Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Europe entre cultures et nations

 | 
Daniel Fabre

II. Figures de l'appartenance et lien national

L’arbre et la maison

Métaphores de l’appartenance

Dolors Comas d’Argemir
Traduction de Dominique Blanc

Texte intégral

1Dans ce texte je me propose de réfléchir sur la notion d’appartenance comme construction sociale. Je m’intéresserai, plus précisément, aux métaphores généalogiques et naturalistes utilisées pour représenter l’appartenance nationale. Je me référerai aussi à la culture comme concept définissant la spécificité d’un groupe et dont la construction se trouve imprégnée de semblables métaphores.

2La notion d’appartenance nationale (succinctement exprimée par la différence entre les « vrais » autochtones et ceux qui le sont à un degré moindre) est liée aux notions en usage dans le domaine de la parenté. Comme le signale Strathern (1982), les idées sur la famille (exprimées dans le langage de la généalogie et de la biologie) fournissent un modèle à travers lequel sont représentés les caractéristiques et les degrés d’inclusion de l’individu dans les structures plus larges de la vie communautaire. Ainsi, l’appartenance à des niveaux supra-familiaux, comme la communauté locale, la classe sociale ou la nation, par exemple, qui sont des entités abstraites et peu tangibles, est représentée grâce à des opérateurs symboliques fournis par la parenté que l’individu intériorise à partir de ses expériences les plus immédiates.

3En dépit des différences existant entre les divers pays européens, la notion d’appartenance est fondée sur un ensemble de codes culturels qui forment le substrat de l’interaction sociale. Ces codes culturels sont constitués d’un ensemble de symboles qui utilisent le langage de la parenté, avec des métaphores généalogiques et naturalistes, pour représenter une structure sociale complexe et hiérarchisée. Les pratiques sociales et l’interaction en situation pluriculturelle révèlent des processus de réinterprétation des codes culturels qui s’adaptent aux expériences spécifiques et mouvantes de chaque société, ce qui se traduit, à son tour, par des processus sociaux et politiques très divers (codes de la nationalité, lois sur l’immigration, etc.). Cette réinterprétation est ce qui rend possible la continuité des codes sous-jacents, en dépit des discontinuités des processus sociaux et du changement historique.

La culture comme marqueur d’identité ou de différence

4Pour illustrer mon propos je prendrai l’exemple concret des Catalans et de leur notion d’appartenance. Nous pouvons considérer la Catalogne comme une nation sans État. Elle possède toutes les conditions qui font une nation : une langue propre qui a perduré durant des siècles et qui est encore vivante, un territoire bien délimité, ainsi qu’une histoire renvoyant au processus d’intégration politique en Espagne (et en France, pour la Catalogne du Nord dont je ne parlerai pas ici). Pour qui connaît un peu la situation espagnole, il est évident que les Catalans ont un fort sentiment d’identité et que la Catalogne se distingue des autres régions espagnoles par le fait qu’elle est une communauté de langue et de culture. Vue de l’extérieur, la Catalogne apparaît comme une région assez homogène culturellement.

5Ce qui est sans doute moins connu, c’est l’extrême hétérogénéité de la population catalane quant à son origine et à sa composition. Quelques données fournies par la démographe Anna Cabré (1990) sont éloquentes. Depuis le début du siècle la Catalogne a connu l’un des taux de natalité les plus bas d’Europe (inférieur à ceux des pays les plus « malthusiens » comme la France, l’Allemagne ou les pays nordiques). Malgré cela, la population catalane est passée de deux millions de personnes au début du siècle à six millions aujourd’hui. En quatre-vingts ans à peine, la quantité d’immigrés absorbés par la Catalogne (plus de trois millions) est très importante, proportionnellement supérieure à celle des pays considérés comme terres d’immigration (l’Argentine par exemple). Dans les années vingt ces immigrés provenaient des régions limitrophes (Aragon et Levant espagnol), dans les années cinquante et soixante ils venaient essentiellement d’Andalousie, d’Extrémadure et de Castille. Actuellement ce sont des immigrés étrangers, provenant principalement de pays extra-communautaires. Dans tous les cas, il s’agit de personnes possédant une langue et une culture différentes de la catalane, qui ont été intégrées au cours des ans de façon relativement paisible et, tout au moins, sans que cela altère l’image d’une spécificité culturelle des Catalans.

