Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Europe entre cultures et nations

 | 
Daniel Fabre

Avant-propos

Gérard Ermisse

Texte intégral

1A l’heure de la construction européenne le constat d’une certaine dissolution des identités nationales et d’une montée des sentiments régionalistes ou nationalistes s’impose. La question des identités est devenue cruciale, au cœur du débat politique, au centre des revendications ethniques et nationalistes. Le patrimoine, dès lors qu’il constitue un signe extérieur d’identité, se retrouve au cœur du problème. Les ethnologues aussi. Spécialistes des identités culturelles, ils sont des fabricants potentiels de patrimoine, mais surtout ils sont parfois appelés à statuer sur la légitimité des revendications identitaires. L’ethnologie a tout lieu d’adopter un regard résolument critique, son apport ayant trop souvent été utilisé pour justifier et légitimer des revendications territoriales, politiques ou culturelles.

2Si, en Europe, l’ethnologie s’exerce, selon les pays, dans des cadres intellectuels et institutionnels très hétérogènes, avec des traditions nationales très diverses, en revanche les relations qui unissent la recherche et les politiques culturelles constituent une donnée commune à tous : politique du « patrimoine ethnologique » en France et maintenant en Espagne, politique des « biens culturels » en Italie, politique de « l’héritage culturel » en Grande-Bretagne ou du « Kulturerbe » dans les pays germanophones.

3L’ouverture européenne que propose la direction du Patrimoine du ministère de la Culture doit donc s’appuyer sur cette donnée commune et la prolonger. Et cette association de la recherche et de la politique doit se faire pour le meilleur, dans une perspective humaniste de rencontre avec l’autre et d’échange de savoirs. La mission du Patrimoine ethnologique convie donc les chercheurs européens à réfléchir aux relations qui unissent ethnologie, patrimoine, identité/ altérité, lien national et nationalisme.

4C’est en 1992, au Creusot, que s’est engagé le travail commun par la rencontre d’une trentaine de chercheurs de différents pays d’Europe. Il s’agissait alors de cerner les grandes lignes directrices d’un colloque européen et de jeter les bases d’un réseau européen de chercheurs engagés dans des recherches sur l’ethnologie et le patrimoine.

5Le colloque s’est tenu à Tours, du 8 au 11 décembre 1993, au Centre international des congrès de Tours. Organisé par le ministère de la Culture à travers la mission du Patrimoine ethnologique, il a réuni 250 chercheurs venant de toute l’Europe, y compris l’Europe de l’Est, sur le thème « Ethnologie et patrimoine en Europe. Identités et appartenances, du local au supranational ». Ce colloque, qui regroupait essentiellement des ethnologues, nous a mené du patrimoine et de la construction de l’appartenance à la question des nationalismes, en une réflexion qui se situe, tant sur le plan des thèmes abordés que de leurs implications méthodologiques, au cœur même de l’ethnologie. Jacques Toubon, alors ministre de la Culture, a tenu à marquer l’intérêt personnel qu’il portait à ces thèmes en prononçant l’allocution de clôture.

6Mais cette rencontre de Tours ne constitue à nos yeux qu’une étape dans le projet d’ouverture européenne des travaux des ethnologues français réunis autour de la mission du Patrimoine ethnologique depuis quinze ans. Le réseau que nous avons mis en place a déjà permis de lancer des programmes de recherche comparée, groupant quelques équipes autour de thèmes communs. Des rencontres thématiques régulières devraient permettre de synthétiser les résultats obtenus et de définir les caractéristiques propres à une ethnologie de l’Europe.

7Un premier séminaire consacré au thème « Les héros nationaux : Constructions et déconstructions » a réuni en juillet 1995 une quinzaine de chercheurs de divers pays européens, de la Finlande à l’Albanie et de la Norvège au Portugal, à l’écomusée du Creusot en France. Deux autres rencontres – en mars 1996 à Dresde, en Allemagne et à la fin de l’année 1996 à Vienne, en Autriche – permettront d’approfondir le sujet, d’établir au-delà de nos frontières de nouveaux partenariats et de consolider les contacts entre chercheurs de différentes traditions disciplinaires. Si le thème des héros nationaux a retenu notre attention, c’est qu’il nous a paru l’un des moyens d’aborder l’étude des valeurs qui fondent l’idée même de la nation et en constituent en quelque sorte le patrimoine idéologique. Dans la continuité des réflexions ébauchées lors du colloque de Tours ce séminaire est donc pensé comme une contribution à l’étude des nationalismes.

8Devant le double problème des revendications identitaires en Europe et de la construction d’une identité européenne, l’ethnologie a tout lieu de s’interroger. Si penser l’Europe, c’est penser la complexité et le problème des échelles à partir desquelles une société se construit et se donne à voir, alors le regard que l’ethnologue pose sur nos sociétés peut certainement apporter un éclairage complémentaire. Non que l’ethnologue ait résolu ces problèmes et puisse y apporter des réponses définitives, mais au contraire parce qu’ils se situent au cœur même de cette discipline, de ses positions épistémologiques et de ses enjeux.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540