Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers une ethnologie du présent

 | 
Gérard Althabe
, 
Daniel Fabre
, 
Gérard Lenclud

Introduction

Daniel Fabre

Texte intégral

1L'ethnologie en France a toujours eu un rapport ambigu avec ses outils de travail, ses manuels, bibliographies et autres livres d'apprentissage. Ils sont un enjeu d'autant plus crucial qu'il est inavoué. Ils restent toujours à l'arrière-plan des grandes œuvres. Marcel Mauss pouvait, à partir de 1925, donner à l'usage des futurs voyageurs, administrateurs et ethnologues l'essentiel de sa pensée sous forme d'une grille descriptive – ponctuée cependant de digressions très nourries. Il n'avait pas, semble-t-il, le projet d'en faire un livre. Ce sont donc des notes de cours, celles de Denise Paulme, qui furent publiées en 1947 (Mauss, 1989). D'autres manuels, que ce soit celui de Marcel Griaule (1957) ou ceux dirigés par Robert Cresswell (1975) et Maurice Godelier (Cresswell et Godelier, 1976), nous apparaissent aujourd'hui comme très liés à une conjoncture, à un état de la recherche qui ne reflète pas simplement des antagonismes d'école.

2Le manuel est, par définition, aux antipodes du work in progress, il ne peut exprimer que des acquis consacrés. D'où son intime paradoxe : alors qu'il aspire à accompagner la jeune recherche à venir, il n'est que l'inventaire neutre d'un proche passé. Dans son ambition de fournir des instruments éprouvés de connaissance, il méconnaît leur relativité et fait toujours silence sur l'histoire – intellectuelle et sociale – de la discipline, de ses objets, de ses moyens. Ainsi le modèle monographique, qui sous-tend les plus récents manuels, s'est-il d'un coup éloigné de nous ou, du moins, ne saurait être proposé avec la même assurance. De plus, l'implicite division des tâches, ou des moments de la recherche, entre l'ethnographie descriptive, l'ethnologie synthétique et l'anthropologie comparative, si elle eut un temps un rôle stratégique, n'est plus recevable. On sait bien qu'il n'est pas d'œil naïf, d'oreille neutre, d'observation innocente. Et les grilles de saisie du réel qui sont proposées nous retiennent au contraire par leurs partis pris et leurs oublis, par l'idée qu'elles se font des « bons objets » de l'ethnologue, par les formes a priori qu'elles en dessinent. En outre le pédagogue, dans sa volonté d'extraire un protocole pratique et consensuel, est souvent amené à réduire l'ethnologie à un squelette, à une liste de techniques descriptives – comment faire une généalogie ; comment relever un plan de parcelle ; comment décrire une langue orale... – qui ne lui appartiennent pas en propre. En tentant de codifier la collecte de savoirs, qui occupe une partie des enquêtes de terrain, l'auteur de manuel renonce le plus souvent à caractériser le cœur de sa démarche et la singularité intellectuelle de l'analyse ethnologique. Ne la trouve-t-on pas, en effet, dans une volonté de nouer des liens, de lancer des ponts entre des domaines à première vue disjoints de l'expérience sociale telle qu'on la découpe communément ? C'est dans le rite le plus figé d'apparence que des rapports sociaux essentiels vont se donner à voir. C'est dans la transmission d'un savoir-faire que passe un plus ample habitus. C'est dans un débat marginal, une querelle, un conflit que se déclarent normes et stratégies. Ce choix du détail et du détour éloigne de la grille descriptive et du questionnaire à tout faire ainsi que de toute division préalable en sphères et en strates - l'économique, le social, le culturel... Tout en s'inscrivant dans la longue durée des débats qui traversent la discipline, la découverte est donc toujours hors programme.

3Le projet du cycle de formation « Ethnologie de la France et patrimoine » a tenu compte, autant que possible, de ce constat. Il convenait donc de tourner le dos à toute réduction instrumentale, quitte à décevoir, dans un premier temps, la demande spontanée d'une formation rapide et essentielle, pour ne pas dire élémentaire. Nous avons pris le parti d'introduire plutôt à une réflexion sur les pratiques d'analyse tout en donnant des exemples fouillés d'objets et de champs, en insistant moins sur les acquis que sur les débats. Multiplier les questions, introduire des doutes, est-il meilleure façon d'initier à la recherche en train de se faire ?

4L'ensemble est comme encadré par trois textes qui, tirant parti de la différence de leur point de vue, ouvrent des perspectives complémentaires sur l'objet de l'ethnologie en général. En ouverture, Gérard Lenclud interroge, dans son émergence et ses effets successifs, le paradigme « nous/les autres » comme tentation ethnologique originelle. Ensuite, affrontant la question des sources d'une ethnologie de la France, je m'efforce de montrer comment la diversité des réponses renvoie aux débats les plus cruciaux quant à la situation de la discipline, de ses méthodes et de ses usages. Enfin, Gérard Althabe conclut le volume par une réflexion sur la connaissance ethnologique des espaces sociaux contemporains qui met en évidence la relation existante entre les modes d'enquête et la construction des objets d'analyse.

5Le cœur de l'ouvrage se présente comme un diptyque dont chaque partie est liée à l'autre par un jeu d'échos. La première donne le pas à la réflexion méthodologique, la seconde à la démonstration sur des objets particuliers. Mais l'une et l'autre se retrouvent dans le même souci d'expliciter la démarche et de la situer sur l'échiquier des solutions possibles, au sein de la discipline comme des autres sciences sociales.

6Le premier volet tourne autour d'une question centrale, celle de l'interprétation. Prenant acte du fait que les modèles explicatifs, qu'ils se présentent sous forme d'enchaînement causal ou de système sophistiqué, s'épuisent à rendre compte d'activités humaines caractérisées par la production de sens et donc symboliques de part en part, l'ethnologie a placé ce thème au cœur de sa réflexion. Il ne s'agit certes pas d'une nouveauté absolue mais bien d'une prise de conscience plus aiguë et donc plus exigeante. Aux prises avec de multiples interprétations dont les sujets sociaux sont les premiers porteurs, l'ethnologue risque finalement la sienne : comment dans ce régime de propositions sémantiques – « voilà ce que ça veut dire » – fonctionnent la démonstration et la preuve, se demande Jean-Pierre Albert. Mais, en se plaçant sur ce terrain, l'ethnologie rencontre nécessairement de puissantes herméneutiques, au premier rang desquelles la psychanalyse. Giordana Charuty fait le point sur leur dialogue ancien, fondateur et toujours inachevé.

7Ces questions posées sur un plan épistémologique gagnent en vivacité d'être confrontées à des cas. Ici, Clara Gallini et Noëlie Vialles nous plongent dans deux espaces de la modernité fort distants l'un de l'autre – les abattoirs et les albums de mariage. Ils mettent en œuvre une production symbolique qui, dans nos sociétés, touche à l'essentiel. Claudine Fabre-Vassas a pris un parti différent : il s'agit moins d'illustrer les réaménagements contemporains d'un système de sens que d'interroger comment ce dernier a été construit par la tradition ethnologique même. L'analyse d'une cure rituelle, celle des hernies infantiles, illustre les choix – et les apories – qui ont présidé à l'accumulation alluvionnaire des interprétations.

8Le deuxième volet inverse donc la perspective. Nous voici face à des objets, connus ou neufs, découpés empiriquement d'abord et repensés par l'ethnologue. Le premier est très classique, il a servi de pont, depuis les années 1930, entre l'ethnologie « exotique » et celle de nos sociétés européennes, entre la discipline ethnologique et toutes les autres – de la géographie à la psychologie sociale : il s'agit de la monographie locale, plus précisément de la « communauté rurale » dont Isac Chiva montre le rôle de modèle qu'elle a longtemps détenu. D'une certaine façon, les études de parenté se proposaient au départ, selon Claude Lévi-Strauss par exemple, de prendre le relais des études de communautés pour définir avec plus de rigueur les unités sociales de l'observation ethnologique. Elles ont pris, en fait, un développement autonome dont Martine Segalen retrace le mouvement, d'autant plus intéressant qu'il éclaire, sur un terrain largement balisé par la sociologie et la démographie historique, l'originalité des questions que pose l'ethnologie.

9Par ailleurs, Agnès Fine, en traitant des parentés parallèles, rappelle avec force la dimension symbolique du lien parental qui tient tout simplement au fait qu'il est une institution de la société. Et nous mesurons, là encore, combien est vaine une opposition entre structure sociale et système symbolique. Avec son ethnologie du football, Christian Bromberger explore un nouveau domaine qui par la dimension des foules qu'il entraîne, par le caractère circonstanciel de ce qui les rassemble, semblait échapper à l'emprise ethnographique classique. En fait, celle-ci n'est rendue possible que par un décentrement des évidences, par une réélaboration de l'objet où la question du rite – et secondairement du sacré – joue son plein rôle.

10Comme on le verra, ce recueil ne prétend ni fournir des recettes, ni brosser un tableau de l'ethnologie telle qu'elle travaille aujourd'hui en France et sur la France. Tout au plus avons-nous souhaité marquer les étapes de ce qui fut un cheminement singulier. Le dialogue entre enseignants et enseignés y eut sa place, au point de donner parfois forme et direction au trajet. Puisse le lecteur d'aujourd'hui y reconnaître ses attentes.

Bibliographie

Références bibliographiques

Cresswell, R. 1975. Eléments d'ethnologie. Paris, Armand Colin, 2 vol.

Cresswell, R. & M. Godelier. 1976. Outils d'enquête et d'analyse anthropologiques. Paris, Maspéro.

Griaule, M. 1957. Méthode de l'ethnographie. Paris, PUF.

Mauss, M. 1989 (1947). Manuel d'ethnographie. Paris, Payot, préface de Denise Paulme.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable