Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Savoir faire et pouvoir transmettre

 | 
Denis Chevallier

II. Transmission des savoirs et socialisation

Savoirs locaux et renaissance des productions agricoles

Jean-Pierre Darré

Texte intégral

1Le développement agricole, la « vulgarisation » agricole ont des effets de ségrégation que tout le monde reconnaît : une minorité d’agriculteurs profite de façon directe des services et conseils organisés, en particulier par les services des chambres d’agriculture (11 à 13 % selon les enquêtes du ministère de l’Agriculture [1982] et le rga (Recensement général agricole) [1988], 25 à 30 % selon les évaluations généralement admises dans les organismes nationaux de développement).

2Les effets de diffusion en « tache d’huile », à partir de cette minorité, sont censés compenser la sélection initiale. Or, plutôt que les effets de ce modèle épidémique, c’est une aggravation de la coupure entre les clients habituels des organismes de conseil technico-économique et les autres qu’on observe le plus souvent.

3Tout le monde, dans les milieux du développement, ne souhaite pas cela : quoiqu’on veuille, c’est cependant presque toujours cela qui se produit. D’où notre double question : cet effet est-il lié à toute action de développement quelle qu’elle soit dans notre société telle qu’elle est ou est-il possible de concevoir des formes d’action qui l’évitent ?

4A partir d’une critique des conceptions habituelles du développement, notre démarche de recherche s’est organisée selon deux axes. D’une part, nous avons mené, à partir de nos hypothèses, des études sur les milieux d’interconnaissance (correspondant à peu près à l’aire d’une commune ou d’une vallée de région montagneuse), portant sur les conditions sociales d’introduction et d’extension de nouveautés techniques. D’autre part, nous avons construit, à partir de nos hypothèses complétées par les premières études, un « dispositif de développement » que nous avons expérimenté avec des techniciens de terrain.

Hypothèses sur les compétences collectives

5Le schéma conducteur des actions de développement habituelles a deux caractéristiques centrales : il est individualisant et il est diffusionniste.

6Individualisant : le sujet est agriculteur, « chef d’exploitation » (à moins que ce ne soit l’exploitation elle-même). On cherche à provoquer des changements dans l’exploitation et pour cela persuader l’exploitant.

7Diffusionniste : les agriculteurs sont « récepteurs » de « messages » techniques ou économiques. On cherche à « diffuser » des techniques, à les faire appliquer.

8Les tentatives pour améliorer la vulgarisation-développement, en particulier pour limiter ses effets de ségrégation, se situent en aval de ces évidences. Or, on peut présumer que ce sont justement elles qui sont en cause.

9A ces évidences nous opposons : toute technique, telle qu’elle est mise en œuvre par les agriculteurs et quelle que soit son origine, est nécessairement re-créée par les agriculteurs eux-mêmes, et ceci à deux niveaux : celui de la définition des chaînes opératoires et celui de la connaissance qui en assure la maîtrise.

10Ce travail de réinvention technique, à la fois matériel et conceptuel, s’impose lorsque la technique vient d’ailleurs, mais tout autant lorsqu’elle est héritée. Sauf à supposer des conditions naturelles, techniques et économiques parfaitement stables, ce qui ne peut se rencontrer, en tout cas dans nos pays, toute reproduction d’un patrimoine technique traditionnel suppose cette recréation continue.

11L’invention technique, dans les deux cas, répond à la même nécessité : « pour répondre aux problèmes de la vie, les groupes humains sont obligés, selon le lieu et l’époque, d’inventer, d’entretenir et d’ajuster des normes d’activité », note Marcel Maget, à propos de la renaissance d’une technique dans une commune (Maget 1989 : 157).

12Cette « invention » est le produit d’une activité collective, principalement dans les systèmes locaux d’interconnaissance (Maget 1962, 1989 ; Geertz 1983). Elle est le produit d’une co-activité de recherche, dans le dialogue pour « savoir quoi faire », pour résoudre des problèmes liés à l’activité professionnelle (Darré 1988). S’ensuit notre hypothèse, centrale, qu’il y a une relation entre certains traits, des configurations sociales locales et le niveau ou les formes de cette co-activité.

13Les questions initiales sur les possibilités de concevoir des formes alternatives de développement deviennent, dès lors, après quelques ajouts et détours :

  • à quels traits des configurations sociales locales est associée cette compétence collective ? Quelles variations de ces traits sont associées à sa variation ?
  • peut-on favoriser, et comment, l’apparition de ces traits dans un groupe local d’agriculteurs ?

14Nous, c’est-à-dire l’équipe du GERDAL, poursuivons, depuis 1983, la réalisation d’études de terrain pour répondre à la première question (Darré & LeGuen 1986 ; Lemery 1989 ; Darré, LeGuen, Lemery 1989). En ce qui concerne la deuxième question, nous avons organisé, en coopération avec des organisations agricoles de développement de certains départements français et les lycées agricoles, des expériences dans une vingtaine de communes pour éprouver un dispositif conçu à partir de nos hypothèses et observations. (Dans certains départements, comme le Cantal ou le Loiret, ce dispositif à dépassé le stade expérimental pour entrer dans la vie quotidienne des organisations.)

Deux cas

15Avec le premier cas – ce que j’ai observé dans une commune de la région de Redon, en Bretagne –, je montrerai comment le niveau, l’intensité de l’activité collective de recherche sont liés à la morphologie du système de dialogue local. Le second cas – commune de la Planèze du Cantal – vise à montrer comment un dispositif assez simple peut permettre d’associer l’activation de la capacité de recherche à celle du système de dialogue local.

Le « gabouret » fourrager de la Dominelais

16La commune de la Dominelais est située en Ille-et-Vilaine, au sud de Rennes, dans la petite région de Redon (nomenclature insee). Une quarantaine d’exploitants y élèvent des vaches laitières, à l’exception d’un seul, qui n’élève que des porcs.

17Mon travail dans cette commune faisait partie d’une étude comparative sur deux communes, portant sur les réactions des agriculteurs aux conseils relatifs à la culture du blé (l’autre commune est dans le Laurangeais, en Haute-Garonne).

18Lorsque j’y suis arrivé, durant l’hiver 1982-83, un sujet occupait une grande place dans les discussions locales. Il s’agissait d’un mélange céréales-légumineuses cultivé pour l’alimentation des vaches. (On parlait aussi beaucoup des traitements chimiques des maladies des céréales et des moyens de les éviter. Phénomènes semblables à ceux que je vais décrire, mais à propos d’une technique d’origine scientifique-technicienne. Cf. Darré 1985b.)

19Ce mélange est une adaptation, une amélioration, d’une technique ancienne dont l’intérêt est de fournir, dès la récolte, un mélange à peu près équilibré pour compléter la ration des laitières : les céréales (orge, blé, avoine) apportent l’énergie plus que les valeurs protéiques, et les légumineuses apportent un complément de protéines. Avant, les légumineuses étaient des vesces, mais, dans la version revival, on préfère généralement les pois.

20L’origine de cette innovation était attribuée à des agriculteurs d’une commune voisine, relayés par des agriculteurs de la commune (deux noms cités). Les techniciens du service de développement de la chambre d’agriculture étaient hostiles : « c’est inintéressant », « ridicule », « ils perdent leur temps ».

21Ces spécialistes n’avaient peut-être pas tout à fait tort. Dans cette région, on aime bien, semble-t-il, semer des mélanges, des « gabourets » (ex : le carcoué, blé et avoine, ainsi appelé dans la commune, où l’on relève que cela s’appelle « méteil » du côté de Redon), et l’on aime aussi caresser de la main et du regard, dans l’ombre des greniers, de beaux mélanges prêts à être consommés. (J’ai été, à plusieurs reprises, invité à monter l’échelle à côté de la porte d’entrée pour partager le plaisir de voir la graine et de la faire couler entre les doigts.) Et il est vraisemblable que la recherche de ces plaisirs perturbait le cours du froid calcul. L’ennui, c’est que le jugement technicien condamnait l’activité de recherche en même temps que son objet.

22Plus que ce mélange lui-même, ce qui retenait l’attention, en effet, c’est l’intensité de l’activité de recherche à propos de ce mélange et l’étendue du champ de questions. Des essais étaient réalisés par l’un ou l’autre, les résultats envoyés pour analyse au laboratoire et commentés. Ces essais et discussions concernaient les variétés et les proportions de façon, en particulier, à éviter que l’une des plantes domine et perturbe la proportion recherchée, les dates et conditions de récolte, les possibilités de récolte immature, pour stocker le produit en ensilage humide, la préparation du sol, les traitements.

23Il est évident, en effet, que la recette transmise ne pouvait être reçue sans tout ce travail de recréation, et ceci pour plusieurs raisons. D’abord parce qu’il est fort probable que la recette était incomplète. Et surtout parce que, aurait-elle été complète, il fallait de toute façon la reconstruire pour l’adapter aux nouvelles conditions : variétés nouvelles, traitements nécessaires, récolte à la machine, nécessité de calculer la valeur alimentaire du produit, etc. Enfin parce que l’acquisition de la maîtrise de la technique nouvelle, ou actualisée, impose de refaire, pour soi, le chemin de sa conception.

24Nous faisons l’hypothèse, ainsi que je l’ai indiqué, que les caractéristiques de cette activité de recherche de solutions, son intensité, sa vivacité, son efficacité, au moins par l’étendue du champ de solutions ouvert, sont en relation avec des traits morphologiques du réseau de dialogue local. Avant d’indiquer quels sont ces traits, il faut compléter, sur quelques points, la description de cette activité « dialogique » :

  • il s’agit d’une innovation d’origine interne au milieu agricole, alors que les organisations et publications officielles sont généralement les principales, et parfois dans certains groupes locaux, les seules, sources d’informations des agriculteurs ;
  • la plupart des agriculteurs du groupe local participent au débat, et plusieurs, occupant des positions variées dans l’organisation sociale locale, participent aux expériences, en contraste avec la coupure souvent aggravée dans les groupes locaux par les actions de développement ; en association avec ce trait, les possibilités d’initiative sont disséminées et non pas réservées à un groupe dominant, « relais » de la culture technique officielle. Par exemple, l’introduction de cette culture est attribuée soit à un pluri-actif, petit éleveur-maçon sans position éminente, soit à un éleveur moyen, s’affirmant comme très traditionnel (qui dit avoir trouvé ce « gabouret » dans un de ses vieux carnets) et lui aussi de position peu éminente ;
  • les débats impliquent des participations conflictuelles, dont les « camps » sont bien situés dans le groupe local, notamment entre les partisans ou représentants de la culture officielle et les initiateurs de nouveautés hérétiques. Ces conflits assez feutrés au sujet de cette production sont d’ailleurs beaucoup plus vifs sur d’autres sujets techniques, encore plus distants de la doctrine officielle.

25Il reste donc maintenant à désigner les traits morphologiques du réseau de dialogue qu’on peut rapporter à ces caractéristiques du débat :

  • beaucoup de « grappes », assez distinctes, sans hiérarchies très marquées entre elles, avec peu d’individus isolés. Ce qui implique aussi une densité élevée des liens de dialogue. En opposition à une configuration fréquente : une grappe dominante et des liens rares autour, avec des dyades et des isolés ;
  • très forte densité de « ponts » entre les grappes. De telle sorte que, d’une façon générale, les distances maximum entre individus sont peu élevées ;
  • beaucoup d’occasions de rencontres quotidiennes permettant une fréquence élevée de dialogues.

26Ces traits, et certaines de leurs propriétés, ont été relevés (par exemple par Granovetter 1973), et les recherches et études de cas réalisées par le gerdal ont permis de les associer à des caractéristiques de dialogue semblables à celles que nous avons rencontrées dans ce cas (Lemery, 1989 ; Darré, LeGuen, Lemery 1989).

27D’une façon générale en France, les « types » de systèmes de dialogues varient d’une commune à l’autre, sans qu’on puisse relever des caractéristiques régionales bien affirmées. Cependant, le système de dialogues que nous venons de décrire peut être considéré comme caractéristique des régions de l’Ouest, et en particulier de la Bretagne. Les réseaux de dialogues y sont, d’une façon générale, plus denses qu’ailleurs, avec – la disposition de l’habitat en « villages » y porte – un rôle important joué par la proximité géographique dans la constitution des liens. Cela entraîne un moindre rôle de facteurs d’homogénéité tels que la taille des exploitations. Les liens familiaux, innombrables et croisés, s’ajoutent aux liens de village. Enfin les groupes de matériel et de travail en commun sont nombreux et systématiquement entrecroisés, de sorte que chaque agriculteur dans cette commune appartient à au moins deux, et jusqu’à cinq, groupes de compositions partiellement différentes.

28Le cas de la Dominelais répond partiellement à notre première question : à quels traits des configurations sociales locales est associée la compétence collective à produire ou à aménager des solutions techniques ? Le second cas, que j’aborde maintenant, complète la réponse en apportant l’exemple d’une situation très différente de celle que je viens de décrire, voire opposée. L’exposé de ce cas a aussi pour but d’apporter une réponse à la deuxième question : peut-on favoriser, et comment, l’apparition de ces traits dans un groupe local d’agriculteurs.

La lentille de la Planèze

29Ce second cas constitue une « quasi-expérimentation » construite à partir de nos hypothèses et observations. Je décrirai simultanément le cas et le dispositif expérimenté. Cependant, ce dispositif est construit aussi à partir de l’observation de phénomènes d’un autre ordre, dont je dois d’abord faire mention.

30Il s’agit, en effet, d’observations de réunions et de dialogues entre agriculteurs et de réunions d’information avec des agents de développement. Nous retiendrons ici deux constatations :

  • les agriculteurs ne formulent pas, ou très rarement, de problèmes, mais parlent d’habitude en termes de constats de situation associés à des évaluations négatives. Par exemple : « Les jeunes s’en vont » ; « avec les quotas on est coincés » ; etc. ;
  • d’une façon générale, les problèmes qui sont considérés comme importants ou prioritaires (« les vrais problèmes ») par les organisations de développement, services des chambres d’agriculture ou groupements de vulgarisation-développement, agissent comme des filtres lorsqu’ils sont proposés aux agriculteurs : les uns se retrouvent dans ces « vrais problèmes », tandis que les autres, plus distants des modèles économiques et culturels qui ont présidé à leur formulation, considèrent que cela n’est pas pour eux.

31Ces observations conduisent, en premier lieu, à repérer que, dans l’usage commun, le mot « problème » a deux sens : soit « question à résoudre », soit « situation embarrassante » (cette distinction qui, elle, est fort peu commune, est notée par le dictionnaire Robert, qui date l’apparition du deuxième sens à la fin du xviiie siècle). Cette observation fournit un moyen critique important d’expressions telles que « c’est/ça n’est pas le vrai problème », ou « le problème ne se pose pas comme ceci, mais comme cela ». Ces expressions jouent avec le sens et trompent au passage.

32Cette distinction permet de comprendre, de façon plus pertinente, ce qu’on appelle couramment « les problèmes de vocabulaire », le deuxième phénomène observé. Les « problèmes », au premier sens, sont toujours formulés par quelqu’un, et tous les gens n’ont pas les mêmes problèmes à formuler devant les « mêmes » situations, ni le même discours pour les formuler.

33Certains agriculteurs sont familiers, par leur formation, du « discours technicien » : ils parlent « le » technicien, ils en connaissent les couleurs, les « accents », pour reprendre l’expression de M. Bakhtine (1977). Comme on dit de quelqu’un qu’il est bilingue, on pourrait dire de ceux-là, qui parlent à la fois le discours agricole local et le technicien, qu’ils sont « bidiscursifs ». Nous retrouverons ces observations dans leur traduction pratique.

34Les Ternes est une commune de la Planèze du Cantal (près de Saint-Flour), qui compte environ trente-cinq exploitants agricoles, éleveurs de vaches laitières, parfois associées à des troupeaux ovins. Nos observations et notre « expérimentation » dans cette commune ont commencé en 1984 et se poursuivent actuellement, en 1991 (Bataille et al., dans Darré & LeGuen 1986).

35L’habitat est disposé en « villages », comme en Bretagne. Il y a aux Ternes six villages de deux à dix agriculteurs, plus le bourg, où habite un agriculteur.

36Les liens de dialogues sont surtout internes aux villages, avec peu de liens de village à village. En dehors des grappes de village, une seule grappe dominante, reconnue : elle est composée de cinq agriculteurs, appartenant à deux villages, tous membres du GDA (groupement de développement agricole) et considérés, dans le groupe professionnel local des Ternes, comme les novateurs officiels.

37Les membres de cette grappe se donnent eux-mêmes comme modèles – en ce qui concerne la technique et la conduite de leurs exploitations –, et sont reconnus comme tels. Ils reçoivent leurs informations, incitations et propositions d’innovations des circuits officiels de la vulgarisation-développement et n’admettent pratiquement, sauf informations commerciales mineures, pas d’autre source. Ils sont acceptés et reconnus dans le groupe professionnel local comme source officielle, sinon unique, des nouveautés techniques. Ils tiennent finalement leur position de leur proximité reconnue à la culture technique officielle. Et de même, au sein du groupe local, les positions sociales (en termes de compétences reconnues, « ceux qui sont dans le progrès, dans le développement ») sont déterminées par raport à cette grappe. Il s’agit de huit membres du GDA, plus ou moins liés aux cinq premiers. Ensuite s’établit une coupure nette, reconnue, matériellement repérable aux choix techniques. On le voit, le contraste est fort au regard de la situation de la Dominelais.

38Si elle n’est ni simple, ni facile à mettre en œuvre, la procédure utilisée aux Ternes (comme dans une vingtaine de communes de France) est assez simple à décrire dans ses grandes lignes. (Elle est décrite de façon détaillée dans Darré & LeGuen 1986.)

39L’action est conduite par des agents de développement du secteur géographique, après une formation ad hoc. Elle est limitée à l’aire supposée du groupe de dialogue, correspondant en général, dans les régions à densité agricole suffisamment élevée, à peu près à l’aire communale.

40Tous les agriculteurs, agricultrices et « aides familiaux » (descendants ou parents) sont invités à participer. La fréquentation est, sauf de rares exceptions, de 60 à 80 % des exploitations représentées, avec une très faible participation des femmes.

41Les agriculteurs et agricultrices sont invités, tel jour à telle heure (le plus souvent le matin, après la traite), à venir « pour discuter de [leurs] préoccupations et voir ce qu’on peut faire ensemble », sans plus de précision, sans chercher à attirer par des « thèmes » auxquels on les saurait actuellement sensibles.

42Ils viennent donc et parlent de leurs « préoccupations ». Nous évitons, dans la lettre comme dans l’invitation à parler au début de la réunion, le terme « problème », et précisons qu’il s’agit de « ce dont on parle tous les jours quand on se rencontre, et qui n’a généralement pas place dans les réunions ». Ils parlent sans discontinuer, et souvent plusieurs à la fois, pendant environ deux heures. Ils sont invités à revenir, l’après-midi ou le lendemain. Pendant l’intervalle, l’équipe d’intervenants procède à un travail décisif : après avoir mis de l’ordre dans leurs notes, pour dégager des convergences, des thèmes, ils transforment tout ce qui s’est dit sous forme de constats assortis d’une évaluation, en problèmes traitables, sous la forme générale de la question « Comment faire pour... »

43C’est là une phase décisive et perçue comme telle par les agriculteurs : la question formulée (ex : comment faire pour aider les jeunes à s’installer, transformation d’une série de regrets sur leurs difficultés à s’installer) sort le groupe local du ressassement quotidien et constitue la matière, le point de départ d’une activité collective de recherche « pour savoir quoi faire ».

44Quelquefois cette transformation commence à s’opérer spontanément, pendant la première réunion. Ce fut le cas aux Ternes. Au départ, les plaintes sur les quotas laitiers : manque à gagner, limitation du produit brut, etc. Il faudrait pouvoir compenser... On évoque un thème standard : des cultures nouvelles. Jusque-là, ces échanges sont l’écho de ce qui se dit tous les jours dans le groupe local et autour : c’est bien cet effet que nous recherchons.

45Mais intervient à ce moment un élément nouveau dans le « flux dialogique » du groupe. Un agriculteur – nous l’appellerons Etienne – propose : refaire de la lentille. C’est une culture abandonnée depuis une trentaine d’années, en particulier sur les incitations des organisations de développement à la spécialisation : soyez des vrais professionnels, pas des touche-à-tout comme vos grands-pères. La proposition d’Etienne est accueillie par un éclat de rire : c’est le départ de la relance de la lentille aux Ternes – puis dans d’autres communes de la Planèze.

46L’après-midi, lorsqu’ils reviennent dans la salle, les agriculteurs trouvent, affichés aux murs, des tableaux de papier portant chacun en titre l’un des « problèmes » issus de la réunion du matin, avec quelques phrases que les intervenants ont relevées dans leurs notes. Vers la fin de la réunion, après avoir commenté et éventuellement modifié ou complété ces tableaux, les agriculteurs sont invités à se lever pour s’inscrire sur ces feuilles, c’est-à-dire à constituer des groupes qui traiteront ces problèmes. En général, ils discutent et négocient entre eux la composition de ces groupes avant d’écrire leurs noms. Cela n’a pas été le cas pour le tableau « faire renaître la culture de la lentille », où Etienne s’inscrit seul et demande que ce groupe soit maintenu en projet, même si, en l’état, il n’est pas viable.

47Etienne ne fait pas partie de la grappe centrale dans la vie quotidienne du groupe local, qui est la seule admise comme origine légitime d’innovation. Par contre, avec les deux autres agriculteurs de son village, Mallesagne, il forme une grappe très active (travail en commun, discussions), qui s’est construit une « philosophie professionnelle » propre, en écart avec la philosophie officielle, représentée par la grappe centrale (investir, maximiser les performances, etc.).

48Très vite, Etienne constitue un « groupe lentille » avec un voisin : « Si tu en sèmes, j’en sèmerai aussi. » Tous les deux commencent par consulter les vieux de la commune, pour savoir un peu comment faire, puis s’informent sur les variétés et mettent en place leurs essais.

49Ils rendent compte de leur travail à la réunion annuelle des « groupes gerdal » (tout le monde est déjà plus ou moins au courant). Après une brève discussion, trois agriculteurs décident de se joindre à eux. L’un est un responsable professionnel départemental, qui entraîne un voisin de son village. Le troisième est un agriculteur isolé, sans lien de dialogue professionnel suivi dans le réseau local. Tous trois sont membres du GDA, mais seul le premier appartient à la grappe centrale.

50Le groupe ainsi composé a poursuivi sa recherche avec l’aide méthodologique et technique du conseiller local : étude des variétés (retrouver la « blonde de la Planèze » et tester d’autres variétés), travail du sol, désherbage, procédés de séchage et triage, marchés (avec un voyage d’étude sur ce point au Puy). Travail qui n’allait pas sans conflits, sur les méthodes d’essai, sur la politique commerciale, sur la qualité les deux philosophies professionnelles continuant de s’affronter dans la coopération, mais aussi parce que, comme prévisible, le responsable professionnel cherchait à prendre la direction des opérations et à s’attribuer une part excessive de la gloire de l’invention.

51Cependant, au cours de la deuxième année de cette histoire, une enquête auprès de tous les agriculteurs de la commune montrait que tout le monde en parlait spontanément (sauf 3 sur 35), en prenant position « pour » et « contre », et que, pour tous, l’origine de la lentille, c’était Etienne et son village.

52En 1990, six ans après l’initiative d’Etienne, la production de lentille dans le commune s’est stabilisée : quatre producteurs, vendant au marché de Saint-Flour. Mais il y a eu, d’autre part, une extension dans les communes voisines. Enfin la coopération entre ceux du GDA et ceux de Mallesagne se poursuit, avec des hauts et des bas, pour la lentille et sur d’autres sujets.

Les résultats de la « quasi-expérimentation »

53Le premier effet, immédiatement visible, du dispositif est le résultat matériel, qu’on ne peut pas considérer comme négligeable. Il se passe de commentaires, et je parlerai donc plutôt des effets sur les formes sociales, où nous retrouverons nos hypothèses.

54Il y a une modification, durable sur plusieurs années, de la morphologie du réseau de dialogue : un « pont » a été établi entre la grappe d’Etienne (son village), d’une part, et la grappe centrale et le GDA, de l’autre. C’est là un changement important dans le groupe local, bien qu’il soit resté limité : il ne s’est apparemment pas créé de liens nouveaux avec d’autres membres de la grappe centrale.

55Ce premier effet est le support d’un autre, d’une importance centrale à mes yeux : l’élargissement du « droit à l’initiative ». Etienne, qui n’était pas reconnu comme initiateur possible de nouveauté sur le plan professionnel, l’est devenu. Ou plutôt : un agriculteur non-membre de la grappe reconnue comme seule source légitime d’innovation est devenu novateur possible.

56Il faut relever, à cet égard, que lorsque les agriculteurs interviewés parlent de la lentille, ils parlent plus d’Etienne et de Mallesagne que de la nouvelle culture elle-même : l’innovation est conçue, dans le groupe professionnel local, comme une innovation dans le système social autant ou plus qu’une innovation dans le système technique.

57Simultanément, la « renaissance de la lentille » a entraîné un élargissement des critères d’acceptabilité d’une innovation technique. Même si tous les membres du groupe professionnel local n’y adhèrent pas, l’initiative d’Etienne a donné place, dans le flux du dialogue local, à son argumentation, face aux arguments garantis par le label « modernité » de la culture officielle : valoriser les potentialités locales, puiser des idées dans le patrimoine local, diversifier en faisant des produits originaux, exploiter les possibilités du marché local (à l’opposé des thèses officielles : faire des produits standardisés pour le plus grand marché possible).

58Un seul cas suffit pour pouvoir répondre positivement à la question de savoir si l’on peut favoriser l’apparition de caractères morphologiques des systèmes de dialogue associés à la « créativité » d’un groupe d’agriculteurs. Mais il est certainement utile d’ajouter que nous avons d’autres cas qui confirment les résultats de celui-ci.

59Je voudrais, cependant, pour conclure, m’en tenir à ces deux cas. L’activité de recherche à la Dominelais n’était, pas décrite par les agriculteurs de façon systématique : je l’ai recomposée à partir de bribes qui m’étaient apportées, comme en passant, par les uns ou par les autres. Certainement personne, parmi les agriculteurs de la commune, ne la constituait en « objet » particulier. Cela faisait simplement partie, sans y avoir de limites distinctes, de tout ce qui est dit tous les jours à propos du travail.

60C’est-à-dire que ces agriculteurs n’éprouvent pas ce qui aurait pu correspondre au plaisir que j’éprouvais, à mesure que je réunissais les morceaux de leur recherche, à les découvrir comme groupe (professionnel) si intelligent et indépendant. Mais il vaut mieux dire, de façon plus exacte, que je découvrais l’aptitude élevée de ce groupe à profiter de l’intelligence, de l’imagination, des idées ou informations de ses membres : beaucoup de gens parmi eux peuvent se faire écouter, et la « norme locale » permet de dire beaucoup de choses inattendues.

61Par contraste, le rire qui, au cours de la réunion des agriculteurs des Ternes, a accueilli la proposition d’Etienne est triste : il est la manifestation d’une forme sociale qui rend ce groupe peu capable de profiter des contributions individuelles dès qu’elles sortent de la doctrine officielle et dès qu’elles sont apportées par d’autres que les quelques individus reconnus comme relais de cette doctrine.

62Pourtant, on l’a vu, il faut peu de choses pour qu’un tel groupe professionnel fasse un petit pas en direction de la Dominelais, vers plus d’intelligence collective et plus d’indépendance, vers des capacités plus élevées à exploiter le patrimoine local de « connaissances pour l’action », comme à assimiler dans de bonnes conditions des apports extérieurs.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540