Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers une ethnologie du présent

 | 
Gérard Althabe
, 
Daniel Fabre
, 
Gérard Lenclud

III. Domaines classiques objets nouveaux

La parenté : des sociétés « exotiques » aux sociétés modernes

Les études sur la parenté constituent un domaine qui s'est remarquablement développé depuis une quinzaine d'années. Il a fallu pour cela que soient discutés et testés des concepts qui avaient fait preuve de leur efficacité dans les sociétés « exotiques ». Cependant la transposition d'outils forgés pour étudier des sociétés relativement fermées, aux systèmes économiques et sociaux fort différents de ceux des paysanneries européennes ne manquent pas d'appeler des réajustements ; enfin, aujourd'hui, alors que les études de communautés s'essoufflent, que le regard se tourne de plus en plus vers l'urbain, on peut s'interroger sur les voies futures à suivre. Y a-t-il encore place pour une ethnologie contemporaine de la parenté, et quels concepts faut-il utiliser ? Nous poserons comme préalable à cet article que l'étude de la famille et de la parenté sont indissociables, regrettant avec Jack Goody (1986 : 7-8) que le premier domaine ait été trop souvent l'objet de l'attention des sociologues, et le second des anthropologues. Sans en méconnaître les spécificités, nous nous attacherons plutôt aux points sécants.

Martine Segalen

Texte intégral

La constitution du domaine de la parenté dans le champ de l'ethnologie européenne

1Les folkloristes n'ignoraient pas la famille : ses rites, les croyances dont elle est l'objet et les savoirs dont elle est détentrice ont retenu leur attention. Plus les faits apparaissaient hors du commun aux yeux des observateurs (généralement des notables bourgeois), plus souvent ils étaient relevés : ainsi possède-t-on une abondante littérature sur les rites matrimoniaux, les charivaris, ou encore les rites et les présages pour obtenir un amoureux, que le Manuel d'Arnold Van Gennep a organisés dans une synthèse inscrite dans la théorie des rites de passage. Lors de la période des grands atlas folkloriques, avant, pendant et après la seconde guerre mondiale, des questions concernent la dénomination de telle coutume et cherchent à en cerner la fréquence, les formes et la géographie (notamment dans l'enquête sur le Calendrier traditionnel). Au détour de l'enquête sur l'architecture rurale qui examine, dans le projet des concepteurs, autant l'habitat que l'habité, des questions concernent l'organisation du travail, la répartition des rôles et des espaces ainsi que la composition de la maisonnée. Dans la mesure où l'ethnologie se développe en liaison avec la muséologie, la famille subit un traitement spécial, lié aux objets en trois dimensions. La vie de famille est analysée essentiellement à travers les techniques de la vie domestique, l'ameublement, les objets du chauffage, de la cuisine ; elle est cernée dans le cadre classificatoire des rites qui jalonnent son cycle.

2Les folkloristes et la première époque de l'ethnologie ont donc étudié certains aspects de la vie familiale, de façon peu systématique, mais non la parenté, en tant que système de règles. Le « folklore juridique » en constituait cependant une amorce en tant qu'il s'intéressait au droit familial, au corps des relations qui se déploient au sein des familles (Maunier, 1938).

3Il n'est pas ici le lieu de faire la généalogie de la constitution du domaine de la parenté dans l'ethnologie de la France (Segalen, 1988). Rappelons brièvement que Durkheim, fondateur de l'Ecole sociologique a professé un cours sur l'Organisation de la famille à Bordeaux en 1888, dans lequel il analysait la famille contemporaine à la lumière des hypothèses des ethnologues de la fin du xixe, Bachofen, McLennan et Morgan. Il établit un lien entre toutes les formes familiales depuis les plus exotiques jusqu'à la société contemporaine. L'intérêt de Durkheim pour les études sur la famille et la parenté ne s'est pas démenti tout au long de sa vie, puisqu'il rendait compte dans l'Année sociologique des ouvrages concernant la famille.

4La tradition de l'anthropologie exotique en France, issue du courant durkheimien, et à travers l'enseignement de Mauss, s'est curieusement peu intéressée à la parenté, contrairement au développement qui lui était alors donné dans l'anthropologie anglo-saxonne. On pourrait d'ailleurs s'interroger sur les motivations d'un tel engouement de la part de chercheurs anglais, et ce serait probablement dans la société anglaise et son propre système de parenté et de valeurs familiales que l'on trouverait une réponse. En France, les travaux de Claude Lévi-Strauss ont marqué le renouveau d'intérêt pour la parenté : hypothèses sur la prohibition universelle de l'inceste, sur l'échange des femmes, sur l'existence de systèmes élémentaires de parenté et de systèmes complexes.

5Que l'étude de la parenté ait connu un tel développement dans l'ethnologie du domaine français depuis les années 1970, alors que l'ethnologie exotique française s'y était peu intéressée, relève quelque peu du paradoxe. Pour le comprendre, il faut rappeler les conditions de développement du regard ethnologique contemporain sur la famille et la parenté.

6La position sur la famille contemporaine est liée à la distanciation culturelle qu'autorise la connaissance des autres cultures, d'abord pour affirmer la supériorité de la famille – c'est la position évolutionniste -, puis pour la nier – c'est la position des sociologues des années 1960.

7Les évolutionnistes estimaient que les sociétés « primitives » donnaient une image des formes « primitives » de la famille, et que le développement des sociétés, linéaire, conduisait aux formes « supérieures » de la famille, celle de l'Occident. Les travaux de l'école anthropologique anglo-saxonne ont montré la diversité des systèmes familiaux à travers les cultures du monde et démontré que la sophistication de certains de ces systèmes était sans rapport avec le degré d'avancement technique du groupe dans lequel on les observait. La mise à distance de l'ethnologie inscrit alors la famille et la parenté occidentale dans une continuité nouvelle : la comparaison fait ressortir en creux comme un « manque ».

