Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers une ethnologie du présent

 | 
Gérard Althabe
, 
Daniel Fabre
, 
Gérard Lenclud

II. De l'interprétation

Identification d'un rite

La cure de la hernie

Claudine Fabre-Vassas

Texte intégral

  • 1 Vuillier (1899 : 515-518). Le peintre est présenté par Marie-Christine Pouchelle dans Hier pour dem (...)

1Les cures des douleurs de ventre pratiquées par certains forgerons corréziens tout au long du xixe siècle ont frappé, par leur caractère spectaculaire, Vuillier, le dessinateur visionnaire des magiciens du Limousin. Il rapporte en effet comment le metge Chazal l'invita un soir à sa forge pour assister au « martelage » d'un enfant1. Couché sur l'enclume, un jeune garçon est maintenu par deux femmes. À trois reprises le forgeron abat son maillet : deux fois sur le fer tandis qu'à la troisième « il s'arrête net au-dessus du ventre du malade puis doucement il vient frôler l'épiderme ».

  • 2 À ce sujet voir l'article méconnu de L. Saltet (1933) auquel nous empruntons les références hagiogr (...)

2S'il est effectivement possible de voir dans cette cure un nouvel exemple des pouvoirs du forgeron qui refait les corps, animaux ou humains, et de la forge, ce lieu éminemment collectif qui réintègre le malade dans la vie sociale, les gestes et les mots invitent à aller plus loin. Le forgeron en effet soigne l'enflure, le carreau et surtout la rate, cet étrange organe source de tant de douleurs, mais dont la localisation est si mobile cependant que dans le discours une superposition de la rate et de la hernie est souvent décelable : toutes deux, dit-on, rendent « hargneux ». Mais c'est surtout l'histoire de cette cure qui vérifie son rapport avec certains accidents herniaires. Dès la fin du xie siècle en effet, dans le Livre des Miracles de sainte Foy, est contée en latin la disgrâce d'un chevalier affligé « d'une rupture intérieure à travers laquelle les intestins déplacés firent irruption » et qui, désespéré, invoqua sainte Foy. Celle-ci lui conseilla d'aller trouver le forgeron voisin avec ces paroles : « Priez-le de s'armer de son marteau le plus lourd, celui dont il se sert pour broyer le fer ardent qui sort de la fournaise, et de frapper de toutes ses forces sur votre mal que vous aurez étalé sur son enclume. Vous serez alors subitement guéri »2. Ce qui advint en effet. Le miracle est représenté sur deux chapiteaux romans de la région : à Chambon (Puy-de-Dôme) et Sauvigny (Allier). Le premier ne laisse aucun doute sur la disgrâce du chevalier : la hernie est inguinale, testiculaire, elle sort de son bas-ventre.

  • 3 Paul Sébillot (1908 : 76-79 et rééd. 1968, t. III : 417-418) décrit plusieurs rites de passage dans (...)

3Plus spécifique encore de la cure herniaire apparaît un second rituel aujourd'hui pratiqué. Dans toute l'Europe méditerranéenne, la veille de la Saint-Jean, prend place la cérémonie – déjà dénoncée au xviie siècle par les curés Amilha et Thiers – de l'arbre et de l'enfant hernieux3. Empruntons à Julio Caro Baroja sa description aragonaise :

La vigile de Saint-Jean une réunion se tient aux abords d'un ermitage dédié au saint, ce sont des enfants qui souffrent de la hernie. On fend à coups de hache autant de chênes qu'il y a de petits malades. On allume un grand feu devant le porche de l'ermitage et les enfants attendent minuit en somnolant dans le presbytère. L'affluence est grande. A minuit le prêtre entonne un cantique, les malades se dénudent. Deux hommes se les passent entre les branches, tandis que deux autres tiennent écartée la fente de l'arbre qu'on lie ensuite et que l'on bande fortement après que la blessure a été couverte d'un emplâtre d'argile. Ceux qui se passent l'enfant récitent la formule dialoguée suivante :
  

Tóma-lo, Juan

Prends-le, Jean

Dáme-lo, Pedro

Donne-le moi, Pierre

Lisiado te lo doy

Rompu je te le donne

Sano te lo devuelvo

Sain je te le rends.

4
L'essence de la plante utilisée varie – chêne, figuier, noyer, osier ou jonc – mais l'opération est toujours identique : le fût est taillé puis refermé par un emplâtre et une ligature. La hernie est guérie lorsque la branche de l'arbre est ressoudée.

  • 4 Julio Caro Baroja (1979 : 244-245). Le rite se déroule à Lobera de Onsella, près de Sos (Province d (...)

5Pour Caro Baroja, il ne fait aucun doute que la cure tire son efficacité de son insertion calendaire. En effet elle prend place presque uniformément la nuit de la Saint-Jean, quand l'année solaire atteint son apogée, au moment fort de toutes les magies végétales4.

  • 5 Nous résumons ici les thèses exposées aux pages 29-35 et 44-46 de son ouvrage.
  • 6 Les rites du passage au travers d'une pierre ou d'un arbre sont examinés par Frazer (1934 : 150-173 (...)

6Arrêtons-nous pourtant sur ce rite car il fait l'objet d'une durable tradition interprétative depuis Grimm, Frazer, jusqu'à Alfonso Di Nola (1983) qui vient de produire l'ouvrage le plus actuel sur la question. On y découvre d'abord que le rituel du passage d'un enfant hernieux au travers d'une branche fendue est vivant un peu partout en Italie, même si l'enquête s'attache dans un premier temps à la province de Potenza. A la lueur d'un riche matériau ethnographique, Di Nola réexamine donc les thèses que le rite, attesté dans toute l'Europe depuis le ve siècle sous des formes quasi identiques, a déjà suscitées5. Il discute d'abord la thèse de la transplantatio morbi – élaborée par Grimm (1878), reprise et illustrée par Gaidoz (1892) – selon laquelle le malade communiquerait son mal au végétal au cours de son passage ; il s'en dépouillerait comme un serpent de sa peau lors de la mue, les vêtements qu'on laisse accrochés dans les branches accréditeraient cette signification. Di Nola en fait la critique en reprenant des arguments déjà avancés (Corso, 1913) : si le mal était transféré à l'arbre, ce dernier se dessécherait, mourrait. Or c'est bien sa reviviscence que l'on attend et que l'on considère comme le signe de la guérison. La théorie de la disjunctio morbi – à laquelle se rallie une partie de l'Ecole allemande entre 1880 et 1910 – est-elle plus satisfaisante ? Ici, c'est la fermeture de la branche fendue qui est retenue comme pertinente : elle est le geste séparateur, celui qui empêche le mal de revenir sur le patient. Plus complexe, plus nuancée et donc plus riche apparaît maintenant la thèse de Frazer, que Di Nola pour sa part rapproche de la précédente alors qu'elle s'en éloigne sur des points essentiels. Relisons les pages du Rameau d'or consacrées à cette question, elles font partie du chapitre « L'âme extérieure dans les plantes ». Parti des attestations anglaises puis germaniques du rite, Frazer élargit très vite son regard à l'ensemble des « rites du passage au travers d'un étroit espace ». Ils opèrent tous, selon lui, une mise à distance de la maladie. L'arbre que l'on referme soigneusement après le passage représente cette « barrière infranchissable » que le rite interpose entre le malade et son mal, mais – et c'est là la nouveauté frazérienne – si le patient laisse quelque chose dans le végétal, ce n'est pas « le mal » mais une partie de lui-même : son âme. Le « symbole d'une nouvelle naissance » que certains ont cru déceler dans ce rite lui paraît tout à fait secondaire, il ne le mentionne qu'en passant, par contre il rejette vigoureusement l'idée d'un transfert du mal. Nous reconnaissons là l'un des grands thèmes de la pensée frazérienne déjà formulé par Mannhardt (1904). Le rapport « sympathico-animiste » que « l'esprit vaporeux du paysan et du sauvage » entretient avec les plantes – plus encore avec les arbres – expliquerait la croyance induite par l'acte de « magie homéopathique » qui constitue le rite : la plaie de l'enfant se refermera comme la plaie de l'arbre mais leurs vies seront plus que jamais liées6.

  • 7 Di Nola (1983 : 77-94) consacre un chapitre au « diagnostic populaire de la hernie et à sa signific (...)

7De cet ensemble composite – reflet de toute une époque fertile en débats et en prises de position théoriques – Di Nola retient finalement la thèse de la « renaissance ». Pour lui, le sens profond du rite réside en effet dans « le symbolisme de la nouvelle naissance et de la régénération » mis en œuvre à travers des détails que nombre de membres de l'Ecole allemande avaient déjà relevés et commentés. S'accordant donc sur ce point avec Liebrecht (1879), il souligne à son tour les traits suivants : l'enfant est introduit tête la première dans la fente de l'arbre, le père et la mère assistent à l'opération, doublés des parents spirituels – le parrain et la marraine – qui sont souvent les acteurs principaux du rite. Mais l'ethnographie italienne a mis en évidence deux constantes de cette cure jusque-là passées sous silence : elle concerne surtout les garçons et le lexique du mal que l'on qualifie d'« hernieux » s'applique très souvent aux organes du sexe mâle, ce qui permet à Di Nola, après l'exploration du champ sémantique très cohérent que constitue la constellation « hernie-pénis-testicules » dans les dialectes italiens et même au-delà, d'introduire une nuance importante. Le rite, plus qu'il ne guérit la « hernie », rétablit ou même instaure la capacité virile (coeundi et generandi, précise-t-il encore) menacée par le mal. De ce point de vue, le rite prend place dans le cycle de vie des garçons tel un « passage » nécessaire7.

  • 8 Le point que nous retenons et discutons ici n'est qu'un élément de la contribution présentée par Ni (...)

