Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Europe entre cultures et nations

 | 
Daniel Fabre

I. Identités et patrimoines

Biens culturels sans culture : le patrimoine ethnologique italien

Pietro Clemente
Traduction de Liliane Izzi

Texte intégral

1En Italie, la législation concernant les « biens culturels », c’est-à-dire le patrimoine que l’État entend valoriser et transmettre en héritage aux générations futures, n’inclut pas les activités et les produits, actuels ou passés, liés aux cultures locales et au labeur quotidien des gens ordinaires. Il existe pourtant une muséographie spontanée des objets du monde rural et une prise de conscience assez large de la valeur des cultures traditionnelles et locales, accompagnée de fortes retombées, y compris sur le plan touristique. Malgré cela, l’initiative publique, dont la charge incombe au ministère de la Culture – en Italie : « des Biens culturels » (Beni Culturali) – et à diverses structures centrales et périphériques (Institut central du Catalogue, sous-directions, etc.), ne prend pas en considération de façon spécifique les biens dits « démo-ethno-anthropologiques », pas plus que la qualification anthropologique et muséographique de ceux qui les collectent, les présentent ou les étudient (Lattanzi 1990 ; Tozzi Fontana 1984). Les « biens culturels » relèvent de la compétence des historiens de l’art, ainsi que des archéologues et des architectes (Perego 1987).

  • * Le pluriel italien du texte original (patrimoni etnologici) est rendu par le singulier français en (...)

2Parmi les institutions qui traitent officiellement des « biens culturels » démo-ethno-anthropologiques (Bronzini 1985 ; Cavalcanti 1984 ; Nobili 1990) – nous les nommerons désormais, conformément à la terminologie dominante en Europe, « patrimoine ethnologique* » – il en est une particulièrement représentative du grand projet, resté en suspens, destiné à doter les collections ethnographiques italiennes d’une dimension nationale : le Musée national des Arts et Traditions populaires de Rome (Cocchiara 1981 ; Cirese 1977).

3Il s’agit d’une structure créée essentiellement dans le but de réunir et de gérer un patrimoine composé d’objets recueillis à l’occasion du Congrès et de l’Exposition d’ethnographie italienne de 1911. Né dans les années 50, après quarante ans d’hibernation, le Musée, en l’absence d’une organisation nationale de la conservation et d’une reconnaissance des qualifications professionnelles, est une sovrintendenza, une sous-direction dont l’initiative et le rôle national sont assez limités et dont les fonctionnaires, y compris les anthropologues de formation, ont été recrutés sur des critères étrangers à la discipline.

4Si l’on veut reconstituer l’histoire nationale du patrimoine ethnologique, le Congrès et l’Exposition de 1911 représentent un moment essentiel (Cirese 1973 ; Puccini 1985). Organisés cinquante ans exactement après la proclamation de l’unité de la nation italienne et peu de temps avant la guerre qui brassera pour la première fois les populations des différentes régions dans les tranchées du nord-est, ces manifestations se situent par ailleurs dans un climat intellectuel qui voit décliner la culture positiviste dominante au profit de l’idéalisme et de l’historicisme (Clemente 1985). Il est en tout cas certain qu’un vif débat a eu lieu alors sur le projet d’une muséographie nationale, sur le rapport entre collection régionale et typologie, sur l’importance des témoignages, au sein même de l’unité nationale, concernant la richesse des cultures locales en tant que trait caractéristique de la vitalité italienne. Il est certain aussi que ce débat a été suspendu pour très longtemps et le projet interrompu. Sa reprise dans les années soixante peut donc difficilement être replacée dans une continuité, elle se présente plutôt comme une floraison nouvelle qui s’est épanouie près des « ruines » du passé. Par ailleurs, l’intérêt que le fascisme a manifesté pour les cultures locales se situait plutôt dans le cadre d’une re-folklorisation ruraliste, assez cohérente avec la relance d’une agriculture autarcique, et l’action de certains mouvements intellectuels anti-modernistes (comme Strapaese). Ce qui n’a pas empêché le fascisme de manifester son hostilité aux aspects anti-unitaires des régionalismes.

