Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Europe entre cultures et nations

 | 
Daniel Fabre

III. La production sociale de l'étranger

Conclusion.

Les ethnologies de l’Europe : traditions, politiques, perspectives

Isac Chiva

Texte intégral

1A défaut de pouvoir vraiment traiter cet énoncé, on se propose de montrer comment on peut contribuer à l’indispensable construction d’un champ conceptuel et institutionnel propre à l’ethnologie de l’Europe et permettant d’englober les ethnologies multiples qui s’y sont développées. On s’efforcera également de suggérer les moyens d’assigner et d’assurer à cette ethnologie des finalités et des insertions sociales différentes de celles dont il a souvent été question au cours de ce colloque et qui nous sont apparues critiquables. Car elles sont dominées par la volonté consciente ou inconsciente de démontrer l’unicité de l’identité et l’ancienneté de l’enracinement des groupes ethnico-politiques que les différentes écoles ont étudiées et parfois légitimées. (Je renvoie à ma précédente intervention pour une évocation rapide des divergences et disparités qui marquent, plus que partout ailleurs au monde, le champ intellectuel en cause dans l’ethnologie européenne et qui, à la lumière des événements récents et courants, apparaît de plus en plus bouleversé.)

2Maintenant, il convient d’être plus prospectif : que faire ?

3Commençons par le plus visible et qui aussi pose les problèmes les plus compliqués : la multiplicité des langues de publication des travaux. A moins de maîtriser, en plus des langues européennes majeures, le finnois et l’albanais, le hongrois, le roumain, les langues slaves, le portugais et l’une ou l’autre des langues Scandinaves, il est impossible de prendre une vue d’ensemble des recherches consacrées, par exemple, à un même thème à travers l’Europe, ou de tenter une démarche comparative sérieuse, à tous égards indispensable, surtout si l’on tient compte du problème capital, évoqué par Christian Bromberger, de la multiplicité des échelles auxquelles se situent les faits ethniques, sociaux et culturels européens.

  • 1 Cf. « Au miroir des revues. Ethnologie de l’Europe du Sud ». Hésiode, Cahiers d’ethnologie méditer (...)

4On ne citera cependant le problème du pluralisme linguistique, principal obstacle à l’accès au savoir et, surtout, à sa cumulation, que pour mémoire, non sans s’interroger sur les arguments, réels ou supposés, encore récemment avancés en faveur de la publication dans la langue nationale ou régionale du groupe étudié1.

5Derrière les difficultés suscitées par le pluralisme linguistique, se profile un autre problème, double, plus difficile à résoudre parce qu’intellectuellement plus ardu. En effet, parallèlement au grand nombre de termes qui désignent les variantes nationales, historiques et épistémologiques de notre discipline, dossier terminologique ouvert qui mérite attention, on relèvera surtout le foisonnement et l’incertitude du champ des notions et concepts utilisés. Il y a longtemps – plus de quarante ans – que l’on en a pris conscience et une solution a été esquissée : ce fut l’établissement, sous l’égide de la ciap – Commission internationale des arts populaires – d’un Dictionnaire international d’ethnologie et folklore régionaux européens ; deux volumes ont été publiés, en 1960, grâce à l’unesco. Cet essai peut être considéré comme inachevé et inabouti : les raisons de ce relatif échec mériteraient d’être éclaircies.

6Qui dit champ notionnel et texte ethnographique – celui de l’informateur ou celui du chercheur – dit traduction. Vaste ensemble de problèmes que je peux me permettre de mentionner uniquement en passant. Pour conclure, en ce qui me concerne, sur le statut de la langue dans le travail ethnologique, j’ajouterai deux remarques rapides. Tout d’abord, ce que j’ai dit dans ma précédente intervention à propos de la musique populaire, vaut, mutatis mutandis, pour la langue : diversifiée, transmissible, variable dans le temps, celle-ci est constitutive du patrimoine ethnologique et est partie prenante dans l’identité culturelle.

7En second lieu, l’écriture, en ethnologie, tout comme l’acte de traduire, revêt en plus de la seule fonction descriptive et expressive, une véritable fonction heuristique, d’où sans doute la récente vogue du « texte ethnographique » comme objet de réflexion, même si c’est là une mode tant soit peu excessive.

8Un chantier pourrait être réactivé, négligé en France, bien plus présent et actif ailleurs, qui permettrait de systématiser le travail sur les plans que je viens d’évoquer : celui des atlas ethnographiques, sur lequel il y a exactement dix ans, un colloque international, conçu et organisé à Aix-en-Provence par Christian Bromberger, a permis de faire un premier point critique prometteur. Une suite devrait être donnée au dossier ainsi ouvert.