8Dans une réflexion parallèle, Nicole Belmont (1986) retrouve quelques-uns de ces traits pertinents, rejoignant donc nombre de nos interprètes, mais va au-delà : le rite du passage d'un enfant au travers d'une pierre ou d'un arbre, à des fins prophylactiques ou thérapeutiques, enrichirait, sur un point décisif, la notion même de rite de passage, telle que l'a formulée Van Gennep (1981). Celui-ci, en effet, insiste plusieurs fois dans son œuvre sur la similitude entre les rites de passage et des « passages matériels » – un franchissement réel étant très souvent inclus dans une cérémonie, ainsi, pour un mariage, celui du seuil de la maison... Plus encore, c'est à partir de ce passage matériel qu'il théorise la notion de rite de passage, non sans difficultés et obscurités comme N. Belmont le relève. Retenons, en le citant à sa suite, que si « le passage à travers les différentes situations sociales s'identifie au passage matériel [...] il ne s'agit que rarement d'un symbole ; le passage idéal est proprement pour les demi-civilisés un passage matériel » (Van Gennep, 1981 : 276). Un autre point tout aussi essentiel est exprimé dans le Manuel (1943 : 111) lorsque Van Gennep écrit à propos des cérémonies qui jalonnent la vie humaine : « elles sont, pour leur idée centrale et leur forme générale, calquées sur les passages matériels ». La portée de ces remarques, leur fécondité se révèlent à Nicole Belmont alors qu'elle examine les rituels du passage d'enfants au travers d'une pierre ou d'un arbre : « Le symbole très transparent de ces pratiques c'est la naissance. [...] On pourrait donc dire, à titre de complément à la théorie des rites de passage, que tout rite de passage s'identifie à un passage matériel et que tout passage matériel s'identifie à la naissance dans sa réalité la plus anatomique. Il y aurait derrière tous les rites de passage, même les moins matérialisés, le modèle du passage premier, originel, du passage natal. Si cette hypothèse est exacte, Van Gennep avait raison de dire que c'est plus qu'un symbole. C'est une expérience vécue par chacun, même si aucun souvenir ne peut s'en imprimer dans la mémoire consciente »8.

  • 9 Nous présentons ici les résultats d'une recherche dont le propos s'insère dans un travail de synthè (...)

9Tel est, dans toute sa richesse, avec ses redondances et ses contradictions, le dossier ouvert sur l'un des rites que les ethnologues de l'Europe ont accompagnés de leurs commentaires. Au-delà de la diversité des points de vue se dessine un trait commun à leur démarche : elle est toujours soumise à un double mouvement qui, semble-t-il, fait corps avec l'acte d'interpréter. D'une part, le rite est englobé dans des ensembles de plus en plus larges : ainsi passe-t-on de l'arbre fendu à tout orifice par lequel passe le corps et, à partir de là, la pensée, d'un saut, se porte jusqu'aux « rites de passage » et même jusqu'au rite en général dont on pourrait montrer qu'il est toujours « transitionnel » à quelque degré. Cette escalade de l'abstraction s'appuie, d'autre part, sur la sélection d'un trait – d'un ensemble de traits – porteur de la pertinence et vecteur de la généralisation : le trou par où l'on passe, la position du « passagen » et l'identité des passeurs pour les uns ; l'arbre fendu, la nuit de la Saint-Jean pour les autres ; enfin, mais rarement, la nature du mal et le sexe des malades. C'est cette dispersion des caractères retenus qui biaise le débat, rend chaque thèse également indiscutable et finalement « vraie » dans chacun des systèmes explicatifs qui convoquent cette cérémonie au titre d'une preuve parmi d'autres. Mais n'est-il pas envisageable de découvrir un point de vue qui ne sépare pas ou, du moins, ne hiérarchise pas a priori les façons de faire et de dire qui constituent ici, on l'oublie trop vite, une cure ? Tout est peut-être question de trajet. Plusieurs voies, dans le cas qui nous intéresse, pouvaient nous conduire. La nôtre est, au premier abord, détournée. En effet, c'est en travaillant sur un animal domestique des plus familiers, le cochon, assimilé par bien des points à l'enfant de la maison jusque et surtout dans son corps malade, que nous avons rencontré la hernie et ses cures9. L'enquête ethnographique sur ce mal, sur les représentations et les pratiques qui lui sont associées nourrit donc la lecture que nous proposerons, pour finir, de ce rite en lui restituant ce que nous croyons être sa singularité.

  • 10 La technique du martelage est décrite par J. Gourdon (1860 : 263-265).
  • 11 « Aux petits enfants qui posaient des questions au sujet de cette opération on expliquait que les p (...)

10Dans les sociétés paysannes d'Europe la question de la hernie est constamment présente à propos des porcelets. Ces derniers, assure-t-on, sont sujets à de fréquentes anomalies testiculaires – cryptorchidies, monorchydies – et à des hernies inguinales ou scrotales, et ce mal trouve sa résolution dans l'opération castratrice pratiquée par le spécialiste, l'homme de l'art10. Cette cure se déroule chaque année sur la place du village et les enfants, les garçons particulièrement, y assistent. Elle suscite d'ailleurs des questions, et les réponses des adultes renvoient souvent à la petite chirurgie infantile : « On les opère de l'appendice »11.

11Cette action du châtreur est à ce point liée aux préoccupations des enfants qu'en Bas-Vivarais l'homme à la veste rouge et au sifflet strident porte, dans leur argot, un nom particulier : c'est lo rospoliaire, celui qui racle, qui arrache, qui dérobe. Le terme est chargé de crainte et d'opprobre. Il prête au châtreur la figure d'un ogre sournois qui pourrait faire subir un sort semblable à l'enfant qui regarde. C'est en tout cas la fonction qu'en Pays de Sault, dans les Pyrénées audoises, lui prêtaient les anciens : « Quand un garçon, on ne pouvait pas le faire écouter, qu'il faisait l'espiègle, on lui disait : A tu ! Veiràs que te sanarèm ou te farèm sanar ("Ah toi ! tu verras on te châtrera" ou "on te fera châtrer"). Je l'ai entendu à Munès des vieux, mais très très vieux, du père de Cyrille, un vieux qui n'était pas des plus fins, tu vois, un peu rude ». Non loin de là, à Bessède, c'est Cazals, le dernier hongreur itinérant qui fait figure de croquemitaine : « Demora-me, demora-me, te vau menar a l'òme de Masùbi ! Si ètz pas sagi vos vau sanar« ("Attends, attends, je vais te mener à l'homme de Mazuby ! Si vous n'êtes pas sages il va vous châtrer"). Hop ! Malheur il fallait les voir, escampilhats, éparpillés !... »

  • 12 A. Paré (éd. 1953 : 90 et note pp. 219-220 par M. Sendrail).
  • 13 Les textes cités par ordre chronologique sont extraits de E. Thevet (1603 : 50), Angoumois ; Tissot (...)

12Mais cette intervention de l'homme rouge – il est toujours coiffé d'écarlate – sur le sexe enfantin ne prend pas corps seulement dans les menaces des grands et les fantasmes des petits. Le châtrage des garçons a en effet bel et bien existé, il fut même une opération assez commune. C'est Ambroise Paré qui nous a mis sur la piste. Traitant « de la curation des hargnes », des hernies testiculaires qui viennent aux petits enfants quand ils ne cessent de « crier et toussir », il s'élève avec véhémence contre une corporation florissante et indiscutée en ce milieu du xvie siècle : « [...] j'ai gardé les châtreux de leur amputer les coullions, desquels ils sont fort friands pour le lucre qu'ils en reçoivent et abusent ainsi les pères et mères, leur faisant accroire que jamais leurs enfants ne peuvent guérir depuis que le boyau est tombé en la bourse »12. À partir de ce moment les chirurgiens savants jetteront périodiquement l'anathème sur ces « inciseurs radicaux » qui, sans cesse, ressurgissent. Ils écument l'Angoumois à l'orée du xviie siècle où « souz prétexte d'un gain, plustost que souz guérison ils coupent indiferemment en toutes hernies les testicules d'une miliace de petits enfants ». Au milieu du xviiie siècle on en signale dans les cantons suisses : « Il court... souvent dans le pays des scélérats qui font cette opération sans aucune nécessité et taillent impitoyablement une multitude d'enfants que la nature seule, ou aidée d'un simple bandage, aurait guéris ... » ; à Breslau, à la même époque, « un opérateur qui passa dans cette ville y mutila plus de deux cents enfants ». Dès sa fondation, en 1776, la Société Royale de Médecine, alertée par les intendants de Paris et du Languedoc, lance une enquête sur ces singuliers « charlatans ». Des réponses détaillées lui parviennent du Beauvaisis et des diocèses languedociens de Montauban et Saint-Papoul ; l'inciseur exerce donc toujours, qu'il soit « chirurgien » installé, simple « opérateur » ou « charlatan ambulant » inconnu. Le Code Pénal français (1810) reflète pourtant les préoccupations des médecins éclairés en condamnant explicitement et sévèrement « le crime de castration » (art. 316) mais les châtreurs de garçons ne renoncent pas pour autant : « ils exercent leur pratique meurtrière dans plusieurs provinces de la France et de l'Italie » dénonce Richerand dans ses Erreurs populaires... de 1812. En 1830 encore, le grand Dictionnaire de médecine... s'élève contre « cette opération que des gens sans aveu qui parcourent les campagnes pratiquent fréquemment même aujourd'hui »13.

1. Ordonnance de 1779 interdisant « la méthode de guérir les hernies par la castration »
Archives de la Société Royale de Médecine, Académie de Médecine.

13L'opérateur-châtreur reste, malgré la répression accrue, très populaire en certains pays. Il soigne en effet un mal très commun dans les sociétés paysannes, où l'opération est aussi tout à fait familière. Ne se contente-t-on pas d'appliquer aux garçons le remède efficace et recommandé pour les « gorets à bourse », victimes habituelles du même embarras ? Le guérisseur spécialiste ne serait-il alors qu'un simple châtreur de cochons ?

14L'affaire des opérateurs herniaires qui, à la veille de la Révolution, parcouraient presque impunément le Languedoc toulousain va nous fournir tous les éléments d'une réponse.

15À la fin de l'année 1777, l'évêque de Saint-Papoul, en Lauragais, s'émeut du passage dans son diocèse « d'opérateurs ou charlatans qui ont fait publier à son de trompe qu'ils avaient un remède immanquable pour guérir les hernies les plus invétérées. Le remède consiste, lorsque l'hernie a gagné les deux côtés, à faire une castration entière et lorsqu'elle est réduite à un seul côté, à faire une demi-castration, et ils exigent pour chaque opération une somme de trente livres ». À cette époque « plus de 500 enfants » entre un et sept ans avaient déjà subi l'opération.

