Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoines en folie

 | 
Henri Pierre Jeudy

II. Logiques de transmission

Rituels de l'héritage politique

Marc Abélès

Texte intégral

1En abordant le thème de la transmission, l'anthropologie politique rencontre en fait un problème fondamental, celui des rapports entre le pouvoir et la durée. On pourrait décomposer la question en deux éléments distincts si on l'envisage, d'un côté, l'exercice du pouvoir et, de l'autre, l'accès au pouvoir et la reproduction de celui-ci. Car la politique peut être conçue comme un art de jouer avec le court terme, comme un métier qui a trait à la contingence. Mais on ne saurait éluder la question du politique en tant qu'il assume, bon an mal an, la longévité et la pérennité d'un ordre social. C'est de la thématique de la transmission du pouvoir que je vais parler ici. Pour ce faire, il m'a semblé intéressant de prendre pour point de départ plusieurs états distincts de ma propre recherche.

2A certains égards, l'étude du rapport entre durée et pouvoir nous renvoie à la question soulevée par Descartes à propos des liens qui unissent Dieu à l'univers, celle de la création continuée : comment maintenir et perpétuer un état de chose existant, un corps, une pensée, une collectivité ? Cette interrogation est présente dans la philosophie politique classique sous la forme suivante : une fois fondé l'état civil dans l'acte même du contrat, comment rendre compte de la perdurance de l'association entre les hommes au-delà de l'initiative ponctuelle qui en marque l'origine ? Dans la théorie hobbienne, « la représentation est mouvement et création continuée : l'Etat... n'existe qu'en acte », ainsi que l'indique L. Jaume (1986 : 185). Ne voyons pas là, cependant, une obsession de philosophe. Des sociétés très différentes des nôtres traitent du problème en lui donnant une solution au plan symbolique : quels que soient les avatars de la personne royale, la royauté qui apparaît comme garante de l'ordre politique, ne meurt jamais. Dans l'Ancien Régime, la fiction des deux corps du roi et les rituels qui s'y attachent permettent de penser la perpétuation du corps politique : le roi est l'élu de Dieu sur terre.

3Que se passe-t-il chez nous où l'élection devient matière profane, où, à intervalles répétés, il convient de désigner à nouveau les mandataires du peuple, les détenteurs de la souveraineté ? L'élection est l'acte par excellence de la création continuée. Elle est promesse de renouvellement, elle assure aussi la pérennité d'un système existant. L'ethnologue peut envisager trois registres différents de notre représentation de la perpétuation du corps politique :

  1. Au plan local, la notion de patrimoine politique, la manière dont l'élection met en œuvre un processus de transmission dans des lignées ou au travers de réseaux. Dans ce processus la mémoire autochtone intervient au premier chef. La parenté est le vecteur essentiel de la transmission.

  2. Au plan global, la manière dont la perpétuation du corps politique est pensée en référence à la personne qui incarne la souveraineté ; d'où le problème de la continuité indispensable : comment est pensée cette continuité ? En quoi la parenté et l'alliance en sont-elles la métaphore indispensable ?

  3. Les rituels par lesquels le souverain vaque à la perpétuation du corps politique. On rejoint la question de la création continuée. Comment conjurer la discontinuité, le désordre qui menace la pérennité du corps politique, et ce en-dehors même des périodes où la succession est à l'ordre du jour ?

4En premier, un travail de terrain mené parmi les élus « petits et grands » du département de l'Yonne (Abélès, 1989). En second lieu, une réflexion sur la transmission du pouvoir au sommet à propos des présidents et des présidentiables de la Ve (Abélès, 1986). Enfin, une analyse de certains rituels du président Mitterrand (Abélès, 1988). Il ne s'agit pas de reprendre exhaustivement ces travaux, mais de les utiliser pour mieux comprendre la manière dont notre société traite son patrimoine politique. Dans une société gorgée d'histoire comme la nôtre, la politique a partie liée avec la mémoire : ce qu'on appelle les « pesanteurs » nous renvoie au temps long de la politique.

Le patrimoine politique local

5Dans l'Yonne, je me suis surtout intéressé à une question très simple : comment devient-on un élu ? Traduisez : comment acquiert-on une légitimité ? Comment est produite la représentativité ? Je voyais des gens qui se présentaient aux suffrages des électeurs sans jamais réussir à se faire élire. D'autres, en revanche, n'avaient guère de difficulté à s'imposer. En 1983, deux listes se trouvèrent en présence dans la commune de Quarré-les-Tombes, au sud du département. D'un côté, celle du maire sortant, qui se présentait comme apolitique et à vocation gestionnaire ; de l'autre, une liste « pour de nouveaux Responsables au service de la commune ». Les animateurs de cette seconde liste étaient un professeur enseignant à Avallon, natif de l'Yonne et qui vivait depuis quelques années dans la commune, ainsi qu'un instituteur retraité qui avait fait toute sa carrière à Quarré, où il jouissait d'une certaine popularité. Face à eux, le maire sortant, également retraité, ancien responsable de l'équipement à Auxerre, élu depuis 1971, se prévalait d'une compétence en matière de gestion acquise tout au long de sa vie professionnelle. Outre ces deux listes, on comptait un certain nombre de candidatures isolées. Le maire jouissait d'un avantage certain, car il avait fait ses preuves.

6Le maire et ses amis l'emportèrent sans difficultés. Un seul membre de la liste pour les nouveaux responsables fut élu : l'instituteur retraité recueillit suffisamment de suffrages pour siéger au conseil municipal. En contraste avec le mauvais score obtenu par cette liste, un autre résultat du ballottage pouvait retenir l'attention : sur les trois élus, on comptait, en effet, l'un des candidats isolés. Celui-ci s'était contenté de faire inscrire son nom sur des bulletins de vote sans autre précision.

7Pourquoi avait-il fait aussi bien, lui le solitaire, que l'un des groupes antagonistes ? Pour l'observateur novice, Jean-Philippe Truchot ne présentait aucune qualité apparente qui incitât les électeurs à le distinguer de la sorte. En effet le nouveau conseiller s'apparentait socialement à la moyenne des agriculteurs. Il n'avait pas manifesté une propension particulière à innover en matière d'élevage et n'était pas non plus un pilier du syndicalisme agricole. Agé d'une trentaine d'années, Jean-Philippe Truchot faisait figure de « jeune » dans une population où l'on semblait préférer les élus d'âge mûr. Il avait toujours déclaré être peu intéressé par la politique et semblait soucieux de maintenir cette neutralité. Rien ne semblait donc prédisposer cet agriculteur à recueillir les votes de ses compatriotes. En considérant le cas de Jean-Philippe Truchot, on aborde en fait une question plus large : existe-t-il des élus du hasard ? De tels choix sont-ils fortuits ou témoignent-ils, au contraire, d'une rationalité électorale qui échappe à l'observateur ? Quelle que soit la réponse à ces questions, l'analyse de cette situation offrira quelques lumières sur le comportement des votants.