9Enfin, faire avancer la communication et la cumulation des données, promouvoir les traductions, contribuer à l’homogénéisation conceptuelle est une condition initiale pour qu’à l’image, par exemple, de l’africanisme ou de l’américanisme, et sans emprunts notionnels et méthodologiques abusifs à ethnologie exotique, l’on puisse considérer le domaine social et culturel européen comme un champ de référence analytique pertinent. Ainsi seulement évitera-t-on que l’unique et relative unité de champ qui s’y manifeste ne découle de la seule diffusion des courants de pensée et des modèles théoriques majeurs tels que le diffusionnisme il n’y a guère, le marxisme ou le structuralisme, l’anthropologie psychanalytique plus récemment, c’est-à-dire des effets de la mode intellectuelle.

10A propos des atlas ethnographiques, chantier à réactiver absolument, se pose le problème majeur des formes et moyens de coopération dans le domaine des ethnologies européennes.

11Depuis longtemps, initiatives et regroupements, organismes et instruments collectifs sont apparus, ont fonctionné avec plus ou moins de bonheur, se sont transformés, ont disparu : s’il est impossible aujourd’hui de les récapituler de façon exhaustive, il est hors de question de les ignorer. Il est donc indispensable de savoir ce qui existe comme modes de travail collectif et formes d’organisation, comment cela fonctionne et quel parti il est possible d’en tirer. Il ne s’agit ni de juger ce qui existe, ni de s’y substituer, mais de faire peut-être, les choses autrement.

12Il s’agit aussi de préciser ce qu’il convient absolument d’éviter. Dans notre domaine, il faut bannir l’intemporalité, l’innéité et l’invariance primaire comme attributs des faits culturels européens. Il faut éliminer la fascination de l’archaïsme, l’engouement pour les mythes archétypaux, il faut refuser de réserver le privilège de la création et de l’authenticité à la seule « âme du peuple », incarnée dans la paysannerie, dans la race ou dans tel groupe social.

13A défaut de pouvoir présenter ici un tableau complet des organismes ethnologiques supranationaux en Europe, ou encore des recherches qui débordent les limites nationales ou régionales, tentons un rapide regard critique et rétrospectif.

14Dès avant la Première Guerre mondiale, Arnold Van Gennep décidait de convoquer, depuis Neuchâtel, un congrès international d’ethnographie. Au lendemain de cette Première Guerre mondiale, était créée la Commission internationale des arts populaires (ciap) sous l’égide de la Société des Nations. Lui succédait au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la Société internationale d’ethnologie et de folklore (sief), qui depuis 1971 a organisé toute une série de congrès européens ; le dernier, intitulé « Ethnologia Europaea », a eu lieu à Vienne en 1994.

15On rappellera également l’existence d’une série d’autres organismes, certains déjà anciens, d’autres plus récents. Il existe ainsi une série de commissions spécialisées, émanations de la sief, qui se consacrent respectivement à l’outillage agricole, à la littérature orale, à la cartographie et aux atlas, à l’architecture rurale, à la bibliographie.

16Doivent être également mentionnés : le groupe international de travail « Alpes orientales » (Ostalpen Arbeitsgemeinschaft) qui a organisé des colloques et fait des publications à partir de 1989 ; l’« Association internationale des musées d’agriculture » liée à la revue Tools and Tillage publiée à Copenhague ; le réseau « Anthropologues et anthropologies en Europe » créé en 1989, basé à Bruxelles et dont dérivera le réseau « Eurethno », ainsi que la « Société des européanistes », basée à Bruxelles.

17Enfin, il ne faut pas oublier l’existence d’organisations supracontinentales d’ethnologie et d’anthropologie, dans lesquelles se sont insérés depuis longtemps les européanistes. Citons en premier lieu 1’« Union internationale des sciences anthropologiques et ethnologiques » (anthropologie physique et préhistoire inclues) qui organise de vastes congrès, tous les quatre ans, aux quatre coins du monde et qui comporte un certain nombre de commissions spécialisées. Parmi celles-ci, consacrées notamment à l’ethnologie de l’alimentation, du droit, du développement, aux musées..., il en est deux qui sont centrées sur notre continent : celle de l’Atlas ethnologique de l’Europe et celle de la Bibliographie internationale du folklore et de la vie populaire.