8Pour les sociologues des années 1960, la famille européenne apparaît en effet réduite à la simple expression du groupe conjugal nucléaire, à la cellule co-résidentielle restreinte aux parents et à leurs enfants. Les propositions relatives à la parenté apparaissent comme « théoriquement périphériques » (Strathern, 1982 : 84) et la théorie de « l'isolement structurel de la famille » selon l'expression de Talcott Parsons cautionne l'absence d'intérêt pour les questions des réseaux de parenté, de la filiation ou de la reproduction des groupes domestiques. Se développe une sociologie empirique de la famille, centrée sur la famille nucléaire. Les ethnologues des sociétés exotiques ne manquent pas pour leur part de dénier aux sociétés occidentales l'existence de systèmes de parenté. Les grandes enquêtes interdisciplinaires qui marquent l'ethnologie du domaine français dans les années 1960 vont leur donner tort et marquer l'amorce d'un intérêt pour ces questions qui font l'objet d'un traitement obligé dans les monographies classiques. Si dans l'enquête Aubrac, l'absence d'intérêt pour la parenté est patent, c'est dans le cadre de l'enquête sur Plozévet qu'est donné le coup d'envoi d'une recherche ethnologique sur la parenté. Le travail pionnier de Michel Izard affichait la volonté de tester les problématiques de Claude Lévi-Strauss sur un matériel généalogique breton et montrait la pertinence de l'étude du vocabulaire de la parenté dans une société paysanne (1966, 1967) pour comprendre son mode de fonctionnement. Les travaux sur Minot viennent ensuite s'inscrire dans cette histoire du développement du champ de la parenté dans les sociétés complexes, en dialogue constant avec les problématiques des anthropologues de l'exotique (voir bibliographie). Simultanément, et dans le même champ théorique, Isac Chiva, dans ses séminaires, impulsait une réflexion sur la spécificité des sociétés paysannes : il attirait l'attention sur l'unité de résidence, sa structure, ses fonctions sociales et son mode de reproduction. Les études sur la parenté dans les sociétés complexes, essentiellement centrées dans les années 1970 sur les sociétés paysannes, allaient s'orienter résolument vers l'étude de l'articulation entre reproduction des unités domestiques, systèmes matrimoniaux et système de dévolution des biens. Le dialogue se trouvait renoué avec les sociétés non européennes dans le cadre comparatif posé par Jack Goody entre sociétés à dévolution linéaire et sociétés à dévolution divergente (1976).

9La jonction entre les théories sur la parenté dans les sociétés exotiques et dans les sociétés complexes s'est également faite par le biais de l'école de génétique humaine dont le Dr Jean Sutter était un des animateurs. Pour approfondir les facteurs génétiques des maladies héréditaires, le concept d'isolat apparaissait opératoire. Ce n'est pas, comme le sens commun le donne à penser, une région isolée, mais une zone d'intermariage relativement fermée. Par ce biais, on retrouvait les notions anthropologiques d'endogamie et exogamie. La recherche des isolats, les étapes et les causes de leur éclatement exigeaient la reconstitution de généalogies et l'analyse de la structure des mariages et de l'aire de choix du conjoint. Jean Sutter avait inspiré le choix de Plozévet comme lieu d'enquête afin d'y faire rechercher les causes sociales d'un trait génétique : la luxation congénitale de la hanche. Selon l'hypothèse de départ, Plozévet devait être un isolât, une zone d'intermariage fermée marquée par un fort taux d'endogamie. Peu importe que cette hypothèse se soit finalement révélée fausse, Plozévet apparaissant bien plutôt comme fragmentée en pools matrimoniaux liés à des espaces et des professions spécifiques.

10Les problématiques de génétique humaine ouvraient directement à l'étude de la structure des échanges matrimoniaux, comme le montra le travail de Michel Izard. De plus, les recherches de Jean Sutter et Léon Tabah montrèrent l'intérêt de l'analyse des dispenses ecclésiastiques pour l'étude de la consanguinité et renouèrent par cette voie originale avec les théories de la filiation et de l'alliance.

11Enfin, les travaux comparatifs menés par les historiens, et notamment les historiens anglais du Cambridge Group for the history of population and social structure, contribuèrent vivement à orienter l'intérêt vers les théories de la parenté : les querelles problématiques à propos de l'emploi du concept de « groupe domestique », de « ménage », la pertinence des sources utilisées, la nécessité de prendre en compte la dynamique du cycle de la vie familiale contribuèrent à la production d'un savoir sur les sociétés paysannes françaises et leurs organisations familiales. Le dialogue fut là particulièrement fécond entre historiens et ethnologues.

12Les problématiques de Claude Lévi-Strauss, la recherche sur les isolats, les travaux de l'école historique anglaise apparaissent ainsi comme les principaux courants fondateurs de la recherche sur la parenté dans les sociétés complexes. Celles-ci se confondaient alors avec les sociétés paysannes. Les travaux puisèrent à un ensemble divers de sources d'inspiration, mais surent aussi créer le matériel conceptuel propre à rendre compte des spécificités du monde rural sur lequel convergeait l'attention.

L'étude de la parenté dans les sociétés paysannes

13La parenté, nous ont appris les anthropologues, est un ensemble de règles qui organisent la filiation, l'alliance, la résidence. Le vocabulaire de la parenté, les terminologies utilisées par les acteurs sociaux s'articulent à ces règles. Chaque société manipule un petit nombre d'invariants biologiques. L'ensemble constitue un système qui offre une solution sociale originale dans tel contexte économique donné. Pour une discussion approfondie, on se reportera aux développements que Françoise Zonabend a consacrés à ces questions dans L'Histoire de la famille (1986).