8Peu après le scrutin de 1983, comme je faisais part à l'un de mes interlocuteurs de mon étonnement au sujet de l'élection de Truchot, il me répondit : « la politique, chez eux, c'est un petit peu dans la famille ». En fait, si le père de Jean-Philippe semblait s'être peu intéressé à la chose publique, je ne devais pas oublier que son grand-père avait lui-même été maire de Quarré. Bien que jeune et inexpérimenté, Jean-Philippe avait été élu « pour son nom ». Il était le descendant d'une véritable dynastie d'élus qui avait autrefois défendu les couleurs du radicalisme. Chacun des électeurs pouvait donc immédiatement identifier le candidat comme le détenteur d'un patrimoine politique. Par patrimoine politique, il faut ici entendre la mémoire des positions politiques qu'ont occupé les différents ascendants, mais également un éléments idéologique distinctif qui est censé se transmettre dans une parentèle (par exemple l'anticléricalisme). Etre doté d'un tel patrimoine n'est évidemment pas une assurance de réussite. Il s'agit d'être suffisamment habile pour l'utiliser à bon escient, voire le faire fructifier dans la compétition politique. C'est ainsi qu'agit Jean-Philippe Truchot, même si son attitude pouvait paraître ambiguë. En effet, loin de chercher à occuper le devant de la scène, le candidat faisait preuve d'une extrême discrétion. Il avait choisi de briguer isolément les suffrages, alors qu'il aurait pu aisément être coopté par l'une des deux listes. Figurer sur celle du maire sortant pouvait apparaître comme un atout. Mais ici entre en jeu la logique patrimoniale : bien que Jean-Philippe Truchot se défende de « faire de la politique », il n'était pas pensable qu'il s'affiche sur la liste apolitique. Ceci eut signifié une trahison de la symbolique familiale, une véritable dilapidation du patrimoine ancestral que les électeurs se devait de sanctionner. A l'autre pôle, il ne pouvait être question de s'affilier à une liste conduite notamment par un des deux « étrangers », puisqu'aucun des deux enseignants n'avaient leurs racines à Quarré. Dans ces conditions, le seul comportement valable était celui qu'adopta finalement Jean-Philippe Truchot : imposer la légitimité de son nom.

9Cet exemple met bien en relief plusieurs phénomènes : d'abord le rôle du patrimoine politique comme condition d'éligibilité ; les électeurs, loin de voter au hasard, prennent en compte cette qualité du candidat. Il se peut qu'une ou deux générations séparent ce dernier de ses ascendants élus. Il n'en demeure pas moins des traces, et elles alimentent les comportements collectifs. Autre constatation : les ambiguïtés de l'apolitisme. Sans parler d'oppositions explicites et conjoncturelles, comme l'affrontement entre les deux listes quarréennes, où finit par affleurer le clivage gauche/droite, il existe aussi des lignes de partage d'origine idéologique. Celles-ci demeurent bien vivaces, nullement affectées par la dépolitisation dont on fait publiquement état. La mémoire des affiliations anciennes demeure bien vivace. Elle suffit à tracer une ligne de partage entre les candidats en période d'élection. Un autre cas est à cet égard significatif, celui de M. Richard, un agriculteur d'une autre commune du canton : Saint-Léger-Vauban. Il s'est présenté aux deux élections municipales successives de 1977 et 1983 à la tête d'une liste, mais sans étiquette. Lors du premier scrutin où il présente une liste complète, il est battu avec tous ses colistiers par l'« Union pour la Défense des intérêts communaux », qui comprend, comme on pouvait s'y attendre, le maire et la plupart des conseillers sortants. En 1983, M. Richard se présente avec cinq colistiers seulement. Cette fois il entre au conseil avec deux d'entre eux. Faut-il attribuer ce succès à un mouvement d'opinion ? En fait, les candidats n'ont distribué aucune profession de foi et ne se reconnaissent d'aucun parti. Leur seul trait distinctif, c'est la jeunesse, qui les place en position de contestation modérée face au conseil sortant. Dans la commune, la candidature de M. Richard suscite cependant une interprétation plus subtile. Quand il se présente la première fois, en 1977, on l'identifie surtout alors comme étant l'époux de la petite-fille de Collas, un ancien maire qui s'illustra contre les cléricaux. D'autre part M. Richard n'est pas lui-même originaire de Saint-Léger ; avant de reprendre l'exploitation de son beau-père, il exerçait la profession de boucher. C'est donc à bien des titres un étranger, dont l'ambition peut sembler suspecte : ne présente-t-il pas, outre sa propre candidature, une liste complète, signifiant ainsi son opposition totale aux élus de Saint-Léger.

10En 1983, tout va changer, et le succès qui couronne l'entreprise tient pour beaucoup à la manière dont la candidature de M. Richard a été cette fois interprétée. C'est que, désormais, les signes s'inversent : l'alliance qu'il a contracté avec la famille Collas devient un atout : elle assure une légitimité en quelque sorte « diachronique » à sa candidature et contrebalance l'étrangeté qui lui est reprochée. L'attitude offensive du candidat n'est plus signe d'ambition, mais d'enthousiasme. Pourquoi ce changement ? L'explication est toute simple : elle réside dans la forme nouvelle qu'a prise la candidature de M. Richard. Ce dernier a présenté une liste incomplète, ce qui veut dire qu'il a accepté implicitement la position de minoritaire au sein du conseil municipal. C'est donc que le rapport de forces favorable aux sortants n'est pas remis en cause. Mais il apparaît normal, en revanche, que le courant incarné par M. Richard sont représenté au conseil. Le nouvel élu n'a cependant jamais fait montre d'une sympathie particulière pour la gauche ; tout se passe comme si ses concitoyens lui avaient implicitement, mais définitivement, attribué cette « nuance » face au maire, et en référence aux opinions propres aux ascendants de son épouse.

11A partir d'un nombre limité de signes, la mémoire autochtone reconstitue un ensemble de relations qui donnent sens aux candidatures individuelles. Celles-ci acquièrent ainsi une valeur : le postulant est d'emblée marqué comme « bon » ou « mauvais » candidat à raison de son affiliation à l'un des pôles relationnels qui structurent le champ politique local. De cette affiliation dépend aussi la couleur du candidat. N'oublions pas cependant que, dans les communes où le discours de l'apolitisme domine, le partage demeure de l'ordre du non-dit : une liste d'opposants à la municipalité invoquera la morale et l'intérêt commun.