18Parallèlement à l’uiae, il convient de mentionner : la « Société américaine des européanistes », créée en 1986, formant partie intégrante de l’American anthropological association et qui publie un annuaire des ethnologues européanistes avant tout – mais non exclusivement – nord-américains, ainsi que 1’« Association européenne d’anthropologues sociaux » créée en 1990 à l’initiative de la Fondation anthropologique américaine Wenner-Gren, et qui, initialement conçue pour regrouper les ethnologues exotisants européens, semble après ses deux premiers congrès, celui de Coimbra et celui de Prague, attirer surtout des européanistes. Sans doute est-ce parce que cette création répondait à un besoin ! Un périodique a d’ailleurs été créé dans la foulée !

19En conclusion de cette sommaire récapitulation des institutions ethnologiques européanistes et supranationales, on peut penser qu’il n’y a pas lieu de vouloir en créer d’autres, mais qu’il convient, à leur propos, de s’interroger sur les buts à poursuivre dans ce domaine.

20On ne manquera pas enfin de mentionner quelques instruments de travail existant à l’échelle européenne, et liés aux organismes déjà mentionnés. On citera en premier lieu la bibliographie internationale du folklore et de la vie populaire (Internationale Volkskundliche Bibliographie) qui paraît depuis le début du siècle, a été remaniée en 1948, et connaît actuellement un renouvellement sous la direction de Rainer Alsheimer, grâce notamment à un groupe de travail créé à Vienne, à l’initiative de Klaus Beitl.

21En matière de publications périodiques, on retiendra Ethnologia Europaea créée en 1967, à Paris, à l’initiative de Géza de Rohan-Csermak, et dont l’inspirateur a été Sigurd Erixon, auteur dès 1937, d’une tentative de définition de l’ethnologie européenne, domaine dans lequel il a joué un rôle de précurseur. On y ajoutera Demos, bulletin bibliographique consacré à la littérature de l’Europe de l’Est, publié à Berlin (rda) de 1960 à 1989, ainsi que Tools and Tillage déjà mentionné. Comme publication apériodique importante, on citera l’encyclopédie du conte (Enzyklopädie des Märchens) publiée depuis 1977 sous la direction de Kurt Ranke en collaboration avec Hermann Bausinger, Wolfgang Brückner, Max Lüthi, Lutz Röhrich et Rudolf Schenda.

22Ajoutons, pour conclure et pour mémoire, qu’il existe des organisations internationales, non proprement ethnologiques mais utilisables dans cette perspective : ce sont les dispositifs universitaires européens tels Erasmus et tempus.

23En ne retenant que ces exemples, on a certes laissé de côté beaucoup d’organismes et d’entreprises de coopération dans le domaine de l’ethnologie de l’Europe : ce sont soit des réseaux informels, à activité sporadique, basés sur ce que Marcel Maget appelle « les étoiles d’interconnaissance » entre individus, soit des initiatives apériodiques et discontinues (colloques, conférences, journées d’études...), soit enfin des regroupements d’institutions spécifiques appartenant à deux ou plusieurs pays et formant des micro-réseaux interinstitutionnels. Mais les cas de figure existant dans ce champ sont beaucoup plus nombreux ! Le potentiel de coopération qu’offrent ces expériences est, en revanche, très riche et ne saurait être négligé.

24Un cas précis de sous-ensemble européen dont il a déjà été question et qui doit être rappelé est celui des musées d’ethnographie. Rappelons à ce propos encore une fois à quel point dans tous les pays européens, la recherche ethnologique a été et demeure liée à l’institution muséale. J’ai mentionné, en raison de sa forte composante ethnologique, l’Association européenne des musées d’agriculture. En dépit des difficultés actuelles, ce lien doit être préservé, ce compagnonnage doit continuer. La récente initiative qui a conduit à l’organisation des rencontres européennes des musées d’ethnologie en février 1993 à Paris, devrait permettre d’avancer dans cette direction.

25Enfin, on ne saurait évoquer les ethnologies de l’Europe et passer en revue les initiatives d’utilité collective dans ce domaine, sans mentionner le problème de l’enseignement de notre discipline.

  • 2 Schippers, Thomas K. 1991. L’ethnologie de l’Europe, l’Europe de l’ethnologie. Rapport de mission (...)

26Je voudrais, pour ma part, souligner un des aspects que Thomas Schippers évoque dans son rapport sur l’ethnologie en Europe2, celui des débouchés dans des professions autres que la recherche fondamentale ou l’enseignement supérieur, car c’est là un domaine où la situation, en France, permet d’apercevoir certaines des causes profondes du divorce entre l’enseignement de l’ethnologie et le monde des musées, ce qui conduit à des suggestions valables de façon plus générale.

