Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique des héros

 | 
Pierre Centlivres
, 
Daniel Fabre
, 
Françoise Zonabend

Avant-propos

Claudie Voisenat

Texte intégral

1Depuis près de dix ans maintenant, la mission du Patrimoine ethnologique entretient des liens réguliers avec des chercheurs et des institutions d’autres pays d’Europe, engagés comme elle dans une réflexion sur l’ethnologie du patrimoine. Cet ouvrage est le fruit d’un projet pensé et établi en commun avec le Deutsches Hygienemuseum de Dresde (Allemagne) et le Verein für Volkskunde de Vienne (Autriche).

  • * Les actes en ont récemment été publiés dans cette même collection. Cf. Fabre, D. (dir.). 1996. L’E (...)

2En 1992, un groupe d’une trentaine de chercheurs européens se réunissait à l’Écomusée du Creusot-Montceau les Mines autour du thème « Usages sociaux de l’ethnologie ». Ces journées de réflexion, centrées autour de trois grands sujets : patrimoine, problèmes sociaux, nationalismes et régionalismes, servirent de préfiguration à l’organisation d’un colloque, réunissant plus de trois cents chercheurs, qui s’est tenu à Tours, au Centre international de congrès, au mois de décembre 1993*.

3Au cours de cette manifestation, les participants ont exprimé l’envie et la nécessité de collaborer à l’échelle européenne à des projets précis de recherche et de réflexion. C’est la perspective d’un séminaire européen qui a semblé, au moins dans un premier temps, la plus réaliste. Si le thème des héros nationaux a retenu notre attention, c’est qu’il nous a paru l’un des moyens d’aborder l’étude des valeurs qui fondent l’idée même de nation et en constituent en quelque sorte le patrimoine idéologique. Les héros nationaux, dont l’image est susceptible de manipulations ou de reconstructions circonstancielles, se prêtent tout particulièrement à l’exploitation nationaliste des sentiments d’appartenance collective qu’ils contribuent à engendrer et dont il devient de plus en plus important aujourd’hui de comprendre les mécanismes. Dans la continuité des réflexions ébauchées lors du colloque de Tours, ce séminaire a donc été pensé comme une contribution à l’étude des nationalismes.

4Un repérage systématique des recherches actuellement en cours sur ce thème en Europe a été effectué durant l’année 1994. Des chercheurs ont été sollicités pour nous soumettre un projet de participation au séminaire. Une quinzaine ont été retenus.

5Trois rencontres ont eu lieu au cours des années 1995 et 1996. La première s’est tenue en France, à l’Écomusée du Creusot-Montceau les Mines, au mois de juillet 1995 ; la seconde, en Allemagne, au Deutsches Hygienemuseum de Dresde, au mois de mars 1996. La troisième eut lieu à Vienne, sous les auspices du Vereinfür Volkskunde, au mois de décembre de la même année.

6Ce séminaire ne visait pas à établir une collection de monographies de héros nationaux, mais à éclaircir un certain nombre de questions, regroupées en cinq points qui ont servi d’armature à l’organisation des rencontres :

  • La définition même de la notion de héros national dans ses liens avec les « gloires nationales », les « héros populaires », les personnages emblématiques d’une identité nationale (le paysan, le viking, le soldat-laboureur...) ou les groupes héroïsés (villes rebelles ou martyres...).
  • La fabrication du héros national en tant qu’il n’est jamais simplement donné par l’histoire, mais construit, à la fois culturellement et socialement, sa figure pouvant varier selon les périodes historiques et les contextes politiques.
  • La popularisation du héros national qui semble pris dans une tension entre des formes populaires de célébration (toujours susceptibles d’échapper au contrôle des institutions) et l’imposition par le haut (selon un modèle plus « propagandiste ») d’un culte sans soubassement populaire.
  • Le lien entre politique et religion très perceptible en Europe où le christianisme a largement contribué à la légitimation des pouvoirs politiques et où le héros national, qui est d’ailleurs parfois un saint, peut se retrouver au cœur d’une véritable religion d’État. Partout en tous cas, se pose la question des relations unissant héroïsme et sacralité, image laïcisée et représentation religieuse de la communauté nationale.
  • Les paradoxes des héros, leur envers en quelque sorte, constituaient le cinquième et dernier point de nos journées de réflexion. Du héros manqué (dont le processus de production a failli) ou déchu, aux héros potentiels ou en « liste d’attente » (qui peuvent être « réactivés » dans le cadre de nouvelles lectures historiques), jusqu’aux héros controversés, les participants ont tenté d’analyser tous ces phénomènes (polémiques, remotivations, dérision...) qui se situent aux marges du processus d’héroïsation et en constituent peut-être le contrepoint nécessaire.

7Au cours de ces travaux, chaque participant a proposé plusieurs communications sur ces différents thèmes. Au final, cet ouvrage n’en a retenu qu’une parfois plus synthétique, parfois plus monographique selon l’opportunité et la logique de cette publication collective, synthèse de réflexions individuelles mais mûries dans l’échange. Une grande question demeurée en partie sans réponse, a traversé l’ensemble de ces rencontres : quelle est l’importance réelle des héros nationaux dans nos sociétés où les personnages médiatiques sont de plus en plus nombreux et éphémères et où le phénomène de « globalisation » des cultures rend sans aucun doute Madona plus populaire que Jeanne d’Arc ou Garibaldi ? Mais c’est aussi justement dans ce contexte que se produisent les revendications identitaires et les crispations nationalistes qui réactivent les anciens héros nationaux ou en inventent de nouveaux. Là se jouait la spécificité anthropologique de cette réflexion là se jouait aussi sa dimension citoyenne et la justification de son envergure européenne.

Notes de fin

* Les actes en ont récemment été publiés dans cette même collection. Cf. Fabre, D. (dir.). 1996. L’Europe entre cultures et nations, Paris, ministère de la Culture / Éd. de la Maison des sciences de l’homme.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540