Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Par écrit

 | 
Daniel Fabre

II. L'écriture du réel

L’espace écrit des joueurs d’échecs

Thierry Wendling

Texte intégral

Comment jouer aux échecs avec un mort ?

  • 1 Les traductions des textes originaux en anglais sont de l’auteur.

1Parmi les histoires ou anecdotes que les joueurs d’échecs connaissent par lecture ou par ouï-dire, il en est certaines qui semblent, à proprement parler, extraordinaires. L’auteur de l’une d’entre elles, parue dans le célèbre British Chess Magazine en 1925, raconte ainsi comment il a éprouvé, à l’aide du jeu d’échecs, les capacités de clairvoyance d’un médium : « Je lui demandai d’essayer de jouer une partie sans voir l’échiquier ; mais à la différence du jeu dit « à l’aveugle » je ne devais pas lui dire les coups que je faisais. Il s’assit à l’écart derrière un rideau [...] » (British... 1986 : 23)1.

  • 2 Deux systèmes de guillemets sont utilisés dans l’article. La présence de doubles apostrophes ("-") (...)

2Dans ces conditions extrêmes qu’aucun joueur ordinaire, fût-il champion du monde, ne pourrait assumer, le médium fournit une brillante démonstration de ses facultés en poursuivant pendant plus de 50 coups cette partie qui - pour une raison extérieure - se trouva suspendue. Comme le médium vint à mourir peu de temps après, la partie resta donc inachevée. L’histoire, déjà fort surprenante, se poursuit en relatant qu’en 1913 (la partie n’est elle-même l’objet d’aucune datation) parvint une lettre qui transmet à l’auteur un message reçu à son intention lors d’une séance de spiritisme. Le texte en est énigmatique puisqu’il ne comprend que ces 4 signes : « TR x C »2.

  • 3 Bien que l’histoire ne donne ni la partie, ni la position atteinte à l’arrêt du jeu, on peut remar (...)

3Sibyllin, ce message n’en est pas moins porteur d’un sens que l’auteur, en tant que joueur d’échecs, décrypte aussitôt comme « la Tour du Roi prend le Cavalier » et ce coup s’avère être, en référence aux notes conservées sur la partie inachevée, une nouvelle réplique du médium. Il s’agit même d’un « bon coup »3. Restant dans l’espoir de pouvoir poursuivre cette partie si singulière, le narrateur conclut en remarquant : « Je n’ai pas besoin de dire que le message était dépourvu de signification pour quiconque excepté pour moi » (British... 1986 : 23).

  • 4 Il existe aussi d’autres histoires, du même genre mais inversées, où une série de questions posées (...)

4Réel ou inventé, ce récit est porteur de deux enseignements essentiels pour la culture échiquéenne. Il montre, en premier lieu, que l’écriture préserve de l’oubli les parties du passé car le joueur conserve une trace écrite des parties qu’il a disputées. L’intérêt d’une telle démarche pour le développement d’une science échiquéenne est évident. A l’enregistrement des parties se marie, en second lieu, l’idée que la notation des coups est un moyen de communication universel dans la mesure où elle ouvre la possibilité de jouer ou de commenter une partie sans la présence simultanée des deux adversaires. Les parties « par correspondance » opposent ainsi des personnes éloignées qui ne se connaissent souvent pas de vue. Sans aller enfin jusqu’à considérer que ce moyen de communication dépasse les limites humaines de la vie sur Terre en permettant de poursuivre des parties avec l’au-delà4, il est certain que les notations échiquéennes transcendent les frontières linguistiques puisque les joueurs achètent et utilisent fréquemment des ouvrages publiés dans des pays dont ils ignorent la langue.

Pour une étude des systèmes de notation échiquéens

5Système de communication universel, outil de connaissance scientifique, la notation des coups aux échecs ne répond donc pas aux caractéristiques classiques d’un objet anthropologique. L’extrême simplicité de l’espace échiquéen, un carré de 8 x 8 cases, semble de plus confirmer l’absence de toute problématique possible sur ce sujet. La notation des coups, autrement dit la description du mouvement des pièces sur l’échiquier, n’offrirait a priori que l’illustration du principe d’économie qui réduit le mot "Cavalier" à son initiale.

  • 5 On trouvera dans les différents dictionnaires d’échecs une entrée "notation" qui énumère les princ (...)

6Les faits ne s’accordent cependant pas avec ces hypothèses car le jeu d’échecs déploie sur le sujet de la notation des coups une diversité qui induit à en vérifier les possibles déterminants culturels. La « notation algébrique », devenue aujourd’hui universelle, a en effet longtemps coexisté avec d’autres systèmes dont les plus notoires sont la « descriptive » et l’« italienne »5. Le point capital est donc ici de déterminer si ces divers systèmes sont construits selon une même structure (comme deux langues qui partageraient une même grammaire et ne se distingueraient que par les éléments de leur lexique dont chacun trouverait cependant un répondant sémantiquement identique dans l’autre langue) ou s’ils mettent en jeu des principes radicalement divergents.

  • 6 La notation italienne a comme particularité essentielle de numéroter les cases de 1 à 64.
  • 7 On remarquera que ces deux dernières citations sont extraites d’une anthologie parue en 1986 alors (...)

7Sans s’attacher déjà aux détails des différents systèmes, un argument de poids en faveur d’une réelle hétérogénéité est fourni par les commentaires en forme de rejet que les partisans de ces systèmes ont posés sur les notations concurrentes. Si au xixe siècle tel amateur de la « descriptive » considère l’« italienne6 » comme une « notation intolérable » (Hooper 1988 : 227), tel autre joueur du xxe siècle, adepte de l’algébrique, verra quant à lui dans la descriptive la « notation contre-nature de l’ancien temps » (British... 1986 : 85). L’algébrique elle-même ne s’imposera pas sans mal - vers 1930 en France et vers 1980 en Angleterre - car certains la jugeaient trop « formelle » et pas assez « intelligible » au joueur ordinaire (British... 1986 : 101)7.

Des règles du jeu à la « littérature échiquéenne »

  • 8 La seule exception concerne, dans le jeu actuel, le mouvement du « roque » qui consiste en un dépl (...)
  • 9 Excepté dans la « prise en passant », mouvement relativement rare où le pion prend un pion adverse (...)

8Un bref rappel des règles du jeu d’échecs permettra de comprendre concrètement que le problème que doit résoudre la notation des coups n’est pas excessivement complexe. Dans ce jeu, deux joueurs font évoluer leurs pièces sur un échiquier de 64 cases dont chacune contient au plus une seule pièce. Les deux camps (nommément les Blancs et les Noirs) disposent de 6 types de pièces (le Roi, la Dame, la Tour, le Fou, le Cavalier et le Pion) qui se distinguent par leur mode spécifique de déplacement (le long des colonnes, des diagonales, etc.). Les joueurs effectuent, l’un après l’autre, leurs coups en ne déplaçant à chaque fois qu’une seule pièce8. Lors de la capture d’une pièce adverse, la pièce qui prend occupe la case de la pièce prise9. Enfin, le but du jeu est de prendre ou plus exactement de mettre « échec et mat » le Roi adverse.

9Cette rapide évocation des règles du jeu d’échecs resterait pour notre sujet incomplète s’il n’était fait mention de la révolution que celles-ci connurent en Europe à la fin du xve siècle. Le Fou et surtout la Dame bénéficièrent en effet à cette époque d’un accroissement considérable de leur capacité de déplacement. Or cette transformation modifia profondément l’équilibre du jeu car si l’ancienne manière connaissait, de par la lenteur de ses pièces, un long préambule avant que les camps entrent en contact, le nouveau jeu, appelé à son origine du nom évocateur d’« échec de la reine enragée », plaçait les joueurs en face de problèmes tactiques immédiats. Des menaces de mat pouvaient même être échafaudées dès les tout premiers coups ainsi que le réalisa l’auteur du Jeu des Eschés de la Dame, moralisé, un des premiers manuscrits à attester de la forme moderne du jeu d’échecs : « après la descouerte du pyon, la dame par la garde du fol au quatriesme cop matte le roy usques en son siège » (cité in Murray 1913 : 780).

  • 10 En notation algébrique, la manœuvre consiste en ces coups : 1. e4, ... 2. Fc4, ... 3. Df3, ... 4. (...)
  • 11 De fait, l’écriture servait déjà dans la civilisation musulmane à transcrire certaines positions d (...)
  • 12 Les succès qu’enregistrent encore en 1996 les meilleurs joueurs mondiaux en face de machines qui e (...)

10Si cette manœuvre appelée de nos jours « coup du berger »10 fait, de par son aspect primesautier, sourire tout joueur de compétition, il n’en reste pas moins que cet affrontement sur-le-champ des deux camps inaugura la problématique de l’« ouverture » que tout débutant redécouvre lorsqu’il s’inquiète de savoir quel est le meilleur coup pour débuter la partie. Faute de pouvoir dégager le meilleur coup (qui aurait d’ailleurs signifié à terme la fin du jeu d’échecs), les joueurs commencèrent à répertorier ceux que l’expérience ne mettait pas en défaut. Cette problématique des « ouvertures » se déployant dans le cadre d’une civilisation connaissant l’écriture et l’imprimerie, celles-ci furent graduellement mises à contribution11. En se constituant en champ autonome, la science échiquéenne accrut sa connaissance de manière prodigieuse12.

11Pour prendre la mesure de cette « littérature échiquéenne », il faut entrouvrir un de ces livres « théoriques » qui constituent la base de toute bibliothèque de joueur. Une bible de référence comme le Batsford Chess Openings présente ainsi (dans la deuxième édition qui date de 1989), en 400 pages d’une typographie fine et serrée, les principales lignes d’ouvertures exemplifiées par les premiers coups de plus de 10 000 parties. La mise en page de ces coups qui imbrique les parties les unes dans les autres fait clairement ressortir le caractère d’intertextualité de cette « littérature ». Dans les livres mais aussi dans l’esprit des joueurs en train de jouer, toute partie renvoie à d’autres parties qui ont débuté de la même façon, qui ont connu telle manœuvre similaire, qui se sont achevées d’une manière équivalente...

  • 13 Si les coups sont bien appris sous forme de liste, leur apprentissage s’accompagne néanmoins d’une (...)
  • 14 L’importance de la mémorisation subit des variations très importantes d’un joueur de compétition à (...)

12L’étude que chaque joueur fait de ce genre d’ouvrages ne s’effectue pas nécessairement à l’aide d’un échiquier. Il arrive ainsi qu’un joueur découvre à l’occasion d’une partie « officielle » la "réalité" des coups dont il avait appris précédemment la liste13. C’est le texte écrit qui nourrit cette mémoire de joueur d’échecs que le profane tient généralement pour prodigieuse14. La nécessité d’une bonne mémorisation se trouve de plus renforcée par la réglementation officielle qui proscrit l’usage de tout livre ou de tout document pendant la partie. En même temps qu’elle prononce cet interdit, la culture échiquéenne retrouve la vieille critique platonicienne à l’égard de l’écrit en jugeant sévèrement les joueurs dits « théoriques » qui ne savent que « réciter » des ouvertures étudiées et se trouvent désemparés dès que leur adversaire « quitte la théorie ». L’illustre Philidor écrivait déjà en 1749 : « J’ai connu des Joueurs d’Échecs qui savoient tout le Calabrois & d’autres Autheurs par cœur, & qui, après avoir joué les 4 ou 5 premiers coups, ne savoient plus où donner de la tete » (Philidor 1749 : xii).

13Il faut bien sûr comprendre que ce ne sont pas les coups appris qui sont critiqués mais l’incapacité du joueur à les faire vivre en inventant une suite adéquate. Aussi, à la condition d’éviter de figer la théorie échiquéenne, d’en faire un texte "mort", les manuels d’échecs offrent à ceux qui les « travaillent » la voie royale pour progresser dans la maîtrise du jeu.

  • 15 Le développement actuel de cours d’échecs pour joueurs de tous niveaux est en train de modifier ce (...)
  • 16 La feuille de partie sert aussi de preuve des coups joués et de contrat entre les deux joueurs.
  • 17 La première question posée à un inconnu vise à établir s’il entre dans la hiérarchie du classement

14Cette place prééminente du livre dans l’acquisition de la technique échiquéenne associée à la quasi-absence d’enseignement échiquéen15 fait de la majorité des joueurs occidentaux des autodidactes et pose, par conséquent, le problème des limites de la "culture" échiquéenne. La connaissance technique du jeu d’échecs (mais aussi une grande part de son folklore, de ses histoires drôles...) étant à la portée de chacun dans les livres et les revues, il est légitime de se demander si le « monde des échecs » ne constitue pas, malgré cette appellation autonyme, un ensemble aux contours flous dont les membres se répartiraient le long d’un continuum allant du champion professionnel (auteur et grand liseur de livres d’échecs) au lecteur occasionnel de la rubrique échecs d’un quotidien. Une ligne de partage reposant sur l’usage de l’écriture se fait pourtant sentir car le joueur n’est reconnu appartenir à ce « monde des échecs » qu’à partir du moment où il devient lui-même ce que l’on peut appeler, à la suite de Latour (1988 : 42), un "inscripteur". Tout compétiteur d’un tournoi se trouve en effet dans l’obligation d’inscrire les coups de chacune de ses parties. Cette règle qui ne subit pas d’exception - il n’y a donc pas d’"analphabètes" aux échecs - entraîne deux importantes conséquences16. C’est tout d’abord sur la base de ces parties notées, ou plus précisément de leur résultat, qu’est calculé le classement des joueurs dont la liste, objet de lecture et de comparaison, matérialise ainsi un ensemble strictement délimité17. Ces parties fournissent ensuite la matière première de la littérature échiquéenne. Quoique les manuels d’échecs reproduisent principalement les coups des maîtres, toute partie jouée et notée peut servir, et sert souvent, de prétexte à publication. Pour peu que son secrétaire soit zélé, le club de Tart-en-Pion aura sa brochure reprenant toutes les parties du tournoi intérieur des jeunes espoirs de moins de 10 ans.

