Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

THATCamp Paris 2012

Lieux et communautés

Quels espaces physiques pour des humanités numériques ?

Atelier proposé par Nicolas Catzaras & Johann Holland

Collectif

Résumé

Notre proposition d’atelier est motivée par un besoin qu’on pourrait dire un peu plus institutionnel que pratique. Nous avons tous les deux une problématique commune qui est celle de construire ou réhabiliter des espaces physiques en fonction des nouvelles pratiques des SHS. Nous souhaitons aborder un certain nombre de problématiques en articulant les pratiques innovantes, les espaces physiques, et l’évolution des technologies. Et d’une certaine manière nous nous posons la question générale suivante : quel est l’immobilier nécessaire dans un laboratoire des humanités digitales ? Mais en première approche, nous pouvons dire que nous nous intéressons en particulier à une manière de réengager le corps tel qu’il s’inscrit dans les pratiques de recherches. Avec un peu plus de recul, la question de l’inscription du corps dans l’espace est peut-être l’élément le plus déterminant de cette problématique.

Plus précisément, la proposition d’atelier porte sur le point de rencontre entre deux mouvements actuels et l’impact produit par cette rencontre sur l’espace immobilier. Ces deux mouvements sont d’une part le développement innovant des humanités numériques et tout particulièrement de ses pratiques instrumentalisées, et d’autre part les tendances technologiques en cours et toute leur (im)prévisibilité. Comment peut-on concevoir et réhabiliter aujourd’hui des espaces de recherche scientifique en fonction de ces pratiques et de ces tendances technologiques? Comment en retour cette conception (ou cette réhabilitation) informe ces pratiques à travers les possibilités de dialogue et de sociabilité, de manipulation et de traitement de données de recherche? L’atelier pourra réunir des chercheurs, des architectes-designers, des informaticiens, des sociologues, etc. pour tenter de faire émerger des pistes de réflexion et d’action en lien avec cette thématique.

Entrées d'index

Texte intégral

Introduction

1Un premier travail de réflexion mené sur le sujet a permis de dégager deux grands pôles : celui des espaces et celui des pratiques innovantes. L’un pouvant déterminer l’autre ou l’influencer, et vice versa. Si la question est de savoir quelle approche est aujourd’hui la meilleure afin d’équiper intelligemment l’espace physique pour instrumenter la recherche en SHS, il faut ajouter une dimension supplémentaire qui vient compliquer les choses. On ne peut pas mener cette réflexion sans tenir compte du facteur temps. Les technologies évoluent et les pratiques aussi, dans des rythmes plus ou moins synchronisés. Or notre questionnement porte aussi sur la réinvention permanente des pratiques, des équipements et des institutions.

2Comment rester dynamique dans le temps ? Comment ces espaces peuvent rester suffisamment flexibles et dynamiques pour permettre la réinvention continuelle des pratiques et des approches heuristiques ? Ces questions se compliquent du fait de leur contexte où les temporalités ne sont pas les mêmes. D’un côté, le numérique nécessite des investissements importants – pour que ça fonctionne sans soucis techniques... – mais avec des évolutions et des innovations ultrapides des technologies et des usages. De l’autre l’immobilier nécessite des investissements très lourds, pensés longtemps à l’avance en fonction de technologies stables et assez peu flexibles : les choix faits en matière d’immobilier conditionnent lourdement l’utilisation de l’espace et son lien avec les utilisateurs, en particulier dans le contexte numérique.

3L’un des enjeux de la conception de tels espaces de recherche propices aux pratiques des humanités numériques et à leur évolution est de faire en sorte que tout fonctionne sans que l’utilisateur ait même à y réfléchir... Mais cela peut se faire au risque peut-être de passer sous silence la dimension réflexive de la pratique du chercheur telle qu’elle s’inscrit dans l’espace physique et numérique. On parle ici du risque de la boîte noire dans laquelle on place sa confiance aveuglément sans s’intéresser à sa mécanique propre.

4À partir de cet état de questions initiales, nous proposons pour lancer les discussions une carte de mots-clefs et de relations indicatives. Cette carte peut servir à ouvrir un certain nombre de problématiques connexes. Le schéma proposé ci-dessous n’a pas d’autre ambition que de susciter des interrogations en faisceau.

Quelques développements à partir des mots clefs

Usages / Innovation

5Le lien est très marqué entre usages et innovation, car l’innovation doit être entendue comme la marque de l’apparition d’un usage conséquent à l’échelle des pratiques considérées (ici de toutes les personnes dont les compétences servent à la recherche en SHS).

Équipements

6Pour les équipements, on peut entendre des matériels déjà très connus ou « démocratisés » (écran, vidéoprojecteurs), mais aussi des dispositifs plus ambitieux et peu développés aujourd’hui (espaces d’holographie).

Dimension humaine

7Dans la mesure où notre questionnement porte sur la réinscription du corps dans l’espace physique, une dimension plus humaine est à prendre en considération : la sociabilité, le travail en équipe, l’inscription de la personne dans l’espace.

Ressources

8Tout cela est lié à la notion de ressources, qu’on entende par là les livres, revues, etc., sur supports matériels, mais aussi les ressources numériques ou numérisées auxquelles l’usager doit pouvoir être lié. Pour des logiques d’accès aux sources et aux savoirs, mais aussi pour gloser et produire de nouveaux savoirs.

Lieu

9La notion de lieu est également structurante. On parle ici du lieu en tant qu’espace privé dans l’espace de travail. La BnF pour cela offre un bon exemple. Dans les étages des tours, les personnels se sont réapproprié un espace défini comme neutre et interchangeable en le personnalisant, en s’y individualisant. À partir de la notion de lieu apparaît la notion de second lieu : au sein de l’espace de travail revient la notion d’espace privé. La notion de second lieu est essentielle. Elle a jusque-là été réservée aux bibliothèques (bibliothèques municipales, médiathèques, learning centers) mais assez peu aux bibliothèques de recherche. La question devient la suivante : faut-il étendre cette réflexion du second lieu au bureau du chercheur, un second chez soi, et quelles en sont les conséquences sur l’équipement numérique ? Cela touche aux infrastructures, bien sûr, mais aussi et de plus en plus à l’équipement personnel – ou acquis sur contrat – et apporté ou utilisé dans son labo, dans son bureau, à la bibliothèque... Cet état de fait du second lieu pose des questions d’interopérabilité, des questions de sécurité, mais surtout des questions d’usage.

Tour de table des intérêts

10En faisant le tour de table des participants à l’atelier, nous avons pu identifier plusieurs grands types d’intérêts à la problématique proposée :

  • La motivation institutionnelle pour l’immobilier (à construire ou à réhabiliter) conçu spécifiquement pour les pratiques innovantes de type humanités numériques, aussi bien dans la recherche et formation à la recherche que dans l’enseignement supérieur, à plus ou moins long terme (trois exemples potentiels de réalisation entre 2014 et 2018).

  • L’importance d’avoir des espaces physiques de collaborations entre des profils de compétences très divers (juristes, documentalistes, chercheurs, programmeurs, designers, éditeurs, populations tests...), pour sortir du tout virtuel.

  • L’anticipation des conditions de travail possibles dans le monde de la recherche, en vue de réinventer ou adapter sa pratique métier (par exemple dans le domaine de l’édition scientifique) aux nouveaux usages et outils.

  • L’étude historique de l’architecture, en particulier quand cela mobilise les notions d’espaces virtuels, et la problématique de l’inscription du corps ou des pratiques dans le numérique. Les architectes ont été assez peu prompts à réfléchir à l’espace numérique ou à s’y investir.

  • L’évaluation des effets potentiels de la réinscription du corps dans des pratiques innovantes sur les formes de savoirs produites, réalisées (par exemple, dans l’écriture). La problématique semble assez peu étudiée pour le moment.

  • La possibilité d’actionner le levier de l’espace physique pour que se développent vraiment dans le monde de la recherche les pratiques innovantes propres aux humanités numériques. L’articulation entre les espaces physiques et les espaces virtuels doit profiter aux seconds aussi.

Synthèse des sujets abordés

L’appétence pour les technologies

11Actuellement, on peut se poser des questions quant à l’attitude générale des chercheurs vis-à-vis des nouvelles technologies. On peut même être assez pessimiste et constater un réel désintérêt pour les moyens qu’offrent ces nouvelles conditions de travail. Cependant, un tel constat n’est vrai qu’en partie. L’attitude des nouvelles générations de chercheurs qui utilisent massivement les outils numériques pour des usages « personnels » et professionnels change la donne à un horizon très court.

La sociabilité dans les espaces

12On évoquait plus haut la dimension humaine de toute cette problématique. Dès lors qu’on peut intervenir sur un espace physique, on a une réelle opportunité d’agir sur les conditions de sociabilités des utilisateurs d’un équipement immobilier et technologique. Et cette sociabilité ne concerne pas seulement les chercheurs entre eux. Il est important notamment de travailler dès maintenant à une resociabilisation entre les chercheurs et les techniciens par exemple. De changer de paradigme social dans le monde académique en dépassant le clivage habituel entre les chercheurs (c’est-à-dire les personnes jouant officiellement le rôle de chercheurs) et tous ceux qui sont trop fréquemment vus comme des prestataires de service.

13Quand on a la chance, comme par exemple au Campus Condorcet, de pouvoir construire des espaces à partir de rien, on a un devoir de faire plus que de saisir une opportunité. On se doit d’avoir une nouvelle ambition sociétale. À savoir essayer de construire une nouvelle sociabilité au profit de la recherche pour que par hasard, des personnes de différentes disciplines et compétences puissent à un moment donné se retrouver comme par accident sur des mêmes problématiques, ou des croisements, par le biais du badinage, de la rencontre fortuite. Susciter la mise en relation de chercheurs, de documentalistes, qui se retrouveront dans un même espace et pourront « bavarder » dans des lieux de passages qui ne sont pas a priori des lieux de rencontres. On pointe ici le cas des chercheurs et des documentalistes – dont les métiers évoluent rapidement –, ou encore des éditeurs. Mais il est également important de tenir compte de tous ceux qui offrent des services mal valorisés à la communauté de la recherche (les « administratifs », qui par exemple gèrent les contrats, ou encore le gérant d’une conciergerie). La réflexion sera plus efficace si elle est systémique, embrassant un écosystème complet. Il faut trouver des moyens de connecter ces métiers et ces personnes pour former une communauté. Cela passe à la fois par du physique et du virtuel, on ne pourra pas faire l’économie d’une double réflexion, surtout si on souhaite développer de nouvelles formes de sociabilité.

14En ce qui concerne les possibilités de sociabilité renouvelée par l’espace immobilier et les technologies numériques, des lieux d’expérimentation commencent à émerger comme à Clermont-Ferrand (projet Epicentre : http://culturestrafic.com/ct/epicentre-cowork/). Il s’agit en l’occurrence d’espaces de coworking où des profils très divers se réunissent autour d’un même projet. Il semble également que des acteurs comme l’ENSCI se penchent sur ces questions (au travers d’un atelier sur les digital studies).

Comment concevoir les espaces en fonction des usages ?

15La question n’est pas propre aux humanités numériques, elle se pose largement par ailleurs.

16Une approche très générale et dichotomique peut nous tromper. On peut manquer le sujet en opposant deux « conceptions » extrêmes :

  • On considère qu’un super espace est capable d’accueillir tous les usages et toutes les formes de sociabilité possibles.

  • On considère qu’on doit multiplier des espaces physiques hyper spécialisés pour favoriser des types de collaborations en particulier (ex : entre un éditeur, un juriste et un chercheur).

17Le sujet peut être pris par un autre bout. On peut par exemple partir des types d’espaces physiques : espaces de travail isolé, espaces de travail ouvert et collaboratif, espaces de circulation, espaces de convivialité... Et réfléchir à leur articulation entre eux, notamment grâce au numérique. On reparle ici en fait de l’articulation entre l’espace numérique et l’espace matériel (physique). Car il est nécessaire de passer de la sociabilité dans le couloir, à la sociabilité dans le bureau. Et ce passage peut se faire en traversant des espaces virtuels qui nous baignent.

18La circulation entre les espaces, reflet de la « circulation sociale » entre les individus / rôles / compétences dépasse d’ailleurs le microcosme des personnels qui font le cœur de la machine. Il est question, à travers un bâtiment équipé, de la relation avec l’environnement. C’est la question de la relation du monde de la recherche avec les invités extérieurs et plus largement le public, le bâtiment équipé pouvant jouer le rôle d’une interface ou d’une membrane perméable : je viens dans un bâtiment, j’y suis reconnu, je suis guidé à l’intérieur du bâtiment. La question est intéressante aussi à aborder sous l’angle de la compensation du handicap. Plus le bâtiment est pensé pour son usage par rapport à ces questions de compensation, plus le bâtiment est facile à vivre. Le numérique joue un rôle absolument central dans cette compensation.

19On peut penser que l’espace de discussion numérique ne pourra se mettre en place qu’à partir du moment où on aura déjà des espaces physiques efficaces à disposition. Mais il y a un risque de retomber dans l’idéologie steampunk en s’attachant à des formes de sociabilité traditionnelles pour lesquelles le numérique ne fait que mimer les fonctions de l’immobilier (c’est le risque propre à tout « effet diligence » dont la logique est pourtant bien utile dans le cadre de l’accompagnement du changement). On peut espérer une sorte d’« agrégation naturelle » des espaces physiques et virtuels. La question alors peut devenir : comment passer du couloir (ou du bureau), à l’écran / interface ? Que vient faire là l’écran ? Et si l’écran n’est plus un écran mais une paroi ?

20Certaines expérimentations existantes peuvent aider à imaginer ces articulations d’espaces. Par exemple celle d’un colloque où chaque participant est « tracé » grâce à une puce RFID qu’il porte. De plus, les relations entre participants sont enregistrées et représentées là aussi grâce aux interactions entre les puces RFID. Grâce à la puce, chaque participant peut projeter sur l’écran le plus proche son « environnement personnel » afin de retrouver des documents en lien avec sa conversation professionnelle. Et à l’issue du colloque, un site lui permet de retrouver l’ensemble des interactions qu’il a pu avoir pendant toute la durée de l’événement. Malgré son caractère angoissant (« Big Brother »), cet exemple est intéressant car il montre de la réinscription de l’espace physique dans l’espace numérique virtuel. Et inversement.

21L’exemple qui vient d’être présenté est conforme à une tendance qui avait été identifiée il y a quelques années et qui a du mal à se confirmer. Celle prophétisant que l’individu ne se déplacera plus avec son matériel personnel, mais seulement avec son environnement personnel qu’il pourrait retrouver partout et sur n’importe quel poste connecté. Le développement important de l’informatique en nuage (cloud computing) laisse à penser que cette tendance est toujours d’actualité. Par exemple avec l’émergence du cloud, il semble que l’espace de stockage "situé" sur sa machine personnelle est amené à disparaître. Idem des applications logicielles, etc. Cette tendance qu’on peut appeler de manière un peu simpliste « cloud trend » est à opposer à l’habitus bien connu maintenant du « bring your own device ».

22A ce stade on peut alors s’interroger sur ces deux tendances comme alternatives. L’avenir est-il aux usages de type « je viens avec mon environnement et sans son équipement » ? Ou au contraire à ceux où l’individu cherche à se réinscrire dans l’espace physique en venant avec son équipement ? En réalité l’avenir est sans doute à un meilleur équilibre des deux. On peut faire un mixte de tout cela, en offrant des espaces physiques équipés permettant de venir avec ou sans son matériel personnel, avec ou sans environnement personnel. L’essentiel dans tout cela est d’avoir une réflexion qui soit centrée sur l’utilisateur avant de se projeter sur les outils, et c’est toute la difficulté de l’anticipation que cela représente.

23Cette idée de mixte est particulièrement pertinente dans les SHS. Car le chercheur y est encore très attaché à l’idée de travailler avec un matériel dont il a la propriété. Le jugement par les pairs étant très fort, il y a une sorte de forteresse que l’on construit autour de soi. Il paraît difficile, tout au moins à court ou moyen terme, de voir le chercheur arriver avec ses données dans un espace « neutre et interchangeable » même s’il pourra retrouver toujours son environnement de travail. L’enjeu pour lui est de ne pas perdre la main sur le fait de rester visible. Il s’agit d’être jugé par les pairs, donc d’être vu. Là perdure le fantasme du bureau, de l’ordinateur portable (le sien, c’est mieux). Un desktop collectif perturbe le chercheur. Actuellement, le climat n’est pas à la suppression des équipements, des espaces de travail physiques.

24La recherche en SHS se trouve un peu coincée entre une perspective très globalisante et des difficultés à travailler à plusieurs. Comment faire en sorte que cette réalité ne plombe pas une dynamique collective ? On peut peut-être faire en sorte qu’il y ait une intégration virtuelle qui se fasse par compromis, progressivement. Là, le mouvement des DH a sans doute un rôle à jouer. Ne constituent-elles pas, justement, un levier pour accélérer un passage vers une recherche qui prend mieux en compte les dimensions collectives ?

25Toutefois ce levier seul ne suffit pas. Des choix structurels sont à faire afin de permettre ou d’accélérer le changement. En ce sens l’ordinateur portable personnel est un intermédiaire. Il est un moyen terme qui anticipe l’espace de travail virtuel disponible partout et tout le temps, tout en présentant un caractère d’appropriation de l’espace physique plus aisée. Se rendre dans un espace de recherche neutre et impersonnel mais avec son ordinateur portable personnel serait ainsi un compromis entre le « mon bureau, mon ordinateur, mon inscription » et le tout virtualisé dans l’espace numérique délocalisé.

26Le champ terminologique utilisé dans nos discussions est révélateur. On a parlé de « flottement » d’une part, et « d’ancrage » d’autre part. Il semble qu’on puisse filer une métaphore navale pour évoquer les attitudes possibles quant au rapport du corps aux espaces physiques et virtuels. Avec le flottement, l’utilisateur se retrouverait dans le collectif et des espaces (physiques, virtuels, disciplinaires aussi) qui sont poreux. Dès qu’il s’ancre, il obéit à un besoin plus institutionnel de reconnaissance, pour aboutir à une inscription (individuelle) plus forte, avec son matériel notamment mais surtout son travail de recherche solitaire qu’il se sera approprié et qu’il aura marqué du sceau de sa singularité. Mais pour filer la métaphore, une troisième attitude alors est possible : la navigation, le déplacement sur les flots quand on a un objectif précis. Le flottement est à rattacher à la notion de sérendipité : se laisser porter par ce qui se fait, ce qui se passe.

27Pour en revenir à une des questions de départ, à savoir l’articulation des espaces physiques et virtuels, on est amené à affirmer que le laboratoire virtuel se double d’un laboratoire physique. Et comme dans d’autres domaines du numérique, on en arrive à une conclusion importante : l’espace virtuel, l’équipement numérique ne remplaceront pas l’espace physique mais viendront compléter le dispositif. Ce n’est pas une alternative. Il y a là aussi à dépasser les approches clivantes. Enfin, on peut créer un nouveau laboratoire physique, mais il dit être accompagné de laboratoires virtuels qui bougent. Un mouvement d’ensemble est à trouver, dans une conception plus globale des possibilités.

Les dynamiques de changement

28Si le dynamisme du mouvement des DH est un vecteur de changement, il n’est pas le seul. Du côté institutionnel, des possibilités d’action sont possibles au moment de la conception immobilière. Mais comment aujourd’hui des projets comme celui du Campus Condorcet peuvent-ils faire sauter les distinctions traditionnelles ? On redoute que le projet immobilier de l’architecte soit évalué uniquement selon des critères du type « chacun son bureau ». C’est en amont, à la phase de conception immobilière proprement dite, au niveau institutionnel même, que les choix « qualitatifs » doivent être faits.

29Et on peut même aller plus loin. Prenons le cas d’un des équipements de type learning center conçus ces dernières années. Il est arrivé que l’architecte n’ait pas tenu compte strictement du projet institutionnel en lui-même mais plutôt privilégié le geste architectural d’inscription du learning center dans l’espace. Ce qui n’est pas toujours un mal. Pour que le bâtiment livré corresponde effectivement aux attentes des utilisateurs dans leur diversité, il est important de ne pas concentrer la responsabilité au seul niveau institutionnel. Doivent être précisément définis les rôles des uns et des autres, et en particulier des groupes d’utilisateurs ou des décideurs de projet qui tiennent compte de tout un système de contraintes.

30Un contre-exemple bien connu peut être cité ici. Celui de la BnF François Mitterrand. Perrault a transcrit la description administrativo-physique dans son projet de bâtiment. Aux 4 départements étanches de la BN répondent les 4 tours éloignées. Or, c’est cette inscription physique qui a été contestée une fois la BN construite. Donc dans ce débat, il ne faut pas cantonner la réflexion au seul cas des chercheurs. Les autres acteurs doivent absolument être pris en compte, pour réfléchir à ce lien entre bâtiment physique et espace virtuel. Plus loin, il ne faut pas oublier que les structurations « corporatistes » ou administratives sont plus ou moins fortes selon les métiers. Le monde des bibliothécaires et celui des chercheurs n’est pas le même à ce sujet par exemple. Mais c’est justement un des obstacles à dépasser. Commencer par mettre les gens dans un même lieu (un open space pourquoi pas) serait un premier pas, toutes compétences confondues. Pas à temps plein sans doute, mais un jour par semaine par exemple.

31Un exemple plus enthousiasmant peut être maintenant évoqué a contrario, histoire de positiver.

32Il s’agit du projet de Centre Georges Pompidou virtuel. Ce projet marque un vrai changement dans le rapport espaces physiques / espaces virtuels. Et ce changement a été rendu possible parce qu’il y a eu une décision forte de la part du président du centre. Ce qui nous intéresse particulièrement ici, c’est qu’il y a eu une réinvention institutionnelle au travers de la redécouverte du projet initial du Centre George Pompidou qui est censé agréger des centres. Il est donc possible de faire bouger les lignes, même si l’institution est toujours en retard, par principe, on pourrait dire. Elle ne s’adapte que sous la contrainte des usages, des mœurs, etc. Il est pourtant important de réaffirmer que l’institution peut être une bonne chose dès lors qu’on parvient à en sortir régulièrement, à jouer avec ses vertus et ses vices. Si on comprend l’institutionnalisation comme un besoin anthropologique ou symbolique d’ancrage, on lui accorde qu’elle rend possible l’attitude d’inscription du corps dans un territoire qui n’est pas que physique (reconnaissance de la société, des pairs...). À nous d’être plus intelligents pour dépasser les oppositions traditionnelles.

33Encore un exemple. Il s’agit cette fois-ci d’un projet qui débute tout juste. C’est un Equipex et il s’appelle Biblissima (http://www.libraria.fr/​fr/​blog/​un-%C3%A9quipement-dexcellence-pour-le-patrimoine-%C3%A9crit-biblissima). Son objectif est de clusteriser les fonds d’images et de textes médiévistes issus de différents entrepôts en France (voire en Europe). Pour l’instant, il s’agit simplement d’un projet d’espaces virtuels accessibles à la navigation et l’appropriation depuis un seul portail ou méta-moteur. Mais qui peut dire, quand beaucoup de médiévistes l’utiliseront, s’il n’y aura pas du mouvement, des recompositions institutionnelles, rien que sur plan symbolique dans un premier temps ? On peut l’espérer en tout cas.

34En règle générale, aujourd’hui, si les jeunes chercheurs, les contractuels, ou encore les non-statutaires sont beaucoup plus présents dans l’espace numérique que les chercheurs eux-mêmes, c’est parce qu’ils n’ont pas de place dans l’espace physique qui leur soit vraiment accordée. Il y là une sorte de compensation logique. On peut dire à ce sujet que s’inscrire dans un espace virtuel et s’y fabriquer une identité peut aussi correspondre à une logique d’ancrage du même ordre que celle de l’appropriation d’un bureau physique. Le cas de la délocalisation à Orléans de certaines équipes techniques du CNRS, qui de fait se retrouvent séparés des chercheurs restés à Paris, est parlant quant à l’importance de l’inscription géographique des personnes, au risque dû à la « séparation des corps » qui impactent les dynamiques collectives. Il y a eu par réaction, à Orléans, une sorte de mise en place naturelle des digital humanities, du fait de la délocalisation physique « imposée » ou en tout cas mise en place. Un rééquilibrage des espaces de travail personnalisés ou collectifs entre les différentes catégories de personnels peut faire bouger les lignes à l’avenir. Ainsi que leur distribution sur le territoire.

35D’autres exemples peuvent être donnés pour continuer de caractériser les difficultés actuelles de circulation symbolique et disciplinaire, mais aussi pour dessiner un horizon plus ouvert qu’on ne le croit. à l’INHA galerie Colbert, on a copié le feuilletage de la rue Michelet (Paris 1, Paris 4, etc.). Un étage par institution. On aurait tout aussi bien pu regrouper les départements ayant une proximité disciplinaire. La possibilité d’accéder à un étage est déterminée par le badge détenu (laissant accès à un étage, pas à d’autres). La cafétéria (espace de rencontres par définition) n’est pas accessible sans badge. La difficulté ici n’est pas qu’institutionnelle, elle est aussi technique et administrative. Chaque badge délivré par une de ces institutions repose sur une base de données, un système d’informations pas toujours interopérable avec d’autres systèmes d’informations. De plus la question de la sécurisation des espaces est centrale pour les gestionnaires de bâtiments, notamment lorsqu’il s’agit d’ERP (établissements recevant du public). On voit bien que ces contraintes techniques et administratives heurtent de plein fouet la logique de convivialité, d’échange, de « rencontre inattendue » qui devrait présider dans un lieu ouvert à la recherche. Ici le numérique peut peut-être constituer une réponse pour un système qui soit d’une part respectueux de la sécurité des biens et des personnes ET qui réponde à ce besoin d’ouverture. Très concrètement, au France, bâtiment dans lequel se trouve l’EHESS, l’EPHE, des éléments de Paris IV et du CNRS et la FMSH, le fait que l’espace de cafétéria ne soit pas un espace ERP – et que les coûts pour le transformer soient extrêmement élevés – a abouti à la même conclusion : l’espace est théoriquement fermé aux publics extérieurs, ce qui revient à construire une barrière publics internes / publics externes très peu souple et très peu respectueuse des besoins de la recherche.

36Enfin, pour clore cette partie sur les dynamiques de changement, une manière de saisir la question peut consister à voir dans un premier temps que la question semble être pilotée par celle des ressources humaines. Que l’on mette des personnes avec des compétences différentes (et affamés de collaborations interdisciplinaires) dans un même lieu physique, et des pratiques innovantes et intéressantes suivront. Ensuite la question des infrastructures (équipements d’Input/Output, serveurs, espaces de collaboration) peut être résolue avec du budget. Elle n’est peut-être pas prioritaire. Enfin la question des droits d’attributions soulevée par les collaborations et le partage de matériel commun peut être résolue avec des licences et du personnel juridique.

L’urbanisation numérique et le partage des données

37En écho à la question de départ de l’atelier : « quels espaces physiques pour les humanités numériques ? » peut être posée la suivante : « quelle urbanisation des espaces virtuels en intelligence avec les espaces physiques ? ». L’idée ici est de discuter d’urbanisation numérique dont le principe est de concevoir un écosystème avec une approche d’urbaniste-architecte. Pour dépasser la contrainte que l’immobilier impose aux équipements numériques quand il faut repenser les espaces virtuels à partir de l’existant physique. On peut par exemple essayer d’établir un continuum entre les espaces, qu’ils soient physiques ou virtuels. Pour que des espaces physiques puissent être augmentés par le numérique, il faut aussi réussir à penser des espaces virtuels à partir de l’existant physique. Il y a là une contrainte des lieux physiques. L’ambition est de co-concevoir l’espace numérique et l’espace immobilier/architectural pour dépasser les jeux de contraintes mutuelles, dans un seul geste cohérent. Par exemple, n’y a-t-il pas une traduction directe de la distinction entre « espaces privés ou espaces publics » du monde physique, dans le numérique ?

38Cette distinction entre espaces privés et espaces publics conduit à interroger les possibilités de partage des savoirs, des savoir-faire, des ressources, et tout particulièrement quand ces dernières sont sous forme numérique. Des porosités sont nécessaires, soit à tout moment, soit ponctuellement. à la BnF par exemple, à l’occasion du « records management » (à la fois une contrainte et une mission de la BnF), on a imposé alors une telle « porosité » pour faire sauter le bureau personnel. L’enjeu principal était surtout d’éviter la perte de mémoire, de savoir, quand un conservateur/trice part avec son espace de travail (sur son ordinateur personnel) qui contient tout son travail. Il fallait faire entrer l’espace privé dans le commun de l’institution.

39Suivant les disciplines universitaires considérées, la limite entre données privées et données publiques ou collectives n’est pas la même. En recherche médicale, les carnets de recherche sont considérés comme appartenant au laboratoire. Ce n’est pas le cas en SHS, à l’instar de ceux disponibles sur Hypothèses.org. Ensuite, le travail de collecte de ce qui est produit par les chercheurs pourrait être mutualisé, beaucoup plus que ce qui se fait actuellement. La Bn de son côté anticipe la durée de vie des documents, et organise donc à l’avance les conditions d’archivage. Ce qui est, bien sûr, une façon de déterminer à l’avance ce qui va rester. Mais qu’on fasse ici de l’historiographie de la recherche, ou qu’on cherche à définir l’archive, la question reste la même : à qui appartient ce qui est produit ? Au labo ou au chercheur ? Tout cela est en plus à considérer avec un œil juridique. La propriété des données de la recherche est réglementée parfois, notamment lorsque la recherche est financée sur fonds publics. Cela conditionne donc son mode de diffusion, d’archivage, etc. On peut se référer ici aux réflexions nationales et européennes sur ces enjeux. Mais l’enjeu à ce sujet est bien de déterminer, à l’avance, dans les grandes infrastructures, ce qui va être partagé, qui va pouvoir ensuite être disponible dans des espaces collectifs (physiques ou virtuels).

40Le questionnement porte donc à la fois sur les archives de la recherche mais aussi sur le travail des sources du chercheur. On peut se demander si le travail d’archivage est si différent avec ou sans le numérique dans son principe. La FMSH par exemple reçoit des dons, avec des archives très intéressantes, au sein desquelles on voit la recherche en train de se faire. Le numérique systématise et accélère le processus. Mais ne modifie pas fondamentalement le métier.

41Si cet objectif de pérennisation de la recherche est un réel enjeu, il fait d’un système sans doute plus vaste dans lequel d’autres enjeux apparaissent. Par exemple dans le cas de Condorcet, aux services pour la recherche et pour la pérennisation des données est corrélée une gamme de services dédiés à la vie de campus. On désigne par là l’ensemble des usages venant enrichir le quotidien de la personne, sans relever de l’activité de la recherche proprement dite. Là aussi la porosité est importante entre des usages souvent pensés séparément. Une urbanisation des usages est peut-être à penser.

42Dans l’espace physique, on parle parfois d’espaces banalisés. Il serait bon de les envisager aussi dans l’écosystème virtuel. De tels espaces ne seraient pas pour autant une agora, plutôt un espace « libre pour les hackers ». Il y a un besoin de ne pas y être contraint par un programme prédéfini, ce que l’espace d’agora va nécessairement induire. Revues.org et Hypotheses.org sont dans cette logique d’agora, et ces plates-formes ont bien pris justement parce qu’elles reposent sur des outils dont le fonctionnement est reconnu. Cela est nécessaire, mais cela contraint aussi. En complément, il faut aussi laisser possible un espace permettant de faire du trash. On peut parler de « bacs à sable » éventuellement, articulés autour d’un espace d’accès et de rencontre où l’on relaie de l’information, où l’on fait des remontées éditoriales (logique de portail éditorialisé).

Éléments de conclusion/actions

43Il est proposé de continuer la discussion après le THATCamp Paris 2012. Les modalités pratiques restent à définir, mais ce qui est stimulant c’est qu’on part d’encore moins loin !

44En amont d’une prochaine discussion, on peut commencer à recenser ici les projets de construction ou de réhabilitation d’espaces dédiés aux pratiques innovantes de type DH.

45En plus du projet de Campus Condorcet, et du bâtiment du 54 Bd Raspail, il y a un projet à l’Université de Luxembourg.

46à côté de ça, on a identifié au moins deux réseaux d’interlocuteurs possibles et qu’on pourrait essayer de mobiliser sur ce type de questions. Il s’agit d’enseignants à l’ENSCI et des organisateurs d’espaces de coworking à Clermont-Ferrand.

47Enfin, pour aider à avoir un débat encore plus précis, il sera important de mieux définir les mots, les notions entendues. L’enjeu notamment est de mieux identifier les espaces, et les usages qui s’y jouent.

48Adresses des personnes intéressées pour poursuivre la discussion :

49emchateau@laposte.net

50alsterin@free.fr

51benoit.majerus@uni.lu

52nicolas.catzaras@msh-paris.fr

53clementlevallois@gmail.com

54sur twitter #tcp2012 #espaces-dh

Référence proposée

55Sur DH Questions and Answers, vous trouverez peut-être quelques indices pour votre atelier, à l’adresse : http://digitalhumanities.org/answers/topic/what-hardware-and-software-would-you-put-in-a-dhmultimedia-lab

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/380/img-1.png
Fichier image/png, 36k

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Creative Commons - Attribution-ShareAlike 3.0 Unported - CC BY-SA 3.0

Lire

Open access

Acheter