Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Par écrit

 | 
Daniel Fabre

III. Rhétoriques

Le voyage : une expérience d’écriture

La revue du Touring Club de France

Catherine Bertho Lavenir

Texte intégral

1Malgré son apparence très professionnelle et sa mise en page soignée la Revue du Touring Club de France peut être considérée comme un lieu où se déploie, à partir de 1890 (date de la création de l’association) une « écriture ordinaire ». En effet lorsque le Touring Club entreprend de faire partager à ses membres un nouvel art de voyager, l’écriture est au cœur de son projet. Dans l’idéal, il ne devrait pas y avoir une randonnée cyclotouriste qui n’ait son narrateur, pas une expédition en canoë-kayak qui ne soit dotée d’un « secrétaire-archiviste », pas une caravane scolaire qui ne se termine par une rédaction dans les formes.

  • 1 Il ne s’agit pas d’un phénomène marginal. Très rapidement, le Touring Club acquiert un nombre de s (...)

2La revue accueille systématiquement les écrits des membres de l’association qui ne sont en rien des professionnels de l’écriture. Elle publie leurs textes, les fait circuler, les érige en modèle et conduit les « auteurs » à une réflexion sur l’acte d’écriture : il doivent choisir un style, définir une position d’auteur, prendre parti face aux modèles canoniques du récit de voyage ou du journal de route, bref, à la fois produire de l’écrit et s’interroger sur les conditions de sa production (est-ce assez « littéraire », ou au contraire trop « écrit » ?), ainsi que sur les attentes des lecteurs : que souhaitent réellement lire les « camarades » automobilistes ou « canoëistes » abonnés à la revue1 ?

  • 2 On peut attribuer à la Revue du Touring Club de France la fonction sociale attribuée plus générale (...)

3De l’exploration des écrits des membres du Touring Club – qui, nécessairement, ne peut ici qu’être incomplète et fragmentaire –, on retiendra un premier aspect qui concerne la façon dont se diffusent des modèles sociaux au travers d’une revue. On considère, en général, que le Touring Club fait partie des organes qui, à la fin du xixe siècle, diffusent en France des modèles de comportement d’inspiration anglo-saxonne dans le domaine des sports et des loisirs de plein air. Dans cette perspective, sa revue serait le lieu où un nombre restreint d’auteurs, jouant le rôle d’intermédiaires culturels, diffuseraient à l’intention d’un public de lecteurs des modèles sociaux bien déterminés. Cette hypothèse nous semble mériter d’être amendée et nous proposons d’y substituer une perspective un peu différente : il nous semble que la revue a pour fonction non pas de diffuser mais de faire circuler des modèles de comportements, dans un processus où les sociétaires du Touring Club font figure de modèles les uns pour les autres et élaborent collectivement de nouvelles façons d’être, notamment dans le domaine de l’automobile et des loisirs de plein air2. Il ne s’agit donc pas seulement de l’imposition d’un modèle extérieur. Pour diffuser la pratique de l’excursion cycliste, du voyage en automobile -dès 1898 -, ou de l’expédition en canoë, la revue fait, certes, référence au modèle anglo-saxon lorsqu’elle fournit l’impulsion initiale en donnant les conseils techniques de base (quelle voiture adopter pour franchir les cols des Alpes, quel canoë choisir pour descendre une rivière) ou lorsqu’elle légitime certains projets plutôt que d’autres, affirmant par exemple que traverser les Alpes en voiture en 1900 ou descendre la Sarthe en canoë en 1905 sont des aventures possibles... Mais une fois cette impulsion initiale donnée, les membres du club qui osent les voyages pionniers sont invités à écrire leur expérience et à en faire part à leurs camarades, la revue se chargeant de faire circuler le texte. Ils élaborent, ce faisant, à la fois de nouvelles pratiques dans leurs aspects techniques - vérifiant, par exemple, que les rivières sont bien praticables, les routes carrossables - et de nouveaux systèmes de valeurs. Lorsqu’un sociétaire décrit les émotions qui l’animent lors de la descente – cette fois – de la Saône, il propose aussi à ses camarades le nouveau catalogue des sentiments et des émotions qu’il convient d’éprouver dans la pratique des sports de plein air. La réalité de ce système de circulation des modèles et des valeurs est confirmée par le courrier des lecteurs de la revue. Les réponses et commentaires que l’on y trouve indiquent que les articles sont lus, les expériences proposées répétées, et que les valeurs qui y sont associées – goût de l’effort, méditation métaphysique devant la nature ou célébration de la vie collective – sont au besoin discutées ou affinées. L’écriture est ici le point où le privé devient public, au sein d’un processus où ce qu’il y a de plus privé en apparence - les émotions ressenties dans le geste sportif ou la contemplation esthétique - s’appuie en fait sur un modèle élaboré collectivement grâce à la somme d’expériences individuelles repensées à travers l’écriture. On est ici très loin du modèle qui voudrait que la revue du Touring Club impose simplement à de nouvelles catégories sociales avides de distinction les pratiques aristocratiques du loisir anglo-saxon. Les travaux d’écriture des membres du club représentent, au contraire, un intense travail d’appropriation et d’élaboration des expériences nouvelles.

4Cette dialectique du modèle et de l’expérience, amène, par ailleurs, à s’interroger sur le genre propre du récit de voyage et sur sa fonction. Face au récit de voyage, le sentiment premier qu’a le lecteur est que le texte est le compte rendu d’une expérience passée, que l’écriture permet de mettre en ordre et d’intéger dans le corpus d’une expérience collective. La multiplication des récits de voyages publiés dans la revue, et surtout leur constitution en séries systématiques, offertes au voyageur avant son départ nous semblent, au contraire, l’indice d’un renversement des fonctions qui semble prendre tout son effet dans les années 1930. Désormais on sait, avant de partir, ce que l’on doit voir, et le voyage, autant - sinon plus ? - qu’une découverte, devient la vérification que la réalité correspond bien à ce que l’on attend. Le texte est alors l’un des agents de la standardisation des voyages, de la normalisation des pratiques touristiques, de leur transformation en produit marchand. Il s’insère dans la politique globale du Touring Club. Dans cette perspective, protection des sites, contrôle de l’industrie hôtelière, fléchage et adaptation des routes, font l’objet d’une intense activité qui vise à adapter la réalité aux normes idéales du voyage touristique. Or les membres du Touring Club sont invités à être les acteurs de ces transformations dont ils sont les premiers bénéficiaires. Leurs écrits rénovent alors le genre du récit de voyage dans la mesure où ils intègrent dans leur perception de l’espace national des préoccupations d’aménagement et d’organisation : ils seront attentifs à l’état des routes, à la qualité d’une auberge bénéficiant du panonceau du Touring Club, à la protection d’un site ou d’un monument, et leur écrit participera de l’action : signaler un site en danger, c’est faire démarrer le processus qui mènera à sa protection, dénoncer un hôtelier indélicat, c’est lui retirer des clients. Écriture et action sont ici étroitement mêlées.

5Dans les pages qui suivent nous allons d’abord préciser ce qu’est le Touring Club de France et quels sont ses membres. Dans une seconde partie, nous nous attacherons à démontrer, à travers l’exemple du canoë et du camping, comment fonctionne le système des références circulaires qui permet l’élaboration collective de nouveaux modèles culturels. Dans une troisième partie nous examinerons sur quels modèles se construit « l’écriture ordinaire » des membres du Touring Club et comment elle débouche sur une forme renouvelée d’écriture du voyage.

Des gentlemen compétents

  • 3 Dont le Touring Club est très proche - il y aura des adhésions collectives de sections cyclistes a (...)
  • 4 Sur les groupes excursionnistes catalans, voir Joan Prat Carôs 1991.
  • 5 Cf. Dominique Lejeune 1988. Le recrutement du tcf est plus provincial.

6Le Touring Club de France voit le jour en 1890 à Paris comme association destinée à faciliter pour ses membres l’usage de la bicyclette de loisir. Il s’inscrit alors dans un mouvement européen. Le Cyclist’s Touring Club anglais organise son premier voyage en Europe en 1879 (Corbin 1995 : 52). Les Touring Clubs de Belgique (Bertho Lavenir 1997) et d’Italie sont fondés en 1895 (Marchesini 1996) et entretiennent des liens étroits avec leurs homologues français. Les relations avec les Touring Clubs allemand, suisse, Scandinaves sont plus distantes. En France, le Touring Club s’inscrit aussi dans la mouvance qui comprend les associations cyclistes3, les groupes excursionnistes4, le Club alpin5, l’Automobile Club, les Yachting Clubs puis, plus tard, les mouvements de camping, voire le scoutisme, qui tous organisent la découverte des sports de plein air et un nouveau tourisme itinérant. Le Touring Club dépasse, en effet, très rapidement le domaine du cyclisme et s’intéresse dès 1895 à la promotion de l’automobile, puis en 1905, du « canoeing » et du camping. Suivront la promotion du ski, de la navigation de plaisance, de l’aviation de loisir... Le développement du tourisme automobile amène le club à s’impliquer profondément dans le mouvement de protection des sites avec, en 1899, le lancement de la publication Sites et monuments, et, en 1903, la création d’un comité d’un site au sein du tcf bientôt doté d’homologues locaux en province (Bertho Lavenir 1995). Le Touring Club joue aussi un rôle moteur dans l’organisation des syndicats d’initiative et dans la création d’une véritable industrie hôtelière, où son action passe par la mise sur pied du Crédit hôtelier.

7Le Touring Club de France a une vision très claire de sa stratégie dans tous ces domaines. Elle consiste en premier lieu à entretenir des relations les moins conflictuelles possible avec ses voisines : l’association, par exemple, abandonne très rapidement le domaine des compétitions cyclistes, et plus généralement, se spécialise dans une pratique de loisir qui exclut la recherche de l’exploit physique ou sportif. De même, elle laissera la promotion de l’alpinisme de haute montagne au Club alpin pour se cantonner dans le domaine du ski et des randonnées en moyenne montagne, et conclura un gentlemen’s agreement avec l’Automobile Club. Par ailleurs, le Touring Club, très rapidement, essaye d’éviter les affrontements avec les autres usagers de la route ou les hôteliers. Pourtant les relations ont mal commencé. Dans les premiers temps, la revue est pleine de dénonciations à rencontre des charretiers qui font obstacle aux automobiles, des ingénieurs des Ponts et Chaussées qui refusent d’adapter la chaussée aux nouveaux usages ou des hôteliers qui abusent des touristes.

8Cet extrait, tiré d’un « Voyage en Auvergne », publié juste après 1900, donne le ton des écrits des sociétaires durant les dix premières années d’existence de l’association. Appartenant à des milieux aisés, ils sont habitués à être servis et déterminés à obliger tous ceux qu’ils rencontrent à se plier à leurs normes. Aucune contrainte ne pèse encore sur l’expression de leurs intérêts de groupe, sinon de classe, comme en témoigne ce texte publié en appendice à un récit de voyage automobile dans le Massif Central :

L’Auvergne est un beau pays, parfaitement digne de sa renommée. Le tourisme s’y est grandement développé ; rien de plus naturel. Mais les hôteliers en ont aussitôt tiré cette conséquence que le courant était établi et qu’il n’y avait plus à se gêner. C’est étonnant comme cette idée éclot vite dans le cerveau des hôteliers !... Et voici que ceux d’Auvergne commencent à pratiquer l’estampage avec une désolante résolution. Je les préviens tout net qu’ils s’abusent étrangement. Le temps n’est plus, et plus ne reviendra, où le voyageur mal informé, inexpérimenté, et qui, d’ailleurs n’avait pas à choisir, se résignait à des prix fallacieux. Nous en voulons pour notre argent ; qu’on se le dise ! Nous voulons de la propreté, de la complaisance et des prix équitables. Certains hôtels d’Auvergne sont des plus pénibles ; quelques uns misérables. Ces procédés ont déjà fait plus d’un mécontent qui avertit les camarades. A toi Auvergne ! Voilà le danger !...

  • 6 La réaction de la revue après les premiers congés de 1936 illustrera parfaitement le self control (...)

9Dès 1901-1902, néanmoins, le Touring Club change de ligne de conduite et essaye systématiquement de construire des alliances avec des groupes sociaux dont les intérêts peuvent, même partiellement, converger avec les siens. Il félicite nommément les ingénieurs des Ponts et Chaussées qui adoptent les mesures techniques préconisées par l’association, constitue une caisse de secours pour les cantonniers qui entretiennent bien les routes et se portent au secours des cyclistes en détresse, fait la promotion des « bons hôteliers » sans dénoncer les mauvais et, grâce à des panonceaux apposés sur la façade des établissements recommandés, leur assure une clientèle. Le Touring Club prend, en outre, l’initiative de toute une série de concours : concours du meilleur hôtelier, concours des gares fleuries, concours des villages coquets. Les jurys de l’association parcourent la France et des récompenses en argent viennent récompenser les efforts de tous ceux qui acceptent de se plier aux normes esthétiques des nouveaux voyageurs. Le style admis dans les envois des sociétaires se ressent de ce changement de politique. On voit disparaître, peu à peu, les philippiques et les dénonciations vengeresses qu’une association désormais prestigieuse, investie de responsabilités par les pouvoirs publics, ne peut plus se permettre de publier. La force même du Touring Club, qui compte au tournant du siècle près de 100 000 adhérents, l’oblige à lisser son discours et, peut-être, à s’éloigner ce faisant, de l’expérience vécue des participants6.

  • 7 Par exemple Revue du tcf, mars 1907, p. 112 : « Nous nous sommes permis récemment de critiquer les (...)
  • 8 La profondeur de son implication financière est exceptionnelle. Le tcf finance notamment la réalis (...)

10Par ailleurs, l’action de l’association passe essentiellement par le lobbying. Le club ne se contente pas d’identifier des problèmes tels que l’inadaptation des routes à l’automobile, l’existence de passages dangereux, l’inadéquation des règles de circulation : il étudie des solutions (systèmes de construction des routes, dispositifs d’éclairage pour les véhicules, dispositions réglementaires pour la protection des monuments...) et s’emploie auprès des autorités compétentes pour les faire adopter. Cela lui permet de publier des textes « techniques » dus à des sociétaires compétents, qui dans le domaine des travaux publics, qui dans celui des plantations (Bertho Lavenir 1997). Ces textes, qui peuvent prendre des formes diverses - procès-verbal de commission technique, copie de lettre à un ministre, récit d’expérience ou rapport sur la situation à l’étranger -, sont très proches des écrits que les membres de l’association sont amenés à produire dans l’exercice de leur profession7. Par ailleurs, dans des domaines qui ne relèvent pas encore clairement de la responsabilité des pouvoirs publics tels que les équipements touristiques ou sportifs, le Touring Club agit directement en investissant des fonds collectés auprès de ses adhérents dans des dispositifs utiles à leurs activités : pontons d’accostage pour les yachts, filets de protection dans les virages dangereux, signalisation des hauts lieux de visite8. Chaque sociétaire est alors appelé à participer à un travail collectif de repérage des actions utiles et de classement des priorités : les excursionnistes doivent signaler les monuments ou les sites en péril, les cyclistes sont priés d’indiquer au comité ad hoc les portions de chaussée méritant réfection, les automobilistes invités à préciser quelles améliorations il faut apporter au fléchage... Tous les textes de la revue seront marqués par la proximité entre la contemplation esthétique et l’action. Les articles consacrés au cyclotourisme par la revue sœur du Touring Club de Belgique avant 1910 associent ainsi étroitement descriptions littéraires et remarques pratiques. Or ces caractéristiques renvoient sans nul doute à l’origine sociale des membres de l’association.

  • 9 Le cas est le même pour les ingénieurs des Ponts et Chaussées, les agents voyers (professionnels d (...)

11Ces modes d’actions, neufs pour une grande part, nous semblent, en effet, directement liés au recrutement du Touring Club. Les membres de l’association appartiennent à ce que l’on pourrait appeler les nouvelles élites urbaines. On y trouve, de façon privilégiée, des professions telles qu’ingénieur, directeur d’usine, mais aussi employé de commerce et employé de banque. Parmi les candidats dont les noms sont publiés en janvier 1907 - mois qui semble représentatif du recrutement habituel de l’association - on compte ainsi à peu près 30 % de représentants des notables traditionnels (rentiers, propriétaires provinciaux, professeurs, fonctionnaires, hommes de loi) et 30 % de métiers liés à l’industrie (ingénieurs, directeurs d’usine), aux métiers de la finance et du commerce (banque, assurance), auxquels il faut adjoindre des entrepreneurs de moyenne importance. On trouve aussi des artistes (peintres, photographes...), des hommes de lettres, des professionnels du tourisme (hôteliers, patrons de grands cafés), qui voient dans la revue un prolongement de leur activité9. La place des femmes est loin d’être négligeable, tout comme celle des jeunes gens : on compte 5 % d’étudiants et 5 % de noms féminins. Ces derniers sont souvent suivis de l’indication d’une profession. Ces dames sont directrices d’école, professeur d’école normale, professeur de lycée, mais on remarque aussi des comtesses ou des artistes dramatiques...

12L’éventail social des membres du Touring Club, avant 1914, n’est donc pas fermé et semble aller des franges de l’aristocratie à celle de la petite bourgeoisie : on trouvera le même mois dans la liste des candidats une comtesse et ses fils, domiciliés en leur château, des employés de banque, un ingénieur des Ponts et Chaussées et ses agents voyers. Rien n’indique qu’ils ne participent pas aux mêmes sorties collectives. L’analyse précise du fonctionnement du Comité des sites du Touring Club qui existe dans le département du Morbihan entre 1908 et 1922, montre d’ailleurs que ce sont bien ces catégories professionnelles et sociales qui se rencontrent au sein du Touring Club : siègent ensemble, quatre fois par an, le comte de l’Estourbeillon et l’agent voyer de Vannes, le directeur des Forges d’Hennebont et un « archéologue » vannetais...

13De cette position sociale des membres du Touring Club, on peut tirer quelques indications a priori sur leur position quant à l’écriture. D’une part, les auteurs des articles envoyés à la revue ne sont pas seulement des consommateurs de voyage ou des lecteurs. Ce sont des gens qui, par profession et par formation, se sentent responsables et privilégient l’action. Ils produiront tout naturellement des textes sous des formes qui leur sont familières - rapport d’expert, compte rendu de mission, journal de voyage - et en feront un élément de leur action pour la mise en place de nouvelles formes de loisir. D’autre part, ils appartiennent à des milieux raisonnablement cultivés et maîtrisent souvent déjà la pratique du tourisme et de la littérature touristique. Ils sauront donc mettre en œuvre, dans l’élaboration de modèles nouveaux, la tradition et les conventions de l’écriture de voyage.

La propagande par l’exemple : faites du canoë !

  • 10 Revue du tcf, juin 1905 : 260 et sq.

14L’activité la plus importante du Touring Club est, entre 1890 et 1900, la promotion de la pratique de la bicyclette de loisir mais l’association se tourne, dès 1895, vers le voyage automobile et, au tournant du siècle, s’intéresse à des activités de plein air telles que le ski, le yachting, le camping et le canoë. C’est à ces deux dernières activités que nous allons nous attacher car elles illustrent la façon dont, après une impulsion initiale, les membres du Touring Club se lancent dans des voyages dont le récit vient, à son tour, servir de modèle à leurs successeurs. Autour du canoë se dessine nettement la façon de faire du tcf. Un premier article lance l’idée de généraliser une activité et donne les premiers éléments techniques. Il se conclut sur un appel aux sociétaires pour qu’ils fassent circuler leurs expériences et élaborent à la fois des modèles de comportement et un ensemble de valeurs. Plusieurs articles ultérieurs répondent à cet appel et diffusent effectivement des représentations modèles. Dans le cas du canoë et du camping, l’appel intitulé « Canoeing et camping » paraît en juin 190510. Son auteur, A. Glandaz, s’est lui même intronisé « secrétaire du Comité de tourisme nautique » du tcf et affirme vouloir seulement organiser et valoriser un mouvement spontané qui lui a été signalé par des lettres d’adhérents. Son premier article est pédagogique : il ne s’agit encore que de diffuser des connaissances techniques et d’organiser une pratique.

C’est donc avec un plaisir nouveau que nous continuons aujourd’hui à plaider la cause du camping, en définissant sa pratique déjà ancienne à l’étranger, en décrivant aussi exactement que possible l’instrument indispensable, le canoë, enfin en donnant le détail de l’organisation d’une expédition.

15Le texte doit cerner aussi - et c’est une fonction propre à la revue - les contours sociaux de la nouvelle activité, en faisant référence clairement, cette fois, au modèle anglo-saxon. En Angleterre, le camping n’est déjà plus un départ à la découverte. C’est bien plutôt un sport « mais un sport très bien vu ».

16La transposition du canoeing à l’espace français va passer par plusieurs types de textes. La revue cherche d’abord à diffuser une compétence technique, à travers l’édition d’articles comparatifs portant sur le matériel qu’il convient de rassembler avant de partir ; elle organise, aussi, avec appel aux participants, des expéditions collectives dont elle annonce le programme. Mais le plus important est le concours de comptes rendus de voyages : le Canoë Club « échange » la mise à disposition gratuite de matériel contre des comptes rendus écrits :

(Le Canoë Club) a organisé, l’été passé un concours de croisière qui nous a valu, entre autres, avec un récit détaillé, l’intéressante expédition de MM. Dacier et Knecht sur la Meuse, de Charleville à Liège. Le succès du sport nouveau nous encourage assez, au Canoë Club, pour que nous reprenions déjà cette idée pour la belle saison prochaine. Et comme les conditions, de ce concours, pour lequel nous avons déjà recueilli plusieurs inscriptions, peut intéresser grandement nos camarades du tcf, rappelons-leur que les membres du Canoë Club, inscrits au concours, auront à leur disposition du matériel pendant un mois, sous condition pour eux d’effectuer une croisière sur les rivières, lacs ou côtes et de rédiger un rapport de voyage. Les récits des excursionnistes seront soumis à un jury et recevront des prix selon leur mérite respectif.

17Ces récits ne se contentent pas de diffuser des modèles techniques, ils élaborent aussi des normes morales car, en matière de sports de plein air, les options techniques recouvrent des choix éthiques : marcher à pied ou aller en voiture, dormir sous la tente ou coucher à l’hôtel, autant d’options à contenu moral qui peuvent déshonorer le malavisé, et en tout cas, le couper du groupe. C’est l’un des rôles de la revue que d’indiquer quels sont les choix légitimes.

Le camping, ainsi qu’il se définit, peut se comprendre seul ou en groupe. Dans le premier cas, le canoë, si pratique qu’il ait été conçu, ne pourra emporter grand matériel à lui tout seul. Aussi la ou les deux personnes qui le monteront devront-elles renoncer à emporter une tente. Mais le canoeiste, dans ce cas encore, pourra jouer son rôle jusqu’au bout et fièrement dédaigner l’hospitalité de l’auberge ; il pourra, en effet, coucher dans son canot tiré à terre, la voile lui servant de tente. D’ailleurs il ne sera pas déshonoré pour coucher à l’hôtel, car, enfin, le Canoë Club accepte encore que l’on couche dans un lit d’hôtel, s’il préconise pourtant le campement à la belle étoile ou bien le lit... de la rivière avec le canoë pour matelas.

18Dans cette première phase de promotion du voyage en canoë, le fait de répéter les expériences et de diffuser leur mémoire est au cœur de l’action de l’association. C’est la raison pour laquelle toute expédition en canoë doit nommer un « secrétaire-archiviste » et trouver un photographe. Le voyage ne prend un sens pour la collectivité que s’il peut être relaté, engrangé dans une mémoire collective, cité en exemple, classé dans une série.

Si l’excursion se fait en groupe alors on aura beaucoup plus de facilité pour organiser une véritable expédition de camping. (...) Un fourrier sera chargé du matériel de campement, et le cantinier des provisions de bouche. Un secrétaire-archiviste emportera le livre de bord et un photographe sera attaché à l’expédition...

19Le Touring Club et le Canoë Club attendent une contribution des pratiquants dans l’exploration collective des rivières de France. Avant de partir, on peut demander de la documentation au tcf, mais en échange, il existe un devoir d’écriture : « [Le Touring Club] établit, pour vous et par vous, car nous comptons bien sur votre collaboration précieuse, des fiches de croisière et de rivière. Par elles, vous pourrez facilement choisir votre itinéraire et en décider les étapes. »

Sur la Sarthe et sur la Saône

  • 11 Revue du tcf, fév. 1910 : 72.

20Dans les numéros des années suivantes, plusieurs articles de sociétaires montrent que le système de circulation des modèles suggéré par le processus des concours de récits de voyage et l’appel aux sociétaires fonctionne. Deux d’entre eux illustrent plus particulièrement les deux pôles autour desquels s’organise la pratique : le voyage sportif et le voyage culturel. Le premier de ces textes s’intitule A Travers les Alpes Mancelles. Descente de la Sarthe d’Alençon à Saint-Léonard-des-Bois en Canoë11. Son auteur, B. Blanquies, signe de son numéro de sociétaire. C’est probablement un ingénieur ou un militaire. Il emprunte en tout cas à ces deux catégories professionnelles un modèle d’écriture : définir l’objectif, préciser les moyens de l’atteindre, et rendre compte du déroulement de l’opération. « Le cours de la Sarthe entre Saint Ceneri le Géréi et Saint Léonard des Bois, a la réputation justifiée d’être très pittoresque. C’est cette considération qui me détermina à effectuer le parcours en canoë ».

21Ce que recherche le canoëiste est une expérience physique autant qu’esthétique. Les onze premiers kilomètres après Alençon, peu accidentés et sans courants, n’appartiennent pas ainsi à la partie « vraiment intéressante » du voyage parce qu’ils n’offrent ni l’occasion de se dépasser physiquement (nécessaire au plaisir sportif), ni les points de vue accidentés liés au plaisir esthétique. Dans cette perspective, la partie valorisée du voyage est celle où la Sarthe s’engage entre des rives encaissées, quasi « alpestres » : l’esthétique du pittoresque et du tourmenté rejoint ici la recherche de lieux propices à la pratique sportive. L’auteur raconte avec délices comment son canoë est jeté contre les roches par un courant tumultueux.

J’optai pour le passage par cette sorte de rapide. Saisi par le courant, je fus immédiatement entraîné avec une grande rapidité, contre laquelle il m’était impossible de lutter. Nous dévalâmes ainsi au travers de rochers, heurtant les uns, ayant la bonne fortune d’éviter les autres. Par trois fois successives, la violence du courant nous lance sur des fonds de roches sur lesquels nous nous échouons et je dois me mettre à la rivière avec de grandes précautions, jambes nues, pour pouvoir réussir, au prix de vigoureux efforts, à dégager le canoë.

22C’est visiblement ce type de sensations qu’il est venu chercher, mais son compte rendu est toujours bridé par l’idée qu’il doit rendre compte à ses lecteurs de la faisabilité de la chose et donc ne pas insister sur les difficultés. L’auteur à cet égard montre dans sa conclusion qu’il a intégré les valeurs et les modes d’action du Touring Club dans la construction d’une nouvelle géographie touristique dévolue à la mise en évidence, puis à l’exploitation, de nouveaux sites :

La descente en canoë des gorges de la Sarthe, du pont qui se trouve en amont de Saint Ceneri jusqu’au village de Saint-Léonard-des-Bois, joint aux beautés d’un véritable paysage alpestre qu’on est surpris de rencontrer à 200 km de Paris, le charme très prenant d’une promenade émotionnante et sportive, mais sans aucun danger réel.
Il serait à souhaiter à tous égards que cette descente soit organisée comme l’est celle des gorges du Tarn, par exemple. Rien ne serait plus facile, certainement si quelques initiatives locales voulaient bien s’en occuper. La région y trouverait grand profit et, en outre, cela mettrait à la portée de tous les touristes des émotions artistiques ou sportives tout à fait dignes d’être ressenties.

La « Croisière en canoë “coquet” de Villersexel à Chalon-sur-Saône 258 km à la pagaïe », ou le modèle culturel

  • 12 Revue du tcf, nov. 1910 : 508.

23Le second récit de voyage modèle en canoë publié peu après12 obéit en revanche au modèle que l’on pourrait appeler « culturel ». Ce texte transpose, en effet, à un nouveau mode de voyage, la structure du récit touristique traditionnel et illustre la façon dont des modes d’écriture maîtrisés par la bourgeoisie cultivée sont réinvestis dans les loisirs de plein air nouveaux. Le docteur Sexe, du club de canoë de Besançon, a décidé de descendre le Doubs et la Saône jusqu’à Châlon-sur-Saône, avec sa femme comme équipière. De cette dernière, on n’entendra d’ailleurs guère parler tout au long des deux articles que le docteur consacre à son périple. En revanche, il est prolixe à la fois sur les détails techniques et sur l’aspect culturel du voyage, multipliant les précisions quant aux paysages et aux monuments, qui forment une sorte de « mode d’emploi culturel du canoë ». Par ailleurs, le texte s’achève par une réflexion sur la justification patriotique de la pratique de ce sport.

24Au nombre des indications techniques, les précisions sur la profondeur de l’eau, la topographie des barrages, la façon de les passer insistent généralement sur la faisabilité du périple. Le Touring Club ne valorise que très rarement l’exploit individuel et sportif. Tourné vers une pratique de loisir et non de compétition, il insiste toujours sur le fait que les voyages proposés ne demandent aucun entraînement particulier, sont accessibles à tous, y compris aux femmes. Dans cette perspective, la pratique sportive s’associe étroitement à la tradition touristique : il n’y a aucune honte à rechercher de bons hôtels, et ce n’est pas perdre son temps que de contempler les paysages consacrés et les monuments historiques connus. A l’égard des hôtels, les critères essentiels seront, dans le registre traditionnel de la littérature de voyage, la qualité de la nourriture et la courtoisie de l’accueil. On saura que l’embarcadère de l’hôtel Girardot est idéal, et que « la chère et l’accueil des patrons sont parfaits ». L’hôtel de l’Aigle d’Or à Pesmes est « excellent et familial ». Celui des Trois Maures à Verdun-sur-le-Doubs ne doit pas être oublié : « dès l’abord vous serez réjouis par l’immense cuisine où voltige un peuple de marmitons blancs comme neige ».

25Les voyageurs nautiques ne sont pas centrés sur leur seule pratique sportive et prennent le temps d’adapter au voyage sur l’eau les pratiques du tourisme traditionnel. Ils savent reconnaître un monument historique et racontent les légendes qui y sont associées. On reconnaît dans le ton sur lequel est traitée la légende l’ironie distante de l’agnosticisme mondain - on ne croit, bien sûr, ni aux miracles ni au diable - et de la conversation de salon de ceux qui ne veulent pas être accusés de sombrer dans la pédanterie scolaire.

De là nous apercevons sur la gauche la masse imposante du château de Ruffey dont l’histoire est un conte de fée mitigé d’un peu de réalité. Ce château fut l’asile, 406, de Saint Antide, archevêque de Besançon, qui, devançant de loin les premiers efforts de Santos-Dumont, chevaucha dans les airs sur le dos de Satan, de Recologne à Ruffey, sur une distance à vol de... diable de 3 kilomètres. Ce fut pour s’y faire prendre par un chef vandale, Crocus, qui donna l’assaut à « l’oppidum Ruffiacum », et offrit ensuite au bienheureux Antide un billet d’entrée au Paradis sous forme d’un martyr (sic) soigné.

26Le canoëiste ne refuse pas, néanmoins, l’émotion métaphysique devant un monument ou un paysage. Découvrant une pierre tombale lors de la visite du château, il éprouve les émotions associées normalement au tourisme culturel : réflexion sur le temps qui passe et sur la fragilité de la destinée humaine. Homme cultivé, l’auteur se remémore alors un sonnet de José Maria de Heredia approprié à la situation. La nature est, elle aussi, associée à la réflexion métaphysique. Lorsque le canoë s’enfonce dans de vastes étendues aquatiques peuplées d’une faune sauvage le voyageur s’abandonne au sentiment de la nature. Précisant qu’il n’est pas chasseur, il insiste sur la familiarité des oiseaux qui ne se sauvent pas. La contemplation de la nature vivante débouche sur une réflexion philosophique attachée aux valeurs d’entraide :

Je ne suis nullement chasseur. C’est donc d’un œil fraternel que je contemplais tous ces petits êtres, nos égaux pour tant de choses, nos supérieurs pour le sentiment capital d’entraide et de mutuel secours qu’ils mettent toujours en pratique entre eux.

27L’expérience physique du canoë débouche alors sur une réflexion morale et existentielle : « ... le canoë fend silencieusement l’eau, et l’esprit s’abîme dans une contemplation muette. L’on se fond et l’on disparaît dans l’harmonie générale des choses. »

28Maîtrisant les catégories culturelles du tourisme, les canoëistes obéissent aussi aux normes de comportement établies depuis des décennies par la pratique du voyage. Ils montent sur les points hauts tels que donjons et ponts pour embrasser du regard les paysages. Ils admirent les ouvrages d’art modernes mais préfèrent les petits ponts anciens. Pour choisir leurs étapes, ils mettent en œuvre un siècle de culture touristique : à Pesmes, par exemple, ils rencontrent l’étape idéale. Outre que l’hôtel est bon, le site est escarpé, le bourg pittoresque et moyenâgeux, « sa très vieille église, simple et humble d’aspect réserve une visite des plus intéressante au touriste ». On y découvre même un panorama qui correspond aux canons du genre : « Du château, le panorama de la vallée se déroule calme et pittoresque, et l’œil suit les méandres de la rivière qui semble s’attarder avec bonheur aux prairies bordées de peupliers dont l’image tremble au fil de l’eau. »

29La nature même est chargée de références historiques : assis dans son canoë, le jeune docteur admire des paysages qui lui rappellent les combats des Séquanes, des Eduens et des Suèves. Il s’attache aussi à rassembler pour ses lecteurs, navigateurs potentiels, les renseignements caractéristiques d’un guide touristique complet adapté au trajet : ils n’ignoreront rien de l’usage des châtaignes d’eau ; de la raison pour laquelle les ouvriers de l’usine de mélinite ont la peau jaune ; de la composition de la « pauchouse », plat de poisson caractéristique de Verdun-sur-le-Doubs ou du monument « surmonté d’un génie ailé », dédié à Madame Boucicaut et bizarrement implanté en bordure de rivière près de son village natal.

30Très complet, le texte du docteur Sexe montre comment sont réinvesties dans une pratique sportive nouvelle, les données traditionnelles du récit de voyage et de la culture touristique. Publié longuement sur deux numéros, il correspond manifestement aux critères des éditeurs de la revue. Or tous les sociétaires n’ont pas son talent d’écriture. Confrontés à la nécessité de rédiger pour l’édification de leurs semblables un compte rendu de voyage en automobile ou en bicyclette, ils s’interrogent sur leur position d’auteur, sur les modèles canoniques qu’il leur faut respecter et sur leurs choix d’écriture. Les recommandations qui leur sont faites par la revue permettent de cerner le cadre dans lequel s’élaborent leurs choix.

Les choix d’écriture des membres du TCF

31On peut se demander, à cet égard, si l’origine sociale des membres du Touring Club, tout comme le projet d’écriture que leur propose la revue, associant étroitement le décrire et le faire, ainsi que la fonction de modèle de comportement assurée par les récits demandés aux sociétaires, n’ont pas pour conséquence le renouvellement d’un genre d’écriture déjà traditionnel que l’on pourrait décrire comme « touristique ». La question est délicate, ne serait-ce qu’en raison de l’ampleur et de l’hétérogénéité du corpus. Néanmoins, la revue elle-même recèle plusieurs éléments de réponse à cette question. En premier lieu, elle propose des modèles d’écriture à ses collaborateurs occasionnels et bénévoles. D’autre part, ces derniers expliquent parfois dans les premières lignes de leur texte quelle position d’auteur ils adoptent, ce qu’ils se sentent autorisés à écrire, et comment. On mesure alors comment ils s’approprient les formes traditionnelles de l’écriture de voyage pour y insérer des éléments nouveaux.

Les modèles explicites

32Les modèles d’écriture explicitement proposés aux adhérents du Touring Club ne sont pas très nombreux dans les pages de la revue. Deux textes indiquent néanmoins très clairement ce que l’on attend, au tournant du siècle, de cette écriture d’amateurs. Tous deux se caractérisent par les mêmes éléments : le refus explicite du « littéraire » (alors même, on le verra, que les membres du club en maîtrisent parfaitement les ressources) et la revendication d’une authenticité inscrite dans la réalité du voyage. C’est parce qu’ils ont réellement effectué un périple que les membres du club ont le droit - et le devoir - d’en rendre compte ; le travail d’écriture n’a pas de justification en lui-même. Dans l’idéal, le récit devrait être neutre, transparent et se mettre exclusivement au service de la transmission d’une expérience. Mais le travail d’écriture rattrape à un moment ou à un autre ses ouvriers. Il leur faut opérer des choix. L’écriture caractéristique de la revue du Touring Club s’élabore alors à partir des schémas anciens du récit de voyage. Sur une trame rigoureusement construite selon la progression matérielle du voyageur dans le temps et dans l’espace, l’auteur introduit dans le texte une gamme d’informations et de notations qui lui donnent sa substance. Avant 1914, ces notations empruntent à des genres relativement divers, de l’essai mondain au rapport d’ingénieur. Après 1930, elles s’alignent sur un modèle strict et nettement plus pauvre, centré surtout sur le relevé des monuments et des sites.

  • 13 Revue du tcf, juil. 1910 : 289.

33L’un des modèles d’écriture les plus importants fournis par les autorités du Touring Club à leurs collaborateurs bénévoles est un « appel aux dames » publié en juillet 191013. Les responsables de la revue y font état d’une « crise de la copie ». Les lecteurs, disent-ils, réclament des voyages à bicyclette : or il n’y a plus d’envois de récits d’excursions cyclistes. On demande alors spécifiquement aux éléments féminins de l’association de rédiger des articles. Les conseils qui leur sont donnés à cette occasion reflètent la conception qu’ont les animateurs de la revue de la copie qu’ils souhaitent recevoir. En premier lieu, les textes demandés aux femmes doivent refléter les capacités singulières qui leur sont attribuées dans le domaine culturel : faire preuve de « sensibilité et de charme ». Ensuite, la description de ce que doit être un texte modèle se construit sur une dénégation, celle de la littérature. Une suite de procédés rhétoriques conduit à la fois à dévaloriser cette dernière comme activité culturelle légitime, à la déconsidérer comme activité professionnelle et à en minimiser, par la dérision, la reconnaissance sociale :

Qu’elles (les femmes) ne s’inquiètent pas du côté purement littéraire. Nous faisons grand cas, certes, de la littérature. C’est une honorable distraction de l’esprit et nous l’honorons. C’est aussi un métier qui, aujourd’hui, nourrit son homme comme tout autre. Elle fournit enfin, chaque année, à la sculpture un sérieux appoint d’hommes illustres dont le public généralement apprend le nom en le lisant sur le socle de leur statue. A ce dernier point de vue, elle fait vivre un nombre respectable d’artistes et d’ouvriers et a droit à toutes les sympathies du gouvernement. Mais trop souvent elle supplée à l’indigence des idées par la richesse des mots, trop souvent elle est la sauce qui fait passer la médiocrité du rôti.

34Les rédacteurs de la revue valorisent au contraire le contenu. Ce dernier doit être mis en forme selon des règles de sobriété et d’efficacité qu’ils vont détailler. On ne sera pas surpris, puisqu’il s’agit d’un « appel aux dames », de voir que les procédés littéraires recommandés prennent la forme d’une recette - ce qui est un autre procédé pour désacraliser l’exercice d’écriture. Que demande cette recette ? En premier lieu que le texte soit appuyé sur une connaissance, une expérience, et notamment une expérience sensible (« grouper des idées, des souvenirs, des impressions »). C’est la réalité du voyage effectué qui justifie sa relation. Ensuite, il faut que cette expérience vécue soit reproductible et que l’on en donne les moyens techniques (« saupoudrer de quelques documents,...de notes pratiques »). Dans cette perspective les seuls effets de style autorisés relèvent du ton recommandé : « relever avec une pointe de gaieté et servir tôt ». Ce dernier renvoie à une qualité de caractère - la gaieté - qui s’inscrit dans une forme de pratique sportive et mondaine, plus qu’à une catégorie littéraire. Les représentations de la pratique sportive par les femmes du monde indiquent, en effet, que l’on attend d’elles la conciliation entre les valeurs bourgeoises traditionnelles et les valeurs nouvelles liées à la reconnaissance du corps, de la vie de plein air et du loisir actif. Ce n’est pas le récit longuement élaboré qui est valorisé, mais l’expérience encore fraîche, dont on peut espérer que la relation sera spontanée. La recherche formelle est explicitement bannie : « Quant à la forme elle-même, elle nous importe peu, la simplicité en sera la seule condition nécessaire. » Les qualités demandées au texte sont en fait les qualités de caractère que l’on attend de la voyageuse exemplaire : cordialité, grâce, sincérité : « Pas de souci mesdames de ce côté et donnez-nous en toute cordialité et sincérité votre gracieuse collaboration. »

En 1910 la revue du Touring-Club de France publie un « appel aux dames ! » pour qu’elles lui adressent des récits de voyages cyclistes.

35On y reconnaît le naturel, la spontanéité, l’élégance qui caractérisent la femme du monde idéale lorsqu’elle s’engage dans des activités sportives. On lui demande, en outre, de pratiquer ici l’écriture, comme ailleurs l’aquarelle, en amateur, et avec les qualités attendues de l’amateur : une implication modérée dans une activité que l’on ne doit pas pratiquer avec passion, tout engagement excessif dépassant les limites de la bienséance.

Le règlement du concours de récits de 1931

  • 14 Revue du tcf, sept. 1931 : 265.

36Le règlement du concours de récits de voyages publié en 193114 explique, dans un autre contexte, ce que doit être, presque vingt ans plus tard, un récit de voyage au Touring Club. Sur le fond, les normes proposées aux écrivains amateurs ont peu changé. En premier lieu, le récit doit s’appuyer sur une expérience vécue qui le légitime. Par ailleurs, il doit s’inscrire très précisément dans un cadre géographique étroit, la France ou ses colonies, ce qui lui permet de s’adapter à la politique implicite et explicite de la revue : donner au lecteur l’envie et les moyens de visiter les contrées peu connues de France. En revanche, le mode de locomotion importe peu, non plus que la personne précise de l’auteur : le texte pourra avoir été écrit seul ou à plusieurs. Ce qui donne son sens, sa valeur et son identité au texte, ce n’est ni la personnalité du narrateur, ni la qualité de son style, c’est, très explicitement, le rapport au territoire :

Seront admis des récits de voyage comportant des itinéraires proprement dits, ainsi que les récits d’excursions entreprises autour d’un point déterminé, si ces excursions sont assez nombreuses et assez complètes pour former une monographie des environs du point choisi comme centre.

37Le terme « monographie » est ici important : le texte doit refléter, ou même créer une unité de territoire suffisamment cohérente pour être l’objet d’une monographie. Renseignements géologiques, topographiques, orographiques, botaniques et historiques s’organisent autour d’un lieu unique dont ils sont chargés de cerner le sens et la personnalité et qui justifie leur juxtaposition. Les voyageurs du Touring Club sont donc invités à s’inscrire au sein d’un genre littéraire à la fois « moderne » et modérément prestigieux. Peu importe, d’ailleurs, puisque ce qui leur est demandé n’est expressément pas un exercice littéraire et que la justification profonde du texte est située en dehors de ce dernier, à la fois dans le territoire décrit – on l’a vu –, et dans l’expérience du voyage.

38L’écrit, en effet, n’est pas le seul moyen d’expression exigé des candidats : le texte - dont la longueur n’est pas limitée (indifférence à la forme ?) – doit impérativement être accompagné d’illustrations (photographies, dessins ou croquis exécutés en cours de route). Ces dernières ne sont pas là pour témoigner du sens artistique des candidats mais pour attester de la réalité du périple. Il est indispensable, non seulement de prouver que le voyage a été réellement fait, mais de permettre de le refaire. La revue remplit ici l’une des fonctions du Touring Club, celle pour laquelle il a organisé un bureau des voyages aux guichets duquel se pressent plusieurs dizaines de milliers de personnes chaque année (si l’on en croit le rapport du président) : offrir aux adhérents des modèles d’excursions testés et validés, qu’il puissent adopter pour leur propre compte.

39Enfin, le sociétaire, où qu’il aille, est toujours à la fois un consommateur et un acteur : il lui est demandé de rassembler les renseignements sur « les améliorations » possibles dans les hôtels ou sur les routes. « [Les textes] comprendront également l’indication des dates de voyage, les horaires journaliers, ainsi que tous les renseignements susceptibles d’intéresser les touristes, notamment sur les hôtels, l’état des routes, les améliorations désirables, etc. » Par ailleurs, comme l’exercice de la monographie est périlleux et tourne aisément à la compilation, il est précisé que « textes et illustrations devront être complètement inédits ».

  • 15 Ceci correspond à la structure des articles publiés dans les années trente, où les illustrations o (...)