5A observer avec le recul la longue histoire des cultures populaires et régionales, de l’intérêt pour l’ancien, du romantisme, du comparatisme positiviste, historique ou historico-culturel, jusqu’au long « aujourd’hui » qui s’étend du second après-guerre jusqu’à nos jours, on a l’impression que le patrimoine ethnologique des cultures locales et des classes populaires n’a jamais eu une légitimité pleine et entière aux yeux des groupes dominants, pas plus qu’à ceux de leurs opposants. Les premiers le trouvaient quelque peu dangereux face à la fragilité de la récente unité de l’Italie, les seconds le trouvaient bien peu important pour des revendications de type social ou régional dans lesquelles les particularités culturelles étaient considérées comme secondaires, quand elles n’étaient pas jugées anti-progressistes.

6Il y a donc une future question « nationale » non résolue à l’origine du désintérêt public pour la prise en compte du riche patrimoine des cultures locales, régionales et de classe. Une richesse qui aujourd’hui encore caractérise l’Italie par rapport à d’autres pays d’Europe, même si depuis plusieurs générations il est question de sa disparition. Une richesse que l’opinion publique, le tourisme et les mass-media ont redécouverte avant notre législation, et mieux que notre classe politique. Même quand cette dernière met en avant de façon polémique les aires territoriales, elle en définit l’identité comme un fait économique plus qu’elle n’en souligne les liens avec une tradition culturelle (c’est l’identité comme forme territoriale du lobby, utilisant la notion d’ethnicité sans lui donner de contenu historique et culturel).

7Quoi qu’il en soit, la communauté scientifique des « démo-ethno-anthropologues » italiens, avec des nuances diverses et des recours différents à leur propre passé, revendique auprès du ministère des Beni Culturali une reconnaissance, une législation, une déclaration de professionnalisme que seul le peu de poids quantitatif, et les faibles moyens de pression de nos disciplines nous ont empêché d’obtenir jusqu’ici (Clemente 1993).

8Dans les années soixante-dix, la convergence entre un mouvement populaire diffus de valorisation des activités rurales, un intérêt universitaire pour le territoire, le succès politique des oppositions, le développement des politiques territoriales lié à l’instauration de la régionalisation, a provoqué une stimulation de l’initiative dans ce domaine. Elle a abouti à la simple confirmation du peu d’intérêt suscité, y compris de la part de l’opposition de gauche traditionnelle, par la prise en compte comme ressource politique et identitaire (ou seulement et plus prosaïquement touristique) d’une pluralité de traditions et de cultures. Pluralité qu’en 1911, L. Loria, le promoteur de l’exposition d’ethnographie italienne, avait résumée par l’expression « la gent italique aux multiples vies ». La diversité des émigrations européennes et transocéaniques rappelait aux gouvernements et aux hommes de culture le peu d’unité de l’image extérieure de l’Italien et faisait ressentir les cultures locales comme une gêne ou comme un stéréotype édulcorant plutôt qu’un élément de reconnaissance ou un patrimoine dont on se sentirait enrichi.

  • 1 Ce n’est pas un hasard si l’identité se joue sur des droits liés à l’usage officiel de la langue r (...)

9Mais quand les anthropologues revendiquent la reconnaissance et la mise en valeur du patrimoine ethnologique, quelle idéologie soutiennent-ils, de quels intérêts sont-ils porteurs ? Est-il possible qu’une revendication existe en dehors d’un intérêt présent dans la société civile ? Les anthropologues sont habitués à interpréter les stratégies identitaires des groupes sociaux, mais dans ce cas il s’agit d’interpréter la leur. L’opinion répandue selon laquelle en Italie le patrimoine ethnologique n’intéresse pas les politiques et est considéré comme une ressource identitaire secondaire par les mouvements régionalistes eux-mêmes1 peut conduire à la conclusion que la revendication des anthropologues est de nature « lobbyiste » et qu’ils veulent se ménager des occasions d’accéder au pouvoir moderne régissant le patrimoine culturel, en jouant la carte de leur qualification professionnelle. Il n’y aurait pas de mal à en convenir. On admettrait ainsi que les règles sociales que nous étudions valent aussi pour nous-mêmes.

10Mais nous aimerions avancer une hypothèse plus complexe pour justifier, dans le cadre européen qui nous intéresse, l’engagement des anthropologues italiens en faveur d’une reconnaissance publique et nationale du patrimoine ethnologique. Forts de quelques renversements de valeurs auxquels nous a habitués la diffusion d’une politique économique écologique ou « verte », nous essaierons de soutenir que la valorisation du patrimoine ethnologique dans un pays à l’identité nationale faible, à l’identité régionale faible, à l’identité locale forte et dans lequel le patrimoine n’est pas officiellement valorisé, rencontre avec bonheur un discours d’ouverture des « frontières » et une gestion anti-romantique des patrimoines ethniques, et que donc la situation italienne apparaît, grâce – pourrait-on dire – à son retard évalué selon les canons standard, plus adaptée que d’autres au pluralisme culturel européen. On peut donc penser que l’engagement des anthropologues italiens se trouve en phase avec un intérêt encore en voie de constitution dans la société civile européenne, celui des identités locales qui ne veulent pas être étouffées par des identités géographiques ou régionales très fortes et intégratrices. Tout cela en mettant à profit les possibilités de dialogue ouvertes au sein d’une nouvelle patrie européenne, ce qui correspond assez bien à la tradition « citadine » et européenne caractéristique des cités italiennes au Moyen Age. C’est une Italie des « pays » et des villes qui dialogue avec l’Europe et propose comme modèle des identités locales fortes en contrepartie d’une conception de l’ethnie et de la nation faible et ouverte.

11En effet l’Italie parvient à établir un dialogue européen sans le centralisme national des Français et sans le nationalisme régional des Espagnols, pour ne citer que ces exemples. Dans la définition d’une patrie commune européenne, la souplesse de sa configuration peut être un avantage. En Italie, toutes les grandes questions nationales intérieures ont été résolues par des autonomies régionales et le renoncement à leur prise en considération comme questions nationales. Le malaise régionaliste actuel est lié à des tensions et à des conflits de type économique qui vont au-delà des régions culturelles pour poser le problème des zones fiscales, des zones de trafic, des zones marchandes qui concernent l’Europe au premier chef mais qui ne peuvent certainement pas résoudre le problème des identités et des cultures locales qui intéresse l’anthropologie.

12L’identité italienne, d’un point de vue ethnographique, est assez bien représentée par la singulière coïncidence entre son système muséal intérieur et son système migratoire extérieur. Nombre d’études sur l’émigration – je pense surtout à celles de Catani (1977 et 1983) et de Signorelli (1977 et 1986) – ont souligné que le lieu d’arrivée comme l’identité de l’émigré italien restent liés d’abord au « pays » d’origine et à des réseaux familiaux et locaux. Ensuite seulement le terme paesano renvoie à une appartenance régionale et, en dernier lieu, nationale. De la même façon le réseau des musées italiens est constitué aujourd’hui en grande partie de musées locaux créés entre les années soixante et les années quatre-vingt, et encore en activité (Cirese 1977, Didattica... 1992, Musei... 1992, Seminario... 1991). Il s’agit de musées ayant diffusé une image des techniques rurales préindustrielles comme traits caractéristiques d’un passé conçu comme spécifiquement local, bien qu’il apparaisse identique dans des zones très étendues. Sur la base de ces initiatives spontanées de collectionneurs « de pays » sont nées quelques « rationalisations » impulsées par des institutions publiques au niveau provincial. A côté de ces initiatives locales peuvent exister, telles des ruines d’époques précédentes, de grandes collections et des configurations muséographiques nées des espoirs, puis de la crise, de la muséographie romantique et positiviste (comme le Musée Pitré et le Musée national des Arts et Traditions populaires). Il en va de même, dans le fond, des ambassades italiennes pour les émigrés italiens. Ce sont des lieux quasiment obligatoires pour eux, mais non des lieux « à eux ». Ce sont les lieux d’un État qui n’a pas pénétré profondément l’identité commune pour des raisons liées à son histoire politique et sociale. Et de la même façon que l’identité des émigrés se joue dans le fait d’être perçus comme étrangers aussi bien dans leur ancienne que dans leur nouvelle patrie, de la même façon qu’ils oscillent entre leurs racines « au pays » et une dimension européenne, les musées locaux présentent eux aussi leur identité passée comme une proposition moderne, étrangère aux nouvelles générations comme aux anciennes qui en sont issues, et de ce fait la représentent aux yeux des autres (des jeunes et des touristes), même si leur originalité n’est qu’un effet d’optique.

13Par ailleurs, il a toujours manqué à l’anthropologie italienne elle-même une forte identité nationale. Elle a toujours adhéré, y compris à l’époque romantique, à des images critiques des rhétoriques patriotiques, cultivant toujours des dimensions locales et valorisant systématiquement les cultures, les dialectes, les mouvements des périphéries, en en devenant d’une certaine façon le porte-parole (Clemente 1983, 1989, 1994). Cela s’est produit non seulement pour une anthropologie académique faible – elle ne se développera durablement que dans le second après-guerre, surtout après 1970 – mais aussi pour une anthropologie amateur tournée vers les recherches locales, bien installée et ayant réussi à constituer des monuments documentaires très importants en l’absence d’initiatives publiques et officielles. Que l’on songe au musée d’Ettore Guatelli dans la province de Parme, au recueil de témoignages oraux par Nuto Revelli dans la province de Cuneo, au véritable projet national que constitue l’Archivio Diaristico, les archives des autobiographies mises en place par Saverio Tutino dans la province d’Arezzo (Tutino 1991), et aux musées locaux qui se sont développés en Italie du Nord, du Centre et du Sud, toujours « signés » du nom de leurs auteurs et liés à des passions pour la collection locale.

14Cette faiblesse des pouvoirs officiels, cette faiblesse des moyens de la recherche, cette richesse de la société civile et des institutions nées en son sein grâce à la libre entreprise culturelle de gens ordinaires, définissent le « patrimoine ethnologique » comme un champ contractuel ouvert, où les chercheurs et la société civile se retrouvent côte à côte face à tous les pouvoirs publics, à tous les types de représentation politique. Ils peuvent offrir à la « nation » ce qui lui fut offert par les promoteurs des initiatives de 1911, à savoir la richesse des sociétés locales et la richesse de la variété interne qui les caractérisent, malgré d’amples processus d’uniformisation. Elles s’opposent ainsi aux intégrismes ethniques et aux enfermements nationalistes jusqu’à démontrer que la grande tradition du Moyen Age et de la Renaissance sur laquelle la nation a construit ses grands récits de fondation (jusqu’au dernier, celui de Federico Fellini) est une tradition provinciale, avec de fortes déterminations locales.

15Si l’on s’intéresse également au débat qui s’est développé autour des biens culturels historiques et artistiques on verra que la création d’une grande structure centralisée avec ses périphéries bureaucratiques n’a pas été à la hauteur de sa tâche et il y a longtemps qu’un changement est réclamé dans les structures des sous-directions rigides et coercitives, face à un marché de l’art privé et performant, ou simplement par rapport à des possibilités d’approches multiples dans le domaine de la restauration et de la sauvegarde. A maintes reprises, l’un des principaux spécialistes de ce secteur, Andrea Emiliani (1973, 1979, 1994), a indiqué comme alternative au système bureaucratique le modèle des Lumières et sa diffusion en province et dans les petites localités, à savoir le modèle polyédrique du musée civique communal, musée de communauté et d’éducation collective, musée d’art dans le sens le plus radical du terme, celui qui englobe des savoir-faire et des savoirs vitaux pour l’homme. En y intégrant la question sociale et l’opposition des classes, en considérant par ailleurs l’essoufflement des grandes épopées modernes qui a rendu à nouveau possible un regard sur la multiplicité des lieux de vie dans un monde unifié par de puissants moyens de communication, il se pourrait que ce modèle redevienne intéressant pour une Europe où le concept de « patrie » se déclinerait de diverses façons (avec un développement de cette variété qu’Ernesto de Martino a appelée la patrie culturelle, une affaire de sentiments et non de sang, toujours plus d’actualité dans un monde totalement hybride) et où l’on reconnaîtrait l’identité ethnologique, le patrimoine des cultures et des modes de vie, sans intégrisme ethnique (De Martino 1975, 1977 et Clemente 1994). Cette réflexion sur le dialogue européen entre des univers locaux et une nouvelle patrie commune peut inspirer par ailleurs des formes de revendication d’une législation, d’une protection, de la reconnaissance d’une qualification professionnelle qui ne suivraient pas le modèle centraliste du xixe siècle « piémontais », mais mettraient en valeur les milliers de richesses que les territoires et les communautés ont su générer. Un lien existerait avec une université qui par principe se situe sur le plan supranational qui est celui de la connaissance : un réseau souple tel qu’il a été réclamé, y compris par les historiens de l’art les plus critiques, avec des centres et des observatoires, où se pratiqueraient le tutorat et la recherche. Ceci pourrait bien être aussi l’image d’un réseau européen.

16Alors que les nationalismes à l’échelle d’une région détruisent la vie et le patrimoine culturel autour de nos lieux de résidence et d’étude, concevoir un projet dans lequel le point faible de l’histoire nationale italienne deviendrait le point fort d’une possible histoire supranationale, peut apparaître comme une ambition assez originale et de bon augure.

17Lier nos projets de recherche à une reprise, même lente, de l’imagination institutionnelle et politique redevient un exercice quasi obligatoire, tant il est vrai que les anthropologues eux-mêmes, ces optimistes incurables, ces théoriciens irréalistes de la fraternité des cultures, ces fans de l’oxymoron de l’identité plurielle, de l’unité décentrée, de l’universalisme relativiste, ont perdu en Yougoslavie et ailleurs la foi en leurs propres rêves, en leurs instruments d’analyse et en leurs semblables. Si nous ne savons pas imaginer un dialogue européen qui prenne en compte cet échec dans l’analyse et cette destruction du patrimoine, un dialogue qui sache forger encore non seulement des instruments d’analyse mais aussi des espérances partagées, il n’y a plus de sens à parler d’un patrimoine que nous voudrions sauver et protéger.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bronzini, Giovanni. 1985. Homo laborans. Cultura del territorio e musei demologici. Galatina, Congedo.

Catani, Maurizio. 1977. La parole de l’Autre. Les travailleurs étrangers et le français. Paris.

– 1983. « Dai valori localistici alla planetarizzazione dell’individuo occidentale », La Ricerca Folklorica, 7 : 53-62.

Catalogo della Mostra di Etnografia Italiana in Piazza d’Armi. 1911. Bergamo.

Cavalcanti, Ottavio. 1984. « I musei demœtnoantropologici nei dibattiti e nei convegni degli ultimi decenni », Musei e Gallerie d’Italia, 6 : 20-25.

Cavazza, Stefano. 1987. « La folcloristica italiana e il fascismo. Il Comitato Nazionale per le Arti Popolari », La Ricerca Folklorica, 15 : 109-122.

Cirese, Alberto Mario. 1973. Cultura egemonica e culture subalterne. Palerme, Palumbo.

– 1977. Oggetti, Segni, Musei. Turin, Einaudi.

Clemente, Pietro. 1983. « Folklore Studies and Ethnoanthropological Research in Italy. 1960-1980 », Ethnologia Europea, xiii : 37-52.

– 1985. « Alcuni momenti della demologia storicista in Italia », in L’antropologia in Italia. Un secolo di storia. Bari, Laterza.

– 1988. « Le regioni dal punto di vista dell’antropologo. Note su culture locali e processi di trasformazione », in Francesco Schino (éd.), Cultura nazionale, culture regionali, comunità italiane all’estero. Rome, Istituto dell’Enciclopedia Italiana : 69-81.

– 1989. « L’anthropologie italienne et l’Italie », Terrain, 12 : 101-109.

– 1993. « Note su antropologia e beni culturali », in Paolo Apolito (éd.), Sguardi e modelli. Saggi italiani di antropologia. Milan, Angeli : 73-79.

– 1994a. « Uguali e diversi. Appunti antropologici », in Paul Ginsborg (éd.), Stato dell’Italia. Milan, Il Saggiatore.

– 1994b. « Anthropologie et histoire. Une approche quasi autobiographique », Ethnologie française, 24 : 566-585.

Cocchiara, Giuseppe. 1981 (1947). Storia del folklore in Italia. Palerme, Sellerio.

De Martino, Ernesto. 1975. « La patria culturale », in Ernesto De Martino, Mondo popolare e magia in Lucania. Rome, Matera : 96-97.

– 1977. La fine del mondo. Contributo all’analisi delle apocalissi culturali. Turin, Einaudi.

De Mauro, Tullio. 1992. L’Italia delle Italie. Rome, Editori Riuniti (3e éd.).

Diamanti, Ilvo. 1994. « Lega Nord, un partito per le periferie », in Paul Ginsborg (éd.), Stato dell’Italia. Milan, Il Saggiatore : 61-66.

La didattica museale. 1992. Atti del Convegno, Mars 1990. Bari, Regione Puglia, Comune di Foggia, Provincia di Foggia, Edipuglia.

Emiliani, Andrea. 1973. « Musei e museologia », in Storia d’Italia, Turin, Einaudi, vol. 5 bis : 1615-1660.

– 1979. « I materiali e le istituzioni », in Questioni e metodi. Turin, Einaudi : 99-162 (Storia dell’Arte Italiana, 1).

– 1994. « Musei : gli archivi dell’identità sociale », in Paul Ginsborg (éd.), Stato dell’Italia. Milan, Il Saggiatore : 616-623.

I giorni e le opere. Oggetti d’uso della vita contadina in Emilia. 1988. Bologne, Sasib.

« Immigrazione, leghismi e razzismo differenzialista », 1993. Il de Martino. Bollettino dell’Istituto Ernesto de Martino, 2 (numéro spécial).

Lattanzi, Vito. 1990. « Competenze antropologiche e tutela dei beni etnografici », Lares, lvi : 465-466.

I Musei della Civiltà Contadina. 1992. Dossier de Il Sole. 24 Ore, 21 mars 1992.

Nobili, Carlo. 1990. « Per una storia dell’antropologia museale. Il Museo “L. Pigorini” », Lares, lvi : 321-384.

Perego, Francesco (éd.). 1987. Memorabilia : il futuro della memoria. Beni ambientali, architettonici, archeologici e storici in Italia. Bari, Laterza, vol. 1-3.

Prats i Canals, Llorenç & Montserrat Iniesta i Gonzalez (éd.). 1993. El patrimonio etnologico. Actas del VI Congreso de Antropologia. Ténérife, Asociacion canaria de antropologia.

Puccini, Sandra. 1985. « Evoluzionismo e positivismo nell’antropologia italiana (1869-1911) », in L’antropologia in Italia. Un secolo di storia. Bari, Laterza : 97-148.

Revelli, Nuto. 1977. Il mondo dei vinti. Testimonianze di vita contadina. Turin, Einaudi.

– 1985. L’anello forte. La donna : storie di vita contadina. Turin, Einaudi.

Seminario interregionale sui musei locali. Atti. 1991. Regione Lazio, Comune di Gaeta, Gaeta, Gaetagrafiche.

Signorelli, Amalia. 1977. Scelte senza potere. Rome, Officina.

– 1986. « Identità etnica e cultura di massa dei lavoratori migranti », in A. & S. Di Carlo (éd.), I luoghi dell’identità. Dinamiche culturali nell’esperienza dell’emigrazione. Milan, Angeli : 44-60.

Tozzi Fontana, Massimo. 1984. I musei della cultura materiale. Rome, Nuova Italia.

Tutino, Saverio. 1991. « L’archivio di Pieve », in Saverio Tutino (éd.), Diario italiano. Memorie, diari, epistolari dell’Archivio di Pieve Santo Stefano. Florence, Giunti, 1 : 221-225.

Notes

1 Ce n’est pas un hasard si l’identité se joue sur des droits liés à l’usage officiel de la langue régionale, et un peu moins sur des ressources culturelles plus nettement anthropologiques, ou seulement sur des stéréotypes « anti-autres » derrière lesquels le thème central est de nature économique.

Notes de fin

* Le pluriel italien du texte original (patrimoni etnologici) est rendu par le singulier français en usage (ndt).

Auteur

Liliane Izzi (Traducteur)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540