Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Europe entre cultures et nations

 | 
Daniel Fabre

III. La production sociale de l'étranger

Exotismes de masse

Clara Gallini
Traduction de Dominique Blanc

Texte intégral

Notre salon chinois Exotismes et antiquités

1Récemment – aux alentours de Noël – j’ai débarrassé le salon de la maison de mes parents. Il avait résisté en son temps à un déménagement drastique à la suite duquel, mêlé aux meubles d’un salon moderne, il avait perdu une partie de l’intégrité de son identité originaire. Dans la grande maison de mon enfance (je suis née au début des années trente) ce salon avait joui d’une installation particulière dans une pièce toute à lui. Cet espace et l’ameublement lui-même portaient le nom exotique de « salon chinois ».

2Le mobilier comprenait, et comprend encore, un divan, deux fauteuils, quatre chaises en bois et paille de Vienne, de style Empire tardif, avec des cygnes. De ce même mobilier fait aussi partie une petite vitrine. J’ai toujours détesté les vitrines, ces ridicules boîtes de verre contenant des objets à regarder que l’on ne peut toucher. J’apprendrais plus tard que ce meuble caractéristique avait été conçu et élaboré en même temps que la maison bourgeoise, comme une reprise, une mise en abîme des grandes expositions d’objets dont s’enorgueillissaient les palais de l’aristocratie.

3Dans notre petite vitrine étaient rangées les chinoiseries les plus minuscules et les plus délicates : vases cloisonnés ou à écailles, ivoires sculptés, éventails avec appliques nacrées et peintes, une poupée mythique au visage de porcelaine « avec des vrais cheveux », deux baguettes d’émail noir, deux écrins marquetés de nacre, deux messieurs barbus à la longue chemise qui regardaient fixement... Largement majoritaires, ces chinoiseries se mêlaient à d’autres exotismes plus minoritaires. L’Inde y figurait grâce à un petit éléphant d’ivoire, le folklore paysan de la Grande Mère Russie grâce à deux tabatières de bois émaillé et une écuelle, émaillée elle aussi et ornée d’une troïka au galop. Représentée par des bibelots de porcelaine minuscules et précieux – un petit amour ailé, un puttino et son oie, un petit Bacchus à la grappe de raisin et enfin le plus convoité des services de café miniature, entièrement recouvert d’or –, l’Europe elle-même y laissait paraître son visage le plus aimable et le plus inoffensif. Les regards les plus terribles et les plus menaçants, regards guerriers à nous directement adressés, provenaient en revanche d’un vase japonais, très coloré, incrusté d’or et de samouraïs armés de leurs inévitables sabres. Tel un roman de Salgari, le songe de la petite vitrine tressait ensemble les chemins d’Éros et de Thanatos, mais le frisson de l’aventure dans des mondes étrangers était aussitôt repris par l’ordre strict des objets dans leur cadre spatial.

4Sans doute le monde, avec ses différentes contrées, était-il mis en scène dans la petite vitrine. Et nous en étions exclus, condamnés à le contempler à travers des parois de verre.

5De la boîte ridicule émanait une étrange fascination, en partie due au tabou du toucher, en partie au rite de son ouverture comme grande, exceptionnelle concession. Il s’en échappait (prévue, imprévue ?) une odeur subtile d’épices un peu sucrées... Il nous était alors permis de prendre délicatement entre nos doigts le fragile pousse-pousse, entièrement en bois de santal, avec le petit chinois à la petite natte qui court entre les brancards et cet autre homme, petit chinois à la petite natte lui aussi, tranquillement installé à l’abri du grand soufflet... Nous pouvions alors approcher de notre nez l’étrange véhicule tremblotant, incroyablement léger, et nous en humions les curieuses fragrances extrême-orientales... L’exotisme c’est aussi une odeur. Une bonne part de la sensibilité olfactive qui a survécu à notre sélection moyenne-bourgeoise est conservée et réactivée grâce aux évasions entreprises, par le nez, dans la direction des pays aux plaisirs défendus...

6Les chinoiseries de chez nous avaient toutes une même origine : l’oncle Natale, musicologue, collectionneur d’autographes et d’instruments de musique anciens. Personnage éclectique, il avait traversé une période de passion et de trafic (chez les collectionneurs les deux choses ne s’excluent jamais) consacrée à une catégorie d’objets pour l’Italie encore assez inhabituelle et privilégiée. En pénétrant dans le digne salon de notre maison, elle élargit l’étendue des goûts de ma famille, qui en tirait à la fois plaisir et prestige, au moins autant que des cygnes du divan et des fauteuils. Frères jumeaux, marché des antiquités et marché de l’exotique, malgré leur spécialisation, entrecroisent leurs destins. Ainsi un temps et un espace déroulés verticalement et horizontalement se trouvent-ils converger dans nos salons dont ils garantissent la consistance et l’authenticité.

Exotisme et domination culturelle

7Parmi les différents exotismes dont se pare l’histoire de ce que l’on appelle l’Occident (qui se définit comme tel à travers la construction de la catégorie d’Orient), l’exotisme chinois n’a certes été ni le premier ni le seul à nous parvenir. Tôt dans les Temps modernes les curiosités exotiques ont contribué à la formation de collections, par la suite transformées en musées, réunies généralement par des personnages appartenant aux hautes sphères des aristocraties laïques ou religieuses.

8La fascination de l’Orient n’en était pas moins particulière. Elle signifiait luxe et raffinement. C’étaient les épées de Damas et les soies de Chine. C’étaient des savoirs techniques parfois supérieurs aux nôtres. Des religions du livre, bien qu’« hérétiques ». Et des pouvoirs politiques, dont on dénonçait les vertiges tout en les enviant.

  • 1 Cf. Gereon Sievernich & Hendrik Budde (éd.). 1989. Europa und der Orient. 800-1900. Berlin. Berlin (...)

9Turqueries et chinoiseries avaient pénétré les coutumes de notre aristocratie du dix-huitième, quoique d’une manière très diversifiée, parce qu’étaient diverses les possibilités d’entrer en relation avec les objets réellement produits dans leurs pays respectifs. La mode turque pénétra les façons de s’habiller, et l’on aima se faire portraiturer vêtu « à la turque ». On importa facilement des produits de l’artisanat ottoman, pour lesquels il exista très tôt un marché destiné à enrichir le décor domestique. La porcelaine chinoise, en revanche, parce que trop chère et trop lointaine, avait été totalement réinventée dans les productions de Sèvres et de Capodimonte, comme furent réinventés les paysages représentés dans les fresques ornant les boudoirs des dames du temps passé1.

10Ce fut sans doute là un tournant significatif. Jusqu’alors étaient arrivés en Europe des produits qui étaient exotiques pour nous, mais non pour leurs producteurs, pour qui ces mêmes objets étaient des biens d’usage ou de prestige. Désormais nous fabriquerions l’exotisme chez nous. Et dans le même temps nous commencerions à inciter les autres à le produire pour nous.

11L’histoire de nos exotismes littéraires et musicaux est bien connue. Mais il est d’autres exotismes tout aussi influents, parce qu’ils se construisent sur des pratiques de production et d’échange de biens matériels, à la fois économiques et symboliques, et agissent sur des goûts, des marchés et des actions de transformation, autant sur les lieux de départ que sur les lieux d’arrivée des marchandises. Si cette histoire commence à être étudiée au niveau « élevé » des grandes collections et des musées, elle l’est beaucoup moins au niveau des pratiques de consommation diffuses, qui aboutissent à assimiler le produit exotique à cet ensemble de « belles choses de mauvais goût » qui se sont introduites dans la plupart de nos intérieurs, contribuant à la définition contemporaine de l’identité et de l’altérité.

  • 2 Voir à ce sujet, les études de cas réunies in Arjun Appadurai (éd). 1986. The Social Life of Thing (...)

12Il faudrait reconsidérer en ce sens le commerce exotique qui suivit l’explosion colonialiste du siècle dernier et le rôle des grandes expositions universelles (de Paris, Philadelphie, Turin...) qui construisirent concrètement l’exotique à travers leurs grands « pavillons nationaux », y compris en en suggérant l’usage dans l’univers de la consommation domestique (Corbey 1993 : 338-369). C’est là que se situe le vrai début de la popularisation des objets exotiques, jusqu’alors marques de distinction des couches aristocratiques. L’Afrique du Nord, le proche et l’extrême Orient apparaîtront désormais comme des réserves où puiser sans fin. Ils réorienteront leur propre production artisanale, jusque-là à usage domestique, vers de nouvelles formes de division du travail, d’exploitation de la main-d’œuvre et vers des manières inhabituelles de se représenter eux-mêmes par rapport à nous. C’est donc dans la relation que se produisent des transformations significatives, non seulement du point de vue économique et social, mais aussi sous l’angle du symbolique2.