40Le barème de jugement permet de se faire une idée de l’intérêt que le jury accordera aux différentes qualités du texte. La valeur documentaire l’emporte haut la main sur la qualité littéraire. « La valeur littéraire du récit » n’a qu’un coefficient deux, exactement comme la valeur des illustrations15, tandis que « Intérêt, nouveauté et difficulté du voyage (en italique dans le texte), valeur documentaire des renseignements rapportés » méritent un coefficient quatre...

  • 16 Il n’y a pas de dossier concernant les concours littéraires d’avant-guerre dans les archives du tc (...)

41Les meilleurs textes pourront être publiés dans la revue. Les séries d’articles qui caractérisent les numéros des années trente, sous la signature, souvent, de délégués régionaux, obéissent, en effet, en grande partie au modèle décrit ci-dessus. Mais les textes primés, lorsque l’on peut les retrouver16, sont tiraillés entre deux modèles extrêmes : celui de la monographie, qui fonde, semble-t-il, les canons de l’écriture touristique et celui du recueil de renseignements techniques.

42Entre les recommandations de la revue et les réalisations des auteurs il existe un fossé qui fait que les textes publiés ne correspondent pas forcément à l’idéal-type proposé. Les sociétaires qui se risquent à écrire dans la revue de leur association ont conscience de ne pas être des professionnels de l’écriture. Ils sont confrontés à la nécessité de définir une position et un style en fonction de ce qu’ils imaginent que l’on attend d’eux. Bien entendu, chaque auteur résout à sa façon le problème, mais il n’est pas rare qu’à l’intérieur du texte le narrateur explicite ses choix, mettant ainsi en évidence les normes implicites dont il a conscience de s’écarter plus ou moins délibérément. Dans les questions qui les préoccupent on retrouve les centres d’intérêt du Touring Club : le voyage réellement effectué comme source de légitimité du discours et la défiance à l’égard de la forme littéraire.

Vers une écriture touristique renouvelée

43Très rapidement, les auteurs publiés sont conscients qu’il existe un type d’écriture particulièrement approprié, même s’ils ne le maîtrisent pas. La description très générale, empruntée au modèle du récit de voyage ou de la géographie est, en effet, à la fois une tentation et un repoussoir, comme l’explique un membre du tcf dans la revue du Touring Club de Belgique en 1902. Il a écrit son article sur la Savoie en s’inspirant du modèle des guides touristiques mais il est conscient, ce faisant, de s’écarter de ce qu’est le récit de voyage idéal pour le tcb :

  • 17 Article signé Georges Leroy, « En Savoie », Revue du tcf, janv. 1902 : 13.

Le présent article n’a pas pour but de constituer un itinéraire : il tend, tout au plus, à décrire en termes généraux quelques sites de cet admirable pays... Comme tel, il s’écartera notablement du genre de compte rendu habituel à notre Bulletin qui a pour règle de donner scrupuleusement les étapes et le kilométrage ; mais « une fois n’est pas coutume » et ne faut-il pas de temps à autre laisser à nos membres le plaisir de confectionner eux-mêmes leurs itinéraires17 ?

44Les contributions des membres du Touring Club obéissent donc à un schéma dominant où la progression géographique du voyage sert de trame au récit ; l’auteur y insère dans l’ordre de sa progression des considérations d’ordre technique, esthétique, moral, des récits d’expériences et des recommandations. La question se déplace alors dans deux domaines connexes. Quel type de rédaction adopter ? Quel type de notations privilégier ?

L’horreur de l’artifice : le style télégraphique

45Dans le choix d’un type de rédaction, les valeurs de précision et de sincérité, évoquées plus haut, lorsqu’elles sont appliquées avec un esprit de système, amènent les auteurs à la limite de la non-écriture, comme en témoigne le texte intitulé « Le périple des Alpes », publié en 1907. Le rédacteur s’autorise à faire l’économie de tout artifice de style, ce qui l’amène aux limites du genre, puisque son compte rendu adopte un style télégraphique qui se limite aux signifiants essentiels :

I. Routes de France

  • d’Angoulême à Clermont-Ferrand par Chasseneuil, Bourganeuf, Aubusson, et Pontaumur = 351 km. Longue étape, rude journée ; mais il faut gagner du temps et du terrain. Route très belle ; dure et même très dure parfois, de Limoges à Pontaumur ; très pittoresque de Bourganeuf à Clermont. Clermont : Hôtel Terminus ; bon.
  • De Clermont-Ferrand à La Bourboule par Royat, le col du Ceyssat, Rochefort Montagne et Laqueuille = 66 km. Deux routes conduisent de Clermont à Rochefort. Mieux vaut prendre, à gauche, celle qui passe par Royat, moins large mais de beaucoup la meilleure. La montée est raide de Royat au col (875 m), et la descente rapide et très mauvaise à cause des virages, du col à Laqueuille...

46Ici, ce sont les procédés de mise en page et l’usage différencié des polices de caractères qui rendent le propos lisible. Ce n’est pourtant pas faute de compétence proprement littéraire de la part du narrateur. Quelques paragraphes plus loin, en effet, il sait mettre une plume vivace au service de la dénonciation de l’état des routes suisses :

Qui dira jamais assez l’état navrant des routes suisses ?... Celle du Bou-verert à Brigues (120 km) en est un exemple parfait. Poussièreuse, raboteuse, lézardée d’ornières, hérissée de cailloux, elle vague et divague à l’aventure, franchissant le Rhône et ses torrents sur des ponts aux ais disjoints et tremblants. Lorsque ces torrents ont copieusement vomi sur cette piste une avalanche de pierres, on attend qu’une nouvelle crue les emporte. Si encore on les employait à combler les délicieux caniveaux, profonds de 20 à 30 centimètres, qui ont pour mission de rompre les os du passant et les chassis des voitures ?... Notez qu’il s’agit de grandes routes. Certes, il en est partout de médiocres et de mauvaises ; mais celles-ci obtiennent la palme sans conteste. Notez qu’il s’agit d’un pays qui depuis des lustres assourdit l’univers avec la description dithyrambique de ses merveilles.

  • 18 Un sociétaire nommé Deslignières (n° 59 675), par ailleurs délégué nautique, écrit ainsi : « Ceci (...)

47Avec le temps, les articles demandés aux sociétaires se stabilisent néanmoins. Ils adoptent un « juste milieu » entre le style télégraphique et l’essai mondain. La forme majoritairement représentée est celle qu’illustrait ci-dessus les récits de descente en canoë de la Sarthe et de la Saône. Les textes sont construits selon la progression géographique et temporelle des auteurs. Ils sont « farcis » des notations puisées dans des registres assez clairement identifiables. Ce sont, d’une part, les précisions techniques, qui rendent le voyage reproductible ; d’autre part, les notations culturelles empruntées à la tradition des guides de voyages, qui « donnent à lire le paysage » ou les monuments à l’aide d’anecdotes et de souvenirs historiques qui leur attribuent un sens et les inscrivent dans une culture. Cette structure permet, par ailleurs, une écriture à deux niveaux. Les voyageurs prennent « sur le vif » des notes qui sont destinées, ultérieurement, à être remises en forme. Ils s’inscrivent, ce faisant, dans la tradition du carnet de voyage où littérateurs et artistes couchaient notations et croquis, voire aquarelles, à l’époque où le tourisme était encore une éducation du goût pour de jeunes artistes ou des membres de l’aristocratie. Cette pratique de l’écriture en deux temps - d’abord les notes de voyage, puis la réécriture - permet d’enrichir le registre des notations insérées dans le texte. Ces dernières s’étendent, par exemple, aux réflexions philosophiques et métaphysiques que suscitent les paysages ou les lieux consacrés : le champ de bataille de Waterloo, lieu prisé d’excursion des cyclistes belges, est ainsi l’occasion presque obligée d’une réflexion sur le sens de l’histoire et la chute des empires. Enfin l’expérience vécue, dans la pratique des sports de plein air notamment, est l’occasion de relater des choix techniques qui sont aussi des choix éthiques : camper sous la tente, se débarrasser des attirails de la civilisation, c’est affirmer les valeurs du dépouillement, de la simplicité, du retour à la nature, parfois sous la forme paradoxale de la liste minimum des impedimenta à faire entrer dans un sac à dos. Diriger soi-même son yacht, sans le secours d’un équipage assimilé à une domesticité, c’est connaître les émotions de la responsabilité et de l’indépendance18...

48L’adoption de cette structure à deux étages - un cadre organisé selon la progression du voyageur et un contenu qui varie du plus « écrit » au plus sommaire, ou du plus « sportif » au plus « culturel » selon les choix et les compétences de chaque rédacteur - donne aux écrits des membres du Touring Club un style à la fois reconnaissable et assez cohérent, ainsi qu’une grande capacité d’évolution. Leurs récits de voyage vont se montrer susceptibles d’intégrer les changements du goût et des mœurs ; le modèle se montre aussi adaptable à des auteurs de compétences très diverses. Peu à peu, en effet, aux grands bourgeois cultivés des années 1900-1910 vont succéder des auteurs moins experts dans le maniement de la plume. Les récits envoyés par les membres des « caravanes scolaires » seront infiniment plus malhabiles dans le maniement des références et la mise en œuvre des clichés. Pourtant, ils s’inscriront dans la même tradition et assureront les mêmes fonctions : faire circuler des modèles légitimés par l’expérience. En effet, quelle que soit leur compétence littéraire, en se livrant sans relâche aux délices et aux affres de l’écriture, les membres du Touring Club de France, ont participé à la création de modèles sociaux et moraux qui sont ceux de notre siècle. Faisant preuve, dans les années qui précèdent la guerre de 1914, d’une grande créativité, d’une curiosité inépuisable et d’une vraie liberté de ton, ils en ont renouvelé profondément les contenus.

Bibliographie

Bibliographie

Bertho Lavenir, C. 1996. « Le Touring Club de France et la politique de protection des sites au début du siècle dans le Morbihan », in Richard, N. & Y. Pallier (éd.), Cent ans de tourisme en Bretagne, 1840-1940, Éd. Apogée : 54-63.

– 1997. « Normes de comportement et contrôle du territoire, le Touring Club de Belgique avant 1914 », Le Mouvement social.

Corbin, A. (éd.). 1995. L’invention du loisir, Paris, Aubier.

Labridy Poncelet, F. 1987. « Imaginaires féminins et pratiques sportives », in Arnaud, P. (éd.), Les athlètes de la République. Gymnastique, sport et idéologie républicaine, 1870-1914, Toulouse, Privat.

Lejeune, D. 1988. Les alpinistes en France (1875-1919), Paris, Éd. du cths.

Marchesini, D. 1996. L’Italia del giro d’Italia, Bologne. Il Mulino.

Prat Caròs, J. 1991. « Du folklore à l’ethnologie dans les revues catalanes

(1862-1984) », Au miroir des revues, Hésiode, Garae/Hésiode, Carcassonne-Lille : 117-137.

Notes

1 Il ne s’agit pas d’un phénomène marginal. Très rapidement, le Touring Club acquiert un nombre de sociétaires significatif. Dès août 1896, ils sont 40 000 (Archives nationales, 53 AS 157, registre des procès-verbaux du Conseil d’administration).

2 On peut attribuer à la Revue du Touring Club de France la fonction sociale attribuée plus généralement aux magazines : former un imaginaire collectif. En effet, « la revue peut-être encore davantage que le livre est un médium d’imposition de modèles de vie et un moyen à distance de transformations des pratiques... Elle possède le pouvoir symbolique d’agir sur les structures mentales, et à travers elles sur les structures sociales ». Cf. Françoise Labridy Poncelet 1987.

3 Dont le Touring Club est très proche - il y aura des adhésions collectives de sections cyclistes au Touring Club - mais dont il se démarque dans la mesure où il précise, dès l’origine, qu’il ne veut pas entrer dans le domaine du sport de compétition et du sport spectacle. Le tcf se retire rapidement de l’organisation des courses cyclistes qu’il laisse aux journaux spécialisés, dont Le Vélo ; il participe aux premières courses automobiles mais en indiquant que c’est uniquement parce qu’elles servent à résoudre des problèmes techniques et se retire de l’organisation des circuits. En matière sportive, le tcf se consacrera exclusivement à une pratique d’agrément.

4 Sur les groupes excursionnistes catalans, voir Joan Prat Carôs 1991.

5 Cf. Dominique Lejeune 1988. Le recrutement du tcf est plus provincial.

6 La réaction de la revue après les premiers congés de 1936 illustrera parfaitement le self control que s’impose le club. On a constaté un afflux de nouveaux venus qui ont embouteillé les gares, les lieux de villégiature et les campings. Or la revue ne publie pas la moindre protestation issue de ses « anciens » adhérents indignés de voir leur territoire de loisir envahi. Elle fournit, au contraire, un argumentaire de consensus, expliquant qu’on ne peut refuser à tous le bénéfice des activités dont le Touring Club a été pionnier et, à son habitude, propose une solution positive et pratique au problème, en demandant à ceux de ses membres qui sont industriels d’étaler, l’année suivante, la fermeture de leurs ateliers.

7 Par exemple Revue du tcf, mars 1907, p. 112 : « Nous nous sommes permis récemment de critiquer les valves actuelles, mais la critique est aisée. Essayons aujourd’hui de faire avancer la question. »

8 La profondeur de son implication financière est exceptionnelle. Le tcf finance notamment la réalisation de routes d’intérêt touristique dans les Alpes. Ce type d’initiative ne fait pas l’unanimité en Europe et le Touring Club italien, par exemple, refuse de suivre cet exemple et fait la part entre ce qui lui paraît relever des pouvoirs publics et ce qui appartient à une association.

9 Le cas est le même pour les ingénieurs des Ponts et Chaussées, les agents voyers (professionnels de la route) et les employés du chemin de fer. Les instituteurs sont encore rares avant 1914.

10 Revue du tcf, juin 1905 : 260 et sq.

11 Revue du tcf, fév. 1910 : 72.

12 Revue du tcf, nov. 1910 : 508.

13 Revue du tcf, juil. 1910 : 289.

14 Revue du tcf, sept. 1931 : 265.

15 Ceci correspond à la structure des articles publiés dans les années trente, où les illustrations occupent à peu près la moitié de la surface.

16 Il n’y a pas de dossier concernant les concours littéraires d’avant-guerre dans les archives du tcf conservées aux Archives nationales, en réalité très pauvres pour la période antérieure à 1950.

17 Article signé Georges Leroy, « En Savoie », Revue du tcf, janv. 1902 : 13.

18 Un sociétaire nommé Deslignières (n° 59 675), par ailleurs délégué nautique, écrit ainsi : « Ceci posé, l’homme qui peut diriger lui-même son yacht, sa roulotte nautique si l’on me permet cette expression, qui peut lutter contre les éléments, vaincre toutes les difficultés, éprouve un sentiment de fierté, goûte la vraie liberté, ressent un plaisir d’une saveur toute particulière. S’il possède une âme d’artiste, il découvrira dans cette existence en complète communion avec la nature, des joies exquises qu’on ne saurait décrire, mais que je souhaite à beaucoup de camarades de connaître » (Revue du tcf, 1905-1906 : 265).

Table des illustrations

Légende En 1910 la revue du Touring-Club de France publie un « appel aux dames ! » pour qu’elles lui adressent des récits de voyages cyclistes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3976/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 898k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540