Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoines en folie

 | 
Henri Pierre Jeudy

III. Musées et paysages

Paysages à feuilleter

Bernard Lassus

Texte intégral

1Sous un soleil de juin 1969, longeant un quai, je fis subitement un bond en arrière : émergeant d'une masse végétale, les fractions de bâtiments, que je croyais discerner au loin à l'horizon du port de Stockholm, s'étaient matérialisées, là, subitement devant moi en un long et puissant bateau de guerre... grâce au camouflage dont ce navire était recouvert. Un motif, que j'avais cru jusqu'alors réservé à l'armée de terre : une tenue de parachutiste, surtout verte mais parsemée aussi de marrons que zébraient quelques noirs, s'était agrandie jusqu'à envahir la totalité du bateau.

2J'ai alors ressenti ce qu'était un paysage : la prise subite de toutes ces fractions de diverses couleurs, maisons, usines ou arbres, en un ensemble rendant possible à tout moment l'insertion de nouveaux objets, sans qu'il en fût lui-même modifié et sans que ces objets puissent être reconnus. En un seul mouvement, non arrêté par l'identification précise de tel ou tel objet, la lecture du vaste horizon, en toute son étendue, avait été rendue possible par l'assemblage, sans faille, de multiples fractions dissociées, momentanément, d'objets dont elles étaient parties intégrantes. N'était-ce pas cela « le paysage » ? Et en ce cas précis, celui du camouflage à dominante végétale de la marine suédoise, l'horizon du port de Stockholm. Le déplacement de cette tenue de parachutiste au bateau de guerre, habituellement gris-bleu, s'expliquait par la conformation de la côte suédoise en fjords. Au mouillage, leurs bateaux de guerre doivent donc être plus terre que mer. Si, dans ce pays du Nord, terre peut s'identifier à végétal en été, l'hiver n'est-elle pas le grand blanc ? En Alaska, la dominante végétale des véhicules blindés s'augmente plus de taches de neige quelle que soit la saison. Beaucoup plus au sud, les jeux d'ocres du désert excluent toutes les autres couleurs. Mais, avec le gris-bleu de l'océan, tout cela ne constitue que quelques paysages : la mer, le ciel, le végétal, le désert, la neige.

3Un à deux millimètres de peinture ont subdivisé le bateau de guerre en de multiples surfaces que complètent sans discontinuité les autres fractions, qui ont été et seront arbres ou constructions et qui, avec lui, constituent l'horizon du port et silhouettent la limite de sol à ciel. Quel contraste entre cette infime pellicule qui efface visuellement le bateau, en l'élargissant horizontalement « en paysage », et l'épaisseur du blindage de la coque, des tourelles et de leurs batteries de canon, du radar, des machines : quelques millimètres s'opposant à deux ou à trois dizaines de milliers de tonnes.

4Hier, assis sur un banc concave de marbre gris, protégé de la pluie par la coupole d'un autre belvédère au plus haut de tel ou tel ancien parc et, aujourd'hui, de ma voiture, vitres baissées, garée sur la hernie d'asphalte recommandée par les étoiles du guide : d'un lent mouvement de tête, du plus à gauche au plus à droite, je découvre, de mon regard élargi, les vues promises d'un beau paysage... Si du belvédère je peux entrevoir le tombeau du capitaine Cook, érigé en hommage au courageux réducteur de l'incommensurable, peu après son assassinat aux îles Sandwich par les indigènes qui l'avaient fait roi : dans ma voiture je déplie ma carte pour savoir quel chemin emprunter. Il y a déjà longtemps que l'on ne peut plus tout abandonner et partir au hasard vers l'Ouest, comme le héros du Western. Il y a partout des clôtures.

5Entre ces deux moments de l'histoire du regard, l'au-delà de l'horizon, l'incommensurable est devenu mesurable. En effet, le rapport initial de la démarche classique, c'est-à-dire, l'élaboration d'un système de relations entre le mesurable abstrait du château royal ou du mesurable sensible de la chaumière du Petit Poucet, avec la forêt incommensurable (je serai mortellement blessé à la chasse ou mangé par l'ogre), a disparu. Mangé étant à l'évidence l'équivalence du « je suis définitivement perdu dans l'ogre, puisqu'il est l'incommensurable de la forêt ». L'arbre taillé n'est donc plus un des éléments fondamentaux de l'articulation entre château et forêt sauvage, tenant de l'un, non sa manière minérale, mais sa forme géométrique, et de l'autre sa nature végétale et non sa forme libre.

6Le Petit Poucet ne courant plus le risque d'être mangé par absence de topiaire protecteur, le buisson taillé peut être aussi éphémère que les miettes de pain picorées par les oiseaux de la forêt hostile des gravures de Gustave Doré.

7N'est-ce pas par nostalgie des contes que, de plus en plus, certains se lancent sans moteur sur l'océan avec quelques mètres carrés de voile, certes plastique. Les paysages qui se développent à partir de la forêt, ou de l'océan, considérés comme incommensurables, n'existent plus maintenant que momentanément. Même si l'avion a transformé la mer en lac, la tempête nous rappelle qu'elle reste non mesurable.

8La surface rétrécit ; l'océan, la montagne, la forêt se sont progressivement transformés en objets ; tout est devenu mesurable, à l'échelle humaine. Nous ne pouvons plus, tant pour l'élaboration du jardin que celle du paysage, retenir les termes du schéma classique mesurable/ incommensurable, mais, si nous en retenons la problématique, nous en déduisons, pour l'instant, la nécessité d'élaborer des relations du mesurable à mesurable entre objets. La répétition du même terme est là pour indiquer qu'en effet la banlieue de Marseille n'est pas si différente de la grande forêt du Québec ; d'ailleurs, les bûcherons l'ont déjà coupée trois fois en entier depuis sa découverte. Cependant, à la différence de la ville, n'est-elle pas plutôt délimitée que mesurée ? En certaines circonstances, comme celle-ci, j'utiliserai donc le terme de cernable plutôt que celui de mesurable.

9Si nous souhaitons, cependant, rester plus près du schéma classique, nous pouvons essayer de suggérer poétiquement l'incommensurable, une solution que de nombreux habitants, les Habitants-Paysagistes, ont choisie pour l'aménagement de leurs jardins, par exemple l'implantation précise d'un « sujet » Blanche Neige. Mais si cette présence organisée permet au terri à l'horizon de leur jardin d'être simultanément témoignage de leur labeur, il est ici évidemment question d'un mineur, et forêt pleine de faons, d'écureuils et d'oiseaux, c'est aussi pour transformer la construction qu'ils habitent en une maison authentique, une vraie maison. Les deux termes de mesurable et d'incommensurable n'opposent donc plus deux concrets : maison et forêt sauvage, le deuxième étant définitivement l'image de la forêt du Petit Poucet, celle d'avant les cartes. Il fallait donc lui substituer un terme nouveau énonçant cette approche poétique ; « le démesurable », d'où le couple mesurable/démesurable.

10Mais revenons, un instant, sur l'incommensurable, qui ne concerne en fait que la forêt et l'océan ; c'est-à-dire l'horizontal, et c'est précisément cet horizontal qui est fini. Et au moment même où les dernières taches blanches de l'inconnu disparaissaient des cartes de la Terre, Gagarine quittait pour quelques instants cette planète, première esquisse d'autres nombreux et lointains départs. Mars, l'orangée, n'est-elle pas aujourd'hui la nouvelle frontière ?

11Il est d'ailleurs curieux que cette conjonction/rupture, qu'il serait erroné de considérer comme une coïncidence, n'ait pas été davantage remarquée. Pourtant, à l'exploration concrète de l'horizontal succède celle, tout autant concrète, du vertical profond des océans, de la spéléologie et de la vulcanologie, vertical spatial plus difficile à explorer... pour l'instant :

Qui n'a pas, un jour, lancé un caillou dans un puits, puis attendu, figé, le moment de la rencontre du caillou avec l'eau ou avec les cailloux du fond, pour pouvoir en apprécier la profondeur que l'obscurité ne permettait pas d'apprécier visuellement ?

Le puits (Bernard Lassus, 1972)

12En 1972, cette interrogation débutait le projet du « Puits » pour le jardin de la faculté des lettres de Montpellier, et j'y répondais par ces quelques mots qui introduisaient le dessin : « Imaginons simplement un instant que l'on n'entende pas le caillou, c'est-à-dire qu'il continue de tomber, infiniment... »

13C'était une tentative tournée tout à la fois vers le « démesurable » et la « profondeur ».

14Le camouflage et la relation « caillou jeté/puits » ont en commun d'étendre chacun leur dimension propre ; ainsi la surface camouflée se propage bien au-delà de son objet support jusqu'aux limites extrêmes de tout ce qui l'entoure entre ciel et eau, et l'absence toujours retardée du bruit du choc du caillou sur le fond du puits repousse sa profondeur, jusqu'à... l'infini.

15Le projet du puits ne fut pas accepté. Ce projet, avec d'autres études comme le paysage de Stockholm, ouvrait le champ des hypothèses à explorer à partir de l'indispensable réévaluation de la structure de base du schéma classique de l'art des jardins et du paysage que j'avais considérée comme essentielle : le rapport mesurable/incommensurable.

Le jardin des retours1

  • 1 1982. Concours national pour le parc de la Corderie royale de Rochefort-sur-mer. Equipe Bernard Las (...)

16Printemps 1982. Au xviie siècle, naissait une ville nouvelle, Rochefort. Les impératifs de la rivalité franco-anglaise sur mer et l'appétit belligérant des grandes puissances à l'égard du Nouveau Monde, incitait Colbert à fonder, en 1666, une cité-arsenal à la fois ouverte sur l'Atlantique et renfermée dans l'estuaire de la Charente, à l'abri des canons marins de l'ennemi. Dès cette époque, Rochefort a vu s'animer la Corderie, premier bâtiment de l'arsenal, par sa production de cordages ; à côté, dans les formes de radoubs, on entretenait les vaisseaux royaux. C'est ainsi que, de ce lieu, partiront à la fois vivres, hommes de guerre et savants pour toutes les parties des Amériques, du Québec et des Antilles. Plus tard, les troupes de La Fayette y ont embarqué sur des bateaux construits, eux aussi, à l'arsenal. Enfin, ultérieurement, de nombreux forçats sont partis de ce port pour les geôles de Cayenne.

17En 1926, l'arsenal de Rochefort s'est arrêté, et la Corderie s'est éteinte. Incendiée, en 1945, par les Allemands, le bâtiment a été sauvé, en 1950, par l'amiral Dupont et quelques élus.

« Le jardin des retours » Le front de mer de Rochefort (fraction)
(Atelier Bernard Lassus, photographie Monika Nikolic)

La ville revoit la mer

18Maintenant retrouvée, la Corderie revit déjà, elle abrite le Conservatoire national du littoral, la Ligue pour la protection des oiseaux, la Chambre de commerce et d'industrie de Rochefort, le Centre international de la mer et une bibliothèque-médiathèque municipale. C'est l'ambition de notre jardin de prolonger cette activité à l'extérieur du bâtiment (jardin des Retours).

19Tout de suite il nous est devenu visible que l'entité principale, celle dont Rochefort, dans son existence même, ne saurait se dissocier, est la mer elle-même.

20A partir de cette constatation, la question principale de la liaison ville-Corderie devait donc être envisagée dans le cadre de la liaison ville-Charente, donc aussi de la liaison ville-mer, d'une autre échelle, débordant largement les limites foncières du parc.

21Nous prenions donc pour hypothèse, que la mer, puis la Charente, étaient l'accès principal, naturel de Rochefort. Que constatait-on donc à partir de cette nouvelle vision des choses ?

22Que la Corderie royale était entièrement occultée par le développement spontané de la ripisylve charentaise et que, de cette manière, Rochefort, en son origine, (la Corderie étant le premier bâtiment construit sur le site), se transformait en ville uniquement terrestre, coupée de sa naissance : passé renié.

23Comment donc, compte tenu de ce fait, accentuer cette liaison merville ? En choisissant d'ouvrir des meurtrières dans ce rideau végétal, la façade symbolique de la ville sur la mer se recréait du même coup, puisqu'on redécouvrait à nouveau du fleuve, de l'artère principale, le sens de la ville : un arsenal maritime. Car n'était-il pas évident, une fois la Corderie redécouverte, réinstallée par rapport à la Charente, que c'était le fleuve qu'on retrouvait du même coup, l'artère qui irrigue Rochefort depuis toujours.

L'aire des gréements

24Fiché dans la rive, à peu près à la hauteur du pavillon nord de la Corderie, il subsistait un bloc de béton sans usage sur lequel sera échafaudée l'aire des gréements, reconstitution fidèle des mâtures et des cordages que l'on fabriquait ici même et qui serviront autant de rappel du passé qu'au jeu des enfants. Auprès des mâts, des fleurs dans des mannequins d'osier, semblables à ceux qui servaient à rapporter des îles des découvertes botaniques. Ces fleurs venues d'ailleurs, et dûment étiquetées et commentées par leur appellation linéenne, ce sont diverses plantes exotiques de plein air. L'intention est toujours claire : en les présentant sous une forme rare et précieuse, autrement dit débanalisée, nous revitalisons du même coup leur valeur présente par le choc sensible, émotionnel de leur valeur passée.

Les formes de radoub

25Le visiteur pourra aussi entrer de plein pied dans le xviiie siècle en échelle propre. Du côté sud-ouest du parc, vers la porte du soleil, les deux formes de radoub du sud flanquent l'avancée de terre au bout de laquelle vont flotter les flammes des anciens amiraux de Rochefort.

26Envahis par la vase au cours des années d'abandon, les deux bassins devront être nettoyés. Dans les plus anciens, on pourra visiter deux vaisseaux du passé, grandeur nature, en cours de réparation dans les formes connues d'après les plans tirés de l'Encyclopédie de Diderot. Dans l'autre forme, plus moderne, peut-être un sous-marin, un vaisseau plus récent, rappellera les dernières années d'activité.

Faire émerger des présences hétérogènes pour tisser les entités paysagères

27Coexistence hétérogène, sur un même lieu donc, de plusieurs époques tout aussi vivantes : l'actuelle, avec ses loisirs, celle de l'abandon : roseaux, feuillages riverains et marais retrouvés ; puis le temps des débuts : Corderie, drapeaux et chantiers navals, enfin le marais d'avant.

28Le passé industriel de Rochefort nous fournissait plus d'un fil historique, précis, daté, culturel auquel nous pouvions renouer et le temps de l'abandon et le temps actuel. Mais le fil le plus souple et le plus apte à relier harmonieusement les quatre temps du site fut, en définitive et une fois encore, l'imaginaire. Il est clair que les logiques historiques ne peuvent se comprendre que par la perception de l'hétérogénéité profonde de leurs diverses fractions représentées simultanément sur le terrain. Et en se souvenant, dans le même temps, que chaque strate ainsi montrée est aussi, en elle-même, totalité du lieu, et même pour l'une de ce qui le cerne côté ville et pour une autre de tout jusqu'à l'horizon. Chaque strate a son entité paysagère (Jardin des Retours), qui n'est pas nécessairement réductible à la seule surface aménagée, ici du jardin, mais pourrait aussi en être un fragment : ensemble un paysage mille-feuille.

29Au xviiie siècle, la terre battue accueillant l'entassement des marchandises et des matériels ne saurait plus, pour nous, avoir de signification autre que celle d'un terrain mal entretenu, et comme l'industrie s'estime toujours à nos yeux par une présence bâtie, on pouvait donc choisir des surfaces pavées sans qu'elles soient allées, imaginaires donc, pour stratifier la présence, tout à la fois sensible et poétique, de cette terre battue industrielle. La terre battue a d'ailleurs plus tard été propice à l'envahissement végétal, signe d'abandon. Pour dégager les vues, tout en permettant la promenade, les piques-niques et les jeux, une prairie dégagée devenait donc nécessaire. Mais sous cette prairie, trouée par place, l'étonnement de découvrir le gris des pavés devenant aussitôt reliques et, nous l'avons vu, reliques poétiques. Nous ne sommes donc plus sur une prairie campagnardes ni sur des pavés, mais sur un sol un peu mouvant, flottant, rapporté (sous la prairie, les pavés du sol industriel).

30Les entités paysagères envisagées pour composer le lieu, de la mer à la ville, nouent les relations que le lieu physique entretient avec les activités humaines considérées dans leur développement horizontal (loisirs, économique, culturel, équipement) et la sédimentation verticale du site, son histoire. De cet espace complexe, il peut alors extraire le noyau dynamique, dont le déploiement actuel va redonner sens à tous les horizons dont il est parti et qui, désormais en résonance, jouiront simultanément des possibles qu'ils offrent mutuellement : topologie légendaire.

31La stratification végétale va, elle aussi, s'introduire dans cette dynamique, puisque nous passerons du fleuve, en son bord, de la ripisylve à phragmites, saules, aulnes et frênes à fleurs, à la prairie aux arbres taillés, entretenus, puis au jardin de la Galissonnière, cette fois derrière la Corderie ; l'accès à la ville.

Les plantes, leurs paysages originels

32En 1711, le jeune R.M. de La Gallissonnière rapportait, de son voyage aux Amériques, les premières graines du magnolia à grandes fleurs, que l'on a baptisé galissonniensis pour lui rendre hommage. Il ne faisait qu'exprimer à son tour une tradition rochefortaise née avec son aïeul, M. Bégon, dès 1688, qui donna, lui, son nom au « bégonia ». Leurs noms resteront inséparables d'autres essences américaines, entre autres, le tulipier de Virginie. Donc, derrière la Corderie, accordées à la ligne des palmiers, les serres abritent une partie de la collection de bégonias Millerioux, récemment achetée par la ville, ainsi que d'autres variétés offertes par le paysagiste brésilien, Burle Marx. Dans une autre serre, se trouvent les plantes ramenées par l'amiral de La Gallissonnière. Plantées dans des bacs rentrés l'hiver, elles occupent l'été un espace de plein air. Mais au-delà de cet aspect horticole et botanique, c'est dans des lieux réservés à cet effet que ces plantes pourront apporter aussi les paysages dont elles proviennent. Là, tout près des sujets vivants, on consultera une série de clips vidéos sur les plantes en relation avec leur lieu d'origine.

« Les arbres porte-paysages »

33Une fois vue de la mer, de la Charente, la ville reprend donc sens ; on n'a plus en effet une ville de terre, orientée vers l'intérieur du territoire, mais une étape de la mer douce.

34L'origine retrouvée, il fallait renouer avec la dynamique de la ville et réenvisager le retour, mais comme une nostalgie dynamique. Avec l'océan rapproché, est aussitôt ressurgi le paradoxe fondateur d'un port de mer carré dans ses terres, bien à l'abri. Pour des motifs de sécurité militaire, Rochefort avait été fondée hors de vue de l'embouchure ; cette situation a fait de cet arsenal, en plein marais charentais, un lieu transposé, ou mieux, transplanté.

35Ce n'était donc plus désormais le lieu seul du parc de Charentes qui était jardin, mais bien Rochefort tout entier, et, à partir de ce concept, il fallait esthétiquement, logiquement, pratiquement, traiter Rochefort comme un jardin et faire de ce site, où s'applique et s'invente méthodiquement la dynamique du retour : « Le Jardin des Retours ».

36L'histoire locale nous a confirmé que nous étions sur la bonne voie. En effet, dès ses débuts, l'arsenal de la Corderie est allé de pair avec un jardin abrité, à l'arrière du bâtiment, où l'intendant Bégon, puis l'amiral de La Gallissonière acclimatèrent fleurs et plantes exotiques avec un tel succès qu'elles en cessèrent de l'être dans les siècles qui suivirent. L'arsenal militaire se doublait d'un arsenal botanique, entre terre et mer un port de terre.

Le mur du jardin de la Marine, la rampe

37Mais pour comprendre mieux cette nature, et la justesse des hypothèses que nous avons émises, il faut maintenant voir ce qui se passe en allant, inversement, de la ville vers la mer.

38Par nature et par vocation, la Corderie des anciens filins et des voiles ne devait-elle pas être ouverte sur la mer ? Il fallait donc aussi abolir l'écran des arbres entre la ville et le bâtiment pour que le citadin, du haut de la terrasse ainsi recréée et supportée par le vieux mur, reconstruit par endroit, puisse jouir de celui-ci.

39La large oblique visuelle, annoncée par la rue Bégon, puis par deux lignes d'arbres, en angle ouvert, fait ainsi porter notre regard, par la terrasse de lumière ainsi dégagée sur le pignon sud de la Corderie jusqu'à la Charente, puis encore plus loin vers le large, la mer. Cette fonction, visuelle, en oblique, se renforce par les bouquets des flammes et drapeaux des amiraux de Rochefort, qui signalent la boucle du fleuve.

40La Corderie, bien que splendide et impressionnante, n'est pas un château, mais un ancien bâtiment industriel.

41Pour établir le lien pédestre ville-Corderie, la solution d'un accès parallèle s'imposait donc sous la forme d'une vaste rampe de 140 mètres de long et 21 mètres de large, longeant le vieux mur de la ville, également parallèle à la Corderie. Du plus haut de cette rampe, nous voyons monter vers nous les tulipiers de Virginie qu'elle accueille sur son sol déclivé, plantes des retours, qui, fraîchement débarquées, vont maintenant conquérir le territoire qui leur est offert.

42En prolongement de cette descente à l'échelle des lieux, nous retrouvons la ligne des palmiers (chaemérops), autre parallèle récemment plantée fixant notre regard. A cet endroit, ces plantes exotiques reprennent pour nous leur caractère étrange, comme si elles étaient surprises pour la première fois ; le voisinage de la Corderie, cette architecture parfaitement classique tendant à renforcer le déroutant contraste que ces plantes forment en ce lieu. Elles se dissocient de l'habitude que nous avons de les voir, parfaitement intégrées au paysage Rochefortais, pour retrouver à nos yeux la fraîcheur de la découverte, l'étonnement que les anciens navigateurs et les botanistes ont dû éprouver à les considérer pour la première fois. Du coup, elles peuvent transmettre cette fraîcheur neuve à toutes les plantes passées par Rochefort et à tout l'endroit lui-même.

43On saisit alors rétrospectivement que toute la dynamique rochefortaise se forge par ce mur, la Corderie et les palmiers, que l'esprit du lieu se matérialise à cet endroit même et peut dispenser son rayonnement symbolique à toute la ville. Il n'est qu'à suivre cette logique jusqu'au bout pour comprendre la nécessité, le rôle et le sens des autres aménagements du Jardin des Retours et pour envisager toutes les conséquences économiques qu'elle implique.

Le labyrinthe des batailles navales

44Non loin de là, un labyrinthe des batailles navales assure un passage, une médiation entre le fleuve et ses drapeaux, les formes de radoub, les plantes des retours. Ce rond-point se matérialise par un jardin de haies taillées auquel la technologie la plus contemporaine va opposer le contraste le plus fort. Ce jardin ondulant ne se découvre que pas à pas et de l'intérieur. Soudain, devant nous, un vaisseau incliné dans une manœuvre offensive ; transformés en vaisseaux nous-mêmes par l'intermédiaire d'un casque et d'une boîte individuelle de manœuvre, nous sommes prêts à passer à l'action... nous avons entamé la lutte de la Bayonnaise contre la frégate anglaise L'Embuscade.

Le Jardin des Retours une politique culturelle et économique

45Simultanément, sur le même terrain donc, deux pôles : en grandeur réelle, l'histoire de la construction navale, en miniature, l'histoire des batailles, contraste qui cherche à rehausser, donner sa juste importance symbolique à l'échelle propre. Nous sommes désormais plongés dans un monde d'où la pesanteur s'absente, les dimensions coulent les unes dans les autres. Par ailleurs, le jardin, ayant toujours tendance à s'enfermer dans des limites, même imaginaires, s'assure là, dans les formes, le passage direct au site lui-même de Rochefort. Le jardin finit, au bout du compte, par s'identifier, ici aussi en cet endroit précis, à la ville elle-même. Pour ce faire, il était très important d'essayer de constituer, en regard du temps présent vivant, plusieurs autres ensembles convergents de nature différente. Loin de se contredire, toutes les composantes tentent de former un ensemble cohérent, qui ne prend tout son sens que par la coexistence simultanée de vies réciproques qui se nourrissent l'une l'autre.

46Amputée symboliquement de son passé (la fermeture de ses accès à la Charente), Rochefort se coupait de ses racines dynamiques ; elle vivait sur son passé, mais ce n'était plus pour elle qu'une sorte de vie fantomatique, un regret obsédant. Réintégré et réinventé par la médiation des paysages du jardin, le passé peut à nouveau jouer son rôle inspirateur.

47L'arrivée de la collection Millerioux n'est-elle pas le signe éclatant de ce retour ? Assurée par cette collection d'un potentiel génétique diversifié, l'horticulture rochefortaise devrait maintenant pouvoir créer de nouvelles variétés de bégonias et autres plantes dites exotiques.

48Jusqu'ici le bégonia n'a pas connu, en France, la gloire qu'il a dans d'autres pays, l'Allemagne, la Hollande, les Etats-Unis, où il existe de très nombreux amateurs. Ce créneau inexploité pourra évidemment jouir de l'image du Jardin des Retours, de ce label de qualité en quelque sorte. On créerait là, non seulement une activité nouvelle, mais assise encore sur l'histoire et la poésie d'un lieu. Dans le domaine floral, les images décident aussi de l'attrait du produit offert, et fait sans précédent, on assisterait à une sorte d'endémisme culturel. Certaines espèces végétales n'existent, en effet, que sur des espaces restreints, des territoires qui les caractérisent et qu'elles caractérisent. N'est-ce pas déjà le rôle qui sera dévolu aux bégonias par rapport à Rochefort, ensemble d'espèces qui ne prennent leur sens culturel qu'en cette ville précise et qui l'identifient en retour (Lassus, 1986 ; Cornu, 1987) ?

49Ce sera non seulement le commerce qui s'associera tout naturellement à la présence symbolique des bégonias à Rochefort, mais encore toutes les activités dont on peut supposer qu'elles ont un lien direct avec l'horticole. Nous en mentionnerons ici quelques-unes parmi celles déjà envisagées et étudiées ; ainsi en est-il de l'organisation de fêtes des fleurs, d'exposition de plantes « débanalisées » dans toute la ville, de concours internationaux, de Bégoniales ; et, dans le même temps, de favoriser l'implantation locale d'horticulteurs, de renouer avec les explorations et découvrir, en de nombreux points du monde, de nouveaux sujets, d'aider à la recherche en laboratoire, de favoriser l'édition d'ouvrages, de films vidéo, par exemple sur les arbres porte-paysage, de reconstituer l'ancien jardin botanique et d'ouvrir sur le terrain même un marché aux fleurs.

50On voit sans nulle peine maintenant que, sans le support du Jardin des Retours, de ce flux culturel dont il provient et qu'il génère aussi bien dans de multiples directions, ni le commerce ni l'industrie n'aurait eu l'occasion d'explorer un marché aussi intéressant, bénéficiant d'une image aussi prestigieuse. Il y a là, évidemment, d'autres dynamiques à une politique du tourisme et des loisirs ; d'une image de la ville.

51A Rochefort, la ville avait perdu son esprit en perdant son accès à la mer. Ainsi de ces formes de radoub, dont presque plus personne ne savait qu'elles avaient été parmi les premières de ce type en France. Mais redonner sens ne peut se faire à l'extérieur, la réaction salvatrice doit venir du plus profond de l'être culturel en question. Ici, il ne s'agissait, en quelque sorte, que de débroussailler pour qu'à la surface apparaisse le plus profond. Car la logique ne peut être importée. A contrario, inscrite dans les lieux eux-mêmes, elle suscite toute une série de comportements qui apparaissent a posteriori comme naturels. En assumant son passé, Rochefort fait mieux que de l'exhumer, elle le réinvente ; et l'idée des retours, issue du lieu même en est la concrétisation.

52Irrésistible, le souffle venu des profondeurs a fragmenté la toile de camouflage en morceaux de croûtes, aux étendues aussi diverses que leurs hauteurs, entourés de failles profondes. Puis les puits en éruption ont déversé sur les forêts et les villages leurs flots de lave en couches successives. La pelliculeuse surface et les profondeurs insondables sont devenues des « épaisseurs » et autant de paysages à feuilleter.

53Le choc de tous ces mouvements souvent inverses ne provoque-t-il pas d'autres incommensurables ?

Bibliographie

Références bibliographiques

Cornu, M. 1987. Urbanisme, 218.

Lassus, B. 1982. Le Jardin des Retours. 1982. Note et documents graphiques remis pour le concours, Préface de Jean Duvignaud. Document de l'auteur.

– 1983. Les Bégoniales de Rochefort. Document de l'auteur.

– 1986. Le choix de l'entité paysagère, Urbanisme, 215 : 143-45.

– 1987. L'entité paysagère, Urbanisme, 218.

– (équipe). 1986. Jardin des Retours les Bégoniales. Document de l'auteur.

Notes de fin

1 1982. Concours national pour le parc de la Corderie royale de Rochefort-sur-mer. Equipe Bernard Lassus, lauréate, composée de Pascal Aubry, Alain Mazas, Pierre Donadieu.

Table des illustrations

Légende Le puits (Bernard Lassus, 1972)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3801/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende « Le jardin des retours » Le front de mer de Rochefort (fraction)(Atelier Bernard Lassus, photographie Monika Nikolic)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3801/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 715k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable