Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Savoir faire et pouvoir transmettre

 | 
Denis Chevallier

III. Des enjeux actuels

La transmission et la préservation des savoir-faire et les enseignements techniques

Yves Deforge

Texte intégral

  • 1 Ce texte est une version modifiée d’un chapitre de mon livre L’Œuvre et te produit (1990). Ce chap (...)

1Le titre d’« enseignements techniques », auquel on préfère parfois aujourd’hui celui d’« enseignements technologiques », recouvre généralement l’apprentissage, l’enseignement professionnel et l’enseignement technique secondaire court ou long, qu’il s’agisse d’un enseignement à temps plein en écoles (avec adjonction d’ateliers scolaires) ou d’un enseignement école-entreprise (comprenant de nombreuses variantes et dosages) appelé, dans le vocabulaire européen, « système dual »1.

2Qui dit « enseignements techniques », par opposition à l’apprentissage « sur le tas », dit nécessité première, pour pouvoir enseigner, de formaliser ce qui, par ailleurs ou jusqu’alors, était transmis par contact de maître à disciple ou de maître à apprenti et compagnon.

3Nous avons des traces anciennes de cette formalisation dans les programmes des académies, des cours du soir, des cours d’apprentis, des « utopies’ (Léon 1961) et d’autres « plans d’éducation », et plus tard (après 1800) dans ceux des écoles techniques.

4La mise en forme des savoir-faire (dont l’encyclopédie ou « dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers » est une manifestation primitive) a généré toute une suite d’ouvrages pour l’enseignement qui, à partir de 1850 environ, vont porter le titre de technologies (emprunté aux économistes physiocrates). Il s’agit des ouvrages de technologie professionnelle, puis de technologie générale, voire de « sciences industrielles », qui ont eu l’ambition de surpasser et d’effacer par « la raison » les savoir-faire dont ils se nourrissaient. C’est aussi « la raison » qui fait que, dans les ouvrages de technologie, apparaît chaque fois que possible la « science appliquée ».

5Cette poussée rationalisante, qui s’opposait aux savoir-faire considérés comme ne devant finalement subsister que dans les petits métiers artisanaux « en voie de disparition », a eu force d’idéologie dans les enseignements techniques jusque dans les années récentes (en France du moins).

6L’auteur, qui a été formé puis formateur (à travers des ouvrages de technologie [1970, 1976]) et inspecteur des enseignements techniques, est conscient d’avoir été un agent actif et convaincu du développement de cette idéologie chez les enseignants chargés des enseignements pratiques. Ceux-ci, d’abord, démonstrateurs, moniteurs ou ouvriers-contremaîtres, puis professeurs techniques, ont été (programmes de 1949, in Martray 1952) – et sont encore – conviés à appliquer l’esprit cartésien à la pédagogie de leurs enseignements ; à avoir des exigences « de raison, de clarté, de méthode » ; à « régir et animer » les « méthodes » par l’établissement de « principes » ; etc.

7Pourtant, si l’on fait des savoir-faire une forme primitive, obscure, voire obscurantiste, des savoirs techniques, il faut considérer :

  • que lorsque les modèles donnés par la science ou issus de la technologie sont trop éloignés du réel, les savoir-faire ont une fonction utile de complémentation ou encore de réduction de la distance au réel ;
  • que, présentés sous forme d’algorithmes opératoires, les savoir-faire sont efficaces dans certaines limites ;
  • que les savoir-faire (ceci est une hypothèse d’ordre psychologique) sont peut-être une sécrétion naturelle de l’activité humaine, une réponse à un besoin de valorisation personnelle et affective qui se manifesterait par des pratiques originales atypiques, par des productions du genre « travaux clandestins » et par, à la limite, un investissement de savoir-faire ailleurs que dans le milieu du travail (cf. Deforge 1985, sur le « bricolage ») ;
  • et, enfin, que les activités professionnelles à forte composante de savoir-faire sont une source de qualification originale et de plus-value pour les entreprises et pour l’économie nationale (car constituant des « technologies-verrou » : tous les savoirs formalisés attachés à un processus peuvent être copiés, vendus, transférés, mais pas (ou plus difficilement) les savoir-faire propres à un homme. Dès lors, considérant que les savoir-faire ont leur place, non seulement dans les pratiques artisanales, mais aussi dans les pratiques industrielles les plus évoluées, l’enseignement technique commence à s’inquiéter de les réintégrer dans sa formation par des stages préparatoires en entreprises, des formations d’adaptation et par un discours inédit sur la culture d’entreprise ; savoir-faire et savoir-être étant liés.

Quelques définitions discutables mais nécessaires

8Si nous avions à traiter des activités animales qui conduisent à la production d’objets (un nid, un piège, un abri pouvant être vus comme des objets), nous dirions probablement que ces activités comportent une part d’instinct, une part d’acquis (puisque l’on sait que les animaux apprennent des parents) et une part d’adaptation aux circonstances, dans les limites de leur intelligence animale ; mais nous ne dirions pas « savoir-faire ».

9Pour l’homme, nous définirons les savoir-faire comme une capacité de réussir une activité particulière par un engagement personnel. Les savoir-faire comportent (peut-être) une part d’instinct (l’instinct du chasseur) et une part d’inné (le goût, le talent, la volonté) sous-tendant et facilitant leur acquisition, une part d’acquis (par l’apprentissage) et une part de conquis (par apprentissage personnel). Comme pour les animaux, la capacité de réussir une activité particulière est tributaire de l’environnement social et naturel, et des aptitudes physiques et intellectuelles des individus, mais aussi d’une capacité de réflexion (acquise ou conquise elle aussi), qui permet d’opérer sur les savoir-faire pour les adapter, certes ; mais de plus, et cela est proprement humain, pour les modifier, les transférer, les combiner, les remettre en cause en vue de réussir une activité particulière nouvelle. C’est-à-dire, à partir de savoir-faire spécifiques, de produire - dans la meilleure hypothèse - de nouveaux savoir-faire, voire de résoudre des problèmes et d’inventer. Dans une hypothèse plus restrictive, les savoir-faire opérants et répétés se figent en des algorithmes opératoires que nous appellerons des pratiques. Les pratiques sont des savoir-faire qui, de « savoir-faire », deviennent des « pouvoir-faire ».

