Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Par écrit

 | 
Daniel Fabre

I. Les passages à l'écriture

Un modèle épistolaire populaire

Les lettres d’émigrés béarnais

Ariane Bruneton-Governatori et Bernard Moreux

Texte intégral

1Arrivé à destination, il fallait s’y mettre, se jeter à l’eau, obligé désormais de dire par écrit. Encore cette première lettre ne posait-elle pas trop de problèmes, l’essentiel étant d’envoyer un signe de vie. Après, par contre, c’était une autre paire de manches. Pourquoi s’y mettre aujourd’hui, plutôt que demain, pour dire quoi, et comment ?... Et pourtant, ces lettres étaient désormais essentielles. Elles allaient être le seul lien tangible, important et dérisoire, assuré contre vents et marées (courrier perdu, sans réponse, malentendus et mal-lus de toutes espèces), avec la famille et la communauté villageoise et ce, en dépit des « pays » allant et venant et pouvant, au besoin, colporter des nouvelles.

2Les lettres d’émigrés appartiennent au registre de l’écriture « obligée » et émanent de gens qui, bien souvent, ne sont pas des familiers du monde de l’écrit. De fait, elles constituent une forme épistolaire assez particulière, alliant les registres de l’écrit et de l’oral en un résultat largement dissonant : si la lettre d’émigré comprend en partie centrale, des informations libres exprimées de manière assez proche de la communication orale, celles-ci sont encadrées, muselées, pourrait-on dire, par des schémas et formules d’ouverture et de fermeture, faisant, eux, très nettement référence à l’écrit.

3L’idée nous est d’abord venue que le déroulement de ces lettres, célébratif et emphatique dans les parties initiales et finales, calquait inconsciemment le déroulement d’une « visite au pays » (Bruneton-Governatori et Soust, à paraître), où la conversation est toujours introduite par des précautions oratoires visant à mettre les interlocuteurs en état de pouvoir communiquer. Cette hypothèse néanmoins ne rendait pas tout à fait compte du caractère précisément très « écrit », des entrées en matière et prises de congé. Il semble plutôt que cette forme soit à mettre en relation avec le statut même de ce type de lettre, lettre « publique » tout autant que familiale et privée, en tout cas destinée à un public plus large que les seuls destinataires mentionnés.

Le corpus Les scripteurs
A ce jour, le corpus se compose de 476 lettres auxquelles peuvent être ajoutées 59, parties de France et conservées sous forme de brouillon ou lettres véritables retrouvées aux Amériques. Plus de la moitié proviennent d’Amérique du Sud (288 lettres, soit 60 %), le reste venant d’Amérique du Nord (178 lettres, soit 37,3 %) et 10 d’Australie. Ce chiffre n’est en rien considérable ou remarquable. Ce qui l’est davantage, c’est le fait qu’elles émanent de 111 scripteurs ; parmi eux 19 femmes, assez souvent des veuves qui prennent le relais. Un peu plus du tiers des soixante et un fonds recueillis ne comporte qu’une ou deux lettres ; si on les regroupe avec ceux ayant jusqu’à sept lettres, on arrive aux deux tiers. Le dernier tiers se compose de fonds comportant jusqu’à trente-trois lettres. Les lettres ayant été, pour la plupart, recueillies auprès de particuliers, la spécification « béarnaise » du corpus (92 %) est plus le résultat d’une inscription locale du groupe de recherche que le reflet de l’importance de l’émigration béarnaise (par ailleurs souvent sous-estimée) dans le département des Basses-Pyrénées et alentours.
Excluant la collecte des lettres du xviiie siècle qui correspondent à une émigration de type commercial et bourgeois, les lettres réunies s’étendent de 1803 à 1948 mais la période la plus représentée va des années 1885 à 1897 avec 214 lettres (45 %) toutes provenances confondues, France incluse, suivie d’une période 1905-1920 qui voit une réactivation de la correspondance à l’occasion de la Première Guerre mondiale (118 lettres, soit 24,7 %). L’étalement sur un siècle et demi de ces correspondances recueillies, affecte peu l’homogénéité du corpus, les variations de langue et de style dépendant surtout du statut socioculturel des scripteurs.
Cerner le profil des scripteurs est loin d’être toujours possible. On pourrait dire que cela revient à cerner le profil des émigrés et les causes du départ. L’échantillon constitué couvre toutefois une palette d’origines sociales et de motivations au départ plus diversifiées qu’on n’a coutume de le dire (Papy, sous presse). Parmi les vingt-trois scripteurs dont nous avons cinq lettres au moins, nous avons pu identifier un gros propriétaire (qui part pour rembourser des dettes), sa femme et ses enfants, quatre fils de propriétaires aisés, un greffier et ses deux fils, un boulanger, un fils de tisserand et saisonnier, un berger pauvre, des fils de petits propriétaires, un chirurgien... De conditions de fortune sans doute différentes, n’ayant pas les mêmes raisons de partir, ils sont cependant unis par une même caractéristique, ce sont tous des ruraux. Aux Amériques, trois deviennent « teneurs de livres » (c’est-à-dire comptables-magasiniers), deux travaillent dans une blanchisserie, un va être économe dans une plantation, un autre s’occupe d’une industrie de boissons gazeuses, deux vont faire du commerce, deux vont être éleveurs, cinq cultivateurs, un sera garçon de café, un autre chercheur d’or, un autre, enfin, exerce le métier de chirurgien... On aimerait détailler davantage ou en savoir plus, mais les scripteurs ne nous en donnent guère les éléments.

  • 1 Cf. Branca-Rosoff 1992 : 66-67, à propos des soldats béarnais de la Révolution et de l’Empire.

4Conçue et pensée comme un « hommage » (Thomas et Znaniecki 1918) à la famille, la lettre, exhibée ou lue aux autres membres de la communauté, devait pouvoir manifester que l’émigré n’était pas le fils perdu de l’histoire, qu’il continuait à participer de sa société d’origine1, respectant les codes et les modèles en vigueur ; et ce, tant au niveau de la présentation (le souci de la jolie lettre), du contenu (en dire le moins possible sur ce qui ne concerne pas directement le groupe), que de la forme (utiliser des formules montrant que la lettre qui circule est un des termes de l’échange, valeur sous-jacente aux rapports sociaux du groupe). C’est peut-être cette nécessité de réaffirmer, à chaque fois, que la lettre est un don supposant un retour, qui favorisa l’utilisation et la perpétuation de ces formules « rituelles », et c’est leur contraste avec le style plus libre de la partie centrale, évoquant effectivement une rencontre de visu, qui contribue à donner le ton d’une forme épistolaire spécifique.

Écrire

5Dès la fin de la première année de séparation qui peut avoir donné lieu à un échange de quatre ou cinq lettres, le rythme de la correspondance s’espace pour tourner, sauf raisons particulières (problèmes de conscription par exemple), autour de deux par an. Il décroît ensuite pour reprendre éventuellement, au soir de la vie, lorsque les liens ont été distendus au point d’avoir besoin de redemander l’adresse d’un frère ou d’une sœur, le nombre de ses enfants, etc. Bien sûr la question se pose de la conservation de l’ensemble des lettres ; même dans les fonds qui nous apparaissent les plus suivis et complets, des lacunes sont certaines.

  • 2 Les graphies reflétant des prononciations régionales (u pour eu par exemple) se font de plus en plu (...)

