition aurait donné de tout autres chiffres ! Cette princesse donnée à chacun, rendue, par la banalité de sa mort même - un accident de voiture - à l’expérience anonyme. Comble de la séduction et de son aura, elle avait par ailleurs montré un engagement personnel envers l’action humanitaire.

17Les jeunes rendent un hommage particulier dans les questionnaires à tous ceux qui font preuve d’un engagement personnel dans l’action humanitaire, à tous ces héros anonymes œuvrant dans les pays du Tiers Monde, individuellement ou au sein d’associations, aux médecins bénévoles qui s’expatrient, à tous ceux qui luttent pour défendre les droits de l’homme dans le monde. Beaucoup d’exemples sont donnés d’actions individuelles ou collectives dont le point commun est le bénévolat.

18Toutefois, dans l’ensemble, on remarquera le peu d’importance accordé aux causes environnementalistes et aux progrès scientifiques. Si les grandes figures de savants, les inventeurs ou pionniers de la science sont nommément très peu cités, en revanche plus grande place est accordée aux scientifiques anonymes qui participent au sein de recherches collectives aux découvertes des Temps modernes.

19Arrivent en bonne place les résistants, évoqués la plupart du temps par cette seule désignation générique. Seuls noms connus cités, ceux de De Gaulle et de Jean Moulin, sans nul doute consacrés par la culture scolaire, rendus familiers aussi par les noms de boulevards, de places et de rues, par lesquels chaque ville fait honneur à leur mémoire. A de Gaulle sont associés les qualificatifs de bravoure, de courage mais aussi les qualificatifs plus politiques et devenus classiquement des référents forts du gaullisme, à savoir les termes de « sauveur » et de « rassembleur ». A Jean Moulin sont accordées les vertus du combat idéologique et du sacrifice qui s’en est suivi, le plaçant au rang des martyrs de la nation. De Gaulle se détache toujours et de loin comme la personnalité de l’histoire de France que les jeunes, s’ils le pouvaient, voudraient rencontrer. Si l’on devait désigner dans cette enquête des héros nationaux, ce seraient vraisemblablement ces deux figures-là qui seraient les plus représentatives, les plus parlantes à l’intérieur d’une identité strictement nationale pour les jeunes Français d’aujourd’hui. Plus de quarante ans plus tard, la Résistance reste une référence fondatrice toujours à l’œuvre dans la construction d’une identité nationale pour les nouvelles générations. Cela mérite d’être remarqué.

20Enfin, il faut reconnaître l’importance des deux figures archétypales, elles aussi assez fréquemment mobilisées, que sont les pompiers et les casques bleus, présentés comme des sauveteurs garants de la sécurité. Batailleurs sur tous les feux, protecteurs désintéressés, ils risquent leur vie. Ils représentent une sorte de modèle idéal du héros, l’évidence incarnée d’un héroïsme en actes. L’urgence de la bonté et du dévouement. Un dévouement immédiat, sans faille et sans fin, qui ne se discute pas, ne se monnaye pas.

21Au terme de cet inventaire, le peuple de héros ainsi décrit apparaît singulièrement accessible, quelque peu familier. Malgré les grands noms, malgré le poids et la trace de l’Histoire, lointaine ou récente, internationale ou nationale, les personnages retenus par les jeunes entretiennent tous à leur façon un rapport de proximité avec eux. Ils sont démythifiés. Ils sont incarnés dans des expériences qui ne sont pas complètement coupées de leur réalité et de leur façon bien à eux d’appréhender le monde. Il y a place pour une diversité de références possibles, pour des cultures, des origines, des territoires, des profils, des compétences, des actions, des attitudes et des comportements de types différents. Et cette diversité, cette ouverture caractérisent la façon dont ces jeunes abordent, nous le verrons, la question de l’héroïsme. L’univers des personnages qu’ils désignent se rattache à une expérience que chacun à son niveau a pu connaître : expérience de la rencontre avec l’autre, avec l’étranger, confrontation à l’injustice, à l’exclusion, au racisme ordinaire, à la misère qui s’impose comme une violence, au tournant de sa rue comme à chaque coin du monde.

La panoplie du héros

22Si l’on devine derrière les personnages cités la palette des représentations actuelles de l’héroïsme, encore faut-il chercher dans les mots mêmes utilisés par les jeunes ce qui fait sens. Si l’on devait s’entendre sur une définition consensuelle et la plus significative de ce que peut représenter un héros pour les jeunes d’aujourd’hui, ce serait celle-ci, extraite d’un des questionnaires recueillis : « Le héros n’est pas celui qui accomplit des exploits retentissants, mais quelqu’un qui agit en soutenant une cause, en défendant l’intérêt des autres avant le sien, sans pour autant se faire remarquer. » Toutes les dimensions de l’héroïsme tel qu’il se conçoit aujourd’hui se retrouvent dans cette proposition. Un héros peut, certains même iraient jusqu’à dire doit, rester inconnu (84 % des réponses) et la célébrité, si elle n’est pas nécessaire, est presque entachée de soupçon. Il agit seul plutôt qu’avec d’autres (57 % des réponses) et se distingue par ses actions plutôt que par ses vertus (61 % des réponses). Engagement, libre arbitre et responsabilité individuelle sont ses attributs. Et si sa qualité première reste à l’évidence le courage et une certaine prise de risque, le héros est surtout reconnu et apprécié pour sa modestie et sa volonté de ne pas se faire remarquer. Le plus important est son engagement, sa capacité de mobilisation.

Des types de héros

23De Nelson Mandela à Superman, en passant par Mère Teresa, le corps des pompiers, ou encore par tout ce peuple de héros anonymes que les jeunes n’oublient pas de saluer, les figures héroïques dominantes actuelles sont non seulement plurielles mais font référence à des valeurs et à des modèles différents que l’on peut tenter d’inventorier et de hiérarchiser. L’analyse des définitions associées librement par les jeunes au mot héros a permis de construire six univers de représentations et de valeurs, soit six types de héros qui font sens et référence pour les jeunes d’aujourd’hui : le militant, le vertueux, le sauveur, le modèle, le surhomme et le vaillant. Tous incarnent une des facettes de ce héros complet mais aussi très concret que les jeunes tentent de cerner, chacun de ces types n’étant bien sûr pas exclusif des autres.

24Celui qui domine est le portrait du militant (23 % des réponses). Il répond à ce souci d’engagement qui se vérifie de façon assez constante dans les attentes actuelles des jeunes à l’égard de la politique. Ce héros-là a des convictions qu’il entend défendre. S’il prend fait et cause pour des groupes ou des individus, c’est à partir de ses certitudes, de ses croyances, de ses idées. Ainsi est-il « une personne intègre prête à tout pour défendre une cause », « qui a su prendre des décisions courageuses à un moment de la vie et qui a essayé de changer la destinée d’un groupe de personnes et de le rendre meilleur », « qui se sert de son savoir, de ses capacités morales et physiques pour défendre certaines causes, pour sauver des vies ». Presque tous les héros politiques cités, et l’on a vu qu’ils représentaient la catégorie la plus importante, relèvent de ce type d’héroïsme. Nelson Mandela, Martin Luther King, Che Guevara, en sont les figures les plus probantes, mais aussi de Gaulle, Jean Moulin ou encore Arafat. On retrouve chez eux une volonté de transformation de l’ordre des choses, associée à l’idée d’un combat.

25Le type vertueux (16 %) correspond aux réponses qui recensent surtout les qualités morales requises par un héros. « C’est une personne qui a la bonté avant tout et la générosité », « quelqu’un qui a une morale, qui aide les gens, mais qui sait rester simple », « une personne droite, qui ne doit pas hésiter à faire don de lui-même », autant de réponses qui mettent en avant l’archétype de l’altruisme, du dévouement, et du désintéressement. Contrairement au type précédent, le héros n’est pas mû par un idéal ou par une cause à défendre, mais par un souci d’abnégation. L’éthique personnelle prend le pas sur l’éthique politique ou même sociale.

26La catégorie du sauveur (16 %) n’est pas très éloignée dans son essence de la précédente. Le héros-sauveur doit réunir d’abord des qualités morales suffisamment fortes pour justifier l’acte héroïque suprême que représente par exemple le fait de risquer sa vie pour autrui. Sa vertu première est une mise en jeu de sa vie. S’il doit aimer l’autre, il doit surtout l’aider, et mieux le sauver. « C’est une personne qui a le courage de s’opposer à des personnes plus fortes que lui soit intellectuellement, soit physiquement, pour défendre des personnes plus faibles », « c’est quelqu’un qui sauve les personnes en danger ». Contrairement au militant, le sauveur aide les gens avant de défendre les idées auxquelles il croit. Un pompier ou un soldat de l’onu n’a pas à prendre position. Sa vie ne pèse pas du même poids que celle de celui qu’il doit sauver. Elle compte moins. Ce type de héros représente sans doute une sorte d’idéal d’abnégation de soi et de désintéressement. A la limite, « c’est quelqu’un qui fait le bien sans même se rendre compte des gestes héroïques qu’il fait ».

27Tout autre est le portrait de ce que nous avons appelé le modèle (14 %). C’est le jeu narcissique qui définira le choix de tel ou tel héros, c’est le désir d’une identification possible qui autorisera son évocation. L’admiration est le ressort de cette forme de représentation. Si héros il y a, c’est parce que quelque chose du même, de la ressemblance, voudrait s’établir. Dans cette définition, le héros est à la fois inaccessible tant il est parfait, mais, par le mécanisme même de l’identification, la possibilité est toujours donnée de lui ressembler. Cette image du héros délivre une part de la vérité du sujet. Malgré son aura extrême, et parce qu’on voudrait être lui, ce genre de héros est sans doute le plus accessible. On le porte presque en soi, même - et peut-être surtout - si le contrat narcissique s’établit dans un rapport de pure virtualité, et de relative opacité quant aux raisons de cette identification. Ce héros modèle est d’abord une idole. « C’est une personne que l’on admire, que l’on respecte et on voudrait s’identifier à lui. » « C’est une personne en général inaccessible qu’on aime imiter dans ses actes ou dans ses paroles, une personne qu’on idéalise. » Un héros, peut être inaccessible, mais il est en tous cas énoncé pour soi, et à partir de soi. Les vedettes relèvent les premières de cette catégorie. Pour leur grâce, pour leur virtuosité, pour leur compétence, elles sont référencées comme des modèles possibles, comme des exemples, même si elles restent « intouchables ». Les fans n’espèrent-ils pas « toucher », même du bout des doigts, un bout d’étoffe, un coin de semelle, une mèche de cheveux... Toucher, rien que cela. Mais c’est déjà connaître, c’est même déjà être en relation. Ce qui est vrai des idoles et des vedettes en tous genres n’est pas étranger à ce qui peut se passer dans le cas d’un modèle de héros politique.

28Le héros défini comme un surhomme (13 %) fait très directement référence à l’univers de la fiction. C’est de l’invraisemblable, de l’indépassable qu’il s’agit dans ce type de représentation. Cette catégorie renvoie au monde imaginaire peuplé de héros dont la raison d’être est de franchir les limites du possible. « C’est une personne comme les autres, mais à un moment ou à un autre, elle sort de l’ordinaire. » Ces héros surhommes appartiennent aussi au monde des performances sportives qui font régulièrement la une des journaux. Nouveaux sports, nouveaux exploits qui caractérisent les temps modernes, dont on a pu dire qu’ils étaient le signe d’une quête de sens, un désir d’être au monde qui ne peut se satisfaire ni des contingences actuelles ni de la crise des valeurs. Ils surpassent l’entendement, le raisonnable. Ils poursuivent là où tous les autres s’arrêtent. « C’est quelqu’un qui accomplit des actes que nous aimerions faire mais que nous ne pouvons pas faire. » Les héros de fiction qui sont ces surhommes ne meurent jamais, ceux qui sont dans le monde réel presque jamais. James Bond ou Superman d’un côté, de l’autre celui qui a traversé l’Atlantique à la rame, ou encore cette jeune femme qui plusieurs mois durant affronta seule les immensités glacées de l’An-tartique Sud. C’est une question de seuil. Il faut se dépasser, ouvrir son corps et sa force intérieure à des actes surhumains. La notion de risque est d’une certaine façon transfigurée par la reconnaissance sous-jacente d’une immortalité possible : un mythe en quelque sorte. La vie est ailleurs, le héros est intouchable. C’est cette croyance qui est au fondement de ce genre de personnages.

29Si le profil du vaillant (9 %) réclame bien sûr des vertus qui ne sont pas étrangères à celles que nous avons envisagées jusque-là, ce qui le distingue est une facture plus classique et plus traditionnelle du modèle de héros. Héros épique, chevaleresque, c’est un homme ordinaire qui met sa vie en jeu sans compter ni hésiter, par bravoure, par courage, par fierté. On pense à Lancelot du Lac, à d’Artagnan. Ce qui est fondateur est la prise de risque. « C’est quelqu’un qui sort du lot parce qu’il s’engage en dépassant sa peur », « c’est une personne qui n’est pas forcément très forte mais qui possède beaucoup de courage et qui est prête à risquer sa vie pour sauver une autre ». Alors que dans le modèle précédent, ce qui était mis en avant était des qualités quasi surhumaines, le vaillant est lui profondément humain. Il a ses faiblesses, mais il devient un héros à condition de les surmonter. Il est d’abord face à lui-même. Il doit affronter ses peurs. A cette condition, chacun peut prétendre, ou avoir l’opportunité, un jour, de franchir la porte du panthéon de ces personnages de légende.

Des appropriations personnelles socialement différenciées

30Ces différents types de héros présentent les attributs spécifiques qui autorisent le passage de l’homme ordinaire, à la condition de surhomme, c’est-à-dire à la reconnaissance de son exceptionnalité comme de sa légitimité héroïque. Ils inventorient les seuils qui organisent les qualités obligées, les points de passage ou les moments de transfiguration de l’ordinaire. Si ces attributs se cumulent souvent, si les passerelles entre un type et un autre sont fréquentes, selon les caractéristiques des jeunes enquêtes, des profils sont plus ou moins privilégiés. Ainsi l’archétype du héros héroïque, malgré le consensus apparent qui se dégage de l’appréciation d’ensemble portée par les jeunes, connaît-il des nuances selon les allégeances sociales et culturelles des jeunes enquêtes. Si le modèle dominant, et étonnamment consensuel en cette fin des années quatre-vingt-dix, s’incarne à la fois dans la vertu, l’altruisme, l’engagement et la modestie, voire l’anonymat, il n’en reste pas moins vrai que des écarts significatifs apparaissent dans les réponses recueillies.

31Première différence, celle qui sépare les filles et les garçons. Les premières sont plus sensibles aux vertus, à ces qualités que sont l’honnêteté, l’intégrité, la persévérance, mais aussi la générosité, en bref au portrait d’une sorte de personnage idéal non dénué de sentiments et d’affectivité. Romantique et dévoué... le promis serait-il de ceux-là ? En revanche, pour les garçons, mais c’est d’une certaine façon attendu tant les modèles de socialisation en la matière induisent dès le plus jeune âge une exigence de courage et de bravoure qui feront du petit garçon un homme, un vrai, le modèle du vaillant (c’est d’ailleurs le titre même d’une histoire bien connue, Prince Vaillant) est nettement plus prédominant. Leur besoin d’identification apparaît aussi nettement plus marqué. Le héros des garçons est à coup sûr un « modèle » auquel ils souhaiteraient pouvoir ressembler. Il faut bien dire que les noms évoqués dans cette enquête sont d’abord masculins, ce qui en dit long sur la construction socialement et historiquement sexuée des figures héroïques et des représentations de l’héroïsme. Peu de place pour les femmes, et cela qu’il s’agisse des personnages réels ou des figures de fiction. En tous les cas si des femmes héroïques existent bien dans l’histoire, leur empreinte semble se fixer plus difficilement dans la mémoire collective. Et les filles ne citent d’ailleurs pas plus de héros féminins que les garçons. Dans la liste pourtant longue et diverse des héros cités, et ce quels que soient les domaines, seuls 15 % des personnages mentionnés sont des femmes. Même dans le cinéma et dans la littérature où les modèles d’héroïnes auraient pu gagner davantage d’audience et laisser plus de traces, les femmes sont remarquablement sous-représentées : trente et une héroïnes pour cent quarante-deux héros masculins dans la littérature, dix dans le cinéma contre deux cent vingt-trois homologues mâles ! La disproportion est de taille. Exception faite de Mère Teresa, mais qui n’est pas à proprement parler l’incarnation d’un modèle féminin - elle est d’abord une religieuse -, quels que soient les domaines, la politique, l’humanitaire, le sport ou le spectacle, elles sont très minoritaires. Quelques-unes échappent à cette occultation des femmes dans l’histoire mais l’écart dans la reconnaissance est déconcertant. Simone Veil, Brigitte Bardot, Sœur Emmanuelle, sont les plus citées, mais jamais plus de cinq occurrences pour chacune d’entre elles. Davantage de crédit est accordé aux femmes anonymes (toujours les anonymes !), combattant pour leurs droits en Algérie, au Pakistan, et partout dans le monde où leurs libertés sont bafouées. Mais même si la conscience de la nécessité d’une lutte spécifique à la condition des femmes apparaît dans quelques réponses, cette préoccupation est loin d’être dominante.

32Si les héros féminins sont absents, de fait il est plus difficile, sinon impossible, aux filles de s’identifier à des héros le plus souvent masculins. Abordant la question du héros, celles-ci l’envisagent donc moins comme un paradigme, comme un exemple, comme un mythe à embrasser. Tandis que les garçons, eux, dès leur plus jeune âge, ont grandi dans ce modèle de socialisation. Leurs jeux - des plus spontanés, réinventant à chaque génération la poursuite des gendarmes et des voleurs ou les embuscades entre cow-boys et indiens, aux plus sophistiqués que propose le répertoire actuel des logiciels vidéo, sans compter les séries télévisées depuis Thierry La Fronde jusqu’à Highlander -, constituent un apprentissage précoce de l’archétype de la vaillance et de la bravoure. Relativement constant tout le temps de l’enfance et de l’adolescence, il n’est pas non plus absent du cours de la vie adulte : le succès sans faille depuis une trentaine d’années des films de James Bond étant à cet égard édifiant. Par ailleurs l’engouement actuel pour les jeux de rôles, jeux de cartes ou jeux vidéo, surtout chez les garçons, est significatif de cette même quête de modèles et d’identification, certes par d’autres pratiques sociales ou consommatrices. Les parcours initiatiques offerts par ces jeux font de vous pour quelques heures un héros pour de vrai, puisque dans certains cas l’identification va si loin que la frontière entre le réel et l’imaginaire peut en être brouillée.

33En revanche, le type militant domine de façon équivalente chez les filles et les garçons. Preuve s’il en est de l’importance de la valeur d’engagement chez tous les jeunes d’aujourd’hui, même si quelques variations significatives sont engendrées par le milieu socioculturel.

34En effet des différences dans les réponses apparaissent selon le niveau de formation et l’origine sociale des jeunes interrogés. Là encore les références sont assez largement dépendantes d’un certain nombre de paramètres sociologiques. Le type militant est plus répandu parmi les lycéens qui préparent un baccalauréat d’enseignement général (29 %) que parmi ceux qui sont en classe de terminales de l’enseignement technique (20 %). L’importance de ce modèle de héros décroît à mesure que le statut socioprofessionnel du père est moins élevé. Ainsi les enfants dont le père exerce une profession classée parmi les cadres ou professions intellectuelles supérieures choisissent-ils en priorité ce type de héros (31 % contre 28 % lorsque le père occupe une profession intermédiaire et 16 % lorsque ce dernier est employé ou ouvrier). Le type du sauveur connaît sa plus grande fréquence parmi les élèves des classes de terminales de l’enseignement technique (25 %) et constitue le premier choix des enfants d’ouvriers et d’employés. De même est-il assez nettement sur-représenté parmi les enfants dont le père a une nationalité étrangère. Les autres types - à l’exception du héros modèle à qui l’on veut s’identifier qui est un peu plus souvent mentionné parmi les enfants issus de parents exerçant une profession intermédiaire - ne connaissent pas de différences socialement significatives.

35Si l’on entrevoit les raisons objectives et subjectives qui peuvent présider à ces choix, ainsi que les logiques culturelles sous-jacentes, il n’en reste pas moins vrai que ce qui fait sens surtout, et c’est ce que nous avons voulu expliquer au début de ce texte, est le rapport de proximité, d’expérience, d’intériorité à partir duquel les jeunes que nous avons interrogés ont pu interpréter la définition de l’héroïsme. Comme l’écrit Robert Musil :

Quand on est jeune, on n’accepte pas non plus n’importe quelle vérité, seulement celle à quoi quelque chose en nous correspond, celle qui, par conséquent, dans un certain sens, ne fait que s’éveiller, de sorte qu’on la connaît déjà au moment où on la découvre. (Musil 1956.)

36L’importance plus fréquente accordée par les jeunes issus des milieux populaires au peuple des héros anonymes, proches et parents, s’étant distingués dans la vie quotidienne, relève de cette interprétation. L’expérience directe devient le mode de déchiffrage du monde environnant, héros compris. Moins familiers de la culture et du savoir, moins héritiers des références institutionnalisées et académiques, c’est au plus près de soi, dans la trame même de la vie des familiers et des siens qu’ils peuvent envisager ce qu’est un comportement héroïque (15 % des enfants d’ouvriers ou d’employés évoquent spontanément un proche pour désigner un héros, les enfants dont le père exerce une profession intermédiaire ou est cadre supérieur ne sont respectivement que 3 % et 7 % dans ce même cas). Et ce qui est vrai pour eux, l’est aussi à l’autre bout de la chaîne des expériences sociales et politiques de l’héroïsme. Si les plus nantis font plus volontiers appel aux figures du savoir constitué, c’est aussi parce qu’ils entretiennent un rapport de familiarité avec elles, certes dans un environnement familial, sollicitant ce type de savoir et trouvant dans l’école un relais pertinent.

37Par ailleurs, ce sont les enfants d’origine étrangère qui citent le plus volontiers des figures politiques comme modèles de héros (48 % d’entre eux contre 34 % en moyenne). Là encore ne doit-on pas voir dans ce résultat une sensibilisation plus forte aux enjeux politiques internationaux ?

Une idée moderne du sacrifice : la mort évincée

38Les deux mots les plus associés au mot héros sont « sacrifice » et « justice ». L’idée d’un héros qui met sa vie en jeu reste donc une dimension essentielle. Mais c’est la façon de mettre sa vie en jeu qui a changé et qui ne correspond sans doute plus aux définitions traditionnelles de l’héroïsme. La nécessité du sacrifice est instrumentalisée différemment. C’est un sacrifice moderne qui n’a ni pour condition ni pour finalité le fait de mourir. Seuls 23 % des jeunes interrogés déclarent qu’il est nécessaire pour devenir un héros de mourir pour son action. Comment comprendre cela ? En France aujourd’hui, il n’y a effectivement pas d’enjeux guerriers très directement, c’est-à-dire officiellement menaçants, risquant de mettre en péril la vie des hommes à l’échelle collective. Mais étant donné l’ouverture des préoccupations des jeunes à la réalité internationale des échanges et des conflits, cette explication n’est guère satisfaisante. Il y a une réelle mutation dans la conception même du sacrifice. En même temps qu’il y a déterritorialisation des univers et des enjeux mêmes de l’héroïsme, il y a aussi déritualisation de ses codifications comme de ses modes d’intronisation. Et d’une façon plus ou moins explicite, c’est ce que les jeunes tentent de signifier. Le don de soi n’exige plus le don biologique de sa vie et les codes d’honneur s’énoncent à partir d’autres obligations que la mise en jeu de sa survie (Levy, Percheron, Muxel 1991). Le dépassement suppose d’abord un pacte d’engagement moral ou politique dont l’issue mortelle signifierait non pas la gloire ultime et éternelle mais bien l’échec de la mission poursuivie. Quand les jeunes entendent le mot de sacrifice, ils entendent un sacrifice non pas au sens biologique mais existentiel du terme. Se sacrifier, c’est donner sa vie, sans en mourir pour autant. Donner sa vie, c’est consacrer son existence à une cause qui vaille la peine que l’on se batte. On retrouve là le type du héros militant assez largement dominant dans l’enquête, auquel s’adjoint l’idée de pragmatisme et d’efficacité qui caractérise le rapport des jeunes au réel aujourd’hui.

39Par ailleurs, on ne peut éviter de rapprocher cette idée moderne de sacrifice de la représentation, dominante elle aussi, du héros immortel dans la plupart des fictions. Les Superman, les Batman ou le plus récent Highlander ne meurent plus. Ce sont des militants éternels, toujours engagés pour la bonne cause. Dans toutes ces épopées actuelles, il n’y a ni mort du héros, ni même altération de son identité ou de son intégrité physique et morale. Nous sommes bien loin de la Chanson de Roland ou même des chevaliers de la Table ronde pour lesquels la mort était un élément clé de la rhétorique héroïque elle-même. Les héros ne se consument plus. Ils se sacrifient parce qu’ils donnent du sens à leur existence par leur action héroïque, mais ils ne peuvent aller plus loin. D’ailleurs la mort n’est plus un honneur dans une société qui la tient à distance et cherche à la dénier. D’une façon complètement paradoxale, les héros d’aujourd’hui semblent être devenus des demi-dieux certes mortels, mais tout-puissants d’un semblant d’immortalité, car refusant justement la réalité même de la mort.

40Le portrait de ce héros des Temps modernes, tel que nous avons tenté de l’esquisser, est presque trop lisse, presque trop esthétique. Certes, l’idée de beau est bien contenue dans celle de héros. Mais cette beauté d’âme, de cœur et de raison, qui s’impose avec tant de conviction dans les réponses des jeunes, est d’une rare consensualité. On y retrouve des composantes et des qualités en apparence contradictoires, mais ils tentent de les concilier, de les réconcilier. Aux attributs classiques de la panoplie du héros, qui constituent une sorte de socle identitaire fondateur, viennent s’ajouter des signes et des symboles novateurs. Par exemple si les armes, représentées surtout par le glaive et l’épée, restent les objets les plus fréquemment associés à l’action héroïque, les écrits et les textes sont presque autant mentionnés. Si le risque, l’exploit, l’idée même de combat, sont autant de palmes académiques toujours mobilisées pour définir un héros, l’engagement moral, le pacifisme, et l’exigence d’un humanisme universaliste, représentent des valeurs aujourd’hui prépondérantes.

41Ainsi les jeunes tentent-ils de concilier plusieurs univers de représentations de l’héroïsme. Ils témoignent d’un fort désir de réconciliation, d’une autre façon d’envisager les conflits qui privilégie la médiation et la négociation à toute autre forme plus radicale de lutte et de mise en jeu de soi. Gandhi pourrait en être la figure idéale. Apôtre de la non-violence mais ne cédant pas sur le sens politique de sa mission. Il fut cité un nombre conséquent de fois dans l’enquête. Leurs héros sont d’abord politiques, mais les jeunes ne font pas de l’intérêt pour la politique un enjeu déterminant de la qualification ou de la compétence de ceux-ci. Encore un paradoxe qu’il faut souligner, mais ce sera peut-être à ce prix, et après ce détour, que leur réconciliation avec le politique, si tant est qu’ils aient pu s’en éloigner quelque peu, pourra avoir lieu.

42Si comme nous l’avons écrit au début de ce texte, il faut le travail multiforme et complexe de la mémoire collective pour que naisse et perdure dans les consciences un héros, alors la symbolique attachée aux deux lieux qui ont été choisis par les jeunes pour consacrer et garder cette mémoire est particulièrement significative (Muxel 1996b). L’un s’ouvre sur l’espace le plus large et le plus public, l’autre conduit dans le dédale d’un univers plus fermé et d’une certaine façon plus intime. Une statue sur une place publique est leur premier choix, une bibliothèque leur second. La visibilité et la force de représentation d’une statue, sa magnificence souvent aussi et la mise en valeur de tous ses attributs (songeons au David de Michel-Ange...), a fortiori sur une place publique, tranche singulièrement avec l’espace clos, réservé, et souvent difficile d’accès, des archives d’une bibliothèque. La civilisation de l’image n’a donc pas encore pris le pas sur celle de l’écriture, dès lors que la mémoire, c’est-à-dire la pérennité d’un personnage ou d’une histoire, est en jeu. L’écrit, comme la sculpture, sont à la mesure de la noblesse obligée du héros. Ces deux lieux de mémoire sont l’un et l’autre révélateurs de cette double figure de Janus qu’offre le visage actuel du héros : planétaire et intime, politique et impartial.

Tableaux

1. Les catégories de personnages associées spontanément au mot héros ( %)

1. Les catégories de personnages associées spontanément au mot héros ( %)

2. Les mots associés à la notion de héros (%)

2. Les mots associés à la notion de héros (%)

Le % est supérieur à 100 car deux mots pouvaient être choisis.

3. Les types de héros selon le sexe, la profession du père et le type de baccalauréat ( %)

3. Les types de héros selon le sexe, la profession du père et le type de baccalauréat ( %)

4. Les attributs pour devenir un héros (%)

4. Les attributs pour devenir un héros (%)

Bibliographie

Références bibliographiques

Ecco, U. 1993. De Superman au surhomme, Paris, Grasset.

Inglehart, R. 1990. Cultural Shift in Advanced Industrial Societies, Princeton, Princeton University Press.

Levy, M.-F., A. Muxel & A. Percheron. 1991. « Tableaux d’honneur », Autrement, n° 3 de la collection « Morales ».

Musil, R. 1956. L’homme sans qualités, Paris, Éd. du Seuil.

Muxel, A. 1996a. Les jeunes et la politique, Paris, Hachette.

– 1996b. Individu et mémoire familiale, Paris, Nathan.

Singly, F. de. 1996. Le soi, le couple et la famille, Paris, Nathan.

Notes

1 Il s’agit d’une enquête auto-administrée : les questionnaires ont été distribués dans les classes et remplies par les élèves eux-mêmes. Si l’échantillon est relativement homogène du point de vue de l’âge (17-18 ans) et du niveau d’études, la différenciation entre l’enseignement général et l’enseignement technique introduit une diversité sociale permettant de mesurer les écarts dans les réponses faites par des jeunes d’origines sociales différentes. Par ailleurs, nous avons choisi d’interroger des jeunes scolarisés en fin de niveau d’études secondaires afin d’apprécier les modes d’appropriation du panthéon héroïque proposé par la culture scolaire. Afin de recueillir de la façon la plus spontanée possible les associations et les représentations suggérées par la notion de héros, nous avons pris le parti d’introduire un grand nombre de questions ouvertes, privilégiant ainsi l’analyse de contenu des réponses faites à partir des termes mêmes utilisés par les jeunes.

Table des illustrations

Titre 1. Les catégories de personnages associées spontanément au mot héros ( %)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4010/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre 2. Les mots associés à la notion de héros (%)
Légende Le % est supérieur à 100 car deux mots pouvaient être choisis.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4010/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre 3. Les types de héros selon le sexe, la profession du père et le type de baccalauréat ( %)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4010/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre 4. Les attributs pour devenir un héros (%)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4010/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 177k

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540