14Dans les sociétés traditionnellement étudiées par les anthropologues, la parenté constitue le plus souvent l'ossature principale du système social, par lequel sont indiquées les catégories du politique, du religieux. Si l'on a dénié dans les sociétés complexes un rôle à la parenté c'est que depuis longtemps d'autres instances y expriment et contrôlent les faits du politique et du religieux. Les institutions de l'Etat, de l'Eglise masquent les faits de parenté : son rôle est moins voyant. Les ethnologues ont donc rempli là leur mission traditionnelle en mettant en évidence des structures cachées, souvent inconscientes, parfois même reniées au niveau collectif. Leur tâche a été de révéler à la fois les formes et les usages de la parenté, sachant qu'il existe d'autres dimensions du social avec lesquelles elle s'articule. Claude Lévi-Strauss parle du feuilletage de nos sociétés.

15Les principaux acquis de ces recherches ont déjà été développés par Pierre Lamaison et Françoise Zonabend (1987 : 95-121). Nous les résumerons brièvement ici. Nommer, résider, transmettre, s'épouser : montrons à l'aide de quelques exemples de travaux récents combien l'usage de ces catégories analytiques a pu renouveler l'étude des sociétés paysannes.

16Nommer : rappelons d'abord tous les travaux conduits autour du système de dénomination et de ses manipulations. Sa fonction d'identification individuelle et collective, les règles d'attribution du prénom dans ses rapports avec le système d'héritage, les parents et les parrains, les vivants et les morts (Zonabend, 1980, 1983, 1990 ; Fine 1987). Un autre volet classique concerne les modes d'adresse et les terminologies de parenté. On croit volontiers que chaque pays d'Europe possède un système unique et unifié, ce qui justifie le peu d'intérêt qu'ont suscité ces directions de recherche. Or il n'est pas certain que des variations locales ne puissent être observées. Par ailleurs, les manipulations individuelles des termes de parenté révèlent le jeu subtil des relations sociales. Ainsi, Patrick Le Guirriec (1984) analyse les termes d'adresse et d'appellation en usage entre parents qui co-résident dans une ferme en Bretagne : il relève l'utilisation modulée du « tu » et du « vous », les évitements entre beau-père et belle-fille, l'emploi d'un terme d'ascendant consanguin pour désigner un allié (ainsi la belle-fille appelle sa belle-mère « mamy », du terme qu'utilise le petit-fils pour désigner sa grand-mère). De l'appellation et de l'adresse, l'analyse conduit à révéler la mise en place de codes culturels familiaux et de règles de savoir-vivre dans un contexte de co-résidence où les affrontements sont latents. Elle montre encore l'irréductibilité de la relation d'alliance malgré la tentative d'intégration dans le réseau consanguin par la médiation d'un terme de consanguinité. Armindo Dos Santos (1986), à propos d'une communauté portugaise de la région du Beira Baxa, fait apparaître la différenciation sexuelle qui s'instaure dans le vocabulaire de parenté pour des positions généalogiques identiques. Selon que Ego est homme ou femme, on utilise des termes différents : ceci traduit dans ce contexte particulier le matri-centrage du système.

17Résider et transmettre : deux aspects du système parental qui sont apparus indissolublement liés dans les sociétés paysannes, dès l'étude pionnière de Pierre Bourdieu (1962) portant sur le célibat en Béarn. L'article d'Emmanuel Le Roy Ladurie (1972), tirant une systématique de l'observation des Coutumiers de l'Ancien Régime telle que l'avait conduite Jean Yver, ouvre la voie d'une opposition comparative entre système de dévolution des biens et système de parenté. Dans les régions égalitaires, Le Roy Ladurie voyait la prééminence du système conjugal ; dans les régions préciputaires, la prééminence du lignage. Deux modes de se penser en parenté se seraient donc partagé la France, et de fait, les recherches de ces vingt dernières années ont montré l'affinité entre mode de dévolution des biens, mode de résidence et configurations matrimoniales. Les travaux portant sur les sociétés du sud et du centre de la France ont aujourd'hui bien mis en lumière le fonctionnement du système dit « à maison » qui tend vers des configurations de famille-souche, tandis que des travaux portant sur l'est, le nord ou l'ouest de la France ont montré comment les systèmes égalitaires de dévolution des biens résolvaient la contradiction apparente entre reproduction des unités domestiques et émiettement des biens à chaque génération. Les règles co-résidentielles apparaissent beaucoup moins systématiques dans ces configurations, et les formes complexes de groupes domestiques n'en sont pas absentes (voir bibliographie).

18Georges Augustins (1990) a proposé un schéma classificatoire qui rend compte de toutes les formes européennes de groupes domestiques paysans, et oppose trois principes. Le principe de la résidence, c'est le cas des familles-souche pyrénéennes, le principe de la parenté, c'est le cas des parentèles bretonnes, et enfin le principe de la lignée, qui combine divers aspects des deux principes précédents.

19Ces directions de recherche ont conduit à la production de travaux importants en nombre et en qualité, de sorte que désormais des interprétations divergentes de telle ou telle société peuvent provoquer un débat entre spécialistes de telle aire géographique, comme cela est classiquement le cas entre africanistes. Il y a vingt ans, cela eut été rigoureusement impossible dans la mesure où l'on n'en savait pas assez pour être en désaccord sur l'interprétation de tel système social local.

20Aujourd'hui, l'effort de conceptualisation doit être porté sur le sens interne et les différenciations de ces grandes catégories. Les systèmes inégalitaires sont divers, comme le sont les systèmes égalitaires. Ainsi le pays bigouden applique rigoureusement la règle de partage entre frères et sœurs (ce qui a été rendu possible jusqu'aux débuts du xxe siècle, dans la mesure où les paysans n'étaient pas propriétaires de leurs exploitations) ; mais on ne peut généraliser ces pratiques à toute la Bretagne qui apparaît marquée du sceau de la diversité. Des recherches sur le pays léonard montrent que dans cette région, l'égalitarisme est fortement tempéré par le célibat des cadets d'une part et l'existence d'un droit d'aînesse, ce système étant déterminé par la présence d'une grande propriété nobiliaire qui empêchait la fragmentation des exploitations, en dépit de la pression démographique.