12Sus la paille des mots... chacun sait déchiffrer ce qu'on appellera pudiquement une « opposition de personnes », une « vieille rivalité », mais aussi, plus profondément, les traces d'un antagonisme plus ancien entre des idéologies, et qui s'est transmis au fil des générations. Le choix des électeurs est guidé, parfois même à leur insu, par cette référence à des traces. C'est ainsi qu'émergent de la pluralité des candidatures celles des éligibles, des individus qui ont quelque chance de prétendre à un avenir politique. En fait, dans des communes où il est loisible de se présenter isolément, où la pratique du panachage offre la possibilité d'une représentation équilibrée des différentes tendances, le nombre des candidatures crédibles n'en est pas moins limité. Existe-t-il parmi les éligibles des candidats vraiment isolés ? Une réponse négative s'impose, car il faut, on le voit, admettre l'existence d'un tissu relationnel qui sous-tend la vie politique locale. L'acte de voter, par définition, consiste à effectuer une sélection (« eligere » signifie « choisir »). Il ne s'épuise pas, cependant, dans l'opération ponctuelle qui consiste à choisir le bulletin dans l'isoloir et à le jeter dans l'urne. Il y a préalablement un travail de repérage, qui permet de situer le postulant en référence à un réseau relationnel. L'affiliation au réseau peut être, on l'a vu, réelle ou supposée. Dans le cas de Jean-Philippe Truchot, le lien est effectif, puisqu'il descend directement de l'ancien maire. En ce qui concerne M. Richard, tout laisse à penser que... le candidat jouit d'une telle affiliation. Quant aux réseaux eux-mêmes, ils n'ont pas à Quarré, et c'est le cas le plus fréquent en milieu rural, la consistance d'une organisation structurée. Point ici de groupe d'opinion ni de parti : il s'agit bien plutôt de liens qui se sont tissés en référence à certaines valeurs partagées et à des prises de parti plus anciennes. Un réseau se définit ainsi par l'opposition distinctive qu'il entretient avec ses homologues.

13En considérant le vote comme un phénomène par excellence relationnel, on s'étonnera moins que certains individus qu'on voit se présenter avec constance aux élections locales soient régulièrement battus. Il n'y a pas là de malchance particulière ; de même, on ne saurait attribuer ces échecs à la seule personnalité de ces candidats. Tout se passe comme si l'éligibilité, qualité partagée en principe par tous ceux qui remplissent les conditions légales d'âge et de citoyenneté, n'était conférée en fait qu'à une minorité. Et l'on se place ici au degré zéro de la politique, dans des situations où le jeu est d'une extrême simplicité : par contraste avec des contextes urbains, où l'accès à la représentation politique peut impliquer en outre des compétences spécifiques, une appartenance à un parti, etc. Ce qui m'a le plus frappé en observant les comportements politiques à Quarré-les-Tombes, c'est le décalage existant entre la persévérance de certains qui semblent n'avoir, à la longue, plus aucun espoir d'être jamais élus et la sûreté avec laquelle leurs concitoyens départagent les candidats. M., le Professeur, avait beau s'être jeté avec ardeur dans la campagne électorale avec sa liste d'opposants au maire sortant, il avait finalement été bel et bien battu par Jean-Philippe Truchot, qui n'avait pas même jugé bon de se manifester publiquement. « Cela s'est fait naturellement » ; j'ai encore en mémoire les réflexions de M. Devoir.

14Le plus remarquable pour l'observateur, c'est cette véritable naturalisation du pouvoir. Que certaines familles monopolisent dans le temps les responsabilités locales est ressenti comme une donnée propice à la perpétuation d'un ordre cohérent et harmonieux, asile de paix dans une période mouvante et troublée. Bien sûr, on retrouve sous la tranquillité d'un apolitisme assumé, un intérêt non déguisé pour la compétition électorale, la permanence d'un antagonisme, dont l'enjeu s'est trouvé définitivement fixé dans mes dernières décennies du xixe siècle. Traditionnellement, c'est dans la parenté et par le biais des alliances que s'opère la transmission des positions politiques, c'est aussi par ce canal que transite, sur plusieurs générations, l'élément idéologique distinctif, qu'il soit réellement intériorisé et assumé par les intéressés ou qu'il leur soit attribué par le regard des autres. Parenté et politique ont, donc, au plan local, partie liée pour assurer la perpétuation des patrimoines électifs.

Pouvoir politique et transmission métaphorique

15Au plan global, l'ethnologue peut légitimement s'interroger sur les conditions de la perpétuation de la souveraineté telle qu'elle s'incarne aujourd'hui en la personne du président. Dès le point de départ, et par réaction aux péripéties de la IVe, l'on s'est inquiété d'assurer la pérennité du régime au-delà de la personne du Général fondateur. Nous voici d'emblée au cœur d'une problématique de la transmission : comment succéder au personnage prestigieux qui incarne à lui seul le régime qu'il a créé. La IIIe et la IVe République n'ont jamais suscité semblables préoccupations, dans la mesure où l'idéal républicain avait dès le départ emprunté plusieurs visages (Gambetta, les « Jules », etc.). On héritait d'idées, d'idéal, on reproduisait un rituel scandé par un calendrier.

16Durant la Ve, la transmission est d'abord une affaire de personnes et marque les relations entre vivants tout autant qu'elle met en premier plan la référence des vivants aux défunts. Même la transition d'un président à son successeur devient un moment inquiétant, prend un caractère dramatique. Symbolique de cet aspect, la mise en scène télévisée de Giscard pour son départ : le président s'éloigne et laisse derrière lui une chaise vide, sur laquelle la caméra s'attarde longuement. Après moi... qui rejoint la chantage traditionnel des présidents de la Ve face à leur opposition : moi ou le chaos. La personne du souverain devient garante de la République, alors qu'auparavant c'est la référence républicaine qui garantissait la légitimité des hommes d'Etat qui gouvernaient le pays. Ceci n'est pas sans implications en ce qui concerne la construction de l'image de l'homme politique qui aspire aux plus hautes destinées. Nous constatons que la référence à la filiation devient un facteur non négligeable de l'ascension politique. Dès l'instauration de l'élection du président de la République au suffrage universel, en 1962, la question du dauphin de de Gaulle est posée. Et, sans relâche, les observateurs suivront l'évolution des relations entre de Gaulle et Pompidou, pour savoir si ce dernier est bien l'homme que le Général destine à la plus haute charge. Pompidou se trouvera peu à peu englué dans ce rôle de dauphin, au point qu'à mesure que le personnage s'affirme comme un politique à part entière, il s'attire la méfiance, voire même l'hostilité, de celui qui l'a mis en orbite. « Le duel de Gaulle-Pompidou », titre un journaliste ; les rapports du président à son premier ministre prennent la tournure d'une tragédie familiale dont l'épilogue respire le parfum amer de la trahison.

17Après de Gaulle, les paradoxes de la succession demeurent ; ils se résument ainsi : pour devenir président, il faut peu ou prou incarner la continuité dans son camp, donc recevoir du tenant de la charge une légitimité. Mais celui-ci se refuse toujours à désigner explicitement son successeur, ce qui signifierait creuser symboliquement sa propre tombe. Il n'en est pas moins soucieux de marquer l'existence d'une continuité potentielle, ce qui est indispensable à la stabilité structurelle du système. Tout ceci entretient les spéculations autour du (ou des) héritiers présomptifs du président, et un perpétuel balancement, l'héritier se trouvant tour à tour en position de favori puis de suspect. On se souvient que Le Canard enchaîné, dans sa rubrique « La Cour », fit ses délices des intrigues qui ponctuaient le quotidien des sphères élyséenne et matignonnesque. La référence à Saint-Simon n'était nullement fortuite.

18Dans la période récente, la chronique de la filiation a connu de nouveaux développements. L'un des tournants du dernier septennat, c'est le remplacement, au poste de premier ministre, de Pierre Mauroy par Laurent Fabius, en juillet 1984. « Le jeune premier ministre que j'ai donné à la France », ainsi François Mitterrand désigne-t-il le nouveau titulaire de la charge. Et tous les commentateurs emboîtent le pas allègrement, avides de repérer tous les signes de cette filiation. « Laurent Fabius, le benjamin du président », titre Libération ; « Fabius, le surdoué fidèle » : ainsi Le Quotidien de Paris intitule-t-il l'article qu'il consacre au nouveau premier ministre. « Jeune homme brillant », fidèle entre les fidèles, les qualificatifs pleuvent pour souligner la proximité filiale de Fabius à l'égard de son père en politique. Et il est vrai que Fabius, ou tout au moins sa carrière politique, est une véritable invention du président :

Du président, d'ailleurs, il a appris la politique... Mais, comme toujours, ce jeune homme si « brillant » qu'il paraît avancer à pas comptes lorsqu'il s'agit d'une marche à vive allure apprend vite. Et il sait moduler ses capacités. Voilà ce qui l'a qualifié aux vœux du président. Mais on attend aujourd'hui de lui plus et mieux. De M. Lionel Jospin, seul autre fils spirituel possible, on ne dira jamais qu'il est infidèle à M. Mitterrand, mais on sait qu'il préserve sa propre part de vérité. Du nouveau premier ministre, on sait qu'il se coule si parfaitement dans le moule qu'on lui dessine et lui destine qu'on ne parvient plus à discerner la part qui lui revient. Tel est le mystère Fabius (Le Monde, 19/7/84).

19Ce commentaire qui définit Fabius comme le parfait élève du père, au point de s'identifier à merveille au rôle qu'on lui a assigné, introduit une comparaison entre les deux « fils » de Mitterrand. Il suggère, en outre, une possible rivalité entre ces deux héritiers - rivalité qui, d'ailleurs, se concrétisera l'été 85, quand il s'agira de désigner le leader des socialistes pour la campagne des législatives. Les commentaires soulignent les points de ressemblances entre le fils et le père :

Laurent Fabius se comporte en élève, copie jusqu'au rythme et au ton du maître et adopte jusqu'à la caricature ses allures de fuite (Le Quotidien de Paris, 16/7/84).

20Reste cependant qu'à gauche comme à droite, on n'en est pas moins troublé par une autre ressemblance : la calvitie, la faculté de jongler sans notes avec les chiffres, pour tout dire le « look » général du jeune homme « brillant », tout cela évoque irrésistiblement un autre président, Valéry Giscard d'Estaing. Alors a-t-on affaire au fils légitime ou à la réincarnation d'un autre univers, celui du « château », tant dénigré par le prédécesseur de Fabius à Matignon ? Longtemps le doute persistera, et l'affaire n'est pas tranchée.

21Mais les observateurs s'accordent sur un point : s'il y a bien identification volontaire du fils au discours et aux attitudes du père, inversement le père s'est reconnu dans cette aptitude à la réussite dont témoigne étonnamment le fils. En Fabius, Mitterrand retrouve le jeune homme qu'il fut trente ans auparavant :

Les romanciers auraient trouvé du sel à cette identification, au soir de sa vie, de M. Mitterrand au plus jeune et au plus personnel des enfants déjà perdus du socialisme (Le Quotidien de. Paris, 16/7/84).

22Comme le note Serge July :

L'extraordinaire, c'est qu'ils se fascinent mutuellement. Pour Fabius, Mitterrand est un maître, le meilleur de tous auprès de qui il convient d'apprendre « la politique ». Pour Mitterrand le rapport est plus narcissique : Fabius lui rappelle irrésistiblement la star montante qu'il fut après la guerre (July, 1986 : 186).

23Le même auteur n'hésite pas à qualifier Fabius et Jospin de :

demi-frères en mitterrandisme, les deux enfants préférés du Président, ses hommes de confiance, soudain dressés l'un contre l'autre comme Abel et Caïn,

24ou même comme :

le lobe droit et le lobe gauche de Mitterrand (ibid.: 255).

25Après quelques mois de pouvoir, au cours desquels Fabius s'affirmera dans les sondages comme incarnation d'un style nouveau, « lui, c'est lui, moi, c'est moi », déclare-t-il, les relations entre le Président et le Premier ministre seront scrutées avec soin par les journalistes qui ont perçus de légères fissures dans le dispositif, voire un certain agacement de la part du chef de l'Etat. Décidément, les fils trouvent difficilement grâce aux yeux des pères, sous la Ve République, plus soucieux d'apparaître comme des héritiers que comme des élèves fidèles.

26Il y a cependant des descendances qui n'ont pas ce caractère problématique ; c'est le cas de la relation qui unit Jacques Chirac à Georges Pompidou. On sait que Chirac fit ses classes dans l'équipe pompidolienne ; il entra au cabinet du Premier ministre en 1962, et, très vite, entre les deux hommes s'établit une véritable amitié. Comme l'a lui-même rappelé Chirac, dans sa déclaration de politique générale à l'Assemblée nationale lors de son entrée en fonction comme premier ministre le 5 juin 1974 :

Georges Pompidou est l'homme qui m'a formé, qui m'a amené à la vie politique, qui m'a inculqué le sens du devoir de l'Etat.

27On a souvent souligné le contraste physique entre les deux hommes, rondeur d'un côté, raideur de l'autre. Différence de culture aussi entre le normalien amateur de littérature et de peinture et l'énarque « bulldozer », comme l'appelle Pompidou. Mais la fascination joue, et Chirac, comme l'écrit un de ses biographes :

se trouve un second père... Avec ce père-ci, pour s'affirmer, il faut obéir, exécuter sa pensée, se montrer non pas « aussi bien », non pas rival, non pas héritier, mais indispensable, fidèle, obéissant (Desjardins, 1983 : 92).

28La fidélité de Chirac à la mémoire de Pompidou sera par la suite exemplaire. A maintes reprises, devenu premier ministre, puis leader de la droite, Chirac évoquera sa dette envers le président disparu. A ce point, l'attachement filial envers Pompidou devient aussi un argument dans le contexte des joutes électorales. Facteur de légitimité, la référence revient dans les situations difficiles : d'abord, bien sûr, il est fait appel à des hommes connus comme pompidoliens (Balladur, Lavondès), mais on observe aussi une véritable mise en spectacle de la relation au président défunt, comme ce fut le cas, en pleine crise étudiante, lors de l'émission « Questions à domicile ». Dans le bureau de Matignon, la caméra s'attarde à maintes reprises sur la photo de Pompidou, qui accompagne partout Jacques Chirac. On nous montre aussi un coq d'église en fer forgé du xvie siècle ; questionné à propos de cet objet, le premier ministre indique qu'il s'agit d'un cadeau du président Pompidou. La petite histoire veut que Chirac ait un jour dit à Pompidou en manière de plaisanterie : « Monsieur le Premier ministre, si ce coq venait à disparaître, ne cherchez pas longtemps le voleur, ce sera moi. » Le temps passa et Pompidou quitta Matignon :

En plein déménagement, raconte Jacques Chirac, Georges Pompidou a passé son bras sous le mien et m'a déclaré : « Jacques ne devenez pas voleur à cause d'un coq. Il est à vous, je vous le donne (cité par Desjardins, 1983 : 94).

29Dans « Questions à domicile », la présence du coq sur le bureau du Premier ministre est donc un élément de premier plan. Les Français doivent voir dans ce symbole la matérialisation de cette filiation prestigieuse. Filiation assumée par l'intéressé, plus aisée à porter du fait que le père fait désormais partie de la catégorie des ascendants, voire des ancêtres émérites. Notons, à ce point, que l'on aborde ici un autre aspect fondamental de la transmission en politique, qui concerne les rapports à des personnes qui font désormais partie du panthéon républicain. Le lien Pompidou-Chirac n'est pas voué au même destin que celui qui unissait le même Pompidou, et plus tard Fabius, à leur Pygmalion politiques respectifs. Ici l'usage de la filiation dans un contexte de transition se donne comme naturel, de la même manière qu'une référence en forme d'hommage toujours bienvenu à un ancêtre éminent.

30Cette seconde acception de la filiation (la filiation-référence, par opposition à la filiation-Pygmalion) est aussi présente que la précédente dans l'univers de la Ve République. On peut l'illustrer par divers exemples. Ainsi V. Giscard d'Estaing, après son échec de 1981, rendra hommage à Raymond Poincaré. La filiation revendiquée se fonde ici sur une double analogie : d'une part, Poincaré a laissé la réputation d'un homme politique modéré, soucieux de rigueur économique et doué d'une remarquable clarté dans l'exposé de ses idées (en 1920, il avait exposé sa politique économique à l'Assemblée durant sept heures sans notes) ; d'autre part, Poincaré, ayant quitté la présidence de la République au terme de son mandat, fut rappelé quelques années plus tard pour rétablir une situation économique fortement compromise. Le déplacement de Giscard sur la tombe de Poincaré a donc une signification bien précise.

31Notons, cependant, que les grands ancêtres peuvent être des hommes d'Etat bien vivants : deux exemples en témoignent, celui de Mendès-France, dont beaucoup se réclamaient, alors que lui-même n'a, semble-t-il, jamais adoubé un successeur, même symbolique ; celui d'Antoine Pinay, qui, à 95 ans, incarne la stabilité, l'idéal de réconfort dans la tourmente économique. Tour à tour, Giscard d'Estaing, Barre, et plus récemment Balladur ont matérialisé leur attachement aux valeurs de la France moyenne par des visites à M. Pinay. L'un des premiers gestes de Balladur fut une conversation avec M. Pinay ; mais bien avant eux de Gaulle avait pris soin de nommer ministre des Finances l'indispensable symbole de la stabilité monétaire. Autre rituel attaché à cette valeur vivante : le coup de téléphone du responsable en titre à M. Pinay avant chaque dévaluation du franc. Dans deux registres différents, la référence à Mendès-France et à Pinay assure une continuité entre les Républiques et garantit à ceux qui en usent un surcroît de légitimité.

32Mais l'ancestralité donne matière à des manipulations plus complexes, comme on le verra plus loin à propos des rapports entre Chirac et Mitterrand. Il me faut revenir auparavant sur la question du traitement métaphorique de l'alliance. Nous retrouvons ici une thématique chère à la classe politique. Mais notons d'abord que l'expression même d'« alliance » a tendance à disparaître sous la Ve République, alors que celle d'union est constamment présente, comme leitmotive d'une aspiration constante qui habite tous ceux qui s'inscrivent dans l'opposition à la politique gaulliste et post-gaulliste. Il serait fastidieux de faire l'inventaire des occurrences d'union : « union de la gauche », « union du peuple de France », « union des forces populaires et démocratiques », « union des forces de progrès », etc.

33Ce qui importe ici, c'est surtout de noter que le signifié proprement politique de cette union est bien en réalité une alliance entre les deux forces de gauche, les « frères ennemis », les socialistes, ceux de la « vieille maison », et les communistes. L'expression d'union n'est pas neuve ; on la rencontre ainsi dans le vocabulaire des républicains de 1848. Ainsi, à Troyes, les « patriotes démocrates » proclament-ils :

Tout par l'union, rien par l'isolement. Tout par l'amour, rien par l'égoïsme. Tout par la loi, rien par l'arbitraire. Tout par l'équité, rien par la faveur. Tout par la force morale, rien par la force matérielle (G. Weill, 1928 : 221).

34Mais dans l'esprit de ses principaux protagonistes, l'union de la gauche apparaît comme une dynamique qui se développe dans le contexte d'une alliance entre partis. A l'époque la discussion fait rage dans les milieux politiques à propos de la nature même de ce type d'alliance. Alliance « contre nature », affirment sans hésiter, des hommes politiques se situant à la droite du PS. Alliance « privilégiée », prétendent les socialistes qui se disent à la gauche du parti. L'appréciation de F. Mitterrand, qui n'a jamais varié à ce sujet dans sa stratégie, est la suivante :

Cela vous surprendra peut-être. Je n'ai jamais employé l'expression d'allié « privilégié ». Je ne l'aime pas. Quand mes amis de la Convention l'ont prononcé, je me souviens de le leur avoir reproché. Le Parti communiste est notre allié naturel. C'est tout autre chose. Je n'ai à lui reconnaître aucun privilège. Je n'ai pas à le préférer. Je constate simplement que l'union de la gauche passe par le Parti communiste (1969, 78-79).

35Le débat n'est pas de pure forme, et l'idée d'une alliance « naturelle » offre en fait une double réponse. Réponse aux gaullistes, qui n'ont de cesse de dénoncer les « combinaisons » entre les partis chères à la IVe République. Réponse à ceux qui oublieraient que ce type d'alliance trouve sa légitimité dans une « union » des forces sociales qui en garantit la pureté.

36Mais ce qui m'intéresse en dernière analyse c'est le rôle imparti sous la Ve République au couple alliance/filiation. Or, tout se passe comme si ce couple recouvrait une antithèse forte entre deux exigences : d'une part, l'exigence de la stabilité et de continuité et, d'autre part, une impulsion dynamique au changement incarné par l'opposition au gouvernement en place. Avant 1981 le pôle de l'union est la gauche ; par la suite c'est, au contraire, la droite qui se fait le chantre de l'union et le champion des alliances. Mais nous notons que, s'il existe bien une pratique de l'alliance, elle ne donne pas matière aux mêmes élaborations métaphoriques que la référence à la filiation. Il est vrai que cette situation a évolué après les élections de 1986, à un moment où le jeu politique atteint un niveau de complexité plus élevé. Nous voyons alors se combiner, dans un dispositif inédit, les usages métaphoriques de l'alliance et de la filiation. Il n'est pas interdit, en effet, à des hommes politiques représentant des options opposée de coexister aux plus hautes fonctions, et même de se réclamer d'ancêtres communs. Et ceci peut se révéler tout à fait opératoire dans certaines situations. La cohabitation entre J. Chirac et F. Mitterrand est un modèle du genre. J.M. Colombani et J.Y. Lhomeau l'ont défini avec bonheur comme un « mariage blanc ». Ils traduisaient adéquatement une représentation communément partagée de la coexistence entre les deux hommes, conçue comme un mariage forcé et jamais consommé. Reste que mariage il y eut pour l'opinion, qui a alors plébiscité l'opération : lecture de la Constitution à l'appui, les politologues et les politiciens ont bien montré que les conditions institutionnelles étaient réunies dans la Constitution de la Ve République.

37Il faut cependant ajouter que le facteur symbolique a joué son rôle : dans la logique consensuelle qui prévalait alors, il était indispensable que les futurs s'inscrivent, sinon dans le « très proche », du moins dans le « pas trop loin » en se réglant sur les pratiques matrimoniales en usage dans notre société. Tout sépare, bien évidemment, Chirac et Mitterrand qui, sans conteste, appartiennent à des « familles politiques » qui n'ont cessé de se combattre. Ils font partie de deux univers différents et incarnent deux types d'hommes, l'un fonceur, l'autre tout en subtilité, qui n'ont rien de commun. Et cependant...

38Voici qu'après le 16 mars 1986, mes observateurs politiques découvrent un autre aspect du nouveau premier ministre : « Docteur Chirac et Mister Jacques », l'article de F.O. Giesbert nous apprend ainsi que :

malgré leurs divergences politiques, les deux hommes sont pourtant fait pour se comprendre... Ces deux terriens connaissent trop les cuisines de la politique pour croire sur parole aux idéologies » (Le Nouvel Observateur, 21-27/3/86).

39L'un dans la Nièvre, l'autre en Corrèze ont su entretenir un style notabiliaire très IVe République. Mais au-delà de l'analogie qui vise à montrer que, décidément, Chirac n'est pas le politicien autoritaire qu'on croit, ce que révèlent les journalistes, c'est que la carrière des deux hommes a un point de départ commun. On apprend ainsi que le Président et le Premier ministre ont un ancêtre commun, le « bon docteur » Queuille. Ce notable radical qui occupa un grand nombre de postes ministériels successifs sous les IIIe et IVe Républiques ne fut-il pas, avant Chirac, l'homme fort de la Corrèze, et ce dernier ne s'est-il pas toujours situé dans la tradition de son prédécesseur ?

40Or, c'est le même Henri Queuille qui, en 1944, envoya Mitterrand dans la Nièvre : « On vous offre cette chance parce qu'elle n'existe pas. Vous réussirez si vous écoutez tout le monde et n'en faites qu'à votre tête », lui avait-il dit. La référence commune au docteur Queuille a été, en fait, introduite par Mitterrand lui-même lors d'une visite officielle dans le Limousin. Le Président se rend, le 4 mai 1982, à Neuvic d'Ussel, en Corrèze, pour inaugurer le musée de la Résistance Henri-Queuille. En présence de Chirac, mais aussi d'Edgar Faure et de Daniel Mayer - deux autres notables de la IVe, Mitterrand déclare :

Voyez, dans cet hôtel de ville de Neuvic, comment se trouvent des hommes politiques fort différents, réunis dans le respect de cette mémoire : ce n'est pas si mal ;

41et d'ajouter :

Il faut préserver cette filiation qui veut que la continuité du service de la nation prévale sur les intérêts particuliers (cité d'après Colombani et Lhomeau, 1986 : 54).

42Filiation commune, donc, et qui prend toute sa valeur dans la problématique consensuelle que Mitterrand ne cesse de prôner, notamment dans ses déplacements au cœur de la France profonde. La filiation opposée aux « intérêts particuliers », c'est l'esprit de famille contre les mauvais démons de la guerre idéologique.

43Finie donc l'époque où ceux qui prônaient l'union critiquaient violemment les alliances contre nature. Les mots de la parenté qui qualifiaient les stratégies des années 1970 disparaissent des discours comme par enchantement. Mais c'est à nouveau dans le champ sémantique de la filiation et de l'alliance qu'on vient rechercher les qualificatifs adéquats de la situation politique. Raymond Barre, qui, notons-le, n'est le fils de personne, est l'inventeur de cette expression qui a le mérite d'éclairer une situation très particulière. Pour M. Barre il s'agit d'une expérience vouée à se retourner contre ses protagonistes. La cohabitation serait à ranger parmi les effets dérivés de l'emprise du « microcosme » sur la vie politique française. Or, précisément, le microcosme, c'est tout simplement cette trame de relations qui se décline dans les métaphores de la parenté. Endogamie symbolique de la classe politique ? Tout se passe comme si la référence à l'ancêtre commun permettait de rendre possible un partage de raison. Autant la filiation directe est un instrument difficile à manier, autant l'ancestralité s'avère ici opératoire.

44On voit donc que la filiation, l'ancestralité, l'alliance sont « bonnes à penser » quand il s'agit de thématiser la perpétuation de la souveraineté au travers des péripéties de la vie politique. Cette thématique, sans neutraliser la contingence, les aléas et les péripéties, organise symboliquement la transmission du pouvoir au sommer. Je me suis placé, cependant, à un moment particulier du cycle politique : la succession et les démarches qu'elle suscite. Il faut aussi envisager l'ordinaire de la souveraineté, les rites par lesquels le président, tout au long de son mandat, vaque à la perpétuation du corps politique.

La perpétuation rituelle du corps politique

45Pour aborder cette question je ferai référence aux pratiques publiques du président Mitterrand. La première manifestation physique de la souveraineté, c'est la grande montée vers le Panthéon, qui constitue l'acte public inaugural de la présidence en mai 1981. Point ici de paroles, mais un déplacement au cœur de l'Histoire. A la différence de de Gaulle, qui avait descendu les Champs Elysées de l'Arc de Triomphe à la Concorde, la consécration du nouveau gouvernant est marqué par un parcours vertical : de Gaulle, c'était, en quelque sorte, la nation victorieuse revenant vers son peuple. Mitterrand se dirige vers le Panthéon et prend ici toute la distance nécessaire par rapport à la foule ; ce rituel initiatique marque une séparation : Mitterrand entre de plein pied dans la représentation. La séquence suivante, qui se déroule dans la crypte du Panthéon, prolonge ce mouvement par lequel le nouveau président s'émancipe du monde terrestre pour y revenir quelques moments plus tard, après s'être mesuré à la mort, en une méditation auprès des grands ancêtres. Un nombre limités d'actes, tous muets, répercutés par les médias suffisent à suggérer l'accession de l'élu à la dimension du symbole. Dans la campagne qui précéda le 10 mai, un premier pas en ce sens avait été réalisé : par ses gestes et ses comportements, le candidat s'était affirmé comme le détenteur d'une qualité mystérieuse, une sorte de mana : « la force tranquille ». C'est cette force qui devrait, par la suite, lui permettre de traverser les épreuves qui jalonneraient sa route.

46L'épisode du Panthéon doit aussi être rapporté au contexte bien particulier du 10 mai : la victoire du changement, la possibilité d'une « rupture » (avec le capitalisme, avec la tradition gaullienne, etc.). Cette rupture, Giscard, on l'a vu, l'a mise explicitement en scène : la discontinuité que reflète la présence d'une chaise vide au premier plan. La séquence de la crypte donne à voir une continuité, plus essentielle celle-là, entre Mitterrand et les pères fondateurs de la République. Car ce qui est en cause, c'est la perpétuation du corps politique du Souverain, de sa dignité.

47En se rendant au Panthéon, Mitterrand marque d'emblée sa volonté de renouer avec un rituel républicain quelque peu malmené par son prédécesseur : Giscard d'Estaing avait, en effet, essayé sans grand succès de « moderniser » une symbolique qui lui semblait parfois poussiéreuse. Cette tentative de désacralisation donna surtout l'image d'une personnalisation de plus en plus outrancière du pouvoir, du rite cédant la place à des mises en scène plus ou moins heureuses de la personne régnante et de sa famille. Rien de semblable à partir de 1981. On s'efforce de respecter une tradition, de souligner la permanence d'un régime politique : les postures hiératiques adoptées par le président dans les cortèges officiels, son corps bien calé dans un fauteuil un peu en avant des autres dans les cérémonies officielles : voici des témoignages de l'importance attribuée à un exercice symbolique de l'autorité où le geste compte autant, et parfois plus, que la parole.

48Le Mitterrand qui s'opposa à Jacques Chirac en 1988, lors du débat télévisé précédant le second tour des présidentielles, a donné une démonstration toute physique de cette densité que confère à l'homme la fonction : économie de mouvement, respect dans le discours de la désignation protocolaire. N'appelant son adversaire que « Monsieur le Premier ministre », le chef de l'Etat ne cessait de rappeler implicitement sa propre prééminence dans la hiérarchie républicaine. De son côté, Chirac cherchait tout au long du duel à neutraliser la symbolique présidentielle en s'adressant à un « Monsieur Mitterrand », homme de parti et simple candidat. Mais le challenger trébucha quand lors d'un échange un peu vif, un « Monsieur le Président » brusquement lui échappa. Dans le registre du symbole, Mitterrand l'avait une fois encore emporté : preuve s'il en est de la difficulté que ressentent ses adversaires à séparer, même dans un contexte électoral, la personne singulière (homme privé, homme engagé) et la personne publique (l'Etat incarné), qui ne forment plus qu'une seule image.

49Tout se passe comme si se prolongeait à l'âge moderne une très ancienne tradition qui avait trouvé, au xvie siècle, une de ses expressions les plus achevées avec la fiction juridique du « double corps du roi ». Selon les théologiens anglais de l'époque, le roi est doté de deux corps : un corps naturel mortel, sujet aux infirmités naturelles ou accidentelles, exposé à l'ignorance et aux défaillances de l'esprit, et un corps politique, immortel et infaillible, dénué de toute imperfection terrestre. Comme l'a montré E. Kantorowicz (1957), cette conception s'inspire de la doctrine théologique de l'Eglise comme corpus mysticum et des très nombreux commentaires concernant la double nature du Christ. Comme ce dernier, le monarque de droit divin réalise en lui l'union indivisible du naturel et du surnaturel. Un ensemble d'opérations symboliques, qui vont du sacre aux rituels entourant le décès du monarque, donnent à voir cette dimension surnaturelle de la royauté. Car c'est bien cette relation privilégiée au divin qui garantit la pérennité du pouvoir terrestre : « le roi ne meurt jamais ». Le protocole, les événements cérémoniels, les interdits qui entourent la personne royale, les déplacements qui la conduisent aux quatre coins du royaume offrent le spectacle matériel de cette connivence du souverain avec le surnaturel.

50Les rituels qui entourent la succession, leur évolution du xve au xvie siècle (Giesey, 1986) témoignent de l'importance accordée à la perpétuation de la Dignitas, par-delà les accidents qui affectent les corps naturels. Quelques formules exprimant cette idée sont restées célèbres : « Dignitas non moritur » ; « regia majestas non moritur » ; « le roi est mort, vive le roi ! ».

51En apparence tout oppose cette vision du monde à l'univers laïc des valeurs républicaines. Ici les gouvernants sont conçus comme les mandataires du peuple, au terme d'un contrat qui engage les deux parties. La politique apparaît de part en part comme une affaire terrestre. Mais qu'on y regarde de plus près : une idée essentielle demeure, celle d'une transcendance du corps politique au-delà des péripéties historiques et des affrontements de la politique quotidienne. Sous de Gaulle, le chef de l'Etat se faisait, en quelque sorte, la voix de cette transcendance : la nation parlait par la bouche du Général. Aucun de ses deux successeurs n'a réussi à retrouver cette dimension ; la fin du septennat giscardien marque la désacralisation la plus complète de la personne présidentielle, caricature de monarque, la personne privée parasitant de plus en plus la personne publique (on se souvient de la polémique à propos des diamants offerts au président).

52Tout l'art de Mitterrand face à des conjonctures incertaines consiste à restaurer le rapport du gouvernant à la transcendance ; la voix n'est cependant plus l'instrument privilégié. Au corps politique, s'attache toute une symbolique du territoire, et l'on va voir le Président opérer de très nombreux déplacements dans la France profonde. D'innombrables actes cérémoniels seront prétexte à évoquer l'unité nationale. Ces actes s'inscrivent dans la liturgie républicaine, et les Français s'accoutument à voir leur président dans le rôle du célébrant : sa démarche, le regard qu'il jette sur la foule qui l'environne, l'attitude qu'il observe quand il s'exprime publiquement, l'apparentent au grand-prêtre de l'entité France. Lui-même ne s'est-il pas qualifié de « bénisseur » au cours de la campagne présidentielle ?

53François Mitterrand est aussi le créateur d'un rituel original : le pèlerinage de Solutré, effectué chaque année le jour de la Pentecôte. Souvenir de l'accueil qu'il reçut aux heures sombres et de l'alliance qu'il contracta, ici en Bourgogne, avec une famille et avec des lieux. L'ascension de ce rocher offre un double caractère : voici, d'une part, un homme qui a fait vœu de ne pas oublier et qui s'absorbe dans la contemplation d'un passé sombre et tout à la fois glorieux ; en haut du rocher, F. Mitterrand peut aussi méditer sereinement sur les destinées du pays. Cependant, l'ascension de la roche de Solutré n'offre nullement le spectacle d'un homme seul. Tout nous rappelle ici l'alliance et la fidélité : présence de la famille du Président et des conjoints et enfants de ses amis, atmosphère d'excursion printanière, le rite présente l'image d'un bien-être partagé. Une fois encore, c'est au rituel plutôt qu'au discours qu'il revient d'exprimer la symbiose entre le corps « naturel » du président et le corps politique dont il est le support symbolique : Solutré, c'est la jonction réussie du sacré et du quotidien.

54C'est aussi la jonction opérée entre le moment présent et l'Histoire entre le temps de l'action et une longue durée dont le Président est à sa manière l'incarnation. Car que se passe-t-il à Solutré ? Deux séquences bien différentes s'enchaînent. L'une, c'est la montée et la méditation : le face-à-face avec l'Histoire (la France, la guerre) et la préhistoire (Solutré site préhistorique ossuaire des chevaux, référence aux sacrifices rituels). Suit un repas et une conversation à bâtons rompus avec les journalistes. Cela se fait sous le signe de la Pentecôte : la descente de l'Esprit saint se manifeste par la capacité immédiate de comprendre et d'être compris. L'on y commente l'actualité, le Président annonce, à demi-mot, certaines décisions futures. Solutré présente la particularité de ritualiser, en quelque sorte, la conjonction des deux dimensions de l'action politique : la dimension patrimoniale (perpétuation du corps politique) et la « prudence », comme maîtrise du présent et anticipation de l'avenir.

55Reste à s'interroger sur le dernier avatar de la personne présidentielle. Il s'opère par le truchement des humoristes, mais jette une lumière crue sur notre représentation moderne du double corps du souverain. Le « Bébête Show » en a fait d'abord une grenouille, puis, en contrepoint des événements électoraux, on vit peu à peu ce batracien accéder à la divinité. Kermitterrand devenu Dieu : cette transformation a été très favorablement accueillie par le grand public, comme si la grenouille et Dieu s'étaient complétés à merveille. Il est vrai que cette sacralisation en douceur du premier personnage de l'Etat - qui est tout le contraire d'un culte de personnalité - rassure. Dans une conjoncture plus propice à l'expression des convergences qu'à l'exacerbation des conflits, cette figure du pouvoir politique, mi-Dieu, mi-bête, vient réconcilier, pour la plus grande satisfaction de l'imaginaire citoyen, l'éternel et le temporel, la souveraineté et les contingences politiques. Rêve inavoué, simple dérision ? Ce spectacle inattendu, et qui prolonge dans un tout autre registre le rituel mitterrandien, éclaire à sa manière cette part symbolique qui s'attache à toute espèce de légitimité politique.

56Si l'on s'interroge sur le traitement du temps dans notre imaginaire de la politique, on relèvera d'abord, d'un point de vue comparatif, d'une tradition nationale à l'autre, des disparités : le poids accordé dans notre représentation à la longue durée en matière d'opposition idéologique, dans la mesure où cette opposition parcourt tous les niveaux de la société politique française du centre à la périphérie (c'est la tradition de « politisation »), n'est pas l'apanage de tous nos voisins européens. En second lieu, le processus métaphorique mettant au premier plan la parenté pour penser la transmission de la souveraineté ne fonctionne pas de la même manière dans des sociétés qui distinguent incarnation et exercice de la souveraineté (monarchies constitutionnelles).

57Dernier problème que je voudrais soulever, car il me semble posé par l'actualité immédiate : c'est celui du décalage que nous vivons entre les deux temps de la politique : on constate une désaffection de l'électorat lors des plus récentes consultations. Diverses explications ont été proposées, dont aucune ne me semble satisfaisante. La démobilisation observée ne tient pas seulement, à mon sens, à des causes conjoncturelles : jusqu'à présent, nous avons toujours voté en nous situant dans la longue durée des oppositions idéologiques, des filiations et des familles politiques : à gauche ou à droite. On nous demande aujourd'hui de nous prononcer sur la capacité d'équipes politiques à faire face aux problèmes du présent (la Nouvelle-Calédonie, le chômage). Le public se trouve décontenancé : l'électeur continue à fonctionner dans la longue durée, face à des hommes qui se prévalent d'un art de gérer le temps présent. Comment affronter ce décalage tout en réalisant la « modernisation » de la vie politique ?

Bibliographie

Références bibliographiques

Abélès, M. 1986. « Union, cohabitation et autres histoires de familles : le traitement métaphorique de la parenté dans le champ politique », Communication présentée au séminaire de F. Héritier-Augé, Collège de France.

– 1988. « Modern political ritual », Current Anthropology. 29, 3, 391-404.

– 1989. Jours tranquilles en 89. Ethnologie politique d'un département français. Paris, Odile Jacob.

Colombani, J.M. et J.Y. Lhomeau. 1986. Le mariage blanc. Paris, Grasset.

Desjardins, T. 1983. Un inconnu nommé Chirac. Paris, La Table Ronde.

Giescy, R.E. 1987. Le Roi ne meurt jamais : les obsèques royales dans la France de la Renaissance. Paris, Flammarion.

Jaume, L. 1986. Hobbes et l'Etat représentatif moderne. Paris, PUF.

July, S. 1986. Les Années Mitterrand. Paris, Grasset.

Kantorowicz, E. 1957. The King's Two Bodies. Princeton, Princeton University Press.

Mitterrand, F. 1969. Ma part de vérité. Paris, Flammarion.

Weill, G. 1928. Histoire du parti républicain en France, 1814-1870. Paris, Slatkine Reprints, 1980.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540