10Les savoir-faire et les pratiques sont des capacités personnelles, intériorisées, difficiles d’accès à qui n’en est pas porteur. On en voit le résultat : l’objet est produit, l’acte est accompli, le problème est résolu, mais on ne sait pas comment, par quels voies et moyens, par quels algorithmes, par quelle réflexion personnelle.

11Ainsi, si l’on demande à un artisan de réaliser tel ou tel travail, il est rare qu’il réponde que le problème est totalement nouveau pour lui, ou alors on s’est trompé d’artisan. Généralement il répond à la demande et produit le résultat (objet fabriqué ou action réussie) en combinant pratiques, savoir-faire et éventuellement savoirs formalisés et en opérant sur eux pour les adapter aux circonstances.

12Par opposition, si une activité ou une séquence d’activités apparaît comme résultant de la mise en œuvre d’un savoir formalisé (explicite dans une technologie), nous parlerons de processus. Le rassemblement des pratiques et processus qui ont des points communs donne une technique ou des techniques (le pluriel étant dû à des découpages, le plus souvent corporatifs). Par exemple, la technique du bois est l’ensemble des pratiques et processus où le bois est matière d’œuvre. Les techniques du bois ramènent à des sous-ensembles de pratiques et processus par métiers reconnus : bûcherons, scieurs, charpentiers, menuisiers, etc. La technique de la peinture à l’huile est l’ensemble des pratiques et processus où la peinture à l’huile est matière d’œuvre. Les techniques de la peinture à l’huile renvoient à des sous-ensembles de pratiques et processus par domaines reconnus : à l’huile au couteau, au pinceau, sur bois, sur toile, etc.

13Rien ne dit quelle est la part de savoir-faire et la part de savoir formalisé, de pratiques et processus dans chaque cas considéré, mais nous savons que le rôle (l’idéologie) des enseignements techniques est de faire passer le plus possible de savoir-faire vers les savoirs formalisés, de procédés vers les processus pour pouvoir enseigner, avec le risque de voir disparaître dans une machine le savoir formalisé qu’on destinait aux hommes.

14En voici un exemple. Dans sa thèse sur « les rivets et les riveurs », B. Jacomy (1980) a montré que, vers le milieu du xixe siècle, lorsqu’on a construit les premières locomotives au Creusot, les dessins de conception donnaient une image assez vague du travail à faire pour assembler tôles et ossatures. Les ouvriers qui se partageaient les activités se rapportant à la technique du rivetage (ils étaient quatre, dont un maître riveur) mettaient en œuvre comme ils l’entendaient des savoir-faire personnels conjugués dans une pratique propre à l’équipe. Suivant les circonstances de la pose (voire de l’humeur des acteurs), les lignes de rivets pourraient différer d’une locomotive à l’autre. L’humeur est une manifestation de l’affectivité : on se souvient que, dans les années soixante-dix, les ouvriers de chez Fiat, à Turin, manifestaient leur (mauvaise) humeur en sabotant le travail, ce qui a fait apparaître des faiblesses dans les processus, car les processus avaient été établis pour éviter les savoir-(bien) faire comme les savoir-(mal) faire. A Turin, les processus ont été revus, et surtout on prit des dispositions pour que l’affectivité (négative) se manifeste autrement et ailleurs que lors du montage d’un moteur ou de l’assemblage d’une voiture.

15Pour le rivetage, la « mise en pas » des riveurs a commencé par des formules de calcul des rivets mises au point empiriquement par les ingénieurs anglais, ce qui permit aux concepteurs creusotins de formaliser, déductivement, les diamètres et les implantations des rivets et de coter les dessins. Sur ce point, les dessins donnaient un ordre. Les riveurs ont donc dû se conformer à un modèle de référence pour poinçonner les trous de passage des rivets, mais ils gardaient la maîtrise de la pose des rivets (température de chauffe, mise en place du rivet, frappe et contrôle).

16Après l’apparition des machines à poinçonner, c’est la « frappe » qui fut examinée de près. Fallait-il procéder à la percussion comme cela se faisait, « manuellement » ou par écrasement ? De nombreux types de machines furent essayés. Les plus primitives permettaient de réduire l’équipe de riveurs à trois, les plus évoluées à deux ; puis la chauffe contrôlée « à l’œil » (avec une grande précision d’ailleurs) passa dans les fours à chauffer les rivets. Il ne restait plus qu’à réunir les activités désormais formalisées dans une machine à river automatique incorporant les savoir-faire et matérialisant le processus et à ne conserver qu’un ouvrier pour conduire la machine et contrôler le résultat. C’est ce qui fut fait vers 1930. C’est à cette époque que la soudure (oxy-acétylinique, d’abord) a commencé à supplanter le rivetage. Mais sur des bases très différentes, puisque cette technique n’ayant pas de passé pratique, on a immédiatement formalisé les activités et formé, dans des centres spécialisés, les soudeurs (parfois des riveurs en reconversion) aux techniques (grosse tôle, tôle fine, tuyauterie) de la soudure. Les manuels d’époque, diffusés par l’Institut français de soudure, sont des ouvrages où les processus préconisés découlent, pour une part, de considérations scientifiques.

Vers la formalisation des processus : repères dans une évolution

17La figure ci-dessous illustre l’idée d’une évolution, étant entendu qu’elle est très approximativement historique et que telle ou telle formalisation n’efface pas la situation antérieure qui peut subsister concurremment. Par exemple, si la technologie pratique est issue d’une réflexion sur les savoir-faire et les pratiques, il n’en reste pas moins, comme nous l’avons déjà dit, que les savoir-faire sont encore présents dans certains processus et sont même un précieux viatique dans certains secteurs de production artistique ou industrielle.

1. L’idée d’une évolution

1. L’idée d’une évolution

La ritualisation

18La ritualisation a été, et est encore dans de nombreuses populations dites primitives, une manière de mémoriser et de renforcer la portée des pratiques (la construction de la case, les activités agricoles, la chasse, les naissances, les mariages et la mort). On peut même se demander si la taille des silex n’était pas, étant donné la quantité énorme de silex taillés que l’on retrouve sur certains sites, une sorte de rituel ayant fonction d’initiation plutôt que de seule production.

19Cette ritualisation s’accomplit avec un recours à des chants, des danses, des parcours, des activités préparatoires (rôle des dessins rupestres), des comptines, des musiques, etc., qui rythment le déroulement de la pratique et la sacralisent. Aujourd’hui encore, on peut peut-être voir, dans les vernissages et inaugurations d’expositions, dans les baptêmes (de cloches, de bateaux et d’humains), dans les bouquets et drapeaux au sommet des édifices en voie d’achèvement, des échos très affaiblis de cette ritualisation. Nous avons connu un vieux menuisier qui accompagnait le tracé d’un ouvrage menuisé (comme un volet) d’une sorte de mélopée, qui le guidait dans le déroulement d’une pratique fort compliquée et fort incompréhensible pour qui n’était pas initié.

20Quant à la préhistoire, on sait peu de choses, à vrai dire, sur les pratiques et les rituels des premiers producteurs d’objets : silex amenagés, bifaces « approximatifs », bifaces « normalisés », industrie des éclats, puis outils divers en pierre ou en os, suivis de la poterie et de la métallurgie. Par exemple, on peut s’interroger sur la fonction (de signe) de certains tracés sur des objets en pierre, en bois ou en os et sur le rapport de ces décorations avec la fonction d’usage et avec le mode de production.

21Objectivement, certaines recherches et reconstitutions ethno-archéologiques confirment ce qu’on peut imaginer de l’activité des hommes préhistoriques et que l’on peut décrire en quelques grandes phases -toujours les mêmes chaque fois qu’on procède inductivement : émergence d’un problème, tâtonnements, essais et erreurs, premières solutions approximatives, prise en compte de la solution répondant le mieux au jeu des contraintes, objet réussi. Jusque-là ces phases sont celles d’un certain type d’invention. Elles comportent en tant qu’invention une réflexion (que les ethnologues n’hésitent pas à qualifier d’intelligente), mais aussi une obstination, une volonté d’aboutir que nous avons déjà mises au compte de l’affectivité. C’est alors que se présente une alternative : ou s’arrêter là ou recommencer. Et l’on sait qu’en matière de silex taillés, les hommes primitifs ont été particulièrement prolifiques.

22Recommencer veut dire fixer les savoir-faire des pratiques et les transmettre suivant deux voies d’apprentissage : un apprentissage portant sur des savoir-faire généraux ou un apprentissage portant sur des pratiques ou des fragments de pratiques. C’est un choix technique, pédagogique, social. Dans les groupes ethniques qui produisent collectivement des objets et qu’on peut encore observer (tribus indonésiennes, Indiens du nord du Canada), on constate que les pratiques sont distribuées entre les différents acteurs disponibles. Il y a ceux qui débitent, ceux qui polissent, ceux qui cousent, etc. Les avantages sont que les pratiques sont faciles à transmettre, elles n’engagent pas l’affectivité, elles préservent les structures sociales, chacun a sa part d’activité au prorata de son statut et/ou de ses capacités naturelles.

23Ce partage des activités semble avoir été appliqué à « l’industrie » des silex taillés où, dans des sortes d’ateliers de production, on distribuait et redistribuait les rôles dans le groupe, ce qui donne l’image d’une lente évolution spiralée vers la formalisation avec : réflexion sur → nouveau mode de production → nouvelles activités → nouvelle répartition des activités → nouvelles structures sociales → nouveaux produits → réflexion sur..., etc.

24Dire cela à propos des premiers hommes, c’est leur prêter beaucoup, et cependant les spécialistes qui étudient leurs activités reconnaissent que le passage de la taille des bifaces à la « technique Levallois » ne peut s’expliquer que par une invention inspirée par une sorte de recherche de la plus grande production au moindre effort.

25Mais ce qui manquait aux processus de savoir-faire et, à plus forte raison, aux applicateurs de pratiques, c’était cet outillage intellectuel puissant qu’est le langage articulé. Très certainement, la possibilité de décrire un procédé, de marquer les étapes d’un processus et d’en dire l’enchaînement par des énumérations, d’articuler un raisonnement, de réfléchir méthodiquement sur des savoir-faire, des pratiques et des résultats (autant que par essais et erreurs), d’utiliser des mots-outils pour induire ou déduire ou de faire des analogies ; bref, de penser une technique et de la parler a joué un rôle moteur dans l’accélération de l’évolution spiralée.

26Tout aussi moteur, à notre avis, a été l’apparition d’un mode graphique de traitement, de communication et de conservation des savoir-faire, des pratiques et des processus propre à certains domaines techniques et dont on a des exemples à partir du troisième ou quatrième millénaire avant notre ère.

27Alors que l’homme primitif taillait ses silex, construisait sa hutte, creusait sa pirogue en se référant presqu’exclusivement à ce que sa mémoire corporelle (gestes, postures) et intellectuelle pouvaient enregistrer et à ce que son intelligence pouvait traiter (traitement limité par les outils intellectuels rudimentaires dont il disposait), le tailleur de pierres qui participait à la construction des pyramides pouvait se référer à un plan général (donné par l’architecte) et s’aider de tracés qui le guidaient dans ses activités. C’est-à-dire que ses savoir-faire de tailleur de pierres se complétaient de savoir-faire lui permettant d’opérer sur l’information pour en créer d’autres. Par exemple, pour les tracés, faire varier homothétiquement les dimensions de ses tailles sans se tromper.

28Formidable outil dont on retrouve les effets à toutes les étapes de la formalisation des processus.

La formalisation par les proportions

29Pour la très ancienne formalisation par les proportions, on sait que s’est développée à son propos toute une mythologie avec le triangle égyptien (restituant approximativement le nombre d’or), l’enrythmie des Grecs, les intervalles musicaux dans l’architecture cistercienne, etc.

30La raison d’être des proportions semble reposer sur les deux considérations suivantes :

  • à défaut de règles formalisées, les proportions donnaient aux constructions quelque assurance quant à la stabilité et la résistance et, de surcroît, des architectures ayant un style reproductible.
  • à défaut d’un étalon de mesure bien établi, il fallait se donner, au début de la construction, une dimension de référence arbitraire, d’où le module. L’art companaire, avec les formes des cloches, illustre bien le rôle des proportions et du module tels qu’ils viennent d’être évoqués. Il faut savoir, à propos des cloches, que la tonalité est essentiellement fonction de la masse et, accessoirement, du profil. Très tôt (au xie siècle), une recherche tâtonnante semble avoir trouvé et fixé les proportions des différentes formes d’une cloche pour obtenir une sonorité déterminée. Dans ces conditions, il devenait possible d’établir des « tables de proportions » (la première connue est celle de G. Bonoccorso (1450). Ces tables, ou « échelles », préfiguraient les règles à calcul ou les programmes d’ordinateur (d’ailleurs aujourd’hui, chez Paccard, à Annecy, on trace les profils à l’ordinateur avec les mêmes valeurs que celles des tables anciennes). Ces tables étaient la propriété exclusive des maîtres fondeurs, qui les communiquaient à leur disciple après une longue initiation. On peut remarquer, dans ce cas, qu’à la formalisation par les proportions se surajoutait une formalisation par le rite, puisque longtemps la coulée d’une cloche s’est entourée de tout un cérémonial très codifié.

La formalisation par la normalisation

31Dans le prolongement de la formalisation par les proportions, nous pouvons mettre la formalisation par la normalisation. Dès qu’il y a eu armes à feu et projectiles, il va de soi qu’il a fallu une compatibilité entre les deux, ce qui allait dans le sens de l’interchangeabilité (thème classique depuis les débuts de l’armement). De même, la normalisation des dimensions allait dans le sens de la sécurité (réduction des risques d’explosion). Au xviie siècle, c’est le diamètre du boulet qui sert de module (le terme est d’époque), et c’est le module qui sert à définir le canon (divisé en parties). Cinq calibres normalisés ayant été retenus (de 4 à 24), il suffisait de lire les dimensions sur des tableaux de nombres et de reporter les valeurs sur un dessin type (même principe que pour les cloches) pour avoir toutes les valeurs des dimensions d’une pièce normalisée. Par une contamination bien compréhensible, les affûts étaient aussi normalisés, mais ici le dessin type était remplacé par un « patron » ou par des gabarits. Comme les navires de guerre étaient définis par le nombre de canons embarqués, on voit que, par le double jeu des proportions et de la normalisation, canons, affûts, bateau étaient définis à partir d’un seul boulet modulaire (en caricaturant un peu, évidemment). La normalisation, telle que nous la connaissons par son envahissante présence dans les bureaux d’études et des méthodes et par ses effets dans notre vie courante (voir les plaquettes nf, use, apel, atg apposés sur les appareils ménagers), se justifie pour des raisons d’interchangeabilité et d’économie, mais elle est aussi porteuse d’une idéologie subreptice d’ordre et d’unité cohérente avec la production de masse dans des usines taylorisées.

La formalisation par les analogies

32Nous avons dit aussi formalisation par les analogies. De longue date, les analogies ont été couramment pratiquées à la suite d’un raisonnement simple : un objet réussi jouant le rôle de modèle de référence, on peut estimer qu’un objet identique aura les mêmes propriétés que la référence. « A condition que ... », bien sûr.

33La formalisation a d’abord porté sur des analogies de forme et de structure. Le xviie siècle nous en donne un bon exemple avec la construction navale. La capacité de produire de bons navires faisait la réputation des concepteurs et des constructeurs des chantiers des Pays-Bas. Ces navires étaient des œuvres, du fait de l’implication de charpentiers de marine riches de savoir-faire et passionnés de leur métier, et des œuvres d’art, du fait de l’intervention de sculpteurs et décorateurs chargés de donner aux navires une formation de signe très voyante : signe de la richesse du commanditaire, puissance effrayante du monarque, etc. Colbert, qui se désespérait de l’état de notre marine, demande, dans son « Ordonnance aux intendants des arsenaux », en 1676, de faire relever les dimensions de ces navires bataves (en fait, il s’agissait « d’espionnage industriel ») et d’en faire des « modèles en petit » [...] « lesquels soient faits avec autant d’exactitude et de justesse qu’ils servent perpétuellement pour les mesures et les proportions à tous les vaisseaux qui seront construits dans l’avenir ». Peut-être espérait-il qu’on pourrait en tirer inductivement des règles de construction (La Science des galères de Barras de la Penne, au titre par trop anticipateur, et le Traité de la construction des vaisseaux, de P. Hoste, datent de 1697), mais les dessins et maquettes distribués dans les arsenaux servirent principalement de modèles de référence (ou de prototypes) pour une production de navires à l’identique, et en série pour les galères. Les choses se gâtèrent quand on voulut passer de l’identique au semblable, car on ignorait tout des lois de similitude. Il fallut attendre que la science vienne à la rescousse pour ce qui est de la similitude (lois de Froud) et que le concept d’analogie s’élargisse à l’analogie fonctionnelle et à la simulation, car la simulation découle directement de la formalisation par les analogies. Simplement, on ne retient du modèle que certains traits caractéristiques, et la simulation fonctionne sur ces traits.

La formalisation des procédés

34Avec la formalisation des procédés, nous pensons surtout à l’organisation et à la division du travail avec évacuation corrélative de l’affectivité dont on a vu qu’elle avait dû, selon nos hypothèses, se trouver dès la préhistoire dans les ateliers de production de silex ; dans l’antiquité en général, avec la structure maître-esclave, dans l’antiquité romaine, avec les latifundia et le travail des journaliers ou encore dans les manufactures de production d’équipement pour les légions. Plus proche de nous, Vauban, au xviie siècle, ayant à charge de fortifier de nombreuses villes, conçoit une sorte de « système de production des fortifications » à base de machines simples et de main-d’œuvre banalisée : travailleurs requis, militaires et bagnards. Pour éliminer autant que possible les incertitudes inhérentes au comportement de ces équipes, Vauban les encadre solidement et leur fait donner une formation rudimentaire. De plus, pour mieux assimiler la construction des fortifications à une activité machinale, il formalise les procédés en faisant dresser des plans types combinables et adaptables (c’est-à-dire qu’une partie des savoir-faire des ingénieurs passait dans les plans) ; en faisant étudier les dimensions optimales des engins de terrassement (brouettes, paniers, hottes) ; en faisant établir des barèmes de temps pour certaines activités, comme la taille des pierres aux formes définies sur les plans (cela se faisait déjà de longue date pour la production des colonnes et chapiteaux des temples grecs et romains) ou comme le creusement des fossés suivant la méthode préconisée (la seule et la bonne). Taylor ne fera pas mieux. Au xviiie siècle, Bélidor fait des chronométrages et dresse des tables de temps et mouvements pour de courtes séquences de processus relatifs à des travaux de génie maritime (le battage des pieux). Au xixe siècle, des économistes comme A. Smith se livrent à des démonstrations irréfutables, au point de vue arithmétique, en faveur de la division et de l’organisation du travail (cf. le calcul hallucinant auquel Smith se livre à propos de la production des épingles).

35Aussi bien en ce qui concerne la division du travail que son organisation, Taylor n’a donc fait que prolonger un mouvement amorcé de longue date, et ce n’est pas sans raison que H. Le Chatelier (1936) le donne comme le continuateur des plus grands noms de la connaissance rationnelle et méthodique : Descartes, Bacon, Newton et Cl. Bernard.

36S’il importait de citer ces noms, c’est que, si l’organisation (scientifique) du travail formalise des procédés, cette formalisation constitue aussi une attaque frontale en direction des savoir-faire sous-jacents. Inventer, c’est mettre en œuvre des savoir-faire que nous avons, au début de ce texte, mis au compte de capacités personnelles ; or, disent ces auteurs (sur des registres divers), ces mystérieuses capacités personnelles sont le bien de tous : appliquons des règles pour bien conduire son esprit, analysons finement, raisonnons logiquement, combinons à l’infini, soumettons-nous à la méthode des méthodes : la méthode expérimentale et les problèmes seront mieux résolus.

Les technologies comme formalisation des savoir-faire

37Sur un autre front, la formalisation des pratiques et des savoir-faire a été le fait des technologies. Les premiers ouvrages « de technologie » que nous connaissions sont du xvie siècle. Ils ont pour titres, « Art de... », « Manière de faire... », « Catéchisme... », « La Pratique du... ». Tous exposent, par le dessin et le « discours explicatif », des algorithmes jugés efficaces soit parce qu’ils sont employés par de bons artisans, soit parce que les auteurs eux-mêmes les ont appliqués. Parfois, certains auteurs (comme Ph. Delorme 1567) se laissent aller à quelques considérations dépassant la stricte pratique, mais ces cas sont très rares.

38Plutôt qu’aux praticiens en exercice, ces ouvrages s’adressaient aux élèves des académies d’art, de dessin, de peinture et d’architecture, et à « tous ceux qui désirent exceller dans ces arts et autres où il faut employer la règle et le compas » (Bosse 1665). Les corporations étaient assez hostiles à ce genre d’enseignement qui se donnait en dehors du cadre corporatif et qui risquait de divulguer ce qui devait rester « secret de métier ».

39Quand, au xviiie siècle, Diderot veut rassembler dans son Encyclopédie des éléments d’information sur les métiers, il se heurte à des artisans qui ne peuvent ou ne veulent exprimer ce qui était l’essence de leur métier.

40Après la Révolution, les corporations ayant été abolies, il fallut mettre en place un dispositif de formation qui convienne à l’industrie naissante en apportant des connaissances « utiles aux arts et métiers ». Ce fut une longue et difficile gestation avec de nombreuses tentatives avortées, mais aussi quelques réussites remarquables, comme ces écoles d’arts et métiers, chargées d’enseigner « la théorie et la pratique nécessaire pour former des chefs d’atelier et de bons ouvriers ». Ce besoin d’enseignement entraîne le besoin, trivial mais déterminant, d’avoir des manuels d’enseignement. Ce seront les ouvrages de dessin et de technologie pratique (même s’ils ne portent pas tous ce titre), qui auront trois fonctions :

  • présenter, d’une façon ordonnée et illustrée, les savoir-faire, pratiques et processus relatifs à un domaine technique ;
  • surmonter cette présentation d’une réflexion sur les savoir-faire, pratiques et processus, c’est-à-dire faire de la technologie, au sens étymologique du terme ;
  • -enfin, donner quelques règles de conduite (relent de l’affectivité) : bien ranger ses outils, ne pas abîmer les machines (respect de l’outil de travail), être pénétré de l’idéologie de progrès, travailler à la suprématie de l’industrie française.

41Cette troisième mission se trouve généralement explicitée dans les préfaces des ouvrages et distillée par la pédagogie. Comme les savoir-faire n’étaient pas plus accessibles dans leur essence qu’avant la Révolution, la tactique fut de les ramener à des pratiques explicitées. A la plasticité des savoir-faire, on substitua la description des différents cas susceptibles de se présenter. Par exemple, dans tel processus d’usinage, on emploie tel outil avec tels angles et dans tel autre processus tel outil avec tels autres angles parce qu’il faut toujours adapter les angles des outils aux matériaux usinés. Le « parce que » représente ici le résultat d’une première réflexion sur les opérations industrielles et une première formalisation par la technologie pratique.

42Vers la fin du xixe siècle, on voit apparaître des ouvrages de technologie générale qui représentent une deuxième étape de « réflexion sur », prenant appui sur les technologies pratiques des différents corps de métier. Par exemple, puisque les technologies pratiques où un outil coupant est utilisé (le bois, le fer, le cuivre, le bronze, etc.) nous disent qu’il faut adapter les angles des outils aux matériaux travaillés, il doit y avoir une loi (inductive) qui lie constamment angles des outils et matériaux ou encore, puisqu’un outil a toujours trois angles (coupe, pente et dépouille), on peut dire, en généralisant, que les angles sont fonction des conditions de coupe. La « fonction de » représente ici le résultat d’une seconde réflexion sur les opérations industrielles et introduit une modélisation de la loi, c’est-à-dire une formalisation mathématique dont la validité est attestée du fait de son origine pratique. Mais les modèles ne constituent pas une théorie (au sens de suite cohérente de modèles).

43Ici se présente le problème majeur de la modélisation : un modèle (comme la règle ou la loi qu’il formalise) ne restitue à l’application que ce qu’on a mis en lui à la formalisation. Un modèle issu d’une pratique reste très proche de cette pratique et s’applique au cas par cas en restituant toute la technologie pratique qu’il incorpore. Un modèle issu d’une technologie générale couvre un plus large champ que le précédent, mais, comme le premier, il ne peut restituer que ce qu’on a mis en lui au départ : il y a distance entre le réel qu’on veut obtenir et ce que donne le modèle. Il faut alors que la technologie pratique ou les savoir-faire servent de complément à l’unité.

44Il en va de même avec les modèles issus d’une théorie scientifique. Le point de départ d’une étude scientifique est une hypothèse sur un phénomène suivie d’expérimentations, elle débouche sur une loi qui peut être modélisée mathématiquement (la loi étant déjà un modèle dialectique), mais tout ce qu’on peut dire de ce modèle c’est qu’il est éventuellement élément d’une science.

45Pour qu’il y ait science, il faut qu’il y ait théorie générale. C’est la théorie qui est gardienne de la cohérence des modèles dont on peut dire alors qu’ils sont déduits de la théorie et c’est la théorie qui fait que l’ensemble des modèles fait une science. Autrement il n’y a que juxtaposition de modèles.

46Par exemple, les lois d’usure des outils de coupe sont nombreuses, elles sont toutes de la forme T = f (v,f,dp), dont la loi plus connue est représentée par « le modèle de Taylor », T = Cv, Vr. Mais peut-on dire qu’il y a science ? On est porté à dire que non, car ces modèles sont d’origines diverses, ils ont été produits à des époques différentes, dans des conditions peu comparables, etc. Bref, il n’y a de théorie, au sens de suite cohérente, ni théorie apparente, au sens de cadre générique. A l’inverse, supposons que quelqu’un invente une théorie qui veuille que le phénomène fondamental de la coupe des métaux soit un tranchage (une théorie est toujours une sorte d’invention). On peut, dès lors, faire des hypothèses telles que l’angle de taillant p de l’outil est fonction d’un certain coefficient dit coefficient de tranchage T expérimenté et exprimer une telle loi telle que p est fonction inverse de T. On peut compliquer loi et modèles, exprimer plusieurs lois, toutes issues de la théorie (même s’il y a quelque chose de faux dans tout ce processus, les résultats peuvent être plausibles). Ici, on aboutit à une science évidemment fantaisiste ; le tranchage n’existe que dans le cas du travail des bois exotiques.

47Comme la technologie se manifeste aussi par des modèles, on peut avoir, pour le même phénomène, des modèles inductifs et des modèles déductifs qui se recouvrent, se recoupent et se rencontrent dans des cohabitations parfois conflictuelles. On notera que, du point de vue de l’enseignement, il est courant de réserver les modèles faibles aux praticiens et de ne diffuser les modèles forts qu’aux plus hauts niveaux. (Nous en avons traité, à propos du dessin dans, Deforge 1981 et ce thème est amplement développé dans Grignon 1971, et dans Bourdieu et Passeron 1968).

Le rôle des sciences

48Il est difficile de parler des rapports des sciences et des techniques avant le xviiie siècle, car les sciences étaient peu orientées vers des problèmes techniques et elles étaient empêtrées dans des théories fausses qui les mettaient loin derrière les techniques (bien des machines ont marché et bien des canons ont tiré en dépit des sciences d’alors).

49A partir du xviiie siècle, les sciences interviennent dans les processus des techniques de plusieurs façons que nous ramènerons à quelques cas de figure.

50Le premier cas est celui où la science intervient comme adjuvant quand la technologie (ou ce qui en tient lieu) défaille. Nous pensons :

  • (bien que ce soit antérieur au xviiie siècle) à Ch. Huygens, que les maîtres horlogers, arrivés à la limite de ce que pouvait donner leurs savoir-faire, appellent à leur secours et qui leur fournit, à partir de sa théorie sur le pendule, le principe du régulateur à balancier ;
  • à la science de la description graphique des objets de toute nature ou « géométrie descriptive » de G. Monge (1799), qui veut la substituer à la stéréotomie (d’origine inductive) devenue d’une complication extrême (mais les tailleurs de pierres préfèrent garder leurs vieux tracés, plus « pratiques ») ;
  • à la résistance des matériaux issue des travaux de Young, Coriolis, Poncelet, Lame, etc., qui, à partir de 1860, se substitue progressivement à la technologie générale de la construction mécanique qui s’était construite inductivement ;
  • à l’organisation scientifique du travail, bien sûr, que F.W.Taylor propose de substituer aux pratiques organisationnelles empiriques ; etc.

51Parfois ces interventions de la science sont des fiascos ; soit que les scientifiques ne sont pas écoutés, soit qu’ils disent des choses fausses. Lavoisier, au milieu du xviiie siècle, explique « scientifiquement » les phénomènes d’oxydation. On se propose (mémoires de Monge, Vandermonde, etc.) d’appliquer cela à la métallurgie, mais cela ne change rien aux pratiques qui étaient correctes. Même chose avec Daniel Bernouilli, qui ne peut que constater que les formes des ailes des moulins, dont on ne sait pas d’où elles viennent, sont parfaitement conformes à celles que donne l’application de sa théorie. En matière de moteur à explosion, Otto (le cycle de Otto) obtient de bons résultats avec une théorie fausse ; et Diesel, qui veut appliquer strictement les principes Carnot et faire un moteur bien rationnel, bien théorique, doit en rabattre (1897), ça ne marche pas pratiquement.

52Les débuts de l’aviation furent l’occasion d’une rencontre explosive entre les praticiens, qui se font inductivement une petite idée de ce qui marche, et les théoriciens, qui proposent des théories puissantes qui gouverneront toujours la « mécanique du vol » (par exemple, N. Joukovski, « fondateur des sciences aéronautiques ») ou des théories impuissantes (règle des trois dièdres de Renard). Pendant longtemps, la conception (et la construction) d’un avion sera considéré comme le résultat d’une série de compromis entre ce que dit la théorie et ce qu’indique la pratique ou entre deux théories, traitant de phénomènes différents, qui se rencontrent et qu’il faut concilier. Ce n’est que depuis deux décennies que les avionneurs disposent de modèles (hybrides) assez compréhensifs pour traiter de l’ensemble d’une structure, ce qui a fait dire à Iliouchine, que l’on accusait d’avoir copié le Concorde, qu’ayant les mêmes modèles que ses concurrents il ne pouvait que faire les mêmes avions.

53Le second cas pose la science comme point de départ de tout processus. Cette thèse n’est soutenable que pour une période récente. C’est celle de Le Chatelier (1936), qui tire un trait sur les technologies, qui doivent être entièrement remises en question à la base. Son grand exemple est celui de Taylor, qui, à propos des outils de coupe, récuse tout ce qui existe dans la pratique pour mieux développer une théorie de la coupe qui débouche, déductivement, sur des applications pratiques comme la coupe rapide. Le Chatelier estime qu’il devrait en être de même dans toutes les industries et il prend l’exemple - facile - de la chimie. G. Bachelard (1949) est assez proche de cette thèse quand il dit qu’avec l’électricité la science est passée la première et que la technologie a réalisé, sans apport supplémentaire ( ?), en toute sécurité. Il est certainement excessif de dire que certaines sciences fournissent des modèles couvrant, sans une jonction par des savoir-faire ou des technologies, l’ensemble d’un processus. Cependant, en pétrochimie, en métallurgie, en production d’énergie électrique (hydraulique, thermique ou nucléaire), on est devant des processus très formalisés (bien que la formalisation ne soit pas d’origine entièrement scientifique). C’est, d’ailleurs, ce qui fait dire que ces industries sont des industries « de processus ».

54Le troisième cas que nous évoquerons ici est celui de la science et de la technologie comme couple indissociable. J. Habermas (1968) fait utilement remarquer que la technique, et particulièrement la technologie, est toujours présente dans la science.

55Par exemple, l’astronomie n’aurait pu se développer sans des instruments qui étaient réalisés par d’habiles artisans sans lesquels le scientifique aurait été totalement démuni. A. Moles adopte à ce sujet une position très originale en affirmant que les sciences ne se développent pas uniquement rationnellement et méthodiquement. La science faite est le résultat d’un certain habillage qui met en valeur la méthode expérimentale. En fait, le chercheur tâtonne, tout comme le praticien qui construit ses savoir-faire, il procède par intuition, analogies, transferts, etc. Toutes ces méthodes, à la limite, sont des savoir-faire et, puisqu’elles sont exprimées, cela devient, pour A. Moles (1957), des technologies (pratiques ou générales, suivant les cas). Pour reprendre l’exemple de l’outil, la technologie générale de l’outil, aussi bien que la théorie générale et générique de l’outil donnent des angles absolus dans des conditions de coupes idéales. La technologie pratique et/ou les savoir-faire sont là pour faire la jonction avec un réel incertain en jouant sur les tolérances et les réglages.

56Les alternatives, qui étaient celles du xixe siècle et qui sont encore les nôtres, se présentent comme suit :

  • ou bien avoir de bons praticiens (avec du savoir-faire) pour faire la jonction entre le résultat de la modélisation et le réel (au xixe siècle et au début du nôtre, c’était « l’ajusteur », terme évocateur, qui faisait cette jonction) ;
  • ou bien créer un milieu abstrait qui réponde exactement à ce que donne le modèle. Par exemple, si le modèle n’intègre pas les variations de température au-delà de certaines limites, créer un milieu protégé à température (ou humidité) constante (cas des tissages au xixe siècle et des ordinateurs dans les années soixante). Nous mettons sous cette alternative la recherche de matériaux purs, de situations propres, etc. ;
  • ou bien travailler la modélisation : approfondir les théories, créer des modèles très puissants (souvent hybrides) qui collent au réel. C’est la tendance actuelle grâce à l’informatique.

57Un exemple typique et vécu, qui se situe dans les années trente, si nous ne nous trompons pas, nous a été donné un jour des années soixante par L. Couffignal. Il s’agit d’un treuil de mine comportant une poulie et un engrenage sur un arbre épaulé pris entre deux paliers (fig. ci-dessous).

2. Treuil de mine (avec poulie et engrenage sur un arbre épaulé entre deux paliers)

2. Treuil de mine (avec poulie et engrenage sur un arbre épaulé entre deux paliers)

(D’après un croquis de L. Couffignal)

58On sait que le problème des paliers et des tourillons fut, à partir de la deuxième moitié du xixe siècle, le « pont aux ânes » des auteurs d’ouvrages de technologie générale de construction. A. Morin, en 1838, V. Leblanc, en 1845, Armengaud, en 1865, procèdent inductivement : après avoir mesuré beaucoup de tourillons sur beaucoup de machines, ils dressent des « tables des valeurs généralement adoptées », en tirent une loi apparente liant diamètre et longueur, diamètre et charges, etc. et la modélisent au mieux. En 1870, F. Reuleaux, utilisant les résultats de son étude théorique sur la flexion simple, les applique déductivement au calcul d’un tourillon frontal. Comme il a quelque doute sur la puissance de sa théorie, il compare les résultats calculés aux « tables de valeurs » de ses prédécesseurs et « arrange » ses modèles en conséquence. Ce sont donc ce que nous avons appelé des « modèles hybrides ». Sauf erreur de notre part, la formule portée par la figure ci-dessus appartient à Reuleaux.

59L’ingénieur des mines chargé du calcul applique sa formule et trouve D > 97.89. Il dit : « J’ai de la place, je vais prendre 100 et je serai tranquille. » L’arbre tient aux essais, mais, après quelques années de fonctionnement, il casse au ras de l’épaulement du tourillon, précipitant au fond de la mine la benne et les mineurs.

60Que s’était-il passé ? Simplement que ni le modèle ni les savoir-faire de l’ingénieur (qui n’a eu « l’expérience » qu’après coup) n’intégraient les concentrations de contraintes à la jonction de l’épaulement et du tourillon et les effets de la fatigue avec le temps, alors que le premier tourneur professionnel venu lui aurait dit que ses pratiques et son savoir-faire lui indiquaient qu’un congé (même approximatif) entre épaulement et tourillon ce ne serait pas mal du tout (même s’il n’avait pas su dire pourquoi). Il manquait à l’ingénieur le « rapport à l’unité » : technologie pratique ou savoir-faire.

61Aujourd’hui aucun ingénieur ne ferait une telle faute et n’aurait besoin de la technologie pour compléter l’application des modèles. D’ailleurs, la question du tourillon étant parfaitement modélisée, c’est l’ordinateur, avec un logiciel spécifique, qui se charge du calcul. Un document sur « l’analyse des actions transmissibles dans une liaison arbre-coussinet court » (c’est le problème du tourillon), que nous avons sous les yeux, pose cinq hypothèses générales et présente trois modèles (chacun étant basé sur une série d’hypothèses qui lui sont propres) en six pages de calculs préparatoires au passage sur calculateur. On est loin du modèle rudimentaire de l’ingénieur de Couffignal !

Retour au point de départ

62Les techniques se formalisant au maximum, est-ce à dire que l’on n’a plus besoin de savoir-faire quand il s’agit de processus très évolués ? Certes non. Dans le premier exemple que nous avons évoqué, il s’agissait, dans un atelier flexible très automatisé, d’un affûteur qui affûtait manuellement, « vite et bien », certains outils complexes « suivant une certaine façon qu’il était seul à connaître ». La question qui se pose est de savoir si ce qui est un scandale pour un puriste de l’organisation ne représente pas, tout compte fait, une plus-value sociale et économique pour la société dans son ensemble. Nous y avons déjà répondu par le terme de « préservation ». Cette préservation devrait être faite sur des critères objectifs conduisant à une notion d’optimum de formalisation des processus. On sait parfois ce que l’on gagne en remplaçant un homme « irremplaçable » par une machine ou un ordinateur ou par un autre homme formé aux standards des enseignements techniques, mais on ne sait pas ce qu’on perd dans le ratio « coûts généralisés-efficacité ». Quant à la transmission, un renouveau de l’intérêt pour les formations par contact (sous l’influence des exemples des pays germaniques où ces formations sont restées la règle, même pour les techniciens et les ingénieurs) fait que les enseignements techniques français accordent, depuis peu, une place aux stages, à la relation école-emploi et même, par le système des formations modulaires, à l’alternance. C’est la marque d’une prise de conscience non seulement de la valeur culturelle des savoir-faire, mais aussi de leur valeur économique ; mais reste encore à trouver, ou retrouver, des maîtres capables de transmettre savoir-faire et savoir-être. En Allemagne, l’examen de maîtrise comporte une épreuve de pédagogie afin que le maître sache mieux former ses apprentis, et on nous dit qu’au Japon l’artisan riche d’expérience est sacré « trésor national vivant » s’il accepte de transmettre ses savoir-faire à un apprenti ou un disciple. Nous sommes persuadé qu’il y a là-dessous, de la part des Japonais, quelque chose de plus fort que le simple respect d’un passé révolu.

Notes de fin

1 Ce texte est une version modifiée d’un chapitre de mon livre L’Œuvre et te produit (1990). Ce chapitre a été écrit à la suite (et sous l’inspiration) du stage organisé par la mission du Patrimoine ethnologique sur le thème « Technologie et patrimoine » (Aix-en-Provence, juin 1989).

Table des illustrations

Titre 1. L’idée d’une évolution
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3853/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre 2. Treuil de mine (avec poulie et engrenage sur un arbre épaulé entre deux paliers)
Légende (D’après un croquis de L. Couffignal)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3853/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540