Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoines en folie

 | 
Henri Pierre Jeudy

IV. La continuité temporelle

Miniatures

Didier Vanoni

Texte intégral

I

Bien des choses sont obscènes parce qu'elles ont trop de sens, parce qu'elles occupent trop d'espace. Elles atteignent ainsi à une représentation exorbitante de la vérité, c'est-à-dire l'apogée du simulacre...
Jean Baudrillard, « Les Stratégies fatales »

1La miniaturisation, c'est d'abord un vertige, le vertige de l'infinité des détails et de l'immensité de la représentation sur un espace si étroit qu'il devient le lieu de tous les excès de l'imaginaire. Lieux de conservation d'une mémoire de la ville (les plans-reliefs), lieux de l'invention du futur de la ville (la maquette d'architecture) et, de toute façon, lieux de simulation, la miniature se donne à voir dans ses différentes formes comme le lieu privilégié de toute commémoration. Autour des miniatures, des stratégies d'appropriation se développent et s'opposent, tantôt secret militaire et unité de compte d'échanges symboliques, tantôt objet d'art en même temps qu'objet pédagogique, tantôt matérialisation et abstraction du pouvoir politique, tantôt mise en dérision de ce même pouvoir politique... Le modèle réduit s'impose comme la forme emblématique de la représentation, en ce que toute perception fonctionne comme image-miniature... Ainsi, la taille en elle-même de la miniature n'a d'intérêt que par rapport à son échelle de réduction ; lorsqu'un plan-relief représente une ville toute entière, il prend une dimension, en tant qu'objet, monumentale. De la même façon, un monument tel que l'ossuaire de Douaumont, qui contient les restes de centaines de milliers de soldats morts dans la guerre de tranchées, durant la première guerre mondiale, qui résume l'espace de la guerre, l'ampleur de la destruction et la somme des morts, ne doit sa valeur commémorative qu'en ce qu'il miniaturise (sur un espace finalement moins étendu et en une représentation plus simple, mais du coup, plus signifiante) la guerre dans sa totalité, et l'ampleur de la dette de la nation envers ceux qui sont morts pour elle.

2Les supports de la mémoire collective, ce qui a pu être appelé les « lieux de mémoire », ont ceci de particulier qu'ils se doivent de contenir l'ensemble des signes qui renvoient à l'objet total de la commémoration dont ils sont, en quelque sorte, le théâtre. Ce sont traditionnellement les monuments publics qui remplissent symboliquement cette fonction de représentation : les monuments aux morts, mais aussi toutes les formes de reconstitution ou d'historicisation qui s'expriment par la monumentalité. Ces monuments, en plus de leur fonction première de support de la mémoire collective, se constituent en marques de l'espace urbain dans lequel ils s'inscrivent. D'emblée, ces édifices s'imposent par leur taille relative, par leur échelle. Le gigantisme de certaines constructions monumentales doit s'interroger comme effet spécial, comme volonté. Au-delà de la prise en compte de l'aspect « mémorable » inhérent à l'intention de consécration, l'échelle « monumentale » même doit s'interpréter en tant que signe de ce « mémorable ». Le monumental ne fonctionne que dans la mesure où il exprime un rapport au temps, comme consécration d'une date, d'un événement ou comme symbole d'une continuité historique. L'impossibilité même d'en concevoir la destruction confère au monument un superlatif de monumentalité. Ces lieux, ces objets viennent à échapper à leur fonction première, ils cristallisent la ville à eux seuls : la monumentalité participe à la réduction de la ville, mais la parodie dans le même mouvement, puisque le temps de l'interface des communications, c'est-à-dire l'instantanéité de tous les lieux, en dévaluant l'espace de l'urbanité, fait des monuments les enseignes dérisoires et les restes quelque peu monstrueux de la ville.

3La ville tend ainsi à se réduire à quelques hauts lieux miniaturisés ; du point de vue représentatif, cela pourrait s'apparenter à ces plans touristiques qui font figurer les monuments de façon surdimensionnée et en « relief » sur un fond de carte... Ces lieux se trouvent surinvestis de sens : devant symboliser la ville, à la fois spatialement et culturellement, ne traduisant alors que la faillite de l'une et l'autre dimension dans leur inscription traditionnelle dans la pierre et dans leur représentation cadastrale. Le monument marque l'espace de sa prégnance commémorative en même temps qu'il exprime la défaite de la connivence, de la complicité des mémoires collectives et de la mémoire officielle.

4La ville, les modes de vie qui s'y déploient, les mots et les récits qui la racontent (tout ce qui fait l'urbanité), en-dehors du conservatisme des monuments publics et de leur désuétude, continue à vivre, à évoluer dans l'appropriation symbolique par ses habitants.

5Si ces monuments ne parviennent pas à miniaturiser la ville et la gestion politique et culturelle, c'est que la mémoire longue de l'urbanité s'inscrit ailleurs, par d'autres moyens. Quels sont donc les nouveaux monuments ou, plus précisément, quels sont les nouveaux lieux de miniaturisation de la ville ? Car, si l'on veut bien admettre l'hypothèse qui sous-tend notre propos, selon laquelle la mémoire est avant tout affaire de miniaturisation, il faut bien admettre que la crise de la ville en tant que lieu d'inscription et de représentation de toutes les mémoires ne met pas fin aux mémoires collectives, mais sanctionne la ville comme lieu d'éparpillement et d'indifférenciation ; les monuments, comme tout ce qui est amené à disparaître, « atteignent à une représentation exorbitante de la vérité, c'est-à-dire à l'apogée du simulacre ». La politique de grands travaux, voulue par F. Mitterrand pour la construction de monuments, à ce titre, est exemplaire de la croyance que porte le politique dans le pouvoir de la monumentalité à faire résonner les mémoires collectives. Les différentes controverses sur des projets tels que la Pyramide du Louvre ou l'Arc de La Défense n'ont pas finalement dépassé la contestation polie de ces stéréotypes qui signalent davantage un temps qu'une volonté.

6L'architecture, considérée, à juste titre, comme l'art de la mémoire collective, permet de lire les projets des nazis à travers les projets de Speer, par exemple, qui apparaissent, à bien des égards monstrueux ; la ville d'aujourd'hui et le peu de complaisance qu'elle met à retenir les marques du temps, de son temps, laissent présager que son territoire, ses formes actuelles ne sont plus les seuls lieux d'inscription de la mémoire. La sédimentation, strate après strate (on a toujours bâti les villes sur les villes), des formes successives de la ville permettait d'appréhender, par la mémoire, l'urbanité comme récits qui s'accumulent... Si la ville n'est plus la scène où s'exprime le passage du temps, c'est que l'architecture ne peut retenir les marques du présent et se constituer en visionnaire des mémoires qui se réaliseraient en prospective.

7La miniature, que l'on peut définir comme ce qui possède un maximum de sens dans un minimum de signes, fonctionne comme principe mnésique et esthétique fondamental : en cela commémorer, c'est faire l'apologie de la miniature.

8La ville, elle-même miniature de la mémoire universelle, se présente comme l'espace de la mise en scène du temps : la cité contenue dans ses remparts prépare le champ du coup de théâtre par l'aménagement de son territoire en réceptacle des restes des moments, tels que les guerres, les sacrifices, les catastrophes... qui auront alimenté le récit de sa construction.

9L'impact symbolique de la miniature fonctionne toujours, même si ce n'est plus en tant que mémoire du politique, mais comme objet qui a basculé dans l'histoire et qu'il faut s'approprier pour faire signifier sa propre inscription dans l'histoire. Témoin, l'exemple des plans-reliefs qui reproduisent, sous forme de maquettes, bon nombre de villes bastionnées ou l'ayant été et dont il a été fait trafic entre la municipalité de Lille et celle de Paris, qui voulaient chacune s'en attacher la conservation : curieuse résonnance dans le présent d'objets chargés de mémoire, auprès desquels les deux principaux courants politiques du moment cherchent à se régénérer...

10Comme l'on dit qu'un spectacle qu'il ne fonctionne pas lorsque la scénographie est mauvaise, la dispersion de la ville et son appréhension sur le mode de l'immédiateté des lieux a rompu le phénomène de stratification des mémoires. La ville ne miniaturise plus, la mémoire collective ne fictionne plus à travers elle : ce sont les médias qui remplissent le temps par la prolifération de l'information. Sommés d'entrer dans l'histoire, les images, les récits issus de l'actualité se constituent en mémoire-prothèse, qui double le vécu et place les mémoires collectives dans une perspective d'historicisation.

II

11La question des miniatures se pose avec une acuité particulière dans son rapport avec les modes de représentation de la ville. En effet, les miniatures (cartographies, maquettes d'architecture et plans-reliefs) représentent des espaces naturels et urbanisés qui, de fait, s'inscrivent dans l'histoire économique et sociale de la nation, en ce qu'elles se constituent en outils de connaissance nécessaires à la définition des stratégies politiques et économiques. Les plans-reliefs, devenus obsolètes comme instruments stratégiques par l'apparition de technologies balistiques plus performantes, se sont vus élevés au rang d'objets d'art et d'objets pédagogiques.

12La miniaturisation fait naître des perceptions faussées par sa dimension même, mais simultanément demeure un instrument de conviction jamais dépassé : à ce titre, la miniature est chaque fois suspecte, mais chaque fois séduisante, d'où la perversion du jugement qu'elle produit... la maquette crée le sentiment d'une duperie... jouant sur la manipulation des échelles... Du coup, des maquettes grandeur nature sont commandées pour parvenir à réduire le risque d'erreur de la simulation par réduction des échelles...

13L'usage de la miniature pose le problème du contexte : soit la maquette isole l'édifice à construire, soit le détoure en le mettant sur un piédestal, soit elle l'insère dans son site et la maquette devient prétexte à une architecture de l'intégration, du mimétisme...

14La fascination de la miniature s'exprime jusque dans les aménagements des jardins de banlieue, où sont reproduits des petits moulins, des lacs et des ponts japonais, qui exprime que l'on se joue des échelles, sans parler des objets souvenir à l'effigie de tel ou tel monument (tour Eiffel, Arc de Triomphe...) :

Le plan-relief fait désormais partie d'un paradigme herméneutique, il est comme l'image concrétisée, spatialisée, de l'activité interprétative. Inutile aux officiers, objet délaissé dont la construction est désormais interrompue, le plan-relief n'a plus de réalité que métaphorique : il est lecture du monde, désignation des formes dans l'espace, support chimérique d'une leçon qui nous est donnée (Monsaingeon, 1986).

15Le plan-relief est la trace d'un temps révolu, d'un temps où l'espace s'organisait en fonction des fortifications. Le plan-relief apparaît au moment où les progrès de l'artillerie font disparaître le système de défense du moyen-âge pour susciter l'apparition des places fortes et des bastions. La mutation technique suivante (l'artillerie rayée) rendra caduque la notion de siège, de places fortes, pour faire émerger les formes de défense en ligne (le front) et l'ultime avatar des fortifications : la place forte enterrée... Il existe, dans la collection des Invalides, un plan-relief se présentant comme ultime mutation, à bien des égards curieuse, des forteresses « à la Vauban », puisqu'il s'agit d'un modèle de place forte totalement enterré, « le dernier représentant, quelque peu dégénéré et monstrueux, d'une espèce cherchant à s'adapter mais condamnée à disparaître ». Cet âge de la guerre s'est cristallisé dans la poliorcétique, qui est, à la fois, l'art d'assiéger les villes et, par corollaire, l'art du spectacle de la guerre.

16L'examen des plans-reliefs donne à voir la concrétisation spatiale d'un type de guerre qui ne s'intéresse qu'à des espaces habités (villes et forteresses), mais plus rarement à des campagnes. Le plan-relief est le produit et la limite de l'imaginaire guerrier d'une époque.

17L'invasion du territoire se réglait sur la comptabilisation du nombre de villes fortifiées concédées à l'ennemi et conquises sur lui. Une comptabilité « en partie double », puisque chaque place était détenue en créance par le souverain sous la forme de plan-relief. Les forteresses lui appartenaient en propre, si bien qu'une ville conquise faisait aussitôt l'objet d'un plan-relief comme signe d'appartenance. Ce fut le cas de Toulon, repris aux Anglais en 1793, et qui donna lieu à une reproduction qui est allée rejoindre ses semblables, renforçant symboliquement le centralisme de l'Etat français. Fonctionnant comme de véritables unités de compte, les plans-reliefs des villes gagnées à la France, à l'inverse, ont été confisqués, en 1871, par les Prussiens. « Expression de la munificence de l'Etat républicain issu de la Révolution, des reproductions de la Bastille taillées dans les moellons de la véritable Bastille » seront envoyés dans chaque département comme manière de rendre au peuple français sa part de l'événement révolutionnaire fondateur. Il y a, dans cet épisode de la Révolution, une résonnance toute monarchique, en ce qu'il reproduit le procédé de la frappe de la monnaie à l'effigie du souverain pour répandre, sur tout le territoire, l'image du pouvoir, de l'Etat, dans un double mouvement de munificence (répandre la richesse) et d'unification (affirmer l'unité du territoire)...

18La stratégie est représentée souvent comme un jeu... Ce qui peut paraître surprenant, par contre, c'est l'inversement de la proposition où le jeu simulant la guerre ou une bataille sert de modèle à des stratégies s'appliquant à des conflits grandeur nature. Vauban concevait les plans-reliefs comme des échiquiers et s'efforçait de conserver « un coup d'avance » sur l'ennemi en accélérant la logique de l'inversement des rôles. La fortification d'une place pouvant jouer à rencontre de ses propres intérêts lors d'une rétrocession, par exemple ; il s'agissait, dans la conception de la défense bastionnée, de concevoir une dynamique où le stratège serait tour à tour l'assiégeant et l'assiégé. La ville-forteresse, dans sa configuration, résume, à l'image du plan-relief, les sièges passés et prépare ceux de l'avenir :

L'objet même du plan-relief, d'ailleurs, s'apparente à un échiquier, ou à une table de jeu autour de laquelle deux adversaires interlocuteurs s'affairent (Monsaingeon, 1986).

19La fidélité même de la reproduction des sites réels renforçait la valeur de la simulation au point que la guerre revenait à tester la véracité de la simulation par le jeu.

20La miniature, comme le point focal d'un sens, de la volonté, d'un sens que l'on veut imprimer dans les consciences et les mémoires : lieux de massacre comme lieux d'impression des imaginaires... Le centre de gravité où la ville acquiert un statut particulier en tant qu'enjeu, non pas de destruction, mais (de point) d'impact, de l'image de la destruction comme effet spécial à destination des habitants de la ville. Ce qu'elle perd en tant que statut de « pièces de collection des souverains (les plans-reliefs) », par l'image de sa destruction, la ville devient objet de la dissuasion. Les plans-reliefs, lors de leur « publication » auprès des souverains de pays voisins, eurent cette fonction : l'image de la potentialité de la destruction, faisant de la ville une cible, est plus décisive que la destruction en soi. A ce titre, il convient de rappeler que des plans-reliefs de villes détruites, et même de champs de bataille, amorçaient déjà ce processus d'impression des imaginaires sociaux que l'on retrouve aujourd'hui à travers le concept militaire de « dissuasion ».

21Et pourtant, alors que le sens de la miniaturisation du réel reste en suspend, le vertige de la miniaturisation et du jeu des échelles continue de s'accroître, comme l'annonce la situation de cette agence d'urbanisme américaine qui possède en mémoire l'image de la ville de Chicago toute entière, dans laquelle il est possible de se déplacer, mais aussi dont il est possible de simuler la destruction et la reconstruction de certains des éléments. En mettant sur le même plan d'indifférenciation le réel et le figuré, la ville réelle et son image infographique, l'urbanisme dans son exercice tend à exacerber davantage encore le procédé du jeu autour des plans-reliefs qui aboutissait à éprouver, sur le terrain, le bien-fondé de la simulation. Bien plus, cette instabilité de l'image (électronique) de la ville correspond à une dévaluation de la ville comme lieu d'inscription fondamental de la mémoire sociale, en ce que sa réalité matérielle s'efface derrière sa virtualité en tant que somme d'informations mises en mémoire ; cela dit, il reste encore à préciser quels peuvent être les enjeux d'appropriation de cette « forme » de miniature de la ville.

Bibliographie

Références bibliographiques

Chaslin, F. 1986. Pas plus grosse qu'un jouet la maquette d'architecture, Monuments historiques, 148 : 65-72.

Monsaingeon, G. 1986. L'Echiquier de Vauban, FMR, 3.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable