Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Par écrit

 | 
Daniel Fabre

Avant-propos

Martin de La Soudière et Claudie Voisenat

Texte intégral

1Lettres, papiers administratifs, brouillons, listes, journaux personnels... sont autant de formes de ce qu’il est aujourd’hui convenu d’appeler des écritures ordinaires. Ce sont aussi autant de façons singulières de se saisir de l’acte d’écrire, et autant de traces laissées derrière soi d’activités professionnelles, d’amitiés, d’organisations domestiques, d’identités civiles, de vies... Est-ce parce que les écrits constituent ainsi des patrimoines singuliers et parcellaires - souvent dédaignés lorsque l’histoire ne leur a pas donné valeur de témoignage du passé -, que la direction du Patrimoine a lancé en 1993 un appel d’offres proposant à des ethnologues, des sociologues et des linguistes de se saisir de ces productions complexes de nos sociétés contemporaines ? Sans doute.

2Mais c’est aussi parce que ces actes non littéraires d’écriture constituent un fait de société dont les sciences humaines commencent à cerner l’importance et les contours. Un sondage réalisé en 1996 pour le département des études et prospectives du ministère de la Culture montre que « 15 % des Français de quinze ans et plus se sont adonnés à une activité d’écriture en amateur au cours de leur vie : 7 % ont tenu un journal intime, 4 % ont écrit des poèmes, des nouvelles ou un roman et 4 % se sont livrés à l’une et l’autre de ces activités ». En 1980, un concours de nouvelles (« Tous écrivains avec France-Loisirs ») recueillait 4 500 manuscrits !

3En dehors même de ces pratiques régulières qui justifient la qualification « d’écrivant », chacun est presque quotidiennement confronté à la nécessité ou au besoin d’écrire. De la grille du loto à la « main courante » des commissariats de police, des livres d’or au « brouillard journalier » du comptable, la liste est aussi fournie qu’inattendue des occasions de sortir son stylo. Et ceux qui n’écrivent pas le font faire, par un écrivain public, un ami ou une secrétaire, la différence n’étant finalement pas si fondamentale.

4Tout se passe en outre comme si le besoin de témoigner de son existence, d’exprimer ses pensées, ses opinions, d’affirmer son individualité passait aujourd’hui de façon privilégiée par une mise en écriture, dans laquelle l’acte même d’écrire semble avoir autant sinon plus d’importance que la chose écrite. On voit ainsi se multiplier les ateliers d’écriture (plus d’une centaine en France), les associations d’autobiographes (la plus importante, l’apa, a été créée en 1991), de généalogistes, d’écrivains-paysans... où le passage à l’écriture est pensé collectivement, et provoque cette troublante contradiction que souligne le nom choisi par une association récente : « Journal intime collectif ». Corrélativement, et comme une sorte d’empreinte en creux de cette effervescence scripturaire, l’illétrisme apparaît de plus en plus comme un handicap stigmatisant, point d’ombre d’une société qui revendique pour tous le droit à l’écriture.

5Confrontés à ce phénomène, surpris peut-être par son ampleur, les chercheurs en sciences humaines se sont, ces dernières années, mobilisés autour de ce thème, l’explorant dans ses dimensions sociologiques les plus contemporaines aussi bien que dans son épaisseur historique. C’est dans ce contexte d’émulation intellectuelle que l’appel d’offres a vu le jour en 1993. Dans la foulée des travaux menés à Toulouse, à l’initiative de Daniel Fabre, sur les « Écritures ordinaires », il convoquait les ethnologues à se lancer sur des terrains qu’ils avaient jusque-là délaissés, habitués à privilégier l’expérience orale - jugée plus « authentique », plus « traditionnelle » - des sociétés étudiées.

6Ils étaient invités à replacer l’observation de l’écrire dans un contexte plus large, à le mettre en perspective avec la parole, le chiffre et l’image, et plus globalement la culture, le mode de vie des scripteurs, leur compétence en la matière, ainsi que leur mémoire individuelle, familiale et sociale. Les recherches devaient porter sur l’ensemble des modalités de la prise d’écriture - identité du scripteur (homme/femme, enfant/adulte, etc.), moment, lieu et support (du griffonnage de la liste au remplissage de carnets préformés) -, ainsi que sur la réception des écrits dans le groupe. Le contenu et les thématiques abordées, mais aussi la difficulté ou au contraire le bonheur d’écrire, devaient également retenir l’attention.

7Issu de cette commande initiale, cet ouvrage collectif est le résultat de trois années de travail, ponctuées de rencontres régulières au cours desquelles les terrains, les approches, les résultats ont été discutés, confrontés, partagés, pour aboutir à la réalisation de cette synthèse dont les partis pris théoriques et l’agencement des différentes problématiques sont l’aboutissement d’une réflexion commune.

8Comme c’est toujours le cas, ce travail nous a ouvert bien d’autres pistes que celles qui étaient proposées dans le cadre de l’appel d’offres. Mais les grandes orientations de départ ont été respectées. Tout d’abord, quelle que soit leur discipline, les chercheurs ont tous joué le jeu du terrain, de l’approche ethnographique, même si les modalités de l’analyse qui en découlent restent différentes. Par ailleurs, et même lorsque les équipes ont travaillé sur des corpus de textes, c’est toujours l’acte d’écriture qui a été au cœur des recherches. Loin des analyses de contenu, les travaux ont porté sur la source, la genèse des pratiques scripturaires, sur l’envie ou l’obligation d’écrire, sur toutes les étapes de production de l’écrit - les émotions, les postures, les supports... -, sur les modalités de sa circulation, sur son impact familial, social ou professionnel. Les recherches se sont aussi, pour la plupart, résolument situées sur le terrain de la modernité : les cours d’alphabétisation, les lettres types, les écritures bancaires, les enjeux identitaires des « écrits du lieu »... sont largement représentés. Chaque équipe est restée attachée à son corpus et à son terrain, un éclairage historique étant parfois utilisé pour comprendre l’actualité de la question traitée. On ne cherche pas ici à dégager frontalement le sens même de l’acte d’écrire, pour se livrer plutôt (en paraphrasant Georges Pérec) à une sorte de tentative d’épuisement des situations et des contextes d’écriture. L’interprétation globale naît du parcours entre ces études de cas plus que de chacune d’entre elles prise isolément. Au-delà des informations livrées par chaque terrain ou chaque corpus, l’ouvrage met au jour des différences et des spécificités culturelles (entre milieux sociaux, régions, religions...), ou à l’inverse des similitudes qui, à travers le temps et l’espace, produisent un certain nombre d’invariants, de normes ou de modèles.

9S’il fallait encore, a posteriori, au vu de l’ensemble de ces recherches, trouver une ultime justification à cet appel d’offres, c’est peut-être dans une sorte de consubstantialité entre l’écrit et la vie. Certains, comme les érudits locaux, reconstituent des univers, culturels ou personnels, à travers les traces écrites qui en restent. D’autres, de plus en plus nombreux, devancent cette reconstruction en scellant leur vie dans une autobiographie, d’autres encore retracent le parcours de leurs origines en écrivant l’histoire de leur lignée. Comme l’écrit superbement Philippe Lejeune, « tout homme porte en lui une sorte de brouillon, perpétuellement remanié, du récit de sa vie ». Si l’on considère qu’écrire, c’est maîtriser le cours du temps, le cours de la vie, ses « grands moments », ses passages et ses douleurs, s’interroger sur cette pratique n’est-ce pas se pencher sur ce que la culture a de plus intime ?

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540