21Il est donc encore nécessaire de développer les recherches sur ces thèmes : nombre de régions sont encore très mal connues. Les diversités locales méritent approfondissement. Alors seront possibles des entreprises comparatistes plus vastes qui révèleront les logiques internes des systèmes. Du détail des modes de résidence et de la reproduction des unités domestiques se dégagent les façons de se penser en société.

22Dans le domaine des configurations résidentielles et plus généralement de la reproduction des groupes domestiques, les ethnologues du domaine français se trouvent maintenant en mesure de discuter sur un pied d'égalité avec leurs confrères africanistes ou américanistes ; n'assiste-t-on pas même à un renversement des sources d'inspiration lorsque Claude Lévi-Strauss utilise les analyses sur les systèmes « à maison » pour éclairer les faits de parenté au Japon ?

Les historiens qui, pour le monde européen, se sont penchés sur ce type de formation sociale ont eux-mêmes souligné que la maison, distincte de la famille, ne coïncide pas non plus avec la lignée agnatique, qu'elle est même parfois dépourvue de base biologique, et consiste plutôt en un héritage matériel et spirituel comprenant la dignité, les origines, la parenté, les noms et les symboles, la position, la puissance et la richesse. Cette description convient fort bien à des institutions américaines, polynésiennes et même jusqu'à un certain point africaines, que, depuis un siècle, les ethnologues se déclarent incapables de ranger dans la typologie traditionnelle, puisqu'on ne peut voir en elles ni des tribus, ni des clans, ni des lignages, ni des familles (1987 : 1224).

23S'épouser : la littérature ethnologique sur les systèmes matrimoniaux est immense, et elle a grandement inspiré les historiens qui étudient les logiques de la parenté mises en œuvre dans les doctrines des théologiens du mariage, comme les ethnologues qui s'interrogent sur les pratiques dans les sociétés paysannes qu'ils étudient.

24La théorie de la prohibition de l'inceste fournit une clef d'interprétation aux doctrines d'un théologien comme Pierre Lombard. Le mariage est fait pour réconcilier des ennemis et rétablir la paix. Saint Augustin expose que le mariage a pour effet de cimenter la société humaine en créant des liens de parenté entre étrangers (Flandrin, 1975 : 25-27). L'autre face de cette vision ecclésiastique de l'alliance, ce sont les empêchements de mariage pour cause de parenté. Aux xe-xiie siècles, une vision maximaliste de la parenté interdit en mariage les parents naturels jusqu'au 7e degré romain, ainsi que les parents par affinité et les parents spirituels (Flandrin, 1976 : 29). Dans son analyse des systèmes complexes, Françoise Héritier remarque que le corollaire des interdits de parenté est l'alliance préférentielle entre consanguins à la génération suivant l'extinction des interdictions ; elle cite un théologien du xie siècle, Pierre-Damien :

Lorsque la famille fondée sur la parenté vient à manquer, en même temps que les mots pour désigner celle-ci, la loi de mariage se présente aussitôt et rétablit les droits de l'ancien amour entre les hommes nouveaux... Là où manque la main de la parenté, qui rassemblait ceux qu'elle avait saisis, le mariage lance aussitôt son grappin pour ramener celui qui s'écarte (Héritier, 1981 : 150).

25Les travaux relatifs aux pratiques et systèmes matrimoniaux ont été guidés par la problématique de Claude Lévi-Strauss, reprise par Françoise Héritier qui fait apparaître une continuité entre systèmes élémentaires de l'alliance, systèmes semi-complexes et systèmes complexes (1981 ; 1991). Dans ces sociétés où aucune prescription ne règle le choix du conjoint, on peut s'interroger sur le rôle de la parenté dans les configurations matrimoniales. Des régularités ont été en effet mises en évidence à la fois dans le cadre de la dévolution des biens égalitaire et inégalitaire. Dans le premier cas, le renchaînement d'alliance semble prééminent. Il se situe au sein de parentèles qui maintiennent leurs liens au fil des générations, en alliant les lignées tant du côté maternel que paternel. La stabilité des parentèles fait contrepoids à la mobilité individuelle des groupes domestiques : ainsi se trouvent maintenues les hiérarchies sociales, tout en permettant que se placent au sein des mêmes réseaux les plus aisés et les plus pauvres. Ces unions se nouent dans des générations proches ; elles sont le fruit d'une volonté consciente. Les pratiques de renchaînement montrent que, même dans les régions égalitaires, la lignée conserve sa prééminence sur le couple conjugal et que la volonté des parents reste dominante.

26Dans les sociétés inégalitaires ont été mis en évidence des cycles matrimoniaux qui suivent la circulation des dots et la transmission du patrimoine : ce sont bien plutôt des cycles patrimoniaux. Tantôt ces cycles sont courts, dans le cas où s'allient simultanément deux couples croisés d'héritiers-cadets, tantôt ils concernent un nombre important de générations au bout desquelles la dot sortie d'une maison y retournera. Ces dernières configurations relèvent de modèles statistiques et inconscients, les protagonistes ne conservant pas la mémoire de ces circulations de patrimoine.

27Il importe aujourd'hui de faire progresser l'analyse sur les figures matrimoniales. Sous des aspects formels identiques s'abritent des sens différents. Ainsi, la figure du mariage double entre frère-sœur, qui semble avoir une grande affinité avec le système de dévolution des biens préciputaire, s'observe également dans les sociétés égalitaires où il répond alors à une autre logique : il est très fréquent dans certaines régions bretonnes, comme le nord du pays bigouden ou encore le pays léonard. Etudier les figures formelles de l'alliance s'avère de fait insuffisant, et ce n'est pas contredire l'approche anthropologique que de prendre en compte l'âge au mariage, les taux de fécondité, l'extension des ressources locales qui permettent l'interprétation des modèles locaux et de leurs dynamiques.