6Les Catalans me font penser aux Mbaya-Guaicuru décrits par Lévi-Strauss (1955) dans Tristes Tropiques. Seulement 10 % des Mbaya sont « fils du sang ». L’adoption est le mode général de perpétuation du groupe, de telle sorte que 90 % de ses membres sont des enfants de peuples vassaux ayant passé leurs jeunes années loin de la tribu dont il feront partie plus tard. Les Mbaya ornent leur corps de très nombreux tatouages et de peintures faites d’arabesques compliquées et de figures géométriques. Un individu n’est considéré comme un membre du groupe à part entière qu’à compter du jour où il les reçoit pour la première fois (en général vers sa quatorzième année). Les traits qui dotent les Mbaya d’une spécificité et manifestent leur appartenance (à la tribu, et à l’intérieur de la tribu, à une caste particulière) sont, par conséquent, d’une nature éminemment culturelle.

7Il en va un peu de même pour les Catalans. Dans leur cas c’est la langue qui sert à discerner qui est et qui n’est pas Catalan. Que la Catalogne ait été historiquement une terre d’immigration, les leaders nationalistes le répètent sans cesse, comme ils rappellent que l’assimilation est la condition pour être considéré comme un membre de la communauté. Plus qu’ailleurs, et peut-être à cause de l’hétérogénéité de la population évoquée plus haut, la culture est l’essence de la nation et la langue en est le symbole le plus marquant.

8La relation entre culture et identité n’est ni univoque ni exclusive. L’individu, en tant que membre de groupes de nature très diverse, peut participer de plusieurs « cultures » et se reconnaître dans différentes formes d’identité. Il s’ensuit que le concept de culture catalane, par exemple, ne se réfère qu’à un certain niveau d’abstraction. Il est évident que toute personne éprouve divers sentiments et divers attachements en rapport avec des expériences communes et des particularités partagées avec d’autres personnes. En certaines occasions peuvent compter l’identité de sexe, de classe ou l’identité professionnelle, par exemple, et dans d’autres contextes l’identité catalane, espagnole ou française. La même personne peut ainsi se sentir profondément européenne et quant à ses goûts musicaux ou vestimentaires participer pleinement de la « culture globale ». Pour comprendre lequel de ces niveaux est le plus important à tel moment et dans telle situation il faut tenir compte du fait que dans la définition de l’identité sociale intervient l’ensemble des stratégies par lesquelles l’individu négocie sa participation à certains types de relations sociales.

9Si la langue est le symbole qui donne son unité à la culture catalane, cela n’exclut pas, cependant, une différenciation interne, car même dans l’usage de la langue on peut distinguer (et de fait elle sert à distinguer) les « vrais » Catalans des nouveaux arrivants (Barrera 1985, Woolard 1989). Aujourd’hui, il n’est pas aisé de rencontrer un « Catalan de souche », né d’ascendants catalans et portant des noms de famille paternelle et maternelle à l’évidence catalans. D’où le fait que la culture est plus utile pour définir l’appartenance au groupe que la race, catégorie utilisée jusqu’à la fin du xixe siècle. En ce qui concerne l’appartenance, est considéré comme Catalan celui qui est né en Catalogne mais aussi celui qui se comporte en Catalan. C’est donc la culture qui manifeste l’appartenance. Mais il est intéressant de constater que le degré maximal d’appartenance présuppose la naturalisation d’une culture théoriquement artificielle, fruit de la création humaine. En effet, nous pouvons observer une différence importante entre les deux conditions citées. Dans le premier cas, pour qui est né en Catalogne (à plus forte raison s’il a des ascendants catalans) la culture est liée automatiquement à l’individu, c’est quelque chose qui pratiquement est né avec lui, comme un prolongement de sa nature. L’étranger, venu d’une autre région ou d’un autre pays, doit apprendre une culture différente de la sienne, une culture qui lui est extérieure. Ainsi, comme le signale Heller (1993), « la culture est instinctive en nous et assimilable pour l’étranger, elle est à la fois naturelle et artificielle ». La culture est donc soumise à un processus de naturalisation.

Métaphores généalogiques

10« Une nation est une famille spirituelle » (E. Renan 1882 : 25).

11La parenté est un système qui possède un noyau de relations et de significations à partir desquelles l’individu conçoit son appartenance. Au-delà de ses dimensions organisatrices et relationnelles, la parenté est une sorte de langage à partir duquel sont représentées d’autres relations et d’autres entités de nature plus abstraite et éloignées de l’expérience quotidienne. L’un des opérateurs symboliques les plus efficaces fournis par la parenté en relation avec l’appartenance réside dans la manière de concevoir la filiation et le mariage comme noyaux de relations génératrices de liens entre les individus.