16Les dépositions des témoins, celles des inculpés, font apparaître l'analogie entre l'opérateur et le châtreur de cochons. Il n'est pas de ces barbiers-chirurgiens sédentaires mais un gagne-petit qui tourne, jouant de sa trompe, créant sa réputation et son réseau de clientèle. Son équipement est très simple, juste de quoi couper, coudre et cicatriser, mais il y ajoute la magie du geste et du verbe. Enfin, et surtout, sa technique même n'est pas celle d'un châtreur ordinaire : il ne bistourne pas, il ne fend pas le scrotum, il taille l'aine, extrayant par le haut de son petit doigt recourbé le cordon et le « bouton », reproduisant par là le geste même du fameux châtreur de truies. Comme lui aussi, il n'incise presque toujours que d'un seul côté. La réussite des opérations assoit d'ailleurs son prestige. Les parents des garçons rompus avaient en effet couru les chirurgiens et les bandagistes « sans en avoir aucun soulagement » ; après son intervention trois pères sur quatre sont satisfaits, leur fils ne se ressent plus de rien ; un seul reste « faible de cette partie » et « souffre au changement de temps »... L'homme fait donc des miracles.

  • 14 Le terme norcino est étudié avec force exemples par les lexicographes italiens : Vocabutario degli (...)

17Cette compétence et la confiance presque totale qu'elle inspire s'appuie en fait sur l'identité des deux morphologies : qui sait habilement « arranger » les cochons sait aussi bien « arranger » les garçons. Les cas sont identiques, les gestes et les opérateurs aussi. Une même concordance s'observe en Italie par exemple où les châtreurs de porcs – castraporcelli – originaires de Norcia, non loin d'Assise en Ombrie, étaient appelés Norcini comme on dit ailleurs Béarnais. A Florence l'acception du terme s'élargit jusqu'à désigner rabatteur de cochon, personnage haut en couleurs de la rue florentine au xixe siècle, c'est lui qui porte la bête tuée et ouverte sur son dos jusqu'à la boutique du charcutier. Or le norcino est aussi le châtreur d'enfants, qui officia longtemps parmi les opérateurs italiens. A la fin du xvie siècle un Horace de Norcia, au dire d'un chirurgien du temps, châtrait à lui seul près de deux cents enfants par an ; tout au long du xviie siècle maintes comédies font plaisamment allusion à ces faiseurs de castrats. En 1804, un médecin montpelliérain rappelle que « cette opération était faite en Italie par des barbiers connus sous le nom de norcini ; on sait même qu'à Naples on trouvait des boutiques qui portoient pour enseigne Qui si castrano ragazzi a buon mercato : ici on châtre les jeunes gens à bon marché », et l'on peut supposer que très peu faisaient carrière dans l'opéra14... Le norcino spécialiste du cochon peut très logiquement châtrer aussi les garçons et il arriva d'ailleurs de temps à autre que, loin d'Italie, un illustre châtreur d'animaux soit sollicité pour opérer des hommes convaincus que son pouvoir devait s'étendre jusque-là.

18Revenons maintenant aux deux rites thérapeutiques dont nous sommes partis, et tout d'abord à la cure des forgerons. Ceux-ci, rappelons-le, martèlent le ventre, mais le substantif « martelage » qui accompagne ce verbe est tout à fait précis. En effet « martelage » n'est pas « martèlement », le mot ne désigne pas seulement, de façon générique, l'action de frapper à l'aide d'un marteau. Le martelage, dans ces mêmes régions, est tout simplement la technique de castration des mâles qui consiste à écraser les cordons spermatiques à l'aide d'un marteau spécial et d'une enclume adaptée sur laquelle on vient tendre l'enveloppe scrotale. Littré d'ailleurs ne s'y trompe pas et donne au mot son seul sens précis. Nous avons vu les bergers cévenols appliquer cette technique aux agneaux. Que le forgeron l'exécute ne peut nous surprendre, il pratique l'opération réelle sur les chevaux, les taureaux, les cochons... C'est souvent lui qui boucle le nez des gorets, en Périgord c'est aussi lui qui les rachète dans les ventes fictives qui déjouent le mauvais regard. En forgeant ainsi le ventre de l'enfant, il rétablit la juste disposition des organes et lui fait subir une castration à peine déplacée, une castration qui régénère.

  • 15 C.-J. Cela, Diccionario Secreto (1978, t.I : 248-249), s.v. sanado, sanador, sanadura, sanar ; en A (...)

19Si nous reprenons le rite du passage dans l'arbre de l'enfant hernieux, celui-ci s'éclaire de la même manière. Il est souvent précisé que la hernie est guérie quand le corps de l'arbre est ressoudé. N'est-ce pas alors sur l'arbre que l'on a transféré non le mal, mais la cure radicale. Sa hernie refermée l'enfant est sain, sanado, guéri bien sûr mais châtré aussi, car dans nombre de langues romanes le mot est à double sens15. Il signifie plus spécialement châtré comme une truie, et nous avons vu que c'est cette technique que les opérateurs languedociens utilisent en taillant les enfants à l'aine, c'est-à-dire en les ouvrant comme la branche que l'on fend, en les recousant ensuite comme on la lie, en appliquant enfin sur leur plaie cet emplâtre que l'on étale parfois aussi sur la blessure végétale. Quant au choix de l'arbre même – le chêne le plus souvent, que l'on châtre en l'étêtant ou en lui ôtant sa première écorce – il prolonge ce jeu d'échos entre les gestes techniques et le rite. Les enfants « crevés », « rompus », victimes de l'« effort » et de la « descente », du ventre dur et douloureux, mais aussi tous les garçons en bas âge éprouvent la puissance curative de cette castration métaphorique.

  • 16 Le récit de cette « initiation rituelle » est dans A. Chamson (1954 : 254-257). Une même fascinatio (...)

20Même si la cure par la castration ainsi figurée se double d'une renaissance – et cette dernière prend maintenant tout son sens –, le geste qui taille, écarte et recoud l'arbre, ouvre puis referme ce corps vivant, et celui qui fait passer l'enfant par la plaie béante, allant et venant entre les deux mondes, sont complémentaires et équivalents. La castration apparaît alors moins comme une mutilation que comme un passage physique, une étape de la croissance dont le châtreur qui fend le tronc, taille la bête ou l'enfant, serait le maître. Aussi son geste d'adoubeur, d'arrangeur qui modèle jusqu'au plus secret des corps, la bande des garçons le fait-elle sien, l'intégrant dans sa propre coutume. Dans le bourg cévenol du Vigan, vers 1910, la règle est donc de « crester », de « châtrer » tout nouveau venu. La castration est jouée par les garçons, revécue et inversée ; ils font mine de l'accomplir pour confirmer leur force d'homme ; ce semblant de mutilation où ils tiennent tour à tour tous les rôles les introduit paradoxalement à leur virilité16.

21Les cures de la hernie sont, nous l'avons vu, appliquées d'abord et essentiellement à des jeunes garçons, hernieux ou non, au point que dans ces sociétés la seule hernie « vraie » est testiculaire. Mais la diversité des rituels qui soignent ce mal particulier ou le préviennent est unifiée par la référence au geste qui modèle le corps de l'animal domestique, la castration. Et celle-ci apparaît comme une cure du mal parce qu'elle possède la propriété d'achever le sexe et donc le corps viril. De ce point de vue il ne s'agit pas d'opposer une castration (le plus souvent une demi-castration) réelle et une castration symbolique, un rite thérapeutique et une chirurgie. Toute castration fut longtemps pensée comme un adoubement. Les lumières de la médecine firent de la pratique immédiate un « crime contre la société » mais n'ont-elles pas réintroduit une autre chirurgie des âges ? Il y aurait beaucoup à dire aujourd'hui sur les végétations, les amygdales ou l'appendice – pour ne s'en tenir qu'aux enfants –, ces parties de soi dont on assure qu'elles « ne servent à rien », si ce n'est à marquer de leur ablation les étapes d'une croissance.

  • 17 L'ouvrage d'Yvonne Verdier (1979) constitue l'avancée récente la plus remarquable s'agissant de l'a (...)

22Notre parcours vaut sans doute moins par son aboutissement que par son cheminement à travers les détails du rite, mais aussi d'un rite à l'autre et du rite aux gestes les plus techniques de ces anciens « empiriques » qui modelaient les corps. Parvenus à ce point, il est maintenant possible de revenir aux identifications successives que la cure a suscitées : sa réduction à un principe, un modèle ou un noyau simple peut-elle tenir lieu d'interprétation ? La question a reçu une réponse par la voix de C. Lévi-Strauss dans sa critique si aiguë – et, de fait, trop méconnue – de la Morphologie du conte de Vladimir Propp. Ce dernier, voulant ramener à un schéma canonique tout un corpus de contes, afin d'atteindre l'architecture cachée qui les caractérise en tant que genre, dégage ce qu'il appelle la forme en réduisant le contenu à des généralités : que le héros traverse une forêt, une campagne ou plonge dans le monde souterrain, il est, dit Propp, « en déplacement ». « Le formalisme anéantit son objet » (Lévi-Strauss, 1973 : 159) alors que la démarche interprétative devrait se fonder sur « le refus d'opposer le concret à l'abstrait » (ibid. : 139). Or, cette tentation est, depuis longtemps, présente et peut-être même dominante dans l'interprétation des rites : certes on ne peut que saluer l'intuition géniale de Van Gennep. En reconnaissant dans une profusion de coutumes ce qu'il nomme « rites de passage », il désigne d'un même mouvement une fonction et une forme, mais peut-être au détriment du contenu c'est-à-dire du chemin concret par où l'on passe, des passeurs qui le commandent, des objets qui le ponctuent17. Aucune interprétation globalisante d'un rite ne permet donc de rendre compte de tous ses détails ni d'établir solidement leur relation. Si, comme nous l'a enseigné C. Lévi-Strauss par ailleurs, « simultanément ou alternativement, les rites offrent à l'homme le moyen, soit de modifier une situation pratique, soit de la désigner et de la décrire » (1964 : 343), n'est-ce pas à ce double déchiffrement que doit s'attacher l'ethnologue ? Dans le cas qui nous a intéressé, il n'était donc pas possible d'esquiver l'analyse complète des moyens symboliques qui, tout à la fois, produisent le changement et nous informent sur la nature du « mal » qu'ils conjurent.

Bibliographie

Références bibliographiques

Belmont, N. 1986. « La notion du rite de passage », in P. Centlivres & J. Hainard (sous la direction de). Les rites de passage aujourd'hui. Actes du colloque de Neuchâtel, 1981. Lausanne, L'Age d'Homme : 9-19.

Caro Baroja, J. 1979. La estación de amor, fiestas populares de mayo a San Juan. Madrid, Taurus Ediciones.

Cela, C.-J. 1978. Diccionario secreto, I: Series coleó y afines. Madrid, Alianza Alfaguara.

Centlivres, P. & J. Hainard (sous la direction de). 1986. Les rites de passage aujourd'hui. Actes du colloque de Neuchâtel, 1981. Lausanne, L'Age d'Homme.

Chamson, A. 1954. Le chiffre de nos jours. Paris, Gallimard.

Le corps humain : nature, culture, surnaturel. 1985. Montpellier, 110e Congrès national des Sociétés savantes (« Anthropologie et Ethnologie françaises »). Paris, CTHS.

Dictionnaire de médecine et de chirurgie pratique (15 vol.). 1830. Paris.

Di Nola, A.-M. 1983. L'arco di rovo. Impotenza e aggressività in due rituali del Sud. Torino, Boringhieri.

Fabre-Vassas, C. 1982. « L'enfant, le four et le cochon », in Croyances, Récits et pratiques de Tradition, Mélanges Charles Joisten, Le Monde Alpin et Rhodanien, n° 1-4 : 155-179.
— 1983. « Le charme de la syrinx », L'Homme, n° 13 : 5-39.
— 1986. « Savoirs et pouvoirs domestiques autour du cochon », in Los Pireneos : estudios de antropologia social e historia (Actes du Colloque de Madrid, 22-23 octobre 1981). Casa de Velázquez, Universidad Complutense : 139-146.

Forot, C. & M. Cariat. 1980. Le feu sous la cendre. Le paysan vivarois et sa maison (2 vol.). Saint-Félicien.

Franklin, A. 1894. La vie privée d'autrefois. Variétés chirurgicales. Paris.

Frazer, J.G. 1934 (éd. angl. 1913). Le Rameau d'Or. Balder le Magnifique, trad. de l'anglais par P. Sayn. Paris, Librairie Orientaliste Paul Geuthner.

Gaidoz, H. 1892. Un vieux rite médical, Paris.

Gibert, M. 1985. « Une jeunesse paysanne ». Les Temps Modernes, n° 466 : 2014-2057.

Gourdon, J. 1860. Traité de la castration des animaux domestiques. Paris, P. Asselin.

Goursault, A. 1976. La société rurale traditionnelle en Limousin (4 vol.). Paris, Maisonneuve et Larose.

Leroy, C. 1936. « Forgerons et guérisseurs », Revue de Folklore Français, t. VII : 1-14.

Lévi-Strauss, C. 1964. Mythologiques, I : Le cru et le cuit. Paris, Plon.
— 1973. Anthropologie structurale deux. Paris, Plon.

Loux, F. 1979. Le corps dans la société traditionnelle. Paris, Berger-Levrault.

Mojon, B. 1804. Mémoire sur les effets de la castration dans le corps humain. Montpellier.

Naître, vivre et mourir, actualité de Van Gennep. 1981. Essais sur les rites de passage réunis par J. Hainard & R. Kaekr. Neuchâtel, Musée d'Ethnographie.

Paré, A. 1953. Textes choisis, présentés et commentés par Louis Delaruelle et Marcel Sendrail. Paris, Les Belles-Lettres.

Richerand, A. 1812. Des erreurs populaires relatives à la médecine. Paris.

Saltet, L. 1933. « Miracle prétendu et magie : le martelage du ventre du viie au xixe siècle », Bulletin de littérature ecclésiastique. Toulouse : 97-119.
— 1934. « Sculptures romanes de Toulouse, de Chambon et de Sauvigny », Bulletin de littérature ecclésiastique, Toulouse : 193-211.

Sarg, F. 1980. « Comment on élève et on tue le cochon en Alsace Bossue », Revue des sciences sociales de la France de l'Est, n° 9 : 293-298.

Sébillot, P. 1908. Le paganisme contemporain chez les peuples celto-latins. Paris.

Thevet, E. 1603. Erreurs populaires de la chirurgie. Angoulême.

Tissot, Dr. 1770 (4e éd.). Avis au peuple sur sa santé. Paris, t. II.

Van Gennep, A. 1981 (1909). Les rites de passage. Paris, Picard.
— 1943-1957. Manuel de folklore français contemporain (7 vol.), t. I. Paris, Picard

Verdier, Y. 1979. Façons de dire, façons de faire. Paris, Gallimard.

Vuillier, G. 1899. « Chez les magiciens et les sorciers de la Corrèze », in Le Tour du Monde : 505-528.

Notes

1 Vuillier (1899 : 515-518). Le peintre est présenté par Marie-Christine Pouchelle dans Hier pour demain, catalogue d'exposition, Paris (1980 : 115-119). Françoise Loux a reproduit les dessins et commenté le rôle du forgeron (1979 : 140-144). Même cure à Ransoy près d'Epehy (Somme) d'après C. Leroy (1936 : 1-14).

2 À ce sujet voir l'article méconnu de L. Saltet (1933) auquel nous empruntons les références hagiographiques, et sa suite dans la même revue (1934 : 203-211).

3 Paul Sébillot (1908 : 76-79 et rééd. 1968, t. III : 417-418) décrit plusieurs rites de passage dans l'arbre ; Henri Gaidoz, dans un petit livre consacré à ce rituel, cite (1892 : 44-45) le texte de Marcellus Empiricus, médecin narbonnais du ve siècle, que l'on peut ainsi traduire : « Si une hernie (ramex) descend à un petit enfant, il faut fendre un jeune cerisier du plein milieu aux racines afin de pouvoir faire passer l'enfant par la plaie (plagam), puis, inversement, resserrer l'arbre, l'enduire de bouse de vache et autres emplâtres pour que ce qui a été taillé joigne facilement. La hernie de l'enfant sera guérie (sanabilur) dès que l'arbre sera recollé et que la cicatrice sera dure ».

4 Julio Caro Baroja (1979 : 244-245). Le rite se déroule à Lobera de Onsella, près de Sos (Province de Saragosse).

5 Nous résumons ici les thèses exposées aux pages 29-35 et 44-46 de son ouvrage.

6 Les rites du passage au travers d'une pierre ou d'un arbre sont examinés par Frazer (1934 : 150-173) et leur interprétation discutée dans le même ouvrage (pp. 312-313 et note 472 ; p. 316 et note 532). La lecture complète du texte et des notes conduit à nuancer sa position.

7 Di Nola (1983 : 77-94) consacre un chapitre au « diagnostic populaire de la hernie et à sa signification culturelle », dans lequel il met en lumière – essentiellement à partir du lexique – la parenté entre ce mal et les testicules ; ainsi dans les Abruzzes, le terme cuglia vaut-il pour hernie scrotale, rejoignant nos propres découvertes sur le terrain languedocien.

8 Le point que nous retenons et discutons ici n'est qu'un élément de la contribution présentée par Nicole Belmont au colloque « Les rites de passage aujourd'hui », tenu à Neuchâtel (Suisse) en 1981 (Centlivres & Hainard, 1986).

9 Nous présentons ici les résultats d'une recherche dont le propos s'insère dans un travail de synthèse, à paraître, intitulé La Bête singulière. Notre interprétation des cures de la hernie se fonde en effet sur l'ethnographie du porc que nous avons conduite ces dix dernières années dans les sociétés d'Europe du Sud et qui a fait apparaître entre l'enfant et le cochon les analogies que nous ne pouvons que rappeler ici. Pour une mise en évidence de cette logique relationnelle, nous renvoyons à de précédents travaux (Fabre-Vassas, 1982, 1983 et 1986) qui ont tracé par ailleurs un portrait du châtreur de cochon avec lequel se confondit pendant longtemps l'opérateur herniaire. Une première version de « la cure de la hernie » a été présentée au Congrès national des sociétés savantes, commission « Anthropologie et ethnologie françaises », Montpellier, 1985, et publiée dans les Actes.

10 La technique du martelage est décrite par J. Gourdon (1860 : 263-265).

11 « Aux petits enfants qui posaient des questions au sujet de cette opération on expliquait que les porcelets étaient opérés de l'appendice » (Sarg, 1980 : 294) ; « Oserais-je parler du pourchaire, le hongreur, celui qui rogne et fait hurler les cochons. C'était un homme en blouse qui, une canne ferrée à la main, parcourait la campagne. Quand j'interrogeais ma grand-mère, elle me répondait : Il leur met des anneaux dans le nez... et je comprenais mal le sourire de la chère femme » (Forot & Carlat, 1980, t.II : 955).

12 A. Paré (éd. 1953 : 90 et note pp. 219-220 par M. Sendrail).

13 Les textes cités par ordre chronologique sont extraits de E. Thevet (1603 : 50), Angoumois ; Tissot (éd. 1770, t. II : 153-154), région de Genève ; Société Royale de Médecine (1776 : 290), Breslau ; Archives de la Société Royale de Médecine, Académie de Médecine, carton 179 dr 30, 9 pièces, enquêtes dans le Beauvaisis et le Languedoc ; A. Richerand (1812 : 156-157) ; Dictionnaire de médecine... (1830, s.v. hernie : 587).

14 Le terme norcino est étudié avec force exemples par les lexicographes italiens : Vocabutario degli academici della Crusca, 5e éd., Florence, 1914, vol. 11, s.v. ; N. Tommaseo et B. Bellini, Dizionario della lingua italiana, t. IlI, Turin / Naples, 1869, s.v. Le cas d'Horacio de Norcia rapporté par Fabrizio de Acquapendente, l'Ambroise Paré italien, est cité dans A. Franklin (1894 : 201). L'exemple des norcini napolitains est de B. Mojon (1804).

15 C.-J. Cela, Diccionario Secreto (1978, t.I : 248-249), s.v. sanado, sanador, sanadura, sanar ; en Aragon particulièrement, le terme tend à se spécialiser pour l'opération des truies, mais il entre tout à fait dans l'aire occitano-catalane de sanar.

16 Le récit de cette « initiation rituelle » est dans A. Chamson (1954 : 254-257). Une même fascination pour l'opération est lisible dans nombre de jeux des garçons dont M. Gibert (1985) offre un témoignage en tous points conforme aux données que l'on peut recueillir sur le terrain.

17 L'ouvrage d'Yvonne Verdier (1979) constitue l'avancée récente la plus remarquable s'agissant de l'analyse des « rites de passage ».

Table des illustrations

Légende 1. Ordonnance de 1779 interdisant « la méthode de guérir les hernies par la castration »Archives de la Société Royale de Médecine, Académie de Médecine.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3878/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 738k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540