28Bernard Vernier (1991), à partir d'une étude sur l'île grecque de Karpathos, réintroduit la logique des sentiments affectifs dans les choix matrimoniaux. Il montre les fondements économiques de l'affectif, comme les fondements sentimentaux de l'économique. Ce faisant, il restitue aux agents une capacité d'initiative qu'une approche trop formaliste semble leur dénier.

29Les études sur la parenté ont contribué au renouvellement des problématiques sur la société paysanne en montrant quelle était l'unité sociale pertinente du point de vue des acteurs sociaux. On est ainsi passé de l'étude de la communauté villageoise, de l'établissement ou du groupe humain aux unités discrètes de la maison ou de la parentèle. A partir de ces unités ont été réétudiés les rapports politiques et les rapports sociaux.

Des concepts aux questions

30Pour autant qu'ait été fondateur le transfert des théories de la parenté et de l'alliance depuis les sociétés exotiques jusqu'aux sociétés complexes, on ne peut en utiliser les concepts sans réévaluer leur pertinence.

31Le vocabulaire d'abord fait problème. Les anthropologues ont conduit, on le sait, des discussions importantes sur le sens du terme de clan ou de lignage. Jack Goody (1985) complique encore la tâche en opposant au terme français le terme anglais de lineage. Il ne suffit pas de dire d'une société qu'elle est patri-lignagère pour avoir même commencé à lui donner un début d'explication. Ces catégories classificatoires apparaissent aujourd'hui peu utiles aux anthropologues ; elles ne peuvent autoriser des comparaisons. Il faut donc être très explicite dans l'emploi de tel ou tel qualificatif, appliqué parfois sans assez de critique à un contexte paysan.

32On peut également redouter les pièges de notre propre vocabulaire. Ainsi le terme de dot renvoie à deux logiques de dévolution des biens assez opposées. Dans le système inégalitaire, doter, c'est exclure, alors que dans le système égalitaire, doter c'est donner droit au patrimoine. Dans le premier cas, seuls les cadets sont dotés ; dans le second, tous les enfants le sont. La confusion sémantique que recouvre ce terme unique renvoie aux pratiques que révèlent les archives sur lesquelles nous travaillons. Or nous utilisons les termes des notaires qui appliquaient de façon très différente (cf. enquête Joseph Goy et Pierre Lamaison) le Code civil. Dans un débat scientifique, il importerait de donner des épithètes : dot bretonne, dot languedocienne.

33Plus généralement, on doit critiquer l'usage de concepts forgés pour des sociétés dont l'organisation sociale est fort différente des nôtres. Julian Pitt-Rivers signalait dans l'introduction à la deuxième édition de The People of the Sierra qu'il avait pensé comme malgré lui l'organisation sociale de cette communauté andalouse dans les catégories africanistes :

My training in anthropology, such as it had been, was mainly concerned with Africa, especially East Africa. I went therefore into the field armed with models of lineage systems and age groups, but devoid of any which turned out to be relevant to the social structure of Andalusia (Pitt-Rivers, cité par Pina Cabral, 1989).

34Dans les sociétés paysannes, les types écologiques, les modes de faire-valoir, les systèmes agricoles ou pastoraux doivent être intégrés dans l'analyse de la transmission et de la reproduction des groupes domestiques. Les catégories qui sont à notre disposition doivent être repensées pour prendre en compte les spécificités indigènes et les modes de se penser en famille. Ainsi Gérard Lenclud (1979) peut-il montrer que le groupe de co-résidence n'est pas une catégorie opératoire en Corse où la parentèle associe des ménages épars sur le territoire, à la fois agriculteurs et bergers. Après avoir consacré un examen critique aux divers signifiés du terme groupe domestique ou casa, Pina Cabrai propose de tester plutôt l'usage de la notion d'unité sociale primaire, qui se définirait en unité de parenté, de résidence, de subsistance, associant, en d'autres termes, les trois principes du sang, de la maison et du pain (Pina Cabrai, 1989).

35Si la mise au point d'un vocabulaire univoque et de concepts aptes à prendre en compte la spécificité des sociétés complexes reste une tâche encore à accomplir, on n'en aura pas pour autant réduit la différence entre ethnologie chez soi, ethnologie chez l'autre. La position particulière du chercheur œuvrant dans sa propre société est en ce domaine assez différente de celle de l'enquêteur recueillant des généalogies en milieu exotique. Il ne s'agit pas ici de reprendre le débat à la mode sur distanciation et proximité, exotisme et altérité, l'autre et le même, mais bien plus de réfléchir sur ce qu'est « faire parler parenté » dans sa propre société. Un tel exercice relève souvent de l'ordre de l'effraction. Méfiance, réticence sont une des attitudes que suscite l'interrogation sur la parenté, son extension, ses usages ; à l'inverse parfois, la distance avec l'enquêteur, son étrangeté encouragent l'enquêté à lui faire jouer le rôle de témoin et peut-être de conseiller, d'arbitre dans le cas de conflits familiaux. Les deux positions sont également inconfortables.

36Certains groupes sociaux acceptent par ailleurs plus volontiers que d'autres l'intérêt du chercheur pour le sujet. Les Bretons bigoudens parlaient parenté spontanément parce que le sens de toute leur vie était orienté vers la reproduction des unités domestiques dans un contexte fini de terres et d'expansion démographique. Parler ferme, parler travail, c'était parler famille. Les Italiens de Nanterre sont heureux de légitimer leur inscription sociale par l'évocation des mariages avec les Français qui leur assurent un bi-culturalisme bien assumé. D'autres groupes sont plus réticents. Ancrés dans leur origine terrienne, dans des systèmes familiaux allant de soi et qui sont complètement intégrés, les enquêtes refusent parfois de subir la violence de l'enquête qu'ils apparentent à un interrogatoire portant sur le domaine du privé.

