Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers une ethnologie du présent

 | 
Gérard Althabe
, 
Daniel Fabre
, 
Gérard Lenclud

Préface

Claude Rouot

Texte intégral

1Cet ouvrage est le prolongement du cycle de formation « Ethnologie de la France et patrimoine » organisé par l’Institut du Patrimoine et la mission du Patrimoine ethnologique en 1987 et 1988.

2Durant les trois sessions qui se déroulèrent à Toulouse, Grenoble et Rennes, il s’est agi de mettre en présence des chercheurs, des universitaires et des praticiens de la culture afin d’introduire à une ethnologie du patrimoine, entendue au sens large puisqu’il fut beaucoup question du symbolique. Avec le temps, les interventions des chercheurs et universitaires n’ont rien perdu de leur portée didactique. Reprises et développées par leurs auteurs, elles nous ont paru constituer un ensemble dont la cohérence pédagogique appelait une édition. Ni actes de séminaires, ni chapitres de manuel, les textes rassemblés ici devraient apporter un précieux éclairage à ceux qui mènent une réflexion ethnologique, qu’ils soient étudiants de la discipline ou personnes impliquées dans des actions patrimoniales.

3Pour bien saisir le ton et la forme de cette publication, il convient de la replacer dans son contexte institutionnel. En 1980, année du Patrimoine, une mission et un conseil du Patrimoine ethnologique sont créés au sein de la direction du Patrimoine du ministère de la Culture. Ils sont chargés de définir les objectifs, les moyens politiques et les actions à entreprendre en faveur du patrimoine ethnologique et, plus largement, de la recherche ethnologique sur la France.

4Qu’est-ce que ce patrimoine ethnologique ? Entendu comme l’ensemble des biens matériels et immatériels, caractérisant la culture (au sens anthropologique du terme) des hommes en société, un tel concept allait permettre d’élargir, tout en la précisant, la notion de patrimoine.

5Il s’agissait de se situer à la croisée d’une discipline – l’ethnologie se redéployant sur le domaine français – et d’un champ d’application institutionnellement reconnu – le patrimoine culturel. Le patrimoine ethnologique était appelé à se décliner au travers de la recherche, de la formation et de la publication. Projet original, puisque dans les autres pays, préoccupations patrimoniales, activités d’ethnographie, d’ethnologie ou de folklore, et recherches en anthropologie sociale relèvent, quant à elles, d’institutions séparées.

6Recherche, formation et publication en matière de patrimoine ethnologique : l’enseignement était d’emblée sollicité pour contribuer à la constitution de ce nouveau domaine. C’est pourquoi, en 1981, un groupe de travail « Formation » était créé au sein du conseil du Patrimoine ethnologique pour tenter de répondre à des questions ainsi formulées : qui former ? quoi enseigner ? qui enseignera ? Il devait également encourager la conduite des premiers stages.

7À partir de 1983, les moyens mis en œuvre par la direction du Patrimoine (allocations de formation, subventions de l’Institut du Patrimoine) permirent le développement d’une politique de formation. L’objectif était de favoriser la rencontre entre des chercheurs, universitaires, étudiants travaillant en liaison avec des organismes culturels, conservateurs et muséologues, responsables culturels, personnels de parcs naturels ou de centres de culture scientifique et technique, agents de l’État, élus locaux... autour de thèmes liés à la connaissance des façons d’être et des façons de faire dans une France contemporaine fortement concernée par le travail de la mémoire et la valorisation culturelle. À ce jour, trois cycles de formation et près de soixante-dix stages ont été organisés en région et suivis par quelque 1 500 personnes concernées à des titres divers par le patrimoine ethnologique, l’ethnologie du patrimoine et la connaissance du domaine français.

8L’intérêt de ces rencontres pédagogiques est d’avoir suscité une formulation concise des fondements et des méthodes de l’ethnologie – et des apports que l’on peut en attendre – ainsi que des limites et des contraintes imposées par cette discipline. Au fil des années et à l’écart des protocoles universitaires, les éléments d’un savoir anthropologique ont été explicités dans leur généalogie, leurs usages et leurs enjeux épistémologiques.

9Conduits à ce niveau de réflexion et d’analyse, ceux dont les activités professionnelles touchaient à la construction culturelle des identités et des altérités furent mieux à même de situer leur rôle et leur action au regard des enjeux politiques et idéologiques actuels.

10En effet, si les mises en scène de soi-même se construisent à partir d’opérations concrètes – telles que la sauvegarde, la collecte, la conservation d’objets et le traitement informatique de données ethnographiques –, elles mettent aussi en jeu des processus de communication, d’interprétation et de création qu’il y a lieu d’analyser. C’est notamment le cas lorsqu’il s’agit de restitution muséologique, de scénographie des éléments significatifs de patrimoines diversifiés ou plus simplement de valorisation et de diffusion des connaissances ethnologiques du domaine français. Grâce aux apports théoriques de la discipline dont l’objet est – précisément – la culture, il est devenu possible de réfléchir sur de tels enjeux.

11On le sait, une discipline ne se constitue pas en dehors d’un « état des questions » qui se posent à un moment donné. On sait aussi combien en France on aime à opposer sciences et applications, théories et pratiques. C’est pour faire pièce à ce travers que dans ces rencontres le parti a été pris de conjuguer le plus possible savoirs et questions des chercheurs et des praticiens.

12Une chose est de « vivre » la dynamique pédagogique propre à un stage qui veut offrir autant matière à réflexion que matière à connaissance ; c’en est une autre de pouvoir relire des exposés, se les remettre en mémoire – souhait souvent exprimé par les participants –, et plus encore de les découvrir lorsque l’on n’a pas eu l’opportunité de participer à ces formations, faites sur mesure et en un seul exemplaire. L’ambition de ce recueil d’interventions est précisément de proposer cette possibilité à ceux qui voudraient, pour comprendre ou agir, emprunter quelque peu le regard de l’ethnologue.

13Aujourd’hui, certaines universités, jouant la carte de la pré-professionnalisation, élaborent pour les étudiants des programmes de formation aux métiers du patrimoine. Il faut s’en réjouir. Le présent ouvrage s’adresse à tous ceux qui souhaitent s’engager dans cette voie. Leur réflexion se nourrira de la lecture d’auteurs qui donnent à comprendre leur discipline, de chercheurs et universitaires qui guident et accompagnent la mission du Patrimoine ethnologique depuis plus de dix ans.

14Ceux-ci ont pris le temps d’être de véritables interlocuteurs et ont accepté, avec simplicité et compétence, de se faire pédagogues : qu’ils en soient remerciés. Notre reconnaissance va tout particulièrement à Isac Chiva, qui fut à l’origine de bien des initiatives en faveur du patrimoine ethnologique et de la formation ; à Gérard Althabe et Daniel Fabre qui ont dirigé cet ouvrage avec Gérard Lenclud, conseiller de l’actuel groupe « Formation ». Que Christian Bromberger, Claudine Fabre-Vassas, Martine Segalen et ceux qui ont permis la création de cet ouvrage trouvent ici l’expression de notre gratitude. Plus largement, nous remercions tous ceux qui prirent une part déterminante dans la conception et la réalisation des différentes formations de la mission du Patrimoine ethnologique : si celles-ci ont pu atteindre leurs objectifs, c’est grâce à leur efficace et intelligente présence.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540