12Dans son étude sur la parenté nord-américaine, Schneider (1980) montre que dans la définition d’un individu comme parent interviennent deux dimensions complémentaires : est son parent qui se situe par rapport à lui dans telle position généalogique (par la substance), est son parent aussi qui agit avec lui comme un parent (par le comportement). Observons que cette même conception vient de nous servir à définir l’appartenance à la nation : par la naissance (par la substance) et pour avoir assimilé la culture (par le comportement). De fait, la parenté est le système référentiel au moyen duquel se construit le concept d’appartenance et ce même concept est transféré à des entités suprafamiliales, comme dans le cas de la nation. En ce sens « famille » et « nation » sont des métaphores l’une de l’autre. Ceci implique que se juxtaposent leurs images respectives, bien qu’il s’agisse d’entités éloignées, socialement et logiquement (Strathern 1982).

  • 1 Les différentes terminologies de la parenté reflètent habituellement l’aspect contractuel du maria (...)

13Toujours en suivant Schneider (1980), nous pouvons caractériser brièvement le système de parenté bilatérale qui prédomine en Europe. Dans ce système les relations découlant de la filiation sont considérées comme plus importantes, en tant que créatrices de liens, que les relations découlant du mariage. Les variantes régionales du système de parenté peuvent donner la primauté à une lignée sur l’autre, mais ceci n’enlève rien à l’importance accordée à la filiation : une filiation entendue comme « lien du sang », comme consanguinité, comme une chose indestructible donc, puisqu’elle est définie par la naissance et s’inscrit dans un phénomène naturel. Le mariage, en revanche, est transactionnel, il est le fruit d’un contrat. Ainsi, pour exister et se perpétuer, il a besoin d’une motivation : l’amour, aujourd’hui, les convictions religieuses, autrefois1. La pérennité des liens du sang, face au caractère limité du contrat, semble être compensée par les avantages que suppose l’élection dans la création de relations, face à l’inéluctabilité de celles qui découlent de la naissance.

14Dans tous les cas, la famille est conçue comme un ensemble de consanguins auquel sont incorporés de nouveaux membres grâce au mariage. La perspective est toujours socio-centrée : l’affin est l’étranger, l’immigrant, celui qui en entrant dans la famille va rendre possible sa perpétuation. Par suite, le mariage est intéressant quand il introduit de nouvelles personnes, et non quand il en soustrait. D’où le fait que les représentations de la parenté (les généalogies) apparaissent souvent sous la forme d’un arbre, ce qui permet de distinguer l’axe central grâce auquel se reproduit la parentèle – la souche – de ses ramifications. Le lien avec le passé se maintient grâce aux ascendants, avec qui nous partageons « un même sang ». Le lien avec le futur se fait à travers les descendants et comme chaque nouveau mariage apporte « un sang neuf », le lien consanguin des générations postérieures se dilue (c’est la raison pour laquelle on classe les relations par degrés). C’est précisément la sélection continue des parents aux degrés les plus proches qui contribue à délimiter les parentèles.

  • 2 Les Sarakatsans traduisent cette distinction dans leurs dénominations. Ainsi la communauté est-ell (...)
  • 3 L’exemple de la Grèce est intéressant. Il y existe un seul terme pour désigner les positions domin (...)

15Dans sa brillante étude sur le village anglais de Elmdon, Strathern (1982) a décrit la mise en œuvre de ce système au niveau local. On croit fermement dans le village que tout le monde est apparenté, bien qu’il ne soit pas possible de reconstituer tous les liens. Une image d’homogénéité et d’unité est ainsi produite, face à l’étranger. Métaphoriquement le village constitue un seul groupe, c’est une famille, puisque tous sont apparentés2. Métaphoriquement aussi, l’affin, celui qui se marie au village, est un étranger. Cette conception du village comme unité n’interdit pas de le considérer dans le même temps comme hétérogène, à l’intérieur. Il est vrai que l’appartenance locale est fortement liée au fait d’être né dans le village, mais seules les familles les plus riches peuvent faire la preuve d’une présence très ancienne dans le village, car elles sont composées, plus que d’autres, de « vrais » Elmdoniens. La dimension de classe hiérarchise, donc, l’appartenance. La profondeur généalogique ne fait que représenter la continuité et la profondeur des liens de sang3.

16A une autre échelle, celle de la nation, un modèle de représentation semblable est reproduit. Si la nation est une famille spirituelle, comme nous le dit Renan, une vaste représentation généalogique pourrait rendre compte hypothétiquement des liens existant entre tous ses membres. La distinction entre consanguinité et mariage intervient de manière paradigmatique dans l’image de la nation. Ceux qui sont nés au sein de la nation sont les consanguins, ceux qui s’incorporent à la nation, à l’image des conjoints, se subsument en elle et doivent accepter sa logique. Métaphoriquement les « liens du sang » fournissent l’élément qui cimente la nation et lui donne son contenu central. La nation est ainsi conçue comme une entité naturelle (on naît dans la nation, on ne peut la choisir), inéluctable (posséder les caractères nationaux est au-delà de notre propre volonté) et transhistorique (elle est issue des ancêtres, elle est projetée vers les descendants). Toutes ces images alimentent la double conception de la culture à laquelle nous nous référions plus haut : elle est naturelle pour les membres de la nation, elle peut être (et elle doit être) apprise par les étrangers. Cette naturalisation est conçue sur le modèle de la parenté.

  • 4 C’est sans doute l’une des images les plus utilisées dans les discours politiques. Et pas seulemen (...)

17Les idées sur la famille, ou sur des éléments directement liés à la famille (la maison, le foyer, des personnages au rôle-type), ont un énorme pouvoir de connotation. D’où leur utilisation très fréquente en tant que langage métaphorique dans tous les domaines de la vie sociale4. Le pouvoir de cette métaphore est dû aux contenus qu’elle transmet. La famille évoque l’idée d’unité, ce qui n’empêche pas la reconnaissance de différences en son sein. Elle véhicule aussi l’idée de complémentarité entre ses membres, ce qui par ailleurs n’interdit nullement ni la hiérarchie, ni l’autorité. Elle signifie ainsi que la logique du collectif doit prédominer sur les volontés individuelles, et c’est dans cette logique que prennent sens l’effort et les sacrifices mutuels. Organiser ces efforts est la mission des dirigeants de la nation et il n’est pas du tout étonnant que ces dirigeants évoquent des images paternelles. La famille, finalement, nous y insistons encore, véhicule la notion d’appartenance.

  • 5 La République française est représentée par une femme, comme le fut la République espagnole. En Es (...)

18Si la famille est une métaphore de la nation, la maison qui l’abrite est une métaphore de la patrie. La maison, le foyer, évoque l’espace commun où se déroule la vie privée. Elle est perçue comme étant à soi et protégée des interventions extérieures. La maison est, de plus, le lieu de l’intimité, du domestique. C’est là que s’expriment les sentiments et les émotions, où l’on offre protection et appui, où l’on trouve amour et altruisme. Ce n’est pas fortuitement, donc, que l’espace de la nation, la patrie, est représenté par la figure d’une femme (fréquemment d’une femme-mère), d’une personne considérée comme le noyau et le cœur de la famille5.

Métaphores naturalistes

De leur sève, chêne vert et chêne rouvre m’allaitèrent, Les profondes vallées des Pyrénées furent mon berceau, Après le vent, les vagues de la mer me bercèrent, Et les héros de la patrie firent de moi leur héritier
(J. Verdaguer, Pàtria, 1888)

  • 6 Dans l’Allemagne nazie cette association du masculin avec l’ordre symbolique de la nation devient (...)

19La patrie est la terre où nous sommes nés, le pays auquel nous appartenons. La transposition des attributs de la femme à la terre est suffisamment claire dans ce poème de Verdaguer. La terre est le corps maternel : c’est la nature elle-même qui allaite, qui berce et qui élève. A la figure féminine s’en oppose une autre, de type masculin. Les hommes sont ceux qui, en travaillant la terre et en défendant la patrie, créent la nation. Le travail masculin fait fructifier la terre et lui fait engendrer de nouveaux enfants. Les enfants de la terre sont la nation, ils sont les héritiers du legs de leurs prédécesseurs que, suivant la logique de cet enchaînement, ils se chargeront de transmettre à leur tour. La nation incarne l’ordre symbolique masculin6.

20A travers ces images, la généalogie de la nation s’appuie sur un ordre entièrement naturaliste. Elle est la métaphore d’une métaphore. Car si la parenté est un langage permettant d’exprimer les structures les plus vastes de notre monde, la biologie est le langage par lequel s’exprime la logique de la parenté elle-même.

  • 7 Les Maltais utilisent le terme « razza » ou « ta’demm wiehed » pour désigner collectivement les pa (...)
  • 8 D’après Segalen et Michelat (1991) les représentations généalogiques se développent au Moyen Age, (...)

21Nous comprenons alors pourquoi l’on a recours à des images empruntées à la nature quand il s’agit d’exprimer de façon figurée les relations de parenté7. La filiation, comprise comme lien du sang, est une expression claire de cette transposition naturaliste, comme l’est aussi la notion qui lie le sexe (et l’âge) aux rôles dans la parenté (Yanagisako & Collier 1987). Mentionnons encore le choix des arbres pour représenter les généalogies : ils condensent nombre de symboles transmis par la parenté. Les arbres permettent d’exprimer les différences qui découlent de la consanguinité et du mariage (le tronc symbolise la continuité de la famille alors que les branches montrent comment la famille s’étend tout en se diluant). Les arbres évoquent les idées de forteresse, et, surtout, d’enracinement, d’attachement à la terre8.

22Revenons encore une fois à la Catalogne. L’un de ses plus grands écrivains, Eugeni d’Ors, a diffusé au début de ce siècle une image qui s’est profondément enracinée dans l’imaginaire populaire. Il s’agit d’une représentation de la nation à travers la figure d’une femme qu’il désigne comme La Bien Plantée. Cette femme est un arbre. Elle est bien enracinée dans la terre et ses branches s’élancent vers le ciel. Elle est nature, car elle fait partie de la nature, et elle est culture, car pour croître elle doit être cultivée. Elle se nourrit de la terre et transforme en sève le sang des ancêtres qui y sont ensevelis. Même si j’ai résumé là les principaux éléments symboliques, les mots même de l’écrivain méritent d’être cités :

Ainsi est notre Teresa (la Bien Plantée). La chair divine dont est faite Teresa boit la noble sève des morts de sa Race, qui est notre Race, et de la Culture. Cette chair est très ancienne et très cultivée, et c’est ce qui lui donne son parfum. Mais sa forme et son mouvement ont reçu la grâce par l’attraction puissante de l’avenir. Ils ont aussi dans le ciel leurs racines et leur nourriture. La Race dispose de Teresa pour se régénérer, fleurir et fructifier en nouvelle culture. Et c’est cette attraction occulte, cet enracinement dans le futur qui parle par sa bouche, quand elle dit, presque à son insu, avec ses mots si chastes, si admirables et si bien tournés, qu’elle voudrait avoir des enfants à elle. Bien Plantée, Bien Plantée, puisque bien plantée te voilà, chargée de fruits tu seras ! (Eugeni d’Ors 1912, c’est moi qui souligne.)

23Un autre aspect à observer dans ces images : la continuité du passé au futur. Le passé est représenté par les ancêtres, par la terre. Et le présent, ce qu’est une nation, est le produit de ce passé, parce qu’il s’est constitué à partir de lui (n’oublions pas l’importance de la mémoire collective dans la construction de l’identité nationale). Les racines, qui pénètrent dans cette terre, permettent de se nourrir du passé, de façonner le présent. La sève, métaphore de la nature végétale, se transforme en sang, métaphore de la nature humaine. Les liens du sang, la consanguinité, sont aussi le produit de l’enracinement maximal, des racines profondément enfoncées dans la terre. Ainsi le degré d’enracinement devient mesure du degré d’appartenance.

24Ce système symbolique nous fournit les clés de la notion d’appartenance comme construction sociale des formes hiérarchisées d’inclusion. Il n’est donc pas étonnant que les « vrais » autochtones, ceux que l’on considère au degré maximal d’inclusion dans la culture soient présentés au moyen de métaphores clairement naturalistes comme celles que je viens de commenter. J’ai recueilli certaines d’entre elles dans différentes langues européennes et il serait intéressant de compléter cette liste :

Français de souche
Andorrà de soca
Català de soca-rel
Español de pura cepa
Italiano di razza
Português de gema
Full-blooded English
Reinrassiger Deutscher

25Certaines de ces expressions utilisent comme symboles des images du tronc d’arbre (c’est le sens littéral des expressions française et andorrane). D’autres insistent sur l’image de l’enracinement (Català de soca-rel, littéralement : Catalan de tronc et de racines). L’espagnol utilise l’image du cep, qui évoque des racines très profondes, un corps réduit et beaucoup de fruits. Il y adjoint un autre caractère : la pureté. L’acception italienne synthétise en un seul terme le lien entre les symboles végétaux et ceux du sang : razza signifie « race » mais aussi « cep ». L’expression portugaise (littéralement : Portugais de jaune d’œuf) est très intéressante et nous amène vers un autre type de métaphore naturaliste : celle de l’œuf, origine de la vie et, plus concrètement, de son noyau, le jaune. Le sang est la composante de base de l’expression anglaise (littéralement : de sang pleinement anglais). L’expression allemande (littéralement : Allemand de race) a presque totalement disparu aujourd’hui, étant donné l’usage qu’en a fait le nazisme.

26Les éléments naturalistes forment le métalangage de la parenté et fonctionnent comme des opérateurs symboliques de la nation et des degrés d’appartenance. La représentation selon laquelle la nation se compose d’autochtones et d’étrangers décrit à l’échelle nationale ce que l’on trouve aussi à l’échelle familiale, à savoir que la famille est composée de consanguins et d’affins. L’appartenance à la famille s’acquiert par la naissance et de nouveaux membres sont intégrés par mariage. Comme les consanguins ont « le même sang », c’est la profondeur généalogique qui ordonne et hiérarchise les degrés d’appartenance. Unité et hiérarchie, différence et inégalité sont des oppositions complémentaires d’un même modèle de représentation.

En guise de conclusion Opérateurs symboliques et contextes historiques

27Les généalogies synthétisent sous une forme graphique les métaphores naturalistes qui servent à représenter les rapports de parenté. Leur reconstitution suppose, par ailleurs, que soit aussi représentée la façon dont s’articulent les symboles dans tel contexte particulier où ils prennent un sens spécifique. En effet, la reconstitution généalogique est motivée par la recherche des ancêtres. Elle implique que soit mis en œuvre un processus de sélection des lignées de filiation que l’on considère les plus importantes dans la représentation du passé de la famille et de son lien avec un certain territoire. Ainsi l’identité familiale est réaffirmée, un sens est donné à la continuité du groupe. Mais cette continuité est produite seulement au niveau des codes culturels sur lesquels s’appuie l’idée de famille, et non dans les pratiques quotidiennes qui se transforment et sont réinterprétées en fonction d’une expérience variant avec le contexte historique (Hamer 1991).

28Les généalogies contribuent aussi à la légitimation de la position du groupe familial dans le tissu économique et social. Ce ne sont pas de simples regards en arrière, ce sont, avant tout, des justifications du présent et des projections vers le futur. Ceci explique pourquoi certains groupes sociaux ont intérêt, plus que d’autres, à reconstruire leur généalogie familiale. Il semble qu’il existe aujourd’hui un intérêt croissant pour la généalogie dans les classes moyennes. Il est significatif que cet intérêt apparaisse précisément dans une période de mobilité sociale ascendante et de pluralité culturelle, conséquence d’une immigration récente. C’est une façon de légitimer l’ascension sociale et de réaffirmer symboliquement le lien avec le territoire, en montrant la continuité de ce lien, face à la discontinuité que représente l’arrivée d’une population immigrée. L’identité nationale s’appuie donc sur la même logique et les même principes que l’identité familiale.

29A ce propos, se référant à l’identité collective (ethnique, nationale), Pujadas indique qu’

elle consiste essentiellement en une recherche de l’idée de continuité des groupes sociaux, au travers des discontinuités, des carrefours et des changements de direction, sous la forme d’une confrontation dialectique constante entre l’héritage social, culturel, symbolique reconnu par le groupe comme authentique et les circonstances globales « objectives » qui encadrent, contraignent ou délimitent la reproduction du groupe lui-même (Pujadas 1993 : 63).

30Par conséquent, comme dans la famille, la mémoire sociale est un fondement important du maintien de l’identité collective. Comme dans la famille, les codes culturels sur lesquels s’appuie l’idée de continuité sont constamment réinterprétés et adaptés aux circonstances de la situation historique.

31Pour conclure, je terminerai en faisant allusion une dernière fois à l’exemple catalan qui nous a servi d’élément de référence. Comme je l’ai indiqué plus haut, la Catalogne a été historiquement une terre d’immigration et la communauté nationale s’est construite sur la base d’un processus d’assimilation de la population immigrée. Avec l’arrivée d’immigrants originaires de pays extra-communautaires le fondement de ce processus semble s’être modifié. Une certaine crainte sociale face à cette catégorie d’immigrants semble indiquer que l’on perçoit une difficulté majeure dans la conduite d’un processus d’intégration qui voudrait respecter les caractéristiques de la communauté nationale. Il s’agit d’une réaction face à « l’étranger » semblable à celle qui a surgi parallèlement dans les différents pays d’Europe et qui débouche sur de nouvelles résurgences du racisme, souvent masquées par un langage de type culturaliste. Pour utiliser une fois de plus la métaphore de la parenté, il semble que la famille se referme sur elle-même et n’admette plus de nouveaux membres. Il faut se demander, par conséquent, quelles sont les conditions qui déterminent l’ouverture ou la fermeture du groupe, et, par suite, les formes spécifiques adoptées par la construction sociale de l’appartenance ou de l’extranéité.

  • 9 Rappelons, par exemple, qu’au modèle français, qui met en avant l’universalité des valeurs individ (...)

32Dans l’espace européen, il existe différents modèles de compréhension de la relation entre peuple et nation9. Il existe aussi différents types de régulation politique ou juridique de l’intégration, différentes façons de construire l’opposition entre « nous » et « l’étranger ». Ces modèles et ces formes politiques reflètent les relations et les hiérarchies des différents collectifs humains qui se trouvent en interaction dans des situations de pluralité culturelle. Ils supposent une utilisation stratégique des notions d’appartenance et d’extranéité, une réinterprétation des codes culturels sur lesquels s’appuie la construction sociale de telles notions.

33Dans ce texte j’ai essayé d’analyser le système culturel des significations à travers lesquelles se construit la notion d’appartenance, en montrant comment cette notion s’appuie sur des métaphores généalogiques et naturalistes. La connaissance de ces mécanismes est un premier pas vers la reconnaissance des éléments qui nous empêchent de comprendre que la diversité, loin d’être extérieure au groupe lui-même, est l’un de ses éléments constitutifs. Si la notion d’appartenance représente, comme nous avons essayé de le montrer, une construction hiérarchisée des formes d’inclusion, nous devons en conclure qu’il n’existe pas de catégories neutres ; toute gradation, tout éloignement du noyau central, suppose une différenciation. Et si nous sommes tous différents, il faut reconnaître aussi que, d’une façon ou d’une autre, nous sommes tous des étrangers.

Bibliographie

Références bibliographiques

Barrera, A. 1985. La Dialéctica de la identidad en Cataluña. Un estudio de Antropología social. Madrid, Centro de Investigaciones Sociológicas.

Boissevain, J. 1986. « Parenté et rôles familiaux à Malte », in (éd.), Les sociétés rurales de la Méditerranée. Aix-en-Provence, Édisud : 124-135.

Cabré, A. 1990. « Les migracions a Catalunya, 1900-2000 », Els movimenti humans en el Mediterrani Occidental. Barcelone. Institut Català d’Estudis Mediterranis : 281-289.

Campbell, J.K. 1964. Honour, Family and Patronage. Oxford, Oxford University Press.

D’Ors, E. (Xenius). 1912. « La Ben Plantada », Glosari, La Veu de Catalunya, Barcelone.

Hamer, J.A. 1992. « Continuity and Discontinuity : History and Process in the Saga of a Swedish Family », Peasant Studies, 18 : 149-197.

Heller, A. 1992. « Pluriculturalismo », El País, 6 février 1992 : 14.

Lévi-Strauss, C. 1955. Tristes Tropiques. Paris, Plon.

Prats, LI. 1988. El mite de la tradició popular. Els origens de l’interés per la cultura tradicional a la Catalunya del segle xix. Barcelone, Edicions 62.

Pujadas, J.J. 1993. Etnicidad. Identidad cultural de los pueblos. Madrid, Eudema.

Renan, E. 1882. Qu’est-ce qu’une nation ? Paris, Calmann-Lévy.

Russell, E. 1992. « Katherine Burdekin’s “Swastika Night” : the Search for Truth and Texts », Foundation. The Review of Science Fiction, 55 : 36-43.

Schneider, D.M. 1968. American Kinship. A Cultural Account. Englewood Cliffs, N.J. Prentice-Hall.

Segalen, M. & C. Michelat. 1991. « L’amour de la généalogie », in M. Segalen (coord.), Jeux de familles. Paris, Presses du cnrs : 193-209.

Strathern, M. 1982. « The Place of Kinship : Kin, Class and Village Status in Elmdon, Essex », in A.P. Cohen (éd.), Belonging. Identity and Social Organisation in British Rural Cultures. Manchester, Manchester University Press : 72-100.

Verdaguer, J. 1888. Pàtria. Barcelone, Publicació de la Ilustrado Catalana.

Vernier, В. 1991. La Genèse sociale des sentiments. Aînés et cadets dans l’île grecque de Karpathos. Paris, Éditions de l’Ecole des hautes études en sciences sociales.

Woolard, K.A. 1989. Double Talk. Stanford, Stanford University Press.

Yanagisako, S.J. & J.F. Collier. 1987. « Toward a Unified Analysis of Gender and Kinship », in J.F. Collier & S.J. Yanagisako (éd.), Gender and Kinship. Essays Toward a Unified Analysis. Stanford University Press : 14-50.

Notes

1 Les différentes terminologies de la parenté reflètent habituellement l’aspect contractuel du mariage. Ainsi, les parents par alliance sont-ils dits « in-law » en anglais (de par la loi), « políticos » en espagnol (par contrat), « postissos » en catalan (postiches), « affine » en italien (affins), « thallat » en maltais (mêlés). Le français fait une inversion symbolique intéressante quand il utilise « bon » et « belle » devant ce type de termes de parenté.

2 Les Sarakatsans traduisent cette distinction dans leurs dénominations. Ainsi la communauté est-elle composée de parents (i dhiki, les siens) et d’étrangers (i xeni). Il existe enfin une troisième catégorie, intermédiaire, qui comprend les étrangers devenus parents par mariage (i simpetheri) (Campbell 1964 : 45).

3 L’exemple de la Grèce est intéressant. Il y existe un seul terme pour désigner les positions dominantes dans l’espace social et dans l’espace familial. Il s’agit du mot « canacare » : il désigne les paysans les plus fortunés mais aussi les héritiers d’une famille. Les canacares perpétuent le nom de leurs maisons et ce sont eux qui comptent réellement dans la dynamique sociale. Ils possèdent richesse et pouvoir et ils représentent toute la communauté (Vernier 1991).
A partir de la théorie populaire des ressemblances familiales, Vernier analyse la perception de cet ordre social à Karpathos. On croit que les aînés ressemblent à leurs pères, alors que les cadets ressemblent un peu à tout le monde (on considère qu’ils sont abâtardis). Cette idée est liée au fait que les cadets ne peuvent donner naissance à des lignages « purs », à la différence des canacares. Le système social villageois est donc fondé sur des relations hiérarchisées par leur nature et c’est la théorie biologique qui sert de base à cette naturalisation (Vernier 1991 : 134-135). Nous reviendrons plus loin sur cette transposition du biologique au généalogique.

4 C’est sans doute l’une des images les plus utilisées dans les discours politiques. Et pas seulement en Europe : le président Clinton a abondamment utilisé cette métaphore (avec la métaphore religieuse) lors de son discours d’investiture.

5 La République française est représentée par une femme, comme le fut la République espagnole. En Espagne, il est fait constamment référence à la « mère patrie ».

6 Dans l’Allemagne nazie cette association du masculin avec l’ordre symbolique de la nation devient explicite (Russell 1992).

7 Les Maltais utilisent le terme « razza » ou « ta’demm wiehed » pour désigner collectivement les parents par le sang (cognats). Dans ce cas on utilise directement une catégorie naturaliste comme catégorie de parenté (Boissevain 1986 : 130).

8 D’après Segalen et Michelat (1991) les représentations généalogiques se développent au Moyen Age, associées aux structures du lignage. Initialement, la métaphore la plus utilisée était celle du corps humain, jusqu’à la diffusion des arbres symboliques, grâce auxquels la notion de filiation (représentée par les racines) est combinée avec l’espérance d’un futur (les branches dirigées vers le haut).

9 Rappelons, par exemple, qu’au modèle français, qui met en avant l’universalité des valeurs individuelles et fait jouer un rôle clé à l’État comme communauté politique, s’oppose l’utopie communiste de la création d’une politique universelle et d’une homogénéisation des groupes sociaux. Alors qu’en Allemagne s’est imposée une vision organiciste de la nation, comprise comme une communauté culturelle, en Grande-Bretagne un modèle de coexistence pluriculturelle s’est instauré.

Auteur

Dominique Blanc (Traducteur)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540