27On constate, en France comme dans bien d’autres pays, un accroissement considérable des demandes et activités que l’on regroupe communément sous l’appellation d’activités et institutions « culturelles », souvent fortement teintées de passéisme et de nostalgies identitaires collectives. La consommation d’ethnologie y est croissante, par le biais d’activités associatives et de nouvelles formes de musées : écomusées, centres de culture technique, conservatoires du vivant... A cette demande de personnel spécialisé, il convient de répondre de deux manières en matière de formation : offrir des cursus scientifiques solides, dans le cadre universitaire ou en dehors de celui-ci, aux apprentis ethnologues, en les mettant à même d’assurer critiquement les tâches qui leur sont proposées ; mais, en même temps, il faut compléter le cursus scientifique par une formation technique, notamment muséographique, qui les préparerait aussi à la gestion des institutions, aux activités de diffusion et d’animation en direction des publics les plus variés, à la protection des biens culturels, enfin à l’administration de la recherche, que celle-ci soit publique, associative, ou – pourquoi pas – privée.

28Que l’on me permette de conclure par quelques suggestions personnelles que m’a inspirées, notamment, l’exemple du Laboratoire européen de psychologie sociale, organisme international basé à Paris, à la Maison des sciences de l’homme.

29Rien de substantiel ni de durable ne me semble pouvoir être réalisé dans notre domaine à travers de grandes rencontres, sans thème, ou consacrées à quelque thème vague, formel, avec un recours au recrutement spontané des participants.

30Des réunions restreintes, méditées, bien préparées me paraissent seules à même de dégager et traiter les thèmes sociaux et culturels d’intérêt commun et d’importance stratégique pour l’ethnologie de l’Europe.

31Toute action dans ce domaine doit être polycentrique, mais dotée si possible d’un noyau qui donne les impulsions et maintient la communication et la continuité.

32Les résultats de ces rencontres doivent être publiés, autant que faire se peut, simultanément en au moins deux et, si possible, plusieurs langues (dont l’anglais), et prendre la forme de collections suivies, car le travail scientifique ne s’impose que dans la durée.

33Enfin de telles initiatives doivent s’accompagner de recherches conduites en commun par des équipes de pays différents, favoriser la circulation des personnes et permettre en priorité la confrontation positive des traditions de recherche nationales ou régionales.

34La formation se fera le mieux par l’organisation d’ateliers, de séminaires internationaux intensifs, ou de summer-schools, solution éprouvée depuis longtemps dans tous les cas où il s’agissait d’accélérer l’enseignement de haut niveau dans un domaine scientifique émergent.

35Les problèmes à aborder en priorité dans le cadre de cette forme de collaboration devraient être choisis au terme d’une réflexion commune.

36Pour ma part, j’en proposerai d’emblée quatre :

  1. le domaine du cognitif : le symbolique, les structures de pensée et les logiques sous-jacentes ;
  2. l’analyse des espaces culturels en terme d’échelle, de discontinuité d’échelle et de multiplicité d’échelle (de l’Europe au local, en passant par tous les espaces intermédiaires) ;
  3. la mise en chantier d’un dictionnaire des polysémies. Ce dictionnaire, dont l’idée revient à Tamas Hofer, devrait permettre de faire face au fait que les écoles européennes ont généré un grand nombre d’appellations disciplinaires et de notions-clefs. Ainsi surmontera-t-on la difficulté qui découle du fait que ces termes revêtent des sens fort divers et contrastés, parfois antagonistes, et des configurations sémantiques très variables selon les pays, les langues, les époques et les écoles ;
  4. enfin, l’indispensable élaboration d’une histoire de l’ethnologie à l’échelle de l’Europe.

37Mais par-dessus tout il convient de procéder au plus vite au constat et à l’identification des divergences fondamentales entre écoles nationales, en matière d’objets de recherche, de systèmes conceptuels et analytiques, d’antécédents épistémologiques, de présupposés idéologiques. Parallèlement, il faut analyser les différences de support institutionnel et de vocabulaire, pour pouvoir en tenir compte à l’avenir.

38Une réflexion commune me semble s’imposer, en vue de bâtir un programme à même de réduire ces divergences, au moins dans quelques domaines stratégiques (tel le cognitif), de permettre une compréhension accrue entre européanistes, de créer un champ intellectuel unifié dans notre discipline, de réaliser en commun recherches, publications, enseignement et échanges d’enseignants et de chercheurs.

Notes

1 Cf. « Au miroir des revues. Ethnologie de l’Europe du Sud ». Hésiode, Cahiers d’ethnologie méditerranéenne, l, Carcassonne/Paris, Garae/Hésiode/Entrevues, 1991.

2 Schippers, Thomas K. 1991. L’ethnologie de l’Europe, l’Europe de l’ethnologie. Rapport de mission 1990-1991. Paris, Mission du Patrimoine ethnologique.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable