Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Savoir faire et pouvoir transmettre

 | 
Denis Chevallier

Préface

Serge Moscovici

Texte intégral

1La lecture des chapitres réunis dans ce livre m’a si pleinement convaincu qu’elle m’amène à sortir de la réserve que me recommanderait mon incompétence. Ils sont le résultat d’une rencontre animée par Isac Chiva et Denis Chevallier, qui ont proposé à la réflexion de plusieurs chercheurs de grand talent le thème, difficile entre tous, de la transmission des savoirs. Une conférence réussie, à l’évidence, et dont la richesse d’idées et de controverses se reflète dans cet ouvrage. Ce qui surprend d’abord, en lisant les différents chapitres, c’est leur diversité. Diversité de ton, de préoccupation, de point de vue, de méthode. Comme si chacun appartenait à un subunivers singulier, sans communication immédiate avec les autres. Un des plaisirs que procure cette lecture vient de la prise de contact avec tant d’esprits talentueux, incisifs. On reconnaît ceux que l’on connaît de longue date – ainsi Bruno Latour, Jean-Pierre Darré, Paul Jorion, François Sigaut –, qui continuent à faire honneur à leur signature. On en découvre d’autres qui se révèlent de qualité et dont on entendra certainement parler. En ce sens, le livre représente un savant métissage de chercheurs qui intéressent chaque lecteur pour des raisons différentes, mais d’une intensité égale.

2Cependant, je ne veux pas perdre le fil de la diversité. Elle est un symptôme qui, au-delà de ces écrits vigoureux, touche au thème lui-même. Qu’en est-il de la transmission des connaissances technico-scientifiques et des savoirs culturels ? Dans le contexte de notre vision occidentale, on a de la difficulté à les considérer ensemble et à les imaginer solidaires. La division creusée depuis si longtemps en est devenue une partie intégrante. Comment peut-on sortir de la sphère des premières pour accéder à celle des seconds, tout en sachant que l’espace de leur séparation demeure unitaire ? Tel est le paradoxe de cette unité duale, de la coïncidence des opposés que chacun doit réaliser pour son compte. On retrouve là le problème classique de la relation entre le savoir commun et le sens commun, au sujet duquel un débat vient de se rouvrir dans la « philosophy of mind ». Ce sont les sciences dites cognitives qui l’ont fait resurgir dans toute son ampleur. En principe, le sens commun n’aurait pas à être transmis, tandis que le savoir commun ne l’est que de manière informelle. Les anthropologues devraient porter une attention plus systématique à ce problème, que les chapitres de ce livre abordent de biais d’une manière fort intéressante. Dans le temps, nous avons proposé une théorie des représentations sociales qui traite de leurs relations et que de nombreux psychologues sociaux ont fait avancer. Mais pas suffisamment pour répondre au paradoxe de la transmission. Peut-on en proposer une autre qui offrirait des concepts et des analyses susceptibles de permettre aux connaissances scientifiques et aux savoirs culturels de parler le même langage ? Ce n’est pas une question rhétorique, et y répondre sera la tâche de nouveaux chercheurs dans ce domaine.

3Il y a d’autres questions qu’il faut envisager plus en détail. Dans la transmission, il convient de distinguer avec plus de précision les instances positives des instances négatives, les premières confirmant et les secondes infirmant connaissances et représentations existantes. De nombreuses études témoignent de l’importance de l’asymétrie entre ces instances du point de vue de l’apprentissage. Ou, en tout cas, de leurs effets de changement. Il apparaît que les instances négatives qui perturbent l’harmonie de ce qu’on prend pour acquis ont des répercussions plus profondes, qu’il s’agisse d’attitudes, de représentations sociales ou de raisonnements ponctuels. Elles déclenchent un travail cognitif intense et des restructurations destinées à inclure le nouveau dans le cadre ancien. Et à faire bouger celui-ci, bien entendu. Par-delà ce travail, les instances négatives, en rupture avec le monde de pensée familier, réussissent à mieux insérer le réel dans le contexte mental et social. Sans vouloir donner un poids exorbitant aux résultats de ces recherches encore disparates, elles méritent d’être prises au sérieux du point de vue pratique.

4D’autre part, on s’aperçoit que les auteurs, sans le dire explicitement, divergent, en ce sens que les uns attribuent une plus grande importance à l’aspect syntaxique et les autres à l’aspect sémantique. L’accent est mis, d’une part, sur les opérations et, de l’autre, sur le contenu. Il est difficile de bâtir une passerelle entre les deux, ne serait-ce que parce qu’on ne sait même pas par où commencer. La tentation opérationnelle (ou computationnelle) est toujours la plus forte : fuir le monde évasif du sens, discerner les calculs nets et les rattacher à un ensemble d’axiomes correspondant, sans peine, à la réalité, voilà l’idéal. Mais la nécessité ordinaire se fait toujours sentir : comprendre les phénomènes courants, expliciter les contenus, ce qui rend les choses présentes et le langage concret. Les opérations de la syntaxe sont conçues afin de prévoir celles de la sémantique, permettant seulement d’expliquer les actions déjà accomplies. On constate ainsi que chacune des deux tendances façonne différemment les savoirs communs et la manière de les transmettre. Elles insistent sur des compétences distinctes et, jusqu’à un certain point, opposées.

5Quand l’accent est mis sur le général, on privilégie la forme, la rigueur, ce qui dure ; et quand l’accent est mis sur le singulier, on privilégie le contenu, la cohérence, le mouvant. En exagérant, il me semble que le chapitre de Jorion illustre la première tendance et celui de Latour la seconde. Cependant, une issue possible se dessine par l’attention soutenue portée aux pratiques sociales dans lesquelles savoirs et transmissions sont tressés les uns avec les autres, jour après jour. Plusieurs auteurs les décrivent, et c’est en se fondant sur elles qu’on trouvera le chemin vers une théorie ethnologique capable de conférer au domaine abordé ici sa cohésion.

6D’une manière très sommaire, je peux dire que ce livre esquisse un programme riche de suggestions et d’intuitions. Sa diversité même incite à le mettre en œuvre, non seulement pour en resserrer la logique, mais aussi pour répondre aux exigences sociales, qui, elles, sont impératives.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540