37De plus, aujourd'hui l'art de la généalogie est à la mode : il y aurait d'ailleurs bien des recherches à conduire pour analyser le sens social de cet engouement (Segalen & Michelat, 1991). Souvent, l'enquêté « sert » au chercheur une généalogie toute faite. Ce qui a constitué, un temps, l'arme méthodologique à toute épreuve située du côté de la science est aujourd'hui manipulé par les enquêtés eux-mêmes ! Or l'intérêt pour la généalogie n'est pas identique non plus selon les groupes sociaux. En Bigoudennie, les généalogies reconstituées par mes soins en combinant informations orales, archives de l'état civil et archives notariales retenaient l'intérêt. Les groupes domestiques, très mobiles, découvraient avec intérêt l'origine géographique de ce qu'ils dénommaient « la souche » ; par contraste, dans le Léon, les lignées familiales sont restées beaucoup plus stables du fait que les exploitations agricoles appartenaient à des familles nobles ayant conservé la propriété de leurs terres aux xixe et xxe siècles. La plupart de ces cultivateurs détiennent des papiers de famille et reconstituent une généalogie qu'ils produisent d'emblée à l'enquêteur. Le savoir change de côté : la relation traditionnelle entre enquêteur-enquêté se remodèle.

38Enfin, si parler famille est difficile, on comprendra qu'écrire famille le soit plus encore dans notre société. Masquer les noms, les lieux géographiques ne sert de rien. Les intéressés se reconnaissent et les étrangers s'en désintéressent. Et la crainte de l'effraction dans la vie privée n'est à nouveau jamais lointaine ; les jeunes générations qui se sont acculturées redoutent que la parole de leurs parents – prête à rapporter un autre mode de pensée, une autre façon de faire – ne trahisse leurs origines et ne les renvoie du côté du sauvage ou du dominé.

39Avec toutes ces réserves, il n'en reste pas moins que l'étude de la parenté a été un des domaines « à succès » de l'ethnologie du domaine français depuis une vingtaine d'années et plus généralement européen. Sous le regard croisé de l'historien et de l'ethnologue, la parenté a conquis le statut d'objet d'étude légitime alors qu'elle servait davantage, dans les monographies classiques, de truchement pour comprendre le social. Dans l'ethnologie des sociétés paysannes, elle est devenue objet en soi. Grâce à ces développements, elle s'est retrouvée en dialogue avec l'ethnologie des autres aires culturelles : les études sur la parenté apparaissent comme le passeport pour le statut adulte de la discipline. La France a d'ailleurs dans ce domaine accumulé beaucoup de recherches, contrairement à l'Angleterre, l'Allemagne ou les pays nordiques en général. Et c'est sans conteste au sein de l'aire méditerranéenne que le dialogue s'est noué le plus solidement (parmi les travaux les plus récents, citons Barrera, 1990 ; Bestard Comps, 1986 ; Pina Cabrai, 1986 ; O'Neill, 1987 ; Peristiany, 1987 ; Ravis-Giordani, 1987).

40Recherchant à expliquer la diversité des systèmes de reproduction (modes de résidence et de dévolution des biens) dans les sociétés alpines, Pier Paolo Viazzo (1989) a pu entreprendre une vaste synthèse des travaux portant sur l'Autriche, la Suisse, l'Italie et la France. Il récuse les déterminismes écologiques, les modèles de régulation par la démographie, les propositions culturalistes pour reprendre des hypothèses historiques sur le rôle de l'émigration dans le devenir des communautés montagnardes.

Les théories de la parenté et les sociétés « modernes »

41Toutes les analyses qui précèdent concernent les sociétés paysannes pour lesquelles le problème de la dévolution des biens est crucial. Ce sont certes des sociétés dont on a fini de penser qu'elles constituaient des mondes clos et dont on a montré, selon les circonstances, la mobilité, l'ouverture. Cependant il s'agit toujours de sociétés locales au sein desquelles s'observe une superposition des liens sociaux, liens familiaux, liens de travail, liens d'appartenance. Tant que les sociétés urbaines ont fonctionné sur ces schémas d'intégration, il a été possible de montrer les réseaux de parenté, leurs usages sociaux, la façon dont ils servaient de médiateurs vers la communauté de travail ou locale. L'étude archétypale est celle de Young et Willmott sur un quartier de Londres, Bethnal Green, qui fonctionne comme un village (1957). La question qui se pose aux ethnologues qui s'intéressent à la ville d'aujourd'hui est de savoir si la théorie de la parenté a encore quelque pertinence dans un contexte de délocalisation des rapports sociaux.

42Une telle délocalisation soulève des problèmes théoriques et méthodologiques sérieux et invite à repenser nos cadres d'analyse. Le grand partage, tel qu'il a été formulé entre sociétés « exotiques » et sociétés « occidentales », « complexes », etc., s'estompe, on le sait. Là-bas, comme ici, il existe du complexe dans le social et la modernité est partout. Mais celle-ci elle-même change. Il fut un temps où parler de société urbaine faisait sens en ce qu'elle s'opposait à société rurale, comme ce qui est industrialisé, moderne à ce qui était agricole, communautaire : il s'agissait du grand partage interne aux sociétés occidentales. Celui-ci n'a plus cours aujourd'hui. La désindustrialisation, l'implantation d'entreprises dans le monde rural, la déprise agricole, la « rurbanisation » brouillent les coupures sur lesquelles étaient fondées les analyses dans les années 1980.

43Voici quelques années que les recherches des sociologues ont montré l'importance des liens de parenté pour les familles urbaines, au-delà de la seule cellule conjugale. Mais ces réseaux de parenté ne sont plus inscrits dans un espace local où ils se croiseraient avec des réseaux de pouvoir, de référence, de travail. Quelle est la nature de ce nouveau lien social qui s'instaure alors que les solidarités intermédiaires disparaissent ? A quels ajustements conceptuels procéder, dès lors que la parenté n'est plus rapportée à un système dans lequel s'inscrivent les autres unités sociales, mais à des groupes familiaux dispersés, voire des individus ? La fonction identitaire de la parenté, l'assise psychologique qu'elle peut fournir aux individus, mais aussi aux travailleurs, aux citadins, aux citoyens, doivent être mesurées à celles d'autres inscriptions sociales aujourd'hui vivantes, même si elles sont informelles : le groupe d'amis, l'association de loisir et de vacances. Ce qu'il importe de reconnaître, c'est l'unité sociale primaire de fonctionnement et les principes de légitimité qui la portent.

44Si la théorie de l'alliance, entendue comme l'évaluation du rôle de la parenté dans le choix du conjoint n'est plus opératoire dans les mouvements de l'urbain, la pertinence de la démarche comparative s'impose plus que jamais, face aux angoisses sociales que suscitent les nouveaux modèles matrimoniaux. Le regard ethnologique nous a appris à identifier des modèles sociaux qui se dégagent de la combinatoire de quelques principes biologiques peu nombreux reconnus à travers la variété des sociétés. Ils peuvent nous guider dans l'analyse des nouveaux systèmes familiaux qui s'inventent sous nos yeux et qui laissent les sociologues, malgré l'abondance et la finesse de leurs statistiques, fort démunis dès qu'il s'agit de proposer une explication. Toute société réglemente la sexualité pour que ses enfants soient légitimés. Ne peut-on lire aujourd'hui la baisse des mariages non pas comme un bouleversement total de nos modèles familiaux, mais comme la revanche du principe de filiation sur le principe d'alliance ? On peut appeler de ses vœux des analyses fines de situations familiales, dans lesquelles on s'intéressera au vocabulaire nouveau de la parenté qu'inventent ces situations floues : non-époux, demi-frère ou pseudo-frère ; demi-grand-mère, etc., et aux relations qui se nouent au sein de ces nouvelles parentés, fondées non plus sur un lien biologique, mais sur le lien social (Le Gall & Martin, 1988)

45L'urbain est le lieu de la mobilité, de l'éphémère, tant en ce qui concerne les espaces que les individus. Des voies nouvelles dans l'étude de la parenté s'ouvrent dès lors qu'on s'intéresse aux individus en mouvement social : les classes moyennes, ou la bourgeoisie aux frontières floues. Les concepts de la parenté proposent un ensemble de clés qu'il faut choisir, ajuster probablement, pour analyser ces situations nouvelles. Quelles ressources d'identification les groupes familiaux fournissent-ils en situation de mobilité sociale ? Que signifie partager une mémoire du passé ? Les travaux de Béatrix Le Wita (1985 ; 1988) sur les caractéristiques spécifiques de la mémoire dans les familles de la haute bourgeoisie indiquent une des voies à suivre : comment se fait la légitimation familiale, quel rôle joue encore le patronyme comme élément de classement social dans les sphères de la haute entreprise ou de la haute banque, etc., quels sont les objets spécifiques accumulés par tel ou tel type de famille ?

46Plus spécifiquement, à propos de la famille, les changements démographiques fondamentaux que connaît notre société, en raison de l'allongement de l'espérance de vie, recomposent le tableau des relations de parenté. Si le lien conjugal se fragilise, en revanche, les liens entre parents ascendants, descendants et collatéraux se renforcent. Ils sont lieux d'échanges considérables – économiques, sociaux, affectifs, symboliques. La parenté acquiert soudain une nouvelle visibilité. Son étude devient légitime. Alors que la sociologie de la famille contemporaine était jusqu'ici dominée par l'analyse du couple et de ses avatars, depuis la fin des années 1980, elle se tourne vers l'étude de la dimension longue, d'autant plus facilement réhabilitée que de grands organismes comme l'INED ou 1'INSEE lancent aujourd'hui des enquêtes nationales sur ces thèmes (Segalen, 1991). La parenté, comme réseau de ressources, est ainsi étudiée par les sociologues de l'habitat et du logement, de l'entreprise et du monde du travail, des loisirs, etc. A côté d'enquêtes lourdes qui relèvent des méthodes classiques de la sociologie, une micro-sociologie étudie les groupes localisés, soit par exemple les petits patrons (Gresle, 1981), soit encore le familialisme ouvrier (Schwartz, 1990). Des enquêtes d'ethno-histoire cernent, au niveau d'un espace urbain et de ses complexités, les multiples rôles de la parenté dans la ville, comme lieu de ressources et lieu de mémoire (Segalen, 1990).

47La redécouverte de ces liens remet en cause les théories sur la famille et le changement social qui ont si souvent annoncé que le salariat rompait les liens entre père et fils et plus généralement tous les faits de transmission.

48Il reste certes à s'interroger sur la pérennité de ces réseaux, lieux de perpétuation familiale que dévoile le regard ethnographique. Quelle est la nature des obligations créées entre parents, lorsque celles-ci sont purement morales ? Des avancées conceptuelles sont nécessaires pour approfondir les faits familiaux dans la modernité. Il y a trente ans, les ethnologues ne se posaient même pas la question de la possibilité d'enquêter sur un sujet comme la parenté en milieu rural. Tout se passait comme si elle n'existait pas, les faits étant si opaques ou transparents qu'on ne pouvait même pas la concevoir. Avec sa panoplie de questions et de sujets d'étude, en continuant de s'intéresser aux objets, aux mots et aux choses, aux lieux du quotidien et du banal, les ethnologues peuvent percevoir bien des frémissements du social que les grandes enquêtes ne peuvent saisir.

Bibliographie

Références bibliographiques

Augustins, G. 1990. Comment se perpétuer ? Devenir des lignées et destins des patrimoines dans les paysanneries européennes. Paris, Société d'ethnologie.

Barrera, G. 1990. Casa, herencia y familia en la Cataluna rural. Madrid, Alianza Editorial.

Bestard Comps, J. 1986 Casa Y familia. Parentesco y reproduction domestica en Formentera. Palma de Mallorca, Institut d'Estudis Baleanrics.

Bourdieu, P. 1962. « Célibat et condition paysanne », Etudes rurales, n° 56 : 32-136.

Dos Santos, A. 1986. Configurations spatiales et organisation sociale. Structure agraire et système de parenté dans le village de Chaos de la région du Beira Baixa au Portugal. Thèse de Doctorat, EHESS.

Fine, A. 1987. « L'héritage du nom de baptême », Annales ESC, n° 4, juil-août : 853-877.

Flandrin, J.-L. 1975. Les amours paysannes (xvie-xixe siècle). Paris, Gallimard/Julliard.

— 1976. Familles. Paris, Hachette.

Goody, J. 1976. Production et Reproduction. A comparative Study of the domestic Domain. Cambridge, Cambridge University Press.

— 1985. L'évolution de la famille et du mariage en Europe. Paris, Armand Colin.

— 1986. Préface à L'Histoire de la famille, t. II : 7-13.

Gresle, F. 1981. L'univers de la boutique. Famille et métier chez les petits patrons du Nord (1920-1975). Lille, Presses Universitaires de Lille.

Héritier, F. 1981. L'exercice de la parenté. Paris, Gallimard/Le Seuil.

Héritier, F. & E. Copet-Rougier. 1991. Les complexités de l'alliance, vol. 2 : Les systèmes complexes d'alliance matrimoniale. Paris, Ed. des archives contemporaines.

Izard, M. 1963. Parenté et manage à Plozévet. Laboratoire d'Anthropologie sociale, ronéo, 160 p.

— 1965. « La terminologie de parenté bretonne », L'Homme, n° 3-4, juil-déc. : 88-100.

Le Gall, D. & C. Martin. 1988. « Le réseau parental après un divorce ou une séparation », Dialogue, n° 101 : 85-93.

Le Guirriec, P. 1984. Paysans, parents, partisans. L'ordre social dans une commune bretonne. Thèse Université de Paris X, Nanterre.

Lenclud, G. 1979. « Des feux introuvables, l'organisation familiale dans un village de la Corse traditionnelle », Etudes rurales, n° 76 : 7-50.

Le Roy Ladurie, E. 1972. « Système de la coutume : structures familiales et coutumes d'héritage en France au xvie siècle », Annales ESC, n° 4-5, nov.-déc. : 825-846.

Lévi-Strauss, C. 1983. « Histoire et ethnologie », Annales ESC, n° 6, nov.-déc. : 1217-1231.

Le Wita, B. 1985. « Mémoire : l'avenir du présent », Terrain, n° 4, mars : 15-26.

— 1988. Ni vue, ni connue. Approche ethnographique de la culture bourgeoise. Paris, ministère de la Culture et de la Communication/Ed. de la Maison des sciences de l'homme.

Maunier, R. 1938. « Le folklore juridique », in Travaux du Premier Congrès International de Folklore, 1937. Tours, Arrault: 185-191.

O'Neill, B.J. 1987. Social inequality in a Portuguese hamlet. Land, late marriage and bastardy 1870-1978. Cambridge, Cambridge University Press.

Peristiany J.G. (sous la direction de). 1987. Dote y matrimonio en los países mediterranéos. Madrid, Centro, Investigaciones Sociales.

Pina Cabral, J. (de) 1989. « L'héritage de Maine : repenser les catégories descriptives dans l'étude de la famille en Europe », Ethnologie française, vol. 19, n° 4 : 329-340.

1986. Sons of Adam, daughters of Eve, Oxford, Clarendon Press.

Pitt-Rivers, J. 1954 (1971). The People of the Sierra. Chicago University of Chicago Press.

Ravis-Giordani, G. (sous la direction de). 1987. Femmes et patrimoine dans les sociétés rurales de l'Europe méditerranéenne. Paris, Ed. du CNRS.

Schwartz, O. 1990. Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord. Paris, PUF.

Segalen, M. 1988. Sociologie de la famille. Paris, Armand Colin.

— 1990 (avec l'assistance de F. Bekus). Nanterriens, les familles dans la ville, une ethnologie de l'identité. Toulouse, Presses de l'Université de Toulouse-Le Mirail.

— 1991 (sous la direction de). Jeux de familles. Paris, Presses du CNRS. Segalen, M. & C. Michelat. 1991. « L'amour de la généalogie », in M. Segalen (sous la direction de), Jeux de famille. Paris, Presses du CNRS : 193-208.

Strathern, M. 1982. « The place of kinship: kin, class and village status in Elmdon, Essex », in A.P. Cohen (sous la direction de), Belonging. Manchester, Manchester University Press.

Vernier, B. 1991. La genèse sociale des sentiments. Aînés et cadets dans l'île grecque de Karpathos. Paris, Ed. de l'EHESS.

Viazzo, P. 1988. Upland communities. Environment, population and social structure in the Alps since the sixteenth Century. Cambridge, Cambridge University Press.

Young M. & P. Willmot. 1983. Family and Kinship in East London, Penguin (1957), trad. en français : Le village dans la Ville. Paris, Centre Georges Pompidou.

Zonabend, F. 1980. « Le nom de personne », L'Homme, numéro spécial, vol. 20, n° 4.

— 1986. « De la famille, regard ethnologique sur la parenté et la famille », in A. Burguière, C. Klapish-Zuber, M. Segalen & F. Zonabend (sous la direction de), L'Histoire de la famille. Paris, Armand Colin : 15-75.

— 1990. « Jeux de noms. Les noms de personnes à Minot », in T. Jolas, M.-C. Pingaud, Y. Verdier & Fr. Zonabend, Une campagne voisine. Minot, un village bourguignon. Paris, ministère de la Culture et de la Communication/Ed. de la Maison des sciences de l'homme : 241-280.

Zonabend, F. & P. Lamaison. 1987. « La parenté. Origines et méthodes de la recherche. Usages sociaux de la parenté. Filiation et alliance », in I. Chiva & U. Jeggle (sous la direction de), Ethnologies en miroir. Paris, ministère de la Culture et de la Communication/Ed. de la Maison des sciences de l'homme : 67-109.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540