13Chez nous, l’arrivée de ces biens s’est immédiatement accompagnée de l’affirmation de notre « droit » à posséder les trésors réunis dans leur univers d’origine. Dans tous les musées ethnographiques ce droit est célébré comme un acquis scientifique. Mais le thème du « vol légal » de l’idole en or aux yeux de rubis traverse depuis plus de cent ans notre littérature de fiction et il fera d’Indiana Jones le dernier avatar de la longue cohorte des héros d’une aventure qui fournit à son tour le modèle de nouveaux jeux de fiction. Récemment, et pendant une année entière, Antenne 2 a diffusé un jeu de compétition, Le train de Zapatan, qui avait pour décor le Mexique, avec dans le rôle des méchants des énergumènes déguisés en hypothétiques Aztèques et comme enjeu symbolique une idole à découvrir dans une grotte et à emporter en s’échappant en train... Ignorées, des voix s’élèvent pour dénoncer le pillage du patrimoine culturel du Tiers Monde (auquel s’ajoutent aujourd’hui les pays de l’Est) impulsé par le marché des antiquités pour répondre à une demande toujours croissante.

14Ce type d’appropriation culturelle se révèle donc comme un acte d’acquisition, sinon de rapine, qui souligne la position dominante d’un seul des deux partenaires de la transaction. Je ne dis là rien que l’on ne sache déjà, mais cette constatation nous sera utile pour mieux comprendre la position de ceux qui, comme mes parents, ont enrichi d’objets exotiques la pièce socialement la plus représentative de leur habitation.

15Dans notre salon chinois, la présence de ces marchandises de valeur n’avait influé de manière radicale sur aucune de nos manières d’habiter et nous pouvions continuer à rêver de l’Orient, assis sur une chaise dure au siège en paille de Vienne. Sans doute quelque songe rebelle a-t-il été rappelé à l’ordre. Au tournant du siècle, en effet, un certain anticonformisme dans les comportements s’était exprimé à travers des modes orientalisantes (quoique jamais extrême-orientales) : apparurent alors les habits précieux et amples, l’usage des parfums et de l’encens, du haschich que l’on fumait abandonnés sur des coussins « ottomans »... Mais ce fut une mode réservée aux franges intellectuelles des grandes métropoles européennes. Nous dûmes nous contenter des salons provinciaux des gens comme il faut.

16Ainsi, l’appropriation culturelle s’est un peu partout orientée vers diverses formes d’intégration non contrariée. D’où la valeur de signe distinctif attribuée aux objets exotiques qui peuplèrent de plus en plus fréquemment notre univers comme des biens nécessaires mais accessoires à la construction de nos espaces symboliques. C’est en fait le salon bourgeois qui a imposé ses règles aux objets différents dont il se compose, en les repositionnant en fonction de nouvelles grilles symboliques.

17A l’évidence, le monde nous appartenait. Plus par la jouissance que par la connaissance. Jamais, alors que nous contemplions avec complaisance, installés dans les fauteuils aux cygnes, les innombrables bibelots de notre décor exotique, jamais nous ne nous serions demandé si quelque bouleversement n’était pas advenu dans ces lieux d’où provenaient les objets, comme une conséquence de notre demande croissante. Ailleurs fantasmatiques, c’est du déguisement même de leur origine vénale qu’ils devaient tirer la matière de leur nouvelle efficacité symbolique.

La construction des stéréotypes

18Aux miens, les chinoiseries du salon apportaient plaisir et prestige. Moi, elles me mettaient plutôt mal à l’aise. Deux meubles laqués de rouge à la façade surchargée de bonshommes dorés, dans des poses qui me paraissaient absurdes : des meubles très peu utilisés, plus faits pour être regardés que pour renfermer des choses de notre vie quotidienne. Le lampadaire et les appliques de bois noir sculpté et émaillé, ruisselant de flocons eux-mêmes noirs, filtraient à peine la lumière à travers les écrans de soie bleu sombre, quoique ravivés de quelques images. Les encensoirs en cuivre massif ne répandaient aucune odeur et n’en conservaient même pas, incrusté, le souvenir. Aux murs, estampes, peintures et broderies, de soie elles aussi, me renvoyaient de froids stéréotypes ou, au contraire, un extrême raffinement de traits derrière lesquels je soupçonnais un je ne sais quoi d’inhumain et de cruel, ou tout simplement une froideur et une distance que je ne m’expliquais pas.

19Fantaisies de tortures chinoises, raffinées comme nous imaginons que sont toutes les tortures orientales, exténuantes comme les plaisirs d’un éros pervers ? Ou bien réalité d’un art lui-même exténué dans ses capacités créatives justement parce que sa production s’identifiait désormais aux marchés d’Occident ? Sans doute les deux choses ne s’excluaient-elles pas. Plus tard, au musée de Pékin, je verrais de tout autres productions : d’exquis rouleaux peints, des porcelaines aux lignes classiques, essentielles, sans ces affreuses redondances dont se surchargeaient nos chinoiseries, sans doute pour manifester une richesse de parvenus, capables de satisfaire deux bourgeoisies en même temps, en-deçà et au-delà de la Grande Muraille. Et je lirais aussi dans les livres d’histoire de la Chine que c’est avec notre dix-neuvième siècle que cet art est devenu décadent, en se banalisant à travers l’imitation de lui-même jusqu’à se réduire à la production de faux destinés au marché occidental.

20Sans doute n’avions-nous que ce que nous voulions avoir. Et eux, en offrant leurs produits aux conditions dictées par nous, sans doute s’étaient-ils engagés dans une impasse.

21Aujourd’hui, il m’arrive de plus en plus fréquemment de rencontrer ces mêmes objets, amassés dans les vitrines des magasins. Quand nous allions « en délégation » dans la Chine de Mao (je parle du début des années soixante-dix) nous voyions très peu de meubles et d’ustensiles de cette sorte, et seulement dans des magasins pour étrangers où il fallait payer en dollars. Ils envahissent désormais les magasins de Londres, de Paris, de New York et atteignent (quoique avec un certain retard) Rome et Milan. Ironie du destin, un commerce en gros de ces marchandises est venu s’installer juste au rez-de-chaussée de ma maison romaine ! Et chaque jour, entassées dans leurs quatre vitrines, voilà que s’offrent, à poignées, les chinoiseries de masse. Une marée de bonshommes ricanants. Ce ne sont plus des marchandises rares. Elles manifestent le même goût que celles de mon enfance. La qualité en est apparemment plus ordinaire. Même les chinoiseries se sont transformées en bien de consommation de masse, pénétrant l’image que des cercles toujours plus larges d’individus se donnent d’eux-mêmes et des autres.

22Je n’exprime pas seulement ici un jugement esthétique. S’il est vrai que l’art est polysémique, quels sont les signes, rares mais essentiels, auxquels se réduit une marchandise qui se représente comme exotique sur un marché de masse ? L’exotisme – c’est Fanon qui nous le dit – est une forme de simplification. Il enferme, il emprisonne, il enkyste... (ce sont ses propres mots, et il me plaît de les rappeler en ces temps d’oubli insensé) (Fanon 1956). L’exotisme engendre donc le stéréotype, et la production de masse le reproduit dans ses nombreuses variantes.

23L’aboutissement de ce processus peut s’accompagner de la revalorisation d’une ethnicité qui se représente symboliquement dans des objets particulièrement marqués comme locaux, régionaux ou nationaux : une poupée, par exemple.

Le marquage ethnique des objets

24La poupée « chinoise » aux yeux en amande et aux « vrais » cheveux qui se trouvait dans notre vitrine est faite de matière précieuse et porte un habit qui ressemble à un kimono. A nos yeux, son identité ethnique oscillait entre la Chine et le Japon. Sa destination originelle faisait elle aussi problème. Pour qui avait-elle été fabriquée ? Pour une fillette qui jouerait vraiment, ou bien pour nous, pour que nous la regardions sans pouvoir la toucher, puisque telle était, de toute façon, son incontournable destination ?

25Petite femme résumée dans un visage et un habit, peut-être notre « petite chinoise » était-elle dès la naissance semblable à tant de ses sœurs, répandues de par le monde pour y représenter ce lien intime entre une terre et un peuple que seule une image de femme semble pouvoir symboliser. Bien que pour nous cela les générations et qui ne se manifeste pas seulement à travers les traits physiques mais aussi à travers les traits culturels.

  • 3 J’ai trouvé ces informations dans Laura Indrio & Elisabetta Silvestrini (éd.). 1985. Bambole. Trad (...)

26Notre « petite chinoise » n’est pas de facture européenne. Mais il me semble significatif que ce soit avec la poupée que les objets exotiques fabriqués chez nous aient pris une connotation explicitement ethnique. C’est en fait dans la seconde moitié du siècle passé que l’on a commencé dans quelques villes européennes (en France, en Allemagne surtout) à fabriquer industriellement des poupées « de caractère » à la fonction plus ornementale que ludique. A travers les « caractères » qu’elles peuvent représenter figurent aussi des séries « typiquement » nationales ou régionales : régionales pour l’Europe (costumes tyroliens, bretons, etc.), nationales pour les pays de ce qu’on appelle l’Orient, comme la Turquie, l’Égypte, la Tunisie et le Maroc3.

27Visages typés, coiffures et costumes de toute évidence réinventés (le costume naît comme marque d’une identité plus restreinte, de village) signalent des poupées produites en Europe pour la consommation européenne. Comme pour les cartes postales, le lien identitaire entre objet et ethnos représenté se construit en fonction du réseau de distribution, étant donné que le produit marqué comme « ethnique » est mis en vente seulement dans le lieu où il acquiert une signification pour l’acheteur.

28De la poupée « de caractère » à l’airport-doll il s’est écoulé plus d’un siècle d’une histoire qui aujourd’hui passe sans doute plutôt par Taiwan que par Nuremberg, même si c’est en se fractionnant en de nombreuses variantes locales, pas toujours nécessairement dépendantes d’une production industrielle et d’un capital multinational. Mais ces éléments restent encore à étudier. Quant à l’usage que nous en faisons : toujours plus liée à la pratique du voyage touristique et à l’institution du cadeau-souvenir, toujours plus banalisée en étant toujours plus habillée dans des costumes « ethniques » génériques, notre petite femme nous apparaît désormais destinée à atterrir dans des salons qui ne sont plus les salons cossus de mon enfance. Sous-traite à son précieux isolement, elle vivra dans le séjour, peut-être dans la cuisine ou la chambre à coucher, souvent en compagnie de beaucoup d’autres petites femmes semblables à elle, bien qu’elles s’efforcent de paraître différentes.

Tapis persan et carpette marocaine Un ailleurs hiérarchisé

29Les objets présents dans le « salon chinois » représentaient le versant précieux de l’exotisme. Mais il y avait aussi les parents pauvres. Dans la pièce à côté, le bureau de mon père, les chaises – en style art déco et donc très dures – étaient ramollies par des coussins de « marocain ». Le terme « marocain » désigne à la fois une matière, une façon, un ethnos. Le marocain n’était pas aussi noble que le chinois, il était déprécié et considéré comme vulgaire. Il n’était pas là pour faire « bonne figure », mais pour notre confort. Un peu usé il était inévitablement prédestiné à une fin peu glorieuse. Pendant la guerre, nous étions tous sans chaussures, et ma mère porta nos deux coussins chez un cordonnier, pour qu’il en fasse des empeignes. Mais le cordonnier s’est trompé dans les mesures et nous continuâmes tous à aller pieds nus. Devant nos protestations il a répondu : « Mais que sont trois empeignes comparées à la mort ? »

30Oscillant entre les deux pôles vebleniens de la fonction ostentatoire et de la fonction d’usage, chez nous aussi s’étaient mises en place des hiérarchies entre les objets qui impliquaient nécessairement des hiérarchies entre les peuples. Je me souviens bien du respect avec lequel il fallait traiter le « tapis persan » et l’abandon inique dans lequel était laissé la « carpette marocaine », toujours au plus bas de l’échelle des valeurs, comme l’était l’image de son misérable vendeur itinérant. En ce sens, j’en viens à me demander si dans le microcosme de notre salon n’était pas mis en scène le monde lui-même, certes, mais aussi l’ordre suivant lequel nous pensions que se hiérarchisaient les différents peuples et les différentes cultures.

31Mais d’autres tendances commençaient à apparaître, je pouvais le sentir à travers le bazar bariolé de la petite vitrine, où avec le temps s’étaient introduits de nouveaux, d’inimaginables objets de pacotille, comme ce petit cœur de bois grossièrement décoré de fleurs peintes portant la mention Uhreske Hradiste, le nom du village d’une amie tchécoslovaque. Débordants, les objets se sont accumulés jusqu’à faire sauter les fermetures d’une petite vitrine toujours plus encombrée, si bien que s’en est trouvé menacé le principe élitaire même sur lequel elle s’était construite.

32L’effondrement apparent des hiérarchies et les fastes du plus effronté des relativismes sont déjà annoncés dans le style dannunzien. Dans les appartements du Victorien le décor est fait d’une pléthore d’objets et du mélange total des styles les plus différents et des exotismes les plus divers. Ici, l’appariement du chinois et du marocain est fait pour rompre toute distinction entre précieux et vulgaire. Concentré d’univers, le kitsch dannunzien n’annonce pas seulement les excès du moderne marché de masse, il contribue à la constitution de son nouveau sens.

Entre excès d’exotisme et vide de sens L’essor des objets ethniques dans le marché de masse

33Les étals du marché romain de Porta Portese me semblent un observatoire d’un extrême intérêt sous cet angle, peut-être parce qu’en tant qu’habituée assidue, j’ai pu observer une évolution qui sans doute sur d’autres marchés (les Puces de Paris par exemple) est plus ancienne et plus progressive. Les objets qui s’y présentent eux-mêmes comme exotiques y sont arrivés à partir des années du boom économique, se succédant par vagues que je reconstituerais à peu près de la façon suivante. D’abord l’Amérique latine : le Mexique et ses tapis, les broderies et les crèches ; le Pérou et ses tricots d’alpaga. La Turquie et l’Afrique du Nord, avec les chilums et l’argenterie, avaient déjà un marché, mais qui était loin d’atteindre l’extension qu’il prendra par la suite. Plus tard venus, l’Afrique noire avec ses masques et ses colliers, la Chine, l’Inde et son artisanat, les Pays de l’Est avec leurs matriochkas mais aussi des compas et des thermomètres, signes d’un passé technologique que les autres pays n’ont pas connu. Un tiers de l’immense marché est aujourd’hui occupé par ce genre de produits, qui commencent à être signalés comme « ethniques », sur le modèle de l’expression ethnic art forgé en son temps aux usa pour désigner les divers artisanats touristiques ethniquement marqués.

34L’image que nous gardons d’une visite à Porta Portese ou à l’un des nombreux « séjours » de nos appartements d’aujourd’hui est celle d’un multicolore melting-pot qui construit et exalte la différence pour aussitôt la nier. Mais le salon dannunzien, et avec lui le marché de Porta Portese ou le séjour moderne, avec la pléthore d’objets dont ils sont surchargés, mettent aussi en scène la grande fragmentation d’un monde ethnicisé, non recomposable, si ce n’est dans l’utopie d’un geste individuel, constructeur de rythme et d’harmonie esthétique.

35D’un autre côté, le même marché « ethnique » nous semble souffrir aujourd’hui plus que jamais des excès de son succès, contraint comme il l’est à jouer ensemble les deux partitions typiques, celle de l’homologation et celle de la distinction, qui caractérisent l’univers de toute marchandise de masse. D’une part, il y a une incitation au marquage ethnique du produit, mais d’autre part il est inévitable de recourir aux matériaux et aux technologies désormais standardisés et à une distribution qui conduit inévitablement à l’élargissement des marchés. La démonstration nous en est donnée par les marchandises dont la production a les origines les plus diverses – asiatique, européenne... – entassées dans les magasins des grossistes urbains avant de passer enfin, à travers de mystérieux critères de recrutement du personnel, sur les étals des revendeurs ambulants.

36Il faudrait examiner de plus près ce type de commerce, pour comprendre les nouveaux circuits à travers lesquels se constituent les exotismes de masse des paréos, des sacs à main ornés de perles, des bonnets brodés, des éléphants de bois et ces keffiehs qui se sont si bien intégrés à l’habillement juvénile. Ici – à quelques exceptions près – les signes de 1’« ethnicité » semblent se dissoudre dans les formes les plus générales d’un vague exotisme, adapté à tous les marchés, et à la limite de sa propre désémantisation.

37Il faudrait aussi mieux comprendre pourquoi ce petit commerce « ethnique » s’exerce justement dans les mêmes lieux et sur les mêmes étals que les marchandises contrefaites – faux Vuitton, faux Yves Saint-Laurent, fausses vidéocassettes –, produits qui parfois reproduisent fidèlement l’original, parfois jouent avec des marques irrévérencieusement détournées, pour renverser la tromperie et se proposer avec un clin d’œil à un acquéreur qui sait parfaitement à quoi s’en tenir.

38Une chose est sûre : à ce niveau est mise en jeu une catégorie de 1’« authentique » passablement différente de celle sur laquelle s’était appuyée la construction du salon de notre maison, aussi bien pour ses meubles anciens que pour ses décors exotiques. Mise en péril dans l’objet massifié, l’authentification déplace ailleurs ses signes distinctifs : sur le vendeur, un garçon de vingt ans à la peau noire ; dans son discours, qui assure que le petit éléphant a vraiment été produit dans son pays, par un oncle à lui.

Nouveaux signes d’appartenance

39Situé entre les deux pôles d’un excès d’ethnicité et d’un vide de sens, le produit « ethnique » souffre d’une offre excessive. Comme marchandise inflationniste, il peut courir de sérieux risques de disparition, ce qui pourrait signifier la misère pour le pays qui éventuellement le fabrique.

40Quoi qu’il en soit, la fin de l’ethnique est loin d’avoir été décrétée. Soyons attentifs aux parcours des objets et de leurs images : c’est seulement dans le domaine de notre consommation que l’exotisme court le risque que je mentionnais. Ce n’est sans doute pas un hasard si l’industrie du vêtement (particulièrement avec Armani) s’est lancée dans la voie de la mode « multi-ethnique », tout en renvoyant à la World-music et à un antiracisme à la Benetton. C’est donc la formule du métissage culturel qui se propose de prendre la relève, une formule aux contenus à examiner de plus près.

41Mais les acquéreurs des marchandises que nous produisons et que nous exportons sont toujours représentés à nos yeux d’universels dominants comme des ethnies stéréotypées. Les spots publicitaires sont très instructifs à cet égard. Souvent situés dans des décors exotiques avec des personnages fortement connotés comme « ethniques », ils ne promotionnent pas simplement l’offre du produit exotique (banane, chocolat, café) identifié à la personne de l’indigène, comme la tradition en est acquise dans toute la publicité d’origine coloniale. De plus en plus ce sont nos produits (automobiles, machines à laver, réfrigérateurs, nourriture en conserve, sacs à dos...) qui arrivent dans les pays les plus exotiques et les plus étranges, pour y témoigner de l’extension de leur marché et de l’universalité du désir qu’ils suscitent.

42Finalement, dans cet univers des images – autrefois contenu dans une petite vitrine, aujourd’hui encadré sur un écran –, nous pourrons vivre de nouvelles et exaltantes aventures, peut-être même rencontrer le terrible cannibale qui contemple, l’eau à la bouche, notre héros, ce nouvel Indiana Jones en train d’engloutir avec son couteau le contenu d’une boîte du précieux, de l’inégalable thon « Palmera ».

Bibliographie

Références bibliographiques

Appadurai, Arjun (éd.). 1986. The Social Life of Things. Commodities in Cultural Perspective. Cambridge, Cambridge University Press.

Corbey, Raymond. 1993. Ethnographic show Cases, 1870-1930 ». Cultural Anthropology, 8 (3) : 338-369.

Fanon, Franz. 1956. « Racisme et culture », Présence africaine, 8-10.

Indrio, Laura & Elisabetta Silvestrini (éd.). 1985. Bambole. Tradizioni, costumi, cultura di popoli. Rome, Edizioni La Linea.

Sievernich, Gereon & Hendrik Budde (éd.). 1989. Europa und der Orient, 800-1900. Berlin, Berliner Festspiele, Bertelsmann Lexikon Verlag.

Notes

1 Cf. Gereon Sievernich & Hendrik Budde (éd.). 1989. Europa und der Orient. 800-1900. Berlin. Berliner Festspiele, Bertelsmann Lexikon Verlag. (Catalogue, richement illustré et commenté, de l’exposition de Berlin, 28 mai-29 août 1989.)

2 Voir à ce sujet, les études de cas réunies in Arjun Appadurai (éd). 1986. The Social Life of Things. Commodities in Cultural Perspective. Cambridge, Cambridge University Press.

3 J’ai trouvé ces informations dans Laura Indrio & Elisabetta Silvestrini (éd.). 1985. Bambole. Tradizioni, costumi, cultura dì popoli. Roma, Edizioni La Linea. (Catalogue de l’exposition de Rome, Palazzo Barberini, 13 décembre-18 février 1985.)

Auteur

Dominique Blanc (Traducteur)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540