Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Europe entre cultures et nations

 | 
Daniel Fabre

II. Figures de l'appartenance et lien national

Un ethnicisme transnational

La résurgence de l’identité valaque dans les Balkans

Jean-François Gossiaux

Texte intégral

1Comment justifier l’emploi d’un inélégant néologisme, de surcroît dans un titre ? Par ethnicisme j’entends la valorisation (philosophique, idéologique...) de l’identité ethnique, la représentation (plus ou moins théorisée) de l’ethnie comme source de valeurs et principe d’action. Néologisme pour néologisme, pourquoi ne pas adopter ethnisme, qui a le mérite de la simplicité et qui est d’ailleurs parfois utilisé ? Mon argument sera que « ethnicisme » dérive directement de l’adjectif « ethnique », comme « nationalisme » dérive de « national » : on ne parle pas de « nationisme ». A quelle réalité cependant correspond ce parallèle morphologique – si tant est qu’il ne soit pas purement gratuit ? Ethnicisme et nationalisme constituent-ils deux niveaux d’un même phénomène, ou relèvent-ils de deux dimensions, irréductibles l’une à l’autre, de l’imaginaire et de la pratique politiques ? En deçà du débat théorique, je me bornerai ici à alimenter la discussion d’un exemple choisi dans les Balkans.

2Un tel choix n’atteste pas a priori une grande originalité, tant il est vrai qu’en matière d’ethnicité, de nations, de nationalismes, la péninsule constitue un véritable concentré anthropologique. Les Valaques, toutefois, présentent un certain nombre de singularités qui dans ce contexte même peuvent alimenter la réflexion. Ces Valaques ne sont pas les habitants de la Valachie, dont ils ne tiennent d’ailleurs pas leur nom – c’est en fait plutôt l’inverse. L’ethnonyme serait d’origine germanique (Poghirc 1989), procédant du nom générique donné par les Germains à leurs étrangers, les Celtes, les Gallo-Romains, les Latins (cf. l’allemand welsch : roman, latin, étranger, Welschen : les Latins, Welschland : la France, l’Italie, Wallach : Roumain, Wlach : Macédo-roumain ; l’anglais Welsh, Gallois ; le polonais Wolosy : Roumain, Wlochi : Italien ; et le français Wallon). Le terme désigne actuellement une population de langue romane disséminée dans les Balkans mais également, phénomène fréquent en matière d’ethnonyme, une profession et une catégorie sociale. En effet, les Valaques pratiquaient traditionnellement le pastoralisme nomade ou semi-nomade, et « valaque » est devenu un nom commun qualifiant ceux qui se livraient à cette activité, qui avaient ce mode de vie. Selon un processus également courant, l’ethnonyme s’est chargé d’une connotation péjorative dans un jeu de nominations entre groupes, hors de sa signification originelle. Ainsi, les Serbes sont parfois appelés Valaques par les Croates. Tous ces glissements sémantiques ne simplifient pas les reconstitutions ethnogénétiques, au demeurant toujours hasardeuses. Disons simplement que s’opposent deux thèses principales, non dépourvues bien sûr d’implications idéologiques et politiques. Selon la première, qui s’appuie essentiellement sur des arguments linguistiques, les Valaques des Balkans seraient descendus du nord du Danube, soit aux environs du dixième siècle, soit quelques siècles avant, avec les Avars. La seconde thèse, celle de l’autochtonie, présente elle-même deux variantes. L’une, que l’on pourrait qualifier d’« hyper-autochtone », les relie sans solution de continuité à une population archéo-balkanique (dont la nature reste à définir), linguistiquement romanisée sous l’Empire. L’autre les situe dans la filiation directe de soldats et de colons romains. C’est dans la région de Macédoine, où ils sont dénommés Aroumains, ou Macédo-Roumains, que les Valaques sont aujourd’hui le plus présents. On en rencontre également un nombre considérable en Albanie et en Grèce. En Serbie, où on les appelle Cincari, ils sont essentiellement disséminés dans les villes. Il existe par ailleurs dans le nord-est de la Serbie, au sud du Danube, un important groupe valaque dont l’origine est controversée et qui, s’il ne se rattache pas aux Aroumains, se distingue néanmoins des Roumains de l’autre rive.

Les deux figures de la tradition valaque

3Le destin des Valaques apparaît comme un dérivé de celui des Balkans – et singulièrement de la Macédoine –, comme la conséquence secondaire des affrontements historiques dont la région fut le théâtre et l’enjeu. La dernière grande rupture fut celle des guerres balkaniques (1912-1913), avec la partition du territoire macédonien qui en résulta. Coupés de leurs zones de pâturage, les éleveurs aroumains commencèrent à se sédentariser. Leur mode de vie pastoral tendit ainsi à perdre de sa spécificité, alors que, de chaque côté de la frontière, les uns et les autres s’intégraient à des univers étrangers. Ce n’était cependant pas là le premier ni le plus violent ébranlement dans l’histoire de cette population. Le sac de Moschopoli, à la fin du dix-huitième siècle, est considéré comme le point de départ de la diaspora des Valaques à travers les Balkans et au-delà. Des Valaques urbains, tout au moins. Car la tradition valaque se présente sous deux figures : celle du pasteur nomade et celle du citadin (commerçant, artisan, aubergiste ; en tout cas riche), la transition entre les deux étant assurée par le personnage du caravanier, marchand de laine, puis marchand tout court. Dans l’empire ottoman, plusieurs villes avaient une population essentiellement aroumaine, la plus importante étant Moschopoli, sur le territoire de l’Albanie actuelle, qui au moment de sa destruction comptait plusieurs dizaines de milliers d’habitants. Les Aroumains ont – suivant un processus amorcé avant même cette destruction – essaimé dans toute l’Europe (Djuvara 1983) et donné naissance à quelques illustres dynasties familiales : les Sina, les Averoff, les Karajan (probablement)... Plus modestement, et plus près dans les Balkans, ils ont sous le nom de Cincari formé la principale, sinon l’unique composante orthodoxe – au demeurant réduite – des villes de Serbie. Et l’on a pu dire (Popovic 1937) qu’ils ont constitué le noyau de la bourgeoisie serbe.

4J’ai indiqué que les parties issues de la dislocation de l’ensemble valaque, après les guerres balkaniques, s’étaient chacune de son côté intégrées à des entités étrangères. La faculté d’intégration dans la société englobante a en fait toujours caractérisé les Valaques, bien avant les choix forcés par l’émergence des États-nations. Cette faculté passe elle-même par une compétence linguistique « tous azimuts » leur permettant de maîtriser, en plus de leur langue vernaculaire et à côté de celle de leurs voisins immédiats, au moins une langue véhiculaire, généralement celle des orthodoxes, le grec. Elle passe aussi par une adhésion volontariste aux valeurs de cette société, y compris dans leur composante nationaliste. Il n’y a pas meilleur Grec qu’un Valaque grec, pas meilleur Serbe qu’un Valaque serbe. Et il n’y avait pas meilleur socialiste yougoslave qu’un Valaque yougoslave.

5C’est d’ailleurs le cas des Valaques « ex-yougoslaves », et en particulier celui des macédoniens (c’est-à-dire de la République de Macédoine), que je prendrai pour illustrer la résurgence identitaire annoncée en titre. La succession des régimes politiques dans ce qui s’est appelé la Yougoslavie ressemble – nonobstant sa dimension dramatique – à l’exécution d’un protocole expérimental éprouvant tous les modes possibles de l’identité. Et, de même qu’elle est le cœur des Balkans, la Macédoine est le centre de l’identité valaque.

6Sans, bien sûr, faire partie des peuples « constituants » de la Fédération, ni même compter au nombre des « nationalités » (c’est-à-dire des minorités nationales) jouissant d’une représentation politique et de droits culturels et éducatifs spécifiques, l’entité valaque était reconnue comme « appartenance nationale » dans la Yougoslavie socialiste. Le recensement de 1971 fait ainsi apparaître 22 000 Valaques, effectif qui passe à 32 000 à celui de 1981. Il ne faut évidemment pas prendre cette augmentation pour argent comptant, c’est-à-dire pour un phénomène démographique, naturel ou migratoire. La progression est celle de l’affirmation identitaire en tant que telle. Cependant, ces chiffres officiels restent très loin des estimations habituellement données. Celles-ci varient elles-mêmes considérablement selon les sources et selon les interlocuteurs, pouvant aller de moins de 100 000 à deux ou trois millions d’individus – pour une aire dépassant toutefois la seule Yougoslavie. Mais, en tout état de cause, il semble qu’il s’agisse d’une population non négligeable. Un voyageur anonyme du seizième siècle parle des Valaques comme du plus grand peuple des Balkans, fort de quatre millions d’unités (P. Atanasov, com. pers.). Plus près de nous, Th. Capidan situe leur nombre entre 300 000 et 500 000 (Capidan 1937). Un exemple donnera une idée de l’écart possible entre les statistiques et la réalité : à Krusevo, ville macédonienne d’environ 10 000 habitants, on estime qu’actuellement la moitié de la population est valaque, alors que le dernier recensement fait apparaître une proportion de 15 %.

Une identité dévalorisée

7Quelles sont les raisons d’une telle sous-estimation – d’une telle autominoration, pourrait-on dire, puisque le « déficit » provient des Valaques qui ne se déclarent pas comme tels aux recensements ? Une première explication, avancée par les intéressés eux-mêmes, tient au nombre important des mariages mixtes, dont les enfants se déclarent de la nationalité slave dominante (macédonienne, serbe...) « pour des raisons de commodité ». Évidemment, ce genre de réponse ne fait que déplacer le problème et n’indique pas en quoi le fait d’afficher une appartenance valaque est si malcommode, pourquoi l’identité valaque est dominée par l’identité concurrente. A ce niveau, le discours indigène joue sur deux registres. D’une part, il n’est pas socialement valorisant (il est même franchement dévalorisant) de se reconnaître Valaque. D’autre part, il n’est pas (il n’était pas) politiquement opportun de se proclamer Valaque.

8Le thème de la dévalorisation sociale, auquel notamment sont censés être sensibles les jeunes de la ville, fait écho à une série de stéréotypes négatifs qui ressortissent au modèle du pasteur nomade. Les Valaques, ce sont les « sauvages », ceux qui sont trop habillés, qui portent des vestes de peau, ceux dont les femmes sont tatouées et portent des vêtements noirs sans la moindre broderie... Il est naturel, dans ces conditions, que « les jeunes (aient) honte de leur propre langue » (selon les termes utilisés par un informateur valaque en avril 1993). Quant au second motif, celui de l’inopportunité politique, de la domination slave, il est malaisé d’en démêler la part de réalité et la part de fantasme. (On peut donner des exemples de belles carrières communistes chez des Valaques avérés.) Mais il est certain que la réputation des Valaques charrie, à côté de l’image du nomade, une autre série de stéréotypes qui ne se trouvaient pas précisément en harmonie avec les valeurs socialistes. En l’occurrence, c’est principalement le modèle urbain, celui du marchand, qui est en cause -encore que certains caractères en soient également attribués aux pasteurs. Richesse, thésaurisation, avarice, domination, noyautage du pouvoir, opportunisme, arrivisme..., tels sont les traits de personnalité et de comportement qui dessinent leur portrait le moins sévère. Toute une tradition orale – dictons, plaisanteries, histoires drôles – brode sur le sujet, avec également quelques variations sur la légèreté des femmes valaques. Hormis peut-être ce dernier point, et nonobstant les jugements de valeur plus ou moins implicites (et évidemment négatifs) qu’elle comporte, cette image archétypique n’est pas totalement sans rapport avec la situation traditionnelle des Valaques au sein de la société. Ceux-ci avaient en effet, sous les Ottomans, le monopole de certaines activités, ils étaient les seuls parmi les orthodoxes à pouvoir accumuler du capital, et certains, comme nous l’avons vu, accédaient à des positions très élevées au niveau européen. Même parmi les éleveurs, les Valaques avaient toujours les meilleurs pâturages, négociés à prix fort avec les Turcs. Leur prééminence sur les Slaves apparaissait générale.

Naissance d’un ethnicisme

9En tout état de cause, et quoiqu’il en soit de la réalité sociale et de ses représentations, l’identité valaque avait toujours été, sinon occultée, du moins voilée, « mise en veilleuse ». Elle n’avait jamais été un objet de revendication explicite, et jamais une entité valaque ne s’était constituée en tant que telle comme sujet politique. Or, depuis quelques années, depuis l’éclatement de la Yougoslavie, on assiste à une sorte de « renversement stratégique » de la part des Valaques, ou de certains d’entre eux, avec un foisonnement de manifestations identitaires à tous les niveaux, institutionnel, organisationnel, personnel. Le phénomène est particulièrement spectaculaire en République de Macédoine. Le préambule de la Constitution mentionne explicitement les Valaques parmi les nationalités constitutives du nouvel État. Des émissions en langue valaque sont régulièrement diffusées à la télévision et à la radio. Dans plusieurs villes existe une association valaque, l’ensemble des associations étant fédérées au niveau de la République par une ligue valaque. Le propos de cette ligue est d’« œuvrer pour la réalisation des droits de l’homme, d’agir dans le domaine de la langue, de la culture, du folklore, de l’éducation ». Elle se tient « loin de la politique », ce qui ne signifie pas qu’elle ne doive pas « participer à la vie publique » (entretien avec le président de la ligue de Macédoine, avril 1993).

10La sphère privée, la sociabilité informelle sont également investies par cette identité nouvelle (ou renouvelée). Des bribes de conversation en dialecte révèlent ainsi ostensiblement des ascendances valaques insoupçonnées. La (re)découverte des origines touche particulièrement les personnalités en vue. En exagérant à peine, on pourrait dire que tout ce qui « porte un nom » à Skopje a été, est ou sera Valaque. Et cette ascription n’est pas subie ; elle est acceptée, voire revendiquée. Les stéréotypes négatifs se retournent en valeurs positives. L’appât du gain devient esprit d’entreprise, la richesse devient preuve de compétence, l’arrivisme devient dynamisme. La stigmatisation de classe est inversée.

11Reste qu’il faut trouver un support, des marqueurs à cette identité devenue distinguée. Pour parler à la manière de Barth, il faut relever des frontières ethniques qui faute d’entretien tombaient en ruine. Et c’est là, évidemment, qu’apparaissent les difficultés. Les caractères pastoraux prennent certes une valeur positive en s’éloignant dans l’ethnographie et le folklore. Mais cet éloignement même, la disparition du mode de vie dont ils étaient la manifestation, les rendent peu adaptés au codage d’une réalité résolument actuelle. Ne demeure du pastoralisme qu’une vague référence éthique. L’héritage de la fraction urbaine, bourgeoise, de la population valaque n’est pas non plus d’un grand secours, dans la mesure où celle-ci a toujours eu une stratégie de non-distinction, si ce n’est d’assimilation, vivant selon les circonstances « à la turque » ou « à la franque ». Quant à l’emblème identitaire par excellence, la langue, sa mise en œuvre se heurte aux difficultés habituelles en la matière : perte de compétence des jeunes générations, rivalité entre les différents dialectes pour la fixation de la langue écrite, etc.

12Quoi qu’il en soit de ces difficultés, le volontarisme, l’activisme même qui se manifestent autour de la renaissance valaque attestent la nature politique du phénomène – comme en témoigne la référence aux « droits de l’homme ». Il ne s’agit pas d’un simple mouvement culturel, mais bien d’un ethnicisme, au sens que j’ai donné à ce terme en préambule. En quoi cet ethnicisme se distingue-t-il du nationalisme qui constitue le premier et l’arrière-plan du paysage politique régional ? La réponse ne se trouve pas dans le discours indigène : les Valaques, comme les autres, s’approprient le concept de narod (peuple) ou, dans un registre plus moderne, de nacionalnost. Il est par ailleurs certain, réciproquement, que le nationalisme partout à l’œuvre dans les Balkans procède de l’ethnicisme, de la valorisation d’entités définies par des « frontières ethniques » soigneusement maintenues, entretenues.

13La différence se situe dans le rapport à l’État et au territoire. La revendication valaque n’est pas celle d’un État-nation, ni même d’une quelconque autonomie territoriale. Elle n’est pas non plus celle des « minorités nationales », telle la population albanaise de Macédoine, qui, appuyées sur une entité de référence extérieure, sur une mère patrie, cherchent à se poser en partie prenante de l’État et négocient en permanence leur situation au sein de celui-ci. (Les Aroumains ne se veulent pas Roumains ; certains expliquent même que leur a est un a privatif.) Les Valaques, en fait, n’ont pas rompu avec leur stratégie traditionnelle d’insertion dans la société englobante. Leur affirmation collective se situe à un autre niveau. Car, de même que les associations locales se regroupent en une ligue au niveau de la République et ne prennent sens que par rapport à celle-ci, cette ligue elle-même ne se conçoit que comme un élément de la ligue balkanique, qui est une composante de la ligue mondiale. Et il semble bien que cette organisation pyramidale ne soit pas seulement théorique, mais qu’elle fonctionne, ou qu’elle cherche à fonctionner, réellement. Dans ce contexte, la revendication des Valaques à l’égard de l’État -des différents États – vise essentiellement à obtenir la reconnaissance, et les moyens, de cette dimension transnationale.

14Comme la parenté, l’ethnicité constitue le matériau de réseaux relationnels aussi efficaces que « naturels » ; des réseaux qui peuvent fonctionner à l’intérieur d’une société comme par delà les frontières, en situation d’autochtonie comme en situation d’émigration. Les Valaques n’ont pas attendu la fin de ce siècle pour en éprouver les vertus. Consubstantiel à leur spécificité professionnelle dans les Balkans, leur art du contact, de la relation, a trouvé dans leur essaimage en Europe, puis en Amérique (Fatse 1983), l’occasion de s’exercer sur une vaste échelle. Avec la fin des régimes communistes dans l’Europe de l’Est et du Sud-Est, le surgissement du capitalisme et l’ouverture des frontières ont créé un contexte économique dans lequel l’étendue des « relations », l’entregent international peuvent se révéler essentiels. L’ethnicisme apparaît comme la réponse des Valaques à ce nouvel état du monde. Pour Gellner, le nationalisme du dix-neuvième siècle a été la tentative de doter d’un toit politique les hautes cultures nécessaires à l’avènement de la société industrielle (Gellner 1983). L’ethnicisme « à la valaque » ne constitue-t-il pas, de la même façon, un effort pour consolider politiquement la matière culturelle de ces réseaux transnationaux qui doivent permettre d’entrer de plain-pied dans le capitalisme du vingt et unième siècle ?

Bibliographie

Références bibliographiques

Antonijevic, Dragoslav. 1982. Obredi i obicaji balkanskih stocara (Rites et coutumes chez les pasteurs des Balkans). Belgrade, sanu.

Capidan, Théodore. 1937. Les Macédoroumains. Esquisse historique et descriptive des populations roumaines de la Péninsule Balkanique. Bucarest.

Djuvara, Neagu. 1989. « La diaspora aroumaine aux xviiie et xixe siècles » in Les Aroumains. Paris, Publications Langues’O : 95-125 (Cahiers du Centre d’étude des civilisations de l’Europe centrale et du Sud-Est, 8).

Fatse, Beverlee A. 1983. « Ethnic Solidarity and Identity Maintenance. Arman Ethnicity » in Paul Henri Stahl (éd.), Études et documents balkaniques et méditerranéens. Recueil II. Paris : 50-96.

Gellner, Ernest. 1983. Nations and Nationalism. Oxford, Basil Blackwell.

Poghirc, Cicerone. 1989. « Romanisation linguistique et culturelle dans les Balkans. Survivances et évolution » in Les Aroumains. Paris, Publications Langues’O : 9-44 (Cahiers du Centre d’étude des civilisations de l’Europe centrale et du Sud-Est, 8).

Popovic, Dusan. 1937. О Cinconina. Prilozi pitanju postanka nase carsije (Des Cincari. Contribution à la question de l’origine de notre bourgeoisie). Belgrade.

Stahl, Paul Henri. 1974. Ethnologie de l’Europe du Sud-Est. Une anthologie. Paris/La Haye, Mouton. (Textes de Leake, Pouqueville, Weygand.)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540