15Ce dispositif d’inscription littéraire ne s’est constitué que relativement tard dans l’histoire des échecs puisque ce n’est qu’au milieu du xixe siècle que les parties ont commencé à faire l’objet d’une notation systématique. Deux obstacles devaient en effet être préalablement levés. Le premier est lié à la définition de la Science comme créatrice de norme ou comme observation du réel ; les auteurs des premiers traités se contentaient en effet d’inventer des parties didactiques. Le deuxième obstacle concerne le droit de la personne et de l’auteur car les joueurs ont longtemps refusé de voir leurs parties publiées (soit parce qu’ils les avaient perdues, soit parce que de futurs adversaires pouvaient avantageusement s’en inspirer).

Notation algébrique et notation descriptive

16Renseigné sur le contexte dont participent les systèmes de notation, il est maintenant possible d’analyser en détail ceux-ci. Je me limiterai, ici, à décrire et à comparer les deux principaux systèmes de notation des coups, à savoir l’algébrique et la descriptive.

17Dans la notation algébrique, à chaque colonne (verticale) correspond une des 8 premières lettres de l’alphabet ; à chaque rangée (horizontale) est affecté un chiffre de 1 à 8. Les cases ont donc pour nom un couple formé d’une lettre et d’un chiffre ; « h1 » désigne ainsi la case située en bas à droite de l’échiquier. Tous les joueurs contemporains regardent cette notation algébrique comme à la fois évidente et naturelle ; elle repose d’ailleurs sur le principe des coordonnées cartésiennes que l’école enseigne dès le plus jeune âge et qui sont de plus d’un usage courant pour la lecture des plans de ville. Il faut pourtant rappeler que si son principe est connu depuis les manuscrits arabes du Moyen Age, elle ne s’est imposée qu’à partir des années 30 en France, et seulement cinquante ans plus tard en Angleterre. Cette notation est aujourd’hui universelle.

18En s’imposant ainsi, le système algébrique semble avoir définitivement supplanté la « notation descriptive » qui possède comme particularité première de nommer les verticales par le nom de la pièce qui s’y trouve au début de la partie (en distinguant les pièces côté Dame, de celles côté Roi). Ainsi la colonne h (en notation algébrique) est appelée colonne de la Tour du Roi (abrégé en « TR »). Pour simplifier, les rangées sont numérotées de 1 à 8 comme dans la notation algébrique. La case « a5 » en notation algébrique se trouve ainsi dénommée « 5TD » (prononcé cinq Tour de la Dame) en notation descriptive.

19Ainsi sommairement décrits, les deux systèmes semblent apparemment équivalents ; ils dénotent en fait des conceptions de l’espace et du monde très éloignées. Je n’en étudierai ici que l’aspect échiquéen car je ne saurais affirmer que la préférence pour l’une ou l’autre de ces conceptions dépendait de schémas culturels, voire de structures linguistiques. Il y eut en tout cas des préférences nationales marquées : au monde anglo-saxon (Angleterre, usa) la notation descriptive, aux mondes germanique et slave (Pays-Bas, Allemagne, Russie, ...) la notation algébrique. Ces différences n’empêchèrent jamais les joueurs de se rencontrer et l’histoire suivante, datée de 1936, fournit un vivant témoignage de la manière dont des joueurs de traditions différentes expérimentaient la coexistence de leurs deux systèmes.

a) Notation descriptive : Il est important de signaler que ce tableau n’a été conçu que dans une vue « didactique » car les échiquiers utilisés dans le contexte d’une notation descriptive ne comportent aucune inscription sur le côté.

b) Notation algébrique
Diagrame

20Lors d’un voyage, le narrateur, un Américain, rencontre un joueur hollandais et lui propose d’engager une partie. Ne disposant pas d’échiquier, ils jouent entre eux « à l’aveugle ». C’est le Néerlandais qui débute :

« D’accord. Je commence. e2-e4. » [notation algébrique]
Wow ! J’avais une connaissance suffisante du nom des pièces en hollandais et de leur système de notation pour suivre une partie imprimée. Mais de là à soutenir de tête une partie avec cette notation, c’était trop pour moi. Je fis de mon mieux, mais après 15 coups j’étais tout embrouillé avec mes « d » et mes « e » et j’abandonnai. C’était alors mon tour de mener les Blancs. Je décidai que ma seule chance était de jouer quelque chose qui gagnerait ou perdrait rapidement, aussi ai-je choisi la Muzio. L’ouverture sembla l’inquiéter et j’espérais bien avoir trouvé quelque chose qu’il ne connaissait pas. Quand il poussa le pion en 5CR [notation descriptive qui se lit 5 Cavalier du Roi], je répliquai C-3F [Cavalier en 3 Fou] au lieu de roquer.
« Tiens donc, dit-il, la variante McDonnell de la Muzio ! Ça se joue toujours en Amérique ? » (Wren in Reinfeld 1951 : 29.)

Penser l’espace

21En présentant au début de cet article l’échiquier comme un carré de 8 x 8 cases, je n’ai fait que reprendre la vision qu’en ont les joueurs contemporains. Mais ce n’est là qu’une certaine manière de penser cet espace. Une tout autre conception se manifeste ainsi sous la plume d’un auteur qui, en accord avec les idées de son époque, écrivait en 1836 :

On sait que l’échiquier est un champ de bataille partagé en deux camps, les blancs et les noirs ; que chacun de ces camps se composent de quatre rangs ou lignes de huit cases ; que des deux côtés la première ligne est occupée par huit pièces et la seconde par autant de pions, et que la troisième et la quatrième sont libres au commencement du jeu (Poirson 1836 : 3).

22L’échiquier n’est plus carré. Il est composé de deux rectangles qui expriment l’idée d’une symétrie spatiale parfaite entre les deux camps : à chacun la moitié de l’espace total. Or cette idée de symétrie se révèle être fondamentale pour la pensée échiquéenne. Présente au début de la partie dans l’égalité matérielle des deux camps, la symétrie est encore renforcée par l’arrangement initial des pièces où chaque figure trouve son pendant sur la même colonne. Cette correspondance produit un effet de miroir réfléchissant entre la 4e et la 5e ligne car chaque joueur peut voir le camp adverse comme le reflet quasi identique de son propre camp. De même que l’image dans un miroir n’est modifiée que par un seul aspect (gauche et droite s’échangent), la deuxième partie de l’échiquier est une copie conforme à la couleur près : le blanc, case ou pièce, devient noir, le noir vire au blanc.

23Or cette symétrie s’avérait au début du xixe siècle encore plus évidente qu’aujourd’hui car aucune règle n’édictait alors quel camp, des Blancs ou des Noirs, devait effectuer le premier coup. Les joueurs commençaient par tirer au sort la couleur, puis décidaient entre eux qui aurait le « trait », c’est-à-dire qui débuterait la partie. A la différence d’aujourd’hui, le camp des Blancs ne disposait donc pas automatiquement de l’avantage du premier coup, et donc de l’attaque.

  • 18 Bulletin de la Fédération française des échecs, janvier-mars 1922 : 14.

24Ainsi qu’en témoigne un grand nombre d’anecdotes, penser cette symétrie initiale est l’une des grandes préoccupations de la culture échiquéenne. Une historiette rapporte le cas d’un jeune joueur ayant perdu un pari parce qu’il était - à tort - persuadé de l’impossibilité de perdre avec les Noirs dès lors que ceux-ci imitaient tous les coups des Blancs. La partie, jointe à l’histoire, montre comment quatre coups suffisent aux Blancs pour mettre « échec et mat » cette stratégie simpliste18.

  • 19 On en trouve une version dans Arrabal (1984 : 83-85).
  • 20 Rappelons que la Dame est la pièce la plus puissante sur l’échiquier et que gagner celle de l’adve (...)

25La même idée se trouve exprimée, sous une forme paradoxale, dans un épisode prêté au légendaire Baron de Münchhausen19. Se flattant d’être redoutable aux échecs, le Baron dispute un jour trois parties avec les Blancs (et le trait) contre un adversaire inconnu. Les deux premières parties se terminent curieusement d’une manière équivalente : au moment où Münchhausen voit sa stratégie d’enfermement de la Dame adverse couronnée de succès20, il subit lui-même un échec et mat fatal. Il faut attendre la troisième partie pour que Münchhausen réalise que son adversaire ne fait qu’imiter ses coups (selon une symétrie centrale). Le double vainqueur du grandissime champion ignorait en fait jusqu’aux règles mêmes du jeu.

  • 21 Cf. par exemple, la variante connue de la défense russe : (en notation algébrique) 1.e4, e5 2.Cf3, (...)

26Le thème d’une stratégie mimétique évoque irrésistiblement la naïveté et ces anecdotes démontrent que le jeu-miroir (faire la même chose que l’adversaire) n’aboutit en fait qu’à une catastrophe pour celui qui s’y risque. D’une position égale que rien n’exprime mieux que la symétrie des pièces en position initiale, la partie d’échecs cherche à faire surgir la différence de la victoire et de la défaite, différence qui est asymétrie totale. Or ce qu’enseignent ces histoires, mais aussi une connaissance concrète, théorique, des ouvertures21, c’est que rien ne conduit plus rapidement à cette asymétrie radicale que de chercher à conserver parfaitement la symétrie de départ.

  • 22 D’un point de vue logique et technique, il est évidemment équivalent que ce soient les Blancs ou l (...)

27La notation descriptive intègre de manière très intéressante cette symétrie (et ne désavantage donc pas un des deux camps). Chaque case se trouve en effet considérée soit du côté des Blancs, soit du côté des Noirs. La case en bas à droite de l’échiquier du côté des Blancs (h1 en notation algébrique) se trouve ainsi appelée par les Blancs la « première case de la colonne de la Tour du Roi » (abrégé en « 1TR »), tandis que les Noirs la dénomment « huitième case de la Tour du Roi » (« 8TR ») car c’est leurs propres pièces qui servent de point de référence. Les coups sont ainsi notés en fonction du point de vue de celui qui les joue. La notation d’un coup étant donc dépendante du camp qui l’effectue, il en découle deux conséquences étonnantes : les Blancs et les Noirs nomment de la même manière des cases différentes (3CR se traduit en notation algébrique soit par g3, soit par g6) ; l’appellation d’une case par les Blancs diffère nécessairement de celle des Noirs (cf. supra 1TR et 8TR). Quoique ce système de notation puisse paraître aujourd’hui (aux joueurs comme aux non-joueurs) d’un usage difficile, il ne soulevait pas de problèmes excessifs dans la pratique. Cette notation présente par ailleurs l’intérêt de décrire, d’une même manière conventionnelle, une partie quel que soit le camp qui débute, ce qui est impossible avec la notation algébrique. Une théorie générale des ouvertures pouvait ainsi se constituer sans être desservie par la question de la couleur débutant la partie22. Sous un angle psychologique, la notation descriptive offre de plus l’avantage d’obliger le joueur à penser avec son propre système de référence et avec celui de son adversaire ; la multiplicité ou du moins la dualité des points de vue se trouve ainsi affirmée dans cette notation.

  • 23 On pourrait (comme entre les deux camps) placer un miroir entre Roi et Dame.

28Cette pensée de la symétrie ne s’arrête pas à la confrontation Noirs-Blancs car elle rencontre un écho dans la constitution de chaque camp. Une symétrie interne s’observe en effet dans l’opposition aile-dame/aile-roi et se manifeste directement dans la notation descriptive par des expressions comme « Tour de la Dame » vs « Tour du Roi ». La Dame est la contrepartie féminine du Roi23. Ici encore, ce fait de l’échiquier entre en affinité avec certains récits et en particulier avec ceux relatifs à l’origine "officielle" du jeu d’échecs :

les échecs firent leur première apparition au ve siècle de notre ère au nord de l’Inde. Le jeu de cette époque s’appelait Chaturanga, ce qui signifie « Quatre Rois ». Il se disputait également sur 64 cases, mais se jouait à 4 partenaires. Chacun jouait pour soi-même et devait lancer un dé qui désignait impérativement la pièce à bouger [...]. De bons joueurs voyaient leur belle position s’écrouler sur un coup de dé malheureux. Inversement, des « toquards » gagnaient partie et argent avec le coup de pouce du hasard favorable. L’idée révolutionnaire de supprimer les dés se répandit petit à petit et la réflexion remplaça le hasard [...]. Le deuxième progrès fut accompli plus tard quand on associa les joueurs par 2 et réduisit la lutte à un duel. Amélioré par ces deux réformes, le Chaturanga commençait à ressembler aux échecs modernes (Giffard 1993 : 333-334).

  • 24 Pour une opinion plus nuancée sur l’origine du jeu par un grand historien des échecs, voir Murray (...)
  • 25 On notera qu’il n’est jamais fait usage de l’opposition gauche / droite dans les échecs modernes. (...)

29Il y a parfois dans l’histoire du passé24 comme un goût de mythe... A cette situation de désordre initial dû au hasard, aux alliances et aux trahisons toujours possibles entre plus de deux joueurs, aurait donc succédé la fusion des camps deux à deux permettant seule un véritable duel de l’intelligence pure. Chaque camp vit ainsi le nombre de ses pièces multiplié par deux : l’un des deux Rois alliés devint la Dame et l’opposition entre pièces « de la Dame » et pièces « du Roi » dans la notation descriptive marque donc comme une visible "survivance" de cette antique mais si fructueuse union25.

  • 26 Cf. la note 21 sur l’ouverture russe.

30Ce souci de la symétrie que manifeste la notation descriptive dans sa formalisation s’avère en revanche absent de la notation algébrique, puisque celle-ci décrit un espace abstrait, pensé indépendamment des pièces qui y figurent, et privilégie un point de vue unique. L’idée de symétrie n’a pas pour autant disparu des préoccupations des joueurs. En dehors de considérations techniques26, il faut ainsi remarquer que l’alternance des couleurs (et donc de l’avantage du « trait », ou premier coup de la partie) constitue un principe dominant dans l’organisation des tournois modernes car, lors de ces compétitions sans éliminatoire, les joueurs rencontrent à chaque partie un nouvel adversaire choisi (parfois avec très grande difficulté) de manière à ce que chaque compétiteur dispute autant de parties avec les Blancs qu’avec les Noirs. La symétrie s’exprime donc là diachroniquement.

Penser le temps

31Parallèlement à la problématique de l’espace, un système de notation permet aussi de penser le temps. Cette idée, développée ailleurs (Wendling 1996), se manifeste en particulier par le fait que, pour le joueur d’échecs moderne, la succession des coups constitue une structure temporelle. Ainsi le joueur exprime la « durée » d’une partie en nombre de coups plutôt qu’en heures ou en minutes. Bien que l’on pourrait penser que cette structure temporelle découle des fondements du jeu d’échecs, son "évidence" ne s’est révélée aux joueurs qu’à partir du xviiie siècle. Or l’apparition de ce phénomène culturel se rattache très directement à l’écriture car la prise de conscience de cette structure temporelle, ou plutôt l’invention de cette nouvelle catégorie de pensée, n’existe que grâce à la « feuille de partie » sur laquelle chaque coup joué est inscrit en regard de son numéro d’ordre. En notation algébrique, le premier coup d’une partie est noté par exemple « 1. Cf3 » (qui se lit « un, Cavalier f3 »), le huitième « 8. Fg5 » (« huit, Fou g5 »).

  • 27 Il faut remarquer qu’une notation purement spatiale n’indiquant que les cases de départ et d’arriv (...)

32Une expression comme « 8. Fg5 » permet de constater que la notation algébrique recouvre les trois dimensions fondamentales que la pensée moderne occidentale projette sur le monde : le temps, la matière et l’espace. Chaque mouvement précise l’élément matériel concerné (ici le Fou), le moment de l’action dans la chronologie des coups (8.) ainsi que la case nouvellement occupée par la pièce (g5)27. Au-delà de la notation des coups, la mention codifiée d’une partie, par exemple « Spassky-Tahl, Tallin 1973, 0-1 », reprend elle-même ces catégories de l’espace, de la matière et du temps puisqu’elle indique le nom des deux protagonistes (Spassky et Tahl) suivi du lieu de la rencontre (Tallin), de la date (1973) et du résultat (0-1 signifie que le point, c’est-à-dire la victoire, a été remporté par le joueur en second, dans l’exemple Tahl).

  • 28 Cf. par exemple Greco 1689.

33Selon cette conception qui n’est pas propre aux joueurs d’échecs puisqu’elle est globalement la nôtre, l’espace et le temps sont séparés par une distinction de nature. Le temps appartient au domaine de l’irréversible alors que, par définition, on peut aller et venir dans l’espace. Il est à ce propos intéressant de noter que la notation descriptive qui, dans ces plus anciens textes28, ne numérotait pas les coups, a longtemps soumis le mouvement du Pion à un traitement particulier. Alors que le mouvement d’une pièce est indiqué par la case d’arrivée de la pièce en question (par exemple « CR 5TD » signifiant « le Cavalier du Roi va sur la cinquième case de la Tour de la Dame »), la notation d’un déplacement de Pion mentionnait simplement le mouvement effectué (« PR1 » qui se lit « Pion du Roi un » et indique simplement que le Pion a avancé d’une case). Or le Pion se trouve être la seule pièce du jeu d’échecs à ignorer le recul en arrière ; la notation « PR1 » manifeste donc cette propriété d’irréversibilité en signifiant autant un déplacement dans l’espace qu’une action dans le temps. Ce rapport privilégié du Pion au temps ne se retrouve pas dans la notation algébrique qui dissocie sans ambiguïté le temps de l’espace en mentionnant pour le Pion comme pour toute autre figure la case d’arrivée de la pièce en mouvement. L’idée n’en est pas pour autant devenue étrangère à la pensée échiquéenne et chaque joueur connaît la fameuse phrase du maître hongrois Gyula Breyer qui affirme que l’avancée par les Blancs du Pion du Roi au premier coup, l’ouverture pourtant la plus fréquente, marque le « commencement de la désagrégation du camp blanc » (cf. Le Lionnais et Maget 1974 : 49).

Penser la matière

34Nous avons déjà remarqué que la notation des coups met aussi en œuvre une certaine pensée - pour utiliser un vocabulaire moderne - de la matière. La notation algébrique considère ainsi chaque pièce en fonction de sa seule nature (caractérisée par son type de mouvement). Une Tour est une figure qui se déplace verticalement ou horizontalement ; aucune distinction n’est donc faite entre les deux Tours de chaque camp.

  • 29 Il serait évidemment absurde de considérer que l’arrangement des pièces sur l’échiquier, ou encore (...)

35La notation descriptive insiste au contraire sur les relations qui existent entre les pièces et crée ainsi un effet de hiérarchisation. On parle de la « Tour du Roi », du « Cavalier de la Dame ». Cet effet hiérarchique est accentué pour les Pions qui sont nommés en fonction de la pièce située sur leur colonne : « Pion de la Tour du Roi », « Pion du Cavalier de la Dame ». Ces emboîtements successifs et hiérarchisés ne sont pas sans évoquer des liens de dépendance, de patronage, de féodalité29. La formulation du nom des cases les assimile de la même manière à des territoires : « la deuxième case du Roi », « la cinquième case du Cavalier de la Dame ».

  • 30 Et non pas CR 1 CR comme ce coup fut noté ultérieurement.

36De plus, la désignation d’une case n’est pas exactement, contrairement à ce que j’avais initialement présenté par souci de simplification, le résultat du croisement d’une colonne et d’une rangée. Il est en effet plus précis de considérer qu’une expression comme « 5CR » (5 Cavalier du Roi) marque en fait l’éloignement par rapport à la case de référence. D’où le fait que le mouvement d’une pièce revenant sur sa case d’origine se soit, par exemple, trouvé noté selon l’usage du xixe siècle : « CR à sa case30 ». Cette idée d’origine est fondamentale car durant toute la partie, les pièces vont être nommées en fonction de leur case de départ. Ainsi même si les hasards de l’évolution d’une partie amènent une position où les deux Tours ont mutuellement échangé leur situation initiale, la notation descriptive continuera à considérer qu’il faut désigner par Tour de la Dame celle située sur la première case de la Tour du Roi. Chaque pièce porte ainsi, tout au long de la partie, la marque de son origine.

  • 31 Les coups de Pions représentent cependant bien moins que la moitié de l’ensemble des coups.
  • 32 Le Roi ne pouvant être pris n’a aucune valeur ou, ce qui revient au même, une valeur extrême.

37Si la notation algébrique ignore évidemment toute idée relative à l’origine des pièces, elle comporte cependant à propos de la symbolisation de la matière une exception notable qu’il faut mentionner et chercher à expliquer. Ce cas particulier concerne le Pion qui, à la différence des autres pièces, n’est pas désigné par une initiale. Son mouvement est donc simplement représenté par la case à laquelle il accède. Le premier coup d’ouverture le plus fréquent est ainsi « 1. e4 » (prononcé « un, e quatre »). Cette disparition du "P" correspond assurément au principe d’économie qui caractérise cette notation car on peut estimer que chaque partie compte en moyenne légèrement plus de mouvements de Pions que de coups de n’importe quel autre type de pièce31. Mais il est remarquable que cette raison d’économie se conjugue à un fait théorique qui constitue un des apprentissages fondamentaux de tous les débutants. La tradition technique échiquéenne enseigne en effet que la « valeur matérielle » des pièces est de 10 pour la Dame, 5 pour la Tour, 3 pour le Fou ou le Cavalier et 1 pour le Pion32. Dans ce parfait rapport mathématique entre les pièces, le Pion joue donc le rôle de l’unité et c’est probablement à ce titre que son initiale a pu aussi facilement disparaître.

38Plus qu’une logique spatiale, la notation descriptive livre donc une logique sociale, une logique de l’origine et s’oppose en cela à la notation algébrique qui implique l’atomisation de chaque pièce. Dans le premier cas, ce sont les objets que contient l’espace qui servent à le penser ; dans le second cas, l’espace est véritablement premier et peut même désigner l’unité matérielle élémentaire.

De la nécessité d’écriture

39Cette comparaison entre les notations algébrique et descriptive a donc mis en évidence que leur conception de l’espace et de la matière repose sur des présupposés radicalement différents. Une dernière distinction mérite d’être traitée en conclusion car elle semble s’établir sur la base de la trop classique antinomie entre écrit et oral.

40La notation algébrique se situe assurément du côté de l’écrit puisque renonciation d’un coup, tel « Fg5 » (Fou g5), appelle une dénomination des cases qui ne peut pas prendre naissance dans l’oral. Penser « g5 » requiert en effet la présence d’un tableau à double entrée qui relève par définition de l’écrit. Les échiquiers qu’utilisent actuellement les joueurs de compétition se distinguent ainsi des échiquiers des joueurs "ordinaires" par la rangée de chiffres et de lettres qui les encadrent. La présence de ces signes imprimés à même l’échiquier conduit d’ailleurs à considérer celui-ci comme le premier des textes échiquéens : c’est à l’aide de ce texte-échiquier que les compétiteurs inscrivent leurs coups sur la feuille de partie ; c’est sur lui qu’ils concrétisent leurs lectures échiquéennes. La nature originellement écrite de formules comme « g5 » n’empêche cependant pas ces formules d’investir totalement l’univers de la communication orale. L’auditeur profane doit ainsi être quelque peu surpris d’entendre -sans la présence d’un quelconque échiquier - une conversation argumentant sur la façon de soutenir d5 sans affaiblir h7. Ces manières de parler trahissent un écrit verbalisé.

  • 33 Le Fou du Roi échappa à cette estampille car son mouvement en diagonale le rend distinguable, tout (...)

41La notation descriptive ne transforme pas, quant à elle, l’échiquier en texte. La connaissance de la position de départ des pièces suffit en effet aux joueurs pour déterminer le nom des colonnes. Comme en revanche le nom attribué aux pièces sur l’échiquier (par exemple Tour de la Dame vs Tour du Roi), évident au début du jeu, peut par la suite poser problème, la solution de distinguer à l’aide d’une couronne la Tour du Roi et le Cavalier33 du Roi fut tentée au xixe siècle. Ce marquage "corporel" de l’origine de la pièce constitue ainsi une décision inverse à l’invention de l’échiquier-texte de la notation algébrique.

  • 34 Les abréviations PTR, CD, etc., n’ont jamais été prononcées comme des acronymes.

42A cette absence de texte sur l’échiquier correspond un rapport privilégié entre la notation descriptive et l’oral. La notation descriptive présentée ici sous forme d’expressions comme « FR 3 CD » est en effet issue de textes échiquéens qui, décrivant les coups des parties en toutes lettres, conservaient apparemment à ces inscriptions la structure de phrases orales. Le célèbre ouvrage de Philidor (1749) - par ailleurs révolutionnaire pour le développement de la technique du jeu - s’encombre ainsi d’un texte qui ignore quasiment tout abrègement puisqu’il est entièrement composé d’énoncés comme : « Le Fou du Roi à la 3e Case du Chevalier de sa Dame ». Comme l’utilisation ultérieure d’abréviations34 a conservé cette structure de la phrase (tout en augmentant bien sûr la densité du texte), les partisans de la notation descriptive ont avancé que sa supériorité provenait de son caractère plus naturel, moins artificiel que la notation algébrique. La notation descriptive apparaît donc, à l’inverse de la notation algébrique, comme un oral transcrit.

43Cette opposition oral transcrit / écrit verbalisé doit cependant être considérée avec beaucoup de précautions car on peut douter qu’une expression comme « Le Fou du Roi à la 3e Case du Chevalier de sa Dame » surgisse "spontanément" au cours d’un échange verbal. Le caractère hautement formel d’une telle expression est le résultat d’une "domestication" de la parole car, pour évoquer les cases ou les pièces, un oral resté "vierge" de toute influence écrite utilise en priorité des déictiques. Aussi la formulation en langue dite naturelle des coups échiquéens ne doit pas dissimuler que de telles expressions n’existent en fait que pour être écrites. De même que la parole qui dicte modifie son rythme, sa structure, sa syntaxe, ou que le modèle photographié « prend la pose », le coup d’échecs affecte dès son énonciation orale une forme typiquement écrite.

44Considérer d’ailleurs que l’écrit n’est que la transcription de l’énonciation d’un coup revient à oublier qu’il n’y a au départ ni notation, ni parole, mais mouvement. Seule la nécessité de garder en mémoire, ou de communiquer le geste qui déplace la pièce sur l’échiquier, implique ce recours à la parole ou à la notation. Or cette traduction du geste en parole s’avère absolument indispensable lors des parties « sans voir » où le joueur « à l’aveugle » reçoit communication des coups de son adversaire et annonce lui-même les siens. Sans aller jusqu’à établir un lien de filiation entre jeu à l’aveugle et notation des parties, il faut reconnaître qu’une même contrainte gouverne ces deux pratiques. On comprend dès lors que le lecteur d’un article sur l’histoire orientale du jeu « sans voir » se soit étonné de n’y relever aucune allusion à la manière dont les coups étaient transmis au joueur « à l’aveugle » : « Ce qui est curieux à propos de tous ces récits, c’est l’absence de référence à une notation échiquéenne sans laquelle le jeu sans voir est presque inconcevable » (Reinfeld 1951 : 229).

  • 35 On voudra bien comprendre que cette formule ne concerne que le seul jeu d’échecs et qu’il n’est en (...)

45Faute de système de notation, une partie d’échecs ne laisse aucune trace. Aussi est-ce grâce à l’écriture que les joueurs peuvent considérer que les échecs sont non seulement un jeu mais aussi une science et un art. En affirmant que leur jeu connaît une accumulation de savoir et ouvre au plaisir esthétique de répéter des parties brillantes, les joueurs prennent le contre-pied des philosophes qui limitent singulièrement la portée du Jeu lorsqu’ils le qualifient abusivement d’« improductif ». Comme l’écriture se révèle être au cœur de ce dispositif productif35, on considérera avec attention une dernière historiette car elle met ironiquement en scène une astucieuse solution pour pallier l’absence de notation :

Au cours de l’été dernier, le hasard d’une panne d’automobile me fit pénétrer dans une humble auberge de campagne. Jugez de mon étonnement en apercevant, sur une étagère... un échiquier dont les pièces, rangées en bataille, semblaient attendre les joueurs qui, sans doute, les avaient momentanément abandonnées. Je m’inquiétais de ces indifférents auprès de l’aubergiste. « Hélas, me répondit celui-ci, cette partie ne sera jamais terminée ! Ils étaient deux partenaires inséparables, amis de toujours. Fréquemment, ils se retrouvaient à cette petite table et consacraient des heures entières à leur jeu favori. Un soir qu’ils disputaient, le plus cordialement du monde, la partie que vous voyez inachevée, l’un deux, qui avait les blancs annonça mat en 2 coups ; il allait jouer lorsqu’il tomba, frappé d’une embolie au cœur sous les yeux épouvantés de son vieux camarade, impuissant à lui porter secours. C’est alors qu’en rangeant l’échiquier, j’eus l’idée d’y coller les diverses pièces afin de leur conserver la place qui leur avait été donnée par mon malheureux client » (A. Marceil, in Fédération française des échecs, 15 janvier 1929 : 25-26).

46Ne disposant ni des mots (il ne sait probablement même pas jouer), ni des signes graphiques (c’est un campagnard, autant dire un paysan illettré), l’aubergiste invente la forme la plus primitive d’écriture qui soit pensable : celle où l’objet se représente lui-même. Aussi inversée que soit cette image de l’anti-joueur, elle ne fait donc que confirmer qu’au jeu d’échecs est littéralement collée la nécessité d’écriture.

Bibliographie

Bibliographie

Arrabal, F. 1984. Échecs et mythe, Paris, Payot.

Auroux, S. 1994. La révolution technologique de la grammatisation. Introduction à l’histoire des sciences du langage, Liège, Mardaga (Philosophie et langage).

Biou, J. 1976. « La révolution philidorienne », in Le jeu au xviiie siècle, Aix-en-Provence : 61-68.

British Chess Magazine 1923-1932. An Anthology, 1986, St Leonards-on-Sea, British Chess Magazine.

Giffard, N. & A. Biénabe. 1993. Le guide des échecs, Paris, Robert Laffont (Bouquins).

Goody, J. 1979. La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, traduit de l’anglais par J. Bazin et A. Bensa, Paris, Éditions de Minuit.

Greco, G. 1689. Le jeu des eschets, Paris.

Hooper, D. & K. Whyld. 1988. The Oxford Companion to Chess, Oxford, Oxford University Press.

Kasparov, G. & R. Keene. 1989. Batsford Chess Openings 2, London, B.T. Batsford.

Latour, B. & S. Woolgar. 1988. La vie de laboratoire, la production des faits scientifiques, Paris, La Découverte.

Le Lionnais, F. & E. Maget. 1974. Dictionnaire des échecs, Paris, puf.

Murray, H.-J.-R. 1913. A History of Chess, Oxford, Oxford University Press.

Philidor, A.-D. 1749. L’analyze des échecs : contenant une nouvelle méthode pour apprendre en peu de tems à se perfectionner dans ce noble jeu, Londres.

[Poirson]. 1836. Nouvelle notation pour les parties ou les coups d’échecs quelle que soit la couleur des pièces échues à chacun des deux joueurs, s.l.

Reinfeld, F. (éd.). 1951. The Treasury of Chess Lore, Londres.

Wendling, T. 1996. "Jouer avec le temps  : la pendule des joueurs d’échecs", L’Homme, 138 : 87-109.

Notes

1 Les traductions des textes originaux en anglais sont de l’auteur.

2 Deux systèmes de guillemets sont utilisés dans l’article. La présence de doubles apostrophes ("-") indique que le terme ainsi mis en relief doit être considéré avec une certaine distanciation. Les autres guillemets (« - ») signalent soit des expressions typiques du vocabulaire échiquéen, soit des citations d’auteurs.

3 Bien que l’histoire ne donne ni la partie, ni la position atteinte à l’arrêt du jeu, on peut remarquer néanmoins que ce coup « TR x C » évoque dans sa formulation un « sacrifice de qualité » car la Tour - qui possède ordinairement une valeur supérieure à celle du Cavalier - doit très probablement être reprise. Ce coup suggère donc que le médium perd du « matériel » ce qui est normalement défavorable. Mais dans certaines positions, un tel « sacrifice de qualité » pour surprenant qu’il puisse paraître peut, à l’analyse, se révéler être prometteur et c’est ce que semble suggérer la remarque de l’auteur sur la valeur de ce coup. Le coup indiqué par l’auteur de l’article ou, si l’on préfère, le coup transmis par le médium décédé possède donc une puissance évocatrice qui concourt au succès de cette histoire auprès d’un public averti qui non seulement y reconnaît une forme échiquéenne mais s’imagine en plus le type de manœuvre auquel ce coup peut correspondre. En bref, le lecteur, s’il est bon joueur d’échecs, est invité à prendre la place du médium dans cette reconstitution à l’aveugle d’une position inconnue.

4 Il existe aussi d’autres histoires, du même genre mais inversées, où une série de questions posées à un grand joueur défunt par l’intermédiaire d’un soi-disant voyant permet d’établir le charlatanisme de ce dernier. Si le spirite est en effet capable de fournir une réponse aux questions anodines tout d’abord posées, il se trouve par contre brutalement démasqué lorsqu’on demande à l’esprit dont il se fait l’interprète : « Que faut-il jouer au 9e coup de l’ouverture qui s’appelle le Gambit Evans ? » (cf. par ex. Reinfeld 1951 : 30-33.)

5 On trouvera dans les différents dictionnaires d’échecs une entrée "notation" qui énumère les principaux systèmes. L’excellent Oxford Companion to Chess de Hooper et Whyld précise de plus les composantes essentielles de tout système de notation.

6 La notation italienne a comme particularité essentielle de numéroter les cases de 1 à 64.

7 On remarquera que ces deux dernières citations sont extraites d’une anthologie parue en 1986 alors que les joueurs anglais venaient tout juste d’adopter la notation algébrique. Le choix de reproduire cette discussion ancienne n’était peut-être donc pas dénué de toute considération quant au présent.

8 La seule exception concerne, dans le jeu actuel, le mouvement du « roque » qui consiste en un déplacement simultané de la Tour et du Roi. Chaque camp ne peut roquer qu’une seule fois dans la partie.

9 Excepté dans la « prise en passant », mouvement relativement rare où le pion prend un pion adverse (qui vient de se porter en avant de deux cases) comme si ce dernier n’avait avancé que d’une case.

10 En notation algébrique, la manœuvre consiste en ces coups : 1. e4, ... 2. Fc4, ... 3. Df3, ... 4. Dxf7 mat.

11 De fait, l’écriture servait déjà dans la civilisation musulmane à transcrire certaines positions du jeu d’échecs au ixe siècle. Il faut néanmoins voir dans la transformation de la règle au xve siècle, l’origine d’une véritable révolution dans l’usage échiquéen de l’écriture.

12 Les succès qu’enregistrent encore en 1996 les meilleurs joueurs mondiaux en face de machines qui en quelques secondes "calculent" plus de coups qu’un champion professionnel en une vie entière, constituent une preuve incontestable de la qualité du savoir ainsi accumulé.

13 Si les coups sont bien appris sous forme de liste, leur apprentissage s’accompagne néanmoins d’une certaine reconstitution mentale de l’échiquier (comme lors d’une partie à l’aveugle).

14 L’importance de la mémorisation subit des variations très importantes d’un joueur de compétition à l’autre. Mais même relativement "peu" développée, cette faculté est toujours présente et tire sa force de l’écriture.

15 Le développement actuel de cours d’échecs pour joueurs de tous niveaux est en train de modifier ce que d’aucuns ramenaient à l’individualisme forcené du joueur d’échecs. L’enseignement des échecs était en revanche institutionnalisé depuis longtemps dans l’ex-Union soviétique (Palais des Pionniers, etc.).

16 La feuille de partie sert aussi de preuve des coups joués et de contrat entre les deux joueurs.

17 La première question posée à un inconnu vise à établir s’il entre dans la hiérarchie du classement.

18 Bulletin de la Fédération française des échecs, janvier-mars 1922 : 14.

19 On en trouve une version dans Arrabal (1984 : 83-85).

20 Rappelons que la Dame est la pièce la plus puissante sur l’échiquier et que gagner celle de l’adversaire présage donc une victoire aisée.

21 Cf. par exemple, la variante connue de la défense russe : (en notation algébrique) 1.e4, e5 2.Cf3, Cf6 3. Cxe5, Cxe4 qui fait immédiatement perdre du matériel aux Noirs après 4.De2.

22 D’un point de vue logique et technique, il est évidemment équivalent que ce soient les Blancs ou les Noirs qui commencent. Le jeu garde une même structure. La notation algébrique nuit cependant à la comparaison de parties similaires débutant par des couleurs différentes ainsi que le montre l’exemple suivant de la « défense des deux cavaliers de l’ouverture italienne » qui s’écrit soit 1. e4, e5 ; 2. Cf3, Cc6 ; 3. Fc4, Cf6 (les Blancs débutant), soit 1. d4, d5 ; 2. Cc3, Cf6 ; 3. Ff4, Cc6 (les Noirs débutant). Le système descriptif donne en revanche, quelle que soit la couleur favorisée par le « trait », une notation unique : 1. P 4R, P 4R ; 2. C 3FR, C 3FD ; 3. F 4FD, C 3FR. Il n’est pas nécessaire d’être joueur pour réaliser simplement de visu que l’alternance des couleurs nuisait à l’adoption de la notation algébrique.

23 On pourrait (comme entre les deux camps) placer un miroir entre Roi et Dame.

24 Pour une opinion plus nuancée sur l’origine du jeu par un grand historien des échecs, voir Murray 1913 : 46.

25 On notera qu’il n’est jamais fait usage de l’opposition gauche / droite dans les échecs modernes. (Elle existait dans la notation arabe, cf. Murray 1913 : 229.)

26 Cf. la note 21 sur l’ouverture russe.

27 Il faut remarquer qu’une notation purement spatiale n’indiquant que les cases de départ et d’arrivée aurait été suffisante d’un point de vue purement méthodique.

28 Cf. par exemple Greco 1689.

29 Il serait évidemment absurde de considérer que l’arrangement des pièces sur l’échiquier, ou encore le système de notation afférent, "reflète" l’organisation de la société où se pratique le jeu. On peut tout au plus observer ici une certaine adéquation entre des idées politiques et des systèmes de notation.

30 Et non pas CR 1 CR comme ce coup fut noté ultérieurement.

31 Les coups de Pions représentent cependant bien moins que la moitié de l’ensemble des coups.

32 Le Roi ne pouvant être pris n’a aucune valeur ou, ce qui revient au même, une valeur extrême.

33 Le Fou du Roi échappa à cette estampille car son mouvement en diagonale le rend distinguable, toute la partie, du Fou de la Dame.

34 Les abréviations PTR, CD, etc., n’ont jamais été prononcées comme des acronymes.

35 On voudra bien comprendre que cette formule ne concerne que le seul jeu d’échecs et qu’il n’est en aucun cas question de créer une dichotomie entre jeux oraux improductifs et jeux écrits productifs.

Table des illustrations

Légende a) Notation descriptive : Il est important de signaler que ce tableau n’a été conçu que dans une vue « didactique » car les échiquiers utilisés dans le contexte d’une notation descriptive ne comportent aucune inscription sur le côté.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3972/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende b) Notation algébriqueDiagrame
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3972/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540