6Lorsqu’ils se mettent à l’ouvrage, les scripteurs ne sont pas totalement démunis. Très peu nombreux sont ceux qui font appel à un « écrivain ». Leur compétence linguistique est certes variable : parmi les vingt-trois dont nous possédons au moins cinq lettres, un seul écrit un français standard impeccable, dans un style aussi noble que son nom (de Menditte), tandis que quatre ne disposent que d’une graphie rudimentaire ; une fois celle-ci décryptée, on s’aperçoit que deux d’entre eux ont également du mal à construire des phrases compréhensibles. Ce n’est pas le cas de la grande majorité, qui se situe entre ces deux extrêmes, c’est-à-dire dans les différentes strates d’un français régional qui prolonge celui du xviiie siècle (Moreux 1991), avec toutefois un rapprochement graduel de la norme. Huit d’entre eux se situent autour de ce qui ressemble à une norme régionale2. Toutefois les confusions lexicales et le galimatias guettent la plupart de ceux qui se hasardent à des réflexions morales ou à des effusions. L’ardeur de ces dernières finit cependant par donner une certaine grandeur aux lettres de Montaut, berger qui n’est allé à l’école que pendant un mois mais qui, du fond de la pampa, s’inquiète du sort de « la bibliothèque de [ses] livres papiers et lettres ». Même dans ces conditions peu favorables (il a poursuivi seul son apprentissage de la lecture et de l’écriture), il lui était plus facile d’écrire en français qu’en béarnais, langue qui resta pourtant, jusqu’à la dernière guerre, la langue maternelle de tous les ruraux. Celle-ci étant exclue de l’école, la circulation d’écrits en béarnais se limitait à certains cercles cultivés. Les rares bribes de patois qui apparaissent dans notre corpus sont ainsi souvent difficilement compréhensibles.

7A cette compétence linguistique (parfois minimale) s’ajoute une compétence spécifiquement épistolaire. L’examen des lettres va montrer que leurs auteurs, quand ils entreprennent d’écrire une lettre familiale, ont en tête un schéma, à la fois thématique, structurel et langagier. Ils savent qu’ils sont censés aborder tel et tel thème et à quel moment de la lettre il convient de le faire ; une partie de ces contenus est présente à leur esprit sous la forme de schémas et d’énoncés en quelque sorte préécrits, de formules donc. Or cette structure, chacun de ces schémas, chacune de ces formules, se retrouvent (avec des variations) chez un nombre de scripteurs et dans un nombre de lettres tels qu’on est obligé de poser l’existence d’un modèle épistolaire connu et utilisé, plus ou moins rigidement, par tous (chaque élément a une fréquence variable selon les scripteurs ; telle formule peut ne jamais apparaître chez tel ou tel). Parmi les vingt-trois scripteurs mentionnés ci-dessus, seuls deux (dont le hobereau, de Menditte) s’écartent résolument de ce modèle dont nous justifierons plus loin la qualification de « populaire ».

Le prélude : de l’épistolaire à l’oral

8Le prélude, comme l’appelle l’un des scripteurs étudiés, n’a rien à voir avec l’exorde de la rhétorique tel qu’il a été transposé dans l’art épistolaire (Haroche-Bouzinac 1995 : 19-20). Il ne vise que secondairement à capter la bienveillance (sauf, pourrait-on dire, avec le thème de l’excuse) ou à retenir l’attention du destinataire (celle-ci est acquise d’avance). Son rôle n’en est pas moins crucial : il s’agit, pour le scripteur « populaire », de satisfaire aux exigences, pour lui impératives, de l’écrit (et, plus précisément, de l’épistolaire), afin d’instaurer la possibilité d’une communication par ce canal inhabituel pour lui. Le prélude lui-même inaugure cette communication en y transposant le thème initiateur de bien des échanges oraux, la santé.

9Le début des lettres s’aligne le plus souvent sur l’un des deux types suivants :

10- « Je vous écris ces quelques lignes pour vous donner de mes nouvelles (qui sont assez bonnes pour le moment). »

11- « Je réponds à ta lettre (du : date d’envoi) qui m’a fait un grand plaisir de savoir que vous jouissez d’une parfaite santé. »

12et se termine dans les deux cas de façon identique :

13- « Je vous dirai que je me porte bien et je désire que la présente vous trouve de même (qu’elle me quitte). »

Le cadre épistolaire

Lettre de Joseph Lamaison

  • 3 Cf. Lacroix 1984: 172 sq. ; Dauphin 1991 : 229-230; Haroche-Bouzinac 1995: 88-91.

14Le bourgeois ou l’écrivain considère bien la lettre comme un mode particulier de communication, qui a ses règles propres, mais il s’efforce de lui faire rejoindre le style de la conversation, c’est l’enseignement de base des Secrétaires3. Il cherche à masquer cet effort même. La plupart des scripteurs de notre corpus, au contraire, multiplient les marques distinctives de l’écrit, à l’image des textes officiels et administratifs. Pour eux, l’écrit n’est pas une transposition, la plus transparente possible, de l’oral : il a une dignité propre, jusqu’à laquelle il convient de se hisser, à laquelle il faut rendre hommage, avant de se permettre d’émettre des informations qui auraient pu être échangées dans une conversation. Ces marques de l’écrit sont cependant propres à la lettre et démarquent celle-ci des autres types d’écrits : « Je vous écris cette lettre pour vous donner de mes nouvelles » (par exemple) explicite non seulement le statut du texte comme tel, mais aussi le genre dont celui-ci relève : la lettre et, plus précisément, la lettre familiale. Le destinataire ne peut qu’être heureux de voir qu’il ne s’agit pas d’une réclamation, d’une assignation, etc. Il pressentira aussi que la lettre n’annonce pas une maladie grave ou un deuil, déjà marqué par le papier encadré de noir : en ce cas, le scripteur évite ou abrège généralement l’entrée en matière habituelle.

Transcription de la lettre de Joseph Lamaison

Montevideo 14 Mai 1867
Mon Cher Père
c’est avec un grand plaisir que je vous ecrit ces deux lignes, pour vous faire s’avoir l’état de ma sante dieu merci je me porte très-bien et je souhaite que la presente vous trouve de même
Cher père si je n’ai plus tot repondu a votre derniere lettre, voisi pourqu’oi, par votre lettre vous me disiez que j’allais tirer au sort le mois de janviet ou fevrier, et qu’ausitot que je l’aurais tire vous m’auriez ecrit de nouveau mais voyant que vous ne m’avez pas écrit sa serra parce que j’aurai tire quelque petit numéro : ont m’aura peut être mi soldat de la reserve : mais peut m’importe c’est Dieu qu’il la voulu, il faut prendre passiance, sa ne m’ampechera pas pourcelà de revenir en france,
J’espère que par la prochaine lettre que vous m’ecrires, vous m’en donnerez quelques details, vous trouverez dans cette lettre, un portrait, c’est Marietta qu’il vous l’envois, elle m’a encharge de vous dire de lui envoyer le votre vous lui fairez plaisir, et en même temps j’espere que vous m’enverriez un pour chaqu’un de nous tous
mes freres Simon Jean Pierre se porte tres bien, et vous embrasse mille fois de coeur, ainsi que Jean et son Epouse et Cadetou, ainsi que toute la famile qu’ils vous font mille compmt vous fairez bien des compliments pour moi a Raymond a Leancina Gerôme et au vieu Jean a Coleta a Jeanne mari sa mère ainsi qu’a ceux de Davancens, ainsi qu’a tous ceux qui demandront de mes nouvelles
votre fils dévoué pour la vie
Joseph Lamaison
dans ce moment ci je me trouve bien pressé, le paquet est en même de partir, par la prochaine lettre je vous en direz d’avantaje
En marge, à gauche : Surtout ne manquez pas deanvoyer votre portrait nous autres nous seronts bien content ainsi que toute la famille réponse a lettre vue
(paraphe)

15Joseph Lamaison, fils du greffier du juge de paix de Lasseube, émigré à Montevideo avec ses deux frères en 1863.

16Le cadre épistolaire est donc strictement tracé : lieu, date (sans mention du jour toutefois), suscription bien sûr, mais aussi référence à la lettre en train de se faire ou à la place de cette lettre dans la correspondance. En effet, l’étude formelle du prélude nous impose ici de distinguer les réponses et les lettres, beaucoup moins fréquentes, que nous appellerions spontanées si ce terme n’était trompeur : même si elles ne sont pas provoquées par la réception d’une lettre, elles restent dans le cadre de l’échange épistolaire, du pacte implicite mais contraignant qui lie l’exilé à sa communauté d’origine. Celui-ci ne connaît pas le pur plaisir d’écrire dont se délecte l’écrivain et même parfois, au-delà d’un pacte analogue, le correspondant bourgeois du xixe siècle. (Dauphin et al. 1995 : 144-145.) Quand elle n’est pas une réponse ou une relance, la lettre est motivée par le désir de communiquer un événement important (décès, changement d’adresse), elle saisit une occasion, accompagne un envoi d’argent, de photo etc.

17La présence sous leurs yeux de la lettre à laquelle ils doivent répondre permet aux scripteurs de parachever l’explicitation du cadre épistolaire : la mention de cette lettre reçue est presque obligatoire. Seules quelques rares lettres se rapprochent du modèle le plus littéraire dans lequel le scripteur répond au contenu de la lettre reçue sans mention de celle-ci : « Tu as raison, j’avais oublié de répondre à ta dernière lettre » (mais, dans cet exemple, ce contenu porte lui-même sur la réception d’une lettre antérieure...). La mention du plaisir éprouvé par la réception de la lettre est constante - la peine ou la surprise peuvent lui être substituées selon les circonstances - mais ce qui est ainsi célébré, c’est la joie d’un échange où personne n’est créancier ni débiteur et non le partage d’une intimité que rien n’évoque, ni dans la lettre reçue ni dans la réponse. Le cadre concret de l’acte épistolaire reste dans le non-dit. « J’accuse réception de vos honorées du 18 Janvier et une segonde du 1er Mars dont elles nous ont fait plaisir surtout d’apprendre que vôtre santé est toujours bonne » (M. Carralot).

  • 4 Dans quelques lettres, l’explicitation de l’énonciation, très brève, introduit directement une inf (...)

18Dans les réponses, la mention de la lettre en train de se faire est facultative et se borne le plus souvent à l’emploi de répondre, qui l’associe à la lettre reçue. Il n’en va pas de même lorsque la lettre n’est pas une réponse : elle ne peut se justifier que par elle-même. Le scripteur évoque donc son propre acte épistolaire, soit directement (« Je vous écris ces quelques lignes [...] »)4, soit par l’intermédiaire d’un topos, occasion, excuse ou reproche : « Je profite du départ de Laurent et Marie-Louise Missé en France pour vous donner de mes nouvelles directes » (Jean Bahurlet).

19Ces « topoi » apparaissent aussi dans les réponses, sauf, par définition, le reproche.

La santé

20Le prélude se termine le plus souvent par le thème de la santé, qui en constitue comme l’aboutissement. La présentation parallèle des santés du scripteur et du (ou des) destinataire(s), sur le mode du constat ou (le plus souvent quand il s’agit de la santé de l’autre) du vœu, est fréquente et souvent explicitée : « C’est avec joie que j’apprends que vous êtes touts en bonne santé quand a moi je puis en dire de même pour le moment » (J. Laplace).

21Ainsi, grâce à la lettre reçue ou à celle qui s’en va telle un messager, se trouve reconstitué le face-à-face où chacun apprécie d’un seul coup d’œil l’état de santé de l’autre. C’est également une mise à niveau des interlocuteurs, préalable à tout échange dans la confrontation réelle (« Ça va ? - Ça va »), condition de tout échange futur dans le cas de la correspondance (Bruneton-Governatori et Soust, sous presse).

22Le parallélisme énoncé entre les deux états de santé peut ainsi être analysé comme le symbole même de l’échange. Si, à un niveau très pragmatique, le souhait sur la bonne santé du correspondant est effectivement ce qui va rendre possible la réponse, à un autre niveau, on trouve peut-être la trace d’un archaïsme de pensée selon lequel une chose que l’on a donnée possède un esprit - le hau comme Mauss se le faisait expliquer par le sage maori de l’Essai sur le don - qui consiste en une sorte de propension à retourner vers son point de départ, entraînant ainsi le contre-don ou l’échange. Si la lettre est pensée comme le vecteur de la (bonne) santé, s’il y a en elle une force à retourner à son point d’émission, il est logique qu’elle ramène par la même occasion la (bonne) santé. C’est ce qu’énoncerait somme toute la formule (soulignée par nous dans la citation suivante) dont le sens n’est pas évident à première lecture : « arrivés dans une parfaite santé je désire bien que la présente vienne vous trouver de même qu’elle me quitte en ce moment » (P. Mon).

23Le thème de la santé constitue évidemment aussi un moyen privilégié de l’entrée en conversation. Cet élément phatique permet aux scripteurs de s’arracher suffisamment aux contraintes de l’épistolarité pour retrouver l’accès au type d’information oral auquel ils sont habitués. Chez une minorité d’entre eux, cet aboutissement est explicité par un « je vous dirai » (ou : « je puis vous dire » ; plus rarement : « je dirai », « je dois vous dire ») « que [je me porte bien] », manifestation de la « structure dialogale » (Branca-Rosoff, 1990a : 123) qui contraste avec le vocabulaire spécifiquement épistolaire (« écrire »/ « lignes »/« la présente ») du début du prélude. Le scripteur est si convaincu de l’importance du thème de la santé qu’il n’hésite pas à y consacrer la plus grande partie de l’espace restreint que lui offrent les cartes postales (on nous a communiqué une centaine de cartes écrites par des émigrés béarnais en Californie au début du siècle).

24Les « nouvelles » constituent un jalon intermédiaire entre l’entrée en matière épistolaire et l’énoncé sur la santé : « Je vous écris ces quelques lignes pour vous donner de mes nouvelles je suis assez bien [...]. »

25Le mot « nouvelles » désigne génériquement le contenu de la lettre. Utilisé à ce moment du prélude, il fait passer de l’aspect formel de la lettre (« je vous écris ») à son contenu - qui pourrait être celui d’une conversation - et plus particulièrement, au thème de la santé. Ce mot, à lui seul, ne suffit pourtant pas à justifier l’acte même d’écrire : « donner (“faire parvenir”, “envoyer”, “apprendre”, “faire savoir”, “faire”) des nouvelles » n’apparaît presque jamais au début de la lettre mais fait suite à l’explicitation du cadre épistolaire (« je vous écris ces quelques lignes »).

Complexité syntaxique et solennité épistolaire

26Les préludes se présentent souvent sous la forme d’un ou de deux blocs compacts, le scripteur s’ingéniant, au prix de nombreux écarts par rapport à la syntaxe, à introduire des liens de subordination entre les différents éléments, tout particulièrement entre les thèmes de la réception de la lettre, du plaisir provoqué par cette réception et de la santé du destinataire :

Je répond a ta lettre que nous avons reçu il y a qu’elques jours dont nous avons étés très contents de voir que vous êtés tous en bonne santé ce que nous pouvons vous en dire de même que nous sonnes tous très bien pour le present (P. Mon).

27La complexité syntaxique donne au prélude une solennité qui rappelle les textes administratifs et notariaux et illustre bien la fonction d’hommage quasi officielle de la lettre d’émigré.

28Le « Je vous dirai » (ou « Je puis vous dire) que » qui introduit parfois le thème de la santé du scripteur contribue lui aussi à cette complexité syntaxique. Son rôle est donc ambivalent : tout en évoquant la communication orale, il contribue au caractère lourdement épistolaire du prélude (jugement émis du point de vue de l’esthétique bourgeoise ou littéraire, étrangère à nos scripteurs). Le futur ajoute à la solennité, en accentuant le dédoublement de l’énonciateur par la distinction du temps de l’énonciation et du temps de l’énoncé (Branca-Rosoff 1990a : 123).

Formules et variantes

  • 5 Certaines de ces formules sont condamnées par les ouvrages didactiques comme « commerciales » et d (...)

29Cette lourdeur tient aussi au caractère stéréotypé de l’ensemble du prélude, aussi bien au niveau de l’enchaînement des énoncés que du lexique : répétition des mêmes mots d’une lettre à l’autre et d’un scripteur à l’autre ; utilisation (minoritaire cependant) de mots stylistiquement discordants par rapport au vocabulaire du reste de la lettre (« s’empresser de », « prendre la plume », « mettre la plume à la main » - ou à l’inverse -, « sensible plaisir », « votre honorée », « jouir d’une parfaite santé »)5. Mais en fait, l’analyse révèle que le scripteur ne reproduit quasiment jamais des formules toutes faites, il les réinvente à chaque fois en y introduisant de multiples variations (dans l’assemblage des éléments et au niveau lexical) et il sait les adapter aux circonstances : ainsi, dès que le destinataire, le scripteur ou l’un de leurs proches est malade, le déroulement normal du prélude est généralement interrompu. Néanmoins, les éléments qui constituent le prélude s’appuient bien sur des énoncés de base, comme « je désire que la présente vous trouve de même (qu’elle me quitte) », même si Mon, qui utilise 24 fois cette formule, en donne autant de versions différentes.

30Ces variations peuvent aller jusqu’à la réinterprétation :

Alors, mes chers Parents pour ma santè, elle n’est, point, trop bonne cèlle de mon frère est bien meiure Dieu mercie, sperant que votre presente se trouve bien bernes ainsie (L. Lasbies, dans deux lettres) [la présente ne désigne plus la lettre mais la santé].

31Cette Stéréotypie sous-jacente donne au prélude une unité de style où les formules tendent à perdre leur sens littéral dans le cadre d’une signification globale. D’où les incohérences de certaines formules : « bonne et parfaite santé » ; « bonne et heureuse santé » (contamination avec les vœux de nouvel an ?). Parfois aussi le scripteur reproduit un peu mécaniquement les formes apprises : il « s’empresse » de répondre à une lettre qu’il a reçue six mois auparavant, il se réjouit comme il convient de la bonne santé qu’il annonce mais doit bien ajouter qu’il est « pas mal fatigai » (H. Paul) ; une lettre annonçant un décès reste « aimable » (ou « aimable et triste »). Nous avons cependant esquissé plus haut les limites de cette désémantisation : jamais un scripteur n’écrira « je désire que la présente te trouve de même » après avoir annoncé qu’il n’est pas en bonne santé.

La partie centrale : les difficultés du dire

32Une fois établie la possibilité d’une communication libérée des contraintes épistolaires, la plupart de nos scripteurs ne se préoccupent plus de celles-ci avant la partie finale. La partie centrale est consacrée à une communication que nous appelons « libre » bien que la liste des thèmes qui y sont abordés soit assez réduite. Les informations (quoique bien rares chez certains), les questions, les demandes ou recommandations se succèdent sur un rythme et dans un style bien éloignés de la pesanteur du prélude typique. Des mots ou tours propres à la conversation, certains spécifiquement régionaux, d’autres non, affleurent même parfois, même si le passage du parlé à l’écrit se fait sûrement à travers un filtre autocorrecteur :

Desuite que j’ai eu deplie [déballé) la montre je me l’ai mise au gilet et le premier rencontre que j’ai c’est M. Cabarrouy, ensuite Jeandou Barrail, et ainsi de suite, aujourd’hui a la pointe du jour j’ai été enseigne la montre a mon Oncle Joseph il en a été tres content (J. Arnaude).
Papa m’a dit que vous vouliez m’envoyer des pantoufles et des flanelles, surtout de ne m’en envoyez pas, des pantoufles on n’en porte pas et des flanelles elles sont mal faites, des chaussettes en laine je ne dis pas, un petit frommage, si on peut le porter parce-qu’ici il est très mauivais (E. Nouaux).
Pour moi si elle agit ainsi envers toi c’est une vache (J. Peyret).

33Toutefois quelques scripteurs se sentent obligés de répéter des « Je vous dirai que », comme pour se persuader que, même s’ils sont seuls devant leur papier, ce qu’ils font a bien quelque chose à voir avec la communication orale :

Je vou dire que nous avon eu Asé bone ane de ble y Lavé [il avait] ase bon pri Cher Beau Perre Bellemere Je vou dire que nous atandons Anotre Beau Frere Lancestre Mere [Lancestremère] avec la famillé y Ian idé [ils ont l’idée de] vivre ala Cruz alta jevou dire que nous alons etrè bien contan sivienné pour être eun peplu [peu plus] pre nous orons rien quen liu [qu’une lieue] de distanse (J. Baché).

34Dans cet exemple extrême, l’information est découpée en segments dont chacun est introduit par un « Je vous dirai que » (parfois accompagné d’une répétition de la suscription) qui a le même effet paradoxal que dans le prélude : cette invocation du fantôme de la communication orale accroît la solennité propre au texte écrit. Chez les frères Bahurlet, la formule (ou un équivalent), souvent jointe à la réitération de l’inscription, marque assez régulièrement le début de la partie centrale et est ainsi symétrique de la formule qui clôturera souvent cette même partie : « Rien plus à vous dire pour le moment. »

35Du reste, chez ces scripteurs, comme chez ceux (plus nombreux) qui n’en font qu’un usage isolé, cette explicitation de l’énonciation tend parfois à prendre une autre fonction, identique à celle qu’elle a dans les correspondances des épistoliers bourgeois : elle sert (comme à l’oral du reste) à emphatiser des informations importantes ou délicates. Souvent, ce n’est pas le verbe non marqué dire qui apparaît alors, mais un équivalent plus signifiant et moins orienté vers la communication orale : « annoncer », « communiquer » (Jean Bahurlet pour ses promotions), « faire des détails sur » (récits, descriptions), « vous pouvez croire », « sachez ».

36Mais que dire ?

37Le corps de lettre comporte certes quelques informations sur l’émigré : recherche et conditions de travail, problèmes de langue, déboires ou réussite, biographie (mariage, naissance ou décès d’enfants). Mais ces relations sont généralement minimes, du genre :

maintenant je suis marié depuis le 20 septembre dernier avec Marie-Jeanne Casabonne et nous avons une blanchisserie à nous autres même, mais nous avons aussi beaucoup de tracas mais aussi rien sans peine (P. Mon).
mon occupation est de teneur de livres (S. Lamaison).

38Les informations sont particulièrement lacunaires lorsque le métier n’a pas de rapport avec la terre, sans doute pour ne pas mettre les correspondants ayant quelques difficultés à se faire une idée de la situation, en position d’infériorité dans l’échange.

39Par contre, vivant comme c’est souvent le cas au milieu d’une communauté béarnaise recréée, le scripteur consacre toujours beaucoup de place aux nouvelles des autres « pays » : rencontres, événements les touchant, commissions, messages dont il se fait l’intermédiaire et que la lettre va répercuter.

  • 6 Les lettres isolées qui constituent les petits fonds que nous avons pu recueillir, évoquent souven (...)

40Parallèlement, il pose des questions sur le village, la famille et la maison ; il réagit, donne des conseils, affirme sa volonté concernant les arrangements de famille, le devenir de la maison, les conflits de générations ou de fratries6. Il émaille sa lettre de quelques sentences morales et consolatrices : « Sachez, mes bons et tendres parents, qu’un fils imbu de bons principes et d’une affection cordiale n’oublie pas ainsi les auteurs de sa vie » (J. Bahurlet) et fait de temps à autre une allusion (attendue) à un possible retour ou voyage en France.

41A ces informations, s’ajoute parfois la mention de la circulation (envoi ou réception) d’objets ou d’argent qui contribue à matérialiser les liens et l’échange.

42Un autre topos revient fréquemment : une sorte de bilan de l’émigration de type « l’Amérique vaut mieux que la France... » (J. Lamaison).

  • 7 Cet aspect assez essentiel de la lettre d’émigré a été développé ailleurs (Bruneton-Governatori et (...)

43Pour donner du poids à l’avis énoncé, sans doute fallait-il jouer le jeu de la proximité et de la continuité de l’appartenance communautaire ; c’est ce qui rend compte du fait que l’émigré dit finalement très peu de choses du nouveau pays, qu’il tait tout ou partie de ce qui peut contribuer à le faire percevoir comme « étranger »7.

44Mais il est aussi probable que si le contexte (pays, paysage) de l’émigration est quasiment occulté, hormis la relation éventuelle d’événements qui peuvent avoir des incidences sur la vie de l’émigré (guerres civiles, épidémies, données climatiques exceptionnelles, données économiques), c’est là encore pour ne pas déséquilibrer l’échange et mettre le correspondant en situation d’infériorité. Qu’aurait-il à dire là-dessus ? La réalité américaine ne pouvait guère fonctionner comme produit d’échange dans la communication béarnaise. Du reste certains émigrés l’énoncent très clairement : « Nous autres d’ici étant nous ne pouvons rien vous raconter parce que vous ne conessez personne » (P. Mon).

45Parmi ces informations dites libres, on est encore frappé de l’importance accordée à la mention de lettres adressées à tel ou tel de la communauté, et ayant fait, ou non, l’objet d’une réponse. Certes, cela permet de manifester une fois encore qu’on est toujours « dans le coup », partie intégrante du groupe mais on ne peut s’empêcher de faire aussi l’hypothèse que la mention des « débiteurs en lettres », avec prière implicite pour les réceptionnaires de les rappeler à l’ordre, témoigne bien de la valeur de l’échange incarnée par les lettres. La susceptibilité, l’inquiétude de lettres restées sans réponses, qui va parfois jusqu’à supposer que la réponse attendue est en route au moment où le scripteur écrit, témoigne que la correspondance est bien ici le support d’un échange, un donnant donnant, dont l’absence de renvoi est grave puisqu’il interrompt la circularité du lien, qu’incarnent au-delà de la matérialité de la lettre, les vœux sur la santé.

46C’est ainsi que cette partie centrale apparaît comme entièrement centrée sur le terrain partagé, connu, familier somme toute. Rien d’étonnant alors qu’elle soit exprimée assez spontanément, empruntant beaucoup à renonciation orale.

47Du reste, la vie intérieure de l’émigré est singulièrement passée sous silence ; seule l’expression d’une certaine nostalgie est parfois autorisée. La lettre ne reçoit pas de confidences et ne semble pas pensée pour accueillir des choses qu’il semblerait plus facile d’écrire que de dire. Par ailleurs, personne n’exprime les limites que l’écrit imposerait à l’expression de sa pensée.

48Certains scripteurs montrent qu’ils sont conscients de l’opposition entre cette communication libre et les thèmes imposés des parties initiales et finales. En effet, la partie centrale de près d’une centaine de lettres se termine par un énoncé de clôture, aux formulations variées, le schéma le plus fréquent étant « Rien plus » (ou « pas autre chose) à vous dire pour le moment. » Cet énoncé ne signifie pas que la lettre est terminée car, dans la plupart des cas, le scripteur enchaîne sur les thèmes habituels de la partie finale, parfois introduits par un élément restrictif : « Pas autres choses a vous raconter pour le moment que beaucoups de compliments de Marie » (Mon).

49Ce « Rien de plus à vous dire » marque donc la fin du dire instauré dans le prélude par « Je vous dirai que ». Il est normalement suivi par les thèmes canoniques de la partie finale.

La partie finale : le retour de l’épistolaire

50La partie finale va donc affronter le même problème que le prélude, mais en sens inverse : il s’agit de passer de la communication libre, qui relève du dire, à la reconnaissance finale de la spécificité épistolaire à travers les formules de congé.

  • 8 Nous incluons dans la partie finale les post-scriptum et la plupart des annotations marginales.
  • 9 Ces compliments se développent parfois en messages, qui sont comme des condensés de lettres, avec (...)

51Il y a effectivement des points communs entre ces deux parties8. Le retour final à l’épistolaire est parfois explicitement marqué : « Je termine » (ou « finis) (ma lettre »), clôture épistolaire qui introduit le plus souvent la formule de congé finale, fait pendant au « Je vous écris cette lettre » initial, tout en étant moins fréquent. Cette clôture a généralement été précédée par l’un ou l’autre (ou l’un et l’autre) des deux thèmes canoniques de cette partie finale. L’un, la demande de lettres (« Écrivez-moi »/« Répondez-moi »), est symétrique de l’accusé de réception du prélude. La promesse d’écrire, plus rare, correspond au topos initial de l’excuse. L’autre devrait, selon la logique de notre analyse, remplir un rôle identique au thème de la santé ; il s’agit des compliments, salutations provenant de ou envoyées à des personnes autres que le scripteur et le destinataire9. Ce thème a pour rôle essentiel de reconstituer, aux deux bouts de la chaîne (en Béarn et en Amérique), le groupe à l’intérieur duquel se fait la communication orale. Les compliments parachèvent le caractère collectif de la lettre : « compliments à tous nos parents, voisins et amis et à tous ceux qui demanderont de mes nouvelles. » La généralisation qui culmine avec cette formule, assez stable malgré quelques variations, traduit bien aussi la règle d’échange à laquelle est soumise cette communication villageoise : je ne donne de mes nouvelles que parce que tu me les demandes, pour ne pas faire de toi un obligé.

52La partie finale est cependant beaucoup moins codée que le prélude, à l’exception bien sûr des formules de congé. Tout d’abord elle n’est pas construite sur des enchaînements préconstruits ni sur un ordre préétabli entre les deux thèmes canoniques : compliments et demandes de lettres sont volontiers entrelacés ; ce second thème est bien souvent abordé dès la partie centrale (surtout sous la forme de questions précises), au point de rendre parfois incertaine la frontière qui la sépare de la partie finale. Quant aux compliments, ils peuvent être l’occasion de donner des informations « libres », qui s’insèrent ainsi dans les thèmes canoniques, de même que les détails concernant des maladies peuvent s’insérer, mais moins souvent, dans le prélude.

53Les formulations stéréotypées y sont plus rares : en dehors de « compliments à tous nos parents [...] » et de « rien plus à vous dire pour le moment » (qui reste le plus souvent extérieur à la partie finale), on ne peut citer que « bien de compliments », pourtant concurrencé par un bon nombre d’énoncés plus libres (106 formulations différentes chez Montaut !), qui souvent calquent les formules de congé : « Tu embrasseras X pour moi. » Le thème de la demande de lettre ou d’informations échappe presque complètement au stéréotype, sauf en ce qui concerne certaines formules de politesse qui, à l’oral, devraient plutôt relever du registre bourgeois et qui ne sont d’ailleurs pas spécifiques à ce thème (« Vous saurez me dire », « Je voudrais bien savoir », « Ne manquez pas de », « Je te prie de ») ou quelques formules de type commercial comme « Réponse à lettre vue » (surtout dans les post-scriptum), « J’attends une prompte réponse. » Les énoncés les plus nombreux sont des variations sur un schéma de base on ne peut plus simple : « Écrivez-moi », souvent suivi d’une indication de temps (« vite », « souvent » ; « quand [...] »).

54Les formules finales elles-mêmes ne ramènent pas toujours au pur genre épistolaire : elles ne se privent pas de mimer l’oral. « Je vous embrasse » (ou ses variantes) domine dans les lettres familiales de notre corpus, comme dans celles écrites par des scripteurs plus relevés depuis le xviiie siècle (Grassi 1990 : 182). Ce genre de formule est parfois introduit par le très bourgeois « Je vous quitte en... » (et non par « Je finis ma lettre en... »), qui prolonge jusqu’au bout le face-à-face. Néanmoins, même quand ils écrivent à leurs père, mère ou frère, une bonne partie de nos scripteurs préfère finir en manifestant une dernière fois le statut épistolaire de la communication : plutôt que d’embrasser, ils envoient leurs « meilleurs sentiments », « (sincères) amitiés », « compliments », « salutations », 1’« assurance de » leur « estime et dévouements », etc., tous ces mots ou syntagmes étant introduits par « Recevez » ; ou bien encore ils se contentent d’une présignature (« Votre fils et frère dévoué » ; « votre fils pour la vie »). Les « Adieu », répétés pathétiquement dans certaines lettres bourgeoises, sont rares.

Le modèle épistolaire populaire : extension et origines

  • 10 Ce modèle est vraisemblablement en voie de disparition. Néanmoins l’un des rares scripteurs relati (...)

55Il y a donc un modèle sous-jacent à nos lettres, même si les scripteurs ont une bonne marge de liberté à son égard et si certains peuvent être influencés par le type bourgeois et par le type commercial. Apparemment assez stable dans le temps10, il se caractérise :

  1. par sa structure et son organisation thématique : deux parties canoniques (prélude consacré à l’explicitation de l’énonciation et à la santé ; partie finale où s’expriment compliments et demande de lettres) encadrent une partie consacrée à la communication libre (où l’énonciation est parfois réitérée) ;
  2. par le style de la partie initiale, fondé sur un enchaînement préconstruit de formules stéréotypées ; ce caractère formulaire se retrouve, mais atténué, dans la partie finale.
  • 11 A l’exception toutefois des travaux de Branca-Rosoff 1990b et 1992.

56Nous considérons ce modèle comme populaire. En effet, de la consultation d’un ensemble de documents très divers, non limités au Béarn, une évidence s’impose : ce modèle est évité par les scripteurs de statut socioculturel élevé. C’est du reste sans doute la raison pour laquelle il a si peu attiré l’attention jusqu’ici11, malgré la prolifération actuelle des recherches sur l’épistolarité.

  • 12 Un autre scripteur semble totalement étranger à ce modèle mais sa graphie, si ce n’est sa langue, (...)

57En ce qui concerne notre corpus, nous n’apportons sur ce point qu’un argument indirect : le lien entre l’utilisation du modèle d’une part, la langue et le style d’autre part. Si l’on considère les vingt-trois scripteurs dont nous possédons au moins cinq lettres, on voit que de Menditte, le seul qui écrive en français standard, ne suit pas ce modèle12 et que, parmi les quatre qui l’utilisent avec une discrétion qui les rapproche du type bourgeois, trois se situent dans la strate la moins déviante du français régional. Les lettres du quatrième, J.-B. Carralot, sont adressées non à des parents mais à des amis et traitent surtout d’affaires.

58L’un de ces trois scripteurs, père d’émigrés, greffier, manie avec aisance la réflexion morale et l’exhortation. La même facilité de style se retrouve chez de Menditte. Nous supposons que c’est le contact (même peut-être rapide) avec la culture rhétorique et littéraire de l’enseignement secondaire qui bloque ou freine l’usage du modèle populaire : Marie Peyret, qui fait partie de ces quatre scripteurs les plus proches du modèle bourgeois, a séjourné au couvent.

59En revanche, il est impossible de lier le degré de Stéréotypie des autres scripteurs à la « qualité » de leur langue : les utilisateurs les plus stricts du modèle populaire sont les frères Bahurlet, fils de propriétaires aisés, dont l’orthographe est presque impeccable et qui écrivent en un français régional très modal. Nul doute que le respect du modèle de la jolie lettre ne fût apprécié dans leur milieu.

  • 13 Ceux-ci sont, du reste, peu utilisables par les classes populaires ; cf. Chartier et Dauphin, in C (...)
  • 14 Nous avons consulté quinze Secrétaires publiés entre 1837 et 1865 (la plus grande partie d’entre e (...)

60Ce caractère populaire se dégage aussi a contrario : c’est un modèle non lettré. Les Béarnais n’appliquent pas les conseils des Secrétaires13, et ils n’ont pas pris au sérieux les enseignements de l’école sur la manière d’écrire une lettre14. Leurs lettres n’ont en commun avec le modèle diffusé par ces voies reconnues, voire officielles, que la mention de la date et du lieu, la suscription, les formules finales et la signature. Ces ouvrages didactiques recommandent en effet de gommer toutes les autres marques d’épistolarité, en tout cas dans les lettres familiales : pas d’explicitation de renonciation (sauf dans les topoi comme l’excuse ou le reproche), pas d’accusé de réception, peu de « compliments », donc pas de partie introductive ni conclusive. Leur idéal épistolaire est réalisé par les écrivains, et d’abord par Mme de Sévigné.

61La correspondance bourgeoise s’écarte déjà de ce modèle idéal : on y retrouve l’organisation tripartite du modèle populaire avec, au début, la mention de la lettre reçue avec plaisir, et, à la fin, la demande de lettres et les compliments. Elle se distingue cependant nettement du modèle populaire par l’utilisation du ton de la conversation dans toute la lettre, donc par le refus d’expliciter l’énonciation (sauf dans les topoi), par l’absence de blocs formulaires aussi visibles que notre prélude, mais aussi par la fonction tenue par le thème de la santé. Bien qu’il occupe une grande place dans les correspondances bourgeoises (Chotard-Lioret 1985), il y est traité comme une information libre et non comme un thème canonique avec une place assignée et des formulations aussi visiblement stéréotypées.

  • 15 Lettre n° 459 (éd. Garnier) citée par Bossis (dans Écrire, publier, lire : 220). Il arrive du rest (...)
  • 16 « Je m’empresse de vous donner de mes nouvelles/ Je suis bien aise d’apprendre que vous jouissez d (...)
  • 17 « J’attendais l’absence de papa pour vous demander de vos nouvelles et vous donner des miennes » ( (...)

62Même s’ils évitaient soigneusement de le recommander ou de l’utiliser, les auteurs de ces ouvrages didactiques, les écrivains et sans doute aussi les épistoliers bourgeois connaissaient certainement le modèle populaire. G. Sand parodie la formule « je désire que la présente vous trouve de même15 », formule qui, ainsi que quelques autres, affleure çà et là dans les ouvrages didactiques (Carraud 1855 : lettre lxv), où elles sont parfois mises sous la plume de soldats, de cuisinières ou d’enfants16, et dans les lettres d’enfants nobles17.

  • 18 Bouscayrol (1989). Lettres de maçons de la Creuse aimablement communiquées par S. Pinton (les comp (...)
  • 19 Cf. la citation donnée par Branca-Rosoff (1990 : 23). Desbois (1990) résume ainsi la lettre type d (...)

63Si ce modèle est aussi connu, bien que rejeté, c’est évidemment qu’il n’est pas spécifique aux Béarnais, émigrés ou soldats (Staes 1979). C’est lui que suivent, avec des variantes régionales, d’autres scripteurs populaires, eux aussi migrants ou soldats à la même époque : Auvergnats, Creusois, Alsaciens18. Il est présent dans des lettres de poilus19 et il semble actuellement toujours vivant chez des Tsiganes, comme le montrent des lettres aimablement communiquées par P. Williams :

Chère père, chère sœur, et frères. Je vous écris cette lettre avec beaucoup de retard. J’espère que cette lettre vous trouvera tous en bonne santé [...]. Je vous dirai que [...]. Je te dirai que [...]. Chère père, chère sœur, et frère, je ne vois plus grand chose à vous dire, je vous embrassent tous très fort (1995).
Je fait réponse à ta lettre qui nous à fait grand plaisir de savoir de tes nouvelles, tant qua nous la santé est bonne Je te fait savoir que [...] [avec vœux de santé dans la partie finale] (1973).

  • 20 Erickson 1972, O’Farrell 1984, Schelbert 1977, Heibich et al. 1988, Cheda 1980, Thomas et Znanieck (...)

64Un régent d’Arette fournit notre attestation la plus ancienne du prélude typique, avec une variation noble sur un thème connu : « Je supplie le seigneur que celle-ci vous trouve en aussy bonne disposition » (1767 ; ad P.-A. 1Mi 153). On remonte plus loin dans le temps si l’on élargit le cadre géographique. Les corpus de lettres d’émigrés anglais, écossais, irlandais, allemands, suisses-allemands (celui-ci remonte au début du xviiie siècle), suisses-italiens et polonais20 mettent en évidence une internationale épistolaire inattendue, qui se manifeste aux niveaux non seulement structurel et thématique mais aussi formulaire. Tout cela, bien sûr, avec des variantes : ainsi « I hope these few lines will find you in good health, as it leaves me and mine » (avec des variantes) est utilisé par un Anglais (ou Écossais) sur deux mais son équivalent n’apparaît que rarement chez les germanophones et les Suisses-italiens et jamais (sous cette forme au moins) dans le corpus polonais. Toutefois la mise en parallèle, en début de lettre, de la santé du scripteur et de celle du destinataire est attestée partout. Parmi les autres convergences formulaires frappantes, on note :

65- le prélude :

I now take my pen to write a few lines to let you know that I am in a moderate state of health [...].
Ich thue euch wissen das ich nun recht gesund bin.
Vi scrivo questa l’ettera per farvi sapere lo stato di salute di me.
In the first words of my letter I say: « Praised be J. C. » and I inform you, dear brother and sister-in-law, that I received your letter on November I, and I was very glad when I learned that you are in good health, thanks to the highest favor of our Lord God. For myself, up to the present I am still alive and in health [...] (traduit du polonais dans Thomas et Znaniecki, 1918) ;

66– l’explicitation de l’énonciation introduisant une information :

ti facio sapere che/ ti dico che (fréquente aussi chez les Polonais, rare dans les autres corpus) ;

67– la clôture informative :

So no more at present/ Ich kann nicht mehr schreiben/ Ora altro non so che dire solo che salutarvi tutti (équivalents chez les Polonais) ;

68– les compliments généralisés:

69Give my compliments to them all and all inquiring friends/Grüsse [...] und an alle Freunde welche nach mir fragen/ saluterai tutti queli che domandano di me.

70Les corpus suisses-allemands, allemands et anglais/écossais, où les scripteurs sont d’origines sociales variées, permettent de confirmer le lien entre l’utilisation du modèle populaire et le niveau socioculturel du scripteur.

71Des modèles de lettres et des formules épistolaires ont donc circulé dans l’Europe du xixe et, probablement, du xviiie siècle, apparemment sans le support de l’imprimerie. Pour accroître la perplexité du lecteur, nous lui soumettrons les citations suivantes, qui nous font remonter à un passé lointain qui n’est plus populaire :

  • 21 Autres exemples dans les deux ouvrages cités, ainsi que dans Steinhausen (1899-1907) ; cf. aussi i (...)

Serenitati vestre significamus nos sanos esse et incolumes (benedictus Deus), optantes admodum ut sospistate consimili vigeatis [nous faisons savoir à votre « sérénité » que nous sommes sains et saufs (Dieu soit loué), désirant seulement que vous jouissiez d’un semblable état] (lettre d’Henri III, roi d’Angleterre, à Louis ix, roi de France ; Lettres des rois 1839 : 149).
Sachez ke je suy sainz e heitez, Dieu merci, et autant voudrei jeo savoir de vous. Sachez ke [informations]. Sachez ke [...]. Sachez ke [...]. Nous vous manderuns aucune autre novelle par tens. Dieu vous gard (Ralph de Duram, vers 1300 ; Tanquerey 1926, lettre 75)21.

72On rappellera enfin que la lettre privée typique de l’Antiquité grecque et latine commence par la mention parallèle de la santé du scripteur et de celle du destinataire : « si uales », « bene est », « ego ualeo » (le thème de la santé est souvent repris à la fin de la lettre : cura ut ualeas) et qu’à partir du ive siècle après J.-C. on peut trouver des ancêtres grecs à notre formule « J’espère que la présente [...] » (Koskenniemi 1956 : 137). En revanche, nous n’en trouvons pas de traces au Moyen Age.

73Ces convergences partielles sont intrigantes. En tout cas, on ne peut qu’être frappé par les ressemblances entre les lettres des émigrés européens et celles qu’envoyaient à leurs familles les soldats grecs de l’époque hellénistique, selon la description qu’en fait Koskenniemi (1956 : 111-113) : pauvres en informations, répétant sans complexe des formules stéréotypées, elles se contentaient de manifester par elles-mêmes la permanence du lien entre le soldat et sa communauté.

74La forme épistolaire utilisée par nos Béarnais émigrés, ne leur est donc pas spécifique. Nous pensons y avoir décelé un modèle « populaire » qui s’est perpétué, transmis sans doute par la lecture et la mémorisation de lettres, rendant possibles des variations et recréations individuelles. Ce modèle a permis de faire accéder des nouvelles banales, quoique essentielles, au statut d’écrit, doublement sacralisé en tant qu’écrit et porteur de valeur d’échange.

Bibliographie

Bibliographie

Bouscayrol, R. 1989. Cent lettres de soldats de l’an II, Paris, Aux Amateurs du livre.

Branca-Rosoff, S. 1990a. « Des grilles pour l’histoire du français écrit ? », Recherches sur le français parlé, 10 : 111-127.

1990b. « Conventions d’écriture dans la correspondance des soldats », Mots, 24 : 21-36.

- 1992. « Constantes et variantes dans l’appropriation de l’écriture chez les “mal-lettrés” pendant la période révolutionnaire », in Grammaire des fautes et français non conventionnel, Paris, ens : 59-76.

Bruneton-Governatori, A. & J. Soust. A paraître. « Pourquoi écrire ? Question posée à un corpus de lettres d’émigrés béarnais aux Amériques (1850-1950) », in Actes du Congrès du cths (Aix-en-Provence, 1995).

Bruneton-Governatori, A. & J. Staes. 1996. Lettres de Béarnais émigrés en Amérique du Sud, Biarritz, J. et D.

Carraud, Z. 1855. Lettres de famille ou Modèles de style épistolaire pour les circonstances ordinaires de la vie, Paris, Hachette.

Chartier, R. (éd.). 1991a. La correspondance. Les usages de la lettre au xixe siècle, Paris, Fayard.

- 1991b. « Des “secrétaires” pour le peuple ? », in R. Chartier (éd.), 1991a : 159-208.

Cheda, G. 1980. L’emigrazione ticinese in California. II: Epistolario. 2 vol., Locarno, A. Dado.

Chotard-Lioret, C. 1985. « Correspondre en 1900, le plus public des actes privés ou La manière de gérer un réseau de parenté », Ethnologie française, 15.1 : 63-72.

Dauphin, C. 1991. « Les manuels épistolaires au xixe », in R. Chartier (éd.), La correspondance. Les usages de la lettre au xixe siècle, Paris, Fayard : 209-272.

Dauphin, C, P. Lebrun-Pézerat & D. Poublan. 1995. Ces bonnes lettres. Une correspondance familiale au xixe siècle, Paris, Albin Michel.

Desbois, E. 1990. « Paroles de soldats, entre images et écrits », Mots, 24 : 37-53.

Écrire, publier, lire. Les correspondances (problématique et économie d’un genre littéraire). 1983. Nantes, Publ. Univ. Nantes.

Erickson, Ch. 1972. Invisible Immigrants. The Adaptation of English and Scottish Immigrants in 19th-century America, Coral Gables Fla.

Grassi, M.-Cl. 1990. « La correspondance comme discours du privé au xviiie siècle » in M. Bossis, C.A. Porter (dir.). L’épistolarité à travers les siècles - Geste de communication et/ou d’écriture. Colloque du Centre culturel international de Cerisy-la-Salle, Stuttgart, Franz Steiner Verlag : 180-193.

- 1994. L’art de la lettre au temps de la « Nouvelle Héloïse » et du romantisme, Genève, Slatkine.

Haroche-Bouzinac, G. 1995. L’épistolaire, Paris, Hachette.

Heibich, W., W.-D. Kamphœfner & U. Sommer. 1988. Briefe aus Amerika, Deutsche Auswanderer schreiben aus der Neuen Welt 1830-1930, München, C.H. Beck.

Koskenniemi, H. 1956. Studien zur Idee und Phraseologie des griechischen Briefes bis 400 n. Chr. Ed. Helsinki.

Lacroix, J. 1984. « Correspondre au xixe siècle », in La correspondance (édition, fonctions, signification), 1, Aix-en-Provence, Publ. Univ. de Provence : 155-200.

Laporte, E. s.d. Cours de composition française. Degré élémentaire et moyen, Paris, Mellotée.

Lettres des rois [...] des cours de France et d’Angleterre depuis Louis VII jusqu’à Henri IV [...], 1839, t. I (1162-1300), Paris, Impr. Royale.

Maire, C. 1992. Lettres d’Amérique : des émigrants d’Alsace et de Lorraine écrivent au pays, 1802-1892 (Anthologie critique), Metz, Éd. Serpenoise.

Mauss, M. 1966. Sociologie et anthropologie. 3e éd., Paris, puf.

Moreux, B. 1991. « Le français écrit en Béarn au xviiie siècle », Revue de Pau et du Béarn, 18 : 81-110.

O’Farrell, P. 1984. Letters from Irish Australia 1825-1929, Belfast, New South Wales Un. Pr.

Papy, M. A paraître. « L’apport de la correspondance privée à la connaissance de l’émigration : une esquisse de typologie, le cas des Béarnais aux Amériques (1850-1920) », in Actes du Congrès du cths (Aix-en-Provence, 1995).

Pich, E. 1982. « La lettre et la formule », in R. Bellet (éd.), Femmes de lettres au xixe. Autour de L. Colet, Lyon, pul.

Scheiben, L. & H. Rapport. 1979. Alles is ganz anders hier, Auswandererschicksale in Briefen aus zwei Jahhunderten, 2e éd., Olten und Freiburg im Br., Walter Verlag.

Secrétaire français ou Manuel épistolaire [...], 1854. Toulon, Rumébé et Demaux.

Staes, J. 1979 et sqq. « Lettres de soldats béarnais de la Révolution et du Premier Empire », Revue de Pau et du Béarn, 7 et sqq.

Steinhausen, G. 1889-1891. Geschichte des deutschen Briefes. 2 vol., Berlin. 1899-1907. Deutsche Privatbriefe des Mittelalters. 2 vol. Berlin.

Tanquerey, F.-J. 1926. Lettres anglo-françaises, 1265-1399, Paris, Champion.

Thomas W.-I. & F. Znaniecki. 1918. The Polish Peasant in Europe and America. 2 vol., New York, Knopf.

Notes

1 Cf. Branca-Rosoff 1992 : 66-67, à propos des soldats béarnais de la Révolution et de l’Empire.

2 Les graphies reflétant des prononciations régionales (u pour eu par exemple) se font de plus en plus rares. Les traits syntaxiques et morphologiques sont plus persistants : il pour elle, le ou la pour lui, de pour des et inversement, double négation, accord pluriel du verbe avec un sujet collectif, etc. Les faits lexicaux, souvent emprunts ou calques du béarnais, sont assez stables mais jamais nombreux.

3 Cf. Lacroix 1984: 172 sq. ; Dauphin 1991 : 229-230; Haroche-Bouzinac 1995: 88-91.

4 Dans quelques lettres, l’explicitation de l’énonciation, très brève, introduit directement une information étrangère au prélude : « Je vous apprends que je m’en suis venu à San Francisco. »

5 Certaines de ces formules sont condamnées par les ouvrages didactiques comme « commerciales » et donc inappropriées aux lettres familiales.

6 Les lettres isolées qui constituent les petits fonds que nous avons pu recueillir, évoquent souvent des problèmes liés au maintien de la maison ou aux arrangements de famille ; sans doute, ont-elles été conservées sélectivement à cause de l’importance accordée au message.

7 Cet aspect assez essentiel de la lettre d’émigré a été développé ailleurs (Bruneton-Governatori et Staes 1996).

8 Nous incluons dans la partie finale les post-scriptum et la plupart des annotations marginales.

9 Ces compliments se développent parfois en messages, qui sont comme des condensés de lettres, avec les mêmes thèmes canoniques et tout d’abord la santé. Le thème de la santé du scripteur lui-même est traité par certains non seulement dans le prélude mais dans la partie finale, avec quand même une tendance nette à l’élargissement vers la santé de la famille, ce qui rejoint le thème des compliments. Des vœux pour la santé du destinataire accompagnent parfois les formules de congé finales.

10 Ce modèle est vraisemblablement en voie de disparition. Néanmoins l’un des rares scripteurs relativement récents (Nargassie 1922-1967) connaît et utilise, mais avec modération, la plupart des schémas et formules traditionnels.

11 A l’exception toutefois des travaux de Branca-Rosoff 1990b et 1992.

12 Un autre scripteur semble totalement étranger à ce modèle mais sa graphie, si ce n’est sa langue, est très déviante ; il faut dire que ses lettres datent du tout début du xixe siècle (il s’agit de Lagrange, qui était chirurgien).

13 Ceux-ci sont, du reste, peu utilisables par les classes populaires ; cf. Chartier et Dauphin, in Chartier 1991.

14 Nous avons consulté quinze Secrétaires publiés entre 1837 et 1865 (la plus grande partie d’entre eux est citée dans Dauphin 1991) et quatorze manuels de français de la fin du xixe et du début du xxe siècle (également quatre Secrétaires des xviie et xviiie siècles). Les rédactions en forme de lettres contenues dans les cahiers d’écoliers béarnais de la même époque (ad P.-A., 1J 1306/10) suivent le même modèle littéraire.

15 Lettre n° 459 (éd. Garnier) citée par Bossis (dans Écrire, publier, lire : 220). Il arrive du reste à Sand d’aborder le thème de la santé dans la partie initiale, avec le même parallélisme, plus « élégamment » exprimé certes, que nos scripteurs : cf. lettre 208.

16 « Je m’empresse de vous donner de mes nouvelles/ Je suis bien aise d’apprendre que vous jouissez d’une bonne santé » (Secrétaire français 1854). En revanche, le « Je vous dirai que » de la partie initiale est bien mentionné par Laporte (s.d. : 64) mais parmi les « tournures banales » à « proscrire ».

17 « J’attendais l’absence de papa pour vous demander de vos nouvelles et vous donner des miennes » (Grassi 1994, 19 : 267).

18 Bouscayrol (1989). Lettres de maçons de la Creuse aimablement communiquées par S. Pinton (les compliments apparaissent le plus souvent dans le prélude). Maire (1992 ; la santé est souvent traitée en partie finale). Nous avons retrouvé des préludes identiques dans des lettres d’origines diverses (françaises et anglaises) datant de la fin du xviiie et du début du xixe siècle : Arch. nat. F7 3438, 3444, 8045.

19 Cf. la citation donnée par Branca-Rosoff (1990 : 23). Desbois (1990) résume ainsi la lettre type du poilu (1990 : 45) ; « dire que la santé est bonne, souhaiter qu’il en soit de même pour le correspondant, les salutations d’usage ». Cf. aussi les cartes postales conservées aux Arch. mun. de Toulouse (en particulier pour la formule j’espère que la présente...).

20 Erickson 1972, O’Farrell 1984, Schelbert 1977, Heibich et al. 1988, Cheda 1980, Thomas et Znaniecki 1918. Malheureusement seuls Schelbert et Cheda donnent toutes les lettres dans leur intégralité.

21 Autres exemples dans les deux ouvrages cités, ainsi que dans Steinhausen (1899-1907) ; cf. aussi ibid., 1889-1891.

Table des illustrations

Légende Lettre de Joseph Lamaison
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3957/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 427k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540