Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoines en folie

 | 
Henri Pierre Jeudy

II. Logiques de transmission

Introduction à la deuxième partie

Henri Pierre Jeudy

Texte intégral

1Le concept de transmission est fondamental dans une approche transversale des patrimoines. Loin d'être une simple métaphore de référence, il joue le rôle d'un concept initial dans les phénomènes de reproduction et de conservation. A l'interface entre le droit, la génétique, l'économie, il appelle aussi un questionnement éthique sur l'invocation et le traitement des valeurs. Sans une dynamique de la transmission, un patrimoine perd son sens ; il peut aussi devenir la part maudite des stratégies de la succession en suscitant le désir de le dilapider... Comment fonctionnement les logiques de transmission de l'héritage ? Quelles instances juridiques et morales mettent-elles en scènes ?

2Les problèmes d'héritage outrepassent la sphère de l'économie, mettent en jeu de multiples éléments de la relation contractuelle, tels que le risque, la confiance, le coût du dédit... Ainsi, les modalités des logiques de la transmission patrimoniale supposent une approche qui tienne autant compte de la circulation des biens dans des réseaux complexes de parenté que de la transformation du rapport à la propriété.

3Comment apprécier aujourd'hui la valeur pratique, économique et symbolique du patrimoine et de sa transmission ? Les figures de l'héritage participent de la dynamique sociale et politique ; elles s'inscrivent dans des stratégies familiales, dans des logiques symboliques de transmission du pouvoir politique... L'héritage n'est pas un simple résidu du passé ; il suppose la constitution de projets, une certaine conception de la famille (y compris de la « famille politique »), des rites de succession... Comment s'organisent ces formes symboliques de la transmission ?

4La visibilité de l'héritage ne se traduit pas seulement par l'acquisition des biens, elle se manifeste dans la « mise en scène » des stratégies et des projets. Dans le jeu politique, elle peut se soutenir à la fois d'une « histoire familiale » de la succession et de gestes ritualisants qui entretiennent la concrétisation du pouvoir. Comment s'accomplissent les liens entre les mises en scène de telles stratégies et les instances symboliques requises pour assurer l'image même de la transmission ?

5Pour une analyse des phénomènes patrimoniaux et des formes actuelles de la gestion culturelle des mémoires, le concept de « transmission » permet d'aborder les interférences entre les sciences sociales, la psychanalyse et les sciences juridiques. Il est au cœur de la reproduction et de la déstabilisation des institutions. En psychanalyse, l'inconscient est produit dans l'acte même de sa transmission, et une logique de la transmission ne passe pas par la restitution d'une mémoire historique, mais par la production de nouveaux réseaux venant relancer des liaisons signifiantes. Pourquoi la transmission ne peut-elle être conçue comme un héritage observable ? Ce qu'on désigne comme la « fonction du Nom du Père » dans la filiation n'est pas réductible à la transmission linéaire et objectivable. Comment s'accomplissent les liens institutionnels, les formes généalogiques des sociétés, dans la mise en représentation des fictions successives de la transmission ?

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540