Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Par écrit

 | 
Daniel Fabre

IV. Liens et ruptures

Histoire locale et généalogies : les deux mémoires

Sylvie Maurer et Colette Méchin

Texte intégral

  • 1 223 habitants en 1993.

1Soit un village lorrain, un très petit village même, Eix, 171 habitants en 19821 avec, à cette époque une dominante encore nettement paysanne (quatre « vrais » agriculteurs et deux en fin d’exploitation), mais déjà en plein désarroi quant à l’avenir de la profession (en 1995, il n’en reste que deux). Une toute petite commune donc, à proximité de Verdun et de ses souvenirs de la Grande Guerre, sans vestige historique qui autoriserait le détour mais traumatisée durablement par cette guerre de 1914-1918, au point de provoquer chez ses habitants ce que l’on serait tenté d’appeler un puissant syndrome d’amnésie. La disparition matérielle de la quasi-totalité du bâti villageois et surtout le bouleversement des repères géographiques des prés et des champs lors de l’offensive allemande sur Verdun en 1916 ont fait émerger chez certains, en 1980, le sentiment que les seuls monuments témoignant d’un autrefois du village étaient les souvenirs des anciens. A ce titre, leur mort, inéluctable dans les années proches, signerait la disparition sans retour de toute une tranche du passé. D’où un devoir d’écriture pour sauvegarder la mémoire fugace. Jeune ethnologue à la recherche d’un thème de recherche, j’acceptai l’expérience d’une écriture sous contrôle, ou plutôt d’un écrit à implication collective puisque ceux qui étaient intéressés par l’entreprise consentaient à répondre à mon enquête et en outre à participer activement à la mise en texte du village par la production de témoignages écrits. Le but de l’entreprise fut, dès l’origine, tout à fait explicite. Il fallait bien sûr classiquement raconter l’Eix d’autrefois, mais il fallait surtout établir définitivement l’existence du village, apporter la preuve indubitable que cette communauté était ancienne malgré les apparences, malgré les destructions et les modifications définitives apportées par la Grande Guerre et, peut-on ajouter a posteriori, par les profonds changements du mode de vie. Il y avait aussi, il y a toujours, un souci de souder le village dans une sorte de communauté incontestable et indestructible. Pour masquer un double mouvement démographique perturbateur : celui des natifs partis gagner leur vie ailleurs et celui des immigrants venus s’installer et/ou se marier au pays, l’envie d’écrire ensemble parut la solution idéale pour que tous ceux qui choisirent, à un moment ou à un autre, de vivre ici, se sentent organiquement liés. Cette donnée avait été comprise dans l’ambiance de l’époque comme un désir, somme toute légitime, d’une meilleure compréhension du réseau des parentèles du village. En 1982, j’insistai sur cette particularité qui avait attiré mon attention, d’un savoir généalogique essentiellement mémorisé par les femmes et qui se distinguait nettement de la démarche généalogique classique pour laquelle le patronyme – donc la lignée paternelle – est essentielle. Pas tout à fait généalogie matrilinéaire contre généalogie patrilinéaire, puisque les femmes, gardiennes de cette mémoire, n’omettaient pas de réciter ce qu’elles savaient du lignage de leur propre père, mais à coup sûr démarche populaire contre démarche savante puisqu’à une mémoire orale s’opposait une recherche dans des documents écrits. Quinze ans plus tard cette volonté de cohésion, déjà en place lors de la première étude, fonctionne à grand rendement, mais elle a abandonné la référence au savoir oral – malgré la mémoire vive de la doyenne qui réside encore au village – pour s’aligner peu ou prou sur la norme classique des généalogistes. Elle a aussi acquis avec le recul une autre dimension, sur laquelle il convient de s’interroger, puisqu’elle génère une démarche buissonnante des chercheurs de parenté pour relier les habitants actuels du village, dans une structure bricolée de type familial. Il s’agit en somme de créer du pseudo-biologique à forte production de cohésion (nous sommes un peu tous cousins) à partir d’une cohabitation fortuite à tendance centrifuge (nous sommes venus nous installer ici par hasard).

Trouver sa légitimité par l’écrit

2Le retour au terrain, une grande décennie plus tard, pose d’emblée le problème de l’usage et de la transmission d’un témoignage fondateur. A l’époque de la réalisation de l’écrit, les acteurs de l’opération « Ethnographie d’un village meusien » se répartirent d’eux-mêmes en deux groupes : il y eut ceux qui légitimement pouvaient écrire et/ou témoigner, du fait de leur ancienneté au village, et il y eut les autres, arrivés plus récemment, armés de leur seule bonne volonté et de leur envie de participer.

3Quinze ans plus tard, le clivage entre les témoins authentiques et les autres s’est semble-t-il volatilisé, pour mieux se reporter sur les derniers arrivés. Avoir participé à l’écrit collectif a produit une légitimité d’ancienneté qu’on conteste d’autant moins que le double mouvement démographique s’est accéléré (mort des anciens, départ des jeunes, implantation d’un deuxième lotissement où viennent vivre des gens de l’extérieur). Mais comment faire maintenant pour intégrer, à partir du livre référentiel, ces nouveaux habitants, souvent sans lien avec l’ancien village, dans la communauté ?

4La façon dont est conservé/consulté dans l’espace familial l’opuscule de 88 pages produit en souscription en 1982 nous a permis de cerner les fonctions essentielles que remplit cet écrit.

5D’abord il sert de référent historique indubitable et, à ce titre, a autorisé l’apparition d’une mémoire apaisée qui peut s’appuyer sur des données jugées incontestables puisque cautionnées en son temps par le groupe des sages, les anciens du village.

Puisque cela est écrit...

6La manière dont des exemplaires ont été déposés dans des lieux de conservation de l’Histoire (Bibliothèque municipale de Verdun, Bibliothèque de la Gendarmerie d’Étain, Archives départementales de Bar-le-Duc) révèle cette détermination à placer ces témoignages dans des sortes de sanctuaires dédiés à la mémoire. C’est dans cette perspective qu’il faut replacer le récit scandalisé qu’on nous fit de la vente du stock des derniers exemplaires à un bouquiniste par la nouvelle mairie (entendons l’équipe qui a succédé à celle de 1982). La dilapidation du trésor entre des mains étrangères a été jugée par certains comme une sorte de trahison opérée à des fins mercantiles. En ce sens aussi, la place qui a été dévolue à cet écrit dans l’espace intime familial révèle, au-delà de l’anecdotique, l’importance qu’on semble lui donner dans une société où le livre est relativement peu présent. Le plus souvent rangé avec les papiers de famille dans le tiroir d’un buffet, voire même avec l’annuaire téléphonique, il est facilement consultable et considéré comme un usuel. Il faut d’ailleurs en convenir, au plan du contenu, l’écrit communautaire a valeur mnémotechnique assurée. L’exigence, contre laquelle je me souviens d’avoir lutté, de faire figurer des listes de notables (maires, curés, anciens châtelains), si elle relevait évidemment du goût de la présentation des gens célèbres, qu’on retrouve souvent dans les monographies -et qu’on verra à l’œuvre aussi dans la démarche de certains généalogistes -révèle à l’usage ses mérites : la mémoire défaillante de l’aïeul(e) comme celle du plus jeune qui n’a pas connu tous ceux qui sont cités, trouvent promptement leurs marques dans cette société où dates et noms ont encore une extrême importance (d’aucuns me reprochent encore de n’avoir pas fait figurer de la même manière la succession des instituteurs et institutrices qui, tous pourtant, sont nommés et présentés à l’intérieur d’un chapitre). Ces repères, en somme, ont la même fonction que l’énumération des pères de l’Eglise ou des premiers évêques des cités : à la fois faire rejaillir sur l’humble bourgade un peu de la renommée de ces élites et établir, dans la plus longue durée possible, la présence ininterrompue de ces représentants d’(es) autorité(s).

7On comprend alors qu’il ait été convenu, dans l’esprit des utilisateurs, de manipuler ce texte avec circonspection. Pour beaucoup qui ressentent, à propos de l’écriture, ce que J.P. Albert appelle joliment une « présomption d’incompétence » (1993 : 33), la chose allait de soi : il n’était pas question de corriger ou d’ajouter quoi que ce soit au texte imprimé. Mais pour ceux, nombreux (cf. Maurer et Méchin 1996), qui manifestèrent leur goût pour l’écriture, la tentation fut sans doute vive d’amender ce texte imparfait eu égard à la vision singulière de chacun. Comme l’atteste l’enquête, si des photographies, articles de journaux, etc., sont glissés entre les pages, personne n’osa modifier, même fugitivement, l’écrit initial : seules, les initiales accompagnant des citations ont parfois été rendues intelligibles, mais c’est au crayon que l’ajout a été fait, comme pour rendre plus léger cette espèce de sacrilège. Pour illustrer ce respect quasi religieux de l’imprimé, l’histoire d’Albert G. est, en la matière, exemplaire :

8En 1983 (un an donc après la publication de l’écrit collectif auquel il avait très activement participé), Albert G. offre à la commune un monument à la mémoire de tous les morts de la guerre de 1914-1918, ces anonymes dont, lit-on gravé sur la stèle, « quelques-uns dorment encore dans ces champs où ils furent tués dans leurs tranchées de première ligne ». En même temps il dépose en mairie un exemplaire de la publication à laquelle il avait tant collaboré, mais annoté, complété dans une perspective que je n’avais pas, à son gré, suffisamment développée. Annoté, complété : un habitant d’Eix aurait donc osé modifier le texte imprimé ? Pas vraiment. Sur les pages laissées blanches (verso de la page du titre, dernière page), mais aussi sur les cartes représentant la répartition des cultures et l’état des propriétés, il ajoute son témoignage sur la guerre qui le hante. Son premier geste est, d’entrée, d’établir la liste -encore une -des habitants d’Eix au retour de l’exode en 1920, avant de raconter sur les cartes, dans leurs marges, l’offensive sur Verdun en 1916, avec la localisation des différents forts, l’emplacement des cimetières militaires provisoires, etc.

Carte des propriétés en 1981, annotée par Albert G.

9Un an après sa parution, on voit fonctionner ce texte comme un document incriticable à force d’effets consensuels, mais insatisfaisant pour qui avait autre chose à dire. En utilisant l’écrit de 1982 comme une sorte de palimpseste, Albert G. exprime son impossibilité à publier sous son nom ses propres souvenirs en même temps qu’une attitude révérencieuse à l’égard de cet écrit accepté par tous.

10Il est possible aussi que chez ce fin paysan viscéralement attaché à sa terre, le désir de laisser une trace se soit trouvé en fin de compte mieux réalisé par ce monument qu’il offre sur un petit morceau de son domaine, plutôt que par des phrases écrites dans un livre.

La magie de la désignation

11Financé par eux par souscription et fruit de leurs efforts, l’opuscule publié en 1982 est aussi un véritable support de légitimité pour ceux qui participèrent à l’opération de mise en forme des témoignages, puisqu’ils furent tous, d’une manière ou d’une autre, cités dans le texte et/ou dans les légendes accompagnant les photographies.

12Être cité dans l’ouvrage (même sous forme d’initiales) ou figurer sur une photo atteste tout d’abord et fort prosaïquement de sa présence au village il y a une quinzaine d’années, mais c’est aussi, et la nuance est subtile, affirmer l’autorité qu’on avait comme témoin authentique puisqu’appelé à faire connaître son opinion sur l’un ou l’autre des sujets exposés. De ce fait, ces membres « incontournables » de la communauté ont été vivement sollicités pour signer l’opuscule lors de son lancement en 1982. La séance de signature à cette occasion s’est transformée en une joyeuse fête d’apposition des marques de tout le monde ; ce qui n’est nullement en contradiction avec ce respect du texte proprement dit évoqué précédemment, car on touchait d’autant moins au texte qu’on l’authentifiait en quelque sorte par sa signature sur la couverture ou sous une photo. Cette légitimation ne concernait évidemment que les personnes en place à l’époque de cette mise à l’écrit du village. Aussi, mettre entre les mains des nouveaux venus (nés depuis 1982 ou néo-résidents) l’opuscule traitant de la communauté du village montre un souci d’intronisation évident. Encore peut-on relever des différences significatives dans le mode de transmission du petit livre. Certains l’ont reçu comme cadeau de mariage de la main du maire ou en ont hérité à la mort d’un parent : on est là dans une sorte de passation lignagière où le récipiendaire est en droit d’attendre une lecture commentée de la part de ses parents au village. Pour d’autres, dont l’histoire familiale était jusqu’ici totalement extérieure à Eix, l’achat ou l’emprunt de l’ouvrage est un signe de bonne volonté et salué comme tel. Les anciens joueront pour ces postulants à l’intégration, le rôle bienveillant du commentateur et du décrypteur (qui se cache donc derrière les initiales des citations ?).

13Mais cet écrit, s’il est fondateur d’identité, et à ce titre efficace pour répondre au besoin de mémoire des habitants, échoue cependant dans la fonction primordiale à laquelle certains auraient voulu l’assigner, celle d’asséner la preuve définitive de l’existence et de la singularité d’une communauté pérenne (donc incontestable dans le passé comme pour l’avenir). La quête obsessionnelle d’un renforcement identitaire semble n’être jamais tout à fait éteinte...

Comment être éternel ?

14L’idéal de cohésion auquel l’écriture avait permis provisoirement de répondre en figeant le village dans une sorte de permanence essentielle (aux deux sens du terme) est sans cesse remis en question par les contradictions propres à tout organisme vivant : changements des modes de vie et des activités traditionnelles, modifications de la structure même du village (ceux qui quittent le village, ceux qui viennent y habiter, ceux qui naissent, ceux qui meurent). Devant ce constat, trois réponses étaient possibles pour oblitérer le paradoxe.

  • Écrire soi-même et chacun pour soi sa vision du village sans risquer d’être contredit.
  • Continuer le livre, en une sorte de fuite en avant permanente, puisque tout compte fait, le bilan de la première opération au plan des enjeux d’appartenance au village est loin d’être négatif.
  • Trouver une autre manière de démontrer cette cohérence de la communauté qui permette de définir à peu de frais un entre-soi protecteur.

15La première possibilité, on doit le souligner, existait déjà avant mon passage au village (cf. Maurer et Méchin 1996 : 11). Plusieurs auteurs tentèrent de rassembler en un récit autobiographique souvent émouvant les souvenirs de leur enfance. Aucun ne poussa l’aventure jusqu’à tenter de se faire publier. La tentative la plus audacieuse fut celle d’Albert G. qui photocopia ses textes pour en offrir un exemplaire à chacun de ses enfants. L’enquête actuelle révèle que si velléité de publication il y a, elle est le fait d’une jeune femme qui enregistra, peu avant sa mort, les témoignages de sa grand-mère, une ancienne institutrice très aimée. Si ce désir d’écriture voit le jour, ce n’est pas à proprement parler une chronique du village qui sera tentée, mais plutôt le récit d’une vie, façon Emilie Caries ou Adrienne Durand-Tullou. L’expérience en fait ne tente pas, ou ne tente plus personne, du fait d’une autre publication qui défraie encore la chronique : celle d’une fille du pays qui, après avoir gagné quarante millions au loto, s’est payé les services d’un écrivain pour régler ses comptes avec sa famille et dans une moindre mesure avec les habitants des différents villages où elle résida -dont Eix. La chronique (Gœury 1991) est unanimement jugée scandaleuse et ordurière : que les vérités ne soient pas bonnes à déballer sur la place publique trouve là une parfaite illustration et cette publication calamiteuse -dont tout le monde au village connaît l’essentiel -sert semble-t-il de frein puissant aux tentations de publication de souvenirs personnels.

16La seconde voie possible, celle d’une poursuite de récriture-ensemble (toujours avec un rédacteur), fut un espoir un instant caressé par certains en nous voyant revenir sur les lieux. Cette attente fit long feu puisque nous ne pouvions évidemment -ni ne voulions -faire cette version numéro deux de la vie du village, symboliquement productrice de ce lien identitaire si recherché, mais opération interminable puisque toujours appelée à se transformer. Pour pallier ce refus de poursuivre une écriture en commun, il restait, comme dernière possibilité, la recherche généalogique qui permet de rêver à la fois d’origines lointaines pour les plus anciennes familles (par un réseau « vertical » classique en quelque sorte) et de liaisons récentes avec les nouveaux arrivants (enchaînement sur un plan « horizontal » d’alliances). Cette quête avait tout pour séduire, puisqu’elle permet de conjuguer une fringale de liens de parenté et un goût affirmé pour les listes et pour la mise en évidence d’individus prestigieux, parfois d’origine lointaine. Elle a acquis, de ce fait, une grande importance dans la vie de certains, puisqu’elle permet, à moindre coût, de rêver du village et d’organiser des liens entre de parfaits étrangers.

De l’utilité des généalogies

17De l’alternance des formes d’écriture (manuscrite, dactylographiée, recopiée, photocopiée), de la variété des supports (cahiers, feuilles volantes, classeurs), du style d’écriture (télégraphique, romanesque, biographique, griffonné), ressort d’emblée le caractère hétéroclite des documents écrits que constitue le trésor de ceux qui, à Eix, caressent un rêve généalogique. Ces écrits s’inscrivent aussi dans une continuité d’archivage d’une extrême variété. Voisinent ainsi des copies manuscrites d’état civil avec des photocopies de textes biographiques ou monographiques, des photographies de famille avec des pièces témoignant d’événements qui ont marqué l’histoire plus ou moins récente du village (articles de journaux, notes prises lors d’une réunion...), cartes de vœux ou faire-part. Tous ces documents traduisent un penchant pour l’histoire événementielle et un goût pour la recherche identitaire. On y trouve pêle-mêle des évocations de l’histoire régionale (la Grande Guerre, les traditions meusiennes), mais également locale (le départ de l’ancien curé, les résultats des dernières élections municipales) et familiale (photographies des noces d’or, esquisse d’arbre généalogique, lettre d’un cousin, photocopie d’une pièce de justice concernant la donation d’un terrain, etc.).

18Pour certains, cette collecte tous azimuts se limitera à un archivage sauvage ; pour d’autres elle les conduira vers de nouvelles recherches leur permettant de mieux élaborer leur arbre généalogique. Sans tenir compte du degré de passion qui nourrit cette construction généalogique, derrière cette démarche, se profile une logique qui prédispose à certains choix et tris, et qui fait de chaque production une œuvre unique. Chacun trace ainsi sa voie, poursuit comme bon lui semble les pistes multiples en ascendance et descendance, et décline à sa manière les termes filiation, collatéralité, alliance.

19Cette discipline offre à ses adeptes la possibilité de s’échapper des sentiers battus (Sagnes 1995 : 129). Elle peut être considérée comme œuvre créative faisant parler ses auteurs et renfermant tout l’imaginaire qui les habite. Les détours qu’empruntent les « généalogistes » s’éclairent dès lors qu’on les met en phase avec leur vécu individuel ou collectif. Aussi, en s’interrogeant sur les significations de ces activités, la logique qui détermine ces choix et le devenir de ces écritures, apparaît dans ces productions le jeu des relations que les individus tissent entre eux. Comme par effet de miroir, les généalogies nous renvoient au système de relations sociales du village, mêlé à des aspirations plus personnelles.

20Répondant essentiellement à des motivations individuelles, les recherches sont, à l’heure actuelle, peu organisées à Eix. Néanmoins, quatre chercheurs d’ancêtres font partie d’un petit noyau fondateur. Du corpus local de productions généalogiques, on peut dire d’emblée qu’il existe autant de généalogies que de généalogistes, chacune pouvant être repérée par la façon dont son auteur construit son tableau.

  • 2 Le général Chevert, né à Verdun en 1695 et mort à Paris en 1794, est très célèbre dans la région p (...)

21La chercheuse la plus chevronnée est Simone R. Collectionneuse dans l’âme et épouse d’un collectionneur de pendules, elle a à son actif plusieurs productions généalogiques qui lui confèrent un certain prestige dans le village. Disciple de Pierre T. (originaire d’un village voisin), féru de généalogie, elle a collaboré à la réalisation d’un tableau de la famille du général François de Chevert2, qui fut exposé en mairie de Verdun en 1993 à l’occasion d’une « Journée du patrimoine ». Le message qu’elle a voulu transmettre à travers cet arbre était de démontrer l’existence, pour un bon nombre d’habitants des villages proches d’Eix, d’une filiation avec cette famille célébrissime. Ainsi, Damloup par exemple a vu naître Anne Chevert, sœur du grand-père paternel du général, et a vu se multiplier sa descendance. Simone R. explique qu’un lien de consanguinité au huitième degré d’ascendance existe entre elle et Anne Chevert, grâce à l’alliance concrétisée par Marguerite H. et Jean-Baptiste V.

22Cette première recherche l’a entraînée vers une autre démarche, qui consiste dans l’élaboration de l’arbre du village d’Eix. C’est ainsi qu’elle a réalisé un gigantesque tableau qu’elle déploie avec fierté et qui recense tous les Eixois, les « pièces rapportées » n’y figurant pas (ceux qu’elle qualifie aussi d’« étrangers »). Ce document si précieux, que certains privilégiés seulement ont eu pendant quelques minutes la chance de voir se déployer sous leurs yeux, est une suite de pages à grands carreaux, légèrement jaunies, assemblées à l’aide de ruban adhésif, qui se déplie dans le sens de la longueur. Il s’agit d’un ensemble de parentèles soigneusement inscrit au crayon de papier, dont les ramifications peuvent être reconstruites à tout moment. De ce tableau de noms pour la plupart inconnus, ressortent quelques informations, comme des points de repères, permettant de mieux identifier les ancêtres. Nous sont alors présentés Georges Le Pelletier de Rosambo, « descendant du successeur de Colbert », Julie Lexa, d’origine irlandaise, mais aussi Nicolas Robin, le tailleur d’habits.

23A l’inverse de ce qu’on pourrait appeler la « logique Simone » qui recherche exclusivement des liens biologiques parmi les Eixois, Paulette F. privilégie, elle, l’horizontalité dans son champ de recherche, à savoir les liens collatéraux qui réunissent les villageois. Habitée par un certain idéal de la vie en collectivité, elle imagine un grand tableau exposé en mairie, rassemblant tous les gens d’Eix et leurs ancêtres, y compris les nouveaux.

Chacun aura droit à son buisson..., dit-elle avec un bel enthousiasme. Et pour faire taire les querelles, il faudra mettre tous les enfants, même ceux qu’on n’apprécie pas, et les nouveaux du lotissement. On y mettra aussi Jean M., dont les parents font partie des immigrés qui sont venus reconstruire le village après la Grande Guerre : même s’il est étranger, on arriverait à l’affilier aux anciennes familles, puisque sa fille a épousé un descendant des H.

24Ce qui l’obsède littéralement, c’est qu’il faudrait montrer que « même si on n’est pas parent, on arrive à avoir de la parenté commune, et tout compte fait, on finit par être tous cousins. Car finalement, même s’il n’y a pas de lien de sang, on vit tout de même ensemble ».

25Parallèlement à cette construction imaginaire, Paulette F. conserve un cahier dans lequel elle a noté une succession d’actes de naissance, décès, mariages, recopiés à la hâte, comme dans un ultime geste de sauvegarde afin de préserver des traces avant le départ des registres d’état civil à Bar-Le-Duc, la préfecture. Cette liste s’organise autour de patronymes en relation directe avec sa famille, sans qu’on sache véritablement à quel degré. Le long des pages jaunies, se succèdent des écritures de couleurs différentes, qui marquent les étapes de la recherche. A la couleur noire du texte, se mêle du bleu : une date de naissance ajoutée après-coup. Des patronymes sont soulignés d’un trait sec, comme pour sortir de ce fatras de noms les personnages centraux de sa généalogie. Parfois, un acte de décès ou de naissance est barré de plusieurs traits en biais ; peut-être n’étaient-ils que des homonymes perturbateurs ?

26Parmi les chasseurs d’ancêtres, il y a aussi Jean D., cousin de Simone R. par les H. Bien qu’affichant une certaine tiédeur pour le travail de copiste, il s’appuie sur les travaux de sa parente pour démontrer ses origines anciennes dans le village (en lignée maternelle), en dépit du fait que son père soit venu après guerre. Il justifie son ancienneté par un lien de parenté avec la branche des H., de laquelle sa voisine, Jeanne W., est également issue.

27Cette dernière possède une autre généalogie réalisée par une cousine ne résidant pas au village. Son document à elle est une série de cercles concentriques, réunissant en son centre un couple eixois fondateur.

28Bien entendu, la connaissance généalogique ne se limite pas aux productions recensées ici. Comme dans d’autres provinces françaises, il y a, dans toutes les familles d’Eix, une capacité à mettre en œuvre, si les circonstances se présentent, un savoir généalogiste diffus. Sans trace écrite, et mémorisée par un(e) aïeul(e), cette connaissance est fonctionnelle puisqu’elle permet par exemple de repérer, à l’occasion d’un décès, qui, dans le réseau des cousins « pas trop proches », pourra porter le cercueil. Cette démarche se déploie davantage en collatéralité qu’en ligne ascendante, ce qui tendrait à confirmer l’opposition entre les démarches savante et populaire.

La trame généalogique

29Nos généalogistes se réfèrent en fait au modèle produit par Pierre T., personnage extérieur au village, mais dont la quête d’ancêtres l’a mené au village d’Eix, où son arbre aurait pris quelques racines. Personnage solitaire, expérimenté dans la recherche sur archives, possédant une mine de documentation et affichant un enthousiasme toujours neuf, il est fort apprécié des généalogistes eixois, qui lui confèrent le statut d’érudit local.

30En tant que fidèle client des archives de Bar-Le-Duc, les généalogistes peu aguerris lui délèguent volontiers quelques missions dans le monde des papiers. Alors, au fil de ses investigations, lorsqu’il croise des ancêtres eixois, il relève fidèlement les informations pour les livrer aux descendants concernés. Il transmet ses découvertes à ses commanditaires au moyen de copies de documents, que ces derniers, très reconnaissants, glissent précieusement dans le fatras des papiers de famille. C’est ainsi que Pierre T. découvrit que les L., relégués maintenant au rang de familles pauvres, puisaient leurs racines dans une lignée noble. Simone R., apparentée à ces personnes et fière de cette information qui l’anoblit subitement, s’est empressée d’informer M. J., qui lui aussi est concerné par l’affaire. Ces dires sont arrivés jusqu’aux oreilles de Paulette F., qui se trouve aussi parmi les descendants des L. Ainsi, l’information tisse tout un réseau de parenté plus ou moins proche. Elle redéfinit en quelque sorte les liens familiaux oubliés ou brisés ; elle oblige aussi à réfléchir à la réussite des familles : une expérience sensible de la roue de la fortune en somme.

31Cependant, la destination des documents généalogiques laisse apparaître les limites de l’identification à un groupe. Le document que Pierre T. fait circuler parmi les collatéraux suit un parcours relativement restreint et discret. Simone R., pour qui seuls les descendants de Christophe S. et de Pierre H. méritent d’être appelés Eixois, est très avare en informations, et ne déploie pas son trésor à tout venant. Le quémandeur doit passer par une longue phase d’apprivoisement, comme s’il devait suivre une initiation afin de faire partie d’une société secrète. Cela reste du domaine du privé, et ne sera pas dévoilé sur la place publique.

32Privé et public sont des notions que Paulette F. manipule également au moyen de ses reliques. Son cahier imprégné des traces de ses ancêtres est soigneusement conservé parmi les papiers de famille au fond de l’armoire qui trône dans la pièce principale de la maison familiale. Par contre, la généalogie de village destinée à être exposée au vu de tous, pourrait être l’occasion de se réunir et de fêter le village dans un espace public.

Le village rêvé

  • 3 Certaines lignées sont davantage explorées car elles recèlent des ancêtres prestigieux, d'autres s (...)

33Un des enjeux essentiels pour une bonne intégration des Eixois est l’appropriation de la mémoire, étant donné que la construction de la mémoire se concrétise par une incorporation de l’histoire, fondatrice d’identité. Après se l’être appropriée par le livre écrit autrefois et les généalogies, on s’aperçoit qu’elle est conditionnée, idéalisée (on formait un ensemble organique homogène autrefois), voire recomposée et bricolée3. L’histoire ainsi revisitée nourrit le désir de la voir se perpétuer sur le même modèle. Alors, afin de poursuivre le rêve d’un village organiquement uni, certains recherchent des stratégies permettant de relier des parentèles, même si elles se trouvent éloignées. Ainsi, les foyers sans attache avec les anciennes familles pourraient un jour faire souche, sur le modèle des anciens, en épousant des héritiers et héritières du lieu.

34Mais comment cette histoire se construit-elle dans les représentations des auteurs ? Le besoin profond de vouloir faire l’histoire et d’y participer à part entière nourrit la passion généalogique eixoise.

35Cette quête enracine les auteurs dans la grande famille, et permet la rencontre avec l’ancêtre. En effet, au fil de cette quête de l’ancêtre, de la joie de l’avoir débusqué, de cette occasion unique de le côtoyer, de toucher ses traces scripturales, se dégage un comportement singulier qui vise à une sorte d’incorporation de ses origines. A l’inverse, la découverte de ses collatéraux fait prendre conscience de l’existence d’une histoire commune, de l’importance de la transmettre et de s’inscrire dans le groupe.

  • 4 Cette famille dit être parfois visitée par l'esprit de cette vieille femme.

36Tout se passe comme si l’on faisait partie de la communauté villageoise dès lors qu’on figure dans les archives, dans « le » livre, dans une de ces productions généalogiques, ou encore si l’on participe à la construction de l’histoire du village. Côtoyer et préserver les monuments du village, en cotisant pour l’achat d’une cloche, ou en reconstruisant des bâtiments détruits par la guerre, en participant aux activités du foyer rural, sont des actes intégrateurs au village. Ainsi, Christine et Albert D., nouveaux et amoureux des maisons anciennes chargées d’histoire, ont acquis la bâtisse de la dernière habitante d’Eix, qui, selon le récit, en refusant d’être évacuée en 1916, périt dans les ruines4.

37Les bricolages de généalogies ne tiennent plus compte du principe des rapports consanguins, mais légitiment les liens entre les villageois du fait même de leur présence en un même lieu. Ils opèrent selon ce que nous appellerons une « logique du cousinage ». En effet, dès lors que l’on dépasse le second degré de parenté, ces essais de regroupements et de découpage des familles dans le but de construire un réseau de parentèle selon ses goûts et affinités, deviennent possibles, puisque les preuves irréfutables font défaut, ou ne sont pas accessibles immédiatement. Et l’incertitude des souvenirs, la disparition des systèmes traditionnels d’entraide ne font qu’accentuer cette perte de connaissance des liens de parenté.

38Alors, dans la réalité, Eix vit séparé en deux groupes. Celui de la parenté proche (qui descend d’une famille originaire du village et qui l’a peuplé en grand nombre), et celui de parenté plus diffuse, qui, malgré le jeu des alliances exogames, se limite aux zones qui bornent le village. La parenté diffuse rejoint en quelque sorte le sentiment d’appartenance à la communauté, car on est entre soi, on est « tous cousins ». Ce qui amène Paulette F. à dire : « même s’il n’y a pas de lien du sang, on forme tout de même une famille. » Et, par un effort d’accommodement à la présence d’éléments étrangers, dans la vie de tous les jours, un nouveau type de cohésion sociale s’élabore, qui n’est plus exclusivement fondé sur la parenté. En renonçant à l’endogamie, en cessant de nouer et renouer les liens de parenté à l’intérieur du groupe par le système d’entraide et d’alliance, Eix semble avoir perdu de son ancienne cohésion sociale, mais en chercherait une nouvelle, tentant de revivre l’ambiance d’avant, tout en intégrant les nouveaux venus.

Un mythe endogamique à sauver

39Les productions généalogiques nourrissent pour chacun le souci permanent de prouver à la fois l’installation ancienne de sa famille et son insertion personnelle dans un réseau dense de parentèle villageoise actuelle.

40Aussi, pour mieux comprendre cette boulimie généalogique, cette frénésie de la conservation et cette quête d’identité villageoise, il convient de s’interroger sur le vécu individuel et familial de ces archivistes amateurs qui disent tous faire partie des anciens du village, maintenant que les plus vieux sont morts. La plupart sont nés, ont grandi et œuvré au village, et ont collaboré très activement à l’écriture du livre.

41Mais malgré tout, leur histoire réelle se trouve souvent éloignée de cet enracinement dont ils se réclament. Rares sont ceux qui sont issus d’anciennes familles, et pour cause : il n’en restait que très peu après les remous de la guerre. Rares aussi sont ceux qui ont réalisé un mariage de proximité, tel qu’il était habituel en Lorraine.

42Chez Simone, la quasi-obsession de reconstitution d’un clan s’éclaire dès lors qu’on s’interroge sur sa propre histoire. Elle reproduit dans ses écrits des relations de parenté étroites qu’elle a elle-même intégrées par un mariage consanguin, au troisième degré. A l’époque du mariage de Simone et Michel, des tendances à s’épouser entre soi existaient. L’usage était de tenter, à la faveur d’un premier mariage, de créer de nouveaux couples dans le réseau de parentés réunies pendant la noce. Le système endogamique qu’expose notre généalogiste serait donc la projection du système d’alliance dont elle a fait l’objet.

43A l’opposé, l’histoire de Paulette apporte aussi une clé à la compréhension de sa démonstration. Elle est issue d’une famille qui ne se serait implantée dans le village que depuis trois générations. De plus, son père, après une rupture de fiançailles avec une fille d’Eix, a fini par épouser une jeune femme extérieure au village. Enfin, l’intéressée a reproduit le schéma en épousant quelqu’un du département voisin. A son tour, une de ses filles, qui a hérité de la ferme, a épousé un « extérieur ».

44L’histoire de la doyenne actuelle d’Eix, issue d’une fort ancienne famille, est aussi riche d’enseignement. Louise, plutôt que de choisir un jeune homme du village, épousa un maçon italien venu lors de la reconstruction après la guerre. Ses deux fils ont épousé chacun une fille d’une ancienne famille. Le choix exogamique a été « rattrapé » à la seconde génération, et fort réussi, puisque l’un des deux est maintenant maire du village.

45Et l’on pourrait multiplier les exemples. Ces personnes marquées par une histoire familiale exogame, se trouvent donc loin de l’endogamie villageoise dont elles se réclament. Elles sont -et l’on ne saurait s’en étonner -les plus actives dans cet effort multiforme de recherche généalogique. Comme si cette inscription de la personne dans les pages d’histoire du village par le biais de l’exploration de leurs liens avec les fondateurs du village leur permettait une sorte de justification a posteriori du cours qu’a pris leur vie, une réhabilitation en quelque sorte aux yeux de la communauté.

46Avoir participé à l’écrit collectif de 1982, ou contribuer à l’établissement du tableau généalogique du village, permet d’acquérir une légitimité d’ancienneté incontestable, d’autant que le mouvement démographique s’accélère.

47Avec les généalogies, cette quête obsessionnelle d’identité a pris une autre voie que celle de l’écrit collectif, mais la préoccupation est semblable. Outre le bénéfice inestimable de permettre de rêver à peu de frais d’un village où chacun trouve, à terme, sa place, cette démarche généalogique a l’immense avantage de laisser ouvert en permanence le chantier et de répondre ainsi à ce besoin de réactualisation permanente des données, qu’un écrit quel qu’il soit ne saurait satisfaire.

Bibliographie

Bibliographie

Albert, J.-P. 1993. « Écritures domestiques », in D. Fabre (éd.), Écritures ordinaires, Paris, Éd. POL/Centre Georges Pompidou : 37-94.

Carles, E. 1978. Une soupe aux herbes sauvages, Paris, Robert Laffont.

Dibie, P. 1979. Le village retrouvé, Paris, Grasset.

Durand-Tullou, A. 1989. Le pays des asphodèles, Paris, Payot.

Gœury, B. 1991. Un gros lot pour une vie de chien, Paris, Robert Laffont.

Goody, J. 1979. La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Éd. de Minuit.

Héritier, F. 1981. L’exercice de la parenté, Paris, Éd. de l’ehess, Gallimard-Le Seuil.

Jolas, T. & F. Zonabend. « Cousinage, voisinage », in Échanges et communications, Mélanges Lévi-Strauss, tome 1. Paris, La Haye, Mouton : 169-180.

Jolas, T., Y. Verdier & F. Zonabend. 1970. « Parler famille », L’Homme, x, 3 : 5-26.

Legendre, P. 1985. L’inestimable objet de la transmission -Étude sur le principe généalogique en Occident, Paris, Fayard.

Maurer, S. & C. Méchin. 1996. « Eix dix ans après », Rapport de recherche, Mission du Patrimoine ethnologique.

Méchin, C. 1982. Ethnographie d’un village meusien, Verdun, Association culturelle du Verdunois.

– 1987. « La garde collective des vaches à l’automne et les jeux des enfants gardiens ou la “guerre des boutons” revisitée » in Mélanges Albert Doppagne, Bruxelles, Tradition wallonne, 4 : 687-703.

– 1993. « Le cadet successeur favori en Lorraine rurale contemporaine », Revue des sciences sociales de la France de l’Est, 20 : 184-186.

Sagnes, S. 1995. « De terre et de sang : la passion généalogique », Terrain, 25 : 125-146.

– 1996. « L’écriture généalogique », in Actes du Congrès national du Comité des travaux historiques et scientifiques (Aix, 1995), Paris, Éd. du cths.

Ségalen, M. & C. Michelat. 1991. « L’amour de la généalogie », in M. Segalen (éd.). Jeux de famille, Paris, Presses du cnrs : 193-208.

Zonabend, F. 1980. La mémoire longue -Temps et histoires au village, Paris, puf.

– 1985. « Du texte au prétexte. La monographie dans le domaine européen », Études rurales, 97-98 : 33-38.

Notes

1 223 habitants en 1993.

2 Le général Chevert, né à Verdun en 1695 et mort à Paris en 1794, est très célèbre dans la région pour s'être distingué lors du siège de Prague par Maurice De Saxe en 1741. Une statue sur une place de Verdun célèbre sa mémoire.

3 Certaines lignées sont davantage explorées car elles recèlent des ancêtres prestigieux, d'autres sont passées sous silence, ou alors on utilise des raccourcis pour conserver un lien direct avec l'ancêtre prestigieux, on privilégie un seul couple d'ancêtres pour expliquer l'origine des grandes familles eixoises.

4 Cette famille dit être parfois visitée par l'esprit de cette vieille femme.

Table des illustrations

Légende Carte des propriétés en 1981, annotée par Albert G.